Tag Archives: budget de l’État

François Hollande Chard

François Hollande dilapide l’argent public avant de faire ses bagages

Ils embarquent dans leurs cartons les ordinateurs et les petites cuillères en argent, ils augmentent leurs salaires avant de partir, ils se sont lâchés plus que jamais sur les dépenses parce qu’ils s’en vont en 2017, après moi le déluge, ils nous laissent la France exsangue et ruinée.

Dès le 25 janvier, Francis Bergeron annonçait en une de Présent le « constat de faillite » de la Cour des comptes. Didier Migaud, socialiste bon teint, ne proposait rien d’autre que d’opérer un audit des comptes de l’Etat, dès Hollande débarqué. Du jamais vu.

En cette année d’élection, l’exécutif a relâché en partie les vannes de la dépense, déplore la Cour. C’est dire la conscience et le sens des responsabilités de ces gens-là. « Sous l’effet de mesures de revalorisation des rémunérations, la masse salariale de l’Etat a bondi de 3 % en 2017, autant qu’entre 2011 et 2016. » Des indemnités de départ bien méritées !

L’institution détaille par le menu le gaspillage quotidien de nos deniers. En 1 300 pages, les contribuables peuvent découvrir comment l’Etat jette l’argent par les fenêtres au risque de faire passer Pénélope Fillon pour une smicarde relevant de l’aide sociale. Formation professionnelle, indemnisation des accidents médicaux, chambres d’agriculture, autoroutes ferroviaires, la liste de la gabegie donne le vertige. Mention spéciale pour le fiasco ruineux de l’écotaxe poids lourds dont la Cour des comptes dresse l’épitaphe : un « gâchis patrimonial, social et industriel ». Des pertes de recettes de près de 11 milliards d’euros et une compensation demandée aux automobilistes français…

La Cour des comptes alerte particulièrement sur la situation de saturation et d’épuisement des forces mobiles de la police et de la gendarmerie nationales, dont les effectifs ont fondu de 7,5 % alors qu’ils sont employés de manière toujours plus intensive : « Terrorisme, plan Vigipirate, mouvements sociaux radicalisés et souvent violents, lutte contre l’immigration clandestine dans le contexte de la crise migratoire, sécurisation de grands événements comme la COP 21 et l’Euro 2016. »

Les forces mobiles sont souvent affectées à des missions permanentes pour lesquelles leur plus-value opérationnelle est faible, relève la Cour des comptes. C’est le cas des gardes statiques et des escortes qui, à Paris, accaparent plus de 40 % du personnel. Moins d’un quart des effectifs est employé au maintien de l’ordre.

Dans le même temps, la Cour des comptes décortique les grosses ficelles du gouvernement pour falsifier la situation : objectif de croissance irréaliste, tours de passe-passe comptables, économies imaginaires, dépenses programmées sur l’avenir, recettes gonflées. La France est au bord du précipice avec une dette de 2 200 milliards d’euros (plus de 97 % de son PIB, alors qu’elle ne devrait pas, selon les critères de Maastricht, dépasser les 60 %). Le prochain gouvernement va devoir stopper entièrement les dépenses et réaliser des coupes franches. Il n’a plus aucune marge de manœuvre. Sauf à commencer par sortir de l’Union européenne évidemment. Et à axer ses premières économies sur l’invasion migratoire.

Caroline Parmentier

Article et dessin de Chard parus dans Présent daté du 10 février 2017
sous le titre « Hollande dilapide »

Affaire Nicolas Sarkozy : le lapsus de Michel Sapin

Des députés socialistes veulent fusionner l’impôt sur le revenu et la CSG

14/10/2015 – POLITIQUE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le débat parlementaire sur le projet de loi de finances pour 2016 a débuté hier mardi à l’Assemblée nationale. Comme chaque année, le budget de l’État pose la question des efforts budgétaires pour rééquilibrer les comptes publics. Cette année, le gouvernement annonce 16 milliards d’économies.

Mais cette année, le gouvernement ne prévoit plus de hausses d’impôts
Michel Sapin, ministre des Finances, a déclaré vouloir rendre aux Français une partie des efforts qu’ils ont consentis ces dernières années. Le projet de loi de finances prévoit d’ailleurs une baisse de 2 milliards d’euros de l’impôt sur le revenu. Une mesure qui profitera aux ménages imposables situés vers le milieu de l’échelle des revenus… mais pas aux autres : les ménages réputés aisés ne verront pas leurs impôts baisser.

Cela pourrait d’ailleurs être pire, car Jean-Marc Ayrault et Pierre-Alain Muet veulent aller plus loin dans la réforme fiscale
L’ancien Premier ministre et environ 130 autres députés socialistes — notamment des députés dits frondeurs — veulent fusionner l’impôt sur le revenu et la contribution sociale généralisée (la CSG). Ils estiment en effet qu’il est injuste que la CSG soit essentiellement proportionnelle et non progressive ; d’autant plus qu’elle pèse plus lourd que l’impôt sur le revenu. Leur objectif, qui avait déjà été affiché par le Congrès du Parti socialiste cet été, est donc de rendre la CSG progressive.

En clair, les ménages modestes paieraient encore moins d’impôts. Et les classes moyennes supérieures paieraient toujours plus
À moins de deux ans de la présidentielle de 2017, François Hollande n’entend pas s’engager dans cette voie. Michel Sapin a opposé une fin de non-recevoir : selon lui, l’amendement fusionnant les deux impôts risquerait d’être inconstitutionnel, parce qu’il rendrait progressive la CSG sans tenir compte de la situation familiale. Gilles Carrez, président de la commission des finances, est en outre venu à la rescousse du gouvernement : il a déclaré l’amendement irrecevable à ce stade des débats, faute d’impact sur le budget de l’État.

Déficit de l’État : la Cour des comptes pointe un dérapage de 10 milliards en 2014

29/05/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Le gouvernement se félicitait récemment d’avoir maîtrisé sa gestion budgétaire en 2014. C’était avant que la Cour des comptes ne publie son rapport annuel du budget de l’État, venant contredire les prévisions optimistes de l’Exécutif.

Selon ce rapport, avec 85 milliards d’euros de déficit, le budget de l’État est « deux fois supérieur à celui d’avant la crise » (38 milliards en 2007). Un déficit qui a augmenté de 10 milliards par rapport à 2013, alors qu’il diminuait depuis 2010. Ce n’est pas tout, les recettes fiscales sont inférieures de 9 milliards aux prévisions initiales
Cela s’explique en partie par une croissance plus faible que prévu. Mais aussi par les hausses de fiscalité que les contribuables ont notamment dû subir : 2 milliards pour la baisse du plafonnement du quotient familial ou la hausse de TVA, par exemple.

Avec 1528 milliards d’euros, la dette atteint un record
Elle a continué de croître de 71 milliards entre 2013 et 2014. Grâce aux faibles taux d’intérêt, la charge de la dette a toutefois baissé par rapport à celle de 2013. La Cour estime que pour stabiliser le poids de la dette dans le PIB, le déficit budgétaire aurait dû être limité à 11 milliards, soit 7 fois moins que celui constaté.

Stabilisation des dépenses
Les dépenses ont continué à être stabilisées, comme en 2013. Ce qui constitue un progrès selon Didier Migaud, président de la Cour des comptes. Cependant, ces dépenses ont été contenues par des annulations de crédits en cours des années (des coups de rabot) davantage que par des économies pérennes et structurelles, a déploré l’institution.

Quelques dérapages non contrôlés
Les opérations extérieures de l’armée ont coûté plus cher que prévu : 1,2 milliard, alors que le budget initial tablait sur 450 millions. Certains dispositifs ont par ailleurs été sous évalués, principalement en matière d’aides sociales, comme l’hébergement d’urgence, les aides personnelles au logement, l’allocation aux adultes handicapés, l’allocation temporaire d’attente, l’aide médicale d’État et le RSA.

Crédit photo : Christophe André via Flickr (CC)



Lire la suite