Tag Archives: combat

Combat culturel : In Memoriam cité par "Marianne" au sujet de la "chanson engagée"

Combat culturel : In Memoriam cité par « Marianne » au sujet de la « chanson engagée »

03/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
Une fois n’est pas coutume, In Memoriam est cité par l’hebdomadaire Marianne (extraits ci-dessous) dans un article consacré à la chanson française engagée. Au-delà de quelques erreurs factuelles (notamment le nombre de spectateurs lors du concert d’In Memoriam à Paris en juin dernier, le vrai chiffre étant 900), on peut noter le ton assez objectif de l’article et surtout on peut voir voir In Memoriam ou l’autre groupe de RIF Vae Victis mis au même niveau que Trust ou la Mano Negra au sein de la chanson française contestataire.

A noter que l’article est toujours ouvert au x commentaires


Une sirène retentit. De la fumée jaillit. Cinq hommes, masque à gaz sur la tête, apparaissent sur la scène. Puissantes, intenses, les premières notes de musique retentissent dans l’obscurité surchauffée du Back Up, une boîte de nuit parisienne. Dans la foule éclatent quelques pogos ; des femmes grimpent sur l’estrade pour mieux se laisser tomber. Déjà en sueur, les chanteurs d’In Memoriam, groupe de rock identitaire, déclament au micro : « Une nation violée au cœur du monde occidental/Méritait d’être soutenue par la jeunesse nationale/C’est bien pour ça qu’on s’est envolé en terre yougoslave/[…] Ce ne sont pas des soldats qu’ils massacrent, mais des enfants et des femmes […]/Aujourd’hui la Serbie, demain la Seine-Saint-Denis. » La référence ne date pas d’hier mais de 1999, de la guerre du Kosovo et des bombardements de l’Otan sur Belgrade – bombardements sous lesquels avait joué le groupe, en soutien à la cause serbe. Mais à peine vieillie par douze années d’absence, la tribu s’est reformée le 28 juin dernier. Elle aurait eu tort de s’en priver : surchauffée par l’attente, la salle est pleine. Pleine d’une foule bigarrée, où des jeunes, cheveux très courts, biceps gonflés, côtoient trois mioches de 10 ans et leur Versaillaise de mère égarée.

Mais après seulement deux chansons, c’est l’alerte à la bombe ! « Les gars, nos petits copains gauchistes ont décidé de s’inviter à la fête », ricane le meneur du groupe, qui invite les quelque 300 militants-spectateurs à sortir dans le calme. Tous s’exécutent et passent bientôt de l’obscurité à la lumière… Fausse alerte : le concert reprendra peu de temps après. Mais l’image de cette reprise est trompeuse : depuis une dizaine d’années, la musique contestataire et politiquement engagée a disparu, au moins publiquement, de la scène musicale française…

(…)

Pourtant, dans les années 80-90, elle florissait. Trust, Bérurier noir, In Memoriam, Vae Victis, Mano negra, Noir Désir… Très à droite ou très à gauche, les paroles de leurs hymnes exprimaient une vision critique de la société. Du nationalisme à l’altermondialisme en passant par des combats plus ciblés, ils pensaient l’art par l’engagement et l’engagement par l’art.

Les autorités de Kiev vont-elles interrompre leurs opérations militaires dans l’est de l’Ukraine ?

Les autorités de Kiev vont-elles interrompre leurs opérations militaires dans l’est de l’Ukraine ?

19/06/2014 – KIEV (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
A l’issue d’un entretien téléphonique avec Vladimir Poutine, Petro Porochenko (photo), nouveau président ukrainien, a annoncé hier qu’il s’apprêtait à décréter un cessez‑le‑feu dans l’est du pays. Cette mesure s’inscrit dans le plan de paix mis en place par le milliardaire fraichement élu. La semaine dernière, les affrontements entre Ukrainiens et rebelles pro‑russes ont atteint leur paroxysme, avec la destruction d’un avion militaire ukrainien par un missile faisant 49 morts. En représailles, l’ambassade russe à Kiev a été attaquée par des manifestants. Des journalistes russes ont également été tués.

L’Ukraine semble donc vouloir calmer le jeu, à tel point que le ministre des Affaires étrangères ayant insulté Vladimir Poutine a été remplacé au sein du gouvernement. Une volonté compréhensible quand on sait que Gazprom a décidé de ne plus fournir que les volumes de gaz payés à l’avance, en raison d’une dette impayée de 4,5 milliards de dollars.

Cependant ce matin de violents combats opposaient les forces armées ukrainiennes et les séparatistes près de la ville de Krasnyï Lyman dans l’est de l’Ukraine.

Crédit photo : Poland Ministry of Foreign Affairs, via Flickr, (cc).

Pierre Cassen (Riposte laïque) : "Notre combat se poursuivra" [Entretien exclusif Novopress]

Pierre Cassen (Riposte laïque) : « Notre combat se poursuivra » [Entretien exclusif Novopress]

13/06/2014 – PARIS (NOVOpress)
Pierre Cassen (à gauche sur la photo) et Pascal Hilout de Riposte laïque viennent d’être condamnés en appel pour la publication de deux articles. Une condamnation très sévère sur la plan financier. Novopress a rencontré Pierre Cassen à cette occasion.


Pierre Cassen, avec Pascal Hilout, vous venez d’être condamné en appel pour la publication des deux articles. Pouvez-vous nous décrire ce qu’indiquaient ces deux articles et les raisons pour lesquelles vous avez été poursuivi et condamné ?

Je mets ces deux articles à la disposition de vos lecteurs, pour qu’ils jugent par eux-mêmes. Dans le premier, que j’ai signé au nom de Cyrano, je posais une question vieille comme le monde : comment la démocratie peut-elle se protéger de ceux qui utilisent ses faiblesses pour mieux la tuer ? Je contestais, d’autre part, une phrase souvent répétée par Mélenchon : « Ce sera eux ou nous », en expliquant au président de Parti de Gauche qu’il se trompait de « eux ». Je démontrais pourquoi les islamistes présentaient le vrai danger pour la société française, alors que pour Mélenchon, le problème, c’est le Front national. Quant à Pascal, dans un autre édito de Cyrano, qu’il a écrit, il a repris un argumentaire de René Marchand, démontrant les méthodes de conquête des islamistes : immigration, réislamisation, prénoms, ramadan, halal, voile, mosquées, communautarisme, victimisation… afin de parvenir à leur objectif : le grand califat, et donc la conquête des territoires où ils sont pour le moment minoritaires. Aucun appel à la violence, simplement l’énoncé de faits que chacun peut vérifier dans son quotidien. Selon nos magistrats, et les imposteurs de l’antiracisme, cela s’appelle de l’incitation à la haine, et c’est sévèrement puni.

Lire la suite

Ukraine : Les guerrières d'Asgarda (vidéo)

Ukraine : Les guerrières d’Asgarda (vidéo)

Vice.com En 2002, la championne mondiale de kickboxing Katerina Tarnovska a créé Asgarada en s’inspirant des traditions tribales des Amazones. En l’espace de dix ans, elle a enseigné un art martial taillé exclusivement pour les femmes à plus de 1000 disciples. On s’est rendu dans le fief d’Asgarda en plein milieu des Carpates pour assister à leurs entraînements et pour en savoir plus sur leur doctrine.

La chanson engagée a décampé - par Thierry Bouzard

La chanson engagée a décampé – par Thierry Bouzard

Les Bérurier Noir, incarnation de la chanson engagée d’extrême gauche. Crédit photo : Frédéric Loridant via Wikipédia (cc).

27/09/2013 – 14h45
PARIS (via Polémia) –
Encore une bonne nouvelle ! La chanson engagée a changé de camp. La gauche est aphone, la droite a retrouvé de la voix. Fin connaisseur de la chanson française, Thierry Bouzard fait le point pour Polémia.

La musique a toujours constitué un réservoir de soutiens pour la gauche française : la fête de l’Huma est un exemple de cette instrumentalisation des artistes, mais il semble que le ressort soit cassé. Pour fêter l’adoption de la loi Taubira, un grand concert gratuit avait été organisé Place de la Bastille et, malgré le plateau de vedettes, à peine quelques centaines de personnes s’étaient déplacées. Depuis quelques mois sont apparues de nouvelles chansons dans le sillage du mouvement d’opposition au mariage homosexuel. Ces chansons ne constituent pas un véritable courant musical, mais elles s’inscrivent dans une tendance plus large qui révèle qu’au-delà des clivages politiques s’est amorcé un profond revirement de société.

Lire la suite

Les Grands Entretiens de NOVOpress : Jean-Yves Le Gallou (1/3)

Les Grands Entretiens de NOVOpress : Jean-Yves Le Gallou (1/3)

26/08/2013 – 16h00
PARIS (NOVOpress) –
Figure majeure de la dissidence enracinée, Jean-Yves Le Gallou a participé depuis plus de 40 ans à de nombreuses initiatives tant sur le terrain électoral que sur celui du combat culturel. Il se consacre désormais à ce dernier, dans une perspective gramsciste assumée. La fondation Polémia, dont il est le président en est une belle illustration.

Lire la suite

[Tribune libre] OLÉ - Par Grégoire Vincent

[Tribune libre] OLÉ – Par Grégoire Vincent

14/07/2013 – 13h10
NIMES
(NOVOpress) – Il n’est pas facile aujourd’hui de parler de corrida. Les adversaires de cet art sont extrêmement nombreux et leurs arguments, bien établis, sont souvent recevables. La corrida n’est-elle pas barbare puisqu’il s’agit de faire souffrir puis de tuer un animal innocent, animal qui souffre avec l’accent du Languedoc en se demandant si ce monde est sérieux ? Hélas, oui : ce monde est sérieux et bien trop…

Lire la suite

“Quelle littérature pour les âges sombres” – Ce vendredi soir sur Méridien Zéro avec Olivier Maulin

“Quelle littérature pour les âges sombres” – Ce vendredi soir sur Méridien Zéro avec Olivier Maulin

06/06/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress) – Ce vendredi 7 juin de 21h à 23h, la webradio Méridien Zéro recevra l’écrivain Olivier Maulin pour évoquer avec lui ses ouvrages et la nécessité d’une littérature de combat en ces âges sombres.

A la barre Jean-Louis Roumégace accompagné de Pascal Eysséric. Lord Igor à la technique.

À écouter sur le site :
http://meridienzero.hautetfort.com/

Preston

[Kiosque étranger] Des combats d’enfants attirent les foules en Angleterre

20/09/2011 – 14h30
PRESTON (NOVOpress) –
Il est difficile d’imaginer des combats d’enfants, âgés de 9 et 8 ans, enfermés dans des cages au milieu d’un public d’adultes. Ces affrontements existent pourtant bel et bien et ils sont organisés au Greenlands Labour Club de Preston au Royaume Uni où ils attirent des foules d’amateurs issus des couches populaires anglaises.

Dans cet article paru dans le Daily Mail, le journaliste Jaya Narain présente les faits aussi objectivement que possible. Elle explique que les enfants sont accompagnés par leurs parents et qu’ils pratiquent ce sport de combat depuis l’âge de cinq ans.

Si la réaction des professionnels de la charité et de la bien-pensance est prévisible, ils sont résolument contre, cette pratique sportive, très spectaculaire, trouve peu de défenseurs.

Que des jeunes garçons aiment se battre les uns contre les autres est inscrit dans notre patrimoine génétique. Sans ce goût pour la violence, la pratique sportive en général n’existerait pas. Il suffit de regarder une école de rugby un samedi matin pour comprendre que la pratique de ce jeu fait appel au goût des jeunes enfants pour le combat en l’encadrant dans des règles et un esprit sportif rigoureux.

En revanche, l’exhibitionnisme associé à des combats d’enfants dans des cages est choquant comme peut l’être celui des combats de nains ou de femmes dans la boue. Les enfants ne sont pas à blâmer, mais plutôt ceux qui s’amusent en les regardant s’affronter derrière des barreaux.

[box] Photo : dans la ville de Preston. Crédit JohnnyEnglish, licence CC. [/box]