Tag Archives: attentats

migrants-refugies-autriche

Officiel : le « flux de migrants » permet bien d’infiltrer des terroristes islamistes

07/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : C’est RTL qui l’affirme ce matin, dans le cadre de révélations sur les attentats de novembre 2015 à Paris, dont celui du Bataclan : « Un homme répondant au nom de Abou Ahmed aurait piloté les attaques depuis la Syrie, en envoyant en France des djihadistes cachés dans les flux de réfugiés. » Avant le 13 novembre, cet Abou Ahmed « aurait envoyé vers la France plusieurs terroristes dans le flux de migrants syriens ».

S’appuyant sur les déclarations d’un terroriste islamiste arrêté en Autriche, la radio ajoute : « Au moment de son départ de Raqqa, le fief syrien de Daesh, ce terroriste a reçu un téléphone, de faux papiers, de l’argent et des instructions par SMS, en langage codé. Où se trouve ce donneur d’ordre aujourd’hui ? En Syrie ? En Irak ? A-t-il lui aussi rejoint l’Europe ? Les enquêteurs l’ignorent précisément. »

Les commandos islamistes ayant opéré à Paris et à Bruxelles avaient d’autres projets : « activer d’autres cellules en France, ou même kidnapper des personnalités contre la libération de certains membres de Daesh, comme Mehdi Nemmouche, l’auteur de l’attentat contre le musée juif de Bruxelles.

Les Revenants djihadistes

Alerte aux « revenants », ces djihadistes qui sont de retour en France !

Les Revenants djihadistes28/10/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Ils étaient partis faire le jihad, ils sont de retour en France ! Tel est le sujet du livre-événement de David Thomson qui paraît le 1er décembre aux éditions du Seuil, en collaboration avec le site Les Jours, et est intitulé Les Revenants. « Depuis 2012, des centaines de Français sont partis rejoindre des groupes jihadistes. Plus de 500 sont toujours sur place, près de 150 ont déjà été tués, mais 250 ont choisi de rentrer » et, comme l’écrit l’éditeur, tous ont des profils différents :

« Certains sont revenus dégoûtés de la violence du champ de bataille syrien, voire des attentats qui ont endeuillé la France, et cherchent à se faire oublier, dans une liberté très surveillée. D’autres reviennent gravement blessés ou psychologiquement détruits. D’autres encore sont en prison, où leur regroupement pose de nouveaux problèmes qui semblent aujourd’hui insolubles. Certains, enfin, sont de retour pour continuer le jihad sur notre sol. »

Journaliste à Radio France Internationale (RFI). David Thomson a couvert « les révolutions arabes » et leurs transitions politiques en tant que correspondant régional en Tunisie et en Libye de 2011 à 2013. Depuis 2011, il s’est spécialisé sur les mouvements jihadistes en Tunisie et en France. « Il a publié Les Français jihadistes aux éditions Les Arènes en mars 2014, ouvrage basé sur des entretiens directs avec les jihadistes eux-mêmes, qui retrace le parcours d’une vingtaine de jeunes Français ayant décidé de partir combattre ou de s’installer en Syrie. Pour cette enquête, Les Revenants, il décide de raconter le retour au pays de Français partis faire le jihad. »

Chard Présent 8585

Le président de Civitas minimise les menaces terroristes contre son association

Le parquet fédéral belge a révélé que Mohamed Abrini (arrêté vendredi) également impliqué dans les massacres du 13 novembre, projetait de commettre de nouveaux attentats en France. Prise de court par l’arrestation d’Abdeslam, la cellule djihadiste a finalement décidé dans l’urgence de frapper Bruxelles. Dans l’ordinateur d’Abrini la police a retrouvé un fichier qui contenait des cibles détaillées des djihadistes : le grand centre commercial Les Quatre Temps du quartier d’affaires de la Défense et l’association catholique Civitas. Alain Escada réagit à chaud pour Présent.

— Savez-vous pourquoi Civitas est visé par les islamistes ?

— Si je voulais vous répondre un peu sur le ton de la plaisanterie, je dirais que cela signifie que nous incarnons pour l’opinion publique l’emblème de la véritable chrétienté. Nous avons évidemment une visibilité dans l’affirmation catholique et peut-être que cela nous donne plus d’audience et d’importance aux yeux des islamistes que d’autres mouvements. Mais, objectivement, je relativise. Car si plusieurs médias ont relayé cette affirmation du Parquet fédéral belge, dans les faits nous n’avons eu aucune confirmation ni infirmation.

— Avez-vous reçu des menaces ?

— Ni menaces ni contact avec la police, ou avec un quelconque service ni organe officiel, qu’il soit français ou belge. Seuls des journalistes m’ont contacté.  

 — Bénéficiez-vous d’une protection ?

 Absolument pas. Il n’y a eu aucune proposition en ce sens. Je relativise beaucoup l’information. Je pense que faire sauter la boîte aux lettres de notre association ne relève pas d’un fait de guerre particulièrement attractif pour les djihadistes puisqu’en l’occurrence notre siège n’est jamais qu’un siège administratif avec des boîtes aux lettres.

— En somme, vous êtes plus menacé par le fisc que par Daech ?

— Beaucoup d’ennemis, beaucoup d’honneurs ! Je remarque que nous intéressons aussi bien le fisc, Bercy, la franc-maçonnerie qui est à l’origine de la demande faite au fisc de nous redresser sévèrement que l’Etat islamique. Je m’étonne qu’ils accordent plus d’importance à Civitas qu’à imaginer le gouvernement comme une meilleure cible ! Je trouve curieux aussi que les deux seules cibles citées soient un grand centre commercial de la Défense et une association comme Civitas qui, soyons honnêtes, n’est quand même pas un organisme si important que cela pour faire l’objet d’un retentissement international.

Propos recueillis par Caroline Parmentier

Interview  parue dans Présent n°  8585 daté du 12 avril 2016

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Soumission aux assassins djihadistes : le cas Antoine Leiris – Par Guillaume Faye

06/04/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

Face aux attentats islamiques et au djihad sanguinaire arabo-musulman, on relève souvent une attitude de pardon – et donc de soumission. Le refus de toute idée même de vengeance s’accompagne de larmoiements bisounours avec allumage de bougies et bouquets de fleurs sur les lieux des attentats. Cet esprit victimaire (”Je suis Charlie”), symbole de dévirilisation, mêle angélisme infantile et – paradoxe véritablement maladif – condamnation indignée de toute ”islamophobie”. Ce qui plonge dans l’hilarité, le mépris et l’excitation les très nombreux approbateurs et coreligionnaires des tueurs djihadistes.

Symbole de peur, exemple de reddition

Le journaliste et auteur Antoine Leiris, 34 ans, dont la femme Hélène Muyal–Leiris a été assassinée au Bataclan le 13 novembre 2015 par les djihadistes arabes, est l’exemple type de cet état d’esprit de soumission et de naïveté. Il a posté sur Facebook, rebondissant sur la mort de sa femme, un message émotif qui a fait le tour du monde et qui a été repris par Le Monde et Der Spiegel, –deux puissants médias du politiquement correct de gauche – intitulé « Vous n’aurez pas ma haine ». Autrement dit : je ne hais pas les assassins de ma femme. Il vient d’en faire un livre (même titre) publié chez Fayard, éditeur au bon instinct commercial. Son discours est un concentré de platitudes soporifiques politiquement correctes et un « plaidoyer pour la tolérance », selon la langue de bois de l’idéologie dominante. « Une déclaration d’amour à sa femme » liées au pardon pour les assassins, selon le Journal du Dimanche (03/04/2016), organe, lui aussi, de la pensée fléchée, qui titre « l’amour à perpétuité ». Face aux tueurs qui éclatent de rire, on allume des bougies, on pleure, on renifle.

Il pardonne aux assassins de sa femme. Pardonner aux assassins, ne pas les haïr et refuser la vengeance est non seulement offensant pour la mémoire des victimes mais en dit long sur l’état mental d’une société qui adopte un comportement contre nature. C’est un dévoiement pathologique du principe chrétien du pardon.

Lire la suite

Mohamed Abrini

Une « association catholique conservatrice » ciblée par l’Etat islamique !

10/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : L’Etat islamique a identifié une cible à Paris : une « association catholique conservatrice » ! C’est ce qui ressort de l’analyse d’un ordinateur retrouvé après l’arrestation à Anderlecht de l’« homme au chapeau », Mohamed Abrini, le « troisième homme » vu sur les images de vidéosurveillance de l’aéroport de Bruxelles. ITélé, qui a diffusé l’information, n’a pas précisé quelle est cette association.

La cellule terroriste de Daech n’aurait frappé Bruxelles le 22 mars qu’en raison de l’accélération des investigations policières. Son véritable objectif était une nouvelle fois Paris. Le quartier de La Défense est aussi visé.

Philippe-Bilger

Philippe Bilger : «Les hommes politiques seront-ils à la hauteur de la guerre contre l’islamisme ?»

28/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Après les attentats qui ont ensanglanté Bruxelles, Philippe Bilger considère – dans une tribune publiée sur FigaroVox – qu’il faut sortir des polémiques stériles et des gémissements sur nos libertés prétendument en péril.

Pour le président de l’Institut de la parole, le risque est grand de voir le découragement s’emparer de ceux qui sont sensés nous protéger :

Il y a une guerre des esprits, des consciences et des volontés qu’il ne faudrait perdre à aucun prix. Pourtant la force implacable, pour l’instant, de ce mouvement international islamiste de tuerie, se rapporte à l’impression d’omnipotence qu’il donne, d’inéluctabilité meurtrière qu’il impose. Comme il veut, quand il veut. Il paraît, à sa convenance, agir ou réagir, prendre les devants ou se venger. Cette immense latitude est un poison qui stérilise: que faire contre cette hydre?

Les massacres classiques laissaient au moins l’espoir technique de leur prévention possible. Avec la multiplication de ces attentats suicide, le découragement saisit même les services les plus compétents et les mieux formés à cause de l’horrible liberté et puissance que procure à ces délirants l’aptitude à sacrifier leur propre vie pour une cause indigne.

Philippe Bilger réclame des actes plutôt que des paroles :

Ne répétons pas à tout bout de champ que le terrorisme sera vaincu car cet enthousiasme, trop souvent démenti, devient à la longue plus déprimant que créateur.


Identitaire Molenbeek

Génération identitaire appelle à manifester le 2 avril à Molenbeek : « Expulsons les islamistes ! »

26/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Le mouvement Génération identitaire, qui se définit comme « la barricade sur laquelle se dresse la jeunesse en lutte pour son identité », appelle à une « grande manifestation européenne le 2 avril à Molenbeek ». Le mot d’ordre : « Expulsons les islamistes ! »

Dans un communiqué, Génération identitaire explique : « En seulement un an, des attentats islamistes ont déjà tué près de 200 personnes sur le sol européen. Il est grand temps d’en finir avec les “je suis“, les bougies et les marches blanches pour enfin sonner le signal de la Reconquête.

Le quartier de Molenbeek, à Bruxelles, apparaît comme un véritable vivier islamiste et la base logistique de nombreux terroristes. Si ce quartier n’est malheureusement pas le seul dans cette situation en Europe, il est un symbole de la guerre qui se joue non pas à Palmyre ou Mossoul, mais en nos murs.

Génération Identitaire appelle donc la jeunesse européenne à se rassembler sur la place communale de Molenbeek le samedi 2 avril à 15 h avec un message simple et clair : à Molenbeek comme ailleurs, “Islamistes hors d’Europe !“. »

houellebecq

Quand Houellebecq décrivait Bruxelles comme un « sanctuaire terroriste »

25/03/2016 – PARIS (NOVOpress) : Lanzarote est un récit de Michel Houellebecq paru en 2000 chez Flammarion. Ce « récit sur photographie », tenu pour mineur, s’inscrit dans son œuvre après Les Particules élémentaires (1998) et avant Plateforme (2001). Dans l’île de Lanzarote, aux Canaries, le narrateur – un double de l’auteur – rencontre deux lesbiennes allemandes et Rudi : « Il s’avéra que Rudi était inspecteur de police, et qu’il vivait à Bruxelles. Au cours du repas, il me parla de la ville avec amertume. La délinquance y était envahissante : de plus en plus souvent les groupes de jeunes attaquaient les passants en pleine journée, au milieu des centres commerciaux. Quant à la nuit, il ne fallait pas y songer : cela faisait bien longtemps que les femmes seules n’osaient plus sortir après le coucher du soleil. L’intégrisme islamique avait pris des proportions alarmantes ; après Londres, Bruxelles était maintenant devenue un sanstuaire terroriste. »

Plus tard, Rudi écrit dans un message :

« Vous ignorez probablement ce que c’est qu’être flic ; vous ne réalisez  pas à quel point nous formons une société à part, repliée sur ses propres rites, tenue dans la suspicion et le mépris par le reste de la population. Vous ignorez sans doute encore davantage ce que c’est qu’être belge. Vous ne mesurez pas la violence – latente ou réelle –, la méfiance ou la crainte auxquelles nous sommes confrontés dans nos rapports quotidiens les plus élémentaires. Essayez, à titre d’exemple, de demander votre chemin à un passant dans les rues de Bruxelles : le résultat vous surprendra. Nous ne formons pus, en Belgique, ce qu’il est convenu d’appeler une « société » ; nous n’avons plus rien en commun que l’humiliation et la peur. C’est une tendance, je le sais, commune à l’ensemble des nations européennes ; mais, pour différentes raisons (qu’un historien serait sans doute à même d’élucider), le processus de dégradation a atteint une gravité particulière en Belgique. »

Ce texte, rappelons-le, a été publié en 2000. Il y a seize ans…

 

Jean-Jacques Benoit

L’ancien maire PS de Pessac (Gironde) appelle Hollande à « nommer l’ennemi » islamiste

Repris du site Infos Bordeaux.

Jusqu’en mars 2014, Jean-Jacques Benoît était le maire socialiste de Pessac, commune de 60 000 habitants dans la communauté urbaine de Bordeaux.

Celui qui avait succédé au président de région, Alain Rousset, à la tête de la mairie, a toujours été très à l’écoute de la communauté musulmane de Pessac. Il est d’ailleurs à l’origine de l’installation de la mosquée de Pessac (avenue Jean Jaurès), lieu de culte qui a récemment fait polémique pour sa proximité supposé avec les islamistes.

Suite aux attentats de Bruxelles , Jean-Jacques Benoit, dans un article publié sur son blog, s’adresse au président de la République et lui demande de désigner clairement l’ennemi : « les islamo-fascistes ».

Pour lui, « il serait bon que tous nos politiques le disent ainsi, sans barguigner, pour que nos ennemis soient nommés pour ce qu’ils sont, et pas seulement des “terroristes“ dont on ne saurait pas quelle est leur histoire et leur idéologie de mort ».

« Nous attendons cela du Président d’abord, des ministres, des parlementaires ! Désignez l’ennemi ! C’est au Général en chef, et vous l’êtes aujourd’hui, à dire et qualifier cet ennemi.

On aimerait tellement croire en une accalmie pacifique qui permettrait à nos sociétés tolérantes de vivre comme avant janvier 2015. Il est à craindre – hélas ! – que ce temps ne reviendra pas de sitôt.

Nommez pour pouvoir agir, et d’abord en France, dans toutes nos régions, villes, dans tous nos quartiers, rues après rues pour que la République reprenne partout ses droits!

Nommez pour nous permettre d’avoir une politique étrangère à la hauteur des enjeux pour la France et l’Europe !

Notre peuple est en attente d’une parole nette et mobilisatrice pour la résistance à l’obscurantisme islamiste. Fermement. Quitte à revoir des conceptions anciennes, comme sur les frontières, ce que faites en partie, ou Schengen par exemple. Monsieur le Président, si vous ne parlez pas clairement maintenant, ce sera à désespérer de vous ! »

Larmes Tintin

Attentats de Bruxelles : les larmes de Tintin, la colère de Dupond

23/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Après les attentats de Bruxelles (34 morts, 202 blessés), les réseaux sociaux propagent des images extraites ou inspirées des albums de Tintin, le héros de bande dessinée créé par le Belge Hergé. En fonction de l’état d’esprit, on a droit aux larmes de Tintin… ou à la colère d’un Dupond.

Capitaine Haddock

Capitaine Haddock

Suspects attentat Bruxelles

Attentats de Bruxelles : un des suspects « bien connu » des services de police !

23/03/2016 – BRUXELLES (NOVOpress) : Selon le quotidien belge La Dernière Heure, l’enquête sur les attentats commis hier à Bruxelles a fait, dans la soirée, d’importants progrès. Le commando ne se limite pas aux hommes qui ont fait exploser les bombes : la police est en effet à la recherche de deux véhicules, une Renault Clio et une  Audi S4 noire « appartenant à un Limbourgeois de 22 ans fiché depuis l’an passé en terrorisme par la Sûreté de l’État » ! Ce véhicule a été vu à l’aéroport « avec trois ou quatre individus à son bord ». « Le propriétaire de l’Audi , un certain A., âgé de 22 ans, révèle La Dernière Heure, était fiché en terrorisme par la Sûreté après un déplacement suspect effectué en avril 2015 en Arabie saoudite. Il s’y est rendu en compagnie de trois Limbourgeois de 22, 25 et 26 ans, et d’un Anversois de 33 ans quant à lui d’origine marocaine. »

D’autre part, selon ce même quotidien, une partie du commando kamikaze ayant frappé à l’aéroport de Bruxelles « serait arrivée à Brussels Airport mardi matin à bord d’un taxi » : c’est le chauffeur de ce taxi qui a livré l’adresse schaerbeekoise à laquelle il a embarqué les terroristes, « provoquant ainsi la perquisition de ce mardi après-midi. Perquisition lors de laquelle la police a retrouvé des produits chimiques et un engin explosif contenant des clous ».

La police belge a diffusé l’image ci-dessus, prise par la vidéo-surveillance de l’aéroport, de trois individus poussant des chariots : les deux hommes portant chacun un seul gant noir pourraient être les kamikazes, le troisième serait en fuite.

Le bilan, toujours provisoire, des attaques revendiquées par l’Etat islamique s’élève à 34 morts et 202 blessés : 14 morts et 96 blessés à l’aéroport, 20 morts et 106 blessés à la station de métro de Maelbeek.

L’ennemi public N°1 arrêté !

18/03/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Salah Abdeslam, l’ennemi public N° 1 a été arrêté vendredi 18 mars à Molenbeek, une commune de Bruxelles. Il est suspecté d’avoir participé aux attentats de Paris, le 13 novembre dernier. Salah Abdeslam, qui a été touché au genou, a lui-même décliné son identité, laquelle a été confirmée quelques heures plus tard par l’analyse de ses empreintes digitales.
L’opération a été menée par des policiers belges et français et a conduit à l’interpellation de quatre autres personnes : trois membres d’une même famille, dont c’était le logement, ainsi qu’Amine Choukri, qui « avait été contrôlé en compagnie d’Abdeslam à Ulm en Allemagne en octobre 2015 », a précisé le parquet fédéral belge.


Arrestation de Salah Abdeslam ; les images de l’interpellation à Molenbeek


Publié le

Les vigiles bientôt armés ?

07/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Le ministère de l’Intérieur travaille actuellement à la création d’un nouveau statut : l’agent de sécurité renforcée. Ces vigiles privés surveillant les sites sensibles pourront être équipés d’armes, dans le cadre d’un assouplissement juridique du Code de sécurité intérieure. L’article L613-5 du Code de sécurité intérieure autorise déjà à armer des vigiles, mais dans les faits, les préfets n’acceptent presque jamais le port d’armes pour les sociétés de surveillance et de gardiennage. Toutefois, les attentats de janvier et novembre 2015 ont provoqué un changement de mentalité. Près de 150 000 personnes seraient concernées, avec une formation poussée dans le maniement des armes à feu.

Publié le

Nouvel arsenal pour les BAC de France

01/03/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Boucliers balistique, gilets pare-balles renforcés, fusil d’assaut, les policiers de la BAC commencent à partir de ce lundi à recevoir de nouveaux équipements. Ce matériel doit pouvoir les aider à faire face à des terroristes surarmés alors qu’ils se retrouvent souvent les premiers sur le lieu d’attentats, comme ce fut le cas le 13 novembre dernier.

Publié le
simulation_de_tuerie_de_masse

Belgique : simulation d’une tuerie de masse dans une école de La Hulpe

16/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

150 policiers dont des membres du Gign local se sont entraînés aujourd’hui à faire face à un tueur dans une école de la Hulpe en Belgique.
Admirons le réalisme apporté à la reconstitution dans le choix du tueur.
Ici en France nous pourrions nous entraîner à faire de grandes marches commémoratives avec de jolies pancartes « Je Suis Collégien » pour nous préparer à la prochaine tuerie de masse islamistes.

simulation d'attaque

Source : DH Belgique


 

Philippe de Villiers : « les hommes politiques français ont du sang sur les mains »

15/02/2016 – POLITIQUE (NOVOpress)
Philippe de Villiers a affirmé que les hommes politiques français « ont une responsabilité criminelle », évoquant la détresse des agriculteurs et les victimes des attentats. « Ils ont du sang sur les mains », a ajouté le fondateur du Mouvement pour la France. « Je pense aux attentats du 13 novembre, si on avait rétabli les relations diplomatiques avec la Syrie, on aurait eu les renseignements sur le cerveau des attentats. Et si on avait rétabli le contrôle aux frontières, on aurait empêché les allers et venues des kalachnikovs et des terroristes qui sont venus sur les terrasses pour tuer des petits Français ». On ne saurait mieux dire.

Publié le
Terrorisme en France : message d'un djihadiste

Déchéance de nationalité: la grande comédie indigne

11/02/2016 – FRANCE (NOVOpress via FigaroVox)
Dans une tribune publiée sur FigaroVox, le juriste Alexis Théas dénonce une pantalonnade mise en place par l’exécutif pour camoufler son impuissance face à la menace terroriste.

A travers cette opération, le pouvoir politique, au sens large, porte atteinte à deux principes sacrés. D’une part, la Constitution, qui est la loi suprême, la règle du jeu supérieure de la communauté nationale, garante de son unité, de sa cohésion, de la démocratie. En la modifiant sans la moindre utilité, les autorités politiques du pays, majorité comme opposition en font un simple enjeu politicien et contribuent à la banaliser et à la fragiliser. D’autre part, il joue avec la sécurité des Français. Les manoeuvres en cours sont censées être la réponse essentielle au massacre du 13 novembre 2015. Or, elles se présentent comme un écran de fumée sans la moindre perspective d’effet concret dans la luttre contre le terrorisme. Pendant ce temps, où en est le contrôle des frontières et des visas? Le suivi des 8000 djihadistes français? La protection des sites menacés? La surveillance des banlieues sensibles? La lutte contre Daesh au Moyen-Orient et en Libye? La maîtrise du flux migratoire sur l’Europe?


abaoud_avec_90_terroristes

90 terroristes seraient arrivés en France avec Abaaoud : crédible ?

07/02/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Sonia qui a rencontré Abdelhamid Abaaoud affirme que le terroriste lui aurait déclaré être rentré en France avec 90 autres terroristes dans le but de perpétrer des attentats. Fanfaronnade ou vraie menace ?

90 terroristes infiltrés parmi les migrants, dans le sillage d’Abdelhamid Abaaoud ? Le témoignage de Sonia, fait froid dans le dos. Le coordinateur des attentats de novembre lui a ainsi laissé entendre qu’il était accompagné de 90 autres djihadistes, répartis « un peu partout en Ile-de-France ». Des Français, des Syriens, des Irakiens, mais aussi des Allemands et des Anglais, lui aurait-il confié.


Attentats de Paris : 90 terroristes seraient arrivés en France avec Abaaoud

La réaction des officiels de la DGSI a été de rapidement minimiser, voire démentir ces propos.

Les policiers n’y croient pas. Pour eux, Abaaoud a voulu impressionner sa jeune cousine ainsi que cette jeune femme.

explique Frédéric Crotta, en duplex depuis le siège de la DGSI. « Tout remonte à la Belgique. C’est là-bas qu’ont été conçus et préparer les attentats, dans une certaine improvisation puisque le terroriste n’avait aucune planque, aucun point de chute », poursuit le journaliste, oubliant au passage que les terroristes avaient prévu de mourir « en martyr », rendant par là inutile les points de chute.

Pour autant, de nombreux policiers trouvent crédibles, sous couvert d’anonymat, les déclarations du djihadiste.

La cellule d’Abaaoud, une vingtaine d’individus, n’est qu’une infime partie de ceux qui sont entrés en Europe avec comme projet de commettre des attentats. Il y a d’autres cellules dormantes. Ce chiffre de 90 voudrait dire qu’il y aurait trois autres groupes dans la région. Le renseignement est malheureusement crédible.

explique, auprès de Metronews, un policier en poste dans un service antiterroriste.

Mais qu’il s’agisse en réalité de 25 ou 120 terroristes, le problème reste entier pour les forces de l’ordre : quand, par qui et où se produiront les prochaines attaques en France, s’interrogent les spécialistes. « On travaille à l’aveugle », commente une autre source policière. « La principale faute a été de ne pas imposer un protocole au niveau européen permettant de mieux suivre les mouvements d’entrée et de sortie. Aujourd’hui, on le paye », conclut-il, profitant de son anonymat pour tacler les manques flagrants de l’espace Schengen en termes de sécurité.

La priorité est aujourd’hui de protéger les frontières des pays européens, comme le réclame notamment Victor Orban et de développer une vraie coopération entre forces de l’ordre afin d’identifier les possibles fauteurs de trouble :
Ainsi, les directeurs des services de police de cinq pays (l’Autriche, la Croatie, la Slovénie, la Macédoine et la Serbie) ont-ils décidé d’un formulaire d’enregistrement commun. Un premier pas, mais ni l’Allemagne, principal pays de destination, ni la Grèce, principal point d’entrée des demandeurs d’asile n‘étaient à la table des discussions.