Tag Archives: abattoirs

Aïd el Kebir : non aux abattoirs temporaires !

23/09/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Alors que les musulmans de France s’apprêtent à fêter l’Aïd El Kebir le jeudi 24 septembre, le président de l’association Vigilance Halal dénonce, avec force, les abattoirs temporaires créés à l’occasion de la fête du sacrifice. Il met en cause les pouvoirs publics, incapables d’encadrer sanitairement une coutume que certains jugent archaïque et contestable.
Il est intéressant à ce sujet de réécouter les promesses électorales de François Hollande au sujet de la viande halal : «que les Français sachent bien que sous ma présidence, rien ne sera toléré en termes de présence de viande halal dans les cantines de nos écoles»… 



Publié le
Viande halal : alerte sanitaire dans le Nord-Pas-de-Calais

Viande halal : alerte sanitaire dans le Nord-Pas-de-Calais

05/07/2014 – BAILLEUL (Novopress via le Bulletin de réinformation)
L’abattoir de la société ovine Flandre Artois (SOFA), basée à Bailleul (Nord), vient de suspendre ses activités. Les services vétérinaires ont relevé une série d’infractions aux normes d’hygiène. La suspension durera aussi longtemps que l’abattoir n’aura pas effectué les travaux de mise aux normes. La SOFA emploie dix salariés et alimente une bonne partie du réseau halal de la métropole lilloise et du Dunkerquois.

Crédit photo : DR

Aïd-el-Kebir 2013 : 1100 moutons égorgés à Trappes (78)

Le 15 octobre 2013, la Fondation Brigitte Bardot est présente à l’abattoir temporaire de Trappes pour dénoncer l’égorgement des moutons sans aucune insensibilisation préalable. Aïd-el-Kebir et abattage rituel quotidien dans les abattoirs : la Fondation Brigitte Bardot exige que tous les animaux soient étourdis avant leur mise à mort pour leur éviter d’inutiles souffrances.

Publié le
La Bretagne commence à gronder

La Bretagne commence à gronder

18/10/2013 – 19h00
RENNES (NOVOpress) –
L’incendie couve en Bretagne face à la crise que connaît le secteur agroalimentaire avec la suppression de 900 emplois chez Gad, 500 autres prochainement chez Harvest Marine auxquels s’ajoutent les 1000 emplois supprimés l’année dernière chez Doux. L’agroalimentaire emploie plus de 80 000 personnes en Bretagne qui subit de plein fouet la concurrence des autres pays européens Certains ne sont pas sans comparer la situation de l’agroalimentaire en Bretagne à la crise qu’a connu la sidérurgie en Lorraine, avec la casse que l’on connaît : des régions entières sinistrées économiquement, en proie au désespoir social.

Dans l’agriculture aussi, directement dépendante des industries agoalimentaires, les temps sont rudes : En 10 ans sur une surface agricole comparable, le nombre d’exploitations et de leurs patrons (chefs ou coexploitants) a chuté d’un tiers, tandis que les salariés permanents non-familiaux progressait, symptôme d’une montée en puissance des grands groupes, au détriment des petits producteurs…

Autre motif de colère : la mise en place au 1er janvier 2014 de l’écotaxe, perçue par les Bretons comme une nouvelle gabelle. Ce dispositif fiscal à vocation écologique va s’appliquer à tous les camions français et étrangers de plus de 3,5 tonnes qui circulent sur le réseau national non payant et qui seront contrôlés automatiquement par des portiques bardés d’électronique (photo ci-dessus). La Bretagne paiera le prix fort pour cette nouvelle taxe puisqu’elle ne dispose d’aucune autoroute payante et qu’elle constitue une péninsule à l’extrême ouest. Les transporteurs bretons ont d’ores et déjà calculé que cette écotaxe coûtera 70 à 80 millions d’euros aux seules entreprises agricoles et agroalimentaires et dissuaderait d’éventuels investisseurs de s’installer en Bretagne.

Lire la suite