Tag Archives: CDU

Chard

Cauchemar merkelien

24/03/2016 – BERLIN (NOVOpress avec Présent) :

L’office de la statistique allemand (Destatis) publiait lundi les chiffres de l’immigration en 2015 : l’Allemagne a eu en 2015 un solde migratoire net de 1,14 million, avec 2 millions d’étrangers arrivés et 860 000 repartis. C’est plus du double du chiffre de 2014 et un record historique absolu, sans doute sous-estimé d’ailleurs, selon les aveux à la presse du directeur du Destatis. Le nombre de citoyens étrangers résidant officiellement en Allemagne atteint désormais 9,1 millions. En 2015, il y a eu largement plus d’arrivées d’étrangers que de naissances, alors qu’un tiers environ des enfants naissant en Allemagne sont eux-mêmes issus de l’immigration, et pour la première fois la grande majorité des arrivants n’étaient pas originaires du continent européen.

Angela Merkel compte bien sur l’accord UE-Turquie de la semaine dernière pour freiner l’invasion qu’elle a elle-même encouragée. Mais la CSU bavaroise, parti frère de la CDU de la chancelière, n’y croit pas. Les Bavarois critiquent notamment la suppression des visas pour les citoyens turcs, craignant un afflux de Kurdes de Turquie fuyant les exactions d’Erdogan. Ceci alors que la fermeture des frontières sur la route des Balkans avait enfin réduit de manière drastique l’arrivée de clandestins en Allemagne. Un communiqué de l’agence de presse allemande DPA informait le 22 mars qu’il y avait eu ce mois-ci, d’après les chiffres du ministère des Affaires sociales bavarois, 5 280 arrivées à la frontière entre l’Allemagne et l’Autriche, soit une baisse de 93 % depuis janvier !

Après les attentats de Paris, Angela Merkel insistait lourdement sur l’absence de liens entre immigration et terrorisme. Pourtant les services allemands ont déjoué plusieurs attentats islamistes ces derniers mois et ils arrêtaient, pas plus tard que mardi encore, trois Kosovars soupçonnés de préparer des attaques terroristes. Après les attentats de Bruxelles, le chef du syndicat de police DPoIG a expliqué qu’il fallait se préparer pour une longue période de terreur et que les villes allemandes ne seraient pas épargnées. D’autres syndicats de police ont exprimé leur inquiétude et demandé plus de moyens et une coopération renforcée au niveau européen.

Ce sont donc bien tous les citoyens allemands qui sont aujourd’hui menacés à cause de la politique d’Angela Merkel, et pas que les jeunes femmes et jeunes filles ayant à subir l’explosion des cas d’agressions sexuelles.

Olivier Bault

Article paru dans le quotidien Présent n° 8574 daté du 26 mars 2016

presidente_afd

Belle percée du parti anti-immigration allemand

14/03/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Trois Länder allemands étaient appelés aux urnes hier, le Bade-Würtemberg, la Rhénanie-Palatinat et la Saxe-Anhalt. Les Allemands devaient renouveler les parlements régionaux. Dans ces trois régions, le succès le plus important a été enregistré par la jeune formation Alternative für Deutschland, Alternative pour l’Allemagne, un parti anti-immigration et qui a seulement trois ans.

La CDU et le SPD enregistrent des résultats décevants
Les deux partis traditionnels de la scène politique allemande payent le prix de leur position sur l’immigration. Ça a été en effet le thème principal de cette campagne et Angela Merkel a payé sa politique laxiste. Dans le Bade-Würtemberg d’abord la CDU perd 12 points à 27 % et se fait distancer par les Verts à 32 %. L’AfD se retrouve en 3e position à 14,5 %. En Rhénanie-Palatinat, ce sont les socialistes du SPD qui sont en tête à 36 %. Les chrétiens-démocrates sont à 32 % et l’AfD en troisième position à 10 %. Enfin, c’est en Saxe-Anhalt que l’Alternative pour l’Allemagne fait le meilleur résultat en arrivant deuxième à 24 %, devant la CDU à 30 %. Ces résultats sont particulièrement significatifs, alors que la participation a été importante.

Les différents partis élus doivent désormais organiser des gouvernements de coalition
La tâche risque d’être difficile. Ostracisé par les autres partis, l’AfD n’a pas l’intention de participer à ces coalitions. Il ne sera pas facile pour les partis traditionnels d’arriver à une majorité. Ces élections marquent un premier désaveu dans les urnes de la part des Allemands contre la politique migratoire.


Crise migratoire : « le temps de toutes les factures est venu pour Angela Merkel »

11/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Un accord est intervenu entre l’Europe et la Turquie pour que cette dernière reprenne les migrants sur son territoire. Un accord paraphé et négocié par Angela Merkel. D’où vient son revirement ?

« C’était il y a un mois, c’était il y a un an, c’était il y a un siècle« , lance Éric Zemmour en introduction. « Les ‘on va y arriver », les leçons de morale de fille de pasteur luthérien, la bonne conscience, Les unes du monde entier à sa gloire, La promesse d’un prix Nobel de la paix : pour Angela Merkel aussi, c’était mieux avant« , poursuit le journaliste. Selon lui, le temps de toutes les factures est venu » pour la chancelière allemande.

Éric Zemmour rappelle ensuite que les frontières se rappellent au bon souvenir des dirigeants européens :

Tous les pays de l’Est, que Merkel croyait avoir achetés, se sont rebiffés. Les Italiens et les Français l’ont ensuite lâchée sur la crise des migrants. On revenait aux fondamentaux, loin des illusions universalistes des bien-pensants et de la commission de Bruxelles : les frontières servaient à quelque chose !


Publié le
erdogan_merkel_sommet_ue_turquie

Accord UE-Turquie : le couple franco-allemand à l’épreuve de la crise migratoire

11/03/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le 7 mars dernier a eu lieu le sommet entre la Turquie et l’Union européenne destiné à trouver un accord – et éventuellement un début de solution — à la crise migratoire que traverse l’Europe
Ce sommet aurait pu être qualifié de « germano-turc » tant l’Union européenne et la France en particulier, en ont été tenues à l’écart. Turcs et Allemands s’étaient déjà mis d’accord, avant même le début du sommet ! Le représentant de la France à Bruxelles n’a en effet été informé d’un accord que le dimanche 6 mars à 19 h, alors même qu’Angela Merkel présentait un plan, déjà accepté par les Turcs. Où est donc l’excellence de la « coopération franco-allemande », vantée par le président Hollande ?

Pourquoi le cavalier seul de Mme Merkel ?
Angela Merkel jouait son bilan politique lors de ces négociations. Il lui fallait éviter d’apparaître en situation délicate sur sa scène politique intérieure, et d’empêcher une nouvelle percée sur sa droite de l’AfD (Alternative für Deutschland). Elle devait donc arracher aux Turcs la promesse d’un retour en Turquie des clandestins arrivés en Grèce.

Quand on est à la tête de la première puissance économique du continent, ça aide à avoir les coudées franches
« On a tiré un trait sur la France depuis des mois », a affirmé une source à la chancellerie, à Berlin. Ce n’est plus Paris, mais Ankara, qui est le partenaire privilégié de Berlin dans le dossier de la crise migratoire. L’accord UE-Turquie, mené en sous-main de bout en bout par Berlin, renforce l’hégémonie allemande sur l’Europe. Une nouvelle alliance germano-turque qui rappellera de bien mauvais souvenirs à certains…

Percée en Allemagne du parti anti-invasion migratoire AfD

10/03/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Les Allemands sont appelés aux urnes ce week-end dans trois länder pour des élections régionales. Un scrutin-test pour le parti d’Angela Merkel et sa politique d’accueil massif des réfugiés. La CDU est en effet menacée sur sa droite par l’AfD, l’Alternative pour l’Allemagne, un parti eurosceptique qui prend des positions anti-invasion migratoire.

Les élections qui se succèdent en Allemagne confirment la montée du parti nationaliste Alternativ für Deutschland. Pas plus tard que dimanche dernier, dans le land de Hesse, ce parti a effectué une nouvelle percée en franchissant dans plusieurs grandes villes, et notamment à Francfort, la barre des 10 %. Cette progression, qui fait écho aux fortes mobilisations autour du mouvement Pegida et à l’arrivée massive d’immigrés clandestins, n’a pas été entamée par les attaques directes d’Angela Merkel et la mobilisation de toute la classe politique. Après la France, l’Italie, l’Autriche, le Danemark, la Slovaquie, la tendance au réveil des peuples en Europe se confirme et redonne de l’espoir en ces temps troubles.

Publié le
angela_merkel

Clandestins : l’Allemagne durcit le ton… trop tard ?

31/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
L’Allemagne va durcir les conditions de regroupement familial et d’entrée sur le territoire pour certaines catégories de « migrants ». Trop tard pour l’opinion publique, alors que 40 % des Allemands veulent la démission d’Angela Merkel.

L’Allemagne veut limiter l’afflux de clandestins en durcissant les conditions du regroupement familial et en plaçant l’Algérie, le Maroc et la Tunisie sur la liste des pays d’origine « sûrs », ce qui limitera de façon drastique les cas dans lesquels les ressortissants de ce pays pourront obtenir l’asile.

Les clandestins qui bénéficieront de la « protection subsidiaire » n’auront ainsi plus le droit « pendant deux ans » de faire venir leur famille, a indiqué M. Gabriel, ministre de l’Économie. Cette mesure concernera aussi les Syriens, qui ont longtemps bénéficié d’un droit d’asile quasi-automatique. Mais depuis le 1er janvier, Berlin a réintroduit l’examen individuel des demandes, y compris pour les Syriens.
La « protection subsidiaire » est un cran en dessous du statut de réfugiés : elle est octroyée à certains déboutés du droit d’asile ou du statut de réfugiés qu’on ne peut toutefois pas expulser, car ils risquent torture ou peine de mort dans leur pays. Renouvelable, elle limite le premier droit de séjour à un an, contre trois ans pour le statut de réfugié.

Ces demi-mesures ont fait l’objet d’âpres négociations entre les principaux partis politiques allemands : CDU et CSU voulaient réduire drastiquement le regroupement familial, ce que refusait le SPD.

« Je crois qu’aujourd’hui était un bon jour, puisque nous avons mis en route » ces mesures, a déclaré Mme Merkel après une réunion avec les patrons des Länder, les États régionaux allemands.
Un optimisme de façade que dément un sondage paru récemment, selon lequel 40 % des Allemands souhaitent la démission d’Angela Merkel en raison de sa politique en matière d’accueil des réfugiés, contre 45 % à estimer le contraire et 15 % de sans opinion sur cette question.

merkel_burqa

Islam : le réveil des Allemands ? La CDU veut interdire le port de la burqa en Allemagne

11/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Longtemps très tolérants envers l’islam et ses dérives, l’Allemagne, peut-être sous le coup du choc migratoire, semble enfin se réveiller. Nouvel indice : La CDU veut interdire le port de la burqa en Allemagne.

Avec environ un million de demandeurs d’asile, venus principalement de pays musulmans comme la Syrie, l’Irak et l’Afghanistan, l’Allemagne connaît un choc migratoire sans équivalent dans l’histoire récente. Et la plupart de ces sympathiques « réfugiés » se distinguent par leur attitude conquérante et exigeante vis-à-vis de leurs croyances et coutumes. Ils suscitent en retour une réaction de salutaire raidissement des Allemands à l’encontre des manifestations les plus ostensibles de l’islamisme.
Ainsi, L’Union chrétienne-démocrate (CDU) veut interdire le port de la burqa en public en Allemagne, dans une résolution qui sera proposée au vote lors du congrès du parti de la chancelière Angela Merkel la semaine prochaine à Karlsruhe. Une partie de la CDU se prononce contre ces arrivées massives et va présenter une motion qui stipule notamment que
toute femme qui porte la burqa « montre qu’elle n’est pas prête à s’intégrer à notre société libre et ouverte ».

Chez nous, la burqa est interdite depuis 2011, mais la loi n’est que rarement appliquée.

ppe

Submersion migratoire : le PPE entre « politiquement correct » et « realpolitik »

23/10/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le « problème migratoire », au menu du PPE, réunit mercredi et jeudi à Madrid pour son congrès
Le Parti populaire européen (PPE) est une large coalition des droites européennes. On y retrouve aussi bien Les Républicains, autour d’un Sarkozy qui redécouvre la « chienlit » gaullienne après les violences perpétrées cette semaine par les « gens du voyage », la CDU d’Angela Merkel qui accueillera deux millions d’immigrés sur le sol allemand, en 2015, que le Parti nationaliste hongrois présidé par Viktor Orban, aux positions anti-immigrationnistes tranchées. L’intervention mercredi du Premier ministre hongrois a été saluée par Nadine Morano, je cite, comme « Le meilleur discours [qu’elle ait] entendu pour l’instant au congrès du PPE ».

On notera aussi l’intervention de Joseph Daul
Président du PPE, et membre des « Républicains » présidé par Nicolas Sarkozy, Joseph Daul a adopté une position très hostile à l’accueil des clandestins déclarant « Nous ne pouvons pas en accepter encore des millions et des millions, que nous ne saurions pas gérer, et en plus qui déstabiliseraient beaucoup de pays et beaucoup de régions (…) Nous ne pouvons pas accepter l’ensemble de la misère du monde ». Cette dernière phrase reprend quasiment mot pour mot la célèbre sortie de Michel Rocard dans son discours du 6 juin 1989 devant l’Assemblée nationale. Le Premier ministre d’alors ajoutait sans ambages, « Il y a, en effet, dans le monde trop de drames, de pauvreté, de famine pour que l’Europe et la France puissent accueillir tous ceux que la misère pousse vers elles (…) [Il faut] résister à cette poussée constante. »

Face à la submersion migratoire, le PPE a finalement adopté une « résolution d’urgence » particulièrement inconsistante
Cette résolution insiste en effet sur le renforcement des contrôles aux frontières, tout en recommandant une accélération des procédures d’asile et une amélioration de l’accueil des réfugiés. Un double langage qui montre l’embarras du PPE, pris entre le « politiquement correct » et le souci de ne pas braquer des opinions publiques de plus en plus ouvertement hostiles à l’immigration.


Angela Merkel contrainte de s’allier avec ses adversaires

Angela Merkel contrainte de s’allier avec ses adversaires

17/10/2013 – 15h20
BERLIN (NOVOpress via Bulletin de réinformation) –
Les sociaux démocrates du SPD décideront dimanche s’ils acceptent de mener des négociations avec les conservateurs de la CDU pour former une « grande coalition ».

Le camp de la chancelière Merkel est arrivé largement en tête des élections législatives avec 41,5 % des voix devant le SPD (25,7 %). Mais il manque cinq sièges à Angela Merkel pour disposer de la majorité absolue. Dans un pays où la stabilité et la sécurité constituent des valeurs centrales, l’hypothèse d’un gouvernement minoritaire recherchant au cas par cas des majorités a été immédiatement exclue. La CDU a en outre perdu son allié dans le gouvernement sortant, le parti libéral FDP. Il doit donc se trouver un nouveau partenaire de coalition.

Lire la suite

L’adhésion de la Turquie à l’Union européenne soutenue par Angela Merkel

L’adhésion de la Turquie à l’Union européenne soutenue par Angela Merkel

02/03/2013 – 10h00
BERLIN (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation) – « Nous voulons que ce processus avance », c’est ainsi que la chancelière allemande a réitéré lundi lors d’une visite en Turquie son engagement à relancer le processus d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne. Angela Merkel (ci-dessus) a néanmoins souligné  : « Nous avons besoin de progrès sur le protocole d’Ankara, sinon nous ne pourrons pas continuer à ouvrir de chapitres ».

Le geste d’ouverture de la chancelière n’est pas isolé puisqu’il intervient après celui du gouvernement français, qui s’est dit prêt au début du mois à lever son veto sur un des cinq chapitres de discussion bloqués jusqu’alors.

A noter que, l’Allemagne subit une immigration turque importante et que les Allemands sont à 60% hostiles à une adhésion de la Turquie à l’Union européenne, comme l’a souligné un sondage publié dimanche dernier dans le Bild am Sonntag.

Crédit photo : CDU/CSU-Bundestagsfraktion