Tag Archives: Berlin

Marché de Noël : l’islamiste a vite compris où frapper l’âme allemande

Source : Boulevard Voltaire – « Marché de Noël : l’islamiste a vite compris où frapper l’âme allemande « 

ll faut s’être promené une fois dans sa vie sur un marché de Noël allemand pour comprendre la portée symbolique de cet attentat.

ll faut s’être promené une fois dans sa vie sur un marché de Noël allemand pour comprendre la portée symbolique de cet attentat. Quand on évoque des Européens ayant le sens de la fête, on cite plus volontiers les Espagnols que les austères « Teutons ». Et pourtant. Il y a dans ces petits chalets de bois, ces lumières, ces effluves de vin chaud et de cannelle, ces humbles objets d’artisanat tout tournés vers la Nativité – rien à voir avec la bimbeloterie « made in China » que l’on trouve aussi bien sous la tour Eiffel que sur le marché de Noël des Champs-Élysées – une chaleur indescriptible. Comme si tout ce qui reste de cœur d’enfant d’une nation vieillissante, d’espérance d’un pays foncièrement pessimiste, venait y trouver refuge. On y va en famille, toutes générations confondues, pour honorer une tradition datant du Moyen Âge.

Le terroriste, quel qu’il soit, – puisqu’il serait encore en cavale -, a compris où frapper l’âme allemande.

Quelques jours auparavant, de l’autre côté de la frontière, à Strasbourg, la mairie socialiste décidait de supprimer le portique monumental à l’entrée historique d’un marché similaire portant – depuis le XVIe siècle – l’appellation « Marché de l’Enfant-Jésus ». Mais les islamistes savent bien ce que nous sommes quand nous ne le savons plus nous-mêmes. Dans ces renoncements, ils ne voient qu’un adversaire qui a peur et qui se cache, preuve que la victoire est proche. Loin de les amadouer, tout cela les encourage.

À Berlin, comme en France à chaque attentat, on glosera sur les responsabilités du maire ou de la police, qui n’avaient pas mis en place les chicanes nécessaires pour bloquer le camion.
Qui connaît la configuration de ces lieux sait qu’il est impossible de les sécuriser. À Strasbourg, encore, où le marché de Noël est disséminé aux quatre coins de la ville, les forces de l’ordre avouent que leurs mesures ne servent pas tant à protéger qu’à rassurer. Il se dit, dans les dîners en ville, que les hauts gradés, bien au fait de la situation, recommandent surtout à leurs propres enfants de ne pas y traîner…

Il n’y aurait, à dire vrai, que deux mesures efficaces.

La première serait d’interdire.

Sauf qu’aucun maire ne souhaite en porter la responsabilités économique ni symbolique : la dernière fois qu’un marché de Noël a été annulé, c’était pendant la Deuxième Guerre mondiale.

Lire la suite

Attentat terroriste : Lundi sanglant en Allemagne

20/12/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress)
L’attaque contre le marché de noël de Berlin fait bien sûr la une de toute la presse allemande.

Le Berliner Morgenpost – dont la rédaction se trouve juste en face du marché de Noël sur lequel a foncé le camion – montre l’arrivée des secours et de la police, quelques instants après l’attaque. Il s’agit très probablement d’un «attentat», selon le ministre de l’Intérieur allemand. D’après le site du journal, au moins 12 personnes ont été tuées, et 48 autres blessées, dont plusieurs grièvement. Le Berliner Morgenpost rapporte que le camion a parcouru 50 à 80 mètres, renversant plusieurs stands, avant de s’arrêter, et il affirme également que l’individu retrouvé mort dans le camion côté passager est un citoyen polonais. Il s’agit peut-être du chauffeur auquel aurait été subtilisé le véhicule, immatriculé en Pologne et qui appartient à une société de Gdansk, dont le patron a déclaré que son camion revenait d’Italie et devait déposer son chargement à Berlin avant de repartir vers la Pologne.
Selon lui, le contact avec son chauffeur aurait été perdu le jour-même dans l’après-midi, et «la personne qui est sortie (de son) camion n’est pas (son) chauffeur».

L’homme qui est suspecté d’avoir foncé sur la foule, a été arrêté, lui, par la police, selon le site du journal Die Welt, qui affirme, que cet individu pourrait être un réfugié d’origine pakistanaise.
Le quotidien souligne aussi que plusieurs signes pointaient le risque d’attentat contre un marché de noël depuis plusieurs jours. Alors que le journal gratuit 20 Minuten parle simplement d’un «lundi sanglant», «Blutiger Montag», qui endeuille la capitale allemande, Der Tagespiegel évoque «la peur du terrorisme» qui saisit Berlin. Et la une du site de Bild fait état d’une «alarme terroriste» à Berlin, avec une image du chauffeur présumé arrêté par la police – qu’on voit de dos, dans un véhicule des forces de l’ordre. Le tabloïd parle d’un suspect d’origine afghane ou pakistanaise, qui pourrait avoir acquis le statut de réfugié en février dernier.


Le terrorisme islamique a frappé à Berlin : Refugees welcome ?

20/12/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress)
Lundi soir, un camion a foncé dans une foule dans un marché de noël à Berlin. Au moins 50 personnes ont été blessées, dont plusieurs grièvement, douze personnes – au moins – ont perdu la vie, selon un porte-parole de la police.

Des images des lieux du drame diffusées par le site internet du quotidien local Berliner Morgenpost ont montré plusieurs stands du marché de Noël détruits par le passage du camion. L’agence DPA citant la police a évoqué un attentat. Dans la matinée du 20 décembre, les forces de sécurité allemandes ont confirmé que l’attaquant a «délibérément» foncé sur la foule.

Le terroriste islamiste serait un migrant pakistanais arrivé en Allemagne au mois de février dernier. Refugees welcome ? Vraiment ?


Big Brother Facebook lutte contre les messages « extrémistes »

21/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Critiquée par le gouvernement allemand pour « négligence » dans la lutte contre « la propagation des discours de haine », qui ont suivi l’afflux de 1,1 million de clandestins en Allemagne depuis l’été, Facebook s’est engagé à agir.
Facebook a donc lancé lundi une opération intitulée « Initiative pour le courage civil en ligne », à Berlin. Doux euphémisme pour qualifier la répression du « politiquement correct. »
Facebook veut non seulement modérer les propos, mais aussi mobiliser la société civile. La société promet un million d’euros, pour soutenir les ONG luttant « contre le racisme et la xénophobie ». Facebook a annoncé avoir fait appel aux services d’une filiale de l’éditeur allemand Bertelsmann pour surveiller et effacer les messages « racistes » publiés sur sa plate-forme en Allemagne.
« Big Brother » nous regarde vraiment.


migrants_secourus

La carte du métro de Berlin traduite en arabe pour les « migrants ». Bientôt la même chose à Paris ?

15/09/2015 – ALLEMAGNE (NOVOpress)
La compagnie des transports berlinois (BVG) a décidé de proposer un plan du métro de Berlin en arabe. Cette initiative est destinée à « aider les migrants arabophones à se déplacer dans la capitale allemande« .

Le communiqué de presse donne quelques précisions :

Toutes les traductions ont été faites par Ebrahim Kadour, lui-même un réfugié qui est arrivé à Berlin il y a quelques semaines, avec l’aide d’une membre du groupe berlinois de soutien.


Lire la suite

Valls à la présidentielle ? 9 Français sur 10 contre !

21/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
« Vallsgate » à l’occasionne son voyage privé à Berlin aux frais de la République, passage en force de la loi Macron à coups de 49-3, déclaration de patrimoine légale, mais en revanche, tout sauf sincère ou loyale. Manuel Valls finit par agacer aussi bien à droite qu’à gauche. une chose est sûre, les Français n’en veulent pas ! un sondage JDD le montre. Il est encore temps de participer !

Lire la suite

Valls contre la GPA dans le journal La Croix, pour dans Têtu

Vallsgate : désolé, MM. Valls et Hollande, la polémique n’est pas close !

12/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Abus de bien social, mensonge, mépris, voilà ce que les Français pensent de l’affaire du voyage privé de Manuel Valls à Berlin. Lui parle d’erreur de communication, Hollande essaie maladroitement de tourner la page.

Quand on lui demande si Manuel Valls n’a pas abîmé son image dans cette affaire, François Hollande coupe court: « Cette polémique est désormais close. Il a lui-même dit ce qu’il fallait. Il n’y a rien à ajouter. »
Et pourtant, il y a ! Non seulement la vague d’indignation à l’encontre de M. Valls ne retombe pas, mais une association anti-corruption, le Front républicain d’intervention contre la corruption (Fricc), devrait saisir formellement la justice pour détournement de fonds publics après son déplacement en avion à Berlin pour la finale de la Ligue des champions.

Selon un sondage Elabe pour BFMTV, 77 % des Français étaient choqués du voyage de Manuel Valls à Berlin à bord du Falcon officiel en présence de ses deux enfants pour assister à la finale entre la Juventus et le Barça.
Le sondage n’évoque pourtant pas les autres aspects de l’affaire qui choquent les Français :
• Le mensonge au plus haut niveau de l’État pour couvrir le Premier ministre, avec Hollande qui évoque un rendez-vous officiel avec Platini
• La bêtise dudit mensonge, alors que l’agenda de la FIFA est sur leur site web et qu’une minute de consultation suffit à lever le pot aux roses
• Le mépris pour le peuple qu’induit l’attitude consistant à finalement n’avouer qu’une faute de communication et à annoncer qu’il remboursera la part de ses enfants.

Et comme il n’apprend pas vite, après avoir utilisé les moyens de l’État à des fins récréatives, il affiche une fois de plus son mépris de l’argent public en allant faire un tour à la Réunion, suivi un jour plus tard par Najat Vallau Belkacem. Deux avions en 24 h ? Décidément, oui, le gouvernement est « exemplaire » !
Le premier ministre tentera de démontrer, selon un conseiller de Matignon, que « le gouvernement a beaucoup fait pour l’outre-mer et que l’outre-mer est une priorité pour le gouvernement ». Bref, il est en campagne aux frais de l’État.

Lire la suite

Michel Onfray : « que Valls aille travailler ! »

12/06/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Michel Onfray tacle une fois de plus Manuel Valls, cette fois-ci à propos de son déplacement récréatif aux frais de l’État. Il évoque une faute morale, invite le Premier ministre à travailler et parle de la « jouissance personnelle » que procure le pouvoir à « ces gens-là »

Le quartier berlinois de Friedrichshain-Kreuzberg interdit les fêtes de Noël sur les places publiques ou dans les rues

Le quartier berlinois de Friedrichshain-Kreuzberg interdit les fêtes de Noël sur les places publiques ou dans les rues

Le Berliner Zeitung a titré à ce sujet : « Les politiciens de quartier ont bu trop de vin chaud de la Noël. Le Kreuzberg interdit la Noël. »

03/09/2013 – 17h20
BERLIN (via le site de Lionel Baland) –
Le Conseil de quartier de Berlin Friedrichshain-Kreuzberg (quartier multiculturel peuplé de nombreux Turcs) a interdit les fêtes de Noël sur les places publiques ou dans les rues. Seul un sapin de Noël pourra être dressé sur une place du quartier déterminée par les autorités. Cette décision a été prise par les écologistes, les pirates et les post-communistes de die Linke.

Sur 51 élus au sein du Conseil de quartier de Berlin Friedrichshain-Kreuzberg figurent 4 élus chrétiens-démocrates de la CDU. Tous les autres élus de cette assemblée émanent de partis de gauche.

Action des Identitaires berlinois : « Les victimes sont allemandes, les auteurs des faits étrangers »

Action des Identitaires berlinois : « Les victimes sont allemandes, les auteurs des faits, étrangers »

27/11/2012 — 14h00
BERLIN (via le site de Lionel Baland) — Les Identitaires locaux ont rendu hommage à 5 victimes de la violence qui ne disposent pas de « lobby » pour les défendre. Ces dernières ont été victimes d’agression conduisant au coma, de viol ou ont été simplement écrasées. Les Identitaires ont cherché l’endroit où les faits se sont déroulés et les ont marqués à l’aide d’une craie.

Lire la suite

La mosquée Şehitlik, à Berlin, construite en 1999

Allemagne : opération 1 coran par foyer

13/04/2012 – 14h00
BERLIN (NOVOpress) —
 Alors que se tenait en région parisienne le congrès de l’Union des Organisations Islamiques de France, en Allemagne, des musulmans salafistes ont profité du week-end pascal pour se livrer à une nouvelle provocation. Ils ont choisi précisément ce moment là pour distribuer gratuitement des exemplaires du coran dans une trentaine de villes allemandes.

Sans gène, ils n’ont même pas fait semblant de dissimuler leur but : « convertir les incroyants à la vraie religion ». En toute impunité. Enfin pas tout à fait. Certaines municipalités ont bien tenté, en vain, de modifier à la dernière minute les règlements municipaux pour interdire aux salafistes de tenir leurs stands de distribution. Peine perdue. Les corans ont quand même été distribués directement de la main à la main dans les rues.

À l’origine de l’opération, un association islamiste « Die wahre religion » (la vraie religion) et son gourou Ibrahim Abou Nabie. Celui-ci vise l’objectif des 25 millions d’exemplaires distribués à proche échéance afin « qu’il y ait un coran dans chaque foyer » allemand. La conversion des incroyants, c’est son idée fixe. Il se met d’ailleurs en scène sur son site internet en pleine action de conversion.

Il semblerait que les autorités commencent à s’inquiéter. Mais comme ici en France, elles ne font rien de concret pour empêcher cette campagne massive.

Dans la presse allemande tout le monde a l’air de trouver ça très bien, pour changer : « Les hommes barbus en tuniques longues quittent les arrières-cours des mosquées. Ils se montrent proches des citoyens, amicaux et transparents. » (Welt Online).

Photo en une : La mosquée Şehitlik, à Berlin, construite en 1999. Crédit : Lienhard Schulz via Wikimédia Commons

Allemagne : Yunus ne priera pas à l'école !

Allemagne : Yunus ne priera pas à l’école !

03/12/2011 – 08h30
BERLIN (NOVOpress) –
Comment nos voisins allemands gèrent-ils les comportements et autres signes religieux ostentatoires en milieu scolaire?

Allemagne : Yunus ne priera pas à l’école ! La cour administrative fédérale (Bundesverwaltungsgericht) (photo ci-contre) a tranché : Yunus M., fils d’un allemand converti à l’Islam et d’une turque ne pourra plus prier dans son lycée berlinois du quartier populaire de Wedding à midi. [Le rythme scolaire allemand ne comporte pas de pause de midi, et c’est donc pendant les heures normales d’enseignement]. Le lycéen de 18 ans « ne pourra pas être autorisé à pratiquer la prière rituelle, si cela risque de troubler l’ordre de l’établissement. »

Le lycéen avait porté plainte il y a déjà quatre ans, parce qu’il lui avait été interdit de prier avec des camarades sur des manteaux étalés par terre, tourné vers la Mecque, dans le couloir du lycée.

Yunus qui prépare aujourd’hui son bac, maintient que ses camarades ne se sentaient pas gênés par ses prières qui par ailleurs ne duraient que cinq minutes. Son avocat Bülen Yasar n’a pas encore décidé s’il déposera ou non un recours devant la Cour constitutionnelle, en soulignant que, selon lui, la décision des juges de Leipzig remet en cause la liberté de culte garantie par la constitution. Et le nœud du problème est bien là : la liberté de culte doit-elle le cas échéant griller la politesse à un possible trouble de l’ordre scolaire ?

L’avocate Margarete Mühl-Jäckel qui représentait le land de Berlin a mis en avant que dans le lycée en question, il n’y avait pas moins de cinq religions contraintes à coexister et pour elle, l’État serait donc bien avisé d’appliquer une forme de neutralité religieuse. La direction de l’établissement a pour sa part pu observer des animosités envers certains élèves, soit parce qu’ils mangent du porc, soit parce qu’ils ne respectent pas le Ramadan. Les filles se voient reprocher des tenues trop légères et on leur conseille le port du foulard. L’on en serait même déjà arrivé à de vives tensions dans une salle de prière, des garçons musulmans déclarant la pièce profanée parce que des filles désiraient y prier selon le rite Alévi (communauté musulmane turque proche des Chiites, et attachée à la laïcité). La prière rituelle musulmane avec sa prosternation en direction de la Mecque aurait un caractère prosélyte manifeste, et provoquerait des tensions.

Les juges quant à eux soulignent, ce qui ne simplifie pas le problème, que l’Allemagne n’est pas un état laïc, et que l’on peut donc autoriser les élèves à prier à l’école, en dehors des heures de cours, et à la condition que cela ne nuise pas à l’ordre de l’établissement.

On peut bien sûr se demander si, comme l’estime la Berliner Zeitung, le verdict du tribunal renforce ainsi la position des responsables d’établissements, qui peuvent décider si la prière rituelle trouble ou non le déroulement normal de l’enseignement ; ou si cela ne les laisse pas complètement seuls face aux problèmes à gérer.

La sphère bienpensante s’en trouve en tous cas fort satisfaite. Par l’entremise de sa porte parole, l’administration responsable de l’enseignement berlinois a salué ce verdict, qui « confirme qu’il n’y a pas de directives au sujet des lieux de prière dans les établissements scolaire ». Les deux principales confessions chrétiennes s’en réjouissent tout autant, ainsi le porte parole de l’archevêque Stefen Förner pour qui cette décision de justice ne permet pas de fonder « un bannissement du fait religieux de la sphère publique comme des écoles ».

Alors que se réunissent à Berlin d’éminents membres de la Cour constitutionnelle pour chercher des moyens légaux visant à pourchasser la pensée déviante et l’islamophobie, peut-on encore estimer honnêtement, comme le prétend une grande partie de la classe politique en Allemagne -comme d’ailleurs chez nous- qu’il n’y a aucun souci à se faire avec une « soi disant islamisation » des pays d’Europe ?

Crédit photo : PearlsofJannah (photo en Une) et Manecke, licences CC.

[Football] Club mythique : le BFC Dynamo Berlin

[Football] Club mythique : le BFC Dynamo Berlin

16/11/2011 – 14h00
BERLIN (NOVOpress) —
 Berlin, une des plus grosses capitales d’Europe. Ville de la tension par excellence, capitale de l’Europe nazie jusqu’en 1945, puis englobée par l’Union soviétique à la sortie de la guerre. Berlin, ville divisée en son sein-même puisqu’une partie de la ville reviendra à l’Occident américain pendant que l’autre subira le joug communiste.

Ville séparée par un Mur, qui tombera un soir de novembre 1989 ouvrant ainsi la voie à la Réunification. Aujourd’hui, Berlin, c’est une ville à punks et autres alternatifs, ses bouteilles de bières bon marché, ses clubs de nuit réputés dans le monde entier. Et ses clubs de foot. Entre autres, le Dynamo Berlin.

[Football] Club mythique : le BFC Dynamo BerlinFondé en 1966, le club est à l’origine membre — comme tous les autres clubs Est-allemands à l’époque — de l’association sportive de la police SV Dynamo. L’équipe de football du Dynamo Berlin en tant qu’équipe est la conséquence d’une décision aussi absurde qu’invraisemblable : le transfert de l’équipe de foot du Dynamo Dresden. Autre régime, autres mœurs. Le BFC Dynamo est basé dans la partie Est de Berlin.

Le club va rapidement progresser et devenir l’un des meilleurs de RDA. Dix fois sacré champion, vainqueur de quatre coupes nationales, il règnera en maître pendant les années 80 sur la RDA et Berlin.

Néanmoins, avec la chute du régime, le Dynamo va sombrer au fur-et-à-mesure. Pour marquer le coup de la réunification et rompre avec l’image d’un club de la Stasi, la police est-allemande, il sera d’ailleurs renommé jusqu’au début des années 2000 FC Berlin, puis retrouvera son appellation d’origine.

Aujourd’hui, le BFC Dynamo Berlin végète en 5ème division, Oberliga Nord. Mais sa réputation n’est plus à faire et il reste suivi par de nombreux supporters aussi bien à Berlin que dans toute l’Allemagne, attachés aux racines populaires dont la majorité est issue. Il n’est pas rare que le Dynamo soit suivi par plusieurs centaines de supporters, en témoigne le récent déplacement à Rostock.

[Football] Club mythique : le BFC Dynamo BerlinÀ domicile, les matchs se déroulent principalement au Sportforum, un stade à l’ancienne aux relents soviétiques, mais comme on les aime, sans caméras ni sièges pénibles. D’une capacité de 12 000 places, le stade est rarement rempli à plus d’un tiers.

Néanmoins, cette maigre affluence est à expliquer du fait que le club joue ses gros matchs au Jahnstadion, beaucoup plus moderne et plus spacieux aussi (20 000 places). Du coup, les supporters sont plus aptes à garnir les travées pour les grosses affiches.

S’il existe bien un groupe « ultra » d’une cinquantaine de membres (la Fraktion-H Ostberlin), la culture supporter est bien plus influencée par le modèle classique allemand. Ainsi, vestes en jean, patchs et bières à la main sont légions aux alentours des stades où joue le BFC.

Le Dynamo souffre toutefois d’une réputation sulfureuse dans toute l’Allemagne. En effet, plus de 300 personnes sont classées categorie C, celle désignant les hooligans. Et les exemples ne manquent pas : le dernier en date a eu lieu en juillet dernier. Plusieurs centaines de Berlinois ont viré manu militari les supporters de Kaiserlautern venus pour assister à un match de Coupe. Une grosse dizaine de blessés avait été évacuée.
Par ailleurs, des liens avec les mouvances nationalistes allemandes existent et le club a du prendre des mesures pour éradiquer le racisme exprimé au stade.

Nombreux sont les graffitis rappelant la rivalité entre les clubs. Crédit photo : NovopressIl existe plusieurs clubs à Berlin : le Herta, le Turkiyemspor, le Tennis Borussia. Si le dernier est détesté en raison de convictions politiques opposées, l’ennemi numéro 1 reste l’autre club populaire Est-Allemand, le FC Union Berlin. Nombreux sont les graffitis rappelant la rivalité et les confrontations sont parfois difficiles à éviter.

Le BFC Dynamo reste donc un club à voir, loin du clinquant de son voisin le Herta Berlin. Son passé prestigieux aide à faire oublier un présent plus délicat. Mais comme on dit, un club ne vit que par ses supporters !

[Football] On regarde quoi ce week-end ?

[Football] On regarde quoi ce week-end ?


14/10/2011 – 13h15
PARIS (NOVOpress) — Vendredi soir, FC Metz/Le Havre. Pas de pression pour ce match de L2 entre deux équipes dont les supporters sont jumelés.

Samedi les choses sérieuses commencent. Liverpool/Manchester United devrait ravir les amoureux du beau jeu et le Kop d’Anfield devrait résonner pour sa dernière année en théorie puisque le nouveau stade de Liverpool voit le jour en 2012.

Dimanche, un match pour les nostalgiques du vieux cuir : Sheffield United/Sheffield Wednesday. On aperçoit encore la foule se presser contre les tourniquets pour débouler dans des tribunes debout.

Plus au nord du Royaume-Uni, la jeunesse working class écossaise devrait passer un après-midi pluvieux et sympathique dans les rue d’Aberdeen pour Aberdeen/Dundee United. D’autant que les deux équipes sont au coude à coude en championnat et soyons francs, le samedi à 15h, quoi de mieux qu’un bon vieux match dans un pub écossais ?

Chez nos voisins outre Rhin, Bayern Munich/Herta Berlin devrait tenir ses promesses en terme de sport et gageons que les quelques tentes de l’Oktoberfest encore ouvertes se feront un plaisir d’accueillir la horde de fans de la capitale et peut-etre même leurs amis strasbourgeois !

En France, Lyon/AS Nancy terrorise les autorités qui se rappellent un fameux reportage sur les hooligans lyonnais s’en allant défier — sans succès — leurs homologues nancéens.

Par contre, Nice/Bordeaux pourrait être nettement plus chaud dans les rues de la cité azuréenne.

Aux Pays-Bas, un classique pas dans la finesse, PSV/Utrecht. Les gabbers seront à coup sur de la partie. Belgique, on notera l’affrontement politico-sportif entre les durs BCS Anderlecht, plutôt dans une logique de défense identitaire de leur communauté, et les tribunes d’extrême-gauche du Standard de Liège, le tout dans un match Anderlecht/Standard qui promet.

Autre temps, autre chaleur, la dette grecque ne devrait pas influencer les Athéniens pour le derby AEK/Olympiakos. Décidemment les policiers helléniques ont bien du travail ces derniers mois !

L’Empire romain aura lui aussi son moment de passion puisque le derby Lazio/Roma devrait encore déchainer les passions et déchirer les amitiés romaines le temps d’un soir. Même si la Tessara a fait son mal. Même si Casapound organise une projection neutre au Cutty Sark.

Bref, du beau football ce week-end, et bien d’autres matchs oubliés ! Alors n’hésitez plus, quittez le canapé et rejoignez les copains !

Photo : Manchester United vs. Chelsea le 18 septembre 2011. Crédits : Paolo Camera (image sous licence cc, via Flickr)