Tag Archives: agressions de masse

pologne

« Viol islamique de l’Europe » : la couverture politiquement incorrecte d’un magazine polonais

Source : OJIM

La couverture de l’hebdomadaire polonais wSieci paru le 15 février dernier en a fait bondir plus d’un : une femme blanche et blonde vêtue d’un drapeau européen en guise de robe, avec des mains basanées, probablement nord-africaines ou moyen-orientales, l’attrapant par les cheveux, les poignets, les hanches et le décolleté.

En titre : « Viol islamique de l’Europe » avec, en sous-titre, « Notre rapport : ce que les médias et les élites bruxelloises cachent aux citoyens de l’Union ». Cette couverture renvoie à deux articles : « L’enfer de l’Europe », d’Aleksandra Rybińska, et « L’Europe veut-elle se suicider ? », de Bronisław Wildstein. Il s’agit de deux journalistes conservateurs, aux vues plutôt proches du parti Droit et Justice (PiS) de Kaczyński, actuellement au pouvoir, qui publient régulièrement dans cette revue conservatrice et globalement plutôt favorable au PiS. wSieci (un nom qui signifie « Dans le réseau », écrit en un seul mot) est un hebdomadaire jeune, qui a fait son apparition en 2012. En décembre 2015, il s’est vendu en moyenne à plus de 84 000 exemplaires, ce qui en fait le quatrième hebdomadaire d’actualité en Pologne (le numéro 1 des hebdomadaires d’actualité s’est vendu le même mois à 142000 exemplaires en moyenne). Il a été créé par un groupe de journalistes conservateurs qui ont aussi développé un des plus grands sites d’information de droite en Pologne : wPolityce.pl. Cet hebdomadaire est un habitué des couvertures « chocs » ou « polémiques ».
Lire la suite

8554-Chard

Cologne : poursuivre les policiers qui ont parlé !

25/02/2016 – EUROPE (Présent 8554)

L’un des volets de l’enquête sur les agressions sexuelles massives de Cologne vise désormais… les policiers qui ont parlé. Ceux qui ont révélé les faits. L’urgence est en effet de les retrouver et de les sanctionner alors que l’immense majorité des agresseurs coule actuellement des jours tranquilles.
8554_Une
Melanie Dittmer responsable de PEGIDA Cologne avait déclaré à Présent dès le 23 janvier dernier que « quelques policiers pas si soumis aux autorités et ayant un reste d’honneur ont fini par reconnaître comment cela s’était vraiment passé à la grande gare de Cologne ». Selon des informations du Süddeutsche Zeitung, la police de Cologne a ouvert plusieurs enquêtes contre des policiers fédéraux pour « violation du secret professionnel ». On leur reproche d’avoir dévoilé sur les réseaux sociaux la nature et l’ampleur des émeutes sexuelles de la nuit du Réveillon ainsi que l’origine des agresseurs. Tellement politiquement incorrect que les autorités, la hiérarchie policière et les médias avaient décidé de le cacher…

C’est le 4 janvier qu’un premier policier fédéral a raconté ce qu’il avait vu. Sans respecter l’omerta ni le mensonge obligatoire sur la nationalité des assaillants, il a décrit la foule d’immigrés à majorité arabo-musulmans fondant sur les femmes allemandes pour se livrer sur elles à des attouchements et à des vols en série.

Si l’enquête contre les policiers démarre fort, l’enquête sur les agressions sexuelles qui a commencé par le déni et la dissimulation elle, s’est évidemment complètement embourbée. Une poignée d’arrestations tardives et au compte-gouttes (les témoins avaient parlé d’un millier d’agresseurs et de complices). Et une première condamnation de la justice allemande tombée mercredi à Cologne : Six mois de prison avec sursis (c’est-à-dire rien) pour un jeune Marocain qui avait arraché un appareil photo.

Aucun des rares procès en cours ne concerne les délits sexuels. Le nouveau dirigeant de la police de Cologne, Jürgen Mathies, a d’ailleurs précisé que la plupart des agresseurs sexuels ne seraient sans doute jamais interpellés « étant donné la piètre qualité des images de vidéosurveillance prises ce soir-là » et la « difficulté de donner suite aux témoignages ». Et les scandaleuses manœuvres policières et politiques immédiates pour qu’ils ne soient jamais identifiés peut-être un peu aussi, non ?

Caroline Parmentier

arrestation_clandestin_agressions_cologne

Agressions sexuelles de Cologne : La police Allemande redouble d’efforts pour arrêter les responsables… des fuites dans la presse

24/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

La police de Cologne a lancé une nouvelle enquête sur les fuites d’informations vers la presse des agressions sexuelles dissimulées par les autorités.
Alors qu’au lendemain de ces agressions, les forces de police avaient déclaré que la nuit s’était bien passée, puis avait tenté de minimiser le rôle des immigrés dans la vague de violences sexuelles du Nouvel An, des fuites — comprenant un document interne secret détaillant l’ampleur des crimes et une interview d’un officier supérieur — avaient révélé comment la police avait reçu des centaines d’appels dans la nuit et son impuissance à y faire face.
Lire la suite

viols_cologne_dessin

Viols de Cologne : la désinformation continue

Source : OJIM
Un mois et demi après les agressions sexuelles de masse commises à Cologne et dans d’autres villes d’Allemagne le soir du Nouvel An, la désinformation continue.

Dernièrement, une information erronée a circulé dans les médias belges et même outre-Manche. Se basant sur un article de l’Allemand Die Welt, qui rapportait les propos d’Ulrich Bremer, porte-parole du procureur de Cologne, ces médias ont indiqué que seuls trois réfugiés (sur 73 personnes interpellées) figuraient parmi les agresseurs de la Saint-Sylvestre.

En Belgique, la RTBF et RTL TVi ont tous deux rapporté que « les chiffres qui avaient circulé sur le nombre supposé de migrants ayant pris part aux agressions de la nuit de la Saint-Sylvestre à Cologne ne sont pas corrects. Il n’y aurait que 3 migrants récents parmi les agresseurs ». En Angleterre, c’est The Independant qui, plus tôt dans la journée, citait le même article de Die Welt pour affirmer que, d’après Ulrich Bremer, il n’y aurait que trois demandeurs d’asile parmi les accusés.
Lire la suite

8544-Chard

Terrorisme sexuel

11/02/2016 – EUROPE (Présent 8544)

Les plaintes pour motifs sexuels ont été multipliées par quatre cette année lors du carnaval de Cologne, a annoncé mercredi la police de la ville. Mais peut-être est-ce par dix ou par cinquante, si l’on se réfère aux méthodes de dissimulation et de mensonge de la police allemande après les émeutes sexuelles massives de la nuit du 31 décembre dans la même ville.
8544_Une
Ce qui filtre aujourd’hui c’est que malgré l’exceptionnelle présence policière, malgré les caméras, les projecteurs géants, les parcs « sombres » fermés, les « points sécurité » pour que les femmes s’y réfugient en urgence (c’est qui les « réfugiés » ?) le carnaval de Cologne 2016 a été marqué par une forte augmentation du nombre d’agressions sexuelles et d’insultes à l’égard des femmes. 66 plaintes pour insultes et agressions sexuelles ont été déposées, contre 18 l’an dernier, selon un communiqué officiel. L’ampleur de cette augmentation a été largement relativisée au passage par la police : « L’une des explications possibles, c’est que les victimes portent davantage plainte qu’avant. »
En somme ce sont les plaintes qui ont augmenté, pas les agressions sexuelles ! Et l’autre des explications possibles ?

En Autriche, la mère du petit garçon de 10 ans violé par un migrant irakien a affirmé « regretter d’avoir inculqué à ses enfants d’être accueillants avec les réfugiés ». Les faits s’étaient déroulés le 2 décembre dernier, dans la piscine de Theresienbad à Vienne. Un sauveteur travaillant dans l’établissement a immédiatement appelé une ambulance après avoir découvert l’enfant blessé et en pleurs. Pendant ce temps, son violeur, un demandeur d’asile venant d’Irak, continuait tranquillement de s’amuser dans l’eau en sautant du plongeoir de la piscine.

En Autriche toujours, un demandeur d’asile gambien est accusé d’avoir assassiné une jeune Américaine de 25 ans qui l’avait aidé et accueilli chez elle. L’homme a été interpellé vendredi en Suisse.

En Norvège, plusieurs agressions sexuelles contre des migrants mineurs par d’autres migrants ont été recensées dans plusieurs localités du pays. Un phénomène passé sous silence par les autorités. Le 6 janvier dernier, un viol commis sur un enfant de trois ans à Stavanger dans un centre de réfugiés a provoqué l’effroi dans le pays.
L’un des costumes les plus tendance de ces Carnavals 2016 pourrait bien être la ceinture d’explosifs islamique. Quatre ceintures explosives ont été découvertes à la frontière syrienne par les soldats turcs dans les bagages d’un groupe de migrants dans le sud-est de la Turquie, que du coup on désigne sous le nom de « suspects » pour le PADAMALGAM. Le groupe était composé de 34 personnes, quatre hommes, dix femmes et vingt enfants… Entre 12 et 15 kg d’explosifs et quatre ceintures susceptibles d’être utilisées dans des attentats suicides ont été découverts dans leurs sacs. 30 000 civils syriens qui n’attendent que de pouvoir « migrer », sont depuis plusieurs jours massés à la frontière.

Le tout dans un silence assourdissant des gros médias dont l’intox chaque jour confrontée à la multiplication des faits ne semble jamais devoir faiblir.

Caroline Parmentier

erdogan_daesh_carnaval_ok

Allemagne : les défilés de carnaval menacés par la censure

10/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Plusieurs enquêtes pour incitation à la haine raciale de la justice allemande contre des défilés de carnaval. Les Allemands résistent encore à la censure du politiquement correct, comme le montre ce florilège de chars de carnaval.

Alors que l’année dernière plusieurs chars se moquaient ouvertement du politiquement correct comme ici à Dusserdorf où des barbus proclamaient comme les 3 singes que le « terrorisme n’a rien à voir avec la religion », le ton a bien changé cette année et la répression arrive en force sur une période où la liberté totale était encore la règle il y a un an.

À Solingen, une ville de Rhénanie, un char de carnaval représentant un u-boot N° U -96 (le même rendu célèbre par le film Das Boot), portant sur le côté ce message sans équivoque, « Ils doivent se battre pour leur patrie au lieu de toucher nos femmes » — une référence directe aux agressions sexuelles massives menées par des immigrants illégaux depuis leur arrivée en Allemagne durant 2015.

Dans la ville de Ilmtal, dans leThuringe, un char transformé en tank de la Seconde Guerre mondiale portait le message Ilmtaker Asylabwehr (« défense d‘Ilmtal contre les demandeurs d’asile ») sur un côté et « Package Asile III » sur l’autre en référence au « nouveau plan » du gouvernement d’Angela Merkel qui tente d’endiguer cette arrivée incontrôlée d‘immigrants.

À Düsseldorf un char du carnaval représentait le président turc Erdogan trinquant avec un combattant de l’État islamique (IS) pour fêter leur alliance contre les Kurdes, au moment où l’Union Européenne va débloquer des milliards pour financer la Turquie dans sa lutte contre l’EI.

À Wasungen nous avons le « Balkan Express », en référence aux milliers d’immigrants qui ont débarqué cet été dans la gare de Munich avec devant le message Die Plage kommt « : “la peste arrive” entouré de fêtards déguisés en sauterelles comme dans la Bible.

carnaval_cologne

Carnaval de Cologne : 400 plaintes, dont 35 pour agressions sexuelles

09/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Malgré les mesures de sécurité renforcées, le carnaval de Cologne a vu le nombre des agressions se multiplier par huit et par près de 2,5 pour les agressions sexuelles.

Le message se veut rassurant, mais s’effondre face à la réalité des chiffres : selon la police, le carnaval traditionnel de Cologne se tient dans une « ambiance plus calme que l’année dernière ». Cependant, à la date du 7 février, plus de 400 personnes avaient déjà porté plainte à la police, contre en moyenne une cinquantaine les années précédentes, soit 8 fois plus.
Si la plupart de ces plaintes concernent des vols à la tire et des blessures, les services de l’ordre ont également enregistré 35 cas de violences sexuelles à date du 7 février. La première journée, la police a enregistré 22 plaintes, contre 9 l’an passé, soit près de 2,5 fois plus d’agressions sexuelles sur cette seule première journée.
Le carnaval, qui a débuté le 4 février, doit se poursuivre jusqu’à demain, mercredi des Cendres. Si les festivités n’ont pas connu d’agressions sexuelles massives similaires à celles du Nouvel An, la hausse importante des plaintes vient tout de même doucher l’enthousiasme officiel.


violee_par_des_clandestins_irakiens

Jeune fille de 17 ans violée à Ostende par cinq demandeurs d’asile irakiens

05/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)

Le crime date de novembre, mais c’est seulement aujourd’hui qu’il est rendu public. À Ostende, une jeune fille de 17 ans a été abusée sexuellement par plusieurs agresseurs, dont cinq Irakiens demandeurs d’asile après avoir été séquestrée et assommée, ce qui a lui entraîné une perte de mémoire de plusieurs jours.
Les criminels ont été retrouvés par hasard quand la police a découvert une vidéo sordide sur le téléphone portable d’un jeune arrêté pour une autre affaire : accompagné de six autres garçons, on le voit abuser une fille apparemment inconsciente. Les auteurs de ce viol collectif rient, dansent et chantent en arabe, précise Het Laatste News.
Lors de leur interrogatoire, tous nièrent les faits, considérant parfois, comme le précise à nouveau Het Laatste News, qu’un viol collectif était une chose tout à fait normale ailleurs dans le monde. Selon l’un des auteurs de faits, elle ne devrait de toute façon pas se plaindre, « parce que les femmes ont seulement besoin d’écouter les hommes ».

De son côté Johan Vande Lanotte, le bourgmestre socialiste de la ville d’Ostende, craint surtout que la population ne fasse des généralités : » Quand un Belge commet un viol, on ne dit pas que tous les Belges sont des violeurs… Certains nouveaux arrivants ont une image de la femme qui est problématique. »
Le bourgmestre a raison, il ne faut pas faire d’amalgame. Tous les violeurs ne sont pas des clandestins, tant s’en faut. Ainsi, à Toulouse deux jeunes femmes, âgées de 19 et 20 ans, ont-elles été violées, pendant des heures et à de nombreuses reprises, par une dizaine d’hommes âgés de 18 à 27 ans et appartenant à la « communauté des gens du voyage », comme on désigne les Roms. Plus d’une centaine de policiers ont été mobilisés le 3 février pour aller les interpeller à Toulouse et à Oloron-Sainte-Marie, près de Pau (Pyrénées-Atlantiques). L’ADN des bourreaux présumés a été prélevé, afin d’être comparé à ceux relevés sur les victimes.



Ostende : une fille de 17 ans aurait &#233 ;t &#233 ; abus &#233 ;e par des r &#233 ;fugi &#233 ;s irakiens en novembre

sauli_niinisto_

Crise migratoire : « une menace pour les valeurs occidentales », selon le président finlandais

05/02/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Les dirigeants européens se réveillent les uns après les autres sous le choc de l’invasion migratoire. Après Vaclas Klaus ou Victor Orban qui pointent le danger pour l’identité européenne, la Suède ou le Danemark qui durcissent leurs politiques d’asile, c’est le président finlandais qui dénonce la « menace pour les valeurs occidentales » que constitue la « crise migratoire ».

Sauli Niinisto, le président finlandais, met les pieds dans le plat. Il a dénoncé lors d’une intervention au parlement le manque d’action de l’Union européenne face à la crise migratoire qui devient, à son avis, « une menace pour les valeurs occidentales ».
L’Europe, la Finlande et la manière de penser occidentale, ainsi que nos valeurs ont été remises en cause par cette crise des migrants
a-t-il déclaré.
Dans le collimateur de Niinisto figurent en bonne place les Conventions de Genève qui, d’après lui, permettent à trop de gens de demander l’asile alors qu’ils n’en ont pas besoin. « Il faut qu’on se demande ce qu’on va choisir. Protéger les valeurs occidentales, son peuple et les gens qui sont en vrai danger ou s’en tenir à la lettre de nos obligations internationales sans prendre en considération les circonstances »,
« Nous devons aider ceux qui sont persécutés, mais nous ne pouvons rien faire pour les migrants qui cherchent une vie meilleure en Europe », a ajouté le chef de l’État finlandais.

Face aux 30 000 demandeurs d’asile accueilli en 2015, le pays s’estime d’autant plus débordé que cet afflux ne s’est pas fait sans heurts. Ainsi, les agressions sexuelles du Nouvel An par des clandestins ont aussi touché le pays et les Finlandais s’organisent afin de se protéger contre les migrants. L’un de ces groupes des défense, Les Soldats d’Odin, a été fondé dans le nord du pays à proximité d’un point de passage des migrants.

onfray_sur_bhl

Michel Onfray : nous vivons déjà sous le régime de la soumission

05/02/2016 – CULTURE ([NOVOpress avec le bulletin de réinformation]

À la veille de la parution de son livre « Penser l’islam » en Italie, Michel Onfray a accordé un entretien au Corriere della Sera. Alors que le journaliste lui demande quelle a été sa réaction aux agressions sexuelles du 31 décembre, à Cologne, il répond « Je trouve sidérant que notre élite journalistique et mondaine, intellectuelle et parisienne, si prompte à traiter de sexiste quiconque refuse d’écrire professeure ou auteure, n’ait rien à dire au viol de centaines de femmes par des hordes d’émigrés ou d’immigrants, comme on ne dit plus, car le politiquement correct impose migrants ».
Il ajoute encore :

La France a renoncé à l’intelligence et à la raison, à la lucidité et à l’esprit critique. Houellebecq a raison : nous vivons déjà sous le régime de la soumission.

mere_de_la_jeune_russe_violee

La Russie accuse l’Allemagne de cacher le viol d’une enfant de 13 ans par des clandestins

29/01/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Sources:TV 1 / BBC

Le viol présumé d’une jeune fille russe de 13 ans à Berlin, par des demandeurs d’asile, a provoqué de fortes réactions de l’importante communauté russe d’Allemagne.
Mais le scandale a été déclenché par la machine de propagande médiatique russe avec l’appui du Kremlin. Des milliers de russophones sont descendus dans les rues dans toute l’Allemagne ce week-end pour protester contre ce qu’ils pensent être une dissimulation de la police. « Nos enfants sont en danger, » peut-on lire sur une pancarte, « Touche pas à mon enfant, » sur une autre.

700 manifestants se sont rassemblés devant la chancellerie samedi dernier et d’autres manifestations ont eu lieu devant des foyers de demandeurs d’asile à Berlin et dans le sud de l’Allemagne.
Les manifestants étaient en colère après que la télévision russe Channel One ait signalé qu’une enfant russe de 13 ans avait été enlevée sur le chemin de l’école et violée par les demandeurs d’asile « d’origine arabe ».
Mais la police allemande a indiqué qu’après un interrogatoire et des examens, il était clair que Lisa F. n’avait pas été enlevée et violée. Les rapports sexuels n’avaient pas été forcés a expliqué la police.
Cependant vu l’âge de la jeune fille, seulement 13 ans, le procureur va poursuivre deux hommes pour maltraitance sur enfant. L’âge du consentement sexuel en Allemagne est de 14 ans et des relations sexuelles avec un enfant mineur sont considérées techniquement comme un viol, mais si la force n’est pas utilisée cela sera généralement classé comme de la simple maltraitance.

Le 11 janvier, Lisa F. a été portée disparue par sa famille auprès de la police. Elle est réapparue le lendemain. Mais une interview télévisée donnée par la tante supposée de la jeune fille a laissé entendre que la jeune fille avait été violée par plusieurs hommes pendant les 30 heures de sa disparition. Cette intervention s’est répandue sur les réseaux sociaux et a été vue plus d’un million de fois sur Facebook.
L’Avocat allemand Martin Luithle a déposé plainte à la police pour incitation à la haine raciale contre le journaliste russe qui a lancé cette histoire, Ivan Blagoy.
L’affaire a été reprise avec enthousiasme par les extrémistes de droite pour discriminer encore plus les migrants qui est récemment devenu un sujet explosif en Allemagne.
Lire la suite

refugies_allemagne

L’Allemagne s’autorise enfin à expulser certains envahisseurs gênants

28/01/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Un projet de loi visant à l’expulsion de délinquants étrangers a été voté hier en Allemagne. Le gouvernement indique que « Le projet prévoit que les délinquants étrangers peuvent être reconduits lorsqu’ils sont condamnés à une peine de prison indépendamment du fait qu’elle soit avec sursis ou non ». Ainsi, une personne dite réfugiée peut se voir privée de sa carte de réfugié si elle commet une faute grave. Par exemple, les agressions sexuelles ou autres violences, les vols à répétition.

arrestation_clandestin_agressions_cologne

« Des bandes criminelles d’origine immigrée » ! Mais qui a osé écrire ça ?

Source : Atlantico
Vous ne devinerez jamais. Mais nous sommes là pour vous aider.

C’était peut-être dans Rivarol ou Minute ? Non. Dans Valeurs Actuelles ? Non plus. Dans le bulletin municipal de Béziers, la ville dont Robert Ménard est le maire ? Pas du tout. Alors où ? Dans Libération !! Il m’en a coûté 2,70 € pour le découvrir. Et pour une fois, je n’ai pas regretté la dépense.

Il s’agissait encore et toujours des agressions sexuelles de Cologne. Mais là, ni répétition, ni lassitude : du jamais lu ! Le journal a voulu savoir, c’est louable, qui était vraiment les brutes en rut qui se sont ruées sur de jeunes Allemandes le soir de la Saint Sylvestre. D’après l’envoyée spéciale de Libération, les policiers allemands sont convaincus que les agresseurs étaient liés « aux bandes criminelles originaires du Maroc et d’Algérie, particulièrement actives à Düsseldorf ». « Criminels originaires du Maroc et d’Algérie » ?
Non, non, on ne rêve pas.
Lire la suite

caroline_de_haas

La dhimmi du jour est Caroline de Haas, qui ne supporte pas qu’on dénonce les agressions sexuelles contre les Allemandes

25/01/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
La féministe en carton-pâte Caroline de Haas considère visiblement que le sort des femmes violées et agressées sexuellement est moins grave que la dénonciation de ces mêmes faits.

Pour Caroline de Haas, ne pas « stigmatiser » les brutes venues d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient vaut bien de passer sous silence les mille et quelques agressions sexuelles et viols dont ont été victimes les femmes allemandes. Reconnaissons à cette féministe dhimmi une certaine constance dans le propos, elle qui parlait de « merde raciste » pour parler de ceux qui faisaient le lien entre les « migrants » et les agressions de masse qu’ils avaient commises.

Accessoirement, pour quelqu’un dont l’insulte principale est « facho », le réflexe si typiquement collabo d’aller dénoncer son voisin à la Gestapo, ça fait un peu tâche, Mme Hass…

Où l’on constate – on s’en doutait un tout petit peu — que finalement, son féminisme en carton-pâte n’est que le cache-sexe de sa volonté de lutter contre l’identité française et européenne… d’où complaisance sans limite pour nos chers « migrants ».
Heureusement, sa bêtise la rend relativement peu dangereuse, à l’instar de sa consœur Clémentine Hautain, qui comparait les viols de masse de 1945 aux événements du réveillon à Cologne. Quand on sait qu’en 1945, c’est avant tout l’armée rouge, porteuse d’une idéologie dont elle se réclame peu ou prou qui ont commis ces viols, cela prête à sourire…

Reste bien sûr que ces « féministes » ont un accès aux médias de propagande inversement proportionnel à leur représentativité et à leur intelligence…

Charles Dewotine

Crédit photo : Parti socialiste via Flickr (CC) = Caroline de Haas


Lire la suite

8528-Chard

Forces de l’ordre, 90 agressions par jour

20/01/2016 – FRANCE (Présent 8528)

Plus de 30 000 agressions par an contre les forces de l’ordre. Un chiffre jamais atteint qui évoque en effet celui d’un pays en guerre. 32 964 faits de « violences à dépositaires de l’autorité » ont été signalés en 2015 d’après les chiffres (officiels) du ministère de l’Intérieur. Soit 90 agressions par jour contre les gendarmes et les policiers. Une violence en hausse par rapport à 2014 et multipliée par trois depuis 2012.
8528present
Le secrétaire général de Synergie Officiers Patrice Ribeiro l’avait déclaré à Présent la veille de la manifestation des policiers sous les fenêtres de Taubira : « Les policiers sont à bout et ne sont plus en mesure d’assurer au quotidien leurs missions. Là-dessus sont venues s’ajouter des charges particulièrement lourdes comme les attentats et les migrants avec tout ce que cela implique. »

Tout ce que cela implique de rixes, de fusillades, de lynchages, de voitures qui foncent sur les flics, d’attentats à coups de hachoir aux cris d’« Allah Akbar »… Le quotidien des policiers dans la France de 2016, c’est celui-là. Avec des effectifs tellement réduits face à une situation qui s’aggrave chaque jour et des sollicitations en hausse constante que cela pose un problème majeur : « Quand les gens appellent la police, elle ne vient plus » (Présent du 14 octobre).

« Le problème de fond est celui de l’autorité de l’État, car celle-ci n’est pas affirmée par une réponse pénale adaptée », déclare Patrice Ribeiro.
Les syndicalistes policiers dénoncent tous cette absence de réponse pénale et l’impunité généralisée qu’elle entraîne. Lors de la grande manif des policiers pour réclamer la démission de Taubira, la patronne du Syndicat des commissaires de la police nationale (SCPN), Céline Berthon, avait décrit « les couacs procéduraux et les libérations intempestives s’enchaînant avec une déconcertante régularité alors qu’augmente chaque jour dans nos rangs le nombre des blessés ».

L’autre problème de fond dont ne vous parleront jamais les syndicats de police, c’est celui de l’origine des agresseurs. Soigneusement dissimulée. Éternellement. Pire qu’en Allemagne. Aussi instructive et dévastatrice si on la révélait, que celle des agresseurs de Cologne.

Caroline Parmentier

Cologne : « Le rêve ce serait que ce soit l’extrême-droite qui ait fait des violences contre des femmes »

« Le rêve ce serait que ce soit l’extrême-droite qui ait fait des violences contre des femmes » (à 22 minutes dans la vidéo).

19/01/2016 – MÉDIAS (NOVOpress)
Impossible de passer à côté de ce monument de langue de bois dans lequel brille une petite pépite de sincérité. Lors d’une émission sur Arte consacrée aux agressions de masse à Cologne, Valérie Toranian, rédactrice en chef de la Revue des Deux Mondes – un titre qui visiblement survit sur des lauriers bien flétris — se désole que lesdites agressions ne fussent pas commises par de vilains fachos. Décidément, le réel ne fait aucun effort pour se confirmer à la logorrhée bien-pensante de nos « faiseurs d’opinion » autoproclamés.

Publié le
Le ministre allemand de la Justice Heiko Maas

Berlin veut créer une cour de justice spéciale contre les opposants à l’immigration

19/01/2016 – EUROPE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Le ministre de la Justice allemande veut réprimer les opposants à l’immigration. Depuis l’arrivée d’un million d’immigrants et la série de viols collectifs par des étrangers à Cologne, la population allemande se défie de la politique d’immigration d’Angela Merkel.

Mais loin d’écouter le peuple, qui lui est au 2/3 défavorable, le gouvernement allemand radicalise ses positions pro-immigration. Il s’agirait non seulement de contraindre les pays membres de l’Union européenne à accueillir plus d’immigrants, mais aussi de censurer les opposants à l’immigration musulmane.
Le ministre de la Justice allemande a annoncé vouloir créer une cour de justice spéciale afin de réprimer les opposants et la violence xénophobe, qu’elle qualifie d’extrême-droite. Elle souhaite aussi nommer des procureurs spécialement chargés de réprimer les opposants politiques refusant l’immigration de peuplement. Et notamment ceux qui « s’expriment sur les réseaux sociaux ».

Si les grands médias cachent la vérité, comme ils l’ont scandaleusement fait pour les viols perpétrés à Cologne, et que les opposants sont censurés, où le citoyen pourra-t-il s’informer ?

aubervilliers

Aubervilliers, le Cologne des femmes asiatiques ?

Source : Boulevard Voltaire
Cinq voyous âgés de 18 à 19 ans et un mineur s’étaient spécialisés dans les agressions de jeunes femmes chinoises à proximité du métro.

La semaine dernière, Le Parisien nous apprenait l’arrestation d’un gang ultra-violent qui sévissait depuis deux mois à Aubervilliers. Cinq voyous âgés de 18 à 19 ans et un mineur s’étaient spécialisés dans les agressions de jeunes femmes chinoises à proximité du métro.
Le mode opératoire est toujours le même : un premier arrive par-derrière pour empêcher la victime de crier, un second la cogne pendant que ses copains lui arrachent son sac.

Vingt-huit plaintes ont été déposées, un record – mais en réalité leur porte-parole estime qu’on peut multiplier ce chiffre par 4 ou 5 —, et une grande partie des victimes a fini aux urgences avec bras cassés, crânes ouverts, luxation de l’épaule…
Comble de l’horreur : pour un sac à main, ces ordures ont notamment tabassé une maman devant ses filles de 8 et 11 ans. Comme ces dernières hurlaient de terreur, ils les ont giflées et ont brisé les lunettes de la plus jeune, le tout sous une pluie d’insultes. Traumatisée, la petite fille de 8 ans n’ose plus mettre un pied dehors et fait des cauchemars toutes les nuits. Cependant, le juge a estimé que ces faits n’étaient pas suffisamment graves pour mettre cette joyeuse bande en prison et trois d’entre eux ont été libérés en attendant leur procès… En Chine, ce serait 10 ans de prison…
Lire la suite