Tag Archives: abus

Électrification du Finistère : les indemnités des élus du SDEF manquent de lumière

Électrification du Finistère : les indemnités des élus du SDEF manquent de lumière

13/07/2012 – 17h30
QUIMPER (NOVOpress Breizh) – Chargé de veiller à l’électrification d’une grande partie du Finistère, le SDEF dispose d’un budget important. Les élus qui le dirigent ne s’oublient pas.

La Chambre régionale des comptes de Bretagne a contrôlé l’an dernier le Syndicat départemental d’énergie et d’équipement du Finistère (SDEF), responsable des travaux d’électrification pour la plus grande partie du département, qui dessert 429.000 clients. Son rapport vient d’être publié. Il recense différentes fantaisies.

La plus classique concerne bien sûr les élus. Le SDEF est dirigé par un comité syndical formé de soixante-neuf délégués représentant les communes et intercommunalités membres du SDEF. Le travail n’est pas trop écrasant : le comité ne s’est réuni que deux fois en 2010, alors que la loi exige au moins une réunion par trimestre. Le président du comité, Antoine Corolleur, maire de Plourin, est d’ailleurs très capable de se débrouiller sans réunir ses collègues : en 2010, il a fait contracter au SDEF 6,5 millions d’euros d’emprunts alors que le comité lui avait fixé une limite de 2 millions d’euros. (La même année, on s’en souvient, sans avoir demandé l’avis du comité, il avait publié un communiqué affirmant que le SDEF était favorable à l’implantation d’une centrale à gaz à Guipavas.)

Ces fonctions sont bien entendu assorties d’indemnités de fonction pour le président et ses sept vice-présidents (à ce jour, MM. André Prigent, Hervé Herry, Joseph Quinquis, Yves Cossec, Jean Jezequel, René Souben, Marcel Merour). Celles-ci ont augmenté bien plus vite que l’inflation :

2004

2007

2008

Président

+ 17,82 %

+ 28,06 %

+ 37,41

Vice-présidents

+ 7,13 %

+ 14,03 %

+ 18,70

L’augmentation de 2008 a porté les indemnités de fonction au maximum fixé par la loi. Un maximum auquel le SDEF n’avait pourtant pas encore droit à cette date (« le SDEF a anticipé sa prise de compétence pour l’ensemble des travaux d’électrification sur le département », écrit la Chambre des comptes). Deuxième accroc à la loi, le SDEF a omis de publier un tableau récapitulant l’ensemble des indemnités allouées à ses membres. Ce document exigé par le code général des collectivités territoriales sert à vérifier que les indemnités des élus ne dépassent pas le total autorisé, soit 1,5 fois le montant de l’indemnité parlementaire. De là à penser que le SDEF pourrait avoir quelque chose à cacher…