Tag Archives: armement

L’Inde et le Rafale : leçons de souveraineté, par Aymeric Chauprade

Le « président » socialiste en Inde pour vendre le Rafale

25/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

François Hollande est arrivé hier dimanche en Inde
Le « président » socialiste a atterri hier dans la ville de Chandigarh au nord de l’Inde. Sa visite se prolongera jusqu’à mardi où il sera à New Delhi. Il y sera l’invité d’honneur de la parade militaire de Rajpath où paradera le 35e RI de l’armée française. Dimanche, avec le chef du gouvernement indien, François Hollande a présidé un forum de chefs d’entreprise franco-indien. Le choix de cette ville est symbolique pour la coopération entre ces deux pays. Elle fut, en effet, construite, en 1947 sur la base de plans dessinés par Le Corbusier.

Le match ne fait pourtant que commencer
Après l’échauffement de ce dimanche François Hollande va devoir affronter le gros dossier qui est celui des Rafales. En avril 2015, le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait signé un contrat avec François Hollande pour l’acquisition de 36 Rafales. Si cela n’est pas présenté comme l’objectif principal du voyage présidentiel, c’est néanmoins ce vers quoi tous les yeux sont tournés. François Hollande assistera également à l’inauguration du siège social de l’Alliance solaire internationale, « premier geste de mise en œuvre des décisions de la COP21 » selon un conseiller du président.
Lire la suite

crusader_ar15

AR-15 « Crusader », le fusil d’assaut que les musulmans ne toucheront jamais

05/09/2015 – MONDE (NOVOpress)
Coup marketing ou idée comme seuls les Américains peuvent en avoir, le fusil d’assaut qui garantit qu’il ne sera pas utilisé par les terroristes musulmans fait parler de lui.

Un nouveau modèle de fusil d’assaut AR-15 fabriqué à Apopka – USA — est vendu comme un modèle qui ne sera « jamais utilisé par des terroristes musulmans. » Le fusil Tactique Crusader (Croisé) de Spike est un AR-15 (dérivé du célèbre M -16) avec quelques modifications jugées choquantes pour d’éventuels acheteurs de confession musulmane. Un verset de la Bible, Psaume 144:1 a été gravé sur le fusil au laser. Il est dit : « Béni soit l’Éternel, mon roc, qui entraîne mes mains pour la guerre, mes doigts pour combattre. »

cruaser detail 01

Cet AR-15 comprend également quelques autres modifications comme un bouclier et une croix gravés au laser.

crusaer_detail2

Le sélecteur de tir indique les mots « Paix » pour la position sécurité, Guerre » pour le mode semi-automatique, et « Dieu le veut » en tir automatique. L’autre face du sélecteur porte les traductions latines de ces mots.

Ce nouveau modèle se vend pour 1 395 $, mais est livré avec une garantie à vie.

En ce moment et depuis un bon moment les menaces les plus importantes dans le monde sont le terrorisme islamique. Nous voulions fabriquer une arme qui ne sera jamais utilisée par des terroristes musulmans pour tuer des innocents.

a déclaré Ben « Mookie » Thomas, porte-parole tactique de Spike, qui est un ancien Navy Seal et ancien employé de Blackwater.
Comme ancien militaire et entrepreneur de sécurité au Moyen-Orient, Thomas dit qu’il comprend bien que bon nombre des armes utilisées par les terroristes sont fabriquées aux États-Unis et financées par les états arabes. « Beaucoup de musulmans sont de bonnes personnes, mais les musulmans radicaux détruisent le monde. »
Lire la suite

Rafale

Vente de Rafale au Qatar : le dessous des cartes

06/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La vente de Rafale au Qatar, après celle de l’Égypte et de l’Inde, est assurément une bonne nouvelle pour notre avionneur national. Elle le doit aux qualités de l’avion, à quelques belles contreparties financières et industrielles, mais aussi (et surtout) à l’évolution du contexte géopolitique dont a su profiter la France.

Enfin une bonne nouvelle pour François Hollande ! C’est avec son air réjoui des grands jours que notre président a annoncé le 4 mai la vente de 24 avions Rafale au Qatar, pour un montant de 6,3 milliards d’euros. Un contrat qui fait suite à ceux signés avec l’Égypte (24 de ces avions de combat) et l’Inde (36 appareils). La série noire semble donc terminée pour ce bel oiseau, qui reste à la pointe de la technologie et des performances 25 ans après son premier vol de démonstration.

Pourquoi un tel succès après des années de revers sur les marchés internationaux ?
Si la vente de matériel militaire répondait uniquement à des considérations de rapport qualité/prix, le Rafale aurait trouvé preneur depuis longtemps : ce n’est pas le meilleur avion du monde, ni surtout le moins cher, mais il est excellent dans tous les compartiments de combat (supériorité aérienne, attaque au sol, reconnaissance…).
Lire la suite

L’Inde et le Rafale : leçons de souveraineté, par Aymeric Chauprade

L’Inde et le Rafale : leçons de souveraineté, par Aymeric Chauprade

Source : blog.realpolitik.tv Les annonces décisives que M. Modi, Premier ministre indien, a faites à l’Élysée à Paris le 10 avril portent en elles une leçon essentielle. La France n’est grande aux yeux du monde que lorsqu’elle remplit sa mission historique : celle d’une nation souveraine et d’exception.

M. Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde (DR).

M. Narendra Modi, Premier ministre de l’Inde (DR).

Souveraineté diplomatique tout d’abord : c’est en raison de son siège au Conseil de Sécurité aux Nations-Unies que la France peut aujourd’hui proposer à l’Inde son aide pour qu’elle intègre cette instance internationale de règlements des conflits mondiaux; quelle valeur ajoutée aurait eu à offrir la France si elle avait bradé cette position diplomatique majeure à l’Union européenne ? Son domaine maritime propre en Océan Indien en fait un partenaire-clé pour la politique de « l’Acting East » de M. Modi dans les domaines de la sécurité maritime, du renseignement et du maintien de la paix.

Souveraineté culturelle ensuite : La France n’est pas ce pays « moisi » si souvent décrit par tous ceux qui la haïssent tout en bénéficiant de sa générosité, mais au contraire, une nation millénaire dont l’identité culturelle (des monuments historiques au cinéma) séduit au point que l’Inde souhaite engager des partenariats-clés dans ces domaines.

Souveraineté industrielle enfin : c’est uniquement en raison de l’investissement massif de l’État régalien dans les industries de souveraineté (défense, nucléaire) que notre pays peut se poser en partenaire fiable de l’Inde dans la durée (de l’Ouragan au Rafale en passant par le Mirage 2000) ; l’investissement dans nos filières aéronautique (derrière Dassault Aviation) et nucléaire (avec Areva) est non seulement stratégique mais rentable pour notre économie et nos emplois. C’est pour ne pas avoir consenti de pareils efforts financiers et technologiques que d’autres pays européens, comme l’Allemagne, ne peuvent prétendre à de tels partenariats stratégiques, avant-hier avec le Brésil, hier avec l’Égypte, aujourd’hui avec l’Inde et demain, espérons-le, avec les Émirats arabes unis et la Malaisie.

Ce n’est pas l’Eurofighter, mais le Rafale, que M. Modi a choisi ; ce n’est pas vers l’Europe de la défense ou l’OTAN que M. Modi s’est tourné pour assurer sa propre défense, mais vers la capacité française à lui transférer la technologie de ses propres systèmes d’armes (aviation de chasse, missiles et sous-marins); ce ne sont pas les usines à charbon allemandes polluantes mais les centrales nucléaires françaises que M. Modi souhaite acquérir pour garantir l’indépendance énergétique de son pays ; ce n’est pas un Disneyland apatride mais une nation chargée de monuments historiques que M. Modi a voulu visiter en premier.

C’est donc une grande leçon de souveraineté que M. Modi est venu nous apporter et la preuve, du même coup, que seul un projet tourné vers l’indépendance nationale, qu’elle soit diplomatique ou technologique, peut de nouveau rendre à la France le rang qu’elle mérite.

Aymeric Chauprade

Crédit photo : joseluiscel via Flickr (cc)

Les Mistral pour la Russie : un enjeu stratégique majeur pour la France. Par Aymeric Chauprade

Les Mistral pour la Russie : un enjeu stratégique majeur pour la France. Par Aymeric Chauprade

En mars au journal de TF1, le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius déclairait que « La France pourrait annuler les ventes des deux BPC si la Russie ne changeait pas de politique à l’égard de l’Ukraine et de la Crimée. » Les BPC, c’est-à-dire les Bâtiments de projection et de commandement, les deux navires militaires de type Mistral (photo) commandés en 2011 à la DCN (Direction des constructions navales).

Cette décision serait catastrophique à plusieurs égards. Pour le contrat lui-même bien sûr, qui pèse 1,2 milliards d’euros et qui conditionne un millier d’emplois à Saint-Nazaire. Il faudrait rendre l’argent déjà versé (la moitié), renvoyer la poupe des navires (construite en Russie) et s’acquitter d’importantes indemnités. En outre la France perdrait ses droits sur les plans du Mistral, déjà remis à la Russie, qui pourrait alors les construire elle-même. Une telle décision nous fermerait également la porte à tout futur contrat avec la Russie et notamment à son immense programme de réarmement naval (civil et militaire), estimé à plus de 50 milliards de dollars. Nos concurrents n’attendent que cela !

Mais au-delà, c’est la parole de la France qui est en jeu. Plusieurs contrats importants sont en cours de négociation, citons les 126 avions Rafale avec l’Inde pour un montant de 12 milliards d’euros, une série de contrats libanais financés par l’Arabie Saoudite pour 3 milliards de dollars, deux satellites espions avec les Emirats arabes unis… Mettons-nous à la place de ces pays, vont-ils s’engager plus loin sachant que ces méga-contrats peuvent être remis en cause du jour au lendemain pour des raisons diplomatiques ?

Lire la suite