Tag Archives: communauté

L'université d'été identitaire a débuté

L’université d’été identitaire a débuté

11/08/2014 – PARIS (Novopress)
Au coeur de la Savoie, l’université d’été identitaire vient de débuter ce lundi 11 août. Cette douzième édition aura lieu jusqu’au 16 août. Thème de cette année : « Un mythe pour uen nouvelle chevalerie, d’Excalibur au Graal ». Au programme : réflexion, communauté, sport, formation. Les militants sont venus de toute la France et même de plusieurs pays d’Europe (Espagne, Suisse, Italie, Allemagne, Autriche, République Tchèque).

Ci dessous, les premières images

Crédit photo : Génération Identitaire (c)/


udt-identitaire-1

udt-identitaire-2

udt-identitaire-3

udt-identitaire-4

udt-identitaire-5

Heureuse et épanouie sans pognon, c'est possible

Heureuse et épanouie sans pognon, c’est possible

12/06/2013 – 10h00
PARIS (via Belle et Rebelle)
– C’est vrai qu’avec la crise, votre portefeuille d’étudiante ou de jeune travailleuse assaillie d’impôts ne vous permet pas de faire des folies… Crise oblige, mais pas que ! A cela s’ajoute votre esprit disciplinée qui suit sagement les consignes : journées sans achat, le moins de dépenses possible, boycott de toutes les marques prônant la dénaturation de la famille, etc., etc. Mille et une raisons en ce moment de ne plus rien dépenser (ou presque).

Lire la suite

Le responsable de la communauté juive de Rome s’en prend à Casapound

Le responsable de la communauté juive de Rome s’en prend à Casapound

26/10/12 – 10h00
ROME (NOVOpress)
– Riccardo Pacifici (photo ci-dessus), proche collaborateur du maire de Rome Gianni Allemanno et représentant de la communauté juive romaine, semble bien mal nommé si l’on en croit ses déclarations véhémentes, pour ne pas dire violentes, à l’encontre du mouvement Casapound et de son président Gianluca Iannone.

Il y a quelques mois M. Pacifici avait déjà déclaré, à l’occasion de l’inauguration à Rome d’un « mur de la paix » (ce qui ne manque pas d’une certaine ironie au regard de ses propos), que « Casapound est un danger non seulement à Rome mais dans toute l’Italie et même en Europe. C’est la raison pour laquelle nous devons nous retrousser les manches et faire tout ce que nous pouvons de manière démocratique avant de devoir prendre les fusils comme les partisans ».

Lire la suite

[Tribune libre] La communauté ou le cauchemar du Système, par Zentropa

[Tribune libre] La communauté ou le cauchemar du Système, par Zentropa

L’atomisation sociétale, l’anomie sociale, la guerre de tous contre tous et l’extrême individualisation égoïsto-nombriliste des existences contemporaines ne sont pas des « dommages collatéraux » de la société capitalisto-marchande, les symptômes de maux superficiels qui pourraient être guéris par des « ajustements » du système, ce sont tout au contraire le substrat, la matière première et le carburant du monde libéral.

L’oligarchie financiaro-mercantile ne peut en effet régner que sur un conglomérat d’individus séparés, isolés, concurrents les uns des autres en tous domaines (emploi, sexualité, sentimentalité, consommation, représentations symboliques…) et n’ayant pas d’autre horizon que la poursuite de leurs intérêts particuliers et la satisfaction de leurs désirs matériels. C’est pour cela que la bourgeoisie financière, avec l’appui actif et empressé des idiots utiles de la gauche « libérale/ libertaire », n’a jamais eu de cesse que de faire disparaître toutes les entités collectives et les corps intermédiaires qui séparaient encore l’individu du Marché (corporations, syndicats, églises, familles, nations…).

Car le cauchemar du système de l’individu-roi, déraciné et interchangeable, défini uniquement par sa capacité de consommation, porte un nom, celui de « communauté ».

La communauté est un groupement humain rassemblant des individus qui veulent être acteurs et non spectateurs de leur existence, qui ont compris qu’il n’y a ni espoir ni avenir dans la « délégation » du politique à des « élites » expertocratiques qui ne servent jamais que leurs propres intérêts de classe.

A l’opposé du « héros solitaire », notamment vanté par la littérature commerciale et les représentations cinématographiques hollywoodiennes, qui s’oppose au monde au nom de son exceptionnelle singularité, le membre d’une communauté sait que ce n’est que par l’action collective, l’union des qualités et des talents, la collaboration des caractères et des volontés que l’on peut trouver des issues à l’impasse contemporaine et bâtir des alternatives concrètes et durables au suicide général qu’est la mondialisation libérale.

La communauté n’est ni un ghetto ni un refuge, c’est un camp de base, fortifié sur ses fondations mais ouvert sur le monde, un point de ralliement et d’organisation aujourd’hui indispensable à toute perspective de résistance et de reconquête. La communauté c’est l’interdépendance au service d’un projet commun.

Si la communauté se nourrit de la proximité ethnico-culturelle, fruit de la lignée et de l’enracinement historique, elle ne se limite nullement à elle puisque ce qui en fait à la fois la force, la spécificité et le dynamisme est le fait d’incarner des valeurs élevées et exigeantes mais dans lesquelles, potentiellement, tout homme libre, fier et aimant peut se reconnaître.

Ainsi si la communauté offre une nécessaire image d’homogénéité, c’est une homogénéité « plurielle » c’est-à-dire qui associe la diversité des individus, des parcours, des origines et des caractères à un socle moral et politique commun et des objectifs partagés. C’est donc avant tout une homogénéité d’esprit, de vues, d’aspirations et d’espoirs.

Le Larzac plus l’Ordre

Le système se moque des contestations qui ne sont que sonores ou visuelles, des agitations vociférantes, des slogans et des palabres. Il les recycle même avec une déconcertante facilité, les transformant bien souvent en nouvelles micro-niches commerciales nourrissant généreusement le supermarché global. Tant que ses prétendus adversaires continuent à suivre ses programmes télé, à fréquenter ses centres commerciaux et ses agences de voyages, à intégrer ses codes esthétiques et son imaginaire et à apporter leur écot à l’organisation bancaire (épargne, emprunts, assurances-vie…), ils peuvent bien pondre tous les manifestes, tous les fanzines, tous les pamphlets qu’ils souhaitent, ils peuvent même organiser trois fois par an tous les saccages anti G20 ou G8 qu’ils désirent, le système s’en moque éperdument, et même s’en pourléche, pouvant ainsi agiter l’épouvantail factice d’une virulente et redoutable « opposition ».

Aujourd’hui, la seule réelle crainte du système est clairement le retrait et le court-circuit, c’est-à-dire le fait pour des individus, regroupés et organisés au sein de communautés, de rompre non pas avec les superficialités du temps mais avec les fondements de l’époque : la consommation, l’industrie du divertissement et l’omniprésence financière. Il suffit pour s’en convaincre de constater le mépris hargneux de la « gauche » capitalo-compatible envers les tenants de la « décroissance » ou l’acharnement judiciaro-policier dont ont été victimes les SEL (Systèmes d’échanges locaux), les « casseurs de pub » ou les épiciers communautaires de Tarnac.

Que ces expériences socialo-collectivistes se débarrassent de leurs scories libertariennes, xénophiles et ethno-masochistes et s’enrichissent des préoccupations patriotiques, méritocratiques et différentialistes et la plus grand terreur de l’oligarchie prendra alors forme, réveillant les fantômes de la Commune et le souvenir de Louis Rossel.

Pour atteindre cet objectif, qui est tout sauf utopique, il n’y a pas d’autre voie que la communauté, seul « lieu » où le retrait et le court-circuit (consistant à se passer au maximum des infrastructures et des mécanismes imposés par le système) sont viables et porteurs de sens politique. Car il ne s’agit pas d’encourager à la multiplication des retraites au désert et des vocations d’anachorètes mais d’inciter à la mise en place de structures collectives où un autre mode de vie, basé sur la décence commune, le sens de la mesure, l’altruisme, la simplicité volontaire, est possible sans être synonyme d’exclusion et de précarisation progressive.

Prêts sans intérêts entre camarades, habitat collectif, recyclage et récupération, services gratuits, troc, rejet de la lobotomie télévisuelle et de l’emprisonnement facebookien, réappropriation agraire, coopératives, loisirs collectifs, chantiers communs… les moyens, à la fois humbles et gigantesques, sont nombreux pour poser dès aujourd’hui les premières pierres de ces communautés qui seront autant de monastères et de phalanstères conservant et entretenant la flamme de la civilisation au cœur de la longue nuit de la barbarie libérale.