Tag Archives: belge

Fusillade à Bruxelles dans le cadre de l’enquête sur les attentats islamistes de Paris

16/03/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Une enquête liée aux attentats du 13 novembre à Paris a provoqué une fusillade au fusil à pompe et à la kalachnikov et l’assaut d’un appartement, mardi, dans la capitale belge. Quatre policiers, dont une Française, ont été blessés. L’homme abattu a été identifié ce matin comme étant Mohamed Belkaid, un Algérien en séjour illégal, condamné pour des faits mineurs en 2014, et qui ne figurait pas dans les fichiers des services antiterroristes. Il ne s’agit donc ni de Salah Abdeslam ni de trois autres hommes recherchés dans le cadre des enquêtes sur les attentats de Paris. Deux complices seraient en fuite, selon les médias belges.

Publié le
8568-Chard

Scènes de guerre à Bruxelles

16/03/2016 – EUROPE (Présent 8568)

Une perquisition qui tourne mal, des policiers blessés, un quartier en état de siège, un individu tué, un autre en fuite… La scène s’est déroulée mardi à Bruxelles dans la commune de Forest, un nid d’islamistes radicalisés et de terroristes en puissance comme il en existe un peu partout, notamment en Belgique, du fait d’une immigration massive subie par l’Europe et du laxisme des politiques.
8568P1
À l’origine de cette scène de guerre en plein jour : une opération antiterroriste menée conjointement en début d’après-midi par la police belge et des policiers français dans une « planque », dans le cadre du volet belge de l’enquête sur les attentats de Paris qui ont fait 130 morts et plus de 350 blessés le 13 novembre dernier.

En perquisitionnant dans cette maison (qu’ils pensaient vide) située rue du Dries et louée par un suspect qualifié de « très intéressant », les policiers franco-belges ont été accueillis par des coups de feu. Selon le parquet belge, un ou plusieurs hommes ont tiré à l’arme lourde sur les forces de l’ordre. Dans la fusillade imprévue, trois policiers, dont une Française, ont été blessés.

Quelques minutes après, deux hommes se sont enfuis par les toits, tandis qu’un ou deux autres se sont retranchés dans la maison. D’où branle-bas de combat, déploiement d’un vaste dispositif policier et quartier entièrement bouclé. Peu après, alors que le périmètre de sécurité avait été élargi, une nouvelle fusillade a éclaté, durant laquelle un quatrième policier a été blessé.

En début de soirée, l’assaut final a été donné par les forces de l’ordre. « Un corps a été retrouvé » dans la maison, a annoncé Éric Van der Sypt, porte-parole du parquet fédéral belge. L’identification de l’homme est en cours.

Si l’assaut lui-même s’est achevé mardi soir, les opérations antiterroristes se poursuivent. D’autant plus qu’un ou deux individus étaient toujours en fuite mercredi matin. La traque se poursuit.

Pierre Malpouge

guantanamo

Un Guantanamo belge pour les clandestins ?

26/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Proposition-choc d’un maire belge : créer un Guantanamo pour les clandestins, mais « sans la torture ».

Le bourgmestre (maire, NDLR) de Knokke, Leopold Lippens appelle à la création pour les migrants qui ne sont pas en ordre de séjour, d’« un camp comme à Guantanamo, sans les torturer ».

Soit ils ont la permission de rester, ils sont en règle, soit ils sont illégaux !

assène le bourgmestre de la cité balnéaire flamande. « Qu’on les envoie dans leur pays et qu’on n’attende pas la décision du procureur du roi pour leur demander de quitter le pays dans les cinq jours », poursuit-il.

Âgé de 74 ans, le comte Lippens dit craindre pour l’avenir de la côte belge après la fermeture des aires réservées aux « migrants » à Calais. « Il y a 3 millions de musulmans qui veulent arriver en Europe », affirme l’édile. « Supposons qu’ils aient trois enfants. Ils seront 20 millions de plus dans 20 ans puis, un jour, ils seront 100 millions. On ne veut pas de cela. On aurait dû rester dans une Europe à 9 et fermer les frontières », conclut-il. Leopold Lippens assure n’être « pas raciste » tout en comparant la nécessité de « loger, avec des w.c. spéciaux » ces migrants alors que « 20 % des Belges n’ont pas droit à cela ».

8553-Chard

Belgique : on ferme

24/02/2016 – EUROPE (Présent 8553)

La Belgique a peur de voir son territoire envahi du côté sud. Pourtant la France ne songe pas à l’annexer !
Ce n’est pas des Français dont elle se protège, mais des migrants, lesquels, si la jungle de Calais est évacuée, vont s’installer outre-Quiévrain, ce qui a d’ailleurs commencé : appliquant eux aussi le principe de précaution, une trentaine d’individus ont déjà été arrêtés à Adinkerke. Les autorités belges ont donc décidé de fermer leurs frontières. Les contrôles seront réalisés « systématiquement sur les lieux stratégiques connus pour les passages » a indiqué le ministre de l’Intérieur, Jan Jambon.
8553-Une
Contrairement à ce qu’imagine son homologue français, Bernard Cazeneuve, ceux qui veulent aller en Grande-Bretagne à tout prix ne vont pas se rendre dans un centre d’hébergement dans les Causses ou à Romorantin, mais vers un autre port du Nord. C’est donc la crainte de voir les maux de Calais s’exporter vers le port de Bruges-Zeebrugge, d’où partent les ferries à destination de la Grande-Bretagne, qui justifient la décision de Bruxelles.
Il s’agit aussi de faire taire la rumeur qui se répandait dans la jungle selon laquelle les Belges seraient plus « ouverts » que les Français, rumeur qui serait le fait des passeurs afin de pouvoir continuer leur coupable activité de l’autre côté de la frontière.

Ce n’est pas de gaieté de cœur que le chef du gouvernement belge a pris cette mesure à l’encontre de son plus proche voisin avec qui les échanges sont permanents et amicaux. Cela montre que la Belgique n’est pas dupe du discours de notre ministre de l’Intérieur pour résorber cet abcès sur la côte calaisienne, elle ne veut pas faire les frais de cette impuissance.
Ceux des « migrants » qui parviendraient à passer à travers les mailles du filet et interceptés en Belgique, où ils ne voudraient pas demander l’asile, se verraient notifier un « ordre immédiat de quitter le territoire » et seraient raccompagnés à la frontière française par la police belge. Retour à l’envoyeur !

Il s’agit d’une dérogation « temporaire » aux règles de Schengen, a précisé le ministre de l’Intérieur belge. C’est la formule que tous les pays emploient pour rester dans le cadre de la légalité européenne qui ne prévoit qu’une fermeture temporaire et exceptionnelle. Mais quand déjà sept pays de l’espace Schengen ont fermé leurs frontières et pour le même motif, petit à petit ce seront les États qui les maintiennent ouvertes qui deviendront l’exception… avant de s’y rallier.

En effet, quand un accès est fermé, les passeurs et leurs clients en ouvrent un autre, ce qui conduit le pays victime de cette situation à reprendre lui aussi le contrôle de ses frontières. Quant au caractère « temporaire » ni en Belgique, ni ailleurs, il n’y a de date butoir. Son gouvernement a indiqué que cette fermeture « durera autant que nécessaire », c’est-à-dire très longtemps, car la crise dite des « migrants » est encore devant nous.

Les chefs d’État et de gouvernement ont beau proclamer qu’il faut tout faire pour conserver « Schengen », ce n’est qu’une imprécation stérile. La liberté de circulation se réduit chaque jour davantage, « Schengen » devient une coquille vide. Mieux vaudrait le constater et déclarer ces accords caducs au lieu de cet acharnement même pas thérapeutique.

Guy Rouvrais

simulation_de_tuerie_de_masse

Belgique : simulation d’une tuerie de masse dans une école de La Hulpe

16/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

150 policiers dont des membres du Gign local se sont entraînés aujourd’hui à faire face à un tueur dans une école de la Hulpe en Belgique.
Admirons le réalisme apporté à la reconstitution dans le choix du tueur.
Ici en France nous pourrions nous entraîner à faire de grandes marches commémoratives avec de jolies pancartes « Je Suis Collégien » pour nous préparer à la prochaine tuerie de masse islamistes.

simulation d'attaque

Source : DH Belgique


 

violee_par_des_clandestins_irakiens

Jeune fille de 17 ans violée à Ostende par cinq demandeurs d’asile irakiens

05/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Le crime date de novembre, mais c’est seulement aujourd’hui qu’il est rendu public. À Ostende, une jeune fille de 17 ans a été abusée sexuellement par plusieurs agresseurs, dont cinq Irakiens demandeurs d’asile après avoir été séquestrée et assommée, ce qui a lui entraîné une perte de mémoire de plusieurs jours.
Les criminels ont été retrouvés par hasard quand la police a découvert une vidéo sordide sur le téléphone portable d’un jeune arrêté pour une autre affaire : accompagné de six autres garçons, on le voit abuser une fille apparemment inconsciente. Les auteurs de ce viol collectif rient, dansent et chantent en arabe, précise Het Laatste News.
Lors de leur interrogatoire, tous nièrent les faits, considérant parfois, comme le précise à nouveau Het Laatste News, qu’un viol collectif était une chose tout à fait normale ailleurs dans le monde. Selon l’un des auteurs de faits, elle ne devrait de toute façon pas se plaindre, « parce que les femmes ont seulement besoin d’écouter les hommes ».

De son côté Johan Vande Lanotte, le bourgmestre socialiste de la ville d’Ostende, craint surtout que la population ne fasse des généralités : » Quand un Belge commet un viol, on ne dit pas que tous les Belges sont des violeurs… Certains nouveaux arrivants ont une image de la femme qui est problématique. »
Le bourgmestre a raison, il ne faut pas faire d’amalgame. Tous les violeurs ne sont pas des clandestins, tant s’en faut. Ainsi, à Toulouse deux jeunes femmes, âgées de 19 et 20 ans, ont-elles été violées, pendant des heures et à de nombreuses reprises, par une dizaine d’hommes âgés de 18 à 27 ans et appartenant à la « communauté des gens du voyage », comme on désigne les Roms. Plus d’une centaine de policiers ont été mobilisés le 3 février pour aller les interpeller à Toulouse et à Oloron-Sainte-Marie, près de Pau (Pyrénées-Atlantiques). L’ADN des bourreaux présumés a été prélevé, afin d’être comparé à ceux relevés sur les victimes.



Ostende : une fille de 17 ans aurait &#233 ;t &#233 ; abus &#233 ;e par des r &#233 ;fugi &#233 ;s irakiens en novembre

molenbeek-aujourdhui

Molenbeek : zone islamique de non-droit au cœur de Bruxelles

22/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Pour le sénateur belge, Alain Destexhe, l’agression de journalistes de France 3 et de la chaîne belge RTL-TVI est révélatrice de la conception du territoire qu’ont de nombreux « jeunes » de Molenbeek.

Insultes, crachats, coups de pied sur leurs voitures, menaces, font désormais partie du lot quotidien de policiers qui, souvent, reçoivent des consignes de modération afin de ne pas “jeter de l’huile sur le feu”.

Certains quartiers de Bruxelles – douze selon un journal local – sont devenus peu à peu des zones de non-droit. Où la police ne va plus qu’en force. Où les agents des compagnies de gaz ou d’électricité hésitent à couper les compteurs des mauvais payeurs. Où les contrôleurs de la STIB – la RATP bruxelloise – se font régulièrement attaquer. Dernièrement, ce fût le cas à Laeken – un quartier autrefois huppé qui jouxte Molenbeek, où, dans son château entouré d’un vaste parc à la Downton Abbey, le roi des Belges vit à deux pas de ses nouveaux sujets d’origine immigrée. Cinq des agents qui se livraient la semaine dernière à une opération à hauts risques de contrôle des titres de transports, se sont retrouvés à hôpital. L’année dernière, c’était le commissariat du quartier qui était attaqué avec des cocktails Molotov.


madame_ribert-reinhart

Attentats du 13 novembre : la Belgique accusée d’inaction

20/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Madame Ribert-Reinhart, mère d’un jeune homme assassiné au Bataclan le 13 novembre a accusé ce lundi la Belgique d’« inaction » dans la surveillance de leurs auteurs.
L’enquête ayant établi de nombreuses connexions des auteurs des attentats avec la Belgique, cette femme a annoncé son intention de porter plainte contre l’Etat belge.
Elle annonce « Qu’on aurait pu et dû éviter la présence sur le territoire national de dix terroristes ce soir-là en toute impunité, qui ont circulé comme ils voulaient en métro, en voiture avec leurs portables. »


PEGIDA_1

Réunion internationale des PEGIDA à Aix-la-Chapelle, le 13 décembre prochain [mise à jour : changement de lieu]

08/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Si l’on entend régulièrement parler de PEGIDA Allemagne, on connaît moins ses émules belges ou néerlandais. Samedi prochain se tiendra une réunion rassemblant les PEGIDA Flandre, Liège, Pays-Bas, Rhénanie du Nord-Westphalie (NRW). Une partie du rassemblement se fera en français.

PEGIDA a essaimé rapidement depuis ses premiers rassemblements à Dresde en 2014, non seulement partout en Allemagne, mais aussi dans d’autres pays européens. C’est ainsi que PEGIDA Pays-Bas, PEGIDA Flandre, PEGIDA Liège et PEGIDA NRW (Rhénanie du Nord – Westphalie) organisent un grand rassemblement à Aix-la-Chapelle le 13 décembre à 14 h. Une bonne occasion de rencontrer des identitaires et patriotes luttant en Allemagne, en Belgique ou aux Pays-Bas contre l’islamisation de la société.
Des discours, dont une partie en français, des différents responsables, seront ponctués par un défilé (*). Comme souvent en pareil cas, les organisateurs s’attendent à des contre-manifestations de gauchistes et à une importante présence policière.
pegida La télévision interroge le public
Le rassemblement se tiendra à partir de 14 h
Le lieu de rassemblement a changé : il est le Tivoli sur la place située devant le stade de football. (Adresse : Krefelder Strasse 205, 52070 Aachen, Allemagne). le 13 décembre prochain.
Si vous souhaitez vous y rendre, Aix-La-Chapelle est facilement accessible depuis Paris, Lyon ou Marseille en train. Il faudra peut-être changer de train à la gare Centrale d’Aix-la-Chapelle pour se rendre à la gare du Sud d’Aix-la-Chapelle (10 min.). Vous pouvez également prendre l’avion jusqu’à Bonn, puis le train vers Aix-la-Chapelle.
Pays-Bas. PEGIDA a tenu son premier rassemblement aux Pays-Bas ce 11 octobre 2015, à Utrecht
Les mouvements PEGIDA hors d’Allemagne sont très actifs. Aux Pays-Bas, le mouvement a débuté Utrecht puis à Rotterdam. En Belgique, deux organisations sont liées à PEGIDA Allemagne : PEGIDA Flandre organise des manifestations, bien que la première ait été interdite. PEGIDA Liège/Lüttich (Liège en français, Lüttich en allemand) a voulu manifester en novembre 2015, mais la manifestation a été interdite par le maire socialiste. Les autres PEGIDA existant en Belgique ne sont pas reconnus par le mouvement PEGIDA.
Lutz Bachmann, la figure de proue de PEGIDA (Dresde)
(*) Les drapeaux de pays et régions sont autorisés. Sont interdits, les drapeaux ayant trait aux idéologies totalitaires et à l’islam, ainsi que le drapeau palestinien, les armes, couteaux, bouteilles, l’alcool, les objets dangereux. Les banderoles sont autorisées. Les tee-shirts de partis politiques sont interdits.

L’enquête sur les attentats du 13 novembre progresse

07/12/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Samedi, un délinquant de 25 ans, Mohamed S., a été mis en examen puis écroué pour association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste criminelle. Il est soupçonné d’avoir aidé à offrir un refuge à Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel présumé des attentats. Il s’agit de la deuxième mise en examen dans l’enquête sur les attentats de Paris et de Saint-Denis, après celle de Jawad Bendaoud fin novembre. L’homme mis en examen samedi aurait servi d’intermédiaire entre Jawad Bendaoud et Hasna Ait Boulacen, qui recherchait une planque pour Abdelhamid Abaaoud. Par ailleurs, Salah Abdeslam, un des auteurs présumés des attentats, est toujours insaisissable.

En Belgique, huit hommes sont inculpés et emprisonnés à ce jour. Ils semblent intéresser plus directement l’enquête sur la cellule qui a fomenté et mené les attentats, que Mohamed S. et Jawad Bendaoud. Vendredi, le parquet fédéral belge a annoncé que les enquêteurs recherchaient deux hommes contrôlés le 9 septembre en Autriche avec Salah Abdeslam. Non identifiés, ils avaient produit deux fausses cartes d’identité belges au nom de Samir Bouzid et Soufiane Kayal. Deux autres suspects ont été inculpés en Belgique « dans le cadre des attentats de Paris », a déclaré un porte-parole du parquet fédéral, Eric Van Der Sypt. Selon la télévision publique flamande VRT, l’un d’eux est une connaissance d’un des kamikazes des attentats, Bilal Hadfi, qui s’est fait exploser au Stade de France.

maire de Moolenbeek

Attentats : la maire de Moolenbeek disposait d’une liste de terroristes

26/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
La maire de Moolenbeek avait depuis un mois une liste de 80 terroristes, dont les frères Abdeslam et Abdelhamid Abaaoud, qui lui avait été communiquée par les services belges.

Selon le quotidien américain New York Times, la maire Françoise Schepmans avait reçu, un mois avant les attentats du 13 novembre, une liste de plus de 80 noms et coordonnées d’individus suspectés d’être des militants islamistes. La commune belge de Moolenbeek qu’elle administre est connue pour être l’in des principaux foyers de l’islam radical et du djihadisme en Europe.

Elle réfute toute responsabilité, déclarant « Que est-ce que j’étais censé faire avec eux [les noms des militants islamistes] ? Ce n’est pas mon boulot de traquer de possibles terroristes »,
Et expliquant que cela était la « responsabilité de la police fédérale ». Certes, pourquoi alors avoir demandé une telle liste ? L’affaire pointe en tout cas du doigt la responsabilité des services de sécurité belges, qui connaissaient la menace, mais n’ont pas agi ni apparemment assez informé leurs homologues français.

alerte-bruxelles

Bruxelles ville morte par crainte des attentats

20/11/2015 – EUROPE (NOVOpress)
La crainte d’attentats sur le modèle de ceux de Paris a placé Bruxelles en état de siège : armée et police déployées dans les rues, commerces et transports fermés.

Face à une menace « imminente », le gouvernement belge a relevé dans la nuit de vendredi à samedi son niveau d’alerte terroriste à 4 pour la région bruxelloise, l’aéroport de Bruxelles et la commune flamande de Vilvorde, d’où sont issus plusieurs jeunes qui se sont radicalisés. Un homme a en effet été arrêté et inculpé de participation à des attentats terroristes. Suite à cette arrestation, les enquêteurs sont à la recherche d’au moins deux hommes dont l’un transporterait une bombe, du type de celles actionnées par les kamikazes lors des attaques menées à Paris le 13 novembre.

Dès samedi, Bruxelles était « en alerte maximum », autrement dit en état de siège avec l’armée et la police massivement déployées, par crainte d’une réplique des attentats de Paris, dont un suspect-clé est toujours traqué.
Mesure la plus spectaculaire : la fermeture de toutes les stations de métro, au moins jusqu’à dimanche après-midi, avant une nouvelle réévaluation de la situation par les autorités. Les centres commerciaux, les complexes cinémas, la plupart des musées sont également restés porte close samedi. Les marchés, les compétitions sportives ont aussi été annulées, donnant à Bruxelles des allures de ville morte. Un concert de Johnny Hallyday a également été annulé samedi soir dans la capitale, où un important dispositif policier et militaire était déployé.
Et samedi soir, sur recommandation du bourgmestre (maire) de Bruxelles, la plupart des cafés et restaurants du centre-ville ont fermé leurs portes.

d8a69daed62d57efb3898063cb5a3a0c-1441628697

La crise de l’agriculture européenne se poursuit

08/09/09/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)
Hier, les agriculteurs européens ont manifesté à Bruxelles

Des agriculteurs venus de toute l’Europe, de Bulgarie en passant par l’Irlande, se sont rappelés au souvenir du Conseil exceptionnel sur l’agriculture des 28 ministres européens. Ce conseil, réuni à la demande de la France, devait trouver des réponses à la crise de l’élevage et de la production laitière en Europe qui seraient liés à la surproduction. Les manifestants entendent aussi pointer l’hypocrisie d’un système qui pousse à l’investissement par les nouvelles normes tout en laissant les prix dégringolés, ce qui a un effet négatif sur la confiance des banques.

Quelles résolutions ont été prises ?

La Commission européenne, responsable de la politique agricole commune, a débloqué entre 300 et 400 millions d’euros qu’il faudra répartir entre les 28 pays de l’UE. Ces fonds proviennent des pénalités payées, en 2014 2015 pour dépassement des quotas de production. Or ce sont 860 millions d’euros qui avaient été récoltés. Le ministre belge de l’Agriculture estime que

cette somme doit revenir intégralement aux agriculteurs.

La Commission rappelle d’ailleurs que 220 millions d’euros avaient été débloqués après l’embargo russe en réplique aux sanctions européennes. Plus important, le prix de rachat par les états aux exploitants agricoles en difficulté du lait ne devrait pas être relevé alors qu’il est à un prix bien inférieur au marché. L’UE entend aussi conclure des accords commerciaux permettant de trouver des débouchés aux produits agricoles.

Quels sont les intérêts en présence dans cette crise ?

L’on dénombre deux séries de considérations. D’une part, l’UE par la voix du commissaire à l’agriculture ne souhaite pas envoyer un signal négatif à la filière agricole en augmentant les prix de rachat étatiques puisque cela aurait pour conséquence de maintenir le niveau de production de lait. D’autre part, après les sanctions européennes, la Russie a répliqué par deux embargos, l’un sur les produits laitiers et l’autre sur les abats de porc, il s’agit pour l’UE de rester ferme et unie face à Vladimir Poutine.

Crédit photo : Daphné VAN OSSEL – RTBF