Tag Archives: Bénabar

Orelsan : Le Bénabar du rap politiquement correct [vidéo]

Orelsan : Le Bénabar du rap politiquement correct [vidéo]

09/10/2011 – 19h00
Paris (NOVOpress) – Le rap français vient de trouver son Bénabar, le chanteur pseudo-engagé – qui n’a rien trouvé de mieux que d’écrire une chanson à la gloire du politiquement correct- , en la personne d’Orelsan.

Sa dernière chanson nous laisse un goût amer, comme une idée de déjà vu et entendu. Orelsan, t’as la rage ? C’est bien. Tu en veux à tout le monde ? C’est cool. Tu dézingues tous ceux qui t’énervent ? on ne t’en voudra pas, c’est le jeu dans le rap.

Par contre, au niveau du titre, « Suicide social », tu es complètement à côté de la plaque. Tu devrais plutôt l’appeler « Insertion sociale », car ça fait belle lurette que les insultes à la France et aux Français ne vous conduisent plus au bagne mais vous propulsent comme une nouvelle icône médiatique. Et oui, mon grand Orelsan, tout rappeur rebelle que tu es, tes paroles sont à peu près similaires à celles d’un chanteur comme Raphaël. Lui voulait siffler « la Marseillaise avec les Beurs », toi tu t’en prends à la France profonde(1), aux Parisiens, aux racistes, aux sudistes et aux racailles de banlieue ! Ouah, quel exploit ! Quel courage de cracher ta haine sur eux !

Mais non, Orelsan, tu t’es trompé, si tu voulais te « suicider socialement » et surtout artistiquement, tu aurais dû chanter l’amour de la France. Car tu en connais beaucoup autour de toi, des artistes qui ont osé franchir la ligne jaune du politiquement correct ? Non, il n’y en a pas des masses, on peut même dire qu’il n’y en a pas.

Si nous pouvons te donner un conseil, médite ces paroles, elles sont de toi : « Adieu ces pseudos artistes engagés, plein de banalités démagogues dans la trachée, écouter des chanteurs faire la morale ça me fait chier, essaies d’écrire des bonnes paroles avant de la prêcher ». Quant à nous, on te dit adieu Orelsan, en espérant pour toi que ta nouvelle carrière de Bénabar du rap français réussisse.
———–
(1) « Adieu la campagne et ses familles crasseuses Proche du porc au point d’attraper la fièvre aphteuse Toutes ces vieilles, ces commères qui se bouffent entre elles Ces vieux radins et leurs économies de bouts de chandelle Adieu cette France profonde Profondément stupide, cupide, inutile, putride C’est fini vous êtes en retard d’un siècle Plus personne n’a besoin de vos bandes d’incestes »

———–