Tag Archives: Alphonse Boudard

Lectures : "La cerise", Alphonse Boudard

Lectures : « La cerise », Alphonse Boudard

Riton, lui, se défend dans les règles, en bourgeois-truand. Depuis une paye il a compris que le crime paie pourvu qu’on sache y mettre les formes.
– Mes bousilles, tu parles d’une connerie ! J’avais vingt berges. À Tataouine c’était la mode. Ça serait à refaire, je resterais comme toi. On peut être un homme sans tatouages.
En tout cas, il y avait été bonne mesure… de quoi justifier son blase. Tapisserie des pieds à la tête. Arabesque de dessins, symboles de toutes sortes. Des papillons sur les genoux, une oasis dans le dos… palmiers, chameaux, clair de lune… Une petite merveille figurative !
(…)
Il se fouille. C’est une vraie tire-lire. De la monnaie menue toutes ses poches. Ça sonne, diguiligne… ding ! quand il se déplace… Les biffetons, eux, je me rappelle, sont dans un vieux morlingue usé, tout rongé, saucissonné d’un élastique. Furtif, il va près de sa fenêtre pour mieux compter. Il se retourne, pour que je puisse pas zyeuter sa liasse, que ça pourrait me donner de très vilaines pensées. De dos il est tout luisant… comme une couche de paraffine sur sa veste. Au col surtout, avec aussi des pellicules… tout saupoudré. Certain qu’avec sa garde-robe à mijoter en lessiveuse on obtiendrait une soupe épaisse de quoi nourrir plusieurs cochons.

Lire la suite

Lectures : « Les combattants du petit bonheur », Alphonse Boudard

Lectures : "Les combattants du petit bonheur", Alphonse Boudard

Tout a commencé dans la rue, le meilleur et le pire. Le pire plus souvent. Sans la rue, les petit potes traîne-lattes, certain que je me serais pas fourvoyé guerrier de l’ombre. J’aurais eu personne à épater. On est dans la guerre, la vraie avec des armes à feu, pour continuer nos jeux de rue… nos bagarres de quartier. Pas plus d’idéal là-dedans que d’orangers à Courbevoie. Mais les Fritz ne sont pas encore arrivés, je m’aperçois… j’ai déjà trop divagué de droite à gauche… je traînasse à loisir, puissiez-vous partager mes flâneries avec quelque agrément. Et il me faut encore vous brosser un peu les décors… et surtout les personnages alentours. Au-dessous de chez nous, c’était donc le café d’Anatole… son bouge plutôt… les murs qui n’avaient pas été repeints depuis le septennat de Monsieur Fallières… la calbombe unique sans abat-jour qui pendait au plafond, pleine de chiures de mouches. Une peinture murale sur le côté… On distinguait tout de même sous la crasse le sujet… un jeune garçon qui pissait dans une rivière. L’inscription au-dessus en lettres blanches : « Ne buvez jamais d’eau ». Superfétatoire le conseil… ils risquaient pas, les clients, de se pointer au rade pour s’humecter à l’eau d’Évian. Tous les jours, Anatole, il se dévouait comme une vraie petite sœur des pauvres pour faire boire un gâteux alcoolique qui n’arrivait plus à tenir son verre tant il tremblotait. « Faut bien se rendre service entre Français »… Madame Henriette commentait. C’était elle qui lui sortait le porte monnaie de la fouille à Pépère bloblote. Elle montrait bien à tout le monde… qu’elle prenait juste le compte. Les malveillants pouvaient rien trouver à redire.
(…)
Ça nous remontait dans le temps de nos terrains vagues. A présent notre XIIIème… on n’y retrouve le passé que par lambeaux épars… des morceaux au milieu des buildings… des Euro-Marchés nouvelle race de magasins agressifs ! Notre enfance, c’était encore la civilisation des concierges.

Alphonse Boudard, Les combattants du petit bonheur. Prix Renaudot 1977. Éditions La Table Ronde. Acheter sur Amazon

"La France d'Alphonse Boudard" de Pierre Gillieth - Sur Méridien Zéro ce soir 25 décembre

« La France d’Alphonse Boudard » de Pierre Gillieth – Sur Méridien Zéro ce soir 25 décembre

Ce dimanche 25 décembre 2011 (23h à 0h30) l’émission de la webradio Méridien Zéro reçoit Pierre Gillieth pour parler avec lui de son ouvrage « La France d’Alphonse Boudard » aux éditions Xénia (préface de Michel Déon de l’Académie française).

Alphonse Boudard, un homme à part, « qui justifie qu’on lui consacre une émission entière. Peu de personnages ont eu un parcours aussi complet que lui, ont accumulé une telle expérience, passant de l’ombre à la lumière, de l’anonymat à la célébrité, du dénuement au confort avec autant de détachement et de lucidité. »

[box class= »warning »]Méridien Zéro diffusera en direct de 23h à 0h30 via les sites Méridien Zéro, Radio Bandiera Nera et Europa Radio.[/box]

"La France d'Alphonse Boudard" de Pierre Gillieth  - Sur Méridien Zéro ce soir 25 décembre