Tag Archives: blogosphère

Big_Brother_is_Watching_Wide

Réinfosphère contre médias de propagande : la grande bataille !

Source : Polémia

Pour la propagande médiatique, 2015 sera un grand cru. « Je suis Charlie », « PADAMALGAME » : 10 jours d’ahurissement en janvier ! « Je suis Aylan », accueillons les « migrants » rebaptisés « réfugiés » : 10 jours d’ahurissement supplémentaires en septembre… en attendant l’affolement prochain des populations, en décembre, quand il faudra « sauver la démocratie » en Provence et dans le Nord après le premier tour des élections régionales.
Car, pour s’opposer au succès possible de Marion Maréchal Le Pen et de Marine Le Pen, les médias de l’oligarchie joueront à nouveau de la grosse caisse.

Toutes les techniques de propagande sont mobilisées : diabolisation des uns, angélisation des autres, répétition, orchestration, sidération émotionnelle, unanimité obligatoire, novlangue – et l’exercice permanent de la « pensée intimidante ».
Avec un seul but : l’anéantissement de l’esprit critique.

Malheureusement l’esprit critique survit – et même prospère – grâce à la blogosphère, refuge de l’information alternative : c’est là qu’on a appris que le père d’Aylan ne fuyait pas la guerre (il a d’ailleurs enterré sa famille à Kobané en territoire syrien sous contrôle kurde), mais voulait aller au Canada se refaire les dents (selon les déclarations de sa sœur) ; reprenant des témoignages accordés à la télévision australienne, la blogosphère a aussi révélé que le père d’Aylan était passeur : un brave passeur qui avait oublié de trouver un gilet de sauvetage… pour sa femme et ses enfants.

Ces révélations mettent à mal le conte de fées sur les malheureux « réfugiés » qui fuient la guerre (de jeunes hommes qui laissent souvent sur place femme, enfants et vieux parents). Les médias de propagande montrent les rares enfants. La blogosphère montre la réalité.

Les médias officiels vivent très mal cette situation qui remet en cause leur monopole et par là même leurs mensonges. D’autant qu’ils constatent que les Français les croient de moins en moins.

Ils ont donc recruté des armées de policiers du Net chargés de traquer les tweets erronés ou approximatifs. De jeunes journalistes d’extrême gauche s’en sont fait une spécialité : les « décodeurs » (en fait les recodeurs) au Monde et le « Lab d’Europe 1 ». Les grands médias audiovisuels font appel à eux comme « experts ». « Expert » : le mot fétiche des radios et des télévisions pour porter la parole officielle.

Radios et télévisions du Système multiplient aussi les « mises en garde » (sic) contre la réinfosphère et appellent leur public à ne faire confiance qu’aux médias officiels en « ne se basant que sur la presse et les vrais sites (re sic) pour la vérification des informations », selon LCI.
Il y a un côté pathétique dans ces appels – ou plutôt ces rappels – à l’ordre de la part d’organes médiatiques en perte totale de crédibilité.
On les comprend ! Comme à la fin de l’ère secondaire, les petits mammifères de la réinfosphère viendront à bout des gros dinosaures des médias de propagande ! L’enjeu est de taille : abattre le totalitarisme du XXIe siècle : le totalitarisme médiatique.

Jean-Yves Le Gallou
président de Polémia, écrivain, essayiste…

"Affaire Fdesouche" : rencontre avec Tilak Raj, le webmaster de Fdesouche.com [exclusivité Novopress]

« Affaire Fdesouche » : rencontre avec Tilak Raj, le webmaster de Fdesouche.com [exclusivité Novopress]

Depuis plusieurs mois, la répression du système s’acharne sur le site politique patriote « François Desouche », dont le succès croissant commençait visiblement à gêner le pouvoir à l’approche des élections présidentielles. C’est donc l’artillerie lourde juridico-policière qui a été déployée pour tenter de faire taire cette voix libre et iconoclaste du paysage internet français. La principale cible de ces persécutions a alors été Pierre Sautarel, l’un des contributeurs du site mais qui n’en est nullement ni le responsable éditorial ni le webmestre puisque celui-ci habite New Delhi et se nomme Tilak Raj. Novopress a voulu donner la parole à cet homme de l’ombre – ingénieur Indien francophone – qui a créé, paradoxalement, l’un des blogs politiques les plus influents de France.

Novopress : Pouvez-vous présenter aux lecteurs français qui vous découvrent à l’occasion de ce que l’on nomme désormais « l’affaire FDesouche » ?

Bonjour aux Français de souche, et désolé pour les problèmes que nous rencontrons en France. Je m’appelle Tilak Raj, et beaucoup savent maintenant que je suis le webmaster de FDS. Je n’ai rien à cacher. La police indienne n’est pas venue frapper à ma porte, et dans ma rue aucun détective des services spéciaux ne guette mes faits et gestes, comme on peut le voir dans les sériés télé de Sab TV, avec Shahrukh Khan dans le rôle du méchant flic.

Ma famille est originaire de Lakhnau, la capitale de l’Uttar Pradesh où les musulmans représentent 20 % de la population. J’ai 35 ans et j’habite aujourd’hui un appartement de New-Delhi.

Novopress : Qu’est-ce qui vous à amener à vous intéresser à l’Europe et plus particulièrement à la France et à développer une vision « identitaire » du monde ?

Très tôt j’ai appris l’anglais, en lisant Kipling, et le français à l’université de Delhi, puis je me suis spécialisé dans l’informatique, la « Grande Maya » dont parlent nos anciens textes. Nous avons ici une culture enracinée très forte, qui est réellement le ciment du pays. Lorsqu’on parle de l’Inde dans vos journaux on parle d’un « pays émergeant ». Ce développement rapide n’aurait pas été possible si la modernité et les nouvelles technologies ne s’appuyaient pas, chez nous, sur une tradition religieuse ancestrale, qui est encore le quotidien de chaque Indien.

À l’avenir, je voudrais profiter de mon blog de réinformation pour vous présenter mon pays, à travers des reportages, des ambiances, des histoires. L’Inde a subi la conquête des musulmans, celle des Britanniques, et a su se libérer sans trahir ses racines. Vous comprendrez pourquoi je suis attaché à la défense des identités nationales, qui seules peuvent rendre l’homme libre.

Novopress : L’éloignement géographique ne semble pas gêner votre intérêt pour la situation de la France.

Je tape sur ce clavier, à 6.000 km de la France, en écoutant Sonu Nigam, le roi de l’Indi-pop, à la radio. Ce qui ne n’empêche pas de me souvenir des paroles de mon maître, Sri Ramana Maharshi, quand il parle de nos traditions millénaires. Il dit qu’elles « purifient l’homme complètement et l’établissent dans la Réalité. » C’est une bonne parole. Nos sages ont autant de bon sens que vos bergers, ceux qu’on trouvait il n’y a pas si longtemps encore dans les Alpes françaises. Ici le problème de la perte d’identité ne se pose pas. Malgré les klaxons des rickshaw, le vacarme des voitures sur Connaught Place, les dieux et les mythologies n’ont pas déserté le quotidien des hommes. Alors c’est pourquoi je comprends avec d’autant plus d’acuité l’état dans lequel se trouve la France aujourd’hui, et je peux, moi l’Indien, facilement en ressentir la blessure.

« Affaire Fdesouche » : en savoir plus

Robert Ménard à Polémia : « Les journalistes pensent tous la même chose »

Robert Ménard à Polémia : « Les journalistes pensent tous la même chose »

[box class= »info »] Novopress a diffusé en vidéo l’intervention « Comment les blogs changent les médias dominants » de Robert Ménard samedi dernier à la 4e Journée de Réinformation de la Fondation Polémia d’abord en direct puis en différé. Mais pour ceux qui n’ont pas eu le temps d’écouter cette intervention suivie d’une discussion (1h 35min) voici un florilège d’extraits de l’intervention de Robert Ménard et quelques répliques de Jean-Yves Le Gallou.
Texte préparé par Polémia qui nous donne l’aimable autorisation de le reproduire. Pour ceux qui souhaite entendre facilement la vidéo tout en lisant nous republions la vidéo intégrale. [/box]

 

Robert Ménard (Sud Radio, i-télé, ancien président de Reporters sans frontières) appartient à la médiasphère. Mais c’est un esprit libre et dissident. Il a accepté de débattre avec Polémia. Petit dictionnaire de la rencontre de Robert Ménard avec la réinfosphère.

 

R. Ménard dans le texte

« Sulfureux »
C’est l’adjectif qui tue. Ça calomnie sans avoir besoin de justifier la calomnie.

« Autocensure »
Elle est liée à un état d’esprit généralisé. Les journalistes sont les premiers censeurs.

« Liberté d’expression »
Tous les jours je mesure les limites de la liberté d’expression. En France on a une vraie liberté d’expression… à condition de se battre pour ça. Le premier ennemi de la liberté de la presse, ce sont les journalistes, ce qu’il y a dans leur tête. La grande presse parisienne est toute d’arrogance et de suffisance pour tous ceux qui ne pensent pas comme elle.

« Débat »
Un certain nombre de gens ne veulent débattre qu’entre eux.

« Internet »
Internet est un instrument fabuleux de liberté : de voir, d’entendre, de lire des points de vue qu’on n’a pas les moyens d’avoir dans les grands médias. Donne plus facilement accès à des points de vue qui ne sont pas majoritaires. Oblige les journalistes à entendre des points de vue qu’ils n’entendraient pas autrement.

« Blogs »
Apportent plus sur les opinions que sur les faits. Plus utiles sur l’éclairage et le commentaire que sur l’information brute. J’y trouve d’autres points de vue, un son de cloche différent. Cela permet de penser à côté de l’endroit où tout le monde pense.

« Uniformes »
Que les médias soient à ce point uniformes cela ne vient ni des puissances d’argent, ni du caractère privé ou public de leur propriété, cela vient des médias eux-mêmes. Les journalistes pensent tous la même chose. Ils le font au nom des bons sentiments. La majorité des journalistes pensent qu’ils incarnent le bien, la justice, la justesse. Quand vous questionnez ce point de vue, vous êtes dans le camp des barbares, des salauds. Dès que vous mettez en question ce qui va de soi pour l’immense majorité, vous vous placez en dissidence. Le problème c’est l’homogénéité du milieu journalistique et la connivence. On ne pose pas de questions, ce qui exclut tout débat.

« Oligarchie financière »

L’idéologie unique des médias n’a rien à voir avec l’oligarchie financière. Cela a à voir avec les machines que sont les médias. Personne ne tire les ficelles. Les médias sont une machine de bien-pensance, de connivence, de bons sentiments, de règles professionnelles qui ne sont jamais interrogées.

« Camp du bien » C’est tellement plus confortable d’être du côté du manche, de ne pas avoir à justifier ses positions, d’être dans le camp du bien.

« Confort » Il y a un confort journalistique, c’est le frein le plus important à la liberté. L’objectivité journalistique ce n’est pas avoir une opinion, c’est ne pas avoir leur opinion.

« Les libraires »
Une caste insupportable. La librairie, le lieu que je croyais le lieu de la liberté, est devenue celui de la censure. A propos de notre opuscule (Vive Le Pen !), écrit avec Emmanuelle Duverger, des libraires nous ont fait savoir que, non contents de ne pas vendre ce livre, ils ne vendraient plus aucun livre de notre maison d’édition. C’est intolérable.

« Débat »
Le problème n’est pas ce qui pose débat, il est dans ce qu’on ne questionne jamais : le bien-fondé des interventions en Afrique ou la peine de mort, par exemple.

« Morale »
Dans leur majorité les journalistes ne diront pas d’un propos qui leur déplaît « ce n’est pas vrai ». Ils vont dire « c’est choquant ». Ils ne vont pas dire « tu as tort », ils vont dire « comment oses-tu dire cela ? ».

« Courage »
Comment sortir du conformisme des médias ? Il y a un mot, cela s’appelle le courage. La vertu qui nous manque, c’est le courage. Des journalistes intelligents, j’en connais plein. Mais les gens intelligents et courageux, c’est rare.

« Extrême droite »
Défendre la liberté de la presse en France aujourd’hui, c’est défendre la liberté de l’extrême droite. Le procès qui est fait si on invite quelqu’un d’extrême droite c’est qu’on est de ce bord-là. C’est insupportable.

Suicide
Le risque est de capituler. Mais il y a des sujets que je n’aborde pas parce que ce serait du suicide. Il y a des limites : si vous les franchissez, vous vous suicidez. Je n’ai pas le syndrome des baleines.

 

Courtes répliques de Jean-Yves Le Gallou

« Extrême droite »
Je suis blindé contre l’accusation « d’extrême droite ». Mais je réfute le terme : c’est de la novlangue, c’est du vocabulaire de diabolisation.

« Blogs »
Ils commentent, bien sûr, mais ils obligent les médias dominants à parler de faits qui autrement resteraient occultés : l’agression raciste d’un jeune Blanc dans un bus il y a trois ans (grâce à fdesouche) ; l’existence de prières musulmanes de rue dans le XVIIIe (grâce à Riposte laïque), par exemple.

« Dissidence »
La dissidence est inconfortable mais elle offre une multitude de petits bonheurs.

« Libraires »
Mon libraire c’est Amazon !

« Oligarchie financière »
Les médias dominants fonctionnent peut-être sans son contrôle. Mais jamais un média dissident n’a été financé, alors qu’il y aurait des journalistes de talent pour le faire et des clients pour le suivre. Au contraire, l’une des plus belles réussites de presse des années 1970/1980, le Figaro-Magazine de Louis Pauwels, a été « normalisé ». A la demande des publicitaires. Malgré ou à cause de ses 800.000 lecteurs.

Source : Polémia.

Voir aussi :

Sur Robert Ménard et Emmanuelle Duverger
http://www.robertmenard.fr/
http://www.revue-medias.com/
http://www.amazon.fr/Vive-Pen-Robert-M%C3%A9nard/dp/2918414271

Sur Polémia

La Tyrannie médiatique
Dictionnaire de la réinformation – Cinq cents mots pour la dissidence

Photo en Une : Robert Ménard à Sud Radio

Comment les blogs changent les médias dominants - Robert Ménard, 4e journée de Réinformation de Polémia

Comment les blogs changent les médias dominants – Robert Ménard, 4e journée de Réinformation de Polémia [vidéo]

Voici l’intervention de Robert Ménard, journaliste à Sud Radio, ancien président de Reporters Sans Frontière lors de la 4e Journée de Réinformation de la Fondation Polémia samedi dernier. Le sujet de cette intervention était « Comment les blogs changent les médias dominants » et elle était suivie d’une discussion.

La réunion, présidée par Jean-Yves Le Gallou, portait sur le thème : “Les blogs dans la guerre médiatique”. C’est une bataille asymétrique qui se livre sous nos yeux. D’un côté les grands médias commerciaux qui diffusent souvent à coups de « Bobards » l’idéologie unique : pour eux « la mondialisation est heureuse », « l’immigration, une chance » et tout ce qui rompt avec les traditions une « avancée ». En face, une multitude de blogs développent une pensée critique et font émerger des informations occultées. Interdit dans les média classiques, le débat revient sur Internet.

Novopress a diffusé en direct deux parties de cette journée, dont l’intervention de Robert Ménard. Pour ceux qui ont raté cette diffusion en direct, voici une rediffusion de la partie concernant ce journaliste.

Samedi 15 octobre, quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

En direct ce 15 octobre : quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

Affiche 4e journée réinfoAssistez en direct sur Novopress, aujourd’hui, 15 octobre, à la quatrième journée de la Réinformation, présidée par Jean-Yves Le Gallou.

Thème de cette année : « Les blogs dans la guerre médiatique ». Plusieurs ateliers et interventions sont prévus. Avec notamment la participation de Robert Ménard.

Une participation du fondateur de Reporters sans frontière qui n’est pas du goût de tout le monde. Ainsi, dans le Monde, via Abel Mestre, qui confond mauvais journalisme et travail de police, Polémia est présentée comme « think tank d’extrême… extrême droite » (sic). Polémia a répondu à cette attaque : « En novlangue, ‘l’extrême droite’ est une expression sidérante et péjorative donnée à la droite de conviction et à tous ceux qui contestent le Système dominant. Il est normal que la novlangue soit la langue véhiculaire, sinon liturgique, du Monde, un journal propriété de Matthieu Pigasse (banque Lazard) et de Pierre Bergé (SOS-Racisme). »

Au programme de la retransmission, en particulier :

de 12h00 à 13h00 retransmission des plénières
pause
de 14h30 à 16h00 Robert Ménard

La page directe, pour le chat :
http://www.livestream.com/agence2presse?utm_source=lsplayer&utm_medium=ui-content&utm_campaign=agence2presse&utm_content=agence2presse

Samedi 15 octobre, quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

Samedi 15 octobre, quatrième journée de la Réinformation organisée par Polémia

Affiche 4e journée réinfo28/09/2011 – 20h00
PARIS (NOVOPress) – Samedi 15 octobre, la fondation Polémia, présidée par Jean-Yves Le Gallou (qui est intervenu lors de l’Université de rentrée du Bloc Identitaire de cette année), organise la quatrième journée de la Réinformation. Thème de cette année : « Les blogs dans la guerre médiatique ». Plusieurs ateliers et interventions sont prévus. Avec notamment la participation de Robert Ménard.

Une participation du fondateur de Reporters sans frontière qui n’est pas du goût de tout le monde. Ainsi, dans le Monde, via Abel Mestre, qui confond mauvais journalisme et travail de police, Polémia est présentée comme « think tank d’extrême… extrême droite » (sic). Polémia a répondu à cette attaque : « En novlangue, ‘l’extrême droite’ est une expression sidérante et péjorative donnée à la droite de conviction et à tous ceux qui contestent le Système dominant. Il est normal que la novlangue soit la langue véhiculaire, sinon liturgique, du Monde, un journal propriété de Matthieu Pigasse (banque Lazard) et de Pierre Bergé (SOS-Racisme). »

Le "Carnet de bord" d'Aymeric Chauprade

Le « Carnet de bord » d’Aymeric Chauprade

08/09/2011 08h30
PARIS (NOVOpress) – En plus de l’indispensable travail qu’il effectue avec Realpolitik.tv ou avec la réédition augmentée de la Chronique du choc des civilisations, le géopolitologue Aymeric Chauprade vient de lancer son blog : Carnet de bord d’Aymeric Chauprade, le blog de la géopolitique multipolaire. “Aujourd’hui 1er septembre 2011, naît le Blog géopolitique du Nouveau Monde. Ce blog sera le journal de l’effondrement géopolitique de cette mondialisation-occidentalisation qui craque et cède de partout face aux forces multipolaires.

Paradoxalement, l’ancien monde, celui du mondialisme américain vient d’emporter en Libye une nouvelle victoire. Confronté au retour de la Russie, aux ascensions chinoise, indienne, latino-américaine, les États-Unis et les alignés, semblent vouloir reconfigurer le plus rapidement possible les périphéries faibles, qui regorgent de ressources stratégiques, l’Afrique en particulier. Tant pis si ce sont les anciennes brigades d’Al-Qaïda qui affirment leur pouvoir au sein des rebelles libyens ! Tant pis si, nonobstant les incontestables frasques de Kadhafi, l’OTAN vient encore d’abattre un régime qui avait porté le niveau d’éducation et de développement de son peuple au sommet des pays arabes (…)

[box class= »info »] Pour lire la suite de l’article de présentation du blog d’Aymeric Chauprade[/box]