Tag Archives: Apple

iphone

Soutien inattendu à Apple contre le FBI

07/03/2016 – MONDE (NOVOpress)
Apple et le FBI se livrent une bataille sans merci autour du décryptage d’un iPhone utilisé lors de l’attentat de San Bernardino. Le constructeur à la pomme a reçu le soutien de l’ONU

C’est un soutien de poids qu’a reçu Apple dans sa bataille juridique et communicationnelle contre le FBI. Il n’est en effet pas courant que les Nations Unies se positionnent en faveur d’une entreprise privée contre un État.
Bref rappel des faits pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire : le FBI demande à Apple de concevoir un procédé permettant d’accéder aux données cryptées contenues dans l’iPhone d’un des terroristes musulmans auteur de la tuerie de San Bernardino, en Californie (14 morts). L’agence fédérale accuse le constructeur californien de faire obstruction à une enquête pour terrorisme et met en avant la sécurité des Américains.
Outre une base juridique mince et qui a été depuis invalidée, Apple craint que cela ne crée un dangereux précédent, permettant non seulement aux USA, mais aussi à tous les régimes autoritaires de la planète, d’exiger le « déplombage » des téléphones à la pomme, compromettant gravement le respect de la vie privée et les libertés publiques. Le FBI a d’ailleurs fini par admettre qu’il comptait bien s’appuyer sur le succès de la requête de San Bernardino pour pousser d’autres demandes similaires.
Lire la suite

iDiots : une critique de l’obsolescence programmée chez Apple

Via konbini.com Big Lazy Robot, ou BLR, est une agence de création de contenu vidéo. Comme son nom l’indique, les gens qui y travaillent ont un faible pour les robots et autres machines. Que ce soit pour des publicités Audi ou bien Nike, l’agence met souvent en scène des machines humanoïdes, métaphores amusantes de notre propre existence.

Aujourd’hui, c’est pourtant le contraire d’une publicité que BLR a créé. Avec le court-métrage iDiots, l’agence met en scène une société de petits robots qui achètent tous le même smartphone…

Les robots s’amusent comme de petits fous avec les multiples fonctionnalités du téléphone (on reconnaît sur leurs écrans les selfies, Nyan Cat, une application qui fait le bruit d’un fouet lorsqu’on secoue le téléphone…). Mais peu de temps après, les robots se font brouiller les ondes de  leur nouveau jouet par une autre machine, elle aussi marquée du logo de la marque de leur smartphone. Une solution : en acheter un à nouveau.

Une charge en règle, futée et amusante contre Apple et l’obsolescence programmée. Lire aussi : Apple ralentit-elle exprès votre ancien iPhone lors de la sortie d’un nouveau modèle ? Oui, selon une nouvelle étude

Publié le
Selection de la rédaction à lire sur 01net.com
Les anniversaires sont souvent l’occasion de se retrouver en famille, de faire la fête et de se souvenir des premiers pas, des petites histoires de chacun. Nous vous proposons un petit voyage dans le temps en 15 ét... Lire la suite »
Un Apple Store braqué dans les Yvelines

Un Apple Store braqué dans les Yvelines

18/12/2013 – 14h30
PARIS (NOVOpress) – « Envoyez les couleurs ! » annonce le slogan du nouvel iPhone sur le site d’Apple. Au centre commercial Parly 2 du Chesnay, ce serait plutôt « envoyez les braqueurs ! ».

Trois malfaiteurs, dont un armé, qui avaient fort bien préparé leur coup, ont dérobé lundi soir des sacs entiers de produits de l’enseigne à la pomme, notamment des smartphones pour un montant d’au moins 100 000 euros avant de repartir si discrètement que les clients n’ont rien remarqué…

Crédit photo : camillomiller via Flickr (cc)

Les multinationales américaines adorent l’Irlande

Les multinationales américaines adorent l’Irlande

05/06/2013 – 16h00
DUBLIN (NOVOpress Breizh) –
1er Janvier 1973 : le Danemark, l’Irlande et le Royaume-Uni rejoignent la Communauté économique européenne – Georges Pompidou étant président de la République française. Il n’est pas certain  que ce soit la meilleure décision que ce dernier ait prise au cours de séjour à l’Elysée. Sur ce point, comme sur beaucoup d’autres, Charles de Gaulle avait vu juste en s’opposant à l’entrée de la Grande-Bretagne dans l’Europe. Mais en 1973, il était décédé et ses successeurs ne possédaient pas la carrure nécessaire pour fermer  la porte aux intrus qui voyaient dans l’Europe uniquement un grand marché, car de Gaulle la voulait d’abord politique (cf. le Traité de l’Elysée du 22 janvier 1963).

Lire la suite

Néo-esclavagisme : Apple une nouvelle fois épinglé

Néo-esclavagisme : Apple une nouvelle fois épinglé

02/02/12 – 15h30
PEKIN (NOVOpress)
– Cette fois c’est une série de suicides chez l’un de ses sous-traitants installé dans le sud de la Chine qui a jeté un coup de projecteur sur les conditions de travail plus que déplorables qui règnent au sein des entreprises affiliées au géant américain.

Pour tenter de se dédouaner, Apple a commandé un nouvel « audit » qui révèle des conditions de travail insupportables pour les ouvriers, dont certains ont les mains qui s’agitent seules, mécaniquement, à force de répéter les mêmes gestes sur les chaînes de fabrication de l’iPhone et l’iPad.

Apple, dont le chiffre d’affaires s’est envolé de 73% au premier trimestre grâce aux ventes record de ses Smartphones et tablettes multimédias pendant les fêtes, a déjà plusieurs fois été épinglé, notamment par des associations humanitaires, pour son exploitation éhontée, avec la complicité des autorités locales, des travailleurs Chinois.

Big Brother : des logiciels espions présents dans les smartphones

Big Brother : des logiciels espions présents dans les smartphones

06/11/11 – 14h40
PARIS (NOVOpress)
— Trevor Eckhart, un expert en sécurité informatique âgé de 25 ans, a mis à jour une pratique d’espionnage via les smartphones basée sur l’utilisation d’une application enregistrant l’intégralité des données transmises par le téléphone. Cette application, produite et commercialisée par Carrier IQ, serait placée par les opérateurs de mobiles sans en informer les clients qui se trouveraient donc surveillés en permanence à leur insu.

Cette application serait utilisée à très large échelle sur les téléphones Apple et ceux équipés d’Android, et permettrait aux opérateurs de voir précisément comment leurs clients interagissent, d’identifier les services qu’ils utilisent et les contenus qu’ils consultent.

Devant l’ampleur du scandale potentiel, la Commission américaine fédérale du commerce vient d’être saisie de la question par un élu démocrate et une enquête approfondie va être lancée.

Crédit photo : Phil Roeder via Fliclr (cc)

Steve Jobs va-t-il être canonisé ? [tribune libre]

Steve Jobs va-t-il être canonisé ? [tribune libre]

[box class= »warning »]Texte repris avec l’aimable autorisation du blog A moy que chault[/box]

L’incroyable retentissement médiatique ainsi que le déferlement « spontané » d’hommages et d’émotion qu’il suscite font du décès prématuré de Steve Jobs, l’ex-patron d’Apple, un énième révélateur de l’état de déliquescence de l’échelle de valeurs nos contemporains.

Dépôts de fleurs anonymes devant les « Apple Store », Facebook en larmes, Twitter au bord de la dépression, les dépêches et articles qui s’accumulent dans tous les médias, les « cyber-livres de condoléances » qui fleurissent partout… « A Steve Jobs l’humanité reconnaissante! »… Et pendant que le monde s’étrangle de douleur devant la dépouille du milliardaire créateur de gadgets, chaque jour disparaît dans l’indifférence absolue qui un grand historien (Dreyfus), qui le dernier éditeur digne de ce nom (Dimitrievic), qui un brillant philosophe (Jerphagnon), tandis que nos vieux continuent à pourrir et crever dans des mouroirs anonymes et que les cercueils de nos soldats tombés en Afghanistan défilent dans des rues désertes et silencieuses…

Ah qu’elle a bon coeur notre époque, qu’elle est sensible et généreuse de ses larmes quand il s’agit d’honorer les vrais héros du temps ! Il faut dire que Steve a tant apporté aux existences de nos contemporains, il a même inventé et développé les seules choses qui comptent encore dans celles-ci : les joujoux technologiques, ces bidules clignotants et sifflants, quelque part entre le hochet pour enfant débile et la perfusion pour toxicomane en manque, sans l’usage desquels leurs jours seraient inutiles, vides et vains.

Honneur donc à toi, Steve, grand pourvoyeur de zombis, ami éternel des autistes de tous pays, qui, par ton génie incomparable, a réussi l’exploit de faire de la communication le contraire de l’échange et a ainsi posé les lumineux jalons d’une nouvelle civilisation, celle des eunuques technolâtres à encéphalogramme plat. Repose en paix, tu n’as vraiment pas démérité.

[box class= »info »]Crédit photo : capture d’écran de la page d’accueil du site d’Apple/Novopress[/box]

 

Et si Carrefour ou Lidl détrônaient iTunes ?

Et si Carrefour ou Lidl détrônaient iTunes ?

22/08/2011 14h30
PARIS (NOVOpress) – Ne rêvons, pas. Pour le moment, la grande distribution en France est loin de disposer sur la Toile des parts de marché dont elle dispose dans le monde réel.

Toutefois, leurs équipes de direction suivent avec attention les efforts de Walmart, aux Etats-Unis, qui vient de devenir un des principaux fournisseurs de films en ligne, dépassant Sony et Amazon et taillant des croupières à iTunes.

Selon le cabinet IHS Screen Digest, le grand distributeur américain est déjà le principal vendeur de DVDs et, à lui seul, a fourni 3,5 milliards de dollars de recettes aux studios d’Hollywood.

Toutefois, alerté par la baisse constante de la vente de supports physiques pour les films, Walmart a lancé une offensive commerciale sans précédent pour prendre des parts de marché dans la fourniture de films en ligne.

Walmart a choisi de le faire en achetant le magasin en ligne Vudu et en déclenchant une guerre des prix qui lui a permis de multiplier sa part de marché par cinq en moins d’un an.

Mais il lui reste beaucoup de chemin à faire pour détrôner iTunes, l’acteur dominant avec 65,8% du marché.

Amazon ne reste pas les deux pieds dans le même sabot face aux attaques de Walmart. Après un accord avec les chaînes américaines CBS et NBC, près de 100 000 titres de feuilletons et de programmes de télévision sont désormais disponibles en ligne.

Pour l’instant en France, le secteur reste calme même si certains opérateurs fourbissent leurs armes en attendant la décision des opérateurs qui envisagent de taxer les usagers en fonction de leur volume de connexion. Une décision qui aurait un impact négatif sur le marché de la diffusion en ligne.

Iphone : plus de 20 000 Sud-Coréens portent plainte contre Apple

Iphone : plus de 20 000 Sud-Coréens portent plainte contre Apple

17/08/11 – 14h00
SEOUL (NOVOPress)
–Les Coréens détenteurs de “smartphones” semblent plus attentifs au respect de leur vie privée et de leur liberté de mouvement que la plupart des usagers occidentaux.


En effet, plus de 20 000 Sud-Coréens détenteurs d’un iPhone ont déposé une plainte en nom collectif contre son fabricant, le géant américain Apple, pour violation présumée de la vie privée en raison de la capacité de ces téléphones à enregistrer les mouvements de l’utilisateur.

La plainte en nom collectif a été déposée par 26 691 personnes qui demandent chacune un million de wons (environ 640 euros), a précisé mercredi un porte-parole du cabinet d’avocats en charge du dossier. Cette démarche collective fait suite à la publication d’une étude par des chercheurs britanniques, selon laquelle Apple a inclus, dans la dernière version de son système d’exploitation pour iPhone et iPad, une fonction permettant de garder sur un dossier non protégé la trace des mouvements de ses utilisateurs.

“Nous avons déposé une plainte en nom collectif réclamant une compensation à Apple et sa filiale sud-coréenne en raison des dégâts émotionnels provoqués par la localisation illégale par des iPhone d’Apple”, a indiqué le cabinet d’avocats.

De son côté, le géant américain n’a pas souhaité commenter ces accusations et cette procédure judiciaire derrière laquelle certains voudraient voir la main de Samsung, le principal concurrent coréen d’Apple.

[Tribune libre] Bilan de dépôt

[Tribune libre] Bilan de dépôt

[box class= »info »]Tribune libre reprise du site amoyquechault.over-blog.com[/box]

Si la prégnance de la marchandise est si néfaste à l’homme, c’est sans doute en premier lieu parce que cette prolifération matérielle forme un voile entre lui et le réel, entre lui et sa condition, entre lui et ses possibilités. Un voile qui s’épaissit chaque jour un peu plus jusqu’à devenir un véritable mur infranchissable, derrière lequel on ne peut qu’étouffer et désespérer. L’amoncellement de marchandises nous coupe de tous les questionnements fondamentaux qui déterminent la spécificité humaine : Qui suis-je ? Que dois-je faire de ma vie ? Quel est le sens de mes jours ? Que puis-je réaliser dans ce monde ?

La marchandise réduit drastiquement le champ des préoccupations humaines par hypertrophie des fonctionnalités animales et anesthésie de la pensée. La marchandise, c’est le soma du « meilleur des mondes », le tranquillisant universel, l’analgésique absolu, la réponse mécanique et simpliste à toutes les interrogations complexes.

Pour la première fois dans l’histoire, l’accumulation crée le vide. Vide spirituel, vide affectif, vide culturel, vide relationnel…

Il suffit pour s’en convaincre d’observer ces humanoïdes errant névrotiquement dans les rues ou les allées des magasins, sans but mais toujours pressés, harnachés de gadgets lumineux et sifflants, sous perfusion électronique permanente, casques gigantesques vissés sur les oreilles, passant à chaque instant d’un écran à l’autre, de celui de leur Blackberry à celui de leur Ipod, de celui de leur Nintendo DS à ceux de ces nouveaux panneaux publicitaires à plasma qui cornaquent désormais les troupeaux salariés dans les couloirs du métro.

Le silence et le calme sont définitivement bannis de notre monde. Tout comme sont limités à l’extrême les possibilités de « nouer des relations » au cœur de ce colossal autisme collectif où chacun s’est précautionneusement emmitouflé dans sa camisole technologique personnelle. Sa musique, ses SMS, son Tetris, sa vidéo… tout un dispositif rigoureusement élaboré pour meubler le plus efficacement possible ses plongées dans l’espace public en évitant ces deux terrifiants écueils : la confrontation à l’altérité et le temps de vacuité, de latence, propice à la réflexion et au questionnement.

Lady Gaga ou Pavarotti hurlant inlassablement dans mes oreilles m’évitent pareillement d’entendre les injures adressées par un voyou à cette jeune fille ou cette vieille dame, tout comme ils m’empêchent de réfléchir à l’inanité de ma journée de travail, à ces longues heures passées à accomplir une tâche obscure à la finalité incertaine quand elle n’est pas carrément odieuse (vendre, faire du chiffre, diffuser une nouvelle inutilité, optimiser des coûts, rationaliser des organigrammes, analyser des bilans comptables, préparer un plan social, fixer des objectifs financiers, établir un powerpoint sur les performances managériales trimestrielles, remplir des formulaires, classer des dossiers, photocopier des rapports, programmer des réunions d’étape, organiser des brainstorming, relayer de l’info, gérer des flux, planifier des événements …).

C’est l’abject spectacle de cette humanité robotisée, ne frémissant plus, à l’instar de grenouilles de laboratoires, qu’à des stimuli électriques – en l’occurrence ceux des enseignes commerciales – qui justifie, hors de tout débat idéologique, l’impérieuse urgence « d’en finir avec la marchandise ».

Spectacle qui atteignit peut-être son paroxysme tératologique lors de l’ouverture de « l’Apple Store » de Paris, séquence d’une obscénité suffocante durant laquelle on pût observer sans masque, dans sa terrifiante crudité, le visage glaçant du post humain marchandisé. A cette occasion, des hommes trentenaires ou quarantenaires, que l’on imaginait fort bien cadres et pères de famille, s’adonnèrent à une séance d’hystérie collective où la démence mercantile frôlait la ferveur religieuse. Larmes aux yeux, mains tremblantes, voix gorgées d’émotion non feinte, les fidèles de la marque à la pomme avaient attendu plusieurs heures en face de la porte encore fermée de leur nouveau temple. A peine celle-ci s’est-elle entrouverte que se fut une ruée telle qu’on aurait pu croire observer quelque peuplade affamée se jetant sur les dernières denrées d’un magasin d’alimentation du tiers monde. Ce n’était d’ailleurs pas seulement pour acheter que se pressaient ce jour là ces milliers de fanatiques, mais surtout pour rendre un culte, un hommage à cette marchandise bienfaitrice, ces appareils rédempteurs, ces gadgets curatifs qui font le sel de leur existence, occupant aussi bien leurs esprits que leurs discussions, leurs ambitions et leurs projets.

Certains étaient venus là, fébriles et déférents, comme l’on se rend dans un musée ou une cathédrale, pour admirer et toucher du bout des doigts ces merveilles de la création, espérant un jour, par la grâce merveilleuse d’une augmentation ou d’un crédit Cetelem, être digne d’en posséder certaines. Ainsi, autour d’un Iphone nouvelle génération trônant au sommet d’une colonne immaculée et écrasée des lumières aveuglantes des projecteurs, des hommes et des femmes prétendument éduqués, civilisés, diplômés, « socialement intégrés », participaient, à moitié en transe, à une célébration mystico-thaumaturgique digne des plus caricaturales dérives sectaires.

L’acte d’achat viendrait plus tard, bien sûr, point culminant de l’anagogie, car le but final reste toujours le même, les boutiques « Apple » représentant un chiffre d’affaires de 6,6 ( 6?) milliards de dollars par an.

L’homme moderne ne cherche plus à acquérir ce dont il a besoin pour vivre, il a besoin d’acquérir pour se sentir encore un peu vivant. Comme le dit Gunther Anders dans L’obsolescence de l’homme : « Les temps où ceux qui n’avaient rien à avaler étaient considérés comme de « pauvres diables » sont depuis longtemps révolus. Aujourd’hui, au contraire, les « pauvres diables » sont ceux qui ne peuvent opposer aucune résistance au gavage terroriste, ceux qui, à chaque bouchée qu’ils avalent, doivent également avaler le fait qu’on leur dérobe un peu de leur liberté. Qui ne consomme pas librement consomme de la non-liberté. »

[box]Crédit photo : Eugene Mah (photo sous licence creative commons)[/box]

L'iPhone 5 pourrait ressembler à cela / Source photo : iphone-original.com

Iphone 5 : sortie dans moins d’un mois ?

19/07/2011 – 20h00
PARIS (NOVOpress) — De forums en sites spécialisés, la nouvelle se propage comme une traînée de poudre sur la toile : le tout nouveau smartphone de la « firme à la pomme », devenu phénomène de société, sortirait dans moins d’un mois en Europe. Apple a en effet annoncé il y a quelques semaines le lancement prochain de la version 5 de son fameux iPhone.

Dans le concert de rumeurs plus ou moins probables qui va croissant autour de cette sortie, nous avons retenu un fait : la mise en ligne d’offres d’emploi à destination des « Apple Stores » du Royaume-Uni. L’Angleterre serait donc le premier pays d’Europe à vendre l‘iPhone 5, pour des postes à pourvoir en CDD à partir du 16 août.

Le design et les fonctionnalités de l'iPhone 5 donnent lieu à de multiples spéculations. Source photo : i-actu

Le design et les fonctionnalités de l'iPhone 5 donnent lieu à de multiples spéculations. Source photo : i-actu

Au menu des nouvelles fonctionnalités, les spéculations vont bon train. Citons en quelques unes : un plus grand écran, la suppression du bouton central, une caméra HD 1080, le stockage de données sur cartes SD, une batterie à plus longue durée, un clavier physique et non plus tactile, un processeur dual-core…

Symbole consumériste, outil de travail ou gadget de luxe, l’iPhone n’en reste pas moins une grande réussite industrielle et technologique pour une marque dont le capital de sympathie va croissant parmi ses utilisateurs, et ce malgré la très rude concurrence des HTC et systèmes tournant sous Android.