Tag Archives: Birmanie

_remise_du_prix_sakharov_a_aung_san_suu_kyi_par_martin_schultz_au_parlement_europeen_a_strasbourg_le_22_octobre_2013.

Élections en Birmanie : un événement historique

09/11/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Il s’agit des premières élections générales depuis 1990. Le scrutin de 2010 était boycotté par l’opposition à la junte militaire. Le président Thein Sein, le chef des armées ou encore le président de la Commission électorale n’ont eu de cesse de répéter leur volonté d’organiser un scrutin libre et honnête. Les 32 millions d’électeurs birmans et de nombreux observateurs internationaux ne demandent rien de plus.

Quels sont les enjeux de ces élections ?
Ces élections sont législatives. Elles doivent décider de la prochaine composition de l’Assemblée qui élira le président de la République de Birmanie. Un quart des sièges du Parlement sont réservés à la junte militaire qui a dirigé le pays pendant des années.
La Banque mondiale prédit une croissance en forte augmentation pour la Birmanie, après avoir été ruinée par 50 ans de junte militaire.

Dans quel contexte économique et social se tiennent ces élections ?
Ces trois dernières années, la croissance du PIB brut birman a été très convenable avec une augmentation de 7,6 % du PIB. Cependant, si ce cadre profite de toute évidence à certains segments, il demeure encore fort loin d’être ressenti par la majorité de la population pour qui les bénéfices socio-économiques concrets de la croissance restent très marginaux. Il n’est qu’à se déplacer dans les campagnes, vers les États frontaliers ethniques, où perdurent les conflits entre guérillas ethniques armées et forces régulières, pour s’en convaincre.

Crédit photo : Claude TRUONG-NGOC via WikiCommons (CC) = Remise du Prix Sakharov à Aung San Suu Kyi par Martin Schultz au Parlement européen à Strasbourg le 22 octobre 2013.


"Pékin Express" - Lobby islamique : 1 / M6 : 0

[Tribune] « Pékin Express » – Lobby islamique : 1 / M6 : 0 – par Clément Martin

21/05/2014 – PARIS (NOVOpress)
L’émission d’aventure de la chaîne M6 « Pékin Express », sorte de chasse au trésor moderne, a entamé sa 10ème saison le 16 avril. Cette année le jeu s’est déroulé en Birmanie, et ce choix a déchaîné la colère de nombreux musulmans en France. Pourquoi ?

Des troubles agitent ce pays depuis plusieurs années, notamment entre les Rohingyas (musulmans) et les Birmans « de souche ». C’est en juin 2012, suite au viol et au meurtre d’une jeune bouddhiste attribué à des Rohingyas, que de grave tensions éclatent entre les deux communautés. Des milliers de maisons sont détruites et des émeutes sanglantes font 80 morts dans les deux camps.

Un véritable soutien se développe alors à l’échelle internationale au sein de « l’oumma », la communauté musulmane. L’islam pratiqué par les Rohingyas, d’inspiration wahabbite et donc très rigoriste, permet de fédérer toute une toile d’organisations islamiques à l’échelle mondiale. Ils peuvent ainsi profiter d’un réseau de solidarité internationale très dense. En France, le collectif Hameb (Halte au massacre en Birmanie) tient un stand au dernier rassemblement annuel de l’UOIF, branche « française » des Frères musulmans. Puis, lorsque “Pékin Express” débute, cette même association reproche à M6 de proposer un programme de divertissement dans un pays où des musulmans se feraient massacrer sans même que cela soit mentionné dans l’émission. Ils décident donc d’organiser un rassemblement devant le siège de la chaîne afin de faire monter la pression, tout en lançant des opérations de harcèlements par téléphone et email. Dans le même temps, une association humanitaire islamique, Barakacity s’occupe de mener la fronde sur les réseaux sociaux (avec le soutien du CRI – Coordination contre le racisme et l’islamophobie – et le relais d’islametinfo.net). Rapidement, une pétition est mise en ligne: 50.000 signatures à ce jour!

Lire la suite

Le Mékong : un enjeu stratégique pour six nations

Le Mékong : un enjeu stratégique pour six nations

Le Mékong est l’un de ces fleuves de l’Asie qui prend sa source au Tibet, qui s’écoule sur prêt de 4350 km dont la moitié à travers la Chine et qui traverse la Birmanie, le Laos, le Cambodge, le Vietnam.
Le Mékong permet à la Chine d’avoir accès à l’Asie du Sud-Est via la province méridionale du Yunnan, qui a bénéficié de subventions très importantes pour l’aménagement d’un très grand nombre d’infrastructures, le but étant de faire du Mékong un Rhin asiatique à dominante chinoise.

Lire la suite

Mondialisation : Coca-cola débarque en Birmanie

Mondialisation : Coca-cola débarque en Birmanie

05/06/2013 – 21h00
NAYPYDAW (NOVOpress)
– Symbole de « libéralisation » du pays pour les uns, démonstration de la collusion entre les intérêts capitalistes et un régime autoritaire et corrompu pour les autres, la firme Coca-cola vient en tout cas d’officialiser son installation en Birmanie et le lancement de la production sur place de sa célèbre boisson.

Lire la suite

[Lu sur le Net] Au cœur du pays Karen, dans la jungle birmane

[Lu sur le Net] Au cœur du pays Karen, dans la jungle birmane

15/07/2012 — 12h00
RANGOON via Le Monde.frEnvoyés spéciaux pour « Le Monde » en Birmanie, le journaliste Bruno Philip et le photographe Thierry Falise ont partagé pendant quelques jours le quotidien de la plus vieille guérilla du monde.

Crédit photo : camp de réfugiés Karen, Mikhail Esteves/Wikipédia sous licence CC

Birmanie : vers un cessez-le-feu avec les Karens ?

Birmanie : vers un cessez-le-feu avec les Karens ?

12/01/12 – 11h45
RANGOON (NOVOpress)–
C’est l’une des guerres les plus longues et les plus méconnues de notre époque qui pourrait trouver prochainement une issue, si les négociations entre les autorités birmanes et les représentants de la résistance karen, qui viennent de s’ouvrir, aboutissent à un accord de cessez-le-feu.

Une délégation gouvernementale et des commandants régionaux de l’armée birmane ont en effet rencontrés les dirigeants de l’Union nationale karen (KNU) à Hpa-an, principale ville de l’Etat karen.

C’est donc un espoir qui renaît dans cette région ensanglantée, depuis 1948, par les persécutions et massacres dont est l’objet le peuple karen de la part de la junte birmane, soutenue par les multinationales occidentales.

Cependant, un cadre de la KNU, connu sous le pseudonyme de général Johnny, même s’il fait part de son « optimisme », prévient néanmoins qu’il ne faut pas aller trop vite en besogne car les Karens ont été plusieurs fois trompés et les combats durant depuis 60 ans, une seule réunion n’y mettra pas fin.

Crédit photo : focus35/Flickr sous licence CC

Identitaires de tous les pays, unissez-vous

[Tribune libre] Identitaires de tous les pays, unissez-vous

Le Mondialisme n’est pas qu’un phénomène monétaire de part la libre circulation des capitaux sur la planète, il comporte également un volet humain avec la libre circulation des hommes. En gommant les frontières nationales, il entraîne irréversiblement un métissage mondial uniformisateur dont le résultat s’avère bien fade car destructeur de la diversité.

Ce projet, ou ce laisser-faire, casse toute homogénéité ethnique et culturelle dans chaque pays. Actuellement en œuvre en France et en Europe, il sera aussi appliqué en Inde, en Chine, dans les pays arabes, partout, puisque l’hyperclasse exige de commercer sans limite.

Or il existe dans toutes les communautés humaines, des gens conscients et respectueux de leur héritage qui souhaitent préserver et transmettre leurs traditions, leurs coutumes, leurs particularités. Dans ces conditions, en regard du métissage planétaire en cours, un seul mot d’ordre devrait circuler par delà les frontières telle une nouvelle internationale : Identitaires de tous les pays, unissez-vous !

Professionnellement confronté à l’économie mondialisée, l’économiste Hervé Juvin a parfaitement analysé les nouveaux enjeux de notre époque : « le combat des peuples entre eux et des nations entre elles, la guerre des civilisations entre elles, était le régime du passé ; la guerre des peuples, des nations et des civilisations contre l’individualisme universaliste et l’utopie sans-frontiérisme est la guerre du présent », écrit-il dans son livre intitulé Le Renversement du monde ; « le mondialisme, le sans-frontiérisme, comme le métissage et l’universalisme, sont les pires ennemis de notre condition humaine, une condition politique qui se nomme diversité ».

Ce message avait déjà été pressenti par une minorité d’individus parmi lesquels se distinguent les bénévoles de Solidarité – Identités, une association à vocation caritative ayant comme but d’apporter aide et soutien aux peuples en lutte pour la préservation de leur identité : « face au rouleau compresseur de la mondialisation libérale qui n’a d’autre objectif que d’uniformiser le monde sous la botte financière des marchés, la nécessité et l’urgence d’une solidarité et d’une collaboration active entre tous les hommes encore libres, attachés à la diversité du monde et à la pluralité de ses représentations véhiculées par chaque peuple, n’ont jamais été aussi forte », explique Solidarité – Identités dans un de ses communiqués. Depuis sa création, l’association a déjà participé à plusieurs missions humanitaires auprès des Karens de Birmanie (photo), de la minorité serbe du Kosovo et au Kenya.

Arnaud Calion, pour Novopress France

La Thaïlande, complice de la junte birmane contre les minorités

La Thaïlande, complice de la junte birmane contre les minorités

23/09/11 – 15h30
RANGOON (NOVOpress)
– C’est une très mauvaise nouvelle pour la résistance des minorités face à la junte birmane et notamment pour le peuple karen, en lutte pour sa liberté et son identité depuis plus de 40 ans. Les autorités thaïlandaises ont déclaré qu’elles allaient renforcer le contrôle de leur frontière pour empêcher l’aide matérielle et médicale de parvenir en Birmanie.

La police thaïlandaise a en effet annoncé qu’elle punirait sévèrement tous ceux qui soutiennent les Karens. Le chef adjoint de la police, le général Palawong, a ainsi déclaré que son gouvernement ne voulait pas soutenir les mouvements impliqués dans la guerre en Birmanie et que des mesures drastiques seraient prises contre quiconque chercherait à fournir des armes à ces organisations.

Selon une source proche de l’Union nationale karen, relayée par l’association italienne Popoli qui vient en aide aux Karens depuis plusieurs années, ce ne seront pas seulement les armes qui seront sujettes à inspection, mais aussi la nourriture et les médicaments destinés aux populations civiles qui vivent sous la protection de l’armée karen.

Pour Franco Nerozzi, président de Popoli, cette aggravation de la répression est en partie due à l’accession au poste de Premier ministre de Yingluck Shinawatra,la sœur du businessman thaïlandais Thaksin Shinawatra – ancien Premier ministre exilé à Dubaï depuis 2006 pour cause de corruption –, et qui souhaiterait favoriser le commerce familial avec la junte birmane.

Et Franco Nerozzi de conclure : « La décision de la Thaïlande offre une aide considérable au régime de Rangoon et au monde des affaires qui les soutiennent. Pendant ce temps continuent les massacres, les viols et les déportations de populations civiles sans que le sommeil des bureaucrates de Bruxelles ne soit troublé. »

La Corée du Nord a livré des armes à la junte birmane

La Corée du Nord a livré des armes à la junte birmane

05/09/11 13h30
PARIS (NOVOpress)
– C’est l’une des nombreuses révélations des publications de notes diplomatiques effectuées par Wikileaks, la Birmanie a exporté du riz en Corée du Nord en échange de livraisons d’armes.

Le document de l’ambassade américaine à Rangoon date de 2009, et affirme que la junte birmane a exporté quelque 20 000 tonnes de riz en Corée du Nord via la Myanmar Economic Holdings Ltd, une entreprise contrôlée par la junte. En échange de ces produits alimentaires, le régime communiste de Corée du Nord aurait fourni des armes aux militaires birmans.

Le document précise aussi que le riz exporté était de « très mauvaise qualité, quasiment impropre à la consommation ».

Ces révélations confortent l’idée de relations resserrées entre les deux dictatures, relations qui avaient déjà été pointées du doigt dans le cadre d’un possible développement d’un programme nucléaire commun.

Un rapport des Nations unies avait par ailleurs affirmé en novembre que la Corée du Nord vendait des armes nucléaires et balistiques en Birmanie, ainsi qu’en Iran et en Syrie.