Tag Archives: blancs

races-humaines

Les races humaines existent bien : la preuve par la moelle osseuse

03/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Quoi que prétendent les « antiracistes », les races humaines existent bel et bien, et une nouvelle preuve vient d’en être administrée par l’appel au don de moelle osseuse lancé dans La Dépêche par l’Association pour le Don d’Organes et de Tissus humains (Adot) du Lot-et-Garonne, affiliée à la très respectable fédération nationale.

« Il faut savoir que les greffes de moelle osseuse ne sont compatibles qu’entre races, explique la présidente de l’Adot-47. Un Européen ne peut donner à un Africain, et un Africain à un Asiatique pour la simple et bonne raison que nous sommes différents. »

Commentaire du quotidien régional, propriété du ministre radical de gauche Jean-Michel Baylet :

« Ceci explique pourquoi il est important de faire acte de candidature en tant qu’Européen. »

Entre autres…

universite-berkeley-anti-sionisme

Berkeley : une chaîne humaine pour interdire aux blancs de pénétrer sur le campus universitaire ?

31/10/2016 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
À la prestigieuse université de Berkeley, en Californie, des manifestants qui réclament des «espaces sécurisés» pour les étudiants de couleur ou LGBT ont formé une chaîne humaine, interdisant à leurs camarades blancs de pénétrer sur le campus.



Poing noir

Afrique du Sud : 400 000 Blancs vivent dans des bidonvilles

28/04/2016 – PARIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Selon un récent article du Daily Mail, 10 % de la population blanche vit aujourd’hui dans la pauvreté, dans 80 bidonvilles, souvent sans eau courante, électricité, ni accès aux soins. Beaucoup sont sans emploi. Leur nombre a énormément augmenté depuis l’abolition de l’apartheid, où « politique de développement séparé », en 1994. C’est le résultat de la politique gouvernementale de « discrimination positive » en défaveur des Blancs des classes populaires. Les entreprises qui n’engagent pas assez de non‑Blancs sont pénalisées.

Manifestement, l’Afrique du Sud n’en a pas fini avec la « discrimination ». Le ministre sud‑africain des Sports a menacé, lundi, d’annuler la candidature de la Fédération de rugby à l’organisation de la Coupe du monde 2023. La raison ? L’équipe n’a pas atteint l’objectif de « mixité » raciale. Peu importe donc la qualité des sportifs. Sous la pression du gouvernement, l’équipe devra donc inclure au moins sept joueurs « non blancs » parmi les 31 sélectionnés pour le Mondial 2015, avec objectif de 50 % de joueurs non-blancs d’ici à 2019.

Libération Antiracisme

Le président de la Licra dénonce les faussaires antiracistes issus de l’immigration

12/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Dans une tribune publiée par Libération, Alain Jakubowicz, président de la Licra, s’en prend à la « supercherie antiraciste ». « Il y a encore trente ans, écrit-il, la cartographie de la haine était simple à établir : le racisme et l’antisémitisme étaient d’extrême droite. D’un côté, les héritiers de la Résistance, et de l’autre, ceux de Vichy. L’antiracisme avait son propre “mur de Berlin“. Depuis, le monde a changé, les murs sont tombés, les fronts se sont multipliés. Le mouvement antiraciste est resté figé dans des réflexes et des pratiques datées. Faute d’avoir mesuré ces changements profonds, il a manqué la mise à jour de son logiciel et son adaptation aux nouvelles frontières de la haine. »

Ce qui suscite ce coup de sang du président de la Licra, c’est le numéro de Libération du 4 avril, qui a fait sa couverture avec des « visages contestés de l’antiracisme ». S’en prenant aux « faussaires », Jakubowicz dénonce une « mystification, qui s’est présentée à l’opinion sous les traits d’un antiracisme adapté aux identités plurielles – issues de l’immigration, marquées par la mémoire de l’esclavage, la colonisation – et affilié à la gauche. C’est sous ce masque pervers que la haine a, par effraction, trouvé refuge. »

« Le racisme et l’antisémitisme ont changé. Face à nous désormais, des cumulards de la haine des juifs, des homosexuels, des Blancs et, d’une certaine manière, des femmes. Désigner “le Blanc“ comme symbole dominateur d’un prétendu “racisme d’Etat“ qui sévirait en France, c’est être raciste. Quitter une réunion féministe en raison du trop grand nombre “de meufs blanches et assimilationnistes“, c’est aussi être raciste. »

Jakubowicz ne nomme personne mais les personnes visées se reconnaîtront : c’est Fania Noël, « afroféministe anticapitaliste anticolonialiste anti-impérialiste anti-mixité » (sic), qui avait quitté une réunion au motif qu’il y avait trop de « meufs blanches ». C’est Sherine Soliman, du Parti des indigènes de la République, qui dénonce « l’arrogance blanche ». C’est Sihame Assbague, de Stop le Contrôle au Faciès. C’est Fateh Kimouche du site communautaire musulman Al Kanz, etc.

Alain Jakubowicz est sur la bonne voie. Il lui reste à s’interroger… là où ça fait mal. Il lui reste à comprendre comment c’est le mouvement antiraciste qui a conduit à cette haine de la France. Et des Blancs.

Le Grand remplacement au quotidien raconté sur RMC

03/10/10/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Repéré sur l’Observatoire du Grand Remplacement, cette petite perle : « En Seine-Saint-Denis, mes amis me disent, on a compté les Blancs entre les transports en commun et chez toi. » raconte Franck Tanguy au micro de RMC.
.
Vif débat sur le thème de « on ne peut pas dire ça, tas amis sont des beaufs !». Une fois de plus, miracle de la liberté d’expression, on ne peut pas tout dire sur la réalité quotidienne des gens confrontés à l’immigration de masse. Notons la prudence de Franck Tanguy, qui lui évite le lynchage façon Morano : ce sont ses amis qui le disent et lui vit très bien dans son quartier…


" En Seine-Saint-Denis, mes amis me disent " on… par rmc

Publié le
L’exode blanc du Hobbit

L’exode blanc du Hobbit

03/04/2015 – LONDRES (NOVOpress via Mail Online)
Martin Freeman (photo), la star de la trilogie filmée Le Hobbit n’ira surement pas diner avec Ed Miliband – le leader du parti travailliste Anglais.

Freeman a délaissé la multiraciale Londres pour le comté d’Hertfordshire, il y a plusieurs années.
« Quand j’ai déménagé là, une amie m’a dit: « Ooh ! Il y a beaucoup de blancos par ici » et j’ai répondu : «J’aime les blancs ; je n’ai aucun problème avec eux, du tout. »

L’acteur de 43 ans, ajoute : « Le principe admis était que j’allais me plaindre parce qu’ici ils n’ont pas suffisamment de blues ; pas assez de reggae. Mais je ne suis pas gêné par ça. Le multiculturalisme n’aide pas et n’a jamais aidé, parce qu’à tort ou à raison, il polarise les gens. »
« Le racisme est une chose avec laquelle je ne suis pas d’accord, sous quelque forme que ce soit, mais remarquer qu’il y a des différences est normal. »

Crédit photo en Une : Matthew Blaney, via Flickr, (cc).

Dispute sur Obama aux États-Unis : la Noire tue la Blanche à coups de mijoteuse

Dispute sur Obama aux États-Unis : la Noire tue la Blanche à coups de mijoteuse

09/02/2015 – DETROIT (NOVOpress)
C’est un de ces nombreux faits divers où l’assassin et sa victime n’ont pas la même couleur de peau mais dont, allez savoir pourquoi, les gros médias américains et leurs relais français ne parlent jamais. La presse locale, en l’occurrence les Detroit News, a été seule à évoquer l’ouverture, jeudi 5 février, du procès de Tewana Sullivan (à droite sur la photo), 50 ans, accusée d’avoir battu à mort son « amie » Cheryl Livy (à gauche sur la photo), 66 ans, avec une mijoteuse.

Les faits remontent au 22 octobre dernier. Cheryl Livy, qui habitait une résidence pour le troisième âge à Livonia, en banlieue de Detroit, avait été découverte inanimée dans sa cuisine, la tête défoncée par la mijoteuse et, pour faire bonne mesure, le cou étranglé par le cordon électrique. Non seulement la victime mais les murs et le sol étaient tout couverts de sang. Tewana Sullivan était à côté, avec du sang sur les mains et les vêtements. Elle ne fit que répéter aux policiers : « Je suis désolée. C’est moi qui l’ai tuée ».

Transportée à l’hôpital, Cheryl Livy y mourut deux jours plus tard. Selon le rapport du médecin légiste, elle succomba aux coups violents reçus sur la tête, le visage et le dos. Elle avait en outre plusieurs plaies sur les mains, comme si elle avait tenté de se protéger.

Cheryl Livy s’était liée d’amitié avec Tewana Sullivan, qui, au témoignage d’une voisine, venait régulièrement lui rendre visite. L’avocat de la Noire, John McWilliams, a expliqué que les deux femmes s’étaient disputées « sur la politique présidentielle ». « Le genre de dispute qu’il y a entre démocrates et républicains », a-t-il ajouté.

Lire la suite

[Entretien Novopress] Jean-Claude Rolinat : "Ian Smith, c'est l'aventure de la brousse"

[Entretien Novopress] Jean-Claude Rolinat : « Ian Smith, c’est l’aventure de la brousse »

15/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Dans le dernier ouvrage de la collection Qui-suis-je ? aux éditions Pardès, Jean-Claude Rolinat revient sur une figure méconnue et ô combien symbolique d’Européen en Afrique : le rhodésien Ian Smith (photo).

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Voyageur impénitent, vous êtes l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’Amérique latine, le Québec, l’Afrique du Sud ou encore Israël. Sur la Rhodésie, vous avez publié en 2002 le Livre noir de la Rhodésie blanche. Pourquoi revenir aujourd’hui sur la personnalité de Ian Smith ?

Le Livre noir de la Rhodésie blanche, soyons franc, n’a pas rencontré le succès que j’en escomptais. Les gens oublient les évènements et les jeunes générations n’ont pas l’air d’être très curieuses…C’est pour cela que je reprends, sous la forme d’une biographie du « père de l’indépendance » rhodésienne, l’aventure de l’homme blanc au cœur de l’Afrique australe.

rolinat-smith

Je n’ai pas peur de comparer ces colons avec les premiers « sabras » israéliens au risque de faire grincer des dents, avec les Pieds noirs d’Algérie ou les Portugais en Angola. C’est le même profil d’aventurier au sens noble du terme : des défricheurs, des bâtisseurs, des pionniers.

Tel que nous le découvrons, Ian Smith est le type parfait de l’Européen travailleur et cultivé, forgé par une éducation rigoureuse et renforcé par l’épreuve des combats. Des hommes de sa trempe semblent avoir depuis longtemps disparu des planchers. En quoi Ian Smith peut-il être considéré comme « exceptionnel » ?

Il faut des héros à notre jeunesse française, disons « de droite » au sens très large du terme, et des héros d’un combat « contemporain ». Jeanne d’Arc, Saint-Louis, Napoléon c’est très bien, mais « c’est un peu daté ». Ian Smith c’est un héros de la dernière guerre, un pilote de combat, c’est aussi et surtout, au départ, l’aventure de la brousse. Il porte comme beaucoup d’autres « le fardeau de l’homme blanc » comme disait Kipling. Je n’ai pas peur de comparer ces colons avec les premiers « sabras » israéliens au risque de faire grincer des dents, avec les Pieds noirs d’Algérie ou les Portugais en Angola. C’est le même profil d’aventurier au sens noble du terme : des défricheurs, des bâtisseurs, des pionniers.

Lire la suite

Obama régularise les clandestins : vers l’explosion des USA ? par Guillaume Faye

Obama régularise les clandestins : vers l’explosion des USA ? par Guillaume Faye

25/11/2014 – WASHINGTON (via le blogue de Guillaume Faye)
Passant par dessus l’avis du Congrès et utilisant la procédure du ”décret exécutif”, le président Obama vient de régulariser 5 millions de clandestins ”latinos”, originaires du Mexique et d’Amérique latine ; sur un total estimé (ou sous-estimé) de 11 millions de sans-papiers présents aux États-Unis. C’est la plus grande régularisation de toute l’histoire du pays, celles de Clinton et de Reagan ayant été beaucoup plus limitées. Un journal new-yorkais parle d’« obamnestie ».

La vague hispanique

Après sa déroute aux élections législatives de mi-mandat le 4 novembre face aux Républicains hostiles à la régularisation des sans-papiers, Obama a décidé de passer en force. John Boehner, le chef de la majorité républicaine à la Chambre des représentants l’a accusé d’agir « en roi ou en empereur ». Joe Arpaio, un shérif du comté de Maricopa (Arizona) qui lutte depuis longtemps contre l’arrivée incessante des illégaux depuis le Mexique a lancé une procédure en justice contre le président. Les gouverneurs du Texas, Rick Perry, et du Wisconsin, Scott Walker, menacent de l’imiter.

Le Congrès pourrait aussi refuser les crédits que nécessiteront cette régularisation en provoquant un shutdown (”verrouillage”) budgétaire. Les partisans de cette régularisation de grande ampleur avancent un argument sophistique auquel il fallait penser : cela fera 5 millions de contribuables en plus, puisqu’ils ne travailleront plus au noir !

Cela fait longtemps que les États-Unis font face à une véritable invasion migratoire venue d’Amérique latine. Pourtant, ils essayent de se protéger beaucoup plus efficacement que l’Europe de Schengen par la construction d’un mur et l’organisation de patrouilles de nombreux garde-frontières, le long du Rio Grande. La population blanche du Midwest est de plus en plus inquiète de cette vague hispanique qui bouleverse l’équilibre démographique, racial et culturel de la région.

Autant dire que la décision d’Obama apparaît comme une aggravation de la menace et une catastrophe. L’élue républicaine du Minnesota, Michelle Bachman a déclaré : « tout ce que nous allons récolter, ce sont des électeurs illettrés », en créant un scandale dans la sphère du politiquement correct, même dans son parti.

En effet, cette régularisation va avoir un effet d’attraction sur les millions d’autres candidats qui, au Mexique et en Amérique latine (voir venus d’ailleurs dans le monde !) ne rêvent que d’entrer illégalement aux Etats-Unis. Maintenant, ils peuvent espérer pénétrer d’abord et être régularisés ensuite, un jour.

Lire la suite

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

Harcèlement de rue et polémique raciale aux Etats-Unis

31/10/2014 – NEW YORK (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
A New York, une jeune femme blanche a voulu témoigner du harcèlement dont elle est régulièrement victime dans les rues de la ville, en réalisant une vidéo. Le résultat en est pour le moins édifiant. Elle a été accostée 100 fois en 10 heures, créant ainsi le « buzz » sur les réseaux sociaux et les sites d’informations.

Cette vidéo, qui interpelle sur la réalité du quotidien des femmes new‑yorkaises, se double d’une polémique raciale. Les hommes qui importunent ou insultent la jeune femme sont en effet en très grande majorité des hommes de couleur, « noirs » ou « latinos ». Si à la fin du montage il est bien précisé « que les expériences de harcèlement ont impliqué des personnes de toutes origines », il n’en fallait pas moins pour que le camp de l’antiracisme monte au créneau, dénonçant une nouvelle « stigmatisation » sur des critères raciaux.

Une expérience similaire avait été conduite dans les rues de Bruxelles en 2012, avec des résultats identiques concernant le profil de la population masculine incriminée, en l’occurrence très majoritairement black ou beur…

[Lu sur Internet ] Brésil, pays de l’apartheid tranquille ! - par Joris Karl

[Lu sur Internet ] Brésil, pays de l’apartheid tranquille ! – par Joris Karl

09/07/2014 – RIO (via Boulevard Voltaire)
Il faut que ça rentre dans votre crâne: pour ça, la télé, Le Monde ou Libé et Mickey Magazine vous rabâchent à longueur de journée leur ode au Brésil métissé, multiculturel et riche de ses différences bla-bla-bla. Les reporters sont sur place, chemise ouverte et barbe de trois jours. En arrière-plan, les plages, le soleil couchant. Dans son fauteuil, engourdi par la kro et le pastaga, le beauf moyen n’aura donc qu’une version de l’histoire. De son côté, le bobo sera satisfait : le Brésil c’est cool, tout le monde se mélange dans la joie et la bonne humeur. Bien sûr il y a les favelas et le trafic. Mais c’est social on vous dit, social.

(…)

A la place du peuple à peau sombre et aux dentitions défoncées, les caméras braquent et bandent sur les bombasses brunes ou blondes aux dents éclatantes. Ce sont des brasileiras d’origine portugaise, espagnole, italienne, hollandaise ou allemande, celles qu’on peut montrer quoi ! Les autres on les garde pour les clichés du carnaval. La coupe du monde le prouve : le Brésil est un pays où l’apartheid est officieusement admis.

Bien sûr il n’y a pas de loi écrite, bien sûr ce n’est plus le Brésil des années 1900 qui voulait officiellement « blanchir sa race ». Mais il suffit de visiter le pays pour découvrir le pot aux roses : les blancs vivent littéralement séparés du reste de la population. Dès qu’ils en ont les moyens, ils s’installent dans des condominios, quartiers fermés entourés de murs hauts de 3 à 5 mètres, dont le sommet est délicieusement garni de barbelés. Pour pénétrer dans ces zones blanches, il faut passer un check point gardé par des miliciens privés, souvent armés. L’apartheid se fait en douceur. Pas de risque de sanctions internationales…

Pour lire l’article sans son intégralité

Photo Une : la favela de Nova Friburgo, près de Rio de Janeiro. Crédit : Guety via Wikipédia (cc).

Parlement européen : le jeune Africain est l’avenir du vieil homme Blanc handicapé

Parlement européen : le jeune Africain est l’avenir de l’homme Blanc handicapé

17/05/2014 – STRASBOURG (NOVOpress) – Le Parlement européen a lancé, depuis quelques jours, une vaste campagne d’affichages pour inciter les Européens à aller voter le 25 mai prochain.

L’une des affiches (photo en Une), présentant un couple mixte formé d’un homme Blanc accompagné de sa femme Africaine, peut laisser perplexe quant à la vision civilisationnelle du Parlement européen. Car après le film Intouchables mettant en scène Philippe, un homme riche aristocrate, handicapé et Blanc qui engage comme aide à domicile « Driss, un jeune de banlieue tout juste sorti de prison », il semble que le message du Système à tuer les peuples européens soit simple : le jeune Africain est l’avenir du vieil homme Blanc handicapé.

Vu sur Twitter

Le Cran dénonce les villes dirigées uniquement par des blancs…

Publié le
États-Unis : Fête de la « diversité »… interdite aux Blancs

États-Unis : Fête de la « diversité »… interdite aux Blancs

17/03/2014 – SEATTLE (NOVOpress) – Comme le dit par euphémisme KING-TV, la télévision locale de Seattle, « c’est une tentative de combattre le racisme qui a peut-être échoué » (vidéo ci-dessous).

South Puget Sound Community College est un établissement d’enseignement supérieur d’Olympia, la capitale de l’état de Washington. Politiquement correct oblige – dans une ville où la population reste à très forte majorité blanche –, le collège est évidemment pourvu d’un « Centre pour la diversité et l’égalité ». Un « cours de diversité » est obligatoire pour tous les étudiants.

Encouragé par ce climat, un groupe des « Personnels enseignants et administratifs de couleur » a dernièrement envoyé une circulaire électronique aux trois cents employés du campus pour une happy hour destinée à « créer du soutien et de la communauté » pour les personnes de couleur.

Les destinataires étaient invités à répondre pour connaître la date et l’heure de l’événement, gardées confidentielles. Tous les destinataires, sauf les Blancs. À ceux-là, la circulaire disait : « Si vous voulez créer un espace pour les Blancs afin de vous rencontrer et de travailler sur le racisme, la suprématie blanche et les privilèges blancs, sentez-vous tout-à-fait libres de le faire ». Bref, allez-vous flageller entre vous!

Lire la suite

Le racisme ant-blancs agite encore Twitter

Le racisme anti-blancs agite encore Twitter

01/03/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le nouveau hashtag (ou encore mot-dièse, mot-clic) #AuTourDesBlancs est en train d’enflammer Twitter. Au regard des auteurs, beaucoup d’extra-Européens profitent de ce hashtag pour déverser leur haine du blanc forcément perçu comme un esclavagiste, un raciste, lyncheur tendance KKK, etc. Evidemment, ni SOS Racisme, ni la Licra, le Mrap ou l’UEJF n’ont protesté contre ce punching ball numérique à l’encontre des visages pâles.

Le racisme ant-blancs agite encore Twitter

Le racisme ant-blancs agite encore Twitter

Le racisme ant-blancs agite encore Twitter

« La Traite des Slaves : l’esclavage des Blancs du VIIIe au XVIIIe siècle » d'Alexandre Skirda

« La Traite des Slaves : l’esclavage des Blancs du VIIIe au XVIIIe siècle » d’Alexandre Skirda

Un crime contre l’humanité politiquement incorrect : la traite des Slaves du VIIIe au XVIIIe siècle.

Sait-on que le mot français « esclave » vient du latin sclavus désignant l’homme slave asservi, terme apparu en ce sens en 937 dans un diplôme germanique puis largement utilisé dans les actes notariés gênois et vénitiens à partir de la fin du XIIe siècle pour finalement s’imposer dans les langues romanes et germaniques ? L’étymologie, encore plus explicite en anglais, révèle un fait historique le plus souvent ignoré non seulement du grand public, mais du milieu historien lui-même : la traite esclavagiste exercée aux dépens des peuples slaves du VIIIe au XVIIIe siècle.

————————————-

Mr Alexandre Skirda, essayiste et historien d’origine russe, vient de consacrer à cet épisode tragique de l’histoire européenne un livre (1) qui comble une lacune de notre documentation française, et qui pourtant n’a guère suscité l’intérêt du public parce qu’on ne lui fait pas la publicité qu’il mérite. Comment s’étonner de la censure médiatique ? Ce livre met à la portée du grand public des faits irréfutables permettant de constater la réduction en servitude de millions de Blancs, soumis à une traite plus sévère encore que la traite atlantique des Noirs d’Afrique puisqu’elle s’accompagnait de castration, et vendus dans la plupart des cas à des acquéreurs musulmans : un défi insupportable pour les canons de la repentance à sens unique instaurés par la loi Taubira de 2001 !

Lire la suite

« Les blancs, ça pue » à Lille ?

« Les blancs, ça pue » à Lille ?

19/06/2013 – 08h00
LILL
E  (NOVOpress) – Deux nouvelles affaires de racisme anti-Blanc. Elles ont eu lieu à des milliers de kilomètres de distance. La première s’est déroulée à Lille, le 14 juin. Un jeune français a été sauvagement attaqué par deux agresseurs de « race africaine » peut-on lire sur le site de Nord Eclair. Après avoir été battue, la victime a été recouverte de liquide de nettoyage pendant que les agresseurs disaient : « Les Blancs, ça pue » et bombaient sur les murs : « Nike les blancs, Black Power revient ». L’un des délinquants a confessé avoir « envie de dépouiller un Blanc ».

L’autre drame a eu lieu cette fois à Shanghai, en Chine. Dans la nuit de lundi (heure locale), un jeune expatrié français a été agressé par sept Chinois, peut-on lire sur le site Shanghaiist.com. La victime, souffrant d’une plaie ouverte à la tête et d’importantes ecchymoses sur le dos, le flanc et la poitrine (photo), dénonce « un acte raciste ». On attend toujours le communiqué indigné de SOS Racisme suite à ces deux graves témoignages de racisme anti-Blanc…