Tag Archives: Anonymous

anonymous

Anonymous lance #OpBrussels pour mener une guerre totale contre les terroristes islamistes

24/03/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Après les attentats de Bruxelles, le collectif de hackers Anonymous a annoncé qu’il lançait une « guerre totale » contre l’État islamique.

Le collectif explique qu’après les attentats de Paris, certains initiatives auraient déjà permis de saboter 5 500 comptes liés directement à l’État islamique et de pirater un portefeuille électronique que les djihadistes possèdent sur le Darknet (le réseau internet parallèle), contenant près de 3 millions de dollars en Bitcoins.

Nous avons décidé de mener une guerre totale contre les djihadistes, avec l’opération Bruxelles (#OpBrussels). Nous sommes libres, terroristes, redoutez-nous. Nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas.



Anonymous lance #OpBrussels contre l’Etat… par direct-matin

anonymous_large

Anonymous s’attaque à l’État islamique : « Vous n’imposerez pas votre charia dans nos démocraties »

12/01/2015 – SYRIE (NOVOpress)
Les hacktivistes du collectif Anonymous avaient prévenu. Dans la nuit de samedi à dimanche, un certain nombre de sites internet de propagande djihadiste ont été visés pour venger l’attentat contre Charlie Hebdo.

Ils ont notamment pu bloquer ansar-alhaqq.net, la plateforme en ligne de l’Etat islamique qui a joué un rôle très important dans le développement de la propagande islamiste.

L’opération #OpCharlieHebdo devrait se prolonger dans les jours. L’objectif d’Anonymous est aussi de dévoiler l’identité d’un certain nombre d’islamistes présents et actifs sur le Net.

«Nous, les Anonymous de toute la planète avons décidé de déclarer la guerre à vous les terroristes […] Nous allons surveiller toutes vos activités sur le Net, nous fermerons vos comptes sur tous les réseaux sociaux. Vous n’imposerez pas votre charia dans nos démocraties […]»



anonymous

« Operation Ice Isis » : Anonymous déclare la guerre à l’Etat islamique

22/09/2014 – ETATS-UNIS (NOVOpress) L’organisation Anonymous a décidé de déclarer la guerre à l’Etat islamique, sur les réseaux sociaux.
Baptisée « Operation Ice Isis », cette initiative vise à protéger ceux qui pourraient être menacés par les djihadistes sur le Net mais également dans le monde réel.
L’organisation Anonymous compte aussi mettre en place un certain nombre d’actions pour empêcher l’Etat islamique de diffuser sa propagande sur le Net.

Répression numérique : minute ruineuse pour un « Anonymous »

Répression numérique : minute ruineuse pour un « Anonymous »

12/12/2013 – 14h45
PARIS (NOVOpress) – 183 000 dollars : c’est le montant de l’amende que s’est vu infliger un hacktivist américain pour avoir participé, pendant une minute, à une attaque d’Anonymous dirigée contre le site web de la multinationale Koch Industries.

Une somme pharaonique pour ce pirate dilettante mais une goutte d’eau pour la puissante compagnie qui affiche un chiffre d’affaires de 115 milliards sur l’année 2013…

Crédit photo : Vincent Diamante via Flickr (cc)

Contrôle d'internet : la résistance s'organise

Contrôle d’internet : la résistance s’organise

07/06/2012 – 12h00
PARIS (NOVOpress) — Avec HADOPI, ACTA et maintenant SOPA (Stop Online Piratery Act), projet de loi déposé au Congrès américain en novembre dernier, on voit bien que les gouvernements veulent prendre le contrôle d’internet. Si toutes ces lois sont contournables en partie pour des utilisateurs avertis, en revanche l’internaute ne peut plus faire grand chose quand les sites sont bloqués ou le réseau coupé. Au-delà de l’activisme « conventionnel » type Anonymous ou Parti Pirate par exemple, certains essaient d’avoir des idées originales pour contourner le problème.

La première consiste en la réactivation de l’idée du darknet, rebaptisée Meshnet (projectmeshnet.org) : « Le projet Meshnet rêve d’un Internet alternatif, libéré de la censure et ouvert de nouveau à l’innovation et à la libre pensée, détenu par les individus plutôt que par les multinationales et les gouvernements ». Bien. Comment ? En constituant un réseau « maillé » : chaque individu est un nœud du réseau, les individus sont reliés entre eux directement sans l’intermédiaire d’un fournisseur d’accès. L’idée n’est pas aussi saugrenue qu’il y paraît puisque des réseaux de ce type existe déjà et fonctionnent : B.A.T.M.A.N (open-mesh.org/projects/open-mesh/wiki) ou Guifi (guifi.net/en). Mais ils ne couvrent pour le moment que des zones limitées et les performances du réseau sont encore inférieures à l’internet actuel. Le développement va donc encore prendre du temps mais c’est faisable. Les initiateurs du projet Meshnet en sont conscients : « Nous adorerions transformer notre vision en réalité, mais notre plan pour le moment est de créer des îlots de réseaux maillés à travers le monde, allant de quelques nœuds à des centaines, et d’étendre ces réseaux autant que l’on peut. »

Controle d'internet : la résistance s'organise

Le groupe de hackers Hackerspace Global Grid a une idée encore plus folle : envoyer des satellites dans l'espace pour prendre le relais du réseau si il venait à être censuré ou coupé. Photo : DR.

Avec le réseau « maillé » on reste encore dans des procédés connus. Le groupe de hackers Hackerspace Global Grid a une idée encore plus folle (www.bbc.com/news/technology-16367042)  : envoyer des satellites dans l’espace pour prendre le relais du réseau si il venait à être censuré ou coupé. Le projet n’en est qu’à ses balbutiements pour l’instant. La première étape consiste en la conception d’un GPS inversé pour localiser les satellites, des chercheurs y travaillent (Constellation). Ensuite il faudra créer des stations portables (peu chères, moins de 100 €, pour être accessibles à tous) qui se synchroniseront avec les satellites, permettant ainsi une connexion constante et libre. Évidemment en l’état ce n’est encore que de la science-fiction, mais demain qui sait. Qui a dit que la piraterie ne faisait plus rêver ?

Vidéo d’explication du projet : youtu.be/iuwkzNjaPwc

Spoutnik, pour Novopress

MegaUpload : la cyberguerre a commencé

MegaUpload : la cyberguerre a commencé


20/01/2012 – 16h15
NUMERAMA — Dès jeudi soir après l’annonce de la fermeture de MegaUpload par les autorités américaines, les Anonymous ont attaqué certaines cibles symboliques en représailles. Ce n’est pas une première, mais cette fois une cyberguerre a commencé. Mise à jour : Voir notre analyse de l’acte d’accusation

C’est sûr, il y aura un avant et un après MegaUpload. Non pas pour le piratage, qui trouvera refuge ailleurs comme il l’a toujours fait depuis la fermeture de Napster en 2001. Non pas pour l’offre légale, pour laquelle les ayants droit trouveront toujours des prétextes à ne pas en favoriser le développement. Mais pour la traduction des rapports de force sur Internet entre les pouvoirs publics et les internautes.

En s’attaquant à MegaUpload, ça n’est pas seulement un site utilisé par les internautes pour accéder à des contenus illicites qui est visé par une procédure judiciaire. C’est l’un des tous premiers sites les plus visités au monde qui est brutalement fermé pour l’ensemble du globe par les autorités américaines, alors-même que l’ensemble des protagonistes arrêtés et mis en examen n’ont aucun rapport avec les États-Unis et sa législation. Et alors-même que beaucoup d’utilisateurs, certes très certainement minoritaires, utilisaient les services de MegaUpload pour stocker des contenus personnels ou professionnels auxquels ils ne peuvent plus aujourd’hui accéder.

L’affaire MegaUpload fera prendre conscience du pouvoir immense qu’ont les autorités sur le moindre site internet dont ils peuvent provoquer la mort du jour au lendemain, en saisissant ses serveurs et ses noms de domaine. C’est aujourd’hui MegaUpload, mais chacun sent bien qu’un tabou est tombé et que d’autres sites pourront suivre et suivront.

Menée au lendemain du blackout contre la loi SOPA, l’opération ressemble déjà à la goutte d’eau qui provoquera une véritable cyberguerre civile mondiale entre internautes activistes qui se sentent de plus en plus censurés sur l’internet qu’ils ont fondé, et les pouvoirs publics qui veulent préserver une certaine conception de l’ordre public. Il n’est pas surprenant que dès l’annonce de la fermeture de MegaUpload par le FBI, les Anonymous se sont mis en action avec virulence pour attaquer et mettre à bas certains des sites les plus symboliques, devenus immédiatement inaccessibles :

  • Justice.gov
  • RIAA.org
  • MPAA.org
  • UniversalMusic.com
  • Hadopi.fr

Il est à parier que cette liste n’est qu’un début et que les attaques durent longtemps. Ca n’est pas seulement MegaUpload et ses dirigeants qui ont été visés, mais ses centaines de millions d’utilisateurs, parmi lesquels se trouvent nombre des plus actifs dans la protection de la liberté d’expression. Sur Facebook, la page du FBI est prise d’assaut par des internautes aux cris de « Free MegaUpload » (« libérez MegaUpload »), et les actions vont se multiplier.

Vouloir faire respecter l’ordre public sur Internet est on ne peut plus normal de la part des autorités légales. Mais nous sommes convaincus à Numerama que l’ordre public ne sera rétabli en matière de droits d’auteur que s’il y a enfin un retour de balancier qui permette de redonner sa légitimité au droit d’auteur.

Le droit d’auteur ne peut être respecté par l’oppression et la contrainte. Il doit l’être par l’acceptation. C’est tout l’enjeu des années qui viennent. Depuis 10 ans chaque « victoire » contre le piratage n’a fait que générer du piratage plus efficace encore. Rien ne dit ce soir que MegaUpload fera exception. Nous faisons même le pari du contraire.

[box]Auteur : Guillaume Champeau pour Numérama. Article sous licence cc publié le 20/01/2012. Source : numerama.com[/box]