Tag Archives: accident de la route

8471-Chard-Present

Un hommage de Hollande

28/10/2015 – FRANCE (Présent 8471)

C’est donc en grand équipage que le chef de l’État s’est rendu dans la commune du Petit Palais pour rendre hommage aux 43 victimes de l’accident de Puisseguin. Manuel Valls était là, accompagné de ministres qui, de près ou de loin, pouvaient avoir un rapport avec les victimes : ministres de l’Intérieur, de la Santé, secrétaire d’État aux transports, à la Famille et, curieusement, le ministre de l’Écologie, Ségolène Royal, peut-être pour dire, de façon subliminale, que si tous les véhicules avaient été électriques, rien de tout cela ne serait arrivé.

8471-Une

Avec solennité, le président a égrené des platitudes dans lesquelles les proches des malheureux étaient censés puiser du réconfort : « Ils comptaient parmi les aînés du pays. Ils étaient respectés. Ils avaient eu une vie de labeur. Vous les aviez entendus raconter comment était la vie autrefois », etc.

C’était un « hommage républicain ». Pourquoi, « républicain », « national » ne suffisait-il donc pas ? La République, seule, aurait-elle compassion ? Et les victimes étaient-elles toutes républicaines ? Il pouvait y avoir des royalistes ou, « pire », des électeurs, voire des membres, du Front national, que le chef de l’État a exclu de la fraternité républicaine.
C’était également une cérémonie « mémorielle », a précisé l’Élysée. On aurait pu dire « à la mémoire de… », car « mémoriel » c’est l’adjectif utilisé d’ordinaire pour les lois portant sur les génocides, dont la « Shoah », afin de signifier que toutes les générations doivent porter le deuil. Or, à peine le barnum démonté, la tente repliée, les officiels ayant cessé d’officier, François Hollande a tout oublié.

Il en est déjà à sonder l’actualité pour y découvrir un événement dans lequel il pourra s’immiscer, intervenir, discourir pour montrer qu’il est proche des gens… et pas loin de l’élection de 2017. Tout ce qu’il dit, fait ou ne fait pas, c’est dans cette perspective électorale. Jusqu’à récupérer les morts, les pauvres morts de Puisseguin. C’est ce qui explique ce déploiement démesuré. Certes, il y a eu 43 victimes or, tous les ans, les accidents de la route font plus de 3 000 morts, mais ils meurent en rangs séparés. Il doit y avoir à l’Élysée une cellule de communication qui s’occupe de ça : dix victimes, on envoie sur place le ministre de l’Intérieur, à 20 le Premier ministre, à partir de 40, c’est le président, tous les morts ne pesant pas du même poids médiatique, donc électoral.

C’était aussi une cérémonie laïque, a-t-on rappelé pour décourager ceux qui auraient eu l’audace d’esquisser un signe de croix. Il fut un temps où, sur le lieu des catastrophes, on voyait des prêtres donnant l’absolution aux mourants ou priant pour ceux qui étaient déjà morts. Maintenant, ce sont des « psys », des cellules psychologiques. La cellule est un lieu d’enfermement. Le deuil doit s’effectuer dans la prison de la seule matière, sans fenêtre sur le Ciel, sans la consolation, la seule, celle d’entendre la parole qui a traversé les siècles et tari tant de larmes sur tant de tombeaux : « Je suis la résurrection et la vie, qui croit en moi vivra, même s’il meurt. »

Guy Rouvrais