Tag Archives: Bavière

Horst Seehofer

La Bavière contre la suppression des visas pour les Turcs

A l’approche de la suppression des visas pour les près de 80 millions de citoyens turcs, le ministre président de Bavière exprime ouvertement ses inquiétudes. Selon des propos rapportés par le journal Die Welt, Horst Seehofer, qui est aussi président de la CSU, l’allié bavarois du parti CDU d’Angela Merkel, craint que la levée des visas ne conduise à importer en Allemagne les troubles internes de la Turquie. Car la Turquie poursuit ses dures répressions contre sa minorité kurde, et une partie des populations civiles bombardées par les forces d’Erdogan pourrait être tentée par l’émigration.

Seehofer a également critiqué l’annonce de l’accélération des négociations d’adhésion de la Turquie à l’UE car, a-t-il expliqué, cela fait croire à Ankara que l’Allemagne et les autres nations européennes veulent de la Turquie dans l’UE. « Nous, à la CSU, nous n’en voulons pas », a précisé le leader bavarois.

Dans ce contexte, les déclarations du ministre des Affaires étrangères polonais, Witold Waszczykowski, la semaine dernière à Ankara, ont de quoi surprendre : « Nous voulons voir la Turquie dans un avenir proche comme membre de l’Union européenne », a annoncé le ministre, qui a aussi exprimé le soutien de son pays à la suppression des visas. Même s’il s’agit probablement pour la Pologne d’obtenir le soutien des Turcs et des Américains pour des bases militaires de l’OTAN en Europe centrale pour se protéger contre la Russie, on ne s’attendait pas à de telles déclarations de la part d’un pays qui s’oppose, avec le groupe de Visegrad, à l’immigration de masse et à l’islamisation de l’Europe.

Et ce d’autant plus que la Turquie est en train d’élaborer une nouvelle Constitution que le président du parlement d’Ankara a déclarée mardi vouloir être islamique et non plus laïque. « Nous sommes un pays musulman, c’est pourquoi il nous faut une constitution religieuse », a déclaré Ismail Khraman, de l’AKP, le parti du président Erdogan. Pour le secrétaire général de la CSU bavaroise, Andreas Scheuer, l’adoption par la Turquie d’une constitution islamique reviendra pour elle à claquer la porte de l’Europe. Espérons qu’il ne se trompe pas.

Olivier Bault

 Article paru dans Présent n° 8598 daté du 29 avril 2016

Migrant holds up placard at registration centre at main railway station in Dortmund

Et pendant ce temps, l’invasion migratoire continue

27/10/2015 – EUROPE (NOVOpress)
Alors qu’Angela Merkel panique et convoque sommet européen sur sommet européen pour tenter d’endiguer l’invasion migratoire, les clandestins qu’elle voulait accueillir par centaines de milliers continuent de la prendre au mot. La Bavière fait face à un nouvel afflux de réfugiés.

« Aujourd’hui, on se noie », a déclaré Frank Koller, porte-parole de l’antenne bavaroise de la police fédérale. Nous ne voulons pas jouer à « on vous l’avait bien dit », mais il faits vouer que c’est tentant… Pour dire à quel point sa situation leur échappe, les autorités en sont réduites à réquisitionner brutalement un hôtel pour le transformer en centre d’accueil. Ailleurs dans le pays, les autorité s’étonnent que des « migrants » disparaissent dans la nature en grand nombre, sans même avoir pris le temps de s’enregistrer… Environ 700 des 4 000 réfugiés qui étaient logés en Basse-Saxe ont soudainement disparu la semaine dernière. Les autorités ignorent où ils se trouvent. Comme quoi la naïveté descend tous les échelons hiérarchiques chez nos voisins… 


horst_seehoferet_viktor_orban

Invasion migratoire : la Bavière préfère Orbán à Merkel

Source : Boulevard Voltaire

Il s’est passé un événement majeur le 24 septembre 2015 en Bavière. Horst Seehofer, ministre-président du Gouvernement bavarois, a officiellement reçu Viktor Orbán – l’homme d’État qui a tenté d’appliquer les accords de Schengen (eh oui !) en contrôlant les frontières extérieures de l’Europe grâce à la construction d’un mur de protection.
En Allemagne, et devant les alliés de Merkel, le Premier ministre hongrois s’est présenté comme « le capitaine garde-frontière » et a fustigé « l’impérialisme moral » de Merkel.
Horst Seehofer lui a répondu qu’il n’avait « pas de critique » à faire sur la politique hongroise et qu’elle avait gagné « le soutien du gouvernement bavarois ».

En clair : le land le plus puissant d’Allemagne est entré en dissidence du gouvernement fédéral ; et Merkel risque de perdre le soutien des 56 députés de la CSU, alliée bavaroise de la CDU.

L’événement est d’importance : il a fait l’objet de 83.700 occurrences sur Google. Les presses allemande et anglo-saxonne ont largement commenté l’événement. Certes, d’un point de vue critique, mais ils en ont parlé !

À l’heure où j’écris (dimanche 27 septembre au matin), pas un seul article français postérieur à l’événement n’était répertorié sur Google. Les médias de propagande français ne se contentent pas de désinformer. Ils ont purement et simplement cessé d’informer. Ils sont devenus autistes.

Pourtant, il deviendra de plus en plus difficile de cacher l’opposition des peuples européens et de certains de leurs gouvernements à la folle politique migratoire de la Troïka Merkel/Juncker/Hollande.

Jean-Yves Le Gallou
Ancien député européen, essayiste, Président de Polémia.


Burghausen bavière

La Bavière ferme ses frontières

26/06/2015 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Mardi dernier, le gouvernement hongrois avait tourné le dos aux directives européennes, et décidé de couper les vannes de l’immigration sur son territoire. Violant le règlement européen « Dublin III », Viktor Orban avait suspendu pour une période indéterminée la règle contraignant son pays à examiner toutes les demandes d’asile déposées chez lui.
Cette attitude, même s’il a fait machine arrière depuis, n’a pas manqué de susciter des émules. La Bavière s’est en effet engouffrée dans la brèche. Elle a annoncé hier qu’elle réintroduirait des contrôles permanents le long de sa frontière avec l’Autriche. Seuls les contrôles ponctuels sont permis par les accords de Schengen ; la Bavière avait mené ce type de contrôles ponctuels pour protéger la réunion du G7, le 6 juin dernier.
Elle avait alors constaté près de 6 000 réfractaires aux droits de séjour, parmi lesquels on dénombrait quelques dizaines de criminels. Le ministre président de Bavière a donc rétabli les contrôles de manière permanente.

Trois ministres du gouvernement suédois ont présenté des mesures visant à faciliter l’expulsion de migrants provenant d’autres pays de l’Union européenne.

Crédit photo : Heribert Pohl via Flickr (CC) = Burghausen, vieille ville et château sur la rivière Salzach en Haute Bavière Upper


La Flandre en route vers le modèle bavarois ?

La Flandre en route vers le modèle bavarois ?

23/08/2014 – ANVERS (via le site de Lionel Baland)
Le parti national-centriste flamand – la Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA) -, dirigé par Bart De Wever (photo), entend désormais grignoter la Belgique de l’intérieur. Alors que le parti dirige, au sein de coalitions réunissant la N-VA, les sociaux-chrétiens et les libéraux [de droite], Anvers (Antwerpen) et la Flandre ; les négociations en vue de former un gouvernement belge incluant ces trois partis néerlandophones et les libéraux francophones [de centre-droit] progressent. Le Premier ministre belge devrait être un social-chrétien flamand (CD&V), mais le vrai maître de ce gouvernement sera la N-VA. Cette dernière a le mérite d’avoir chassé du pouvoir à Anvers, en Flandre et [bientôt ?] au sein du gouvernement belge les socialistes du pouvoir et d’avoir constitué des coalitions sans avoir recours à des partis de gauche (comme les écologistes).

Mais surtout Bart De Wever et la N-VA offrent une vision de société, celle de créer une « Bavière flamande » : conservatrice et patriotique pour sa région.

La N-VA, qui a conquis Anvers (Antwerpen) en 2012 et exporté son modèle à la Flandre et bientôt désormais au sein du gouvernement belge, place ses pions : l’administration au sein de la municipalité d’Anvers, en Flandre et désormais au sein de l’État belge comptera de plus en plus de membres de la N-VA.

Crédit photo : Nieuw-Vlaamse Alliantie (N-VA) via Wikipédia (cc).

Photo du jour : les Alpes bavaroises

Photo du jour : les Alpes bavaroises

08/05/2014 – MUNICH (NOVOpress) – Photo prise dans les parages du Benediktenwand : il s’agit d’un des sommets des Alpes situé dans les préalpes bavaroises, à 1 800 mètres d’altitude, proche de la frontière avec l’Autriche.

Crédit photo : petrabroda via Flickr (cc)

Photo du jour : Obersdorf

Photo du jour : Oberstdorf

21/02/2014 – 19h00
MUNICH (NOVOpress) –
Ce paysage de carte postale se trouve en Bavière (plus précisément dans ce qu’on appelle la Souabe), et il s’agit d’Oberstdorf. Ville la plus au sud d’Allemagne, Oberstdorf est très connue pour ses tremplins de saut à ski. La ville pratique depuis plusieurs années une politique écologique innovante : 10% de son territoire et de ses communes avoisinantes sont interdits à la circulation automobile. La plus grande centrale solaire de Bavière y est également implantée.

Crédit photo : fkhuckel via Flickr (cc)

Bavière : pas de croix sur le sommet, pour plaire aux musulmans !

Bavière : pas de croix sur le sommet, pour plaire aux musulmans !

09/11/2012 — 08h00
MUNICH (NOVOpress) — Ce n’est sans doute pas à proprement parler de la dhimmitude, mais un bien trivial appât du gain qui pousse à adapter sans honte des supports publicitaires à une clientèle espérée fortunée. Après les polémiques autour du symbole helvétique qu’est la croix blanche sur fond rouge, sur les fameux couteaux ou sur l’empennage des appareils de la Swiss, et qui pourrait offusquer les musulmans ; après Ikéa éclipsant les modèles féminins de son catalogue saoudien, c’est au tour de la ville touristique de Garmisch-Partenkirchen (Bavière) de retoucher des dépliants en langue arabe.

Lire la suite