Tag Archives: Bourgogne

Vu sur Facebook

Le viticulteur Emmanuel Giboulot quelques instants avant son procès

Publié le
Témoignage d'Emmanuel Giboulot, viticulteur bio qui passe en correctionnelle le 24 février prochain

400.000 soutiens à Emmanuel Giboulot

21/02/2014 – BEAUNE (NOVOpress) – Plus de 400.000 personnes ont adressé leur soutien au viticulteur bourguigonon Emmanuel Giboulot, traîné en correctionnelle pour avoir refusé de polluer. Emmanuel Giboulot passe en correctionnelle le 24 février prochain pour un motif ubuesque : il a refusé de déverser sur ses vignes un pesticide hautement toxique, privilégiant des solutions naturelles tout aussi efficaces (voir notre article).

Un viticulteur risque la prison pour avoir refusé de polluer

Un viticulteur risque la prison pour avoir refusé de polluer

17/02/2014 – DIJON (NOVOpress) – Un viticulteur bourguignon, Emmanuel Giboulot, exploite depuis plus de quarante ans 10 hectares de vignes en agriculture biologique. Le 24 février prochain, il passera devant un tribunal correctionnel pour avoir refusé de déverser un pesticide dangereux sur sa vigne. Il risque jusqu’à 6 mois de prison et 30.000 € d’amende.

Comment en est-il arrivé là ? En juin 2013, le préfet de Côte d’Or prend un arrêté pour contrer une hypothétique épidémie de flavescence dorée, une maladie de la vigne, transportée par un petit insecte, la cicadelle. Cet arrêté prévoit l’usage d’un pesticide extrêmement nocif, puisque tuant toutes sortes d’insectes nécessaires à la régulation de la vigne pour éviter les parasites et bien évidemment les abeilles, dont les colonies disparaissent de manière inquiétante.

Emmanuel Giboulot opte alors pour une solution plus respectueuse des équilibres biologiques, car il existe des traitements naturels bien connus des vignerons et très efficaces. Il faut savoir que l’agriculture biologique se caractérise par l’absence d’usage de produits chimiques de synthèse, se voulant le prolongement d’une l’agriculture traditionnelle et ancestrale à l’opposé de l’agriculture intensive. De nombreux vignerons et viticulteurs sont ainsi passés en « bio » et produisent des vins réputés dans le monde entier. Mal en a pris à Emmanuel Giboulot : fin juillet, suite à la dénonciation d’un inspecteur de la direction régionale de l’Agriculture, il est mis en examen comme un vulgaire criminel.

Une déclaration de soutien est alors lancée par l’Institut pour la Protection de la Santé Naturelle et recueille à ce jour plus de 75000 signatures, invitant non seulement les internautes à soutenir publiquement Emmanuel Giboulot, mais à soutenir toutes les initiatives visant à privilégier l’usage d’alternatives naturelles plutôt que des produits de synthèse.

Pour apporter, vous aussi, votre signature à la déclaration de soutien, cliquez ici.

Crédit photo : damienroue via Flickr (cc)

Dijon : vandalisme à l'exposition Vincenot

Dijon : vandalisme à l’exposition Vincenot

10/09/2012 — 19h30
DIJON (NOVOpress) —
Il était trop enraciné, trop attaché à la terre qui l’a vu naître : c’est pourquoi l’artiste et écrivain Henri Vincenot (1912-1985) n’est guère apprécié des bien-pensants de gauche et autre fourriers de la mondialisation. Et visiblement, il ne ferait pas non plus l’unanimité côté diversité, si l’on en croit ce fait-divers dijonnais.
Lire la suite

Découvrez la construction d’un château fort du Moyen-Âge au cœur de la Bourgogne

Découvrez la construction d’un château fort du Moyen-Âge au cœur de la Bourgogne

28/08/2012 – 08h00
DIJON (NOVOpress) –  Vous avez adoré le livre de Ken Follett, Les piliers de la terre ? Alors, vous allez aimer Guédelon ! Dans le département de l’Yonne, entre les villages de Saint-Sauveur-en-Puisaye et Saint-Amand-en-Puisaye, l’aventure a commencé le 20 juin 1997. Cette fois, il ne s’agit pas de construire une cathédrale du XIIème siècle comme dans le roman de l’écrivain gallois, mais d’élever un château fort médiéval, au XXIème siècle, au cœur de la Bourgogne !

Quarante-cinq passionnés (carriers, tailleurs de pierre, maçons, bûcherons, charpentiers, forgeron, charretiers, tuiliers, cordier, vannier,etc.) bâtissent l’édifice selon les techniques du XIIIème siècle. Un chantier vivant puisque les visiteurs sont les bienvenus. L’année dernière, Guédelon a reçu près de 310.000 visiteurs. Les visites sont possibles jusqu’au 4 novembre prochain (fermeture les mercredis, sauf en août). Plus de renseignements en cliquant ici.
Crédit photo : Duul58/Flickr (cc)

La Bourgogne n'est pas à vendre

La Bourgogne n’est pas à vendre

27/08/2012 — 10h00
DIJON (NOVOPress) —
C’est peu dire que l’achat du château de Gevrey-Chambertin par un investisseur chinois n’est pas du goût des Bourguignons. En tout cas, samedi, une quinzaine d’Identitaires se sont déplacés pour une distribution de tracts. Et ce pour interpeller « riverains et touristes », « afin de ne pas voir disparaître une part croissante de notre patrimoine historique aux mains de riches investisseurs étrangers ». De plus, « les militants ont également rappelé que le droit de préemption permet notamment à une municipalité d’acquérir prioritairement un bien foncier ou immobilier sur le point d’être vendu. »

En effet, l’investisseur chinois a pu obtenir le château contre huit millions d’euros. Contre une offre de cinq millions d’euros faite par le syndicat viticole de Gevrey-Chambertin. D’où la crainte d’une « envolée attendue de la valeur des terres, ainsi que des droits de succession, risquant à terme de compromettre la transmission du patrimoine entre les générations de viticulteurs, comme l’installation de jeunes exploitants. »

Pour finir, les Identitaires bourguignons ont indiqué placer leur action dans le sillage de celles menées à Paris et à Cannes contre l’achat de notre patrimoine par le Qatar.

Patrimoine enraciné: la Tour du Bost en Saône-et-Loire

Patrimoine enraciné : la Tour du Bost en Saône-et-Loire

27/07/2012 — 08h00
MÂCON (NOVOpress) —
Notre pays riche d’une histoire plurimillénaire se pare d’un héritage colossal de monuments divers, quelquefois certes impressionnants, mais le plus souvent de prime abord modestes, et qu’il faut savoir découvrir dès que l’on se hasarde hors des circuits touristiques. Et chez nous, contrairement à beaucoup d’autres pays européens, il reste relativement rare que les municipalités s’en préoccupent sans l’encouragement d’initiatives privées, laissant ainsi se dégrader dans l’indifférence d’irremplaçables trésors.
Lire la suite

Début de saison pour la "Desouchière"

Début de saison pour la « Desouchière »

La Desouchière entame sa 4ème saison d’accueil en Bourgogne. Durant le printemps, l’été et une partie au moins de l’automne, elle accueillera comme d’habitude désormais visiteurs et bénévoles de passage. Nous reproduisons ci-dessous le programme des activités à venir.

Première semaine de travaux

Du 9 au 13 avril, nous organisons une semaine de travaux. Si vous êtes libre à cette période et que vous souhaitez vous joindre à nous, faites-moi signe rapidement afin que nous organisions votre séjour au mieux. Je me ferai un plaisir de vous donner tous les détails nécessaires. Vous êtes le bienvenu même si vous n’avez pas de compétences particulières, il y a toujours à faire. Si vous êtes maçon, plombier ou couvreur, nous avons plus spécifiquement besoin de vous.

Premier week-end découverte

Celui-ci aura lieu les 14 et 15 avril prochains. Si vous n’êtes encore jamais venu nous voir, c’est le moment de nous rendre visite pour mieux faire connaissance et découvrir nos projets. Contactez-moi si vous êtes intéressé. Nous essayerons d’organiser d’autres week-end de ce type au cours de la saison afin de regrouper les visites et de vous permettre ainsi de rencontrer d’autres sympathisants lors de votre passage.

Financement de la saison

Il nous reste à réunir 4.000 euros d’ici à la fin du mois de juin pour financer notre saison 2012. C’est un objectif tout à fait réaliste que nous atteindrons avec votre soutien, comme chaque année depuis le lancement de notre initiative. Pour nous soutenir, rendez-vous sur cette page de notre site : http://www.desracinesetdeselfes.com/soutenir-financierement-notre-action/.
Un indicateur visuel a été mis en place sur la page d’accueil du site pour vous permettre de suivre l’avancement de cette opération. Je vous en joins une copie avec ce message. Pour chaque tranche de 20 euros récoltés, une case noire deviendra orange.

[box class=info]En savoir plus : www.desracinesetdeselfes.com[/box]
Créditi photo : Novopress (cc) – la route des grands crus en Bourgogne (juin 2008)

Agir pour la démondialisation sur le terrain : les Identitaires bourguignons se rendent dans le fief d'Arnaud Montebourg

Agir pour la démondialisation sur le terrain : les Identitaires bourguignons se rendent dans le fief d’Arnaud Montebourg

06/10/2011 – 16h30
MÂCON (NOVOpress) – Après Philippe Vardon et les militants de Nissa Rebela, les Identitaires bourguignons investissent la rue pour réclamer la tenue des Assises de la démondialisation. C’est la raison pour laquelle ils se sont rendus mercredi 5 octobre à Louhans (Saône-et-Loire), où se trouve la permanence d’Arnaud Montebourg. En effet, le candidat à la primaire socialiste et chantre de la démondialisation est député de cette circonscription bourguignonne.

Ils ont ainsi distribué des tracts (voir ci-dessous) pour saluer les propositions du candidat à la primaire socialiste (relocalisation de nos industries, création de barrières douanières à l’échelle de l’Europe …) et son engagement en faveur de la démondialisation, en rappelant que les Identitaires s’affirment, eux, anti-mondialistes depuis leur création en 2002.

[box class= »info »]Crédit photo : DR[/box]

Un responsable de Résistance Républicaine soutient l’action des Identitaires au conseil municipal de Dijon

Un responsable de Résistance Républicaine soutient l’action des Identitaires au conseil municipal de Dijon [vidéo]

04/10/2011 – 16h30
PARIS (NOVOpress) –
Les lignes politiques semblent vraiment bouger. Dernière preuve en date, Jacques Philarcheïn, délégué régional de Résistance Républicaine (l’association présidée par Christine Tasin) en Bourgogne.

Ce professeur de philosophie, marxiste et syndicaliste soutient, via un article du site de Riposte laïque, l’action (voir la vidéo ci-dessous) des Identitaires de Bourgogne contre le racisme anti-blanc. Jacques Philarcheïn s’insurgeant de plus contre les propos de François Rebsamen, sénateur-maire PS de Dijon (qui plus est président du groupe PS à la Haute Assemblée), qui affirme : « C’est pas celui-là [le racisme anti-blanc, note de Novopress] qui me préoccupe le plus en premier ! »

Les elfes s'enracinent dans le Morvan

La Desouchière : les elfes s’enracinent dans le Morvan

15/08/2011 – 13h30
MÂCON (NOVOpress) — La visite de sites d’agrégation d’informations comme Fdesouche qui compilent les informations relatives à l’immigration illégale, l’islamisation rampante et la criminalité galopante suscitent de nombreuses réactions auprès d’un public de visiteurs fidèle. Nombreux sont ceux qui laissent des commentaires bruts de décoffrage reflétant la désespérance grandissante des Français face à ce qu’ils perçoivent comme la décomposition de leur pays.

Plus rares, pour le moment, sont ceux qui prennent des initiatives positives pour inverser le mouvement et rebâtir un pays digne de ce nom dans lequel nos enfants soient en sécurité.

En octobre 2008, une jeune famille a décidé de prendre son destin en main et de ne plus subir passivement un déclin devenu évident. Alerté par la visite régulière du site Fdesouche, Olivier Bonnet a cherché à s’évader d’un milieu péri-urbain conformiste et moutonnier pour chercher de l’air pur et des perspectives nouvelles dans un projet sérieux, ambitieux et, ce qui en fait l’originalité, collectif.

L’idée de base est simple : faire venir dans une région de France des familles motivées par un même idéal de vie afin de les faire travailler dans une logique de réseau multifacettes, associatif, solidaire, économique, culturel… Grâce à ce système fondé sur le localisme, les participants préservent leur autonomie familiale tout en se renforçant mutuellement. La logique profonde qui sous-tend le projet est le refus de l’enfermement sur soi et la volonté de construire des initiatives strictement positives et exemplaires. L’objectif est la transmission de notre héritage pour préparer l’avenir.

Olivier a également conscience de la situation tragique dans laquelle se trouvent de nombreux compatriotes, condamnés à un triste exil intérieur en raison de leur refus de la xénophilie ambiante. Il cherche dans le cadre de ce projet à offrir une issue aux isolés, à créer un lieu de rencontre pour que les personnes partageant une vue du monde commune puissent se rencontrer, parler, partager et, finalement, bâtir des projets en commun.

La Desouchière : les elfes s'enracinent dans le MorvanFort de ses compétences professionnelles, Olivier Bonnet met en ligne un premier site sur lequel il trace brièvement les grandes lignes de son projet. A titre de clin d’œil, il appelle ce site « la Desouchière », un sorte d’hommage à Fdesouche qui avait largement contribué à son inspiration.

Son grand frère de la toile ne pouvait ignorer cette initiative et le site Fdesouche relaie avec enthousiasme l’initiative. En très peu de temps, grâce à son flux considérable de visites, un premier groupe de personnes intéressées prend contact avec Olivier Bonnet et le 7 décembre 2008 les statuts de l’association Des Racines et des elfes sont signés à Mâcon.

L’objet de l’association est le résultat de longues discussions et chaque mot a été pesé au trébuchet :

« L’association participe à la sauvegarde et favorise la pérennité de l’environnement et du patrimoine commun des peuples européens. Elle poursuit cet objectif dans le respect des équilibres naturels et avec le souci constant de favoriser la fraternité entre leurs membres. Elle a notamment pour vocation de promouvoir et soutenir la création d’un lieu de rencontre et d’échanges. »

Il reste alors à ces pionniers à répondre à une question cruciale : où ces nouveaux irréductibles Gaulois vont-ils prendre racine ?

Trouver une propriété dans une région apte à favoriser l’essor d’un projet communautaire ne semble pas chose aisée.

Heureux coup du sort, en janvier 2009, un artisan établi dans le Morvan contacte l’association avec un message inespéré : « J’ai une propriété qui peut vous accueillir. » Ce qui semblait trop beau pour être vrai se révèle parfaitement exact. A la lisière du parc naturel du Morvan, dans une vallée arrosée par une puissante rivière, gît un ancien site industriel construit entre le XIXème et le début du XXème siècle pour profiter de l’énergie hydraulique généreusement fournie par la nature.

Après des décennies d’abandon, certains bâtiments ont beaucoup souffert mais il reste un noyau solide autour de la centrale électrique et des maisons d’habitation logeant autrefois le directeur de l’usine et les cadres.

Les créateurs de l’association trouvent le lieu parfaitement adapté à leurs ambitions. Un cadre rural magnifique, une nature sauvage et préservée, un réseau de villages accueillant, une population tranquille et dure à la peine… tout ce dont ils avaient besoin pour démarrer.

Voici un peu plus de deux ans que la famille pionnière s’est établie dans ce coin de nature bourguignonne. Trois jours après son arrivée, les premiers volontaires frappent à la porte pour entamer les travaux.

Point d’ancrage du projet, les locaux mis à la disposition du groupe doivent devenir un lieu d’accueil et d’animation pour les Européens conscients des défis auxquels doit faire face leur continent. Il est donc urgent de préparer les lieux pour permettre la venue régulière de visiteurs, seuls ou en groupe.

Dans un premier temps, une grande salle de réunion a été rénovée, capable d’accueillir près de cent personnes. Ensuite, des cuisines ont été installées afin de nourrir les hôtes et, durant cet été 2011, des sanitaires sont en cours de réalisation pour accroître le confort des lieux.

Aujourd’hui, forte de près de 200 adhérents, l’association Des Racines et des elfes veille scrupuleusement à maintenir son indépendance et ne vit que des cotisations et des dons de ses adhérents et nombreux sympathisants.

Les membres et amis de l’association payent aussi de leur personne. Durant l’été 2011, ils ont été nombreux à se donner rendez-vous sur place et à retrousser leurs manches.

Les elfes s'enracinent dans le MorvanLe journal de l’association détaille leur contribution à l’œuvre commune et permet aux absents de suivre au jour le jour l’avancement des travaux.

Grâce aux efforts de tous, dès le printemps 2012, le camp de base des elfes morvandiaux sera en mesure d’accueillir des groupes d’une centaine de personnes. Des stages axés sur l’environnement et la transmission du patrimoine, des manifestations culturelles ou amicales y seront organisés par l’association, toujours dans le souci de multiplier les occasions de rencontre et les initiatives, mais cette capacité d’accueil sera également la bienvenue pour les associations qui organisent des universités pour leurs membres ou qui cherchent des lieux pour des séminaires de formation ou la tenue de diverses assemblées.

D’une manière plus générale, la Desouchière est ouverte à tous, familles comme personnes seules, qui souhaitent vivre un instant de ressourcement avec des personnes partageant le même idéal de vie. Ce lieu de rencontres peut devenir un excellent point de départ pour prendre racine dans cette belle région de France et commencer une nouvelle vie.

[box class= »warning »]Pour en savoir plus / Pour entrer en contact / Pour soutenir leur action[/box]

Radars : le racket fiscal monte au nez des Dijonnais

Radars : le racket fiscal monte au nez des Dijonnais

18/06/2011 – 15h15
Dijon (NOVOpress) –
Dans le cadre de la journée nationale de sensibilisation au racket fiscal auto-moto, les Identitaires de Bourgogne sont montés au créneau dès l’aube ce matin du 18 juin.

Plusieurs militants identitaires de Bourgogne ont répondu à l’appel du Bloc Identitaire, qui organise aujourd’hui, dans une trentaine de départements, une opération de sensibilisation des usagers de la route au “racket fiscal” auto-moto. Une banderole de 6 mètres portant l’inscription « Radars : Stop au Racket » fut déployée dans la matinée sur un pont surplombant l’autoroute A31 entre Dijon et Nuit-Saint-Georges.

Lire la suite