Tag Archives: abbé Hervé Benoît

apres_le_bataclan

Messieurs les curés, ne vous trompez pas d’assassins !

30/11/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Flavien Blanchon réagit à la tribune de l’abbé Hervé Benoît, « Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable ! », qui comparait terroristes et victimes des attentats du 13 novembre.

J’ai coutume de dire que Vatican II, comme la plupart des révolutions, a abouti au pire du nouveau tout en conservant le pire de l’ancien. Le jugement est peut-être un peu injuste. Il s’applique en tout cas parfaitement à la manière dont certains commentateurs catholiques se sont efforcés, depuis quinze jours, d’établir une espèce d’équivalence entre les victimes des attentats et leurs assassins, comme si les uns et les autres n’étaient, au fond, que deux faces d’une même crise spirituelle de la « jeunesse française ».

Cette thèse a trouvé son expression la plus grossière dans la fameuse tribune de l’abbé Hervé Benoît, « Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable ! », où les victimes du Bataclan, « pauvres enfants de la génération bobo » sont qualifiés de « morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschischins, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C’est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… »
Si l’on revient sur ce texte, ce n’est pas pour s’acharner sur l’auteur – mis au pilori par les médias et d’ores et déjà frappé par son évêque, avec une célérité qui n’était pas de mise quand il s’agissait de prêtres pédophiles. C’est que la tribune de l’abbé Benoît révèle les tares de tout un milieu catholique que, pour faire vite, on peut qualifier de conciliaire conservateur. Le moralisme pharisien (le pire de l’ancien) s’y marie au politiquement correct dhimmisé (le pire du nouveau), pour produire une impuissance complète à remonter aux vraies causes du carnage : à l’immigration de masse, ses fauteurs et ses complices.
Lire la suite