Tag Archives: agression

Explosion du nombre de « home-jacking » en France

24/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
En 2015, le home-jacking a bondi de 20 % en France. Ces attaques violentes se caractérisent par l’intrusion des agresseurs dans la maison ou l’appartement de la victime, qui se fait voler sa voiture, son liquide, ses bijoux et son code de carte bancaire sous la contrainte. Les victimes les plus touchées sont généralement les personnes seules et âgées qui habitent dans des pavillons.
Parmi les départements les plus touchés, les Bouches-du-Rhône, Paris (+125 %) et la Seine-Saint-Denis (+111 %). Toute corrélation entre ces données géographiques et des informations sur la forte concentration de population immigrée ou d’origine étrangère ne serait bien sûr que pur amalgame.

Publié le
8539-Chard

Manifs anti-migrants interdites !

04/02/2016 – FRANCE (Présent 8539)

Seules les manifs pro-migrants sont autorisées en France. Cazeneuve l’a confirmé en interdisant la manif à Calais organisée samedi par PEGIDA France. Le gouvernement français va-t-il faire tirer sur les patriotes le 6 février ?
8539_Une
Une interdiction 100 % idéologique, tout comme celle de Saint-Brieuc (voir notre interview de Christine Tasin dans Présent d’hier). Le ministre de l’Intérieur a déclaré qu’elle constituait un « trouble à l’ordre public »… Parce que la situation à Calais n’est pas en elle-même un énorme trouble à l’ordre public ? 8 000 clandestins dans la jungle, avec rixes ethniques, assauts réguliers de ferries et de camions, caillassages de flics au quotidien ne constituent pas un trouble à l’ordre public, mais quand les Français manifestent pacifiquement contre cette situation c’en est un !

Le 23 janvier dernier, la manifestation pro-migrants des militants de l’ultra-gauche et des no borders celle-là, avait été autorisée. Ces violents activistes, ces milices antifas qui incitent les migrants à attaquer les policiers. Des affrontements ont eu lieu avec les forces de l’ordre et les riverains (voir notre interview de David R. dans Présent du 27 janvier : « Ils veulent nos maisons »). Un millier de clandestins avaient forcé l’entrée du port et pris d’assaut un ferry. Mais ce sont les « anti-invasion » qu’il faut interdire et réprimer.

Mercredi, à l’issue de la réunion à Paris avec les élus calaisiens qui appellent désespérément le gouvernement à l’aide, Bernard Cazeneuve a promis des « mesures de fermeté » qui se traduisent immédiatement par des mesures… contre les Français qui n’en peuvent plus d’être envahis. La préfecture du Pas-de-Calais a fait savoir qu’un « processus d’interdiction » du rassemblement était en cours : « Des éléments tangibles démontrent que cette manifestation présente le risque de générer des affrontements entre la mouvance ultra-droite et la mouvance ultra-gauche en centre-ville de Calais ». L’aveu que si le cortège était autorisé, les milices gauchistes totalement hors de contrôle l’auraient attaqué, alors mieux vaut l’interdire !

Ça les arrange bien. Comme l’a déclaré Christine Tasin à Présent, « la vraie lutte menée par notre gouvernement n’est pas celle contre le terrorisme, mais contre les anti-islam. Les patriotes français se doivent donc, quoi qu’il arrive, d’être présents à Saint-Brieuc, Bordeaux, Montpellier et Calais, samedi et dimanche à Rungis pour dire leur volonté sans faille de sauver leur pays ».

Caroline Parmentier

• Pour le détail et les horaires des manifestations du 6 février voir sur les sites de Riposte laïque et de Résistance républicaine.

8532-Chard

Calais – Interview exclusive : Ils veulent nos maisons !

26/01/2016 – FRANCE (Présent 8532)
La vidéo tourne depuis samedi après-midi sur les réseaux sociaux : une famille de Calaisiens aux prises avec une bande de migrants et d’activistes de l’extrême-gauche, devant chez elle, presque dans son jardin. David R., le courageux père de famille, nous raconte cet incident violent pour lequel son fils et lui se sont retrouvés en garde à vue !

8532P1
— Comment en êtes-vous venu aux mains avec les manifestants, une bande de migrants et de sympathisants « No Borders » ?
— Je n’en sais rien, en fait. J’étais chez moi, j’avais vu qu’il y avait encore une manifestation. Mon fils de 21 ans me dit : « Ils arrivent. » Je lui réponds que je le sais. Il me dit : « Non, ils arrivent sur nous. » Je sors. Là, je n’ai pas appelé la police, car elle était en face. J’ai voulu discuter avec les migrants, mais ça a dégénéré. Avec ma femme, on a fait rentrer mon fils qui s’énervait et qui était sorti avec un fusil. Les jets de pierre ont commencé. J’en ai reçu une au menton, puis on m’a cassé un bâton sur le bras, j’en ai pris un bout et leur ai lancé dessus. Après j’ai reçu un pneu, que je leur ai renvoyé aussi vite. C’était chaud, mais la police n’est pas venue tout de suite. Elle est venue après, pour me mettre en garde à vue, mais sur quelles bases ? Ce fusil n’était pas chargé, c’était juste pour faire peur : ils allaient entrer dans ma cour. Mon fils, lui, a été emmené lundi en garde à vue, pendant quelques heures. Je suis très en colère, j’ai vu ma femme et ma fille très choquées.

— Vous sentez-vous en sécurité ?
— Non, pas du tout. Depuis samedi, des gens passent devant chez moi en rigolant, en se moquant. Où est-on ? Je suis né à Calais, mais je ne me sens plus chez moi. Douze ans que j’habite cette maison. À Calais, honnêtement, c’est tout du bren ! Les migrants nous dévisagent avec mépris, comme si on était de la m…, en se foutant bien de notre gueule. Pourtant ils n’ont pas à se plaindre, ils ont tout ce qu’ils veulent ici : ils sont nourris, logés, l’État leur donne de l’argent. On me dit qu’ils sont malheureux, mais pas du tout. En fait, ils veulent juste qu’on leur laisse nos maisons… Et c’est nous qui devons dégager ? C’est ce qui s’est passé aux abords du camp Jules Ferry [un des centres d’accueil de la ville, NDLR] : les Calaisiens en ont eu tellement marre qu’ils sont partis vivre ailleurs. Ils avaient acheté une maison, ils étaient contents, et les voilà emm… par les migrants et forcés de s’en aller : c’est honteux.

— Pensez-vous déménager ?
— Oui, pas forcément loin, mais partir d’ici. Il faut vivre à Calais pour comprendre ce qui s’y passe, avant de raconter je ne sais pas quoi sur Facebook. Lundi matin j’ai rencontré un photographe, journaliste. Il ne croyait pas du tout ce que je lui racontais. Je lui ai proposé qu’on échange de maison : qu’il me prête la sienne à Lille, et qu’il s’installe dans la mienne quelque temps à Calais. Il n’a pas voulu…

— Comment voyez-vous les choses évoluer ?
— Le gouvernement ne fait rien. Cela va se terminer par la révolution, ici.

Propos recueillis par Samuel Martin

crs_a_calais

Calais : « No Borders » et islamistes poussent les clandestins à la violence

26/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
C’est un connaisseur qui parle, puisqu’il s’agit d’un CRS régulièrement affecté à la Jungle de Calais. Il dénonce les « No Borders » qui encadrent les clandestins pour les pousser à la violence et les islamistes venus d’Angleterre qui prêchent le djihad dans le bidonville. Il écorche au passage Cazeneuve, l’un des plus mauvais ministres de l’Intérieur selon lui. Il évoque aussi la tuberculose ou la gale que ses collègues ont attrapé dans le camp et la foule de proxénètes et trafiquants qui naviguent dans le sillage des clandestins.Un document audio exceptionnel de RMC, relayé par Fdesouche.

calais_manif_degenere_01

Calais au bord de la guerre civile, les gauchistes attisent les tensions

24/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Les manifs pro — « migrants » ont dégénéré à Calais, au port, d’une part et dans le centre-ville d’autre part. À chaque fois, les gauchistes étaient là pour souffler sur les flammes.

Calais est au bord de l’explosion. Les habitants sont de plus en plus excédés des dégradations et exactions permanentes des clandestins, lesquels sont de leur côté de plus en plus agressifs, y compris à l’encontre des forces de l’ordre.
assaut_port_calais

Comme si cela ne suffisait pas, les gauchistes pro-migrants jettent de l’huile sur le feu. C’est à l’occasion d’une manif organisé par l’un de ces groupes, « no borders », rassemblant des activistes français et européens, qu’une cinquantaine de clandestins ont pris d’assaut un ferry. Tout laisse à penser que ce sont les gauchistes eux-mêmes qui ont initié le mouvement.
150 personnes avaient pénétré de force dans l’enceinte du port, parmi lesquels une cinquantaine a pris à l’abordage le « Spirit of Britain ». Sur les 35 personnes interpellées pour embarquement frauduleux sur un navire, 26 étaient des clandestins, 9 des militants du collectif « No Borders » ; 15 d’entre eux ont été placés en garde à vue.

Ailleurs à Calais, c’est une famille excédée qui s’est opposée aux manifestants gauchistes et clandestins. L’un d’eux à même brièvement sorti un fusil pour intimider la foule, avant de se raviser.
Lire la suite

Après l’agression d’un prof juif à la machette, Cazeneuve s’inquiète de « l’influence de la propagande de Daesh sur Internet »

11/01/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Un enseignant juif a été attaqué à la machette ce lundi 11 janvier à Marseille. Bernard Cazeneuve, qui s’est exprimé dans l’après-midi, s’inquiète du passage à l’acte d’individus isolés, inconnus des services de renseignements et radicalisés sur Internet : « Cet acte témoigne du risque pour certains individus isolés (…) de passer à l’acte sous l’influence de la propagande diffusée sur Internet par Daesh. La menace à laquelle nous sommes confrontés peut conduire des individus aux profils différents à passer à l’acte avec violence », a commenté le ministre de l’Intérieur.

Publié le
finlande_vol_clandestins

«Nous venons en paix», mais nous sommes des voleurs (et parfois ça tourne mal)

03/12/2015 – EUROPE (NOVOpress)
«Nous venons en paix», c’est notre chronique de choses vues sur le web et les réseaux sociaux à propos de nos chers « migrants » / « réfugiés » / Bisounours… une petite pastille de vérité dans un océan de propagande aux bons sentiments… mais chut… PADAMALGAM !
Aujourd’hui, passage en Finlande. Alors qu’en Allemagne on déconseille de porter plainte pour les vols commis par les clandestins soit-disant réfugiés, qu’en France les transports sont gratuits pour eux et que les associations d’aides cachent les agressions sexuelles auprès de leurs membres, quelques résistants comme cette jeune Finlandaise n’hésitent pas à faire valoir leurs droits. Elle défend sa boutique contre les rapines répétées des voleurs « réfugiés ».


Xavier Broseta, Executive Vice President for Human Resources and Labour Relations at Air France, is evacuated by security after employees interrupted a meeting at the Air France headquarters building in Roissy

Cinq salariés de chez Air France interpellés

13/10/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Les images avaient fait grande sensation la semaine dernière. Le DRH d’Air France et celui du hub de Roissy quittant une réunion avec les grévistes la veste arrachée et la chemise en lambeaux.

Depuis lors, les commentaires des uns et des autres ont été très nombreux
La majorité de la caste politique critique sans retenue la violence observée ce jour-là. Jean-Luc Mélenchon, chef de file du Parti de gauche a, lui, fait figure d’exception. Il a dénoté la violence silencieuse quotidienne que subissent les employés d’Air France.

Hier matin, cinq salariés soupçonnés d’être les auteurs des violences contre les cadres dirigeants de la compagnie aérienne ont été arrêtés
Les vidéos des chaînes d’information en continu avaient permis d’identifier une dizaine de suspects. Hier, dès l’aube, quatre suspects ont été interpellés à leur domicile et un autre plus tard dans la matinée. Il s’agirait, selon des sources policières, de syndicalistes qui travaillent au sol pour la branche cargo d’Air France, mais ne sont pas élus syndicaux.
Ces employés risquent bien évidemment des licenciements pour faute lourde. Air France devait envoyer les premières lettres préalables à des licenciements dans la journée d’hier. Ils risquent aussi des poursuites pénales.

Des réactions se sont immédiatement fait entendre
La CGT, syndicat auquel appartiennent les cinq interpellés, a dénoncé, je cite : « Une tentative d’intimidation ». Le secrétaire général de la CGT, Didier Fauverte, a annoncé, « Ça ne va pas calmer les choses. Je pense qu’il y aura d’autres salariés appartenant à d’autres syndicats qui seront mis en cause. Tout ça va continuer à faire bouillir la cocotte ».
Certains députés, comme Cécile Duflot, ont pris la défense des syndicalistes.


natacha bouchart

Invasion migratoire à Calais : richesse culturelle exceptionnelle pour le maire, la peur au ventre pour les habitants

03/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Récitant bien sa leçon politiquement correcte, Mme le maire de Calais trouve formidable l’Invasion migratoire de sa ville. Ses administrés, eux, sont au désespoir et vivent la peur au ventre.

Natacha Bouchart, maire Les Républicains de Calais veut rendre sa ville attractive, « tout en n’occultant pas la problématique des migrants, parce qu’elle est là, elle existe, donc il faut apprendre à vivre avec. » Se soumettre et renoncer à défendre ses administrés n’a pas l’air d’être trop dur pour elle qui considère que les clandestins
« peuvent être une richesse culturelle exceptionnelle ».
D’ailleurs, elle conclut « qu’on est ouverts à tout »

Ce n’est pas le cas de ses administrés, souvent agressés par des hordes de clandestins jusque dans leur domicile, qui vivent la peur au ventre derrière des grillages et caméras et qui sont à bout. Choc du discours et de la réalité.



Viol dans une église à Poitiers, halte aux méfaits du Vivre-Ensemble ! [Tribune libre]

20/07/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Viol à Poitiers : chronique de la haine ordinaire, par Julien, responsable de Génération Identitaire Poitou

C’est avec tristesse que nous apprenons que le 14 juillet au matin, une femme d’une trentaine d’années a été victime d’une agression dans l’Église Saint-Paul à Poitiers. En effet, un homme, dont le nom très français est David Mohammed a tenté de la violer.
Étant tout simplement en train de prier, cette femme a été attrapée par le cou et plaquée contre le sol par cet individu. Fort heureusement la femme a réussi a se débattre et à s’enfuir, l’agresseur a été retrouvé non loin de la, sa ceinture encore défaite.

David Mohammed, cette « chance pour la France », selon l’expression consacrée, est en réalité un multirécidiviste qui venait de sortir de prison depuis moins d’un mois, condamné en 2002 pour l’agression et le viol d’une vieille dame de 85 ans. Ce n’était d’ailleurs que la dernière en date d’une série de douze condamnations pour vol ou agressions, ce qui n’a pas empêché David Mohammed d’être remis en liberté quatre ans avant la fin de sa peine !
Il est donc légitime de s’interroger sur l’efficacité de la justice de Taubira et de se rendre compte que ses multiples peines n’ont rien changé pour David Mohammed. Il faut donc envisager de nouvelles solutions afin d’empêcher la récidive de ces individus qui sont de véritables poisons pour notre société. Ces personnes-là, pour qui la prison ne sert à rien, ne peuvent pas rester chez nous, le retour dans leur pays d’origine me semble être la seule solution pour les empêcher de récidiver sur notre sol.

Si ces racailles et violeurs sont des chances pour la France comme on nous le dit, pourquoi ne seraient-ils pas aussi des chances pour leur pays ? Nous les y renverrons avec le plus grand plaisir !

Dans cette affaire, je m’interroge aussi sur le silence des élites, s’il s‘était agi d’un Français de souche violant une femme musulmane dans une mosquée, comment cela se serait-il passé ? Il y a fort à parier que des ministres se seraient déplacés pour dénoncer la haine et la montée de l’islamophobie en France et auraient aussitôt placé sous surveillance policière les mosquées. Mais cette femme est simplement une catholique qui priait dans une église, cela ne concerne donc pas notre gouvernement, qui ne prend même plus la peine de s’intéresser aux catholiques de France, préférant les religions allochtones.

Je tiens à apporter tout mon soutien ainsi que mes prières à la victime de cette agression, malheureusement banale dans la France du RPS, qui cependant s’est déroulée cette fois-ci dans un lieu Saint. La racaille ne se contente plus de la rue, il lui faut aussi s’attaquer aux lieux symboliques de notre identité. Il est grand temps de ne plus fermer les yeux et de se confronter au réel, le « Vivre-Ensemble » est un échec et il est nécessaire, pour le bien des Français et de notre pays, d’y mettre fin.

Crédit photo : Capture d’écran Google Maps


saint-fons

Des anciens combattants agressés par des racailles au cris de « on va faire Charlie Hebdo sales Français de merde »

11/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Des anciens combattants d’Algérie se sont fait caillasser par des racailles au cri de « on va faire Charlie Hebdo sales Français de merde »

C’est dimanche dernier que la FNACA (fédération des anciens combattants en Algérie) de Saint-Fons (région lyonnaise) organisait son pique-nique annuel. Alors qu’ils venaient d’installer leurs tables à l’ombre des arbres, une bande de racailles les a pris à partie, lançant une pluie de projectiles sur les convives : des bouteilles de bière et de whisky vides, des manches à balai et des cailloux propulsés avec des lance-pierres.

Logo fnaca

Logo fnaca

On les entendait crier : « on va faire Charlie Hebdo sales Français de merde ». Une octogénaire a été transportée à l’hôpital de Saint-Fons après avoir reçu un pied de parasol dans la tête.

La maire DVD de la commune a promis, sans rire, de mettre en place un dispositif de médiation sociale.

Crédit photo : Tusco via WikiMedias (CC) = La vallée de la chimie : les usines sur le territoire de Saint-Fons


Près de #Lyon : Des #racailles hurlent « on va faire Charlie Hebdo sales Français de merde » http://t.co/fQkig7LaZX #immigration

— Franck GUIOT (@FrkGuiot) 8 Juin 2015

 

 

Agression de deux militants FN par les élus de la Commune de Commercy (Meuse)

Départementales : deux militants FN agressés par des élus de la Commune de Commercy (Meuse)

29/03/2015 – COMMERCY (NOVOpress)
Dans la nuit de vendredi dernier vers 23h, alors que la campagne électorale pour le second tour des départementales touche à sa fin, des militants du Front National ont encore été victimes d’une énième agression.

Voici les faits : A Commercy (Meuse), sur l’avenue des forges, un jeune militant et sa petite amie finissent de coller les affiches du binôme Front National pour ce canton.

C’est alors qu’un 4×4 de couleur blanche arrive à vive allure en faisant des appels de phares. En descendent 5 hommes, dont les adversaires Divers Droite de dimanche, des élus de la commune.

Ils frappent alors, sans sommation, le jeune militant et saisissent sa petite amie à la gorge. La jeune femme se retrouve projetée au sol tout en entendant des menaces : « tu ne sais pas qui je suis, je peux te mettre en prison ! »

Après avoir consulté un médecin, les victimes, soutenus moralement par leurs candidats, ont déposé une plainte dans la soirée du 28 mars.

Deux des suspects ont été formellement identifiés par les victimes et plusieurs témoins, notamment grâce à leurs affiches électorales, mais aussi à la plaque d’immatriculation de leur véhicule.

Des agresseurs – qui prônent, sur leurs tracts, des valeurs humanistes et de tolérance – n’ont donc pas hésité à violenter deux jeunes personnes dont une fille.

cette campagne pour les élections départementale aura été marquée par de nombreuses agressions à l’encontre des militants du Front National dans un inquiétant silence tant des médias que des adversaires politiques.


Attaque du RER D, surtout n'en parlons pas ! (Présent 8318)

Attaque du RER D, surtout n’en parlons pas ! (Présent 8318)

19/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Plus de 48 heures et un afflux de plaintes : c’est ce qu’il aura fallu attendre pour que la véritable « attaque de diligence » perpétrée dimanche par une vingtaine de « jeunes » contre une rame du RER D à Juvisy-sur-Orge, dans l’Essonne, soit enfin révélée aux Français par les médias !

Attaque du RER D, surtout n'en parlons pas ! (Présent 8318)Nouveau « Far West »

C’est à une scène digne du Far West qu’ont assisté, bien malgré eux, les voyageurs. Mais sans Wyatt Earp ni Wild Bill Hickok, hélas ! pour « défourailler ». Dimanche matin, vers 5 heures, une vingtaine de « jeunes » embarquent en effet à bord d’une rame arrêtée en gare de Juvisy. Très organisés, une dizaine d’entre eux monte immédiatement à l’étage, tandis que le reste de l’équipe s’occupe du rez-de-chaussée. Insultant les passagers et distribuant quelques gifles, ils extorquent téléphones portables, portefeuilles et argent liquide aux voyageurs, avant de prendre la fuite en descendant à Vigneux-sur-Seine.

Une attaque qui n’est pas sans rappeler celle commise en mars 2013 dans un train en gare de Grigny. Qui avait d’ailleurs de quoi inspirer les voyous puisque, après avoir dévalisé une rame entière du RER, les « jeunes » impliqués n’avaient été condamnés qu’à des peines de prison avec sursis, des « avertissements solennels », une mesure de protection judiciaire ou encore 70 heures de TIG…

Omerta

Lire la suite

Le spécialiste extrême droite de l'AFP frappé par des "ultras" à Lyon ? Un bobard

Le spécialiste extrême droite de l’AFP frappé par des « ultras » à Lyon ? Un bobard

11/02/2015 – LYON (NOVOpress)
Pour comprendre le bobard : les ultras lyonnais (supporteurs de football) sont plutôt de tendance « natio-patriote ». Donc forcément, c’est encore l’extrême droite qui agresse les gens.

Revenons sur les faits : un journaliste de l’Agence France presse (AFP), qui fêtait un événement familial samedi soir dans une discothèque du quai Victor-Augagneur, à Lyon (3ème arrondissement), a été gravement blessé lors d’une agression.

Souffrant d’une fracture de la mâchoire, qui a nécessité une opération, il a subi quarante jours d’incapacité. Sur les réseaux sociaux, une rumeur a mis en cause la mouvance d’extrême droite, dont ce journaliste est spécialiste.

Depuis dimanche soir et la rencontre OL-Paris, une rumeur se propage donc sur Internet et Twitter. Elle avait été lancée par le journaliste de l’AFP à Paris Marc Preel, qui annonçait qu’un de ses confrères avait été tabassé par des supporters ultras lyonnais et que sa mâchoire avait été brisée, rajoutant que le journaliste avait obtenu 41 jours d’ITT.

Mais le bureau de l’AFP à Lyon a tenu à démentir les conditions de l’agression. Car le journaliste a bien été mêlé à une bagarre, mais samedi soir sur les quais de Saône. Alors que des personnes se battaient, il a été violemment pris à partie, peut-être parce qu’il avait gardé son appareil autour du cou. Ce dernier servait plus tôt à immortaliser l’anniversaire de son enfant selon 20 Minutes. Frappé à coups de pieds dans la tête, il souffre d’une fracture de la mâchoire et d’un traumatisme crânien et doit être opéré ce lundi.

Une enquête a été ouverte pour connaître les circonstances exactes de l’agression, notamment pour savoir si la victime était suivie ou si le drame est uniquement lié au hasard.

Quant à Marc Preel, il a effacé son premier tweet et a depuis reconnu qu’il n’avait « pas le niveau nécessaire d’info » avant de s’exprimer sur le passage à tabac de son confrère de l’AFP.

Photo Une : siège de l’AFP, place de la Bourse à Paris. Crédit : Arnaud 25 via Wikipédia (cc).

La DGSI et la justice sur la sellette dans l'agression de 3 militaires à Nice

La DGSI et la justice sur la sellette au sujet de l’agression de trois militaires à Nice

08/02/2015 – NICE (NOVOpress via Kiosque courtois)
Mardi, trois soldats en faction devant des  bâtiments de la communauté juive de Nice ont été blessés par un individu armé d’un couteau, un autre Coulibaly, prénommé celui-là Moussa.

Ce musulman radical avait un casier judiciaire bien rempli : six condamnations pour violences à dépositaires de l’autorité publique, vol, outrage et rébellion, usage de stupéfiants et vandalisme. La Direction générale de la sécurité intérieure avait cependant prévenu depuis près de deux  mois de sa radicalisation. Cela ne l’a pas empêché de  se rendre en  Turquie, d’où il a été refoulé. Interrogé par les autorités concernées, il  était aussitôt relâché, celles-ci n’ayant pas pris l’ampleur de son radicalisme  pourtant avéré depuis son arrestation et ses aveux sur sa haine de la France.

Le ministre de l’Intérieur a aussitôt promis de renforcer le dispositif destiné à la protection de la communauté juive de Nice et alors que depuis 2004 18 millions d’euros ont déjà été débloqués pour venir en aide au service de protection de la communauté juive créée par le CRIF.

Crédit photo : DR.

Vitry-sur-Seine : un médecin agressé 4 fois en 2 ans raconte

Vitry-sur-Seine : un médecin agressé 4 fois en 2 ans témoigne

14/12/2014 – VITRY-SUR-SEINE (via BFMTV)
Il était venu secourir une vieille dame. Ce médecin de nuit est finalement reparti couvert d’ecchymoses, sans avoir eu le temps de soigner sa patiente. Trois hommes au visage dissimulé ont roué de coups un généraliste en intervention, vers 23h15 vendredi à Vitry-sur-Seine dans le Val-de-Marne. Il s’agit de sa quatrième fois en deux ans où il se fait agresser alors qu’il vient soigner des patients.

Italie : Une métisse agressée au lycée « parce qu’elle n’est pas une musulmane pure »

Italie : Une métisse agressée au lycée « parce qu’elle n’est pas une musulmane pure »

02/11/2014 – REGGIO D’ÉMILIE (NOVOpress) – « Son crime, du moins aux yeux des trois filles qui l’ont agressée, c’est d’avoir une mère italienne et, par conséquent, de n’être pas une musulmane pure ». Le quotidien régional, Il Resto del Carlino, résumant une dépêche de l’agence ANSA, commence ainsi son article sur les malheurs d’une jeune fille de dix-neuf ans, de père marocain et de mère italienne, à Castelnovo ne’ Monti, une ville de 10.000 habitants en Émilie-Romagne (province de Reggio Emilia).

Depuis plusieurs jours, la jeune fille était victime d’insultes et de menaces de la part de trois camarades de lycée (l’une âgée de 19 ans, une autre de 18 ans et la troisième mineure), filles d’immigrés maghrébins, qui la traitaient d’ « impure » à cause de sa mère italienne.

Jeudi, les trois « musulmanes pures » sont passées du harcèlement à l’agression physique. Alors que leur camarade, à la sortie des cours, attendait l’autobus, elles se sont jetées sur elle, lui ont arraché les cheveux et l’ont frappée à coups de poings. L’intervention d’un passant a épargné à la jeune métisse un passage à tabac complet, mais les contusions qu’elle a subies lui ont quand même valu sept jours d’ITT.

La victime a porté plainte auprès des carabiniers de sa ville. L’identification des agresseuses n’a posé aucune difficulté puisque, très fières de leur expédition punitive, elles s’en étaient immédiatement vanté sur Facebook. Elles devront répondre des accusations de coups et blessures, menaces et injures devant le tribunal de Reggio Emilia et, pour la mineure, le tribunal pour enfants de Bologne.

Crédit image : copie d’écran du premier article cité. DR.