Tag Archives: Clément Méric

Minute Méric

Enquête sur la mort de Clément Méric : la justice désavoue Manuel Valls

31/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Après la mort du militant antifasciste Clément Méric, le 5 juin 2013 à Paris, Manuel Valls, alors ministre de l’Intérieur, avait dénoncé un « assassinat », c’est-à-dire un meurtre avec préméditation. L’enquête judiciaire, qui s’est récemment achevée, pulvérise la thèse de l’actuel premier ministre.

Selon l’AFP, qui a pris connaissance des conclusions de la justice – et des zones d’ombre qui demeurent –, « les juges d’instruction se sont orientés vers la thèse d’une bagarre qui tourne au drame » et ont « écarté une intention de tuer ». Le scénario du drame a pu être en partie reconstitué et « selon plusieurs témoins, les invectives [sont parties] des militants d’extrême gauche » !

De même, l’utilisation des poings américains n’est pas avérée. Toujours selon l’AFP, « les expertises médicales n’ont pas aidé à y voir plus clair. Selon l’une d’elles, les blessures constatées chez les antifascistes, dont Clément Méric, “ne sont pas évocatrices et en faveur de coups portés avec un “poing américain“. »

A ce stade, quatre personnes demeurent cependant mises en examen, dont deux encourent la cour d’assises, mais « la fin de l’enquête judiciaire ouvre un délai théorique de trois mois durant lequel les parties peuvent faire des observations ou demander de nouveaux actes d’enquête. Ensuite, il appartiendra au parquet de Paris de prendre ses réquisitions, avant la décision des juges d’instruction de renvoyer ou non les protagonistes en procès ».

L’Agence France Presse ajoute aussi cet élément qui éclaire un peu plus les violences d’extrême gauche : « Signe des tensions récurrentes entre ces militants, l’un des skinheads mis en examen avait été violemment agressé le 12 avril 2015 dans le XIIIe arrondissement de Paris. Un jeune homme et une jeune femme, proches de la mouvance antifasciste, ont été mis en examen pour cette agression, à coups de planche, visiblement préparée. » La préméditation n’était décidément pas là où Manuel Valls prétendait l’avoir vue…

Libération d’Esteban Morillo

Libération d’Esteban Morillo

Ci-dessus logo du groupuscule Action Antifasciste Paris-Banlieue dont faisait partie Clément Méric.

06/09/2014 – PARIS (NOVOpress via Kiosque Courtois)
Une libération qui intervient deux mois et demi après celle de Samuel Dufour, un autre suspect. Esteban Morillo, principal suspect dans la mort du gauchiste à particule Clément Méric de Bellefon, le 5 juin 2013 à Paris lors d’une rixe entre « natios » et « antifascistes », Esteban Morillo a été remis en liberté mardi par la cour d’appel de Paris. Il reste mis en examen pour « violences volontaires en réunion et avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner » et sera soumis à un contrôle judiciaire strict qui lui interdit notamment de quitter son département de résidence. Depuis un an, ses avocats avaient plusieurs fois demandé, en vain, sa remise en liberté.

Impossible de résumer cette affaire dans le cadre de ce kiosque. On pourra en lire un exposé factuel et complet sur Wikipédia. Il en ressort que les « antifas » ont délibérément provoqué les « natios », avec la claire volonté d’en découdre. Une vidéo découverte quelques jours après les faits, mais pour l’instant non publique [pourquoi ? ], montrerait même Méric de Bellefon agressant Esteban par derrière, ce dernier ne faisant que se défendre. Cette affaire a été l’occasion pour le pouvoir socialiste de dissoudre plusieurs mouvements de la mouvance nationaliste.

Mais naturellement, pas touche aux mouvements d’extrême gauche, que le régime socialiste utilise volontiers comme réserves de tontons macoutes… Dès le lendemain, 6 juin, Manuel Valls, à l’époque ministre de l’intérieur, exprimait sa « totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l’extrême droite ». Pour le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon « la violence sauvage qui a assassiné Clément Méric n’est pas fortuite » et met en cause « une culture méthodiquement inculquée et entretenue par des groupes d’extrême droite » liés, selon lui, au Front national. Quant au Premier ministre Jean-Marc Ayrault il déclarait vouloir « tailler en pièces les groupes d’extrême droite », mais, ajoutait-il, « de façon démocratique » !

Lire la suite

Le SMS qui prouve que Clément Méric faisait le chouf

Le SMS qui prouve que Clément Méric faisait le chouf

19/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
« Ils descendent ». Ce SMS envoyé par Clément Méric quelques minutes avant sa mort et révélé maladroitement au Parisien par les parents de la victime pourrait bien peser dans la balance lors du futur procès à venir. Décryptage.

Dans son édition du 18 juillet, un article du Parisien rédigé par la journaliste Elisabeth Fleury révèle le contenu des derniers SMS envoyés et reçus par Clément Méric l’après-midi de sa mort. L’objet de l’article : montrer que le jeune « antifa » était bien plus préoccupé par une soirée d’anniversaire que par les skinheads. Dans la liste des textos, on constate en effet que l’essentiel des messages figurant sur le portable de la victime portent sur l’anniversaire à venir dans la soirée du 5 juin 2013. Mais au milieu de ces messages anodins, un SMS envoyé par la future victime attire l’attention : « Ils descendent ».

L’article nous apprend que ce SMS, envoyé à 18H27, était destiné à l’un des antifas attendant dehors devant l’église de la rue Caumartin pour se battre avec Esteban Morillo et les personnes qui l’accompagnaient. Le Parisien nous apprend ensuite que, quelques minutes après ce SMS, « le jeune étudiant, qui a fait un tour à la vente de vêtements et a croisé les skins dans la cour, vient de rejoindre ses amis devant l’église ». Une poignée de minutes encore après, la bagarre commençait, avec l’issue fatale que l’on connaît.

Lire la suite

Quand un proche de Clément Méric fait l'apologie de groupes antifascites violents

Quand un proche de Clément Méric fait l’apologie de groupes antifascistes violents

18/05/2014 – PARIS (NOVOpress)
Matthias Bouchenot, membre de l’équipe d’antifas avec son ami Clément Méric ayant eu une altercation mortelle avec deux skinheads en juin dernier à la sortie d’une vente privée de vêtements à Paris, n’en a toujours pas fini avec le mythe de la violence politique puisqu’il vient de sortir aux éditons anarchistes, Libertalia : « Tenir la rue. Autodéfense socialiste —1929-1938 ».

Préfacé par l’historien Frank Georgi, maître de conférences à l’université de Paris 1, l’ouvrage de Matthias Bouchenot aborde l’histoire « des groupes d’action et des groupes d’autodéfense de la SFIO (Parti socialiste), principalement dans la fédération de la Seine » dans les années 1930 comme « les “Jeunes Gardes socialistes” (JGS) et les “Toujours prêts pour servir” (TPPS) » qui « refusaient de laisser la rue aux ligues d’extrême droite et rêvaient de vivre des lendemains qui chantent. »

Drôles d’antifas qui rejouent depuis des décennies la fantasmagorique prise d’assaut du pouvoir par les hordes d’extrême droite et qui manifestent, comme le 1er mai dernier, armés, casqués, cagoulés dans les rues de Paris. Le tout, avec la bénédiction de la police !

Drôle de trajectoire pour des antifas, à l’image d’un Clément Méric, qui n’ont de cesse de vouloir défendre la classe ouvrière alors qu’ils sont issus de la bourgeoisie provinciale. Matthias Bouchenot est par exemple le fils de Pierre Bouchenot, journaliste à France 3 Centre depuis 1980 et présenté par la chaîne comme un spécialiste des sujets politiques, d’environnement et d’agriculture, et ancien présentateur de « La Voix est libre ».

Affaire Méric : il y a 40 ans dissolution d'Ordre Nouveau

Affaire Méric : analogie avec la dissolution d’Ordre Nouveau

28/06/2013 – 14h00
PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation) – Le 28 juin 1973, il y a donc exactement 40 ans, le mouvement nationaliste Ordre Nouveau était dissous sur décret du gouvernement. Les circonstances de cette dissolution ne sont pas sans rappeler l’actuelle « affaire Méric », dont la mort a servi de prétexte à l’actuel gouvernement pour dissoudre un certain nombre d’organisations nationalistes, alors que les antifas sont les agresseurs.

Le 21 juin 1973, Ordre Nouveau tenait meeting au Palais de la Mutualité, ceinturé pour la circonstance par les forces de l’ordre. Les hommes de main de la Ligue communiste, une organisation paramilitaire dirigée par Alain Krivine, se lancèrent alors à l’assaut du Palais.

Lire la suite

Municipales 2014 : François Cuillandre (PS) candidat à sa succession à Brest

Municipales 2014 : François Cuillandre (PS) candidat à sa succession à Brest

Ci-dessus : François Cuillandre (à droite) en compagnie d’Harlem Désir.

26/06/2013 – 16H00
BREST (NOVOpress Breizh) –
Le maire sortant de Brest François Cuillandre (PS) a été désigné lundi par son parti pour conduire une liste « union de la gauche » lors des prochaines élections municipales. Il pourrait être opposé à Bernadette Malgorn (UMP), ancienne préfète de la région et candidate malheureuse aux dernières régionales, qui vient d’annoncer sa candidature.

Lire la suite

Affaire Méric : la thèse de la légitime défense se confirme

Affaire Méric : la thèse de la légitime défense se confirme

25/06/2013 – 14h05
PARIS (NOVOpress) –
Plusieurs médias commencent à démonter le mythe d’un Clément Méric « lynché » par des « fascistes ». « Les vraies raisons de la bagarre qui a abouti jeudi 6 juin au soir à la mort de Clément Méric sont en train de s’éclaircir. Et elles sont fort différentes de la version complaisamment servie les jours suivant le drame », relate ainsi Le Point.fr. La police judiciaire parisienne vient en effet d’examiner les toutes premières images de la bagarre. La scène a été filmée par une caméra de surveillance de la RATP, située au niveau de la station de métro Havre-Caumartin, à quelques mètres du fait divers.

Lire la suite

Agression d'un militant de droite à Angers : silence des médias et de la classe politique

Agression d’un militant de droite à Angers : silence des médias et de la classe politique

17/06/2013 – 01h00
ANGERS (NOVOpress) — Le blanc-seing accordé aux groupuscules « antifas » par Valls et Taubira, suite au décès tragique de Clément Méric, aurait-il été perçu comme une autorisation de tuer ? On peut légitimement s’interroger suite à la violente agression dont a été victime un militant de Génération Identitaire à Angers ce vendredi 14 juin après midi dans le centre ville d’Angers.

Il est 18h30 lorsqu’un groupe de cinq jeunes militants patriotes sortent d’un immeuble dans une rue commerçante et animée du centre-ville, ils sont alors pris à partie par quatre personnes se revendiquant « antifas » pour les avoir reconnus à une soirée des Veilleurs à Angers. Un des jeunes militants présents sur les lieux témoigne : « Ils nous ont insultés : nous leur avons demandé qui ils étaient, ils ont refusé de nous répondre, l’échange en est resté là. Moins de deux minutes après, dans la même rue, une vingtaine de personnes nous sont tombées dessus, armées de planches à clous, de battes de base-ball, ainsi que de poings américains et de couteaux. » Le choc est bref et violent, le jeune identitaire qui tente de faire face est violemment frappé à la tête par un des antifas, armé d’un manche en bois hérissé de clous, par un coup porté à l’arrière du crâne, sa tête heurte la lunette arrière d’un véhicule en stationnement, brisant celle-ci.

Lire la suite

Clément Méric : les Japonais de la rue Saint-Guillaume

Clément Méric : les Japonais de la rue Saint-Guillaume

Les antifas cagoulés et armés dont faisait partie Clément Méric. Crédit photo : DR

11/06/2013 – 18h45
PARIS (via Polémia) – Une mort inutile. En 1974 le monde découvrait l’odyssée d’Hiro Onoda, ce soldat japonais caché dans la jungle de l’île de Lubang et qui continuait la guerre du Pacifique tout seul, ne sachant pas que le Japon avait capitulé en 1945. En juin 2013, à l’occasion de l’émotion causée par la mort de Clément Méric, on découvre qu’il existe encore des « militants antifascistes », 68 ans après la disparition du fascisme en 1945. Là s’arrête la similitude, hélas.

Lire la suite

Il y a coup de poing et coup de poing

Il y a coup de poing et coup de poing

09/06/2013 – 13H45
RENNES (NOVOpress Breizh) –
Alors que le décès de Clément Méric, suite à des coups de poing reçus au cours d’une rixe avec des « skinheads » qu’il avait provoqués, a déclenché une tempête politico-médiatique comme le Système en a le secret, celui d’un jeune homme de 25 ans décédé à Rennes des suites d’un coup de poing reçu au visage dans une rue de Rennes n’a provoqué qu’un entrefilet dans un quotidien régional.

Lire la suite

Mort d’un militant gauchiste à Paris : la gauche fait diversion

Mort d’un militant gauchiste à Paris : la gauche fait diversion

06/06/2013 – 22h05
PARIS (NOVOpress) –
La bagarre ayant opposé mercredi soir, près de la gare Saint-Lazare, un groupe d’extrême gauche et trois personnes présentées par les médias comme des « skinheads », durant laquelle Clément Méric (ci-dessus), un jeune gauchiste, a perdu la vie, fait l’objet d’une sidérante récupération politique. Le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a dit aujourd’hui sa « totale détermination à éradiquer cette violence qui porte la marque de l’extrême droite ». La gauche saute sur l’occasion pour renouer avec ses poncifs idéologiques. Le Parti communiste retrouve ainsi une seconde jeunesse en insistant pour que « la haine et la violence fasciste » soient « combattues sans relâche ».

Lire la suite