2015EaglesOfDeathMetal_JF_40502250915.hero_

Le chanteur des Eagles Of Death Metal ose critiquer l’islam ? Rock en Seine déprogramme le groupe !

26/05/2016 – FRANCE (NOVOpress)
En France, la polémique enfle au sujet du chanteur des Eagle of Death Metal, le groupe qui jouait au Bataclan le soir des attentats du 13 novembre dernier.

Dans une interview accordée à un site américain, Jesse Hughes affirme notamment que les agents de sécurité musulmans du Bataclan étaient complices des terroristes. Il assure avoir vu Salah Abdeslam dans la salle avant le concert, mais aussi des musulmans en train de célébrer dans les rues de Paris pendant la prise d’otages.

Comme il n’est pas bon de critiquer l’islam en France, certains organisateurs de festivals ont décidé de déprogrammer le groupe. Voici un tweet posté par Rock en Seine : « En désaccord total avec les propos tenus par Jesse Hughes, le concert des Eagles Of Death Metal est annulé ».

http://takimag.com/article/surrendering_to_death_gavin_mcinnes/print#axzz49bAsA3pQ



Femme pleurs

La Fête des mères remplacée par la « Fête des gens qu’on aime » !

26/05/2016 – PRIGNAC-ET-MARCAMPS (NOVOpress avec Infos Bordeaux) : A l’école maternelle de Prignac-et-Marcamps, en Gironde, la Fête des mères est remplacée par la « Fête des gens qu’on aime » ! Les parents en ont été informés par ce mot dans le cahier de liaison des enfants :

« Chers parents, au vu de situations familiales délicates de certains enfants, nous avons décidé de fêter la “fête des gens que l’on aime” et non pas les traditionnelles fêtes des mères et pères. Chaque enfant a donc créé avec son enseignante deux objets qu’il offrira aux personnes de son choix. Les deux objets seront ramenés à la maison en même temps cette semaine. Cordialement, les maîtresses. »

Les maîtresses en question sont la directrice de l’école, Julia Pinard, et Elise Lambert, l’instit des moyenne et grande sections. L’affaire a été révélée par la mère d’un enfant scolarisé, qui a publié le message sur son compte Instagram, trouvant l’initiative « géniale parce qu’elle prône l’amour avant tout »,

Cette « alternative plutôt ingénieuse », explique Femme actuelle, « devrait plaire aux enfants issus de familles monoparentales, homoparentales, adoptés ou encore ceux n’ayant jamais connu leur père/mère », énumération qui oublie toutefois de mentionner les enfants élevés par des transgenres, ce qui n’est pas loin de la discrimination…

Contactée par un journaliste, Julia Pinard affirme : « Notre devoir de réserve ne nous permet pas de communiquer sur ce sujet. Cependant, toute l’équipe enseignante est ravie de lire des retours et commentaires positifs sur cette initiative. »

Nous suggérons à Mme Pinard de demander maintenant à ce que l’établissement qu’elle dirige soit débaptisé, cessant ainsi d’arborer ce nom odieusement réactionnaire et discriminatoire d’école « maternelle ».

Prignac-et-Marcamps

Salah Abdeslam

Terrorisme islamiste : Salah Abdeslam préparait-il de nouvelles attaques ?

25/05/2016 – EUROPE (NOVOpress)
Une liste de cibles potentielles en France a été découverte dans un ordinateur retrouvé au sein l’appartement qui a servi de planque à Salah Abdeslam à Forest, en Belgique.

Les enquêteurs ont la conviction que l’appareil appartient au seul membre des commandos de Paris encore vivant. Ils y ont repéré un document évoquant des lieux à attaquer, de Marseille à Strasbourg, et différents modes opératoires. Surtout cette liste avait déjà été publiée en janvier dans les médias français avant, semble-t-il, être reprise par Abdeslam, alors en cavale.


casseur_XVM818bed38-20ce-11e6-85bf-82d1da223fc8

Psychologie du casseur en démocratie avancée

24/05/2016 – FRANCE (NOVOpress via FigaroVox)
La scène de l’agression du policier et l’incendie de sa voiture a choqué un grand nombre de personnes. Mathieu Bock-Côté, docteur en sociologie et chargé de cours aux HEC à Montréal, tente d’analyser les motivations des casseurs.

L’anarchisme radical est habité par le fantasme de la guerre civile. La plupart du temps, cette mouvance idéologique est confinée dans les marges de la cité et condamnée à se perdre dans une glose indigeste. L’anarchisme radical habite un monde parallèle, celui du refus radical de la société telle qu’elle est: il se perd en théories alternatives où il a tendance à se réfugier. Un autre monde est possible: il s’en convainc tous les jours. Mais lorsque la société connaît des tensions, cette mouvance se jette au cœur de la cité et espère exciter le conflit et le radicaliser, en le durcissant, en le polarisant, en le poussant à la guerre civile.

Mathieu Bock-Côté considère que les casseurs sont plutôt dans la parodie révolutionnaire :

Évidemment, nous ne sommes pas au seuil d’une révolution. Les casseurs s’adonnent plutôt à une parodie révolutionnaire, ils mettent en spectacle leur propre refus de la société qui elle-même s’émeut à l’idée d’être aussi ouvertement défiée. On ne fera pas l’erreur, toutefois, de ne pas les prendre au sérieux. En un sens, c’est la possibilité du chaos, qui n’est jamais évacuée complètement d’une société, qui resurgit.


La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Vers un crash économique mondial ? – Par Guillaume Faye

06/04/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

Les économistes classiques distinguent deux niveaux de crise : la récession et la dépression, la première étant passagère (une grippe), la seconde étant plus grave (une pneumonie), comme la crise de 1929. Il existe un troisième niveau, jamais envisagé, à tort, par les économistes officiels : le crash, comparable à un cancer. Mortel. Le dernier en date eut lieu au début du Ve siècle avec l’effondrement de l’Empire romain d’Occident. Il aura fallu près de mille ans pour s’en remettre. Voici quels sont les facteurs de déclenchement possibles de l’ apocalypse économique.

1. Un mécanisme spéculatif international fondé sur des robots numériques et déconnecté de l’économie réelle.

Le spéculateur va du fonds de pension au petit épargnant en passant par les banques et autres institutions financières, avec aussi les fonds souverains et les important investisseurs privés. Les bourses ne dépendent plus des ordres concrets des détenteurs d’actions mais les ordres d’achats et de ventes, instantanés, sont définis par des algorithmes informatiques, simplement contrôlés, mais non décidés intelligemment, par des ”financiers” rivés à leurs écrans. Ce sont les milliers de robots interconnectés qui décident de vendre, d’acheter, d’emprunter, de prêter. De gigantesques flux d’argent, hors contrôle et totalement virtuels innervent la planète à une vitesse et avec une instantanéité phénoménales. Cela n’a aucun rapport avec l’économie réelle et peut créer des bulles explosives. Le terme d’ « économie de casino », créé par le prix Nobel d’économie Maurice Allais s’applique aujourd’hui bien plus que de son temps.

2. Un système bancaire international opaque et adepte de pratiques dangereuses.

Blanchiment d’argent sale, aide aux fraudes fiscales, prêts pourris… La prudence et l’honnêteté de beaucoup de banques (pas toutes évidemment !) dans tous les pays du monde peuvent être mises en cause. Il en va de même pour les compagnies d’assurance. Les banques des deux premières économies mondiales (États–Unis et Chine) sont particulièrement adeptes de créances douteuses et de pratiques risquées et opaques. L’absence de réorganisation du système bancaire international après l’alerte de 2008–2009 est inquiétante parce que le niveau des créances et d’opérations dangereuses ne cesse d’augmenter.

Lire la suite

journaliste

Quand certains journalistes rêvent de devenir flics

Source : OJIM

Il y a des vocations ratées. Certains se retrouvent dans le domaine de l’information (ou plutôt ce qu’ils croient être de l’information même s’ils sont la plupart du temps dans le formatage) alors qu’ils ont en eux une vocation rentrée d’enquêteur, de dénonciateur et rêvent de maintien de l’ordre. Démonstration.

C’est une tribune de France 3 Nord Pas de Calais du 9 mai dernier. Pas la tribune d’un homme politique, d’un syndicat ou d’une association, non, une tribune de la rédaction. On pourrait imaginer une tribune pour défendre la liberté d’expression mise à mal par les lois mémorielles liberticides. Ou un tribune pour protéger les sources des journalistes. Non, c’est une tribune appelant à la répression contre les internautes qui postent des commentaires incorrects sur le site régional de France 3… Des internautes se réjouissant de la disparition d’un migrant, par exemple. Chacun jugera ces commentaires comme il l’entend mais il est, disons, étonnant, de lire des journalistes (sic) qui prétendent remplacer la police et pourquoi pas les magistrats. Comme le souligne Libération avec ferveur « Au sein des rédactions concernées certains journalistes pensent donc qu’il faudrait porter plainte pour aller au bout des choses » (c’est nous qui soulignons).

Lire la suite

xavier_raufer_2

Xavier Raufer : « Avec les islamo-gauchistes, désigner l’ennemi devient difficile… »

24/05/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Durant son audition, le 10 mai dernier, devant la commission de la défense nationale et des forces armées de l’Assemblée nationale, Patrick Calvar, le patron de la direction générale de la Sécurité intérieure (DGSI), a exprimé ses craintes d’un nouvel attentat terroriste sur le sol français. Mais, chose étonnante, il a conclu sur la nécessité de combattre « l’ultra-droite » qui n’attendrait, selon lui que « la confrontation ». Réaction de Xavier Raufer.


Kevin Philippy

La police désarmée, par Caroline Parmentier

La police que Cazeneuve aime, c’est celle qui ne riposte pas et ne fait jamais usage de son arme.

« Vous êtes un exemple » a-t-il déclaré au très courageux Kevin Philippy en le décorant. Il s’en est pourtant fallu de peu qu’il y reste. Lui et sa collègue Alison Barthélémy. Les images vidéos témoignent de la violence criminelle des casseurs gauchistes pulvérisant à coups de barre de fer les vitres du conducteur et du passager, tapant sur la carrosserie puis jetant un engin incendiaire tandis que les fonctionnaires étaient encore dans le véhicule qui s’enflammera et brûlera entièrement et enfin cognant à coups de tuyaux sur Kevin Philippy qui se protégera à mains nues et sera contraint de battre en retraite.

C’est bien cela le modèle de police que prône Cazeneuve ? Une police désarmée contrainte de reculer devant ceux qui veulent la tuer ? Et le ministre de l’Intérieur d’insister dans son discours : « A aucun moment, on ne vous voit porter la main à votre arme. » Parce que s’il l’avait fait, c’eût été hautement répréhensible ? Et Cazeneuve aurait été le premier à le lâcher ? Avant le lynchage des médias puis celui de la justice.

Interrogé par la presse Kevin Philippy aura des mots lourds de sens : « Je ne suis pas le seul, il y a des collègues sur le terrain qui prennent plus cher que moi. Ce sont eux les héros et pas moi. » Alors que près de 500 policiers ont été blessés depuis le début de cette chienlit, dont plusieurs grièvement, certains lynchés à même le sol avec une haine inouïe, c’est ça le signal que le premier flic de France envoie aux forces de l’ordre exténuées et révoltées ? C’est comme ça qu’il compte rétablir l’ordre et l’autorité régalienne de l’Etat alors que les émeutes ravagent les centres-villes et affaiblissent le pays sur lequel la menace terroriste islamiste pèse plus que jamais ?

Les quatre agresseurs de Kevin Philippy et Alison Barthélémy sont à l’image de cette racaille gauchiste que le gouvernement traite avec une incroyable complaisance et une indulgence paternelle. Ils pourraient être les enfants de Cazeneuve ou Cazeneuve lui-même s’il n’était pas devenu sagement juriste à la Banque populaire avant d’intégrer les cabinets ministériels. Agés de 18 à 32 ans, ce sont trois « étudiants » en histoire, sociologie et géographie et un chômeur. Gardons-lui précieusement ses allocations-chômage à celui-là, surtout qu’il suit une formation d’éducateur spécialisé pour laquelle il a comme on le voit les meilleures prédispositions. Ils sont issus de milieux « favorisés ». Tous « militants antifascistes ». De « bons jeunes » on vous dit. Et eux quand ils tabassent un policier noir, ce n’est pas du racisme.

Caroline Parmentier

Article paru dans Présent n° 8613 daté du 24 mai 2016

2015EaglesOfDeathMetal_JF_40502250915.hero_

Eagles of Death Metal : la bien-pensance a encore frappé

Source : Boulevard Voltaire

Le massacre du Bataclan n’a pas fini de faire parler de lui. Jesse Hughes, le leader du groupe Eagles of Death Metal dont les membres avaient échappé à la tuerie, vient de déclencher l’ire de deux festivals français de musique. Rock en Seine et le Festival du Cabaret Vert de Charleville-Mézières viennent purement et simplement d’annuler leurs concerts. C’est un tweet de François Missionnier, le créateur de Rock en Seine, qui nous le confirme : « En désaccord total avec les récents propos tenus à un média américain par Jesse Hughes, le chanteur des Eagles, les deux festivals ont décidé d’annuler les concerts du groupe. »

Claude Askolovitch vient d’en rajouter une couche en tweetant : « C’est en allant écouter un vieux con que des dizaines d’innocents ont rencontré leurs assassins. » Il est vrai que ce polémiste a largement pris une positon pro-islamiste dans son livre Nos mal-aimés. 

Mais qu’a donc déclaré le chanteur pour déclencher un tel séisme ? Je vous le donne en mille : Jesse Hughes s’est permis de critiquer l’islam. Il a osé accuser l’islam d’être responsable du carnage parisien.

Lire la suite

Acharnement policier contre Béatrice Bourges

Béatrice Bourges : « Béziers est la ville de France qui symbolise la Résistance »

20/05/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Béatrice Bourges, cofondatrice de la Manif pour tous et porte-parole du Printemps français, participera les 27, 28 et 29 mai prochain au Rendez-vous de Béziers et notamment à la table-ronde « École : passer au Kärcher l’école de Mai 68, on commence par quoi ? ». S’autoproclamant « altersystème », elle insiste sur la nécessité de bâtir notre civilisation sur des valeurs fortes et réelles.


Illettrisme

Inquiétant : un jeune Français sur dix en difficulté de lecture

19/05/2016 – PARIS (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Les difficultés de lecture chez les jeunes de 16 à 25 ans s’aggravent : un jeune de nationalité française sur dix (9,9 %) est jugé comme ayant de très faibles capacités de lecture, un jeune sur vingt étant même considéré comme illettré !

Ces statistiques découlent d’évaluations réalisées en 2015 sur 770 000 jeunes ayant participé aux journées de Défense et Citoyenneté (JDC). L’étude constate « un important déficit de vocabulaire et une compréhension minimale des textes », et notre que les garçons sont plus en difficulté que les filles :

« Le pourcentage de jeunes en grande difficulté est très différent selon le sexe : 11,3 % des garçons contre 8,4 % des filles. De fait, les garçons réussissent moins bien les épreuves de compréhension (traitements complexes). De plus, ils témoignent plus souvent d’un déficit des mécanismes de base de traitement du langage écrit. »

Nuit Debout

Tribune libre – Une époque trouble, par Vincent Revel

Les mioches trop gâtés qui participent à l’opération « Nuit Debout » ont l’impression de vivre en rebelles modernes. Appuyés par des médias complaisants, nos jeunes bobos, en mal de sensations, parfaits têtes à claques, espèrent écrire et changer l’histoire alors que, sans le savoir, ils en sont déjà sortis en renonçant volontairement d’être des Européens responsables enracinés dans une mémoire. Avec le temps, que restera-t-il de leur colère conformiste ?

Périclès

Périclès

L’époque moderne a créé l’enfant roi déstructuré, capricieux et déconnecté des générations ayant difficilement construit ce que nous possédons aujourd’hui. Notre société a toujours été de l’avant en s’appuyant sur le socle de la famille et sur le respect des anciens. Sans la transmission d’une mémoire collective, la société et les familles ne peuvent qu’éclater. Cessons de tout déconstruire ! A la suite de Périclès, nous pourrions déclarer : « Ne soyons pas inférieurs à nos ancêtres qui ont fait cet empire et n’en ont pas hérité, qui l’ont conservé et nous l’ont transmis. »

Actuellement, nombreux sont nos jeunes à se réfugier dans un hédonisme, un individualisme mais aussi à trouver un réconfort dans la drogue ou à chercher un sens à leur vie dans des expériences nihilistes et spirituelles sectaires. Combien sont-ils à devenir des militants antifascistes complètement déstructurés ? Combien sont-ils à se convertir à l’islam pour s’enfermer dans un extrémisme qui les pousse à détruire ce qu’ils ont été ? Combien sont-ils à devenir des fanatiques ?

Muriel Degauque

Muriel Degauque

En écrivant ceci, je pense à Muriel Degauque. Le 2 décembre 2005, Le Figaro titrait : « Le parcours de la boulangère belge devenue kamikaze en Irak. La première Européenne à se faire exploser ». Elle avait 38 ans et était mariée à Hissam Goris, « un salafiste parti deux fois à la Mecque ». Les deux sont morts les armes à la main. Comment une jeune femme occidentale, héritière de Pénélope, d’Aliénor, de la reine Mathilde, d’Hildegarde, d’Anne de France, dame de Beaujeu, de la marquise de Sévigné, de Madame de Lafayette, de Georges Sand, de Brigitte Bardot…, a-t-elle pu en arriver là ?

Pourquoi autant de nos jeunes abandonnent-ils leur culture pour parfois en épouser une autre qui s’exprime régulièrement par la violence afin de se retourner contre leurs patries ? Le professeur de psychopathologie clinique Bernard Chouvier nous explique, dans un chapitre de son livre Les Fanatiques, le parcours d’un jeune Américain se nommant John Walker. Il s’était éloigné des siens pour se tourner vers un islam radical qui le mena à intégrer un camp afghan.

John Walker

John Walker

Elevé dans une famille permissive où les parents ne croyaient en rien si ce n’est que tout est permis, John Walker devint au fil du temps un ennemi de son propre pays. Bernard Chouvier tente de comprendre le mécanisme qui a fait de cet américain un fou d’Allah. Il se tourne vers la responsabilité du père et de la mère « qui à force d’être tolérants et ouverts à la nouveauté » ont créé un malaise en plongeant leur enfant dans l’insécurité :

« Au lieu du cocon familial protecteur attendu, l’enfant ne trouve qu’une ambiance délétère et pleine d’incertitudes. Et pour l’adolescent, les choses empirent. Il ne parvient à s’opposer à rien, puisque tout est fluide autour de lui. Le laxisme ambiant lui plaît dans un premier temps, mais ne lui offre pas vraiment de perspectives structurantes. Sans modèle identificatoire stable ni position de rejet clairement repérable, il est contraint à chercher seul sa propre voie. »

Pour cette raison, c’est de la folie pure d’avoir programmé un concert du rappeur Black M pour la commémoration de la bataille de Verdun, comme c’est de l’inconscience de laisser les milices antifascistes semer la terreur en toute liberté depuis plusieurs semaines. Cette volonté d’encourager la détestation de soi, d’entretenir un esprit laxiste au détriment de la mémoire collective est juste suicidaire.

Dans le jardin de la bêteCette réalité devrait nous mettre en garde. Nous savons tous que la nature a horreur du vide. Si nous ne transmettons plus rien à nos enfants, si ce n’est l’utopie du bien vivre ensemble, d’autres s’en chargeront à notre place que ça nous plaise ou non. Le romancier Erik Larson écrivait dans son livre Dans le jardin de la bête, « en des périodes de grande tension, les hommes abandonnent trop volontiers les repères sociaux du passé pour s’aventurer en territoire inconnu. Et la conséquence a toujours été la réaction, parfois le désastre. »

Vincent Revel