Tag Archives: Abdelfattah Rahhaoui

rahhaoui-xvm6d934a42-acf6-11e6-a681-5cfa72a17503

Comment Toulouse est-elle passée de ville rose à ville verte islamique ?

Source : Boulevard Voltaire – « Comment Toulouse est-elle passée de ville rose à ville verte islamique ? »

C’est peut-être à ce prix que Jean-Luc Moudenc a acheté la paix sociale et son élection en tant que maire de Toulouse.

Abdelfattah Rahhaoui n’est pas un haut dignitaire de l’État islamique, comme son nom pourrait l’indiquer, mais le fondateur de l’école Al-Badr, école privée musulmane hors contrat située dans le quartier dit « populaire » de Bellefontaine à Toulouse. Imam et conférencier, cette personnalité clé de l’islamisation toulousaine est aujourd’hui inquiétée par la justice pour des faits extrêmement graves : violences volontaires sur mineur, ouverture d’un collège clandestin, « poursuite d’une activité scolaire malgré une mise en demeure de l’Éducation nationale »…

« Français » (de papiers) né au Maroc, l’homme s’était déjà fait remarquer en créant un collège privé musulman dans le quartier du Mirail, en 2009, lequel devait permettre aux adolescentes et préadolescentes de déroger à l’interdiction des signes religieux dans les établissements scolaires.

En 2013, il a fondé Al-Badr, cas éminemment représentatif de ces écoles privées musulmanes où l’on enseigne mieux la charia que l’Histoire de France, pays de mécréants à conquérir ou à soumettre. Le 12 avril dernier, une inspection de l’établissement commandée par l’académie de Toulouse, avec l’appui des forces de l’ordre, émettait des conclusions qui n’étonneront que les expatriés du réel.

L’enseignement prodigué y était perçu comme étant « très déficitaire dans tous les domaines, en dehors de l’enseignement de l’arabe, qui s’effectue à des quotités quotidiennes importantes ». Logique, pour des gens qui veulent vivre en France uniquement pour profiter des aides sociales tout en recréant, chez nous, les conditions de vie de leur pays d’origine. Les inspecteurs d’académie jugeaient aussi, laconiques, que « l’étude quotidienne du Coran » oblitérait « le temps de façon importante ».

Lire la suite