Tag Archives: atomique

tir_fusee_coree_du_nord

La Corée du Nord lance un missile longue portée

Après le tir d’une fusée, menace d’escalade en Corée ?
08/02/2016 – MONDE (NOVOpress)
Après l’essai nucléaire de janvier, la Corée du Nord a procédé au tir d’une fusée visant à mettre un satellite en orbite. Une action condamnée par la communauté internationale, qui conduit à un regain de tension dan la région.

Le tir d’une fusée visant à mettre un satellite en orbite peut paraître anodin, sauf lorsqu’on se souvient que de tels vecteurs peuvent aussi transporter des armes nucléaires. C’est dans un contexte déjà tendu suite à l’essai nucléaire de janvier que la Corée du Nord a procédé à la mise sur orbite d’un satellite d’observation, un geste considéré comme agressif par ses voisins, notamment japonais ou coréens du sud.

Ces derniers ont aussitôt entamé des pourparlers avec les États-Unis pour l’installation de barrière anti-missiles sur son sol. Une perspective fermement rejetée par la Chine pour qui le déploiement d’un système de défense antimissiles américain, dit THAAD (Terminal High Altitude Area Defense), théoriquement installé en Corée du Sud pour intercepter, des missiles nord-coréens, pourrait aisément viser, des missiles intercontinentaux chinois et ruinerait ainsi les capacités stratégiques de la Chine.

La région est maintenant sous tension maximale, comme en témoigne l’incident naval entre les deux Corée : dans la matinée, les autorités de Séoul ont révélé qu’un de leurs navires militaires avait du effectuer des tirs de sommation pour chasser un patrouilleur nord-coréen, qui était entré illégalement dans les eaux du Sud.



b-52_stratofortress

Un survol américain près de la Corée du Nord suite à ses essais nucléaires de mercredi

11/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

La Corée du Sud a été survolée hier par un bombardier américain et deux autres appareils hier. Cela fait suite aux essais nucléaires de la Corée du Nord mercredi dernier. En effet, Kim Jong-Un aurait réalisé des essais nucléaires avec la bombe H ou bombe à hydrogène. Selon la Corée du Nord, il s’agit du premier essai avec ce type de bombe.

Suite à cet essai, les réactions ne se sont pas fait attendre ?
Les États-Unis ont survolé les environs, tout en restant à 70 km de la frontière nord-coréenne. C’est à l’aide d’un bombardier B-52 Stratofortress, d’un avion sud-coréen et d’un autre appareil de la flotte américaine qu’ils ont voulu surveiller la Corée du Nord. Ces vols avaient pour finalité d’éviter une agression de la part des Nord-coréens. Malgré l’interdiction de l’ONU, il s’agit du quatrième essai nucléaire de la Corée du Nord. Dans un communiqué, le général Terrence J. O’Shaughnessy, commandant de la 7 th Air Force et commandant adjoint des forces américaines en Corée du Sud a déclaré que ces vols étaient « la dissuasion élargie apportée par nos forces conventionnelles et notre parapluie nucléaire ». Et d’ajouter : « les missions de B -52 renforcent l’engagement des États-Unis à assurer la sécurité de nos alliés et partenaires », a-t-il poursuivi. « Les forces aériennes américaines et sud-coréennes travaillent ensemble de manière rapprochée chaque jour et nous sommes totalement prêts à faire face à toute menace contre notre alliance ».
Lire la suite

kim_jong-un

La Corée du Nord aurait la bombe H

06/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Pas sûr que la Corée du Nord ait la Bombe à Hydrogène comme elle l’affirme ce matin. Pour autant, ce quatrième essai nucléaire de la dictature communiste risque bien de faire croître la tension dans la région.

La Corée du Nord affirme avoir mené ce mercredi son premier essai réussi de bombe nucléaire à hydrogène. «Le premier essai de bombe à hydrogène de la République a été mené avec succès à 10 heures», 2h30 en France, a annoncé la télévision officielle nord-coréenne, précisant que l’engin était «miniaturisé». «Avec le succès parfait de notre bombe H historique, nous rejoignons les rangs des États nucléaires avancés.» Pyongyang, la capitale nord-coréenne, affirme que l’essai a été personnellement ordonné par Kim Jong-Un à deux jours de son anniversaire.

Plusieurs spécialistes expriment cependant des doutes. Jusqu’à présent, ils estimaient que Pyongyang était à des années de pouvoir développer une bombe thermonucléaire et étaient divisés quant à ses capacités de miniaturiser l’arme atomique, étape décisive dans la production d’ogives nucléaires.

Bombe H ou pas, ce quatrième essai nucléaire nord-coréen constitue un affront flagrant envers les ennemis comme les alliés de Pyongyang. Plusieurs résolutions de l’ONU interdisent en effet à Pyongyang toute activité nucléaire ou liée à la technologie des missiles balistiques. Ce qui n’a jamais empêché la Corée du Nord à poursuivre son programme : le pays a déjà testé trois fois la bombe atomique A, qui utilise la seule fission, en 2006, 2009 et 2013. Le fait que les précédentes sanctions internationales n’aient pas empêché la Corée du Nord de procéder à un quatrième test devrait susciter des appels à des réactions plus dures cette fois-ci. Le Conseil de sécurité de l’ONU tiendra une réunion d’urgence ce mercredi matin à New York. Cette réunion a été demandée par les États-Unis et le Japon et prendra la forme de consultations à huis clos entre les 15 pays membres.


Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

[box class= »info »] Un de nos lecteurs nous envoie cet article.[/box]

Le 20 mars 2012, le nouveau logo du Commissariat à l’Energie Atomique et aux Energies Alternatives était présenté à l’ensemble des salariés de l’institut de recherche. Le voici :
Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

Ce sigle blanc tranchant un dégradé de rouge, de l’aniline au sang, rappelle étrangement un slogan, bien politique celui-là : « Prenez le pouvoir ! »
Souvenez-vous de l’affiche de campagne du candidat Melenchon au présidentielles 2012.

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

Quelle étonnante ressemblance n’est-ce pas, avec en particulier le même dégradé du fond rouge. D’autant plus que c’est lors de la campagne des présidentielles que le nouveau logo du CEA fut « imaginé ». Un mois avant les élections, il était prêt et présenté.

La fine barre verte du Logo CEA a pour but avoué de signaler l’additif cent pour cent bio « Aux Energies Alternatives », et si elle n’était peinte d’un dégradé, rappellerait parfaitement la charte graphique du site du Parti de Gauche. Avec ce nouveau logo, c’est un nouveau site internet du CEA qui prend la place de l’ancien. Sa charte graphique est elle aussi, bien que très chargée de blanc, proche de celle du site du parti de gauche. Les éléments principaux, bouton-portes dirigeant vers les sections du site et logo, sont de rouge, de blanc, et de vert révolutionnairement vêtus.

Le rouge et le verts, les couleurs choisies par Van Gogh pour « tenter d’exprimer les terribles passions humaines ».

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ? Jeudi 31 mai 2012, un communiqué (image en bas de l’article) de la Direction de la Communication du CEA a été envoyé à chaque employé pour lui rappeler que, désormais, toutes communications extérieures et leurs supports (posters scientifiques, support de conférence) devraient utiliser la charte graphique et les modèles prêts à l’emploi (modèle de lettre ci-contre). Opération rien de plus normale me direz-vous !
Oui sauf, que le CEA, c’est 15000 employés. 15000 employés qui peuvent disséminer une charte graphique extrêmement proche de celle d’un parti politique. Cette charte est alors associée à des travaux scientifiques d’avenir, d’une importance majeure, dont l’image est actuellement tantôt à défendre (secteur nucléaire), tantôt valorisante (secteur énergies alternatives). Qui ne se soucie pas aujourd’hui du problème des énergies renouvelables, du nucléaire ?

Difficile de croire qu’à aucun moment, les professionnels de la communication n’aient pu faire le rapprochement entre le nouveau logo CEA qu’ils créaient et celui des Front de Gauche et partis de gauche alors crédités de 13 à 18 % d’intentions de vote (sous la bannière Front de Gauche). Quel a été l’objectif réel des concepteurs de cette nouvelle charte ? Rendre aux gens de gauche l’énergie du nucléaire plus acceptable ? Ou, peut-être, permettre à un parti politique d’occuper un espace laissé, du moins au premier regard, politiquement vide : celui de la communication et de l’échange scientifiques. On imagine mal le Front de Gauche, ni même la puissante CGT, afficher un poster revendicatif au célèbre congrès de l’EGU de Vienne (European Geosciences Union – plus de 10000 participants chaque année). Volontairement, ou involontairement le service de communication du CEA a servi au Front de Gauche le village involontairement gaulois sur un plateau !

« Ou involontairement… » Lisons plus en détail le communiqué (image en bas de l’article) de la direction de la communication du CEA datant du 31 mai 2012.

« Présenté le 20 mars dernier à l’ensemble des salariés, le logo est le signe de la dynamique collective qui anime le CEA. […]. Le rouge, puissant, a été choisi pour exprimer l’énergie dans son sens le plus large, celui de la dynamique et de l’engagement collectif. »

« Le rouge symbole d’énergie », oui. Le rouge de l’énergie associée à « l’engagement collectif », c’est aussi alambiqué qu’un commentaire conceptuel d’art contemporain ! Mais, passons. Seulement, pourquoi ce dégradé exactement identique à l’affiche du candidat Mélenchon, et associé à ces mots « de la dynamique et de l’engagement collectif » ?

Étrange, à un mois des élections présidentielles 2012, on présentait ce fameux logo, à la symbolique plus qu’ambigüe, aux employés du CEA. A quelques jours des élections législatives, on rouvre la tonnelle de gros rouge qui tache et on insiste sur la symbolique du logo mêlant sans détour énergie, dynamique et engagement collectif à la couleur. Par un raffinement qui rappellera celui du commissaire Gletkin aux amateurs du Zéro et de l’Infini (Arthur Koestler), on signifie gentiment, dans un guide du parfait employé, dit « des bonnes pratiques », qu’il est important d’utiliser cette symbolique dans chacun des supports de communications internes comme externes !

Mal inspiré, victime de la surreprésentation du parti de gauche dans les grands médias ou d’un enthousiasme partisan débordant, le service de communication du CEA, n’a pas fait dans la dentelle ! Pourtant habitué aux communications à risque par le poste qu’il incarne, Xavier Clément, actuel directeur de communication du CEA, n’aurait-il jamais constaté l’évident rapprochement des logos et chartes graphique de l’institut de recherche fondamentale et des partis politiques d’extrême gauche  il n’en reste pas moins que 15000 employés de l’un des centres de recherche sur l’énergie les plus reconnus au monde, distribueront à chaque meeting et gratuitement leurs petits tracts subliminaux au profit de la propagande du parti montant des extrêmes gauches !

Un lecteur de Novopress

Nouveau logo du CEA : un coup de pouce subliminal au Front de Gauche ?

Cliquer sur l'image pour l'agrandir.

Le modèle japonais à l’épreuve des crises de Fukushima et de la Corée du Nord [vidéo]

Le modèle japonais à l’épreuve des crises de Fukushima et de la Corée du Nord [vidéo]

Emmanuel Lincot reçoit Édouard Pflimlin (www.fenetreeurope.com) pour un entretien portant sur le modèle japonais à l’épreuve des crises de Fukushima et de la Corée du Nord.

À propos de l’auteur

Emmanuel LincotEmmanuel Lincot

Directeur de la Chaire des Études Chinoises Contemporaines (Institut Catholique de Paris). Politiste, sémiologue et sinologue de formation, il s’intéresse aux enjeux contemporains de la Chine tant dans les domaines politiques que culturels. Enrichi par une longue expérience de terrain en Asie, il mène une activité de conseil auprès de multinationales et des services de l’État.

[box class= »info »] Source : Realpolitik.tv. [/box]

"Vitrifier l'Iran !", Jacques Kupfer, co-président du Likoud mondial

« Vitrifier l’Iran ! », Jacques Kupfer, co-président du Likoud mondial

11/03/2012 – 12h00
JÉRUSALEM (NOVOpress) –
Dans un récent article, « Vitrifier l’Iran » paru dans Israël7, Jacques Kupfer (photo), co-président du Likoud mondial et membre de l’exécutif de l’Organisation sioniste mondiale, énonce ce qui lui parait  une évidence : « L’Adolf de Téhéran » (comprendre Ahmadinedjad) est en train de se doter de l’arme nucléaire. Selon Kupfer, les sanctions économiques ont eu « l’effet d’une piqûre de moustique sur un missile blindé« , et si « un virus venu à point nommé et le taux de mortalité curieusement élevé parmi les ingénieurs iraniens  ont permis de ralentir la marche vers l’apocalypse islamique« , il ne saurait être question d’en rester là. Mais, toujours selon l’auteur, un bombardement classique par l’aviation israélienne des infrastructures nucléaires iraniennes n’est en rien la solution finale au danger mortel que représenterait le nucléaire iranien.

C’est donc tout naturellement que le co-président du Likoud mondial propose l’utilisation massive de l’arme atomique contre la République islamique.  » Après tout, précise Kupfer, vitrifier l’Iran serait dans la lignée de la destruction justifiée de Hambourg et Dresde aux mains des nazis, de la destruction d’Hiroshima et Nagasaki aux mains des alliés japonais du Reich. »

Dans l’article « Vitrifier l’Iran »  le co-président du Likoud mondial fait un « rêve » : « Si seulement l’Etat d’Israël avait la bombe atomique…« . Gageons que pour la quatrième puissance nucléaire du monde, ce rêve est déjà réalité.