Tag Archives: Anatoly Livry

Totalitarisme mou ou la mort de la Ve république. Tribune de l'universitaire Anatoly Livry

Totalitarisme mou ou la mort de la Ve république. Tribune de l’universitaire Anatoly Livry

Anatoly Livry est philosophe et homme de lettres, auteur de quatorze livres parus à Paris et à l’étranger, lauréat de trois prix internationaux, russes et américain, helléniste publié depuis 2003 par le Bulletin de l’Association « Guillaume Budé » – géré par l’actuel directeur de la faculté d’Études Grecques de Paris IV-Sorbonne, Alain Billault – et germaniste dont les découvertes ont vu le jour chez l’éditeur berlinois de Nietzsche « Walter de Gruyter ». L’œuvre d’Anatoly Livry ainsi que des évènements de sa vie sont entrés dans des programmes universitaires, analysés lors de conférences internationales et publiés par l’Académie des Sciences de Russie. Anatoly Livry, de nationalité suisse, docteur de l’Université de Nice-Sophia Antipolis et victime de l’acharnement administratif du Ministère français de l’enseignement, est par ailleurs auteur de la pétition pour la NON-reconnaissance des diplômes et titres universitaires français en Suisse.


En 1941, lorsque les deux Reiche nationaux-socialistes germanophone et russophone se sont finalement affrontés, Staline, sur le point de perdre sa capitale, voire la guerre, a fait appel à l’Église humiliée depuis plus de deux décennies. Ce « génie du dosage » et prêtre supérieur du paganisme marxisant a ressenti que les peuples slaves avaient besoin de leur dieu ethnique (puisque c’est l’essence de l’orthodoxie russe) pour vaincre les dieux païens venus de l’Ouest. Staline n’a pas agi de façon plus calculatrice qu’un Clovis en quête d’une divinité plus puissante. Ce tyran oriental avait un but précis : la création d’une superpuissance, ce qui peut excuser les millions de victimes humaines ainsi que le recours utilitariste à l’Église. La fin justifie les moyens. Dans le cadre de cet empire national-socialiste pluriethnique que fut l’URSS, l’humanité simplifiée mais néanmoins naturelle, sans perversité aucune, pouvait poursuivre sa marche toute humaine sans perdre espoir. Or, si la Russie actuelle trouve dans les siècles à venir un équilibre avec le national-socialisme de l’empire chinois, cela n’aura lieu que grâce à l’élan de la volonté de puissance amorcé par Staline au moment de cet événement mythique fondateur que l’on appelle en Russie la « Grande Guerre Patriotique ».

Le 8 janvier 2015, le glas de Notre-Dame a retenti. Le président de la Ve république française entouré de sa clique de fous furieux se tenait debout, profitant de l’Église de France pour ses calculs mesquins, la tyrannie francophone molle actuelle répétant logiquement la tyrannie dure soviétique – profiter de l’Église haïe. Cependant, comme il s’agit là d’un totalitarisme mou, ce réflexe parasitaire ne bénéficiera ni à la Nation (ou au moins à ce qu’il en reste) ni aux tyrans ramollis eux-mêmes.

Cette dizaine de scribouillards parisiens sans talent aucun, pervers et saisis d’une frénésie destructrice était corps et âme liée à cette tyrannie molle de l’inversion idéologique et c’est pour cette raison que le gouvernement,  qui haït non seulement l’ancestrale France mais aussi l’humanité elle-même, a ressenti le massacre de ces journaleux subversifs dans sa propre chair. Ces médiocres, détracteurs acharnés de la liberté, pourchassant les caricatures lorsqu’une ministre y figure à côté d’un singe ou s’acharnant à proscrire des recherches lorsque les historiens aboutissent à des découvertes interdites par la loi, font ainsi taire des artistes ou des scientifiques, les condamnant même à la prison, dès lors que ces chercheurs ou créateurs œuvrent pour le maintien d’une humanité qui est insupportable à leur sinistre doctrine. Ayant acheminé en France des millions d’étrangers séparés des Européens par des siècles de civilisation, ce courant de pensée égalitariste ne pouvait pas ne pas fabriquer artificiellement une atmosphère de pré-guerre civile, affrontement auquel ils ont finalement abouti, mais qu’ils refusent de voir tout comme les tyrans mous soviétiques de la fin du régime n’osaient pas constater la faillite du système, s’occupant à afficher des slogans vétustes et discutaillant du plan quinquennal alors que l’État entier s’effondrait.

Tout tyran qu’il serait, un Périclès contemporain doté d’une vision à long terme est capable de surmonter la guerre civile et le désastre économique dans lesquels l’Europe francophone est en train de sombrer. En revanche, les malades mentaux qui se succèdent à la tête de la république française depuis la mort de Mitterrand – cet ancien cagoulard devenu le pharaon de la destruction, et cela, en toute connaissance de cause – ne sont que l’expression psychique de la non-politique qu’ils appliquent : ils ne sont que le vomi doctrinal qui coule entre les doigts de la France. Ce qui réjouirait le gouvernement de la Ve république serait de pouvoir proclamer sur les cadavres de quelques journaleux orduriers une pseudo-unité nationale, en vue de remonter dans les sondages pendant un mois, sondages qu’ils financent d’ailleurs eux-mêmes. Cette « victoire » virtuelle ne durera que jusqu’à la prochaine explosion et précipitera la Ve république dans le désastre qu’elle n’a fait que mériter. Et quand ces apparatchiks payés à gouverner le pays s’adressent à la Nation, un analyste nuancé peut dessiner le schéma parfait du discours d’un président d’un kolkhoze soviétique, revenant du chef-lieu et transmettant les oukases à ses alcooliques fonctionnaires. Capter le sens de cette logomachie à peine humaine qu’est le charabia des socialistes actuels est une perte de temps. En revanche, c’est à nous d’élever les générations d’après la guerre civile ouest-européenne qui vient de commencer.

Dr Anatoly Livry

Crédit photo : Keno Photography via Flickr (cc)

[Tribune] Slavistes français, capos du goulag universitaire ou la paranoïa stalinienne au service du nivellement par le bas

[Tribune] Slavistes français, capos du goulag universitaire ou la paranoïa stalinienne au service du nivellement par le bas

Anatoly Livry est philosophe et homme de lettres, auteur de quatorze livres parus à Paris et à l’étranger, lauréat de trois prix internationaux, russes et américain, helléniste publié depuis 2003 par le Bulletin de l’Association « Guillaume Budé » – géré par l’actuel directeur de la faculté d’Études Grecques de Paris IV-Sorbonne, Alain Billault – et germaniste dont les découvertes ont vu le jour chez l’éditeur berlinois de Nietzsche « Walter de Gruyter ». L’œuvre d’Anatoly Livry ainsi que des évènements de sa vie sont entrés dans des programmes universitaires, analysés lors de conférences internationales et publiés par l’Académie des Sciences de Russie. Anatoly Livry, de nationalité suisse, docteur de l’Université de Nice-Sophia Antipolis et victime de l’acharnement administratif du Ministère français de l’enseignement, est par ailleurs auteur de la pétition pour la NON-reconnaissance des diplômes et titres universitaires français en Suisse.


Depuis une douzaine d’années que dure l’« Affaire Livry » (sujet d’enseignements et de publications académiques, en français, en anglais, en allemand et en russe), les mammifères diplômés en slavistique française sont devenus synonymes d’une inculture non élémentaire, mais ridicule, poussée à l’extrême et même purement soviétique : ces  créatures,  formant depuis des décennies la première interface de contact entre l’URSS et la France, sont devenues par la force des choses un micro-GOULAG ordurier[1] et pervers, contaminant naturellement par son atmosphère stalinienne les slavistes français de souche. Face à une telle situation, l’on peut logiquement se demander pourquoi la slavistique française est devenue depuis un siècle l’expression francophone du stalinisme le plus stupide et le plus arriéré, alors que, au contraire, elle aurait pu s’ériger en bastion entre la Science française, cette entité fragile et nuancée, nourricière d’une élite universelle, et les ordures staliniennes, génitrices naturelles du journalisme (dans le sens d’une prostituée journalière se vendant aux idées qui rapportent le plus) et de cette inculture devenue norme et glorifiée, bien qu’elle ne soit en réalité que la posture arrogante d’une fille de joie qui s’est bien vendue pendant des années puis qui, flétrie, est devenue la gestionnaire d’une maison close.

Lire la suite

Lettre virtuelle à la ministre de l’éducation nationale

Lettre virtuelle au ministre de l’Education nationale, par Anatoly Livry

Anatoly Livry est philosophe et homme de lettres, auteur de quatorze livres parus à Paris et à l’étranger, lauréat de trois prix internationaux, russes et américain, helléniste publié depuis 2003 par le Bulletin de l’Association « Guillaume Budé » – géré par l’actuel directeur de la faculté d’Études Grecques de Paris IV-Sorbonne, Alain Billault – et germaniste dont les découvertes ont vu le jour chez l’éditeur berlinois de Nietzsche « Walter de Gruyter ». L’œuvre d’Anatoly Livry ainsi que des évènements de sa vie sont entrés dans des programmes universitaires, analysés lors de conférences internationales et publiés par l’Académie des Sciences de Russie. Anatoly Livry, de nationalité suisse, docteur de l’Université de Nice-Sophia Antipolis et victime de l’acharnement administratif du Ministère français de l’enseignement, est par ailleurs auteur de la pétition pour la NON-reconnaissance des diplômes et titres universitaires français en Suisse.

Texte modifié par l’auteur en date du 8 octobre 2014 suite à des événements se déroulant à Assemblée Nationale, afin de rectifier, par respect de l’Académie française, une coquille politiquement correcte.


Madame le Ministre,

Je vous fais part d’un problème – extrêmement déshonorant pour l’Université française, il me semble – qu’il vous revient désormais de régler.

Franco-Suisse d’origine juive (né en URSS, ancien réfugié politique en France) et docteur de l’Université française, ayant enseigné dans deux universités françaises (Paris IV-Sorbonne et Nice-Sophia Antipolis), auteur de quatorze livres parus à Paris et à l’étranger et de travaux scientifiques appréciés par les « immortels », les membres de l’Institut Universitaire de France et par des lauréats du prix de l’Académie française, fonctionnaire international et, actuellement, Professeur-invité d’une université étrangère, je suis, comme l’atteste la requête (ci-jointe) déposée par mon avocat parisien au Tribunal Administratif d’Appel de Paris, victime d’une corruption non dissimulée s’exerçant, depuis 2011, via la procédure de qualification au CNU normalement chargée d’évaluer uniquement ma capacité à chercher un poste de Maître de conférences en France. Cette procédure est devenue le vecteur d’une calomnie institutionnelle à mon égard, visant à me diffamer en tant qu’homme et en tant que scientifique parmi les élus de l’Université française – comme cela se comprend à la lecture des quelque dizaines de pages de ma requête.

Lire la suite