Tag Archives: arrestation

manif_libertes_publiques

‪Manif pour défendre les libertés publiques‬ : les discours

13/02/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Retrouvez les principaux discours des intervenants à la manifestation pour défendre les libertés publiques, à Paris le jeudi 11 février 2016.
‪Béatrice Bourges,‬ Jean-Yves Le Gallou, Christine Tasin, Frédéric Pichon, Karim Ouchikh et Robert Ménard on évoqué le Général Piquemal, envoyé au ballon et qui se déballonne (peut-être sous pression), le recul des libertés publiques, le totalitarisme mou de la clique de Hollande… laissons conclure Jean-Yves Le Gallou, citant Hélie de Saint Marc : « un homme doit garder la capacité de résister, de s’opposer, de dire non. Ensuite il n’a pas à s’excuser. »






general_piquemal

[Tribune libre] Mon Général, vous n’avez pas le courage civil

12/02/2016 – FRANCE (NOVOpress)

La scène, racontée par Barrès dans L’Appel au Soldat, est inoubliable. Le parti boulangiste en complète déroute au premier tour des élections municipales de 1890, les animateurs du Comité politique vont en délégation à Jersey, où Boulanger s’est enfui parce qu’il avait peur d’être arrêté. Ils veulent convaincre le Général Revanche de rentrer en France : « Son arrestation sensationnelle peut seule galvaniser les électeurs pour le second tour. Son procès, où nous serions impliqués, ressusciterait le parti. » Ils plaident en vain pendant des heures : Boulanger refuse de quitter son confortable exil, auprès de la femme qu’il aime. « Dieu lui-même, vous m’entendez, messieurs, viendrait me chercher que je ne rentrerai pas ». C’est alors que Déroulède, désespéré « et peut-être heureux de blesser », jette au héros déchu :

Général, on vous sait le courage militaire, mais vous manquez du courage civil.

Il était difficile de ne pas penser à ce mot terrible en voyant des généraux en retraite se hâter de prendre leurs distances avec le général Piquemal, puis surtout, hélas, en écoutant les palinodies du général Piquemal lui-même. Le grotesque (quand le brave général explique s’être trouvé à la manifestation de Calais par « une rencontre fortuite ») l’y dispute à l’odieux (quand il dénonce comme « racistes, xénophobes, islamophobes », « extrêmement intolérants voire un peu fascistes » ceux qu’il avait encouragés à manifester derrière lui). Mais le sommet de la lâcheté est ce mensonge délibéré, ce déni froid et conscient, de ses propres propos et de la réalité – à Jean-Jacques Bourdin qui lui reprochait d’avoir parlé « d’immigration de peuplement et de remplacement » : « On est très loin du Grand Remplacement, c’est une évidence ».
Lire la suite

Interview du général Piquemal lors de la manifestation interdite de Calais

Source : Boulevard Voltaire
Le général Piquemal, général de corps d’armée quatre étoiles (de réserve) a commandé la Légion étrangère pendant cinq ans de 1994 à 1999. Il a tenu à être présent lors de la manif interdite de Calais, durant laquelle il s’est fait arrêter par les forces de l’ordre de la république de manière assez musclée. Juste avant son arrestation, il a accordé un entretien à Boulevard Voltaire durant lequel il parle de défense de la grandeur et de l’identité françaises. Il s’insurge contre le traitement que des gendarmes infligent à des patriotes qui défendent la France, qu’il qualifie « d’inacceptable ».


Publié le
Deux Français liés à Al-Qaïda ont été arrêtés au Yémen

Deux Français liés à Al-Qaïda ont été arrêtés au Yémen

17/01/2015 – SANAA (NOVOpress)
Nos confrères de l’Express viennent de nous donner une information importante :

Deux Français, présumés liés à Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa), ont été arrêtés au Yémen, indique ce samedi un haut responsable de la sécurité à Sanaa, la capitale du pays.
(…)
La même source précise que ces deux hommes sont actuellement interrogés. C’est ce même groupe, Aqpa, auquel ils sont présumés appartenir, qui a revendiqué ce mercredi l’attentat perpétré par les frères Kouachis contre le siège du journal satirique français Charlie Hebdo, à Paris.

>> Pour lire l’article dans son intégralité

24 militants de la cause vénitienne arrêtés

24 militants de la cause vénitienne arrêtés

Basilique Saint-Marc, Venise. Crédit photo : Nino Barbieri

04/04/2014 – VENISE (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
La police italienne a arrêté mercredi 24 militants de la cause indépendantiste vénitienne. Ils sont accusés d’avoir stocké des armes et préparé des actions violentes en vue d’obtenir l’indépendance de la Vénétie. La preuve : ils auraient transformé un engin de chantier en char d’assaut, équipé d’un canon artisanal.

Selon les fins limiers de la police italienne, les militants complotaient un assaut sur la place Saint‑Marc. Il n’est toutefois pas précisé si cet assaut devait être dirigé contre autre chose que les volatiles qui batifolent sur cette place. Une des 24 personnes accusées de terrorisme n’est autre que l’ancien député Franco Rocchetta, qui a eu l’audace subversive d’organiser le mois dernier une consultation par Internet sur l’indépendance de la Vénétie.

Massimo Bitonci, chef de file de la Ligue du Nord au Sénat, a réagi en ces termes : « Un Etat qui efface de la loi le crime d’immigration clandestine ne peut que se couvrir de ridicule en jetant en prison ceux qui se battent pour la liberté de leur peuple ».

Interview exclusive de Philippe Marchand interpellé le 11 novembre sur les Champs Elysées

Interview exclusive de Philippe Marchand interpellé le 11 novembre sur les Champs Elysées

15/11/2013 – 12h00
PARIS (NOVOpress) –
Novopress a rencontré Philippe Marchand, membre du Collectif « Pas Mon Président » qui a manifesté et a été interpellé le 11 novembre sur le parcours de François Hollande aux Champs Élysées. Il a bien voulu nous accorder une interview exclusive.

Bonjour Philippe, pourquoi êtes-vous venu manifester ce 11 novembre ?

L’incompétence du gouvernement socialiste est aujourd’hui manifeste et exaspère de plus en plus les Français. François Hollande, en tant que chef de l’état, est directement responsable de cette situation. Ses prises de positions vont systématiquement à l’encontre des valeurs françaises, comme l’ont montré ses discours de commémoration, qui ont été pour lui l’occasion de nous resservir le sempiternel discours antiraciste ! Cette situation a assez duré, c’est pourquoi je suis venu manifester pour exiger sa démission.

Lire la suite

L’American Jewish Committee salue l’arrestation des dirigeants d’Aube dorée

L’American Jewish Committee salue l’arrestation des dirigeants d’Aube dorée

Photo ci-dessus : distribution de nourriture et de vêtements par l’Aube dorée à la partie des Grecs en voie de clochardisation.

29/09/2013 – 15h30
NEW YORK
(NOVOpress) – Dans un communiqué publié samedi, l’American Jewish Committee a félicité le gouvernement grec pour son action énergique contre l’Aube dorée : quatre députés du parti, dont son chef Nikolaos Michaloliakos, et dix autres de ses responsables ont été arrêtés ; d’autres arrestations sont en cours. L’Aube dorée, troisième plus important parti grec dans les sondages, avait de bonnes chances de gagner des municipalités aux élections municipales de mai 2014.

Lire la suite

Incarcération de Nicolas : la République totalitaire

Incarcération de Nicolas : la République totalitaire

La France se trouve dorénavant en Non-démocratie.

Un régime totalitaire présente cinq caractéristiques : une idéologie unique ; une novlangue ; une confusion des pouvoirs économique, politique, médiatique et culturel ; l’alliance de la police politique et de la police de la pensée ; les atteintes répétées aux libertés fondamentales. La République française a basculé dans un tel régime. L’incarcération, le 19 juin 2013, de Nicolas, en tant que simple opposant politique, en est l’illustration. Nous vivons à l’heure de la NON-démocratie française.

Lire la suite

Les gens du voyage font la loi en France

Les gens du voyage font la loi en France [MàJ]

Mise à jour du 4/6/13 – 12h00 – L’article du Midi Libre que nous citons a été mis à jour hier après-midi. Le terme « leçon » y a été supprimé et le journal fait état d’une déclaration de la sous-préfète « Nous l’avons juste invité [le maire] à une réunion en préfecture. ». Invité ! Qu’en termes diplomatiques cela est dit quand c’est un sous-préfet assisté d’un commandant de police qui vous « invitent » !

Par ailleurs dans une interview vidéo le maire, Cyril Meunier, a déclaré « La sous-préfète ainsi que le commandant de police préfèrent m’extraire du lieu pour que j’aille rencontrer le préfet ». Ils m’ont « mis dans une voiture pour m’extraire du lieu ». Il indique ensuite que le motif était aussi de l’exfiltrer pour le protéger, mais ça le politiquement correct ne permet pas de l’écrire.

Lire la suite

Italie : Première vague d’arrestations pour racisme sur Internet

Italie : Première vague d’arrestations pour racisme sur Internet

Image : copie d’écran de la partie italienne du site Stormfront.

17/11/2012 — 12h00
ROME (NOVOpress) — Le gouvernement Monti tient ses engagements. En juillet, Andrea Riccardi, ministre de la Coopération internationale et de l’intégration, avait annoncé une action énergique contre « les sites Internet à contenu raciste, xénophobe et antisémite » : il s’agissait de « bloquer les sites racistes et de poursuivre aussi le visiteur non occasionnel de ces pages honteuses ».

Lire la suite

Gros malaise chez les policiers, en Bretagne aussi

Gros malaise chez les policiers, en Bretagne aussi

01/05/2012 – 08h30
NANTES (NOVOpress Breizh) – Du jamais vu depuis bien longtemps. Le 27 avril dernier à midi, deux cents policiers se sont réunis devant le commissariat central de Nantes, pendant que d’autres parcouraient les rues du centre-ville à bord de leurs véhicules de fonction toutes sirènes hurlantes. A Rennes, ce sont soixante fonctionnaires de police qui ont manifesté spontanément pendant une demi-heure devant l’hôtel de police de Rennes. Comme dans les manifestations à Paris, Bobigny et d’autres villes, tous entendaient apporter leur soutien à leur collègue de Seine-Saint-Denis, mis en examen deux jours plus tôt pour « homicide volontaire », alors qu’il procédait à l’interpellation d’un dangereux multirécidiviste.

L’individu en question, un dénommé Amine Bentounsi, âgé de 29 ans, était activement recherché par la police. Repéré près d’un bar, l’homme avait pris la fuite et lâché une grenade. Retranché entre deux voitures, il avait braqué un revolver à 6 coups de calibre 35 en direction du policier à pied qui tentait de l’interpeller. Se sentant directement menacé, ce dernier a fait usage de son arme à quatre reprises, s’estimant en situation de légitime défense. L’arme du délinquant a été retrouvée avec le barillet plein.

Incarcéré dès l’âge de 13 ans pour un incendie criminel de bien public perpétré à Meaux – ce qui lui avait valu à l’époque le titre de « plus jeune incarcéré de France » – puis à 16 ans, en 1998, après un vol avec violences, Amine Bentounsi est titulaire d’un casier judiciaire comportant onze condamnations, notamment criminelles pour des faits de vols avec arme. Une nouvelle fois condamné en 2007 à 10 ans de réclusion pour braquage, il n’avait pas regagné la prison de Châteaudun (Eure-et-Loir) après une permission de sortie en juin 2010. D’où la tentative d’interpellation du 21 avril dernier.

« Mon frère, ce n’était pas Mesrine. S’il a déjà été condamné pour des vols ou des cambriolages, Amine n’était pas quelqu’un de violent (sic). Il n’a jamais tué personne. Nous voulons connaître la vérité. On n’a pas de haine. On veut la justice » a cru bon de déclarer au Point le frère aîné du repris de justice.

Manifestement Saïd Bentounsi a été entendu par les magistrats du tribunal de Bobigny, qui n’ont pas hésité à mettre en examen le policier pour « homicide volontaire ». Plus surprenant, le parquet n’a pas souhaité faire appel de la décision.

Suite à cette affaire, Nicolas Sarkozy a proposé d’instituer pour les policiers une « présomption de légitime défense », une mesure prônée par Marine Le Pen. « Dans un Etat de droit, on ne peut pas mettre sur le même plan un policier dans l’exercice de ses fonctions et le délinquant dans l’exercice de ses fonctions à lui », a-t-il déclaré à Raincy, tout en se défendant de vouloir donner « un permis de tuer à un gendarme ou à un policier ». François Hollande, pour qui la sécurité des policiers n’est semble-t-il pas une priorité, a réfuté ce concept, se prononçant toutefois pour un maintien du salaire tant qu’un policier « n’est pas jugé ». Selon l’Institut pour la Justice, en 2011, 14 policiers et gendarmes sont morts dans l’exercice de leurs fonctions. Dans le même temps, plus de 10.000 ont été blessés.