Tag Archives: antisémite

bhl_onpc

La phrase du jour est de l’inénarrable Bernard-Henri Lévy

15/02/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Sur le plateau d’On n’est pas couché de samedi dernier. Il était reçu à l’occasion de la sortie de son dernier livre L’esprit du judaïsme : « Face à cette affaire Strauss-Kahn, il y avait quelque chose là, en tout cas qui n’était pas sain. Je ne me suis jamais posé la question de savoir s’il y entrait ou non de l’antisémitisme, mais si vous me posez la question, il y entrait probablement ». Le va-t-en-guerre Béhachelle voit de l’antisémitisme partout.
L’implication de Laurent Fabius dans le scandale du sang contaminé serait de l’antisémitisme. Bernard-Henri Lévy fait un rapprochement osé entre ce scandale et les accusations de meurtre rituel. À la question de la journaliste Léa Salamé sur la chute de Dominique Strauss-Kahn, il répond qu’il s’agit encore d’antisémitisme.


sondage_jdd

JDD : le sondage embarrassant sur les préjugés ethniques

Source : OJIM
Les chemins de la bien-pensance sont sévèrement balisés. Croyant bien faire et dénoncer les « stigmatisations », le JDD vient d’en faire l’expérience avec un sondage qui suscite la polémique.

Dans son édition du dimanche 31 janvier 2016, l’hebdomadaire consacre une double-page à « la grande peur des juifs de France ». Dans le dossier, plusieurs sondages viennent illustrer le propos, dont une question qui n’est pas passée inaperçue : « Vous-même, au cours de l’année, avez-vous personnellement rencontré des problèmes (insultes, agressions…) avec une ou plusieurs personnes issues des groupes suivants ? »

Dans les réponses, les personnes interrogées avaient le choix entre : origine maghrébine, roms, confession musulmane, origine africaine, confession catholique, confession juive ou encore origine asiatique. Une autre question interroge les sondés : « comment réagirez-vous si votre fils/fille épousait » un catholique, un musulman, etc.

Commandé à l’Ipsos par la Fondation du judaïsme français, le sondage a aussitôt déclenché la polémique, et les moqueries, sur les réseaux sociaux.

Dans son dossier, le JDD explique que cette « enquête hors norme » vise avant tout à dresser un portrait du « vivre ensemble » et à « combattre les préjugés ». Pour Brice Teinturier, directeur général délégué du JDD, cette étude est importante « pour faire ressortir les fantasmes ». « Il faut mesurer les choses pour les combattre et les comprendre », poursuit-il avant d’expliquer qu’il s’agissait avant tout de « mettre en évidence les tensions à l’égard des minorités ».

Mensonge sur l’islamophobie

22/01/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Isabelle Kersimon, auteur du livre Islamophobie : la Contre-Enquête dénonce les chiffres falsifiés du collectif contre l’islamophobie en France (CCIF). En effet, il semble que le rôle de ce collectif soit « D’alimenter le sentiment de persécution des musulmans par les non-musulmans et de faire entériner le concept d’islamophobie pour imposer l’interdit de “diffamer les religions, surtout l’islam”. Cette affirmation de la journaliste suit la déclaration de Bernard Cazeneuve qui affirme que les actes antimusulmans ont triplé en 2015. Le porte-parole du CCIF évoque des chiffres beaucoup plus élevés, ce qui semble étrange.

Mais qu’est-ce qu’un acte islamophobe pour le CCIF ?
Une question posée à une jeune femme voilée pendant un entretien à l’ANPE, des infractions relevant du simple droit commun, des propos jugés insultants voire des expulsions de prédicateurs violemment antisémites et appelant au djihad contre l’Occident : voilà ce qu’est un acte islamophobe selon le collectif. Le CCIF voudrait accréditer la théorie selon laquelle l’islam serait plus touché que les deux autres religions monothéistes. On assisterait ainsi à une sorte de “concurrence victimaire”.

Qu’advient-il des Chrétiens et des Juifs ?
La journaliste constate que les chiffres sont aveugles et ne prennent pas en compte la gravité des infractions, toutes mises sur un même pied d’égalité. Le ministre de l’Intérieur note que les attaques antisémites ont diminué de 5 % en 2015. En revanche, les attaques chrétiennes ont augmenté de 20 % et les chiffres n’ont pas été falsifiés ! Derrière ces statistiques et ces mensonges se cache cependant une réalité inquiétante : l’État est incapable de répondre aux attaques antireligieuses quelles qu’elles soient et trouve pour seule réponse une laïcité utopique.


cedh

Le génocide arménien non reconnu par la CEDH

16/10/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Génocide arménien : la Suisse déboutée
Apparemment, il y aurait deux poids deux mesures dans le traitement du négationnisme. Si la Shoah est protégée par les institutions européennes qui traquent ses contempteurs, le génocide arménien, lui, ne bénéficie pas de la même bienveillance.

Un homme politique turc avait été condamné par l’État suisse pour avoir publiquement déclaré que la thèse du génocide relevait du « mensonge international »
La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a tranché : d’après elle, en condamnant le Turc à une amende pour avoir nié le génocide arménien, la Suisse a « violé la liberté d’expression » ; toutefois la CEDH ne remet pas en cause « la pénalisation des négationnismes, en particulier de la Shoah ». Elle ajoute que les propos de l’homme politique incriminé « n’ont pas porté atteinte à la dignité des membres de la communauté arménienne au point d’appeler une réponse pénale », notamment parce que ces propos « ne peuvent pas être assimilables à des appels à la haine » contre les Arméniens. Ce jugement a été rendu par 10 voix contre 7 par les juges européens, dans un arrêt définitif.

Cette décision ne concerne pas la négation du génocide des Juifs par les nazis, a souligné la CEDH
Cette précision était attendue avec impatience par les juristes européens, notamment, car ce point aurait pu avoir une incidence sur une procédure actuellement en cours en France, par laquelle un négationniste conteste la constitutionnalité de la loi réprimant la négation de l’holocauste. Pour la CEDH, pénaliser la négation de l’holocauste « se justifie » : une telle attitude « passe invariablement pour la traduction d’une idéologie antidémocratique et antisémite ». Concernant le génocide arménien, la Cour européenne se déclare par ailleurs « incompétente » pour prendre position quant à sa réalité historique.

Pour déterminer si des propos négationnistes peuvent ou doivent être poursuivis en justice, la CEDH a souligné la nécessité de tenir compte du contexte et du pays dans lequel ces propos ont été tenus
L’association Suisse-Arménie (ASA) s’est déclarée « consternée et profondément choquée » par la décision rendue à Strasbourg. Soutenue par une, telle argumentation, elle revient en effet à rendre juridiquement subjective l’appréciation d’un génocide, hormis celui de la Shoah. Ce dernier possède désormais un traitement de faveur officiel et exclusif.

Crédit photo : Claude TRUONG-NGOC via WikiMedias (CC) = CEDH


Profanation de deux cimetières en Provence

Christianophobie : une quarantaine de tombes chrétiennes profanées

04/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Christianophobie : la litanie des profanations de tombes chrétiennes se poursuit, avec une quarantaine de tombes « dégradées » en Meurthe-et-Moselle, sans autre réaction du gouvernement qu’un communiqué de presse…

La Meurthe-et-Moselle est abonnée aux profanations : la quarantaine de tombes chrétiennes saccagées hier portent à cinq le nombre d’incidents de ce type dans le département depuis le début de l’année. Des crucifix ont été retournés ou brisés et une plaque funéraire a été abîmée.

Dans un communiqué paru sur Twitter, le ministère de l’Intérieur « condamne avec la plus grande fermeté » ces actes et détaille : c

Ce lundi après-midi, les policiers de Conflans-en-Jarnisy ont constaté la profanation d’une quarantaine de tombes chrétiennes dans le cimetière de la commune de Labry (…) Ces actes inacceptables appellent une réponse pénale ferme. Les enquêtes devront permettre d’en poursuivre les coupables.

Progrès tout de même par rapport au silence radio auquel nous avait habitué Cazeneuve sur le sujet… Pourtant, en France, les profanations visant des sépultures ou lieux de culte chrétiens concernent 673 cas sur 807 en 2014 toutes les religions confondues. Parmi les 216 profanations de tombes comptabilisées, 206 concernaient des sépultures chrétiennes. Etonnamment, le gouvernement ne déplore que très rarement les profanations visant des sépultures chrétiennes, alors qu’elles sont surreprésentées dans les profanations totales.

De son côté, le procureur de Briey, Yves Le Clair, visiblement à la pointe du politiquement correct, a déclaré qu’il trouvait le terme de « dégradation » plus approprié que celui de « profanation ». De son côté, le maire de Labry a expliqué que

ces faits sont susceptibles d’être l’oeuvre de jeunes pour faire les idiots.

Naturellement, un tag sur une tombe musulmane ou juive, c’est une profanation à caractère islamophobe ou antisémite, une stèle ou un crucifix brisé, c’est une dégradation faite par des jeunes un peu joueurs…
Lire la suite