Tag Archives: AQMI

ouagadougou

Istanbul, Djakarta, Ouagadougou, la concurrence de la terreur

18/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Si les attentats d’Istanbul et Djakarta sont imputables à l’État islamique, celui de Ouagadougou porte la marque d’Al-Qaeda, qui veut montrer qu’elle a encore des crocs.

Au moins 29 personnes, dont deux Français, ont été tuées au cours d’une attaque à Ouagadougou, revendiquée par Al-Qaeda au Maghreb islamique (AQMI). Vendredi, des assaillants s’étaient mis à tirer dans deux établissements de la capitale du Burkina Faso, avant de faire irruption dans l’hôtel Splendid. L’assaut des forces armées, qui avait débuté à 2 heures du matin, s’est achevé ce samedi en fin de matinée avec le soutien des forces spéciales françaises.
Un scénario similaire à celui des attentats de novembre à Paris : des terroristes entrent dans des lieux publics fréquentés, tirent dans le tas et meurent sous les balles des forces armées.
Après l’attentat d’Istanbul, mardi dernier, qui a fait 10 morts et 17 blessés, attribuée à État islamique (EI) et celui perpétré en Indonésie (deux morts et 20 blessés), jeudi dernier, qui porte aussi la marque de Daesh, celui de Ouagadougou ressemble un peu à la réponse du berger à la bergère.
Al Qaeda, qui en a attribué la responsabilité au groupe Al-Mourabitoune de l’islamiste algérien Mokhtar Belmokhtar, cherchait à frapper la France dans son pré carré africain. Au delà de la cible première, le groupe terroriste en perte de vitesse au Moyen-Orient et en Europe voulait montrer qu’il fallait encore compter avec lui, notamment dans la zone sahélo-saharienne. L’Afrique reste en effet l’un des derniers bastions d’Al Qaeda et le groupe terroriste entend bien marquer sa présence et marquer des points face à son rival de l’État Islamique.

Les deux organisations terroristes partagent les mêmes cibles : « l’occident » et tout ce qui semble se rapprocher de ses valeurs.
Au Burkina Faso, le gouvernement a été nommé il y a trois jours et le nouveau président élu démocratiquement, Roch Marc Christian Kaboré, a pris ses fonctions il y a deux semaines. « C’est une transition politique d’un régime semi-autoritaire vers la démocratie. Cela fait du pays un symbole de progrès, d’avancée. C’est aussi ce genre de symbole que les terroristes veulent détruire », commente Cynthia Ohayon, experte à l’International Crisis Group (ICG) à Dakar.



Lire la suite

Niger : les circonstances de la libération des otages restent troubles

Niger : les circonstances de la libération des otages restent troubles

31/10/2013 – 12h00
(Bulletin de réinformation) –
Hier matin, François Hollande a accueilli les quatre otages français libérés la veille à l’aéroport de Villacoublay. Ces salariés d’Areva avaient été enlevés en 2010 au Niger.

Outre la satisfaction de retrouver ces citoyens français en vie, les conditions de leur libération suscitent déjà de nombreuses interrogations. D’après les révélations du journal Le Monde, il y a bien eu une contrepartie financière, de plus vingt millions d’euros. Cet argent serait issu de fonds secrets alloués aux services de renseignement. Ces informations ont été immédiatement démenties par le ministre de la Défense Jean Yves Le Drian.

Lire la suite

Un animateur scolaire d'Asnières arrêté à Niamey, il voulait rejoindre AQMI au Mali

Un animateur scolaire d’Asnières arrêté à Niamey, il voulait rejoindre AQMI au Mali

13/11/2012 — 16h00
NIAMEY (NOVOpress avec l’Observatoire de l’Islamisation) La pénétration islamiste dans les écoles françaises est une tendance observée depuis une dizaine d’années, notamment par le biais des animateurs scolaires. L’ancien directeur de l’école primaire de Tremblay-en-France avait, dans son livre Le Mammouth m’a tuer (Artège, 2008), témoigné du profil inquiétant de ces animateurs, souvent issus de l’immigration et prosélytes d’un islam radical. Son livre fut évidemment censuré par les médias.

Dernier exemple en date : « C’est pour une banale histoire de faux permis de conduire que le Franco-Congolais Cédric Labo Ngoyi Bungenda s’est fait pincer à Niamey. Au départ, le jeune homme de 27 ans vit à Asnières, dans la banlieue parisienne, où il est animateur scolaire. En juillet, avec l’aide de quelques amis, il réunit assez d’argent pour partir au Niger et s’y installer. (…) Lors de son interrogatoire, l’homme avoue qu’il voulait se rendre à Tombouctou pour porter assistance aux combattants d’Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique). »