Tag Archives: Canada

montreal-vancouver-grand-remplacement

Montréal : le Grand Remplacement professoral

Au cours de la dernière décennie, les Québécois de souche sont devenus minoritaires sur les bancs des écoles primaires de la ville de Montréal, ville cosmopolite où l’identité québécoise est de moins en moins visible, contrairement aux « minorités visibles » qui, elles, sont de moins en moins minoritaires. 

Cette diversité n’est pas sans créer nombre de problèmes, certains parents musulmans refusant notamment de discuter avec l’enseignante parce que c’est une femme, forçant ainsi l’école à entrer en contact avec l’imam local pour établir un lien avec la famille. Ce n’est ici qu’une des nombreuses joies liées à cette diversité.

La semaine dernière Josée Bouchard, présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec, s’est rendue au Parlement pour sonner l’alarme : les problèmes liés à la diversité ne font pas que toucher les élèves ; le corps enseignant, lui aussi, fait face à de nouvelles problématiques. Selon elle, il y aurait eu l’an dernier à Montréal au moins 500 demandes d’enseignants visant à obtenir des congés pour pouvoir célébrer des fêtes religieuses. Toujours selon elle, ces problèmes ne seraient pas spécifiques à Montréal mais toucheraient d’autres régions et, avec une immigration croissante, n’iraient pas en s’estompant.

Ces demandes créent un climat d’injustice et d’iniquité et forcent les écoles, déjà sous-financées, à engager des coûts importants pour remplacer les absents. Bien qu’elle se soit dite surprise par l’ampleur de ces demandes Stéphanie Vallée, ministre de la Justice, n’a pas voulu donner de pistes de solution, son projet de loi visant à imposer la neutralité religieuse donnant d’ailleurs raison aux demandeurs plutôt qu’à l’employeur.

Rémi Tremblay

Article paru dans Présent daté du 9 novembre 2016

TPP

Échéances pour le Trans-Pacific Partnership (TPP). Ce qui attend les Européens

Source : europesolidaire.eu

En poussant de toutes ses forces, diplomatiques, économiques voire militaires pour imposer la négociation du Trans-Pacific Partnership (TPP) à une série d’États asiatiques dominés par Washington, Wall Street et le Pentagone, Obama s’est montré ce qu’il a toujours été, une marionnette dans la main des oligarchies américaines.

Ces négociations se sont déroulées dans le secret quasi absolu, sans aucune consultation populaire et sous le contrôle exclusif des lobbies voulant imposer la loi d’un espace dominé par eux à des populations qui spontanément l’ont toujours refusée. L’objectif annoncé officiellement par Obama est « d’ouvrir les marchés, protéger les travailleurs et l’environnement, faire progresser le leadership américain en Asie ».
Mais le peu que l’on sait dorénavant du Traité sera qu’il ne servira en rien la protection des travailleurs et de l’environnement, non plus qu’une croissance mieux répartie socialement aux États-Unis mêmes. Il ne servira qu’à renforcer l’emprise des grandes compagnies et des banques américaines, non seulement sur l’Asie, mais sur la société américaine en tout premier lieu.
Lire la suite

g8_en_2013

La Russie sur le chemin d’un retour en grâce ?

23/11/2015 – MONDE (NOVOpress)

Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères allemand a laissé entendre que la Russie pourrait, sous certaines conditions, rejoindre le G8, groupe de discussion et de partenariat économique des huit pays constituant les plus grandes puissances économiques du monde, soit la Russie, les États Unis, le Japon, l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni, l’Italie et le Canada.

Quelles étaient les relations de la Russie avec ce groupe ?
La Russie avait rejoint le groupe des huit, en 1998, mais elle en avait été exclue suite au rattachement de la Crimée en 2014. L’adhésion de cette péninsule à la Fédération de Russie faisait suite à un référendum, où près de 97 % des électeurs ont voté pour la réunification.

Comment cet événement a-t-il été perçu par le concert des nations ?
Moscou a souligné que le référendum en Crimée était conforme aux normes du droit international et à la charte des Nations-Unies. Pourtant, les pays occidentaux et l’Ukraine n’ont pas reconnu la légitimité de ce référendum et ont qualifié cette adhésion d’annexion. La Russie a alors été exclue du G8 et soumise à des sanctions économiques de la part de l’Union européenne, sanctions auxquelles Moscou a répondu par l’interdiction d’importation de certains produits alimentaires.

Quelles seraient les conditions de sa réintégration au G8 ?
Dans une entrevue donnée au quotidien Bild-Zeitung, Steinmeier a confié : « Si nous continuons de surmonter les difficultés liées au conflit ukrainien et si la Russie poursuit, comme auparavant, sa collaboration avec nous dans le règlement du conflit syrien, l’Occident n’aura et ne pourra avoir aucun intérêt à long terme de l’écarter des discussions régulières entre les principales puissances occidentales ».
Cette déclaration fait suite à l’entretien qu’ont eu Vladimir Poutine et Barack Obama au G20 réuni en Turquie les 15 et 16 novembre derniers, ainsi qu’à la main tendue de la Fédération de Russie à la France dans ses opérations de représailles aux attentas de Paris du 13 novembre.

Légende photo : Le G8 en 2013


artique

L’Arctique, nouvelle zone stratégique

04/11/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

On voit l’émergence d’une nouvelle zone stratégique
Outre la Syrie et l’Ukraine, une autre zone stratégique cristallise, petit à petit, les futurs enjeux de demain : il s’agit de la région arctique. L’Arctique, qui entoure le pôle Nord de la planète, touche cinq pays : les États Unis, le Canada, le Danemark (via le Groenland), la Norvège et la Russie.

Que signifie l’émergence de cette zone stratégique ?
La fonte des glaces rend la zone arctique de plus en plus praticable pour les navires, jusque là empêchés par la glace. De fait, de nouvelles routes commerciales voient le jour : si, en 2011, un million de tonnes de marchandises a transité par la région, c’est 20 millions de tonnes qui sont attendues pour 2018. De plus, de nouvelles exploitations d’hydrocarbures vont être découvertes dans les années à venir. Or, il se trouve qu’aucun droit international ne délimite un partage de l’Arctique entre ses voisins. Aussi, des tensions commencent à poindre à ce sujet. D’autres pays, tels que la Chine, la Corée du Sud, ou même l’Inde et le Brésil, s’intéressent aussi au potentiel de ces routes commerciales en devenir. Pour la Russie, passer par l’Arctique rendrait son commerce moins dépendant des pays baltes et de l’Ukraine. Quant à la Chine, elle envisage, au vu de la reconfiguration régionale, de faire de l’Islande un futur partenaire privilégié pour répandre ses marchandises en Europe.

Les enjeux sont également militaires
Comme on pouvait s’y attendre, le potentiel militaire de l’Arctique intéresse principalement les États Unis et la Russie. D’ici 2020, cette dernière a pour projet de construire sur sa côte nord des ports, des brise glaces à propulsion nucléaire, ainsi qu’un satellite de surveillance maritime.
Les États Unis, via l’Alaska, sont concernés de près par les tensions nouvelles qui voient le jour. La Russie semble jouer un jeu provocateur dans la région : en 2014, dix vols russes ont été opérés dans la zone d’identification de défense aérienne américaine de l’Alaska. En avril dernier, deux bombardiers russes ont aussi survolé la zone. En outre, le 2 septembre, cinq navires de guerre chinois ont été localisés dans les eaux internationales, non loin des côtes de l’Alaska, et ce pour la première fois. Ces considérations ne sont sans doute pas étrangères à la récente décision étatsunienne de conserver des effectifs militaires conséquents dans la région.

Crédit photo : Emmanuelle Richard via Flickr (CC) = baie de Disko, Groenland


canada_vote_voile

Au Canada, on peut voter complètement voilée. Bientôt la même chose en France ?

15/10/2015 – MONDE (NOVOpress)
Au Canada, on peut voter complètement voilée, il suffit de jurer que l’on est bien qui on prétend : une Canadienne a tenté l’expérience devant les journalistes. Une polémique qui prend de l’ampleur

Lors des élections par anticipation, vêtue de son niqab acheté en Tunisie qui lui cachait les yeux, et d’une longue robe noire qui la couvrait de la tête aux pieds, Chantal a pu voter très simplement.
« Je suppose que vous ne voulez pas vous dévoiler ? » a été la seule question posée par l’employée d’Élections Canada. Il a alors suffit à Chantal de montrer ses papiers, de prêter serment sur son identité, son âge et de promettre qu’elle était citoyenne canadienne et qu’elle votait pour la première fois. des journalistes d
« Je suis outrée que ce soit aussi facile, déplore-t-elle. J’aurais pu voter 1000 fois sans qu’ils s’en rendent compte. » Indique Chantal.

Selon Élections Canada, aucune loi n’empêche les électeurs de voter à visage couvert, qu’il s’agisse d’un vêtement religieux ou d’un sac de patates. Un humoriste local a en effet invité tous ses fans à venir voter la tête ainsi couverte pour dénoncer le vote tête cachée désormais autorisé, déclenchant une vaste polémique.
Le 15 septembre dernier, le niqab a fait son entrée dans la campagne après que la Cour d’appel fédérale a rendu un jugement en faveur du port de ce vêtement lors des cérémonies d’assermentation. En réaction à cette décision, une résidente de Longueuil a lancé le mouvement « Le 19, je vote voilée » sur Facebook. Depuis, 8600 électeurs ont indiqué qu’ils iraient voter le visage couvert.

Crédit photo : Héloïse Archambault


Globalisation économique : l’accord Transpacifique signé, un avant-goût de ce qui nous attend

07/10/10/2015 – ÉCONOMIE (NOVOpress)
Douze pays du Pacifique – Chine exclue – ont signé le « Trans Pacific Partnership » (TPP) -accord de partenariat Transpacifique-, créant la plus vaste zone de libre-échange au monde. L’occasion de voir ce qui nous attend avec TAFTA/TTIP

Douze pays du Pacifique ont scellé mardi 6 octobre à Atlanta aux États-Unis un accord donnant naissance à la plus vaste zone de libre-échange au monde, le « Trans Pacific Partnership » (TPP).
Les signataires sont l’Australie, Brunei, le Canada, le Chili, le Japon, la Malaisie, le Mexique, la Nouvelle-Zélande, le Pérou, Singapour, les États-Unis et le Vietnam, et représentant 40 % de l’économie mondiale.
La Chine, qui ne fait pas partie des signataires, est mise sous pression pour adapter ses propres règles en matière de commerce, d’investissement et de droit commercial à celles établies par le TPP.
Lire la suite

islam_canada

Canada : il deviendra illégal de s’opposer au multiculturalisme !

Source : FIGAROVOX/TRIBUNE

NDLR Avec un coup d’avance sur nous, les Canadiens progressent dans la société multiculturelle et sa promotion juridique liberticide. Le projet de loi contre l’islamophobie actuellement en discussion rappelle bien des débats français sur ce que l’on peut et ne peut pas dire. L’analyse du sociologue canadien (Ph. D) Mathieu Bock-Côté résonne donc comme un cri d’alarme, non seulement pour nos cousins, mais aussi pour nous.

Alors qu’un projet de loi contre l’islamophobie est en discussion au Parlement québécois, Mathieu Bock-Côté s’élève contre l’interdiction progressive de toute contestation du modèle multiculturel.

Au mois de juin dernier, le gouvernement du Québec, dirigé par le Parti libéral de Philippe Couillard (fédéraliste) présentait le projet de loi 59 (PL 59), visant officiellement à lutter contre les « discours haineux ». On l’aura compris, il s’agissait, plus particulièrement, de lutter contre « l’islamophobie », qui contaminerait apparemment de grands pans de l’opinion publique.

On ne pourra plus se questionner sur la responsabilité de l’islam dans sa difficile intégration aux sociétés occidentales. Chose certaine, ce sont de tels esprits qui s’empareront de cette loi pour faire régner la leur.

Le projet de loi est ces jours-ci examiné en commission parlementaire et suscite une inquiétude de plus en plus marquée, surtout, on s’en doute, chez ceux refusent l’aplaventrisme devant l’idéologie multiculturaliste. Ses partisans, quant à eux, brandissent l’étendard d’une société vraiment inclure.

Pour l’essentiel, le PL 59 accorderait aux individus le droit de porter plainte non plus seulement en leur nom propre, s’ils se sentent diffamés, mais au nom d’une communauté qu’ils croiraient victime de propos haineux, sans qu’on ne sache comment définir les propos en question. La Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ), qui est un peu l’équivalent québécois de la défunte HALDE, serait alors responsable d’enquêter pour identifier les contrevenants. Elle pourrait non seulement punir ceux qui s’en rendraient coupables en en leur distribuant des amendes salées, mais établir un registre public des délinquants et censurer les publications qui accueillent un tel discours. La CDPDJ détiendra pratiquement le pouvoir de censurer les médias qui ne se soumettent pas à sa vision.
Lire la suite

Islamisation : Où que nous soyons, le problème est le même - Par Vincent Revel

Islamisation : Où que nous soyons, le problème est le même – Par Vincent Revel

Photo : le tueur islamiste d’Ottawa (22 octobre 2014). DR.

26/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – L’islamisme ne connaît pas de frontières. Cette idéologie s’adapte à son environnement là où on la laisse s’installer. Le Canada vient de découvrir cette triste réalité. Ce pays, qui accueille chaque année des dizaines de milliers de migrants dans un modèle de société communautariste, se trouve face à la même problématique qui se pose à l’Europe : comment faire pour cohabiter avec l’Islam lorsque l’on apprend depuis longtemps aux jeunes générations la détestation de soi ? Comment faire pour ne pas voir des jeunes, paumés, en perte d’identité, devenir des fous d’Allah ?

Pour lutter pleinement contre les discriminations (version canadienne du bien vivre ensemble), le Canada a toujours voulu être le bon élève de la classe ! Désirant autoriser les tribunaux islamiques à se prononcer sur les affaires familiales, les autorités canadiennes ont provoqué l’indignation de nombreuses associations laïques et féministes. Au nom de la multiculturalité et du droit à la différence, le Canada était prêt, en 2005, à se compromettre avec les pires des radicaux, qui étaient conscients de leur force et de leur capacité à profiter de la naïveté de leurs hôtes.

Avec la montée d’un communautarisme nouveau, une petite ville du Québec, Hérouxville, osa s’élever contre le politiquement correct en condamnant fermement les crimes d’honneur, la lapidation des femmes, l’excision et d’autres pratiques monstrueuses promues par les extrémistes islamistes. La municipalité de ce bourg québécois s’insurgea contre les revendications de la communauté musulmane modifiant radicalement les habitudes et les traditions humanistes du Canada. Le fait que les musulmans demandent que garçons et filles ne se baignent pas ensemble dans les piscines municipales, révolta le conseiller municipal André Drouin. Hérouxville espérait que son action soit entendue comme l’expression «d’un cri du cœur», dénonçant un danger bien réel, entretenu par des radicaux décidés à faire du Canada une plateforme d’expansion de l’islam en Amérique du Nord. Cependant lors des élections fédérales partielles du 17 septembre 2007, l’islam remporta une nouvelle victoire en arrachant une décision aux autorités électorales canadiennes permettant aux femmes musulmanes de pouvoir voter sans avoir à montrer leur visage.

Lire la suite

Le Canada victime de plusieurs attaques terroristes

Le Canada victime de plusieurs attaques terroristes [MàJ]

22/10/2014 – OTTAWA (NOVOPress)
Voici une image du suspect de l’attaque terroriste qui a frappé Ottawa. Probablement un djihadiste qui a donc agi en plein coeur du Canada. Né au Canada, et d’origine libyenne.

 


22/10/2014 – OTTAWA (NOVOpress)
Membre de la coalition internationale contre l’Etat islamique, le Canada connait depuis quelques jours des attaques terroristes sur son sol. Dernière en date, ce mercredi à Ottawa, où le parlement fédéral était notamment visé. Un soldat est décédé suite à cette attaque, ainsi qu’un assaillant. A l’heure où nous publions cet article, nous n’avons pas plus d’informations.


 

 

 

 

 

Lire la suite

Rémi Tremblay : "Le Québécois du XXIe siècle se coupe de ses racines"

Rémi Tremblay : « Le Québécois du XXIème siècle se coupe de ses racines »

19/07/2014 – MONTREAL (via Présent)
Nous reproduisons avec leur aimable autorisation un entretien réalisé par nos confrères de Présent, pour le numéro 8148, avec Rémi Trembaly de la Fédération des Québécois de souche.


La Fédération des Québécois de souche (FQS) se présente comme « un réseau d’hommes et de femmes, Québécois de souche, partisans du principe de l’union sacrée entre une terre et son peuple ». Outre l’animation de son site Internet, la FQS publie une revue papier, Le Harfang, pour laquelle notre dessinatrice Chard a fourni quelques dessins… A l’origine du Harfang, Rémi Tremblay. Il est membre de la FQS depuis 2011 et l’un des porte-parole de l’organisation. Il nous donne un aperçu du Québec version « pays réel ».

Propos recueillis par Samuel Martin


Tout d’abord, pouvez-vous dresser un état des lieux rapide des forces politiques au Québec ?

Avant toute chose, je crois qu’il est important de spécifier qu’au Québec nous vivons dans une monarchie de type britannique. Bref, chaque comté élit un député qui, lui, élira le Premier ministre. Donc, pas de proportionnelle ni d’élection du chef d’Etat. Cela crée évidemment des problèmes pour les petits partis qui, bien qu’ils reçoivent un certain pourcentage de votes, n’obtiendront pas de députés. Ce système, loin d’être parfait, explique pourquoi, aux élections du printemps, le Parti libéral fut élu avec une majorité des sièges bien que seulement 18 % des Québécois en âge de voter l’aient fait pour eux.

Si les Français croient que le PS et l’UMP c’est du pareil au même, ils seront estomaqués de constater la similitude entre les trois grands partis au Québec. Nous avons le Parti libéral (centre gauche, fédéraliste), le Parti québécois (centre gauche souverainiste) et la Coalition Avenir Québec (centre gauche, autonomiste). Bref, au plan des idées, les trois partis ont un programme interchangeable. Ils s’entendent comme larrons en foire sur tous les sujets (immigration, justice, taxation, enjeux sociétaux…), sauf sur le statut du Québec au sein du Canada.

Le Parti québécois (PQ) n’est-il pas proche de la droite nationaliste ?

Vu de l’étranger, peut-être, mais c’est une mauvaise perception. Le PQ est très semblable au Scottish National Party (Parti national écossais, note de Novopress), un parti impossible à taxer de droite. Pour ce qui est de la droite, il n’existe qu’un parti libertarien (Parti conservateur), mais même ce parti ne fait que récolter quelques milliers de votes sans aucun espoir de faire élire un député.

Il existe également un parti de gauche extrême, semblable au Front de Gauche de Mélenchon, mais celui-ci est relativement marginal, avec seulement trois élus.

C’est dans la société civile que les groupes nationalistes sont plus actifs. Il existe une multitude de groupes défendant notre langue et certains groupes plus nationalistes mais, à l’exception de la Fédération des Québécois de souche, tous nient le volet ethnique de notre identité.

Nous, Français, sommes mal renseignés sur la réalité de l’immigration au Québec. Quelle image avez-vous, de votre côté, de l’état actuel de la France ?

Nous devons malheureusement dire que nous utilisons souvent la France comme un exemple de ce qui attend le Québec si nous ne modifions pas de façon drastique nos politiques d’immigration. Ici, il est bien connu que l’immigration de masse est un fléau pour la France, avec tous les problèmes que cela amène. Les émeutes des banlieues et l’islamisation continuelle ont été médiatisées au Québec, mais étonnamment, personne ne semble être en mesure d’apprendre des erreurs des autres, et nous accueillons au prorata plus d’étrangers que la France.

Lire la suite

Québec : un camp d’été pour les enfants transgenres de 7 à 15 ans

Québec : un camp d’été pour les enfants transgenres de 7 à 15 ans

13/06/2014 – MONTRÉAL (NOVOpress) – Comme une odeur de pourri dans la Belle Province ? Un camp pour jeunes de 7 à 15 ans vient d’ouvrir au Québec pour recevoir cet été les enfants intersexes, c’est-à-dire, selon la définition officielle, des enfants qui aiment des vêtements ou des activités différentes de ceux reconnus habituellement par la société.

Québec : un camp d’été pour les enfants transgenres de 7 à 15 ans

Québec : un camp d’été pour les enfants transgenres de 7 à 15 ans

La brochure promotionnelle donne mieux le ton : « S’adressant aux jeunes trans, intersexes et non conformes dans le genre de 7 à 15 ans, le Camp des Six Couleurs [faisant référence au drapeau arc-en-ciel des lobbies homosexuels, note de Novopress] est le premier camp au Québec à offrir un séjour gratifiant à ces jeunes souvent mis en retrait des camps traditionnels. Se voulant être un espace sécuritaire d’épanouissement, le Camp des Six Couleurs permettra à ces jeunes de vivre une expérience unique, durant laquelle leur réalité physique ou leur expression et identité de genre ne seront pas facteurs de discrimination ». Plus on est de fous, plus on rit : « Les frères et sœurs des participants sont également les bienvenus ! »

Le formulaire d’inscription, hallucinant, demande aux parents d’indiquer la préférence de genre de l’enfant, « afin qu’il soit placé dans un dortoir avec d’autres enfants partageant les mêmes intérêts »

Si l’on peut s’inquiéter que les enfants soient marqués comme transgenres si jeunes, le directeur d’une clinique transgenre, partisan de ce projet, le Dr Ghosh, assure les transgenres se repèrent très vite (selon quels critères ? Dès 7 ans, on remarque que la petite fille est plutôt garçon manqué ?) et que « c’est presque toujours évident avant l’âge scolaire ». Ce médecin n’hésite d’ailleurs pas à prescrire aux enfants des bloqueurs d’hormones pour ralentir la puberté, avant de passer à des traitements hormonaux à la testostérone ou aux œstrogènes.

Pour consulter le programme : Camp des six couleurs – Source : Metro

Photo peu flatteuse de Barack Obama : un étudiant forcé de faire une autocritique publique

Photo peu flatteuse de Barack Obama : un étudiant forcé de faire une autocritique publique

26/02/2014 – QUEBEC (NOVOpress) – Fait divers typique du continent Nord-Américain, où le politiquement correct atteint des sommets de ridicule : un étudiant de la célèbre université Canadienne de McGill a été oblige de s’excuser formellement pour avoir envoyé un courriel contenant une photo peu flatteuse du Président Obama, au motif que d’autres étudiants ont trouvé cela « raciste ».

Cette image est en fait une copie d’écran d’une émission de télévision parodique, “The Tonight Show”, où on voit le président Barack Obama ouvrir une porte à coup de pied. Le texte du mail envoyé par Brian Farnan indiquait : « ils craquent tous à la moitié de son mandat ». Un autre étudiant a porté plainte au sujet de cette image, qu’il a estimée hostile vis-à-vis des Noirs.

Dans son autocritique publique, l’étudiant mis en cause a dû écrire que « cette image était raciste car elle incitait à penser que les gens de couleur étaient violents et que j’ai utilisé un medium universitaire (intranet) pour véhiculer une image négative sur une minorité ».

Source : Daily Caller

Extrait de l’Âge des ténèbres (2007), de Denys Arcand

Le gouvernement du Québec désire choisir les immigrants selon leurs compétences

Le gouvernement du Québec désire choisir les immigrants selon leurs compétences

18/02/2014 – Parmi les caractéristiques visées par la réforme proposée par Diane De Courcy, Ministre de l’Immigration et des Communautés culturelles au Québec, on retrouve plusieurs domaines : formation, diplômes obtenus, métiers et secteurs de travail convoités ainsi que la région visée par le candidat. Québec souhaite en finir avec cette époque où les demandes des candidats à l’immigration étaient analysées en fonction du critère « premier arrivé, premier servi ». Une telle pratique a été instaurée en Australie et en Nouvelle-Zélande. À l’échelle canadienne, Citoyenneté et Immigration Canada adoptera cette méthode à compter de janvier 2015. Source : La Presse.ca

Crédit photo : dougtone via Flickr (cc)

Montréal : Une femme meurt après s’être coincé son hijab et ses cheveux dans un escalator du métro

Montréal : Une femme meurt après s’être coincé son hijab et ses cheveux dans un escalator du métro

01/02/2014 – 12h00
MONTRÉAL (NOVOpress) –
Un témoin a trouvé la victime au pied de l’escalator à la station de métro Fabre à l’est de Montréal vers 9h15 avant-hier matin. Il a alerté des employés qui ont appelé la police. Quand les premiers secours sont arrivés la femme était sans connaissance. « Nous avons tenté de la réanimer sur place mais nous avons pu la sauver », a déclaré l’auxiliaire médical Bob Lamle à l’Agence QMI.

Les circonstances exactes de la mort de cette femme se sont pas encore claires, mais le porte-parole de la police de Montréal Jean-Pierre Brabant a déclaré qu’il semble bien que la victime se soit coincé son voile intégral dans le dispositif de l’escalier mécanique. « S’est-elle étranglée ou a-t-elle eu un malaise avant de tomber? C’est trop tôt pour le dire, » a ajouté Brabant.

La police a fermé le métro pour les besoins de l’enquête. Les enquêteurs vont examiner les bandes vidéo de la station pour obtenir plus d’informations.

Source : Toronto Sun

Crédit photo : shahdi via Flickr (cc)

Démocratie : histoire d’un malentendu [vidéo]

04/12/2013 – 09h30
MONTRÉAL (NOVOpress) –
Pour Francis Dupuis-Déri, écrivain et professeur de science politique à l’Université du Québec à Montréal (UQAM), la démocratie n’est pas celle que l’on croit et son histoire est encore plus méconnue. Détestée et ridiculisée pendant des siècles, la démocratie était vue comme le pire des régimes pendant des générations en Occident. Dans Démocratie. Histoire politique d’un mot (Lux éditeur, 2013), le professeur au Département de science politique de l’UQAM conclut avec fracas : le Canada n’est pas une démocratie et ne l’a jamais été.

«[Les Français ?] Il y en a pas mal qui se rendent compte qu’ils ne sont pas en démocratie en ce moment même… »

Publié le
Le Canada réforme sa politique d’immigration

Le Canada réforme sa politique d’immigration

03/04/2013 – 15h30
OTTAWA (NOVOpress via le Bulletin de réinformation ) – En publiant le nouveau guide d’accueil des immigrés, le ministre canadien Jason Kenney (ci-dessus) a dévoilé les nouvelles orientations de son gouvernement conservateur en matière de politique migratoire. De 50 pages dans la précédente mouture, le guide est passé à 150. Les nouveaux chapitres sont édifiants : monarchie, armée canadienne, ou encore importance fondamentale du mariage dans la société.

Lire la suite