Tag Archives: chance pour la France

pede

A Argenteuil, Mohamed tabasse deux « pédés », au nom de l’islam

04/12/2016 – ARGENTEUIL (NOVOpress) : La scène s’est déroulée à Argenteuil, dans le Val d’Oise, le 24 novembre dernier. Mohamed, au volant d’une voiture, aperçoit deux hommes qui lui semblent homosexuels. Il s’arrête, descend, les traite de « pédés », puis leur assène « une série de coups de poing avant de prendre la fuite », non sans avoir dérobé à l’un deux son téléphone portable, histoire de rentabiliser l’opération. Difficile de perdre ses habitudes : selon Le Parisien, Mohamed compte «  dix-sept mentions à son casier judiciaire pour vol, violences, stupéfiants » !

Mohamed devait être jugé le 30 novembre en comparution immédiate pour violences volontaires commises « en raison de l’orientation sexuelle des victimes » mais son procès a été reporté au 23 décembre. A sa demande. Il a réclamé le temps de préparer sa défense. L’accusation, elle, est prête. Le procureur a expliqué que son « homophobie trouve ses racines dans un intégrisme religieux, comme le montrent les déclarations de sa compagne ». On n’a pas entendu dire que SOS Homophobie se soit portée partie civile…

jamale-zamine

Sept ans de prison pour le Marocain qui frappait sa femme à coups de marteau

02/12/2016 – Bordeaux (NOVOpress avec Infos Bordeaux) : Le tribunal correctionnel de Bordeaux, la bonne ville du théoricien de l’« identité heureuse », a condamné à sept ans de prison ferme le Marocain Jamale Zamine, suite à des faits de « violences aggravées ». En mai 2015, Jamale Zamine avait drogué son épouse et l’avait frappée à coups de marteau arrache-clous ! Ce dernier n’encourait que dix ans de prison car le parquet avait considéré qu’il n’avait pas frappé avec une intention homicide…

Comme le raconte le journal Sud-Ouest, l’épouse martyrisée « n’a toujours aucun souvenir. Tout ce qu’elle sait c’est que le 1er mai 2015, elle s’est réveillée dans son lit en sang avec de graves blessures au visage et au corps. Son mari était déjà levé, habillé et fumait tranquillement. Conduite à l’hôpital, cette jeune Marocaine n’a pu cacher ses lésions céphaliques et cervicales, sa fracture du crâne, ses nombreuses ecchymoses, ses multiples plaies et hématomes et ce qui ressemblait à une morsure sur le nez ».

L’avocate de la jeune femme, Me Gaëlle Chevreau, raconte que l’épouse n’a découvert qu’en France le « vrai visage » de Jamale Zamine, à savoir « ses affaires louches, son casier judiciaire déjà bien rempli, sa dépendance à la drogue, à l’alcool, son caractère asocial, violent, oisif ». 

Identité nationale

Tribune libre – L’intégration à la française, par Vincent Revel

« L’immigration est une chance pour la France. » Aujourd’hui, personne n’a pu échapper à ce slogan formaté. Bien que la majorité des Français commence à penser, avec raison et bon sens, que c’est un mensonge, rien n’y fait : le slogan continue à tourner en boucle dans la bouche de nos dirigeants, de nos médias, de nos artistes et des nombreuses associations militantes situées souvent à l’extrême gauche du paysage politique.

Pourtant, chaque jour, les faits parlent d’eux-mêmes. Pas un seul lieu en France n’est épargné par les problèmes liés à l’immigration. Il y a de ça quelques mois, j’avais pris la ville de Saint-Etienne pour exemple. Je m’étais « amusé » à relever, sur un seul week-end, quelques faits divers ayant eu lieu dans cette cité de moins de 200 000 habitants. Le résultat fut édifiant : deux filles avait été agressées par trois « jeunes » dont l’un avait sorti un pistolet à cartouches de gaz pour projeter des billes d’acier car les demoiselles avaient eu le culot de rejeter leurs aimables avances (en sachant que l’un des coupables accumulait déjà 47 méfaits !) ; un autre jeune homme, qui accompagnait ses deux cousines, avait été sauvagement agressé sans raison par d’autres « jeunes » ; et, pour finir, le délinquant Ynès Mouhieddine comparaissait au tribunal pour l’agression avec un pistolet à grenaille d’un étudiant dans le bus Saint-Etienne/Montbrison.

Nos antiracistes me diront que je stigmatise et que les amalgames douteux n’amènent qu’à la haine de l’autre. Soit. Comme ce n’est pas le but recherché et que j’essaye réellement de mieux comprendre ceux que nous avons généreusement accueillis, je me suis penché, en toute impartialité, sur certains propos des représentants des minorités dites discriminées et soi-disant, selon les défenseurs du bien vivre ensemble, parfaitement intégrées.

Pour commencer, Marwan Muhammad, ex-porte-parole du Collectif contre l’islamophobie en France, avait déclaré à la mosquée d’Orly, en août 2011 : « Qui a le droit de dire que la France dans trente ou quarante ans ne sera pas un pays musulman ? Qui a le droit ? Personne dans ce pays n’a le droit de nous enlever ça. Personne n’a le droit de nous nier cet espoir-là. De nous nier le droit d’espérer dans une société globale fidèle à l’islam. Personne n’a le droit dans ce pays de définir pour nous ce qu’est l’identité française. » A mon sens, ces paroles ont le mérite d’être claires. Ce Monsieur Muhammad, qui parle au nom de la communauté islamique de France, a visiblement une définition bien particulière de notre système d’intégration.

Pour poursuivre notre chemin nous menant à la rencontre de l’Autre continuons avec Nabil Ennasri, qualifié de « propagandiste en chef du Qatar à Paris ». En tant que président du Collectif des musulmans de France, il avait déclaré en interpellant les futurs candidats à la présidentielle : « Je me déterminerai au moment de l’élection en fonction de ton rapport avec les citoyens musulmans. » Cette phrase qui appelait les musulmans français à s’enfermer dans un communautarisme sectaire avait pour cible Nicolas Sarkozy et Manuel Valls. C’était un autre bel exemple d’intégration réussie par l’un des plus importants représentants de la communauté islamique en France !

Pour terminer, nous allons conclure avec Hassan Iquioussen, imam membre de l’UOIF, organisme islamique très influente en France et proche des Frères musulmans égyptiens : « Si vous éloignez la femme musulmane de sa religion, vous avez éloigné les musulmans de l’islam, car la femme est la moitié de la communauté et celle qui éduque les enfants. Vous tuez la femme, vous avez tué les hommes. Donc, ils (les Français) s’attaquent à l’essentiel, notre bijou, notre joyau. » Ce discours ne fut pas tenu en Syrie ni en Arabie saoudite mais à la mosquée de Béziers !

A titre personnel, je ne peux pas dire que ce fut très encourageant comme rencontre mais je dois avouer que je n’avais aucune illusion. Alors je sais : « Ne stigmatisons pas ! » Mais malgré tout, je persiste et, aujourd’hui, je peux affirmer, sans aucun risque de me tromper, que nos politiques nous ont mentis et nous ont lâchement abandonnés et ont profondément changé la règle du jeu de notre système d’intégration et d’assimilation.

A présent, c’est à la population de la société d’accueil de s’adapter aux populations immigrés et non plus l’inverse. Pour ne pas stigmatiser, l’autochtone doit s’effacer face à la diversité, face à l’étranger. A ce rythme soutenu de déconstruction nationale, la France, comme le souhaitait tant Jacques Chirac en son temps, aura bel et bien un passé islamique. Ce fatalisme nihiliste, les patriotes ne l’acceptent pas et c’est pour cette unique raison que le gouvernement socialiste cherche à nous faire taire.

Vincent Revel