Tag Archives: Amédy Coulibaly

grande_mosquee_paris

Thé de la fraternité par les musulmans de France

11/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Ce week-end, c’était, l’opération « thé de la fraternité » dans certaines mosquées de France. Suite aux attentats de Paris, les musulmans de France ont voulu ouvrir leurs portes pour « apaiser les tensions » et montrer leur volonté de dialoguer. En particulier, la salle de prière d’Ajaccio qui avait subi la colère des Ajacciens suite à des agressions commises sur des pompiers a reçu quelques personnes pour discuter autour d’un thé et de petits gâteaux marocains. Bernard Cazeneuve, lui, s’est rendu à la mosquée de Saint-Ouen-l’Aumône pour participer à cette initiative. Le président socialiste, quant à lui, est allé prendre le thé à la grande mosquée de Paris.



Lire la suite

La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

La guerre civile ethnique est-elle évitable ? Probablement pas – par Guillaume Faye

09/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

La guerre civile ethnique, comme un serpenteau de vipère qui brise la coquille de son œuf, n’en est qu’à ses très modestes débuts. « Nous sommes en guerre » aiment à rabâcher certains politiciens et journalistes. Ils entendent par là, après les attentats de janvier et de novembre : en guerre contre Daesh et contre une poignée d’islamistes fanatiques. Non, c’est bien plus grave ; il s’agit, sur le territoire français, d’un affrontement ethnique qui commence entre populations extra-européennes sous la bannière de l’islam et la nation française. (1) Les « attentats » et tentatives déjouées ne sont que la partie émergée de l’iceberg. La responsabilité de cette guerre civile ethnique dont les flammèches sont allumées incombera à une classe politique et intello-médiatique et à un appareil d’État qui, de manière criminelle, ont laissé depuis quarante ans se déverser une immigration invasive de peuplement inassimilable. Qui sème le vent récolte la tempête.

Événements d’Ajaccio : laboratoire du futur

Événement très symbolique et défi provocateur : quelques jours après la victoire aux élections régionales des nationalistes et indépendantistes en Corse, de jeunes Maghrébins passent pour la première fois à l’action violente. Ils allument des incendies dans une « cité » aux portes d’Ajaccio et y attirent les pompiers dans un guet-apens, les agressent et en blessent gravement plusieurs. Ils les traitent de « sales Corses ! » (Les médias nationaux ont censuré ce dernier point). Le lendemain, des centaines de manifestants corses investissent la cité, criant des slogans comme « Arabi, fora ! » (Arabes, dehors), dévastent un restaurant hallal et commencent à saccager une salle de prière musulmane dont ils brûlent plusieurs Corans, en guise de représailles. Jusqu’à présent, les « autochtones » faisaient le dos rond, se calfeutraient chez eux ou déménageaient. Ce scénario action/réaction, agression/représailles, critère sociologique d’un déclencheur de guerre civile, est le premier du genre en France et il fera date.

Tout d’abord, c’est la première fois que les « jeunes » des cités de Corse tendent un guet-apens aux pompiers – symboles, comme la police, des autorités françaises détestées – pratique pourtant courante sur le continent où 1 600 pompiers (!) ont été agressés en 2015. C’est aussi la première fois en France qu’on assiste à des représailles des populations de souche exaspérées, tant par le comportement des jeunes musulmans que par le laxisme d’un État qui ne les protège pas.

Et c’est là le marqueur de toute guerre civile : quand une partie de la population, se sentant abandonnée par l’État, s’y substitue, récuse son monopole de la force publique, se fait justice elle-même et assure sa défense, le désordre de la bellum civile est initialisé. En sociologie politique, le signal très concret du passage de l’émeute classique à la guerre civile est le fait que l’affrontement n’a plus lieu entre une population émeutière A et les forces de l’ordre, mais entre une population A et une population B, « par-dessus » les forces de l’ordre. L’État est désapproprié de sa fonction de pacification.
Lire la suite

assemblée nationale ruine

La haine de nos élites

07/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Dire aujourd’hui que nos élites européennes nous ont abandonnés ne relève vraiment plus d’une idée farfelue. Affirmer que nos dirigeants déconstruisent patiemment nos territoires charnels, au nom de l’utopie multiculturaliste, ne peut plus être considéré comme une ineptie. Il faut que nous prenions conscience que le changement ne peut plus venir de ceux qui nous trahissent.

Au niveau du « grand foutage de gueule », nous pouvons reconnaître que l’année 2015 fut un excellent cru ! Les attentats à Paris n’ont fait que confirmer l’échec cuisant de notre « vivre ensemble » symbolisé par un communautarisme de plus en plus sectaire et par une islamisation de plus en plus forte des sociétés européennes. Le mensonge des autorités européennes sur l’invasion de masse que subit notre continent, en faisant passer des clandestins pour des réfugiés, n’est que l’aboutissement d’une logique mise en place depuis plus de trente ans par notre classe politique hors-sol. Assister, sans que cela n’éveille un début d’indignation, au lynchage médiatique du Front National, considéré par certains comme la principale menace pour notre pays et considéré par d’autres comme une formation politique proche de Daesh, fut un moment assez troublant pour comprendre finalement que l’État français est réellement entré en guerre. En guerre non pas contre l’islamisme comme il le laisse trop souvent entendre, mais contre son propre peuple qui a osé voter massivement pour un parti patriote !
Lire la suite

legion_d_hinneur

Légions d’honneur indignes, réaction d’un chevalier

06/01/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Bernard Zeller, fils du général André Zeller demande sa suspension de l’ordre de la Légion d’honneur en réaction à la nomination de membres de la rédaction de Charlie HEdbo

Dans une lettre adressée au général Georgelin, grand Chancelier de la Légion d’honneur, Bernard Zeller, chevalier de la Légion d’honneur, demande sa suspension de l’ordre, car le code de la Légion d’honneur ne prévoit pas la démission. Je cite : « Le code est clair. Les décorés œuvrent au développement de la France et à son rayonnement. Chacun apporte son talent au bénéfice du bien commun ». Les quatre journalistes de Charlie Hebdo nommés au grade de Chevalier « avaient pour credo (…) la dérision systématique, l’ignominie et l’injure visant souvent des personnes, des groupes et des institutions, y compris police et armée, contribuant précisément au développement et au rayonnement de notre pays ou au bien commun ». « Je ne tiens en aucun cas à voisiner dans l’ordre avec ces personnes ».

Crédit photo : Wally Gobetz via Flickr (CC) = Paris – Hôtel des Invalides – Dôme Church – Ceremonial necklace of the Order of the Legion of Honour


Joggeur blessé le 7 janvier: la piste d’un éventuel complice de Coulibaly relancée

05/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Le 7 janvier 2015 au soir, après l’attaque de Charlie Hebdo, un joggeur est blessé par des tirs d’arme à feu sur la coulée verte à Fontenay-aux-Roses, dans la banlieue parisienne. Il arrive à s’enfuir après avoir été touché à trois reprises par l’arme qu’utilisera Amédy Coulibaly dans l’Hyper cacher. Pourtant, le joggeur est convaincu qu’il ne s’agissait pas de lui. Son témoignage relance la piste d’un éventuel complice.

Publié le
Bravo les frères Kouachi : le terrorisme cela paye ! - par Jean-Yves Le Gallou

Du nouveau sur les attentats de Charlie Hebdo

10/11/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

L’enquête colossale sur les attentats de Paris s’oriente de plus en plus sur la piste d’un donneur d’ordre. Un individu aurait coordonné à distance les attaques des frères Kouachi contre Charlie Hebdo, le 7 janvier, et d’Amedy Coulibaly à l’Hyper-Cacher, le 9. Ce sont des échanges avec ce dernier qui ont trahi l’existence du commanditaire. Il est néanmoins impossible en l’état d’identifier son nom ou sa localisation exacte.

L’enquête colossale sur les attentats de Paris s’oriente de plus en plus sur la piste d’un donneur d’ordre. Un individu aurait coordonné à distance les attaques des frères Kouachi contre Charlie Hebdo, le 7 janvier, et d’Amedy Coulibaly à l’Hyper-Cacher, le 9. Ce sont des échanges avec ce dernier qui ont trahi l’existence du commanditaire. Il est néanmoins impossible en l’état d’identifier son nom ou sa localisation exacte.

Amédy Coulibaly explique ses actes et prête allégeance à l'Etat islamique [Vidéo]

Hyper Cacher : un policier du RAID raconte l’assaut contre Amedy Coulibaly

02/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Près de trois mois après l’assaut mené dans l’Hyper Cacher contre le terroriste Amedy Coulibaly, le commandant du RAID raconte, de manière anonyme, les coulisses de l’intervention.

Ce fonctionnaire de police aguerri était en première ligne et évoque l’angoisse de son équipe :

C’est comme un sportif de haut niveau qui se met sur sa ligne de départ pour faire un 100m. Pour nous, ça va être un sprint

Cet officier du RAID donne également des précisons sur son face-à-face avec Amedy Coulibaly :

Je rentre dans le magasin, j’aperçois les otages sur ma gauche. Il tire ses premières balles qui viennent se loger dans mon bouclier. Je continue à avancer en ripostant, puis je me décale dans l’allée vers la droite, à l’opposé des otages afin qu’ils ne soient pas pris pour cible. Il avance alors vers moi en continuant à tirer et je reçois une balle. La fusillade s’intensifie, puis mes collègues postés derrière ouvrent le feu à leur tour. Lui avance toujours vers l’entrée avant d’être happé par leurs balles.



Une adjudante de la police nationale proche de Coulibaly en garde à vue

Un adjudant féminin de la gendarmerie proche de Coulibaly en garde à vue

09/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
4 personnes ont été placées ce lundi 9 mars en garde à vue dans l’enquête sur les attentats de janvier à Paris, qui ont fait 17 morts en plus de leurs trois auteurs. Tous sont des proches d’Amedy Coulibaly, le tueur du supermarché casher de la porte de Vincennes.

Une gradée de la gendarmerie nationale : Emmanuelle, convertie à l’islam depuis deux ans figure parmi les gardés à vue. Elle était en poste au fort de Rosny-sous-Bois, un temple du renseignement qui abrite le Service central des réseaux et technologies avancées, le Service technique de recherches judiciaires et de documentation ou encore le Système des opérations et du renseignement. Elle aurait consulté les fichiers informatiques de la gendarmerie concernant son compagnon, après les attentats. La gendarme avait été suspendue de ses fonctions début février.

Quant à son compagnon, Amar, proche de Coulibaly, il était déjà arrêté depuis le 23 janvier, mais pour une affaire de trafic de stupéfiants. C’est la première fois ce lundi 9 mars qu’il est entendu par les enquêteurs de la police judiciaire du 36, Quai des Orfèvres, pour cette affaire.

L’information judiciaire s’en tient à ce peu d’éléments pour le moment.

freres-kouachi-amedy

Le SMS de Chérif Kouachi à Amedy Coulibaly juste avant l’attaque contre Charlie Hebdo

17/02/2015 – FRANCE (NOVOpress)
D’après les enquêteurs, il y aurait bien eu des des contacts entre Chérif Kouachi et Amedy Coulibaly quelques heures avant l’attaque contre Charlie Hebdo, le 7 janvier.

Celui qui s’était réfugié dans l’Hyper Cacher de la porte de Vincennes aurait rendu visite à Chérif Kouachi dans la nuit du 6 au 7 janvier à Gennevilliers (Hauts-de-Seine).

Enfin, Le 7 au matin, près d’une heure avant l’attaque contre Charlie Hebdo, un SMS aurait été envoyé depuis un portable «bornant» près du domicile de Chérif Kouachi vers l’une des treize lignes d’Amedy Coulibaly. Toutefois, le contenu de ce SMS n’a pas encore été dévoilé.


La sidérante histoire d'amour entre un proche d'Amédy Coulibaly et un gendarme chargé du... renseignement

La sidérante histoire d’amour entre un proche d’Amédy Coulibaly et un gendarme chargé du… renseignement

04/02/2015 – ROSNY-SOUS-BOIS (NOVOpress)
Ce n’est ni un scénario de cinéma ni un article de sites parodiques tel Le Gorafi, mais une nouvelle plus qu’inquiétante quant à la gestion du renseignement par les autorités françaises. En effet, un certain Amar R., un individu recherché pour trafic d’armes et qui avait été suivi par les enquêteurs de la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP) dès le lendemain de l’assassinat par Amédy Coulibaly de la policière municipale à Montrouge – quelques heures avant la prise d’otages de l’Hyper Cacher, Amar R. est vu en compagnie de du terroriste islamiste – entretient une liaison amoureuse avec un élément féminin de la gendarmerie.

Elément féminin qui n’occupe pas n’importe quelle fonction. Selon le Canard enchaîné (via Le Point), ce militaire « est sous-officier du renseignement dans ce centre d’élite de la gendarmerie [à Rosny-sous-Bois, note de Novopress] ». Plus qu’un centre d’élite, cette caserne de Rosny abrite le service central des réseaux et technologies avancées, le service de recherches judiciaires et le système des opérations et du renseignement. Un lieu indispensable à la sécurité de nos compatriotes, et qui de ce fait devrait faire l’objet de mesures de sécurité très particulières.

Or, non seulement cet Amar R. entretient donc cette liaison avec ce sous-officier- qui s’est convertie à l’islam et porte le voile en dehors des heures de service ! – mais surtout entrait à sa guise dans ce lieu alors qu’il faisait l’objet… d’un mandat d’arrêt européen. Certes, Amar R. a été interpellé le 23 janvier dernier mais sa compagne n’a pas été inquiétée.

En effet, comme l’indique Le Point :

Contacté par Le Point, le général Denis Favier, directeur général de la gendarmerie nationale (DGGN), a tenu à tempérer l’information : « Certes, il y a bien eu un contact entre les deux personnes, mais à ce stade de l’enquête, confiée à la police judiciaire de la préfecture de police, il n’y a rien à reprocher à la sous-officier de la gendarmerie. Nous n’avons pas constaté de faute professionnelle. Il existe une stricte séparation entre enquête de police et de gendarmerie. Nous ne pourrons tirer des conclusions qu’à la fin de l’enquête de la PJ. »

Une légèreté qui fait froid dans le dos lorsque l’on apprend, là encore via Le Point, que :

En 2014, deux jeunes gendarmes du fort de Rosny avaient été détectés comme des éléments radicaux. Ils avaient programmé un voyage en Syrie. Ils ont depuis quitté la gendarmerie. Ce sont les rares cas qu’avaient pu déceler les services de renseignement après que Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur, a réclamé à ses services une enquête sur la radicalisation au sein des forces de l’ordre

RTL diffuse l’enregistrement d’une discussion entre Amedy Coulibaly et ses otages

10/01/2015 – FRANCE
RTL a diffusé l’enregistrement d’une discussion entre Amedy Coulibaly et ses otages dans laquelle il justifie son acte. Il est un peu plus de 15 heures lorsque RTL tente de joindre l’Hyper Cacher de Vincennes, où se déroule la prise d’otages qui a fait cinq morts, vendredi 9 janvier. Amedy Coulibaly, le preneur d’otages, décroche mais ne répond pas directement puis raccroche mal le combiné.
S’engage alors une longue conversation entre Coulibaly et quelques otages. Celle-ci permet de comprendre la dérive d’Amedy Coulibaly devenu djihadiste. Elle montre la détermination froide, l’endoctrinement du terroriste et une rhétorique qui manifestement ne laisse aucune place à la négociation.

Son action est une vengeance à la fois contre l’État syrien et la coalition occidentale présente au Mali, en Irak ou en Afghanistan.

« Je pense à ceux qui avaient Bachar al-Assad en Syrie. Ils torturaient les gens (…) On n’est pas intervenu pendant des années (…) puis bombardiers, coalition de 50.000 pays (sic), tout ça (…) Pourquoi ils font ça ? Il y a eu le nord du Mali et il y a eu la Syrie, un coup monté en même temps (…) Il n’y a eu aucune exaction au Mali (…) Il faut qu’ils arrêtent (…) d’attaquer l’État islamique, qu’ils arrêtent de dévoiler nos femmes, qu’ils arrêtent de mettre nos frères en prison pour rien du tout »

La conversation semble presque banale mais la menace est vite de retour

« Nous, chez nous, c’est la loi du Talion. Vous la connaissez très bien (…) Allah a dit dans le Coran : ‘Ils transgressent, transgressez à transgression égale’. Si on touche nos enfants, nos femmes, nos combattants, on s’attaque aux hommes qui nous combattent ».Il poursuit : « Vous ne savez pas ce qui se passe dans les pays musulmans. En Irak, avec l’embargo, ils ont tué un million d’enfants. Bon, maintenant, je vous le dis à vous : votre armée, s’ils ne veulent pas mettre les pieds là-bas c’est parce que dès qu’ils toucheront le sol, ils se feront découper en deux minutes. Ils n’arrivent pas à combattre (…) Jamais ils n’arriveront à nous battre (…) Partout où ils ont été, jamais ils n’ont réussi. Allah est avec nous ».


Amédy Coulibaly, une chance pour la France...

Amédy Coulibaly, une chance pour la France…

09/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
On ne sait jusqu’où ira l’horreur. D’autant que l’on ne sait pas réellement ce qui est le plus horrible en l’espèce. Le fait que le tueur de la policière municipale à Montrouge, Amédy Coulibaly, et accessoirement proche des terroristes islamistes de Charlie Hebdo est retranché avec des otages dan magasin casher de la porte de Vincennes à Paris – Amédy Coulibaly est décédé dans l’assaut donné il ya quelques instants par le RAID – ou qu’il est plus que connu de la justice française, cumulant à 32 ans 18 ans de prison, du moins en condamnation. Car Amédy Coulibaly ne les a jamais effectués totalement. Dernier exemple en date, il a été libéré en 2013 au bout d’un an d’emprisonnement alors qu’il avait été condamné à 5 ans de prison.

Un exercice de la justice plus que laxiste qui fait froid dans le dos, et qui a commencé bien avant l’arrivée de Christiane Taubira place Vendôme. A mettre en relation avec le fameux « Mur des cons » du Syndicat de la magistrature…

S’agissant du cas d’Amédy Coulibaly, nos confrères du Nouvel Obs nous dresse un portrait particulièrement édifiant et sidérant :

Coulibaly est un ancien voyou converti à l’islamisme radical. Plusieurs fois condamné pour vol aggravé à partir de 2001, alors qu’il est encore mineur, Coulibaly passe même en Cour d’assises pour mineur pour vol à main armée en 2004 et écope d’une peine de six ans de prison. En sortant de prison, il se reconvertit comme dealer et écope d’une peine d’un an et demi pour trafics de Stups en 2006. Il a alors 24 ans. Installateur en audiovisuel électronique de formation, embauché par Coca-Cola à Grigny, Coulibaly semble se ranger. En réalité, converti en prison, il a déjà basculé dans l’islam radical.

En juin 2010, il est arrêté par les services antiterroristes, soupçonné d’avoir participé à un projet d’évasion de Smaïn Aït Ali Belkacem, l’un des principaux auteurs de la vague d’attentat de 1995 dans le métro et RER parisien pour le compte du Groupe islamique Armé (GIA, algérien), condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour cela et incarcéré à la centrale de Clairvaux.

Lors de la perquisition de son domicile en 2010, les enquêteurs retrouveront 240 cartouches de calibre 7,62, une munition de kalachnikov. Condamné pour cela, il était sorti de prison depuis plus d’un an (souligné par Novopress).

Pire encore, si l’on ausculte les archives du Parisien, l’on en apprend en 2009, entre deux séjours en prison, qu’Amédy Coulibaly fait partie d’une délégation reçue par Nicolas Sarkozy, à l’époque président de la République (photo de Une). A l’époque Amédy Coulibaly était en alternance chez Coca-Cola…

Comme nous l’indiquent nos confrères de l’Obs, la police avait diffusé dès ce matin un appel à témoins concernant Amédy Coulibaly et sa compagne Hayat Boumedienne.

Un aveuglement et un laxisme criminels d’autant que l’on peut voir que certains ne se cachent plus pour signifier leur soutien à ces actes de guerre…

Pour preuve ces images d’I-Télé où l’on voit certains mimant avec le sourire l’usage d’une arme à feu

Sans oublier ces photos montrant des individus faisant le v de la victoire.

v-victoires-vincennes

Il est temps d’en finir avec le discours nous parlant de déséquilibrés isolés et agissant comme des loups solitaires.

Crédits photos : DR