Tag Archives: aviation

Syrie : Israël joue avec le feu islamiste - Par Jean Bonnevey

Syrie : Israël joue avec le feu islamiste – Par Jean Bonnevey

Ils sont nombreux les « idiots utiles » des fous d’Allah

Il est évident que Tel Aviv s’inquiète à juste titre de l’implication de l’Iran dans le conflit syrien et d’un éventuel renforcement du Hezbollah libanais. Il n’en reste pas moins que son intervention militaire directe dans cette guerre civile la transforme en déflagration régionale. Israël prend des risques et joue avec le feu. A quoi servirait d’affaiblir les chiites radicaux du Liban si la conséquence est la prise du pouvoir à Damas par des sunnites fanatiques et proches de la mouvance Al-Qaïda. On pourrait reprendre la formule « ni Allal, ni casher » adaptée de celle de Churchill sur la destruction de l’Allemagne nazie renforçant la menace soviétique « on a tué le mauvais cochon ».

Lire la suite

Premier essai concluant pour l’aéronavale chinoise : quels enjeux ?

À propos de l’auteur
Emmanuel Lincot. Directeur de la Chaire des Études Chinoises Contemporaines (Institut Catholique de Paris). Politiste, sémiologue et sinologue de formation, il s’intéresse aux enjeux contemporains de la Chine tant dans les domaines politiques que culturels. Enrichi par une longue expérience de terrain en Asie, il mène une activité de conseil auprès de multinationales et des services de l’État.

Continue reading

Publié le
L’envol des commandes pour Airbus

L’envol des commandes pour Airbus

08/01/2013 – 13h00
TOULOUSE (NOVOpress via Bulletin de réinformation) – La série de succès industriels se poursuit pour Airbus. La première firme aérospatiale européenne, a en effet remporté un nouvel appel d’offre lancé par l’Inde.

Il s’agit de livrer près de six avions ravitailleurs militaire A 330 pour un montant supérieur à un milliard de dollars. L’Inde va ainsi suivre plusieurs pays déjà client de cet appareil, à l’image de l’Australie, la Grande‑Bretagne, l’Arabie saoudite et les Emirats Arabes unis.

Lire la suite

Ayrault-Premier ministre pourra-t-il financer les projets de Ayrault-maire de Nantes ?

Ayrault-Premier ministre pourra-t-il financer les projets de Ayrault-maire de Nantes ?

08/09/2012 – 14h00
NANTES (NOVOpress Breizh) –
Le projet d’ « aéroport du Grand-Ouest » progresse lentement mais sûrement. C’est ainsi que le 7 août dernier, les cinq enquêtes publiques commencées le 21 juin ont été closes. Deux de ces enquêtes sont essentielles à la poursuite du projet : elles doivent assurer l’application de la loi sur l’eau à l’aéroport et à sa desserte routière.
Lire la suite

Mondialisation à risques : Air France à nouveau sous le feu des projecteurs

Mondialisation à risques : Air France à nouveau sous le feu des projecteurs

25/11/2011 – 14h30
PARIS (NOVOpress) –
Encore un problème de délocalisation pour la compagnie Air France, et qui aurait pu s’avérer dramatique. Un Airbus A340 soumis à une révision en Chine a dû rester au sol mi-novembre à Boston. Un mécanicien a en effet constaté l’absence d’une trentaine de vis sur un panneau de carénage -qui avait commencé à se détacher en vol-, selon une source AFP. Un manque de professionnalisme patent qui fait dire ironiquement dans le bulletin du syndicat Alter « les A340 font également (comme les Boeing 747) leur grande visite en Chine à Xiamen et le résultat est toujours à la hauteur des ambitions de notre entreprise ! ».

De son coté la compagnie a réfuté tout danger pour les passager lors des vols effectués dans ces conditions. Un porte-parole de la compagnie, qui a confirmé l’incident, a indiqué qu’une enquête interne était en cours.

La pièce en cause est le karman qui ne constitue pas une pièce de structure, faisant dire à un expert du constructeur européen « comme il ne s’agit pas d’une pièce très lourde et étant donné son emplacement, on peut supposer –sous réserve de certaines vérifications–, que si elle s’était détachée, elle serait partie avec le filet d’air » tout en reconnaissant cependant que « lorsqu’une pièce se détache, il y a toujours un risque qu’elle aille percuter une pièce importante. Le trajet d’une pièce est toujours difficile à connaître ».

Un incident qui en rappelle un autre. L’année dernière c’est un Boeing 747-400 qui avait dû être cloué au sol après une grande visite en Chine. Certaines parois de l’avion avaient été repeintes avec de la peinture potentiellement inflammable. L’avion avait volé pendant trois semaines.

Décidément la mondialisation ayant pour corolaire des délocalisations montre chaque jour l’étendue de ses dérives. Tout comme confier la sous-traitance d’opérations de maintenance de haute technicité à la Chine au mépris des vies humaines.

Crédit photo : Manuco, licence CC.

Seconde Guerre mondiale : ces bombardiers américains qui ravagèrent l’Europe et le Japon

Seconde Guerre mondiale : ces bombardiers américains qui ravagèrent l’Europe et le Japon

13/11/2011 – 21h50
DRESDE (NOVOpress) –
Les éditions Atlas viennent de sortir un très beau coffret sur les Avions de la Seconde Guerre mondiale, sous la direction de Patrick Facon, membre de l’Académie nationale de l’air et de l’espace à Toulouse. Plans détaillés des appareils, photos d’archives et parfois d’exemplaires restaurés avec passion, le coffret contient deux ouvrages. L’un consacré aux avions de chasse, l’autre aux bombardiers.

L’occasion de revenir sur cette arme stratégique avec les blindés, qui ravagea l’Europe au siècle dernier. Junkers, Heinkel… Avec ces modèles, dès 1940, les Allemands tentèrent d’écraser sous leurs bombes la Grande-Bretagne. Mais comme le rappelle Patrick Facon, ce sont les « Américains et les Britanniques qui passent maîtres dans la maîtrise des opérations de ce type ». Entre 1941 et 1945, les B 25, Boeing B-17 américains et autres Lancaster anglais, imposent une « terreur sur l’Allemagne » en visant principalement les civils (plus de 500 000 victimes) à Dresde, Hambourg ou Berlin.

Cette même logique criminelle sera dirigée contre le Japon, où près de 900 000 femmes, hommes et enfants seront massacrés « sous les bombes explosives et incendiaires américaines de novembre 1944 à juillet 1945 », écrit Patrick Facon. Un « bilan effrayant », aggravé par les bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945. Pourtant, les auteurs de ces crimes de guerre n’ont jamais été traduits devant un tribunal international.

Après le jugement de Nuremberg, le général américain Curtis Lemay (l’un des principaux stratèges des bombardements incendiaires visant à anéantir les populations civiles) a reconnu « Si nous avions perdu la guerre, c’est moi qui aurait été jugé pour crimes de guerre. Heureusement nous avons gagné. »