Tag Archives: cardinal

cardinal_barbarin

Curée médiatique contre monseigneur Barbarin

16/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)

Hier, on apprenait qu’une plainte avait été déposée contre le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon pour « mise en danger de la vie d’autrui et provocation au suicide ». Hier, même Manuel Valls s’est mêlé à la cohue appelant le cardinal « À prendre ses responsabilités ». Un haut fonctionnaire du ministère de l’Intérieur, chargé du suivi des affaires religieuses, serait à l’origine de la plainte.
« D’autres affaires du même type vont être révélées dans les tous prochains jours », a affirmé mardi à l’AFP un membre de La parole libérée, précisant qu’elles n’émaneraient pas de l’association qui s’est constituée pour dénoncer un prêtre qui a longtemps dirigé une troupe scoute indépendante.

Quels sont les faits reprochés à l’archevêque de Lyon ?
Derrière les grands mots, il s’agirait de plusieurs imprudences. Il aurait conservé en paroisse donc avec des possibilités d’être au contact d’enfants ou d’adolescents des prêtres mis en cause pour pédophilie ou pour homosexualité dans le passé.

Pourquoi le battage médiatique fait autour de ces accusations peut-il susciter un certain malaise ?
L’innocence détruite par une personne engagée au service de tous à la suite de Jésus est un crime odieux et une très grande douleur. Il est donc juste que des questions soient posées pour savoir si la gouvernance de l’évêque a été suffisamment prudente après des dénonciations faites contre tel ou tel.

La sortie progressive de faits et de nouvelles visant un seul homme peut cependant rappeler des campagnes médiatiques faites pour forcer une personne à la démission.
La panique morale qui se lève fait oublier la patience d’attendre les résultats d’enquêtes précises.
Il y a aussi un déséquilibre médiatique. L’écho médiatique a été moins fort après la révélation récente du fait que le ministère de l’Éducation nationale avait laissé un enseignant en fonction en dépit d’une première condamnation en Angleterre, dont il avait connaissance. On pourrait voir les parents retirant leurs enfants de l’école, si l’on remettait en cause l’institution gouvernementale de l’Éducation nationale, à cause des crimes de ses employés reconduits dans leur poste d’enseignant.

Monseigneur Barbarin représente, d’autre part, une cible, car il use aisément des moyens de communication pour prendre la défense de ce qu’il est du bon ton médiatique de critiquer ou de détruire : la vie naissante, le mariage, la défense des chrétiens d’Orient.

Dans les années 30, le journal du chef nazi Goebbels était rempli de considérations sur l’utilisation possible de procès orchestré contre les vices du clergé. Il s’en était servi pour tenter de le déconsidérer et pour détourner l’attention des actes du parti nazi au pouvoir.

8561-Chard

Selon que vous serez cardinal ou ministre…

07/03/2016 – SOCIÉTÉ (Présent 8561)

Le parquet a ouvert une enquête préliminaire contre le cardinal Barbarin, archevêque de Lyon, pour « non-dénonciation d’agressions sexuelles sur mineurs de moins de quinze ans et mise en danger d’autrui », et ce dans une affaire de pédophilie concernant un prêtre de son diocèse. Sont également visées par une plainte six autres personnes nommément désignées.
8561P1
Cet acte de procédure est la conséquence de la mise en examen d’un prêtre accusé de viols et d’abus sexuels entre 1978 et 1991, période pendant laquelle le père Barbarin n’avait aucune responsabilité dans le diocèse. Il n’en a eu connaissance qu’en 2007-2008. « J’ai alors pris rendez-vous avec lui, explique le primat des Gaules, pour lui demander si, après 1991, il s’était passé la moindre chose. Lui m’a assuré : “Absolument rien.” »
Le cardinal Barbarin a choisi de lui faire confiance et d’en rester là, en l’absence de plainte à l’époque. Depuis, aucun nouveau témoignage n’est venu apporter la preuve du contraire. « Et je ne suis pas sûr qu’il y en aura », estime François Devaux lui-même, président de Parole libérée, association qui rassemble d’anciennes victimes de ce prêtre : « Il a dit qu’il n’y avait pas de faits après 1991 et, jusqu’à présent, il n’a jamais menti. » Telle est « l’affaire Barbarin ».

Il faut évidemment n’avoir aucune faiblesse pour ces crimes contre les enfants, quels que soient ceux qui les commettent ou s’en rendent complices. Mais c’est là que le bât blesse.

Un professeur de mathématiques d’un collège de l’Essonne a été mis en examen en janvier dernier pour agression sexuelle d’un mineur de moins de 15 ans et détention d’images pédopornographiques. Or, il avait déjà condamné en 2006 à 15 mois d’emprisonnement et à une interdiction de tout contact avec des mineurs par un tribunal Britannique pour « relations sexuelles avec un enfant » et « voyeurisme ». En France, cette condamnation avait été versée à son dossier professionnel.
L’Éducation nationale en avait donc connaissance. Or il a néanmoins été réintégré, il a donc pu continuer à enseigner. Et cela à la suite d’une décision de la Commission administrative académique paritaire idoine qui avait pourtant en main son accablant pedigree ! « Cela m’est insupportable », a déclaré le ministre qui a promis : « Je prendrai les sanctions qui s’imposent. » Des sanctions administratives, mais pas de plainte au pénal visant les membres de la commission, le rectorat et sa propre administration pour, au moins, « mise en danger d’autrui », puisque tous ceux-là ont autorisé le prédateur sexuel à cohabiter avec ses proies.

On attend aussi que le parquet, c’est-à-dire le ministre de la Justice, diligente une enquête préliminaire à l’encontre de Mme Najat Vallaud-Belkacem elle-même et de son prédécesseur, Vincent Peillon, du même chef de « mise en danger d’autrui ». On ne comprendrait pas que Mgr Barbarin soit inquiété et que Mme Najat Vallaud Belkacem soit tranquille.
Si le prélat est responsable de ses prêtres en tant que cardinal, elle l’est, elle, comme ministre, de ses enseignants, auxquels les parents confient leurs enfants. Sinon, il faudrait en conclure qu’il y a deux poids et deux mesures pour la justice, selon qu’on est cardinal ou ministre.

Guy Rouvrais

Mgr Ricard : Nouveau compagnon de route de l’islam ? Tribune de Thierry Breton

Mgr Ricard : Nouveau compagnon de route de l’islam ? Tribune de Thierry Breton

26/04/2014 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
L’Histoire ne se répète pas. Elle bégaie. Nous sommes le 30 juin 1974. Georges Marchais, secrétaire général du parti communiste français, est accueilli au congrès de la Jeunesse ouvrière chrétienne par 30.000 jeunes qui entonnent l’Internationale. Parmi ces compagnons de route du communisme se tient un homme d’Eglise. Il s’agit du Cardinal-archevêque de Paris, François Marty. 25 avril 2015. La Mosquée de Pessac accueille les fidèles du Rassemblement des musulmans de la ville. Un homme d’Eglise se tient au milieu d’eux. Il s’agit du Cardinal-archevêque de Bordeaux, Jean-Pierre Ricard (photo).

Il y a quarante ans, des millions de Chrétiens et tant d’autres hommes de bonne volonté étaient persécutés par le communisme. Berlin en Allemagne. Budapest en Hongrie. Prague en Tchécoslovaquie. Le goulag en Union Soviétique. Les Chinois face à la folie maoïste. Partout, la misère, le sang et la mort. Au nom d’un livre, le Capital de Marx ! L’Eglise ne voulait pas voir. Elle le répétait : le communisme est une idéologie qui prône l’égalité et la fraternité entre les hommes. Elle constatait, avec raison, que tous les communistes n’étaient pas des assassins. Beaucoup étaient d’honnêtes travailleurs et de bons pères de famille. Les évêques de France pouvaient donc chanter les louanges du communisme en ignorant le sang des martyrs.

Le temps a passé. Aujourd’hui, les Chrétiens et tant d’autres innocents sont massacrés par l’islam. Coptes égorgés. Femmes violées. Chrétiens brûlés vifs. Villages décimés. Génocide planifié. Partout, la désolation, les larmes et la terreur. Au nom d’un livre, le Coran dicté à Mahomet. L’Eglise ne veut toujours pas voir. Elle répète : l’islam est une religion de paix, d’amour et de tolérance. Elle souligne, à juste titre, que tous les musulmans ne sont pas des terroristes. Loin s’en faut. Les évêques, Monseigneur Ricard en tête, tressent donc des lauriers à l’islam en étouffant la voix des victimes qu’on assassine.

Les évêques d’hier ne se donnaient pas la peine d’étudier le communisme. Ceux d’aujourd’hui ne se fatiguent pas à comprendre l’islam. Ils répètent : pas d’amalgame. La vie de Mahomet, le Coran et les hadiths ne méritent pas leur attention.

Lire la suite

L’immigrationniste en chef de l’épiscopat italien promu cardinal

L’immigrationniste en chef de l’épiscopat italien promu cardinal

07/01/2015 – ROME (NOVOpress)
Dimanche 4 janvier, le pape François a annoncé la nomination de vingt nouveaux cardinaux, dont quinze électeurs. Comme l’explique Sandro Magister, un des vaticanistes les plus réputés, ces choix sont d’autant plus intéressants que François a décidé de ne pas suivre les règles non-écrites traditionnelles, d’après lesquelles les titulaires de certaines charges à la Curie ou de certains très grands diocèses devenaient automatiquement cardinaux. Cela lui a permis « de faire entrer dans le collège cardinalice un bon nombre de ses favoris, en le remodelant à son image et à sa ressemblance plus que cela n’était le cas par le passé ». Les noms retenus reflètent directement les grandes orientations du pontificat.

C’est ainsi que, alors que les occupants de deux sièges italiens traditionnellement cardinalices, Turin et Venise, ont été laissés de côté, François a choisi d’élever au cardinalat Mgr Francesco Montenegro (photo), archevêque d’Agrigente, que La Repubblica qualifie de « figure clé de l’Église de l’accueil ».

Mgr Montenegro s’était fait connaître par diverses manifestations immigrationnistes, par exemple en janvier 2010, quand il avait fait supprimer les rois mages dans la crèche de sa cathédrale, en signe de protestation contre la politique migratoire, trop restrictive à son goût, du gouvernement de Silvio Berlusconi. Un écriteau avait été mis dans la crèche : « les mages ne viendront pas car ils ont été refoulés à la frontière avec les autres immigrés ».

Le diocèse d’Agrigente englobe l’île de Lampedusa. Mgr Montenegro avait à ce titre accompagné François lors de sa fameuse visite aux clandestins, le 8 juillet 2013. C’est lui qui, en juillet dernier, a célébré sur l’île l’anniversaire de la venue du pape et relayé son nouvel appel à accueillir les clandestins.

Mgr Montenegro est également président de la commission de la Conférence épiscopale italienne pour les migrations et de la fondation “Migrantes” pour l’accueil des immigrés. En novembre dernier, interrogé sur les manifestations des quartiers populaires de Rome contre les centres d’accueil pour clandestins, qui pourrissent la vie quotidienne des habitants (« vols, actes de vandalisme, de tapage nocturne »), il avait paisiblement répondu : « Si j’étais un migrant de 20/30 ans, qui doit rester toute la journée sans rien faire, à attendre une réponse sur son propre avenir, après quelques jours moi aussi je deviendrais méchant ! »

Lire la suite

Epuration bergoglienne de la Curie romaine

Epuration bergoglienne de la Curie romaine

19/09/2014 – ROME (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le cardinal américain Raymond Leo Burke (photo) est donné partant de la Curie. C’est l’information fournie par le très sérieux vaticaniste Sandro Magister. En dépit de sa très grande expertise en droit canonique et de son âge relativement jeune pour un prince de l’Eglise, 66 ans, le pape François pourrait le contraindre à quitter le Tribunal suprême de la Signature apostolique. Le cardinal Burke est l’un des rares représentants, demeurant à Rome, de la tendance traditionnelle et ratzingérienne de l’Eglise catholique.

Le cardinal Piacenza avait déjà subi une humiliante rétrogradation, passant de l’influente congrégation pour le Clergé au placard de la Pénitencerie apostolique.

Récemment, le cardinal Burke s’est exprimé avec franchise sur l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium. De façon plus sensible encore, son tribunal a donné droit aux franciscaines de l’Immaculée, communauté traditionnelle jadis florissante et que les forces progressistes de la Curie ont décidé de démanteler. Si le pape François poursuit son épuration de la Curie, le cardinal Burke devrait devenir le cardinal patron de l’Ordre de Malte.

Crédit photo : CanonLawJunkie, via Wikipédia, (cc).

Un cardinal africain diffuse une vidéo contre l’islamisation de l’Europe lors du synode des évêques

17/10/2012 — 18h30
ROME (NOVOpress via le bulletin de Réinformation) — Le cardinal ghanéen Peter Turkson a diffusé cette semaine lors  de l’assemblée du synode pour l’évangélisation, une vidéo décrivant la progression de l’islam en Europe (ci-dessus). Celle‑ci confronte le déclin démographique des peuples européens à la poussée humaine et religieuse du monde musulman. Ainsi, la France pourrait devenir une République islamique d’ici 2027, ce que l’archevêque de Paris, André Vingt‑trois, assimile à de la « propagande » désapprouvant ainsi l’idée défendue par le cardinal Turkson.

Continue reading

Publié le