Tag Archives: abbé Guillaume de Tanöuarn

Messe à la mémoire de Serge de Beketch et Jean Ferré

Messe à la mémoire de Serge de Beketch et Jean Ferré

30/10/2016 – PARIS (NOVOpress) – Hier matin, samedi 29 octobre, une messe était dite en mémoire des journalistes Jean Ferré et Serge de Beketch, fondateurs de Radio Courtoisie, « la radio libre du pays réel et de la francophonie », et de tous les défunts de Radio Courtoisie, en l’église Saint-Eugène à Paris. Célébrée par l’abbé Guillaume de Tanouärn, une centaine de personnes y assistait.

Dans son homélie, l’abbé a fait mémoire des animateurs et libres patrons disparus qui ont fait les belles heures de la radio, citant Gérard Marin qui nous a quitté dernièrement. Il a rappelé le combat pour les valeurs de notre société qui est à l’origine de la création de ce média qui sert « à propager des valeurs que l’Education nationale ne transmet pas ». L’objectif de Radio Courtoisie est de travailler à la « conservation de ce qui vaut la peine d’être conservé ». Tant que Radio Courtoisie vivra, il conviendra que garder espoir car « quand on a perdu ses repères il reste l’ancre de la vie, l’espérance » a dit l’abbé en terminant son homélie.

On reconnaissait parmi les personnalités, outre Henri de Lesquen, président de Radio Courtoisie, Dominique Paoli, le marquis de Olmetta, madame Philippe Varlet, ou madame Zita de Lussy, ancienne directrice du journal Présent.

Radio Courtoisie, média historique de la réinfosphère créé en 1987, radio de « toutes les droites » et surtout seule radio libre émettant sur la bande FM, est l’objet depuis quelque temps de turbulences en raison de certaines prises de position de son président, Henry de Lesquen.

Radio Courtoisie : écoute en ligne

Agrif

Salon du livre de l’AGRIF le 15 novembre prochain

19/10/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le Salon du livre de l’AGRIF et de l’Amitié Française se tiendra le 15 novembre à Paris. Parmi les personnalités annoncées : Jean Raspail, Philippe Maxence, Béatrice Bourges ou bien encore l’abbé Guillaume de Tanouärn.

collegiale_saint-martin_etampes

Transformer des églises en mosquées ? Et pourquoi pas en… églises ?

18/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le « ballon d’essai » lancé par Dalil Boubakeur continue de faire réagir. La transformation d’églises en mosquées ? Les prêtres répondent : pas touche à nos églises, lieu de culte et de mémoire, sauf pour les transformer… en églises!

Il y a ceux qui s’indignent, il y a ceux qui se laisseraient bien tenter par un peu de dhimmitude, comme Mgr Michel Dubost, évêque d’Évry, qui dans une interview au Figaro, indique préférer que les églises deviennent des mosquées plutôt que des restaurants.
Et puis il y a les prêtres de terrain, que le bon sens n’a pas quitté. Ainsi de l’abbé de Tanoüarn, qui répond à Mgr Dubost :

Cher Mgr, comme je vous comprends : des églises en trop ça doit être crucifiant. Si vous avez une église en trop dans votre diocèse, avant d’en faire une mosquée, pensez à moi et à mes fidèles du Centre Saint-Paul : je dis la messe dans 100 mètres carrés, un magasin de fripes transformé en chapelle comme dans la primitive Église… Je suis sûr que beaucoup de prêtres des communautés nouvelles sont dans mon cas…

Interrogé par Valeurs Actuelles, l’abbé Pierre-Hervé Grosjean, curé de Saint Cyr l’École, abonde dans le sens de faire des églises des lieux de culte chrétiens, apostrophant les Français :

S’ils tiennent à leur église, il faut aussi qu’ils en reprennent le chemin… Il faut que ces églises soient des lieux vivants. Il y a eu là comme un sursaut instinctif, bien au delà du cercle des pratiquants : « ne touchez pas à nos églises ! » Je m’en réjouis. Il faut maintenant aller plus loin, plus en profondeur, et que chaque français puisse redécouvrir l’église de son quartier, de sa ville, de son village. »

Au delà de la dimension cultuelle, l’abbé Grosjean pointe la dimension identitaire de ces lieux, que l’on soit croyant ou non :

On ne joue pas avec le sacré, les symboles et l’histoire. Des générations ont prié là, dans ces églises… ces clochers sont les témoins et les signes de l’histoire de notre pays, de notre mémoire, de nos racines, de notre culture. C’est notre identité. On doit la respecter.

On ne saurait mieux dire sinon de renvoyer M. Boubakeur dans ses buts, comme le fait l’abbé Grosjean en posant la question de la réciprocité de la pratique religieuse en terre d’islam, soulevée notamment par le pape François dans son encyclique Evangelii Gaudium (novembre 2013) :
« je prie et implore humblement ces pays [de tradition islamique] pour qu’ils donnent la liberté aux chrétiens de célébrer leur culte et de vivre leur foi, prenant en compte la liberté dont les croyants de l’Islam jouissent dans les pays occidentaux » (EG §253).

Crédit photo : kristobalite via Flickr (CC) = Collégiale Saint-Martin à Etampes

« Nous avions un camarade » : hommage public à Dominique Venner

« Nous avions un camarade » : hommage public à Dominique Venner

« Le Chevalier, la Mort et le Diable » – Gravure au burin sur cuivre d’Albrecht Dürer, 1513. Strasbourg, Cabinet des Estampes et des Dessins. Gravure choisie par Dominique Venner pour illustrer son ouvrage posthume, Un Samouraï d’Occident.

04/06/2013 – 18h00
PARIS (NOVOpress Breizh) –
Après les obsèques de Dominique Venner  qui se sont déroulées vendredi dernier dans la plus stricte intimité, un hommage public lui a été rendu l’après midi du même jour à Paris, en présence de 700 personnes venues de France, mais aussi de plusieurs pays d’Europe. Témoignage d’un correspondant de NOVOpress Breizh.

Lire la suite