Tag Archives: Al-Qaïda

Drapeau Etat islamique

Appel au djihad et serment à l’Etat islamique à Montpellier

14/04/2016 – PARIS (NOVOpress avec Lengadoc Info) : Lundi dernier, un habitant de Montpellier a été condamné à trois ans de prison pour avoir appelé au djihad. En 2014, il avait mis en ligne plusieurs vidéos dans lesquelles il faisait la promotion du djihad en Syrie et se réjouissait des attentats du 11 septembre 2001 à New York, qui avaient fait près de 3 000 morts. Interpellé par la police en septembre 2014, il avait alors affirmé qu’il avait prêté allégeance à l’État islamique.

L’individu a été jugé pour appel direct à la commission d’actes de terrorisme, apologie d’actes de terrorisme et provocation à la haine et à la violence. Condamné une première fois en début d’année, à deux ans de prison ferme alors qu’il n’était pas présent au tribunal, arrêté une seconde fois, il avait demandé à être rejugé. Finalement, le tribunal correctionnel de Paris l’a condamné à trois ans de prison, une peine plus légère que la première puisque l’accusé ne purgera que 18 mois de prison ferme.

Le djihad, la nouvelle idéologie des quartiers ?

Depuis quelques années, le département de l’Hérault connaît un phénomène particulièrement inquiétant de radicalisation au sein de la population musulmane. En 2015, les forces de l’ordre ont procédé dans le département à 89 perquisitions administratives et assigné à résidence 19 personnes. Des chiffres importants qui placent l’Hérault parmi les départements les plus touchés par la radicalisation islamiste. Parmi les zones les plus touchées : les quartiers de La Paillade et du Petit Bard à Montpellier, la Devèze à Béziers ou encore la ville de Lunel.

En novembre dernier, quelques jours après les attentats islamistes à Paris qui ont fait 130 morts, le quartier de la Paillade s’est enflammé. Alors que les forces de l’ordre procédaient à la perquisition d’une salle de prière clandestine, les « jeunes » du quartier ont incendié plusieurs voitures et poubelles. La police avait d’ailleurs prévu un dispositif de projecteurs afin d’illuminer les immeubles et empêcher ainsi tout caillassage.

Autre exemple dramatiquement célèbre de cette radicalisation d’une partie de la communauté musulmane, la ville de Lunel a vu une vingtaine de ses habitants partir faire le Jihad en Syrie et en Irak. Huit sont morts sous le feu de l’armée syrienne ou en se faisant exploser dans des attentats suicide. Toutes ces personnes fréquentaient la mosquée de Lunel, l’un d’entre eux était même le fils d’un ancien président de l’association qui gère la mosquée.

 

Livret Dati Radicalisation

Radicalisation : Rachida Dati crève-t-elle de trouille devant l’islam ?

13/04/2016 – EUROPE (NOVOpress) : « Mon combat contre la radicalisation » : tel est le titre du « livret » que Rachida Dati vient de diffuser (en fait de livret, une plaquette de douze pages, dont six de photos) en sa qualité de député au Parlement européen, membre du groupe du Parti populaire européen (PPE). Or tout au long de cet opuscule, elle ne cite ni l’islamisme, ni même l’islam ! Pas une seule fois ! Mais alors, la « radicalisation », c’est quoi ?

Définition de la radicalisation à la mode Dati : « Le terme de radicalisation est utilisé aujourd’hui pour désigner l’adhésion de personnes dont les points de vue ou opinions intolérantes et opposés aux droits de l’homme et aux valeurs de la démocratie sont susceptibles de les amener à commettre des actes violents ou dangereux pour eux même (sic) et pour les autres » ! Et c’est tout ? Ces « radicaux » ne seraient-ils pas un tout petit peu adeptes de la religion mahométane ? Ou a minima « islamistes » ?

Moyennant quoi, on apprend quand même que « 5 000 Européens [euh…] auraient rejoints [le pluriel du participe passé est d’origine…] des organisations terroristes ». Et ces organisations, on en connaît les noms ? Ce ne serait pas l’Etat islamique ? Et Al Ansar ? Ou tout autre branche de Daech ou d’Al Qaida ? Allez savoir…

On peut chercher une explication personnelle. Se souvenir que Rachida Dati, née d’un père marocain et d’une mère algérienne, est issue d’une famille musulmane. On peut aussi se dire qu’on s’en fout. Et se rappeler seulement qu’elle a été durant deux ans garde des Sceaux dans un gouvernement dit de droite, et qu‘il ne faut pas chercher plus loin pourquoi, selon Dati elle-même, on en est encore à chercher une réponse judiciaire à la « radicalisation ». Tout court.

Drapeau Al Nosra

La justice française laisse échapper un sympathisant d’Al Qaida !

31/03/2016 – NÎMES (NOVOpress) : Au détour d’un article du Figaro consacré aux cités de Nîmes, « vivier discret du djihadisme », on apprend que la justice française a encore fait une incroyable boulette, confirmée par nos propres sources. L’histoire est aussi simple que révélatrice de l’incroyable légèreté de la justice, en plein climat terroriste.

Le 25 novembre dernier, moins de deux semaines après les attentats de Paris, un Franco-Algérien âgé de 32 ans est interpellé au Mas de Mingues, une cité de la ville, dans le cadre de l’état d’urgence. La police découvre à son domicile 67 drapeaux d’Al Nosra, organisation terroriste syrienne affiliée à Al Qaida. La quantité d’oriflammes saisis indique de l’individu n’est pas un simple collectionneur. D’autres éléments recueillis durant la perquisition (téléphones portables et clés USB notamment) révèlent que cet homme d’une trentaine d’années mène une vie parallèle. Il n’est d’ailleurs pas inconnu des services de renseignement : il est déjà fiché S. comme islamiste ! L’enquête indique par ailleurs qu’il est en relations suivies avec d’autres individus eux aussi fichés S pour leur « radicalité ».

La police le défère donc à la justice. Le parquet de Nîmes demande l’ouverture d’une information judiciaire pour « apologie publique du terrorisme » et « fabrication de message à caractère terroriste » et réclame son incarcération. Refusé ! Il s’est trouvé un juge des libertés et de la détention pour remettre l’individu en liberté, estimant qu’un placement sous contrôle judiciaire suffirait ! Ce qui devait arriver est arrivé : l’individu a pris la fuite et il est aujourd’hui introuvable… Un mandat d’arrêt a été délivré à son encontre. Le juge des libertés et de la détention, lui, n’a pas été inquiété…

Figaro 30 mars 2016

bernard_lugan

Libye : un gouvernement de dilution de l’Etat – par Bernard Lugan

22/02/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Bernard Lugan)

Dans une Libye disloquée par une guerre de tous contre tous, trois gouvernements s’opposent. A Tobrouk, siège la Chambre des représentants reconnue par la communauté internationale ; à Tripoli est installé le parlement de Salut national sous influence des islamistes d’Abdelhamid Belhadj et des Frères musulmans de Misrata. Quant au Gouvernement d’union nationale constitué le 19 janvier 2016 sous les pressions de l’ONU par le Conseil présidentiel de neuf membres dirigé par Fayez el-Sarraj, il n’est pas parvenu à se faire reconnaître par les Libyens. Composé de plus de trente membres, il a en effet été rejeté par les deux parlements rivaux de Tobrouk et de Tripoli.

Prié de « revoir sa copie », le 14 février, Fayez el-Sarraj a présenté un nouveau gouvernement de 13 membres plus cinq secrétaires d’Etat, dans lequel, en principe, chaque grande faction libyenne est représentée. Cependant, deux des neuf membres du Conseil présidentiel se sont opposés à sa composition. Il s’agit d’Omar lassoued (Omar Al Aswad), représentant de Zenten et d’Ali Kotrani (Ali al Gatrani) de Tobrouk qui reprochent à ce gouvernement de faire la part trop belle aux Frères musulmans de Misrata et aux islamistes de Tripoli.
Lire la suite

ouagadougou

Istanbul, Djakarta, Ouagadougou, la concurrence de la terreur

18/01/2016 – MONDE (NOVOpress)
Si les attentats d’Istanbul et Djakarta sont imputables à l’État islamique, celui de Ouagadougou porte la marque d’Al-Qaeda, qui veut montrer qu’elle a encore des crocs.

Au moins 29 personnes, dont deux Français, ont été tuées au cours d’une attaque à Ouagadougou, revendiquée par Al-Qaeda au Maghreb islamique (AQMI). Vendredi, des assaillants s’étaient mis à tirer dans deux établissements de la capitale du Burkina Faso, avant de faire irruption dans l’hôtel Splendid. L’assaut des forces armées, qui avait débuté à 2 heures du matin, s’est achevé ce samedi en fin de matinée avec le soutien des forces spéciales françaises.
Un scénario similaire à celui des attentats de novembre à Paris : des terroristes entrent dans des lieux publics fréquentés, tirent dans le tas et meurent sous les balles des forces armées.
Après l’attentat d’Istanbul, mardi dernier, qui a fait 10 morts et 17 blessés, attribuée à État islamique (EI) et celui perpétré en Indonésie (deux morts et 20 blessés), jeudi dernier, qui porte aussi la marque de Daesh, celui de Ouagadougou ressemble un peu à la réponse du berger à la bergère.
Al Qaeda, qui en a attribué la responsabilité au groupe Al-Mourabitoune de l’islamiste algérien Mokhtar Belmokhtar, cherchait à frapper la France dans son pré carré africain. Au delà de la cible première, le groupe terroriste en perte de vitesse au Moyen-Orient et en Europe voulait montrer qu’il fallait encore compter avec lui, notamment dans la zone sahélo-saharienne. L’Afrique reste en effet l’un des derniers bastions d’Al Qaeda et le groupe terroriste entend bien marquer sa présence et marquer des points face à son rival de l’État Islamique.

Les deux organisations terroristes partagent les mêmes cibles : « l’occident » et tout ce qui semble se rapprocher de ses valeurs.
Au Burkina Faso, le gouvernement a été nommé il y a trois jours et le nouveau président élu démocratiquement, Roch Marc Christian Kaboré, a pris ses fonctions il y a deux semaines. « C’est une transition politique d’un régime semi-autoritaire vers la démocratie. Cela fait du pays un symbole de progrès, d’avancée. C’est aussi ce genre de symbole que les terroristes veulent détruire », commente Cynthia Ohayon, experte à l’International Crisis Group (ICG) à Dakar.



Lire la suite

zemmour_rtl

Éric Zemmour : « Entre Ryad et Téhéran, ce n’est pas encore la guerre »

05/01/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
L’exécution d’un imam chiite par l’Arabie Saoudite a provoqué des manifestations très hostiles à Téhéran, avec qui Ryad a rompu les relations diplomatiques.

« Ce n’est pas la guerre entre l’Arabie Saoudite et l’Iran. Enfin, pas encore », affirme Éric Zemmour. « L’ambassade saoudienne à Téhéran brûle et Ryad rompt ses relations diplomatiques avec l’Iran, mais ce n’est pas la guerre, pas encore », insiste le journaliste, pour qui la guerre est pourtant « dans les têtes et dans les cœurs : une guerre de mille ans entre chiites et sunnites, une guerre civile au sein de la nation musulmane ». Il explique que si l’Iran est une république et si l’Arabie est une monarchie, « seul le Coran fait loi ».

Pour le journaliste, « la révolution iranienne de 1979 a refait de la religion le moteur politique du monde arabo-musulman ».

Depuis lors, les deux rivaux s’affichent comme le meilleur musulman, le plus cher à Allah, le plus respectueux de son message divin, même quand il s’agit d’occire les infidèles.

Pour Éric Zemmour, Téhéran comme Ryad ont fait de l’islam « un message mondialisé, le seul qui depuis la chute de l’Union soviétique s’oppose à sa version occidentale ».


cheikh_nimr_baqer_al_nimr

L’exécution d’un dignitaire chiite par l’Arabie saoudite provoque une grave crise avec l’Iran

04/01/2016 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

47 prisonniers du régime saoudien sunnite ont été exécutés par balle ou par décapitation, vendredi dernier après la prière. L’Arabie saoudite avance qu’il s’agit de terroristes. Pourtant parmi les exécutés seuls deux étaient membres d’Al-Qaida. De nombreux autres étaient membres de la minorité chiite. Parmi lesquels le cheikh Nimr Baqer al Nimr, condamné à mort pour sédition contre le régime.

Comment le monde chiite a-t-il réagi ?
Des manifestations ont eu lieu à Beyrouth, Ankara, Bagdad, jusqu’au Pakistan et au Cachemire. À Bahreïn, de violents affrontements ont opposé les manifestants et la police. À Téhéran, les manifestants ont pris d’assaut l’ambassade saoudienne samedi soir et l’ont incendiée au cocktail Molotov.

Des responsables chiites se sont également exprimés
Hassan Nasrallah, secrétaire général du Hezbollah, a prévenu « le sang du cheikh Nimr, poursuivra la famille des Saoud dans le monde et dans l’au-delà ». Il a également appelé à la condamnation des Saoud pour leur soutien au terrorisme. Il a insisté sur le combat pacifique du cheikh Nimr et a rappelé la responsabilité du Hezbollah dans l’évitement d’un conflit chiite-sunnite. L’ayatollah Khamenei, guide suprême iranien, a quant à lui averti que la main divine vengerait ce crime.

L’Arabie saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec l’Iran
Le ministre saoudien des Affaires étrangères, Adel al-Jubeir, a annoncé hier la rupture des relations diplomatiques avec l’Iran. Tous les diplomates iraniens ont 48 h pour faire leurs bagages et rentrer à Téhéran. Il accuse le régime de passivité envers les manifestants. Il a également accusé l’Iran d’ingérence dans les affaires du royaume et de créer des cellules terroristes sur le sol saoudien.

Crédit photo : WikiCommons (CC) = cheikh Nimr Baqer al Nimr

victimes yemen

Une organisation demande aux Américains de cesser d’armer l’Arabie saoudite qui bombarde le Yémen

23/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
L’ONG Human Right Watch a appelé les États-Unis à arrêter la vente d’armements à l’Arabie saoudite. Depuis plusieurs mois, l’organisation de défense des droits de l’homme dénonce des violations des lois de la guerre au Yémen. Des civils y sont tués sans distinction par la coalition menée par l’Arabie saoudite et ils seraient près de 2 500 à avoir péri sous les bombes de la coalition d’après l’ONU. D’après Joe Stork, directeur adjoint de HRW pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord :

Fournir plus de bombes aux Saoudiens en ces circonstances est une recette pour provoquer plus de morts de civils pour lesquels les États-Unis seront partiellement responsables.


michael_t._flynn

Michael T. Flynn (DIA) : « Les USA ont délibérément soutenu les islamistes en Syrie »

21/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
Michael T. Flynn, ancien patron de la DIA (Defense Intelligence Agency, renseignement militaire US) explique dans un entretien à Al-Jazeera, que non seulement les USA étaient au courant que les islamistes étaient les principales composantes de la « rébellion » contre Assad en Syrie, mais qu’ils ont encouragé cela en armant ladite rébellion. Il explique aussi que les prisons américaines en Irak étaient conçues comme des incubateurs de terroristes, les mêmes terroristes que l’US Air Force bombarde actuellement.

emir-qatar

Qataris et Saoudiens, amis empoisonnés

17/11/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le gouvernement français a sa part de responsabilité dans les attentats de vendredi
La tragédie qui a eu lieu à Paris ne doit pas nous faire oublier une chose : nos dirigeants ont leur part de responsabilité dans l’affermissement du terrorisme islamique mondial. François Hollande, notre président, a parlé de justice ; mais rendra-t-il justice à lui-même, à ses ministres, et à leurs prédécesseurs ? En effet, les politiques irresponsables consécutives de Nicolas Sarkozy et de François Hollande et leurs amitiés avec le Qatar ou encore l’Arabie saoudite laissent entrevoir une forte part de responsabilité politique de nos dirigeants dans les événements que nous vivons actuellement.

Quel rapport peut-on établir entre les politiques et alliances françaises et les attentats de vendredi dernier ?
L’alliance entre les puissances occidentales et les pétromonarchies du Golfe a pourtant tout à voir avec les attentats de Paris, puisque ces dernières sont, en grande partie, les financiers du terrorisme international. Ainsi, ce sont les Qataris qui a permis à l’Etat islamique de se renforcer, de devenir une puissance régionale et d’avoir la capacité d’envoyer ou de mobiliser des soldats en France.
Le Qatar qui, aux yeux de nos gouvernants, est notre allié, et qui a pignon sur rue dans nos banlieues, et pour l’achat de nos biens immobiliers ou de plusieurs de nos entreprises. En Syrie, c’est l’Arabie saoudite qui finance le groupe Al-Nosra, appelé hypocritement « opposition modérée » par les Occidentaux et la France. Laurent Fabius a ainsi livré des armes à cette filiale d’Al-Qaida, armes qui sont ensuite pour beaucoup tombées dans les mains de l’Etat islamique. Ce même Etat islamique qui, aujourd’hui, nous attaque et a tué au moins 129 de nos concitoyens dans les rues de Paris. Il est temps pour nos dirigeants de prendre leurs responsabilités et de réaliser que les pétromonarchies sont des amies empoisonnées.

Attaques-multiples-a-Paris-au-moins-120-morts-8-terroristes-morts

Face aux attentats islamistes : les 10 mesures prônées par le Bloc Identitaire pour défendre la sécurité et l’identité de la France

16/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)

Face aux terribles attentats qui ont durement frappé notre peuple, l’émotion et la compassion légitimes doivent rapidement voir l’action leur succéder.
Qu’il s’agisse de politique migratoire, de sécurité intérieure, de lutte contre la progression de l’islamisme, ou encore de politique étrangère, le Bloc Identitaire réclame l’application immédiate de 10 mesures d’urgence et de salut public.

1 – Le gel de l’immigration légale.
2 – La lutte accrue contre l’immigration illégale et l’expulsion des clandestins.
3 – Le rétablissement des frontières nationales pour permettre d’empêcher l’entrée de nouveaux djihadistes sur notre sol.
4 – La fermeture administrative des mosquées radicales.
5 – Le gel de toute nouvelle construction de mosquées.
6 – L’interdiction des organisations islamistes (qu’elles soient d’obédience salafiste ou liées aux Frères Musulmans comme l’UOIF).
7 – L’expulsion de tout étranger lié aux réseaux islamistes dans notre pays.
8 – L’application ferme de la déchéance ou du retrait de la nationalité française pour tout binational impliqué dans une entreprise djihadiste, et l’interdiction de territoire.
9 – Un grand plan de désarmement des banlieues et le renforcement des moyens humains et matériels des forces de l’ordre et de l’armée.
10 – La rupture des liens indécents entretenus par l’État français avec des pays liés au financement du djihadisme.

Nous sommes bien loin de la politique menée hier par Nicolas Sarkozy, lequel a laissé entrer un million d’immigrés en cinq ans, a invité les islamistes de l’UOIF à la table de la République et a renforcé les liens de la France avec le Qatar. Nous sommes tout aussi loin de la politique menée aujourd’hui par François Hollande, lequel a appuyé les groupes islamistes en Syrie, a ouvert grand notre pays à la déferlante de l’immigration clandestine, et a démontré toute sa faiblesse face à la menace islamiste avec les ridicules épisodes des numéros verts.
Ceux-là seront jugés durement par l’histoire.
Seule l’application ferme et décidée de ces 10 mesures peut permettre de défendre l’identité et la sécurité de la France et des Français.

Etat islamique perd la ville stratégique de Tal Abyad en Syrie le monde 16juin

Le fiasco syrien

09/11/2015 – MONDE (NOVOpress)
Depuis plusieurs années, pour ne pas dire quelques décennies, la voix de la France est inaudible sur la scène internationale. Muselée par sa soumission aux volontés de Washington, Paris perd lentement mais sûrement son influence passée. Le fiasco syrien en est un bon exemple.

La Syrie était un pays stable avant que les Occidentaux ne décident au nom d’une moralité dévoyée de plonger cette nation dans une effroyable guerre civile, communautaire et religieuse. Le régime laïc baasiste réussissait, malgré ce qu’en disent ses détracteurs actuels, à faire vivre ensemble des communautés très différentes les unes des autres.
Dans un pays à majorité musulmane, il réalisait la prouesse d’assurer les mêmes droits à tous les citoyens syriens quelque soit leur confession. Avec l’Irak de Saddam Hussein, c’était la nation proche orientale dans laquelle les chrétiens pouvaient vivre leur foi dans la plus grande sécurité. Le grand malheur du régime de Bachar El-Assad fut d’être un allié inconditionnel de l’Iran face à l’Arabie saoudite et de préférer la Russie de Poutine à l’Amérique de Bush et d’Obama.
Depuis la Guerre froide, la Syrie fut un point d’appui pour l’ancienne Union soviétique et ce rapport privilégié entre Damas et Moscou ne s’est jamais effrité avec le temps. Désormais, la Russie, pour défendre ses intérêts, intervient énergiquement contre les islamistes en Syrie et les Occidentaux ont fait mine, pendant quelques jours, d’être scandalisés par les actions militaires russes !
Ceci démontre une incapacité chronique à ne pas voir le monde tel qu’il est.
Lire la suite

xavier_raufer_2

Xavier Raufer sur l’islamodélinquance : «c’est dans cette population là que se trouvent les bombes humaines qui sont capables de tuer à la minute»

25/10/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Xavier Raufer est un criminologue reconnu depuis de nombreuses années, aussi, quand il parle de l’explosion de la délinquance et en particulier de l’islamodélinquance, il mérite d’être écouté. Son expérience et son expertise rendent son propos d’autant plus inquiétant. L’entretien qu’il a donné à Boulevard Voltaire mérite le détour.

Interrogé au sujet des nouveaux outils de mesure de la délinquance proposés par le gouvernement, Xavier Raufer répond :

On est dans la communication et dans le pipeau. Ce qui compte, c’est l’aggravation réelle des crimes réels […] ceux que ça affecte le plus gravement c’est ce qu’on appelle la France périphérique […] c’est 58 % de la population. […] Vous allez sur le site d’un journal de province et vous regardez les faits divers. Et là, vous allez voir, stupéfait, 5000 vues, 6000 vues, vous imaginez le nombre de personnes que ça choque, que ça inquiète ou que ça traumatise. Là, je peux vous dire […] vous avez une poche de grisou qui est en train de gonfler et un jour, il y aura une explosion.

Parlant du terrorisme, le criminologue point du doigt les islamodélinquants

Il n’y a plus de terroristes, il n’y a plus de criminels, il y a le deux en même temps. Depuis Mohamed Merah en 2012, tous ceux en France qui ont tué sont des hybrides.
c’est dans cette population-là que se trouvent les bombes humaines qui sont capables de tuer à la minute.


bernard_lugan

Allons-nous intervenir en Libye au profit d’Al Qaïda et des Frères musulmans ?

Source : Blog de Bernard Lugan
En Libye, près de 300 kilomètres de littoral sont aux mains d’un Etat islamique que rien ne semble pouvoir arrêter. A partir de cette fenêtre sur la Méditerranée, des terroristes mêlés aux clandestins rebaptisés « migrants » s’infiltrent en Europe. Contrairement aux annonces de la presse internationale, les efforts désespérés de M. Bernardino Leon, Emissaire des Nations unies pour la Libye, et qui, depuis plus d’un an, cherche à obtenir un accord inter-Libyen, n’ont pas débouché sur une solution politico-militaire viable.

Face à cette situation plus que périlleuse pour notre sécurité, une opération militaire serait donc envisagée. Or, celle à laquelle pensent nos diplomates aurait pour résultat de donner le pouvoir à des islamistes aussi dangereux que ceux de l’Etat islamique… Comme en Syrie où, si le président Poutine n’avait pas sifflé la fin de la récréation, le Quai d’Orsay voulait faire remplacer le président Assad par de « gentils démocrates » salafistes. En Libye, ce serait au profit des Frères musulmans et d’Al-Qaïda (ou de ses diverticules) que nos forces pourraient être engagées. Comme elles le furent hier à l’avantage des musulmans de Bosnie et du Kosovo…

L’idée française serait en effet de miser sur la cité-Etat de Misrata, fief des Frères musulmans et base avancée turque en Libye. Ses milices [1] sont certes parmi les plus opérationnelles du pays, mais elles sont détestées par la plupart des tribus de Tripolitaine et de Cyrénaïque. Intervenir en appui de Misrata permettrait peut-être de freiner les forces de l’Etat islamique, mais en nous aliénant les vraies forces vives du pays.
Ce plan envisagerait également un renforcement de la coopération avec les islamistes de Tripoli qui reçoivent actuellement des renforts jihadistes acheminés par voie aérienne depuis la Turquie. Comme si, pressé en Syrie par la Russie, le président Erdogan voulait ouvrir un second front en Libye.

Or, et il importe de ne pas perdre de vue deux éléments essentiels :

1) Comme notre ami-client égyptien est en guerre contre les Frères musulmans d’Egypte, l’arrivée au pouvoir de cette organisation en Libye ferait courir un danger mortel au régime du général Sissi.

2) Aucune intervention franco-européenne ne peut se faire sans, au moins, la neutralité de l’Algérie. Or, qui commande à Alger ? Les clans qui guettent la mort du président Bouteflika pour s’emparer du pouvoir ont en effet des positions contradictoires à ce sujet. Certains sont farouchement opposés à toute intervention étrangère, d’autres l’accepteraient sous certaines conditions, cependant que ceux qui espèrent obtenir le soutien des islamistes feront tout pour torpiller une opération franco-européenne.

Lire la suite

bombardement_yemen

Yémen : le conflit s’éternise dans l’indifférence générale

01/10/2015 – MONDE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Cela fait plus d’un an que le Yémen est déchiré par une violente guerre civile, opposant le gouvernement sunnite d’Abd Rabo Mansour Hadi aux factions rebelles chiites d’Abdul-Malik al-Houthi.
La conquête progressive du Nord-Ouest du Yémen — et donc le contrôle de la capitale Sanaa — par ces dernières a d’abord contraint le gouvernement à l’exil en Arabie voisine, avant qu’il ne puisse s’installer récemment à Aden.

Ce conflit régional revêt en réalité une importance stratégique )
Au-delà de l’affrontement, si l’on peut dire classique entre sunnites et chiites, cette guerre est le théâtre miniature des affrontements déchirant actuellement le globe. Le gouvernement renversé est soutenu par une vaste coalition sunnite regroupant l’Égypte, le Maroc le Qatar, et l’Arabie saoudite.
Cette dernière s’est même lancée dans une invasion directe du pays. Elle s’oppose aux rebelles chiites, ayant pour alliés l’Iran et la Russie. La très forte activité d’Al-Qaida dans la région n’arrange guère les choses, puisque celle-ci contrôle désormais des pans entiers du territoire. Ici comme ailleurs, les Occidentaux ont choisi de soutenir les sunnites.

victimes yemen

Victimes des bombardements au Yemen

La situation ne s’améliore pas… )
Non, et la guerre semble devenir de plus en plus incontrôlable. Pour ne prendre que le dernier exemple en date, du 28 septembre dernier — qui s’avère également être le plus meurtrier depuis le début –, la coalition sunnite a bombardé… la fête de mariage d’un homme affilié aux factions rebelles, en plein désert. Bilan : cent trente et un morts, dont une majorité de femmes et d’enfants.

Il est assez étonnant que les médias, d’habitude si prompte à dénoncer les atteintes aux droits de l’homme, se désintéressent de ce conflit. )
Sûrement trop occupés à dénoncer les exactions de Bachard El-Assad et à gloser sur la Zemmourisation de la France, nos médias traditionnels ne trouvent pas le temps de parler de cette tragédie. À moins que la soumission au grand frère américain n’y soit pour quelque chose…

victimes yemen 2

Enfant victime des derniers bombardements saoudiens au Yemen


 

 

Nasser-al-Wahishi

Le leader d’Al-Qaïda au Yémen tué par une frappe américaine

16/06/2015 – YEMEN (NOVOpress)
La mort du chef d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (Aqpa) a été confirmée. Nasser al-Wahishi aurait été tué par une frappe américaine au Yémen, une information confirmée dans une vidéo de l’organisation islamiste ce mardi matin.

La mort de Nasser al-Wahishi représente un sérieux revers pour Al-Qaïda au Yémen, mouvement qui a revendiqué l’attentat contre Charlie Hebdo en janvier. Lors d’une réunion des hauts dirigeants du réseau islamiste, un nouveau chef a été nommé. Il s’agit de Qassem al-Rimi, responsable militaire d’Aqpa.

Le journaliste Wassim Nasr rappelle ainsi que les quatre plus hauts commandants d’Aqpa ont été tués par des frappes de drones ces derniers mois. Toutefois, il se demande si ces assassinats ne vont ouvrir un boulevard à l’État Islamique au Yémen ?


emir_qatar

Le Qatar, grand argentier du terrorisme islamique

09/06/2015 – MONDE (NOVOpress)
Florian Philippot n’a pas de souci à se faire dans son éventuel procès contre le Qatar. C’est une agence officielle américaine qui livre dans un Nième rapport les preuves du financement de mouvements terroristes par le Qatar.

Péché par action, péché par omission, c’est en substance ce que révèle le rapport du « Congressional Research Service » à propos du financement de mouvements terroristes par le Qatar.
Cette agence, dépendante du Congrès des Etats-Unis pointe ainsi du doigt le

manque de vigilance du Qatar vis-à-vis du financement des activités terroristes.

si l’Emirat dispose d’un cadre juridique approprié pour identifier et empecher les mouvements financiers vers des entité terroristes,

l’application effective de la lutte contre le blanchiment d’argent en faveur du terrorisme fait défaut

Mieux, certains personnalités sont pointées du doigt dans des opérations de financement du terrorisme et notamment d’Al-Qaïda. Le rapport cite nommément Salim Hassan Khalifa Rashid al Kuwari et Abdallah Ghanem Mafuz Muslim al-Khawar comme généreux donateurs de la cause du djihad. Rashid al Kuwari est apparenté à l’ancien ambassadeur du Qatar en France, maintenant en poste à Washington.

Des preuves à la pelle
Le document vient appuyer une pléthore d’autres rapports, dont celui publié en septembre 2014, par le Trésor américain. On y découvrait le nom de grands argentiers des mouvements fondamentalistes, dont l’État islamique ou le Front Al-Nosra.
En décembre 2013, Abderrahman Bin Umayr Al Nuaymi, un qatarien, militant des droits de l’homme et président d’Al KaramaFoundation , basée en Suisse, est désigné comme un Global Terrorist, agissant pour le compte d’Al-Qaïda. D’autres bailleurs de fonds, comme Salim Hassan Khalifa Rashid al Kuwari et Abdallah GhanemMafuzMuslim al-Khawar, des personnages vivant au Qatar ont été signalés par les agents américains.
Les pays occidentaux financent eux-même indirectement des groupes terroristes par l’intermédiaire du Qatar. En effet, ce pays joue souvent le role d’intermédiaire pour la libération d’otages en payant les rançons aux organisations terroristes. Mais chut ! La France ne négocie pas avec les terroristes. Ce n’est que par méchanceté que New York Times nous pointe du doigt comme le pays qui verse le plus de rançons pour libérer ses otages.

Lire la suite

al2

Al-Qaida au Yemen revendique l’attentat contre Charlie Hebdo

14/01/2015 – YEMEN (NOVOpress)
Dans une vidéo mise en ligne, mercredi 14 janvier, Al-Qaida au Yémen (AQPA) revendique l’attaque contre « Charlie Hebdo ». « Des héros ont été recrutés et ils ont agi », déclare Asser Ben Ali Al-Anassi dans la vidéo mise en ligne sur un site islamiste.

Dans cette vidéo qui dure un peu moins de 12 minutes, Asser Ben Ali Al-Anassi apparaît sur fond noir et devant un écran vidéo où sont diffusées outre des images du drapeau de l’organisation, de manifestations et des images d’actualité relatant l’attentat ainsi que des photos des deux frères Kouachi.