Tag Archives: Cannes

David_Lisnard

Latin, Grec, philo : à Cannes, c’est la tournée du Maire !

15/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Plutôt que des ateliers rap, calligraphie arabe ou macramé, la mairie de Cannes met à profit les nouveaux rythmes scolaires pour offrir aux enfants des initiations aux humanités, si malmenées par les idéologues de la rue de Grenelle.

Bel exemple d’adaptation positive à la contrainte. Plutôt que de subir comme la plupart des ses collègues la réforme si décriée des rythmes scolaires, le maire LR de Cannes David Lisnard a décidé de mettre à profit les heures de « garderie » imposées aux mairies. Au menu : les humanités, passées au rouleau compresseur des ayatollahs de la rue de Grenelle. Grec, latin, philo sont proposés aux élèves dès la maternelle.

Pas de déclinaisons à mémoriser pour les enfants, mais des cours sur les noms de végétaux du potager, afin de les initier au latin. « Et en même temps, précise le maire, on lutte contre la malbouffe.

» 200 enfants sont d’ores et déjà inscrits. « On a fait le plein tout de suite », se réjouit David Lisnard.

Dès le CP, ce sont des cafés philo adaptés, qui permettent d’aborder avec les enfants quelques grands thèmes (liberté, respect, vérité…) de manière ludique.

Les plus grands (CM1/CM2) se familiarisent avec la cité antique grecque à travers les noms d’objets et de lieux qui les entourent, et sous forme de rébus et de jeux de rôles.

L’idée m’est venue en réaction à la politique de Madame le ministre de l’Éducation nationale, dit David Lisnard. C’est une manière de lutter contre la suppression des classes bilangues et la mise à mort du grec et du latin qui constituent le socle de notre langue et de notre civilisation.

Cette volonté de relier les enfants à un « corpus de valeurs, aux fondements de notre civilisation », bref, à leur identité, revient souvent dans le discours du maire. Une bonne initiative sur de bons fondements.

8433-Chard

« Dheepan » Les cités intouchables

04/09/2015 – CULTURE (Présent 8433)
Contrairement à la propagande LGBT de La Vie d’Adèle il y a deux ans, le film Dheepan, Palme d’or 2015, n’a pas fait le bonheur de toutes les critiques de gauche. En découvrant le film en salles, on comprend pourquoi.

C’est une chance pour Jacques Audiard que les frères Coen aient présidé le jury de Cannes cette année. L’originalité du style de l’auteur, son empreinte personnelle et l’histoire forte d’amour et de guerre qu’il nous raconte n’ont pas dû laisser indifférents ces deux grands cinéastes.
8433-Une
Audiard (réalisateur du très bon Un prophète) dresse un état des lieux sans concession de nos banlieues françaises (effarant à vrai dire) véritables no-go zones dans lesquelles on n’aperçoit jamais un flic, entièrement livrées aux gangs ethniques. De quoi donner des boufioles au Monde : un film « simpliste dressant un tableau très sombre des banlieues françaises ». Et à Libération : « Un décor de désolation et de violences urbaines, traversé par une idéologie du nettoyage au Kärcher et d’un héroïsme viriliste. »

Car on a beau se crever à faire un film sur le parcours d’un migrant fuyant la guerre civile au Sri Lanka (presque entièrement dialogué en tamoul), encore faut-il qu’il soit vraiment politiquement correct… Notamment à l’égard de nos braves racailles, casseurs et dealers bien de chez nous, nouvelle sorte d’« intouchables » qui vont réveiller le Tigre qui sommeille en Dheepan. Ajoutez à cela la notion de déracinement, de « mauvais » et de « bons » immigrés travailleurs et respectueux du pays d’accueil, désireux de s’intégrer alors que les autres non… (au point, détail percutant, que le Tamoul demande à sa femme de porter le voile alors que ce n’est pas sa religion : « Ça a l’air d’être ce qui se fait, en France »).

À la différence de beaucoup de réalisateurs français, Audiard sait ce qu’est le cinéma. On retrouve son réalisme brutal mêlé de visions oniriques, la poésie qui traverse chacun de ses films, la beauté éblouissante de ses plans. Mais aussi les thèmes qui lui sont chers : la famille, la rédemption par les femmes, la volonté de ne pas se laisser faire. Il est question ici d’une fausse famille : un homme, une femme, une petite fille. Combinée en quelques minutes d’une scène saisissante pour obtenir l’asile politique. Une vraie famille va-t-elle naître ? C’est le plus bel enjeu du film.

Caroline Parmentier

chard

Cannes : colorie… couac ! (Présent 8361)

27/05/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)

Certes, on ne peut pas dire que Cannes récompense un cinéma français qui fait rêver : un immigré tamoul qui va retrouver une autre forme de guerre civile dans nos banlieues françaises, un chômeur quinquagénaire qui se collette avec le Pôle emploi, un drame domestique autour d’un pervers narcissique… Quelle invitation au voyage !
Mais bon, contrairement à la propagande LGBT de La Vie d’Adèle (et ses scènes de 17 minutes de sexe lesbien) couronnée sur la Croisette il y a deux ans tandis qu’à Paris on marchait contre le mariage pour tous, ce cinéma social n’a pas fait le bonheur de toutes les critiques de gauche (« Un sale millésime ») pour Télérama.8361- Une
C’est surtout la Palme d’Or au film de Jacques Audiard (réalisateur du très bon Un prophète) qui donne des boutons au Monde : un film « simpliste dressant un tableau très sombre des banlieues françaises ». Et à Libération :
« Un décor de désolation et de violences urbaines, traversé par une idéologie du nettoyage au Kärcher [NDLR : Carrément !] et d’un héroïsme viriliste, dont il est permis de trouver la vision aussi fantasmée et poussiéreuse que le clin d’œil du cinéaste à “Antenne 2” (sic) lors de son discours de remerciement. »
Car on a beau se crever à faire un film sur les immigrés clandestins (presqu’entièrement dialogué en tamoul) encore faut-il qu’il soit vraiment politiquement correct. Notamment à l’égard de nos braves racailles, violeurs, casseurs et dealers bien de chez nous.
Le Monde met en garde à cet égard nos gouvernants (Manuel Valls et Fleur Pellerin) si prompts à se réjouir sur twitter, ces imbéciles, de ce qui ressemble plutôt à une illustration de leur fiasco : « S’ils l’avaient examiné avec plus d’attention, nos gouvernants se seraient rendu compte que le coq cannois n’a pas si fière allure : il y a du goudron sur ses plumes, et des inflexions funèbres dans son chant. Pour ce qui est de sa crête, elle tient davantage du gallinacé punk que de l’animal politique docile. »
Et ce n’est pas Le Prix d’interprétation décerné à Vincent Lindon dans La Loi du marché de Stéphane Brizé, restituant avec une précision quasi-documentaire le désespoir du chômage dans lequel nos dirigeants ont plongé tant de nos concitoyens, qui peut leur permettre de tirer à eux un bout du tapis rouge.

Caroline Parmentier

Festival de Cannes : un journaliste se jette sous la robe d’America Ferrera

19/05/2014 – CANNES via 6 Médias – Sur la croisette, vendredi en fin de journée, un journaliste ukrainien s’est jeté sur Cate Blanchett et America Ferrera qui montaient les marches avec l’équipe du film « Dragons 2 ». Vêtu d’un smoking, il a réussi à déjouer les accès très contrôlés aux abords du tapis rouge. Il s’est jeté sur le sol et a glissé brièvement ses mains sous la robe longue d’America Ferrera. Le journaliste a pu attraper les chevilles de la jeune actrice, visiblement choquée, avant d’être évacué par les agents de sécurité.

Publié le
Vu sur Twitter

À Cannes, les Identitaires demandent la déchéance automatique de la nationalité française pour les djihadistes !

Publié le
Le député UMP Bernard Brochand inaugure la mosquée wahhabite de Cannes

Le député UMP Bernard Brochand inaugure la mosquée wahhabite de Cannes

18/04/2014 – CANNES (NOVOpress via islamisation.fr) – Le 11 avril dernier, le député UMP Bernard Brochand a inauguré la mosquée wahhabite de Cannes, entre drapeaux algérien et saoudien. Le terrain a été gracieusement offert par le député-maire cannois Bernard Brochand, qui vient d’installer son dauphin David Lisnard à la mairie, rapporte un reportage de France 3 de juillet dernier. En effet, le terrain municipal est attribué pour 1 euro de loyer, bail de 99 ans… Qui dit mieux ?

Dans Salam News de septembre 2009, l’on pouvait lire : « Le député-maire de Cannes, Bernard Brochand (UMP), avait demandé à David Lisnard, premier adjoint, de diriger ce projet. Et c’est à bras-le-corps que ce dernier a décidé de mener à bien cette mission : « Il vrai que la démarche peut paraître contradictoire vis-à-vis de la loi de 1905. Néanmoins, cette même loi rappelle aux pouvoirs publics le devoir de garantir le libre exercice des cultes, souligne-t-il. C’est donc mon devoir d’élu local, et je m’engage sur le sujet sans complexe. »

« C’est un cheik Saoudien, le principal financier, qui désignera l’imam » apprenait-on sur France 3 Côte d’azur en juillet 2013. Depuis, l’identité de l’imâm est connue, il s’agit de Saïd Nait Ouaziz rapporte Nice-Matin, prédicateur des mosquées fréristes de l’UOIF (ainsi que l’atteste ses venues successives à la mosquée en Nour de Nice).

Le projet avait été vendu par David Lisnard à la presse comme promoteur d’un « islam de France », on le voit impossible à réaliser dans les faits.

25 militants identitaires ont investi aujourd'hui le H&M de Cap 3000 dans le cadre de la campagne "H&M esclavagistes"

25 militants identitaires ont investi aujourd’hui le H&M de Cap 3000 dans le cadre de la campagne « H&M esclavagistes » [MàJ]

22/12/2013 – 18h00
SAINT-LAURENT-DU-VAR (NOVOpress) –
Après l’intervention des agents de sécurité de Cap 3000 demandant de quitter les lieux, les Identitaires ont continué leur distribution de tracts à l’entrée du centre commercial.

H&M a annoncé avoir déposé plainte contre les militants identitaires. Voilà qui en dit long sur leurs craintes face à la révélation de leurs pratiques ! Les Identitaires considèrent même cela comme un encouragement, et d’autres actions seront bientôt menées pour faire entendre leur mot d’ordre : Anti-mondial / Pro-local !

Lire la suite

A Cannes, nouvelle édition du Festival des braquages

A Cannes, nouvelle édition du Festival des braquages

08/05/2013 – 19h50
CANNES (NOVOPress) –
Cannes, ce n’est pas seulement le recto festival de cinéma, stars et glamour, c’est également et surtout le verso insécurité et braquage des commerçants.

C’est contre cette violente réalité que plusieurs commerçants de Cannes ont lancé pour la seconde fois un Festival des braquages (qui dispose de son site Internet), lors d’une conférence de presse qui s’est tenue lundi. Conférence de presse reprise le lendemain dans la presse, notamment Nice-Matin.

Lire la suite

Interview d'un fondateur de la section Identitaire cannoise

Interview d’un fondateur de la section Identitaire cannoise

Ci-dessus Cannes-Identitaire reçue par le maire de Cannes. Voir détails dans le texte.

Novopress : Bonjour Romain Brun, pouvez-vous vous présenter, vous et votre mouvement ?

Romain Brun : Bonjour à vous, j’ai 20 ans et je suis serveur dans un hôtel. Je suis membre de plusieurs associations culturelles provençales, je pratique aussi quatre fois par semaine la savate (boxe française). Voilà déjà 4 ans que je milite au sein des identitaires, et j’ai fondé avec Guillaume Delefosse la section identitaire à Cannes en janvier 2010.

Nous nous voulons les défenseurs de l’identité provençale à Cannes et aux alentours, pour cela nous luttons contre toutes les agressions envers notre identité qu’elles proviennent de la mondialisation, de l’immigration ou bien de l’islamisation. J’ai aussi en projet de créer moi même une association culturelle qui aura pour but le maintien de l’identité provençale et son émergence auprès de la jeunesse dans les zones urbaines de Provence et cela à travers de nombreuses activités culturelles et sportives.

Lire la suite