Tag Archives: Anne-Sophie Leclere

a_s_leclere

Condamnation annulée pour l’ex-candidate FN qui avait comparée Taubira à un singe

23/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Anne-Sophie Leclère avait été condamné pour injures racistes envers Christiane Taubira. Son jugement a été cassé pour irrecevabilité du plaignant par la Cour d’appel de Guyane.

L’ex-candidate aux élections municipales de 2014 à Rethel, dans les Ardennes, Anne-Sophie Leclère a vu sa condamnation pour injures racistes et incitation à la haine annulée par la Cour d’appel de Cayenne.
La jeune femme avait publié sur sa page Facebook personnelle un photomontage assimilant Mme Taubira à un singe.

Le photomontage qui a valu à Anne-Sophie Leclerc sa condamnation

Le photomontage qui a valu à Anne-Sophie Leclerc sa condamnation

Elle avait été condamnée à neuf mois de prison ferme et cinq ans d’inéligibilité. La cour avait assorti cette peine de 50 000 euros de dommages et intérêts, à régler conjointement avec le FN, et condamné le Front national à 30 000 euros d’amende. Une décision qui allait au-delà des réquisitions du parquet, qui n’avait pas demandé la condamnation du parti.

Sur le même thème, Charlie Hebdo avait publié ce dessin (à gauche) de Charb sans être inquiété.

Sur le même thème, Charlie Hebdo avait publié ce dessin (à gauche) de Charb sans être inquiété.

Lire la suite

De la lèse-majesté ou de l’offense faite à Christiane Taubira - par Éric Delcroix, avocat

De la lèse-majesté ou de l’offense faite à Christiane Taubira – par Éric Delcroix, avocat

La chronique juridico-judiciaire d’Eric Delcroix.

♦ La condamnation à 9 mois de prison ferme, 5 ans d’inéligibilité et 50.000 euros de dommages et intérêts d’Anne-Sophie Leclère, le 15 juillet, par le tribunal correctionnel de Cayenne révèle l’essence communautariste de la loi Pleven (1972) et des textes subséquents qui l’ont aggravée. La loi, dans son corps principal et ses ajouts, est ordinairement dite «antiraciste», mais la race n’en est qu’un élément ; en réalité, il s’agit d’une loi de protection tribale inédite dans notre civilisation juridique depuis le temps des Lumières et l’abolition des trois ordres sociaux (1789).


A l’origine de la loi, en 1972, les références aux discriminations peccamineuses concernaient une personne, un groupe de personnes identifiées par l’origine, l’ethnie, la nationalité, la race ou une religion déterminée. Depuis, le législateur, toujours de droite (loi Perben, 2004), y a ajouté de nouvelles tribus, définies plus que jamais dans une logique de défense communautaire, selon le sexe, l’orientation sexuelle ou l’infirmité (le «handicap», en franglais administratif). La classe sociale y a échappé, Pleven et Perben ayant ainsi respecté la légende fondatrice du marxisme, celle du PCF et de la CGT.

Vers une justice communautaire partiale ?

La logique du système voudrait, pour l’impartialité du Tribunal, que la défense puisse exiger la récusation des juges appartenant à la communauté supposée offensée. Mais toute tentative de ce côté-là est vouée à l’échec (je parle d’expérience), compte tenu de l’ire passionnelle de nos juges contemporains contre qui s’aventure sur ce terrain. Les puritains, comme toujours, abdiquent raison et droit lorsque la morale – ici antidiscriminatoire et donc égalitariste – est en cause.

Non seulement les juges, fanatisés et dopés à la moraline, ne veulent pas en entendre parler, mais, à rebours, certains entrent dans le jeu de la partialité du système pour satisfaire les revendications tribales. En effet, depuis le grand Procès de Nuremberg (1945-46) les belles âmes admettent que les Méchants puissent être jugés par leurs ennemis pourvu que ceux-ci procèdent du Bien…

Lire la suite

Vu sur Twitter

Mieux vaut caillasser du flic que caricaturer Taubira

Publié le
« Indignez-vous ! », lorsque la justice devient injuste...

« Indignez-vous ! » lorsque la justice devient injuste…

18/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – Indignez-vous !, cet opuscule de Stéphane Hessel, dont il est encore permis de ne pas partager toutes les idées, a au moins le mérite de défendre l’idée selon laquelle l’indignation est le ferment de l’« esprit de résistance ».

Mardi 15 juillet 2014, le TGI de Cayenne a condamné à neuf mois de prison ferme assortie d’une amende de 50.000 euros et de cinq ans d’inéligibilité, Anne-Sophie Leclère, commerçante de 33 ans, propriétaire d’un magasin d’articles de pêche et ex candidate FN à Rethel, dans les Ardennes. Le même TGI a par la même occasion, poussant sa partialité à son paroxysme, condamné le FN à 30.000 euros d’amende, faisant fi que le droit français était censé exclure la responsabilité pénale d’une personne morale pour les délits relatifs à la liberté d’expression.

Cette parodie de justice serait risible, si ce n’était pas grave…

Régulièrement, certains « jeunes » sont, par exemple après avoir lynché une personne qui se trouvait au mauvais endroit au mauvais moment, condamnés à de la prison avec sursis au pire, à un simple rappel à la loi la plupart du temps.  Ils peuvent parfois être juste interpellés après avoir agressé des policiers à coups de marteau…

Lire la suite

Lapsus révélateur de Taubira à propos de l’affaire Leclère : « Je ne commente pas les injustices »

17/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – Christiane Taubira était interrogée par I>Télé à la sortie du dernier Conseil des ministres, sur la condamnation d’Anne-Sophie Leclère.

Celle-ci a écopé de façon tout à fait inhabituelle de 9 mois de prison ferme, d’une amende de 50.000 euros et de cinq ans d’inéligibilité. Avec en prime 30.000 euros d’amende pour le Front national.

La garde des Sceaux a tout d’abord déclaré : « Je ne commente pas les injustices » (à 53 secondes dans la vidéo) avant de se reprendre dans une assez longue explication pour essayer de rattraper son lapsus révélateur, bien qu’elle ait répété qu’elle ne « commentait pas » !

Publié le

Condamnation d’Anne-Sophie Leclère : “Grotesque et Illégal », déclare le vice-président du FN

17/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – Invité ce mardi matin d’Apolline de Malherbe sur BFMTV et RMC, Florian Philippot, vice-président du Front national, a réagi à la condamnation de l’ex-tête de liste FN aux municipales à Rethel, Anne-Sophie Leclère qui avait relayé sur le réseau social Facebook un photomontage mettant sur le même plan le ministre de la Justice et un bébé guenon.

L’élu européen compare la peine de 9 mois de prison ferme de Mme Leclère à des condamnations inférieures pour des agressions physiques très violentes. C’est « grotesquement disproportionné » dit-il.

En ce qui concerne la condamnation du Front National à 30.000 € d’amende, celle-ci n’est pas conforme au droit français et est donc « illégale ».

Publié le
Anne-Sophie Leclère, une décision d'injustice politique - par Gabriel Robin

Anne-Sophie Leclère, une décision d’injustice politique – par Gabriel Robin

16/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
Anne-Sophie Leclère vient d’être condamnée à neuf mois fermes de prison et à 50.000 euros de dommages et intérêts, avec son ancien parti le Front National, dans le procès qui l’opposait au parti guyanais, Walwari, dont Christiane Taubira (photo) est fondatrice. A sa suite le Front national a été condamné à 30.000 euros d’amende. Motif ? Anne-Sophie Leclère a relayé sur le réseau social Facebook un photomontage mettant sur le même plan le ministre de la Justice et un bébé guenon. Cette décision est ubuesque et ne correspond en rien aux précédents récents en pareille matière. Il s’agit clairement d’une décision politique rendue par le Tribunal de grande instance (TGI) de Cayenne, qui a largement excédé les réquisitions du procureur qui étaient de 4 mois ferme et 5.000 euros d’amende (ce qui est très inhabituel).

Dans le même temps, les séides socialistes peuvent tout se permettre. Sihem Souid, bras droit de Christiane Taubira, s’était permise d’insulter Philippe Bilger en le qualifiant de « fils de collabo ». Razzy Hammadi, député de la Seine-Saint-Denis, a pu quant à lui déclarer qu’il ferait « descendre toutes les cités de Montreuil ». Et last but not least, Ahmed Chekhab, élu de Vaulx-en Velin, a prononcé des insultes à caractère antisémite à l’encontre du président du club d’athlétisme de sa ville.

La peine prononcée à l’encontre de la commerçante de 33 ans ne correspond d’ailleurs pas du tout à l’esprit que veut insuffler Madame Taubira à la justice pénale. Rappelons que le ministre souhaite supprimer les peines planchers et abolir la prison pour les primo délinquants. Pas tous visiblement ! Ce n’est donc pas la « justice de Taubira » qui s’est exprimée, peut-être était-ce bien plutôt la « vendetta de Taubira ». Une forme d’avertissement à l’encontre de tous les Français, le moindre dérapage verbal ou textuel sera sévèrement sanctionné. Par contre les violeurs d’handicapée sont eux relaxés, faute de pouvoir « établir clairement l’absence de consentement de la victime ». Mais que voulez-vous, ils sont probablement moins dangereux que Madame Leclère pour les « valeurs de la République ».

Lire la suite

Vu sur Twitter

Il viole une handicapée mentale : 6 mois ferme ! Elle publie une image sur Taubira : 9 mois ferme !

Publié le