Tag Archives: association

association coexister

Le gouvernement finance une association interreligieuse

12/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
L’association interreligieuse « Coexister » a été désignée, mardi 10 mars, parmi les projets bénéficiant du programme « La France s’engage », lancé en 2014 dans le cadre du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse (FEJ) qui mobilise 50 millions d’euros à l’intention de l’économie sociale et solidaire.

Le mouvement interreligieux des jeunes a été choisi par les internautes avec Passeport Avenir, qui assure l’accompagnement de jeunes issus des milieux populaires tout au long de leur parcours d’études jusqu’à leur intégration dans l’emploi, et l’association SNC, qui aide les chômeurs dans la recherche d’emploi.

Chaque jour, nous montrons que nos différences de croyances, convictions et cultures ne sont pas un obstacle au vivre-ensemble. Au contraire, c’est parce que nous assumons nos différences de convictions que notre action commune prend encore plus de sens. Nous sommes riches de nos différences », a signifié Coexister dans un communiqué.

« L’esprit du 11 janvier nous anime depuis 6 ans déjà. Grâce à « La France s’engage », nous allons pouvoir dès demain augmenter et diffuser notre action sur le terrain. C’est un vrai message de soutien à tous ceux qui, au quotidien, veulent avancer ensemble et faire vivre les valeurs fondamentales de la République« , a signifié Samuel Grzybowski, le fondateur de Coexister.

Une association interreligieuse en France a donc une rétribution d’État pour trouver du travail à des chômeurs. Il y a dans ce mélange des genres – qu’on retrouve généralement à Gaza sous l’égide du Hamas ou dans les quartiers pauvres du Caire avec les frères musulmans  –  du religieux qui s’ingère dans la vie publique avec l’aval financier et moral de l’Élysée. ces « jeunes des quartiers défavorisés » auront trouvé du travail par la religion laquelle a une fâcheuse tendance dans certaines croyances à associer foi, droit, politique et vie privée. Une belle préparation à un avenir libanisé pour notre jeunesse.

Du 18 au 24 août, UdT d’Academia Christiana à Sées (Orne), interview du président de l'association

Du 18 au 24 août, UdT d’Academia Christiana à Sées (Orne), interview du président de l’association

26/05/2014 – PARIS (NOVOpress)
Du 18 au 24 août, UdT d’Academia Christiana à Sées (Orne), interview du président de l'associationVictor Auber a 25 ans et suit un Master de Philosophie à Paris IV Sorbonne. Il est le président de l’association Academia Christiana – qui organise en août une UdT que Novopress a déjà présentée -, dévouée à la formation intellectuelle et à la promotion de l’engagement politique chez les jeunes catholiques.

Bonjour Victor, pouvez-vous présenter votre association ?

Créée en 2013 avec un groupe d’amis, elle a pour but exclusif la formation des jeunes générations. Nous avions constaté que beaucoup de jeunes autour de nous n’étant pas de mauvaise volonté manquaient beaucoup de culture (religieuse, philosophique). Ayant pour notre part reçu beaucoup par nos études, nos lectures et des personnes auxquelles nous devons beaucoup, nous voulions essayer de mettre les trésors qui nous avaient été transmis à la disponibilité de tous en essayant de les présenter dans une formation synthétique qui puisse donner une véritable colonne vertébrale à ceux qui se sentaient intuitivement attachés à ce patrimoine, mais sans vraiment pouvoir l’appréhender de manière structurée avec une vue d’ensemble parce qu’ils leur manquaient des connaissances ou des principes hiérarchisés qui permettent de saisir les choses avec cohérence.

Pourquoi une formation « spirituelle, philosophique et politique » comme l’indique l’affiche sur votre site ?

Lire la suite

La répression continue pour les anti-mariage homo ! "Solidarité pour tous"

La répression continue pour les anti-mariage homo ! « Solidarité pour tous »

La répression n’est pas terminée ! De nombreux procès sont encore en cours.

Face aux manifestations de masse du premier semestre 2013, le gouvernement socialiste a pris peur et a répondu par la violence. Tabassages de manifestants, privations de liberté et détentions arbitraires, les moyens n’ont pas manqué pour faire pression. Plus d’un millier de jeunes ont été victimes d’arrestations arbitraires. Trois jeunes gardés à vue, qui étaient parmi les fameux 67 (*), ont alors lancé Solidarité pour tous afin d’aider toutes les personnes victimes de persécutions policières et judiciaires.

Lire la suite

[Tribune libre] Présidentielle, législatives : les campagnes sans la rue - Par Odile Bonnivard

[Tribune libre] Présidentielle, législatives : les campagnes sans la rue – Par Odile Bonnivard

Présidentielle 2012 : Hollande aligne 60 propositions de campagne, pas un mot sur la rue.

Quelques mesures sociales face à la précarité mais, face à la grande précarité, face à ceux qui habitent la rue et dont la présence sur nos trottoirs crève pourtant les yeux, juste ceci : on augmentera le nombre des hébergements d’urgence. Ce qui ne réglera pas le problème, puisque ces structures sont envahies par les familles nombreuses venues d’ailleurs, fuyant la misère de leurs pays au détriment des nôtres exclus de fait dans leur propre pays et abandonnés dans la rue.

La rue : dans ces campagnes, présidentielle et législatives, qui en a parlé, qui en parle ?

Les bonnes gens se rassurent grâce au vieux cliché : « les SDF ont choisi leur vie » : ça leur donne bonne conscience. Mais il suffit de s’imaginer cinq minutes dans la peau d’un SDF pour se rendre compte de la très grande improbabilité de leur supposé choix.

Bien avant de se réconcilier avec la société, avec un logement et un travail, ces grands accidentés de la vie devront réussir à retrouver leur identité, à retisser un lien social et à se réinscrire dans leur communauté : autant de défis relevés par Solidarité Des Français, dont les bénévoles partagent avec les nôtres, depuis l’hiver 2003, repas traditionnels européens, moments de fraternité solidaire et entraide identitaire.

La rue n’est pas une fatalité, une autre politique est possible, d’autres choix sont applicables, comme redonner la priorité à ceux qui sont dans leur pays, toute première décision de bon sens à appliquer d’urgence pour que les nôtres soient accompagnés avant les autres dans leur parcours vers une vie meilleure.

Odile Bonnivard

[box] Odile Bonnivard est porte parole de l’association humanitaire SDF (Solidarité Des Français).[/box]

[Tribune libre] Présidentielle, législatives : les campagnes sans la rue - Par Odile Bonnivard

Ces trois là vivent dans la rue. Ne les jugez pas : un jour, ça pourrait être vous, qui sait ?

[Tribune libre] Présidentielle, législatives : les campagnes sans la rue - Par Odile Bonnivard

Trois associations gays vont voyager en Israël et en Palestine contre l'homophobie avec le parrainage de Bertrand Delanoë

Trois associations gays vont voyager en Israël et en Palestine contre l’homophobie avec le parrainage de Bertrand Delanoë

29/09/2011 – 17h00
PARIS (NOVOpress) –
Elles sont trois associations. Trois associations gays, qui plus est « confessionnelles ». Elles portent les noms de Beit Haverim (groupe juif gay et lesbien de France), David & Jonathan (mouvement homosexuel chrétien) et HM2F (homosexuel-le-s musulman-e-s de France). Leur but : « un voyage commun en Israël et en Palestine dans un objectif de solidarité avec les mouvements locaux de lutte contre l’homophobie. » Et ce du 6 au 13 novembre.

Cette initiative bénéficie du parrainage de Bertrand Delanoë. De plus, ces trois association organisent une conférence de presse dans les locaux de l’hôtel de ville de Paris, en présence de Rémi Féraud – maire du 10ème arrondissement–, le 14 octobre prochain.

On peut se demander quel sera l’accueil de cette initiative dans certains quartiers de Jérusalem tenus par les juifs orthodoxes et dans la Bande de Gaza.

[box class= »info »]Photo : Jérusalem. Crédit : ambassade d’Israël en France[/box]

Les elfes s'enracinent dans le Morvan

La Desouchière : les elfes s’enracinent dans le Morvan

15/08/2011 – 13h30
MÂCON (NOVOpress) — La visite de sites d’agrégation d’informations comme Fdesouche qui compilent les informations relatives à l’immigration illégale, l’islamisation rampante et la criminalité galopante suscitent de nombreuses réactions auprès d’un public de visiteurs fidèle. Nombreux sont ceux qui laissent des commentaires bruts de décoffrage reflétant la désespérance grandissante des Français face à ce qu’ils perçoivent comme la décomposition de leur pays.

Plus rares, pour le moment, sont ceux qui prennent des initiatives positives pour inverser le mouvement et rebâtir un pays digne de ce nom dans lequel nos enfants soient en sécurité.

En octobre 2008, une jeune famille a décidé de prendre son destin en main et de ne plus subir passivement un déclin devenu évident. Alerté par la visite régulière du site Fdesouche, Olivier Bonnet a cherché à s’évader d’un milieu péri-urbain conformiste et moutonnier pour chercher de l’air pur et des perspectives nouvelles dans un projet sérieux, ambitieux et, ce qui en fait l’originalité, collectif.

L’idée de base est simple : faire venir dans une région de France des familles motivées par un même idéal de vie afin de les faire travailler dans une logique de réseau multifacettes, associatif, solidaire, économique, culturel… Grâce à ce système fondé sur le localisme, les participants préservent leur autonomie familiale tout en se renforçant mutuellement. La logique profonde qui sous-tend le projet est le refus de l’enfermement sur soi et la volonté de construire des initiatives strictement positives et exemplaires. L’objectif est la transmission de notre héritage pour préparer l’avenir.

Olivier a également conscience de la situation tragique dans laquelle se trouvent de nombreux compatriotes, condamnés à un triste exil intérieur en raison de leur refus de la xénophilie ambiante. Il cherche dans le cadre de ce projet à offrir une issue aux isolés, à créer un lieu de rencontre pour que les personnes partageant une vue du monde commune puissent se rencontrer, parler, partager et, finalement, bâtir des projets en commun.

La Desouchière : les elfes s'enracinent dans le MorvanFort de ses compétences professionnelles, Olivier Bonnet met en ligne un premier site sur lequel il trace brièvement les grandes lignes de son projet. A titre de clin d’œil, il appelle ce site « la Desouchière », un sorte d’hommage à Fdesouche qui avait largement contribué à son inspiration.

Son grand frère de la toile ne pouvait ignorer cette initiative et le site Fdesouche relaie avec enthousiasme l’initiative. En très peu de temps, grâce à son flux considérable de visites, un premier groupe de personnes intéressées prend contact avec Olivier Bonnet et le 7 décembre 2008 les statuts de l’association Des Racines et des elfes sont signés à Mâcon.

L’objet de l’association est le résultat de longues discussions et chaque mot a été pesé au trébuchet :

« L’association participe à la sauvegarde et favorise la pérennité de l’environnement et du patrimoine commun des peuples européens. Elle poursuit cet objectif dans le respect des équilibres naturels et avec le souci constant de favoriser la fraternité entre leurs membres. Elle a notamment pour vocation de promouvoir et soutenir la création d’un lieu de rencontre et d’échanges. »

Il reste alors à ces pionniers à répondre à une question cruciale : où ces nouveaux irréductibles Gaulois vont-ils prendre racine ?

Trouver une propriété dans une région apte à favoriser l’essor d’un projet communautaire ne semble pas chose aisée.

Heureux coup du sort, en janvier 2009, un artisan établi dans le Morvan contacte l’association avec un message inespéré : « J’ai une propriété qui peut vous accueillir. » Ce qui semblait trop beau pour être vrai se révèle parfaitement exact. A la lisière du parc naturel du Morvan, dans une vallée arrosée par une puissante rivière, gît un ancien site industriel construit entre le XIXème et le début du XXème siècle pour profiter de l’énergie hydraulique généreusement fournie par la nature.

Après des décennies d’abandon, certains bâtiments ont beaucoup souffert mais il reste un noyau solide autour de la centrale électrique et des maisons d’habitation logeant autrefois le directeur de l’usine et les cadres.

Les créateurs de l’association trouvent le lieu parfaitement adapté à leurs ambitions. Un cadre rural magnifique, une nature sauvage et préservée, un réseau de villages accueillant, une population tranquille et dure à la peine… tout ce dont ils avaient besoin pour démarrer.

Voici un peu plus de deux ans que la famille pionnière s’est établie dans ce coin de nature bourguignonne. Trois jours après son arrivée, les premiers volontaires frappent à la porte pour entamer les travaux.

Point d’ancrage du projet, les locaux mis à la disposition du groupe doivent devenir un lieu d’accueil et d’animation pour les Européens conscients des défis auxquels doit faire face leur continent. Il est donc urgent de préparer les lieux pour permettre la venue régulière de visiteurs, seuls ou en groupe.

Dans un premier temps, une grande salle de réunion a été rénovée, capable d’accueillir près de cent personnes. Ensuite, des cuisines ont été installées afin de nourrir les hôtes et, durant cet été 2011, des sanitaires sont en cours de réalisation pour accroître le confort des lieux.

Aujourd’hui, forte de près de 200 adhérents, l’association Des Racines et des elfes veille scrupuleusement à maintenir son indépendance et ne vit que des cotisations et des dons de ses adhérents et nombreux sympathisants.

Les membres et amis de l’association payent aussi de leur personne. Durant l’été 2011, ils ont été nombreux à se donner rendez-vous sur place et à retrousser leurs manches.

Les elfes s'enracinent dans le MorvanLe journal de l’association détaille leur contribution à l’œuvre commune et permet aux absents de suivre au jour le jour l’avancement des travaux.

Grâce aux efforts de tous, dès le printemps 2012, le camp de base des elfes morvandiaux sera en mesure d’accueillir des groupes d’une centaine de personnes. Des stages axés sur l’environnement et la transmission du patrimoine, des manifestations culturelles ou amicales y seront organisés par l’association, toujours dans le souci de multiplier les occasions de rencontre et les initiatives, mais cette capacité d’accueil sera également la bienvenue pour les associations qui organisent des universités pour leurs membres ou qui cherchent des lieux pour des séminaires de formation ou la tenue de diverses assemblées.

D’une manière plus générale, la Desouchière est ouverte à tous, familles comme personnes seules, qui souhaitent vivre un instant de ressourcement avec des personnes partageant le même idéal de vie. Ce lieu de rencontres peut devenir un excellent point de départ pour prendre racine dans cette belle région de France et commencer une nouvelle vie.

[box class= »warning »]Pour en savoir plus / Pour entrer en contact / Pour soutenir leur action[/box]