Tag Archives: cheminots

Zoom : Ghislaine Dumesnil – l’ islamisation de la RATP‬

29/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Ghislaine Dumesnil a travaillé 16 ans à la RATP. Dans un témoignage poignant, elle raconte comment son entreprise a évolué au gré des « plans banlieues » et de l’arrivée d’employés islamistes. Brimades sexistes, refus de prendre un bus derrière les femmes… son quotidien l’a poussé à quitter la RATP … et la région parisienne. Un témoignage de TV Libertés qui complète et confirme celui que nous avions recueilli à propos de l’islamisation la SNCF.

Publié le
cheminots

Témoignage exclusif : l’islamisation de la SNCF va bon train !

30/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Alors que la RATP est sous les feux de la rampe pour avoir fait travailler de nombreux fichés S pour radicalisation, la situation n’est pas meilleure à la SNCF. Sous couvert d’anonymat, un de nos contacts au sein de la société de chemins de fer français nous raconte l’islamisation au quotidien de son entreprise. Quand on connaît le pouvoir de nuisance potentiel des cheminots, son récit fait froid dans le dos.

Depuis combien de temps constatez-vous la montée de l’islam au sein des employés de la SNCF ? Et de l’islam radical ?
On peut dire que depuis la fin de la présidence de Louis Gallois et la reprise de celle-ci par Guillaume Pepy en 2008, le recrutement s’est tourné vers la « diversité ». D’ailleurs, Louis Gallois a réaffirmé dernièrement qu’il fallait encore plus de diversité dans les entreprises pour lutter contre les frustrations communautaires !
Cela va de pair avec la destruction de l’identité historique de la SNCF, du cheminot et de son image véhiculée de « La bête humaine » de Zola jusqu’au succès du TGV. Il s’est passé pour le chemin de fer français, le même processus que pour la poste, les télécoms, le gaz, l’électricité, impliquant la perte de souveraineté de l’état sur ses industries via la privatisation.

Pour accélérer la perte d’esprit de corps de métier, et sous le prétexte que l’entreprise n’arrivait plus à recruter, même parmi les familles de cheminots, la direction a fait appel à des sociétés privées de recrutement (Talent People notamment) assujetties à la « charte de la diversité ».
Cette charte impose aux entreprises signataire de recruter avant tout dans les banlieues, parmi des populations issues de l’immigration et du métissage (ce qui implique une forme de racisme anti-blanc, car selon cette charte, à compétences égales, doit être obligatoirement recrutée une personne « issue de la diversité » — voir aussi la charte diversité du 93).
L’arrivée de la diversité s’est donc faite progressivement jusqu’en 2010 ou il n’a plus été embauché QUE de la diversité. Dans le lot, c’est bien évidemment trouvé des salafistes, jeunes (moins de 30 ans) et très motivés, non par le travail proposé, mais plus par la communautarisation des équipes.
Lire la suite