À la une

Malgré le soutien du maire, les habitants de Blaye (Gironde) ne veulent pas de mosquée

30/01/2015 – BORDEAUX (NOVOpress via Infos Bordeaux)
Le 8 janvier dernier, à l’occasion du rassemblement en souvenir des victimes de Charlie Hebdo, Denis Baldès, le maire de Blaye (commune de Gironde située à 60 kilomètres de Bordeaux), avait annoncé son soutien « au projet de mosquée ».

L’ancien communiste reconnaissait pourtant dans la foulée « le rapport difficile que les musulmans peuvent vivre avec leurs voisins ». Le journal Sud-Ouest apporte hier matin quelques précisions : « C’est la troisième fois que l’association des musulmans de Blaye tentent d’acheter un terrain pour construire une nouvelle mosquée. Et à chaque fois, c’est le même scénario. Le voisinage fait pression sur les propriétaires pour faire capoter la vente ».

En effet, les musulmans de Blaye souhaitaient acheter un terrain rue Taillasson, mais les riverains ont immédiatement lancé une pétition qui a fait échouer le projet.

Cette commune de près de 5000 habitants est devenue une place forte du Front national. Aux dernières élections européennes, Louis Aliot terminait en tête, plus de 7 points devant le candidat socialiste. Aux élections départementales, le parti de Marine Le Pen sera représenté par Pierre Dinet, candidat sur le canton depuis 1999 et par ailleurs à la tête du « Comité Anti-Mosquée de Blaye ».


Crédit photo : DR.

La presse en France : encore plus de subventions, mais toujours moins de liberté !

La presse en France : encore plus de subventions, mais toujours moins de liberté !

30/01/2015 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Une des conséquences de l’attentat subi par l’hebdomadaire Charlie Hebdo aura été d’avoir fortement accru son tirage, au moins pour le numéro du 14 janvier. Avec 7 millions d’exemplaires vendus, il a gagné plusieurs millions d’euros.

Pourtant, Fleur Pellerin a annoncé vouloir subventionner encore plus la presse !
Ce qui est curieux, car jusqu’à peu, même sans ressources publicitaires, Charlie Hebdo refusait toute aide publique pour pouvoir conserver son indépendance. Néanmoins, il y a quelques jours, la ministre de la Culture a promis d’élargir le système des aides à la presse afin d’en faire bénéficier les hebdomadaires et les mensuels.

Le système de subventions distribue déjà 2 milliards d’euros !
Mais il ne concerne que la presse quotidienne, que le public boude de plus en plus. Le citoyen paye, quoi qu’il fasse, pour des journaux dont il ne partage ni l’orientation politique, ni le style. Pourtant, la qualité ne semble pas vraiment au rendez‑vous.
L’argument employé ici par la ministre est celui du « soutien au pluralisme de la presse ».

Mais ce pluralisme, donc, la liberté de la presse, est‑il vraiment pleinement assuré, en France ?
Pas vraiment. Selon l’édition 2014 du classement mondial de la liberté de la presse de Reporters Sans Frontières, qui compare la liberté et la qualité de la presse dans le monde, la France n’est que 39e…

Le pays des droits de l’homme, du vivre‑ensemble où tout le monde est Charlie est derrière la Suisse ou la Pologne, mais aussi la Jamaïque ou la Namibie… Et la France perd des places dans ce classement.

Une place médiocre pour un pays dont les dirigeants se vantent de ses principes de liberté
En réalité, on constate l’avalanche de lois qui restreignent tous les jours un peu plus la liberté d’expression. Et cela est renforcé depuis l’attentat contre Charlie Hebdo, avec le contrôle accru d’Internet.

Tout se passe en pratique comme si les subventions jouaient le rôle de déterminer quel journal peut vivre ou non, à l’abri des contraintes de marché. Cette situation où le gouvernement achète la presse en échange de ses attaques contre les libertés n’est guère favorable à un réel pluralisme.

Crédit photo : Raphaël V., via Flickr, (cc).

Islamisation des campagnes : des salafistes vivent en autarcie dans un village du Cher

VIDÉO BFMTV (29/01/2015) - À Châteauneuf-sur-Cher, un groupe d’une vingtaine de salafistes d’obédience tabligh, des musulmans adeptes d’un islam rigoriste, inquiètent certains spécialistes qui les considèrent comme sectaires. Ils vivent coupés du reste des habitants et ont quitté la ville pour pouvoir pratiquer leur religion à l’abri des regards. Ces dernières années, plusieurs jihadistes français se sont radicalisés au contact de ce mouvement.


Voir aussi : L’islam rigoriste commence à s’exporter dans les campagnes (franceinfo.fr)

Publié le
De quoi le « choc des civilisations » est-il le nom ?

De quoi le « choc des civilisations » est-il le nom ? Par Jean-David Cattin

29/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Régulièrement, l’expression « choc des civilisations », tirée de l’essai du même nom rédigé par le professeur américain de sciences politiques Samuel Huntington, est utilisée dans le débat public. Force est de constater qu’elle l’est souvent à mauvais escient.

Certains l’imaginent comme étant le manifeste impérialiste des néo-conservateurs américains et le fondement de leur interventionnisme à tout crin. Certains pensent même qu’il s’agit d’une sorte de nouvel appel à une croisade de la démocratie libérale contre le monde musulman. En somme, elle constituerait un condensé de la politique étrangère américaine telle qu’elle a été appliquée par les faucons de l’administration Bush. On ne pourrait pas se tromper davantage.

C’est même l’exact inverse, puisque cette thèse s’oppose frontalement à celle de Francis Fukuyama, universitaire lui aussi, qui prétend que l’histoire serait terminée, que la démocratie libérale aurait triomphé et qu’il faudrait ainsi la répandre dans le monde entier, par la guerre si nécessaire. Ainsi, Fukuyama a souhaité et encouragé à de nombreuses reprises la guerre en Irak, lorsque Huntington, lui, la critiquait.

Le drame est que l’expression « choc des civilisations » a une telle puissance d’évocation que certains se la sont désormais appropriée pour justifier, ou bien dénoncer, une politique qui va en fait à l’encontre des idées d’Huntington.

Lire la suite

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)

29/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Combattre la propagande djihadiste incitant les « jeunes » candidats au djihadisme en utilisant –détournant– les mêmes armes que les terroristes islamistes est-elle la bonne solution ? C’est du moins ce qu’espère le gouvernement français qui a lancé mercredi un site internet (interdit au moins de 12 ans, la belle affaire !) pour détailler ses mesures antiterroristes et tenter de contrer la propagande djihadiste qui envahit les réseaux sociaux.

Contre le djihad : un site ! (Présent 8283)Contre-discours

Le site en question : http://www.stop-djihadisme.gouv.fr/

Un clic, et ça démarre. Sur un fond sonore censé faire peur, des images extraites de vidéos et de page Facebook de propagande appelant au joyeux djihad pour tous se succèdent. Puis apparaissent des messages écrits destinés aux apprentis « Rambo » prêts à aller se faire tuer pour imposer la charia au monde et aller retrouver les vierges promises au paradis d’Allah.

Des messages du genre « Ils te disent : sacrifie-toi à nos côtés, tu défendras une juste cause » suivi d’un contre-argument où l’on peut lire : « En réalité, tu découvriras l’enfer sur terre et mourras seul loin de chez toi ».

Lire la suite

Nous sommes tous bastiais ! La banderole qui fait enrager Nicolas Sarkozy

Nous sommes tous bastiais ! La banderole qui fait enrager Nicolas Sarkozy

29/01/2015 – (via l’hebdomadaire Minute)
Lors du match de foot Bastia-PSG, des supporteurs corses ont déployé une banderole affirmant que le Qatar finançait le PSG… et le terrorisme. Ce qui a mis en boule Nicolas Sarkozy, fervent supporteur du PSG et grand ami du Qatar. Toutefois, à l’UMP, le député Bruno Le Maire réclame une commission d’enquête sur le Qatar et ses relations avec le terrorisme islamiste.

La commission de discipline de la LFP (Ligue de football professionnel) a convoqué les dirigeants du SC Bastia pour sa séance du jeudi 5 février. Objet de cette « invitation » qui pourrait se solder par une lourde sanction pour le club corse : le déploiement d’une banderole le 10 janvier au stade Armand-Cesari. Ce samedi-là, trois jours après le massacre de « Charlie Hebdo » et au lendemain de la tuerie du supermarché casher de la porte de Vincennes, le SC Bastia, dans le cadre du championnat de France de football, recevait le Paris-Saint- Germain qui est la propriété du cheikh Al-Thani, l’émir du Qatar. Au moment de la minute de silence pour rendre hommage aux victimes des attentats, des supporteurs corses ont déployé une banderole où l’on pouvait lire: «Le Qatar finance le PSG… et le terrorisme ».

Après la rencontre, les dirigeants du PSG ont annoncé leur intention de porter plainte pour diffamation. Ils n’en ont pourtant rien fait. Officiellement, les avocats du PSG ont expliqué que leur action ne pourrait pas aboutir : c’est le Qatar qui a été diffamé et c’est à lui de porter plainte s’il le souhaite. Mais il ne le souhaite pas… Car l’émir n’est pas très chaud à l’idée que d’éventuels liens entre son pays et le terrorisme islamiste soient évoqués devant un tribunal français…

Nasser Al-Khelaïfi, président qatari du PSG, a refilé la patate chaude à Frédéric Thiriez, le patron de la LFP : « J’attends que la Ligue prenne des décisions et des sanctions. » La Ligue a donc convoqué les dirigeants du SC Bastia qui risquent une sanction sportive.

Lire la suite

Nouvelle hausse du chômage, et ça continue, encore et encore… (Présent 8282)

Nouvelle hausse du chômage, et ça continue, encore et encore… (Présent 8282)

Ci-dessus : tweet de Ségolène Royal le 28/07/2011 , Nicolas Sarkozy était Président de la République.

28/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
« Il ne faut pas s’attendre à des miracles », confiait mardi matin Manuel Valls. Et c’est bien ce que nous faisions. Mais avec quelque 8.100 demandeurs d’emplois supplémentaires en décembre dernier et 193.200 sur l’année écoulée, 2014 aura été l’année la plus catastrophique depuis l’arrivée au pouvoir de François Hollande. Un fiasco monumental pour celui qui nous promettait « l’inversion de la courbe » avant la fin 2013, qui n’empêche pas cependant François Rebsamen de se dire « optimiste ».

Nouvelle hausse du chômage, et ça continue, encore et encore… (Présent 8282)« Cause nationale »

Ainsi, selon les chiffres rendus publics par le ministère du Travail mardi soir, le nombre de demandeurs d’emploi toutes catégories confondues s’établissait fin décembre à 5 218 200 en métropole (5 521 200 Dom compris). Un chiffre en hausse de 0,8 % le mois dernier et de 6,4 % sur l’année. Premières victimes de cette énième augmentation : les inscrits âgés de 50 ans ou plus, dont le nombre a cru de 0,6 % en décembre (+5 200 inscrits) et de 10,4 % (+77 700) sur l’année. Mais aussi les chômeurs de longue durée, inscrits à Pôle Emploi depuis un an ou plus, dont le nombre a atteint 2 254 600 inscrits en décembre 2014. Sur un an, il a progressé de 9,7 %, soit 199 700 personnes supplémentaires. Un chômage de longue durée contre lequel François Hollande était là encore parti en croisade, l’érigeant même en « cause nationale » lors de la Conférence sociale de juillet dernier…

Lire la suite

Elections grecques : une coalition inédite de la gauche radicale et des souverainistes

Elections grecques : une coalition inédite de la gauche radicale et des souverainistes

28/01/2015 – ATHÈNES (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Alexis Tsipras (photo), nommé Premier ministre dès lundi, a constitué son gouvernement hier. Aux côtés des ministres du parti Syriza de la gauche radicale, le nouveau gouvernement grec compte des ministres issus de la droite de conviction. Il s’agit de membres du parti des Grecs indépendants, appelé Anel. On compte parmi eux le chef d’Anel : Panos Kammenos, connu pour son franc‑parler, a été nommé ministre de la Défense.

Anel est clairement un parti souverainiste de droite
Le souverainisme et le populisme d’Anel sont précisément ce qui justifie cette alliance de circonstance entre la gauche radicale et des conservateurs de droite. Le parti des Grecs indépendants a récemment quitté le giron du centre‑droit libéral, par opposition à la politique de maintien dans la zone euro à tout prix.

Syriza et Anel partagent dans l’immédiat un même objectif :
Renégocier les obligations de la Grèce avec l’Union européenne et le FMI, notamment en allégeant et en reportant le paiement de la dette grecque. Ce n’est que si les créanciers de la Grèce refusaient cette restructuration de la dette que la nouvelle coalition grecque devrait se résoudre à quitter la zone euro.

Cette alliance reste néanmoins fragile
Alors que Syriza est favorable à une Europe fédérale, au laxisme migratoire et hostile aux valeurs traditionnelles et à l’Eglise, Anel affirme des convictions opposées : souverainisme, protection contre l’afflux d’immigrés, attachement aux valeurs traditionnelles.

En cas de déception, l’électorat populaire pourrait se reporter sur Aube dorée

Lire la suite

Laïcité : la loi de 1905 vit-elle ses derniers instants ?

Laïcité : la loi de 1905 vit-elle ses derniers instants ?

28/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Alors que le gouvernement socialiste depuis le 7 janvier récite comme un mantra le mot “laïcité” pour faire croire encore aux vertus du vivre-ensemble et de la société multiculturelle, les représentants des musulmans en France, officiellement “modérés”, utilisent la sidération des attentats commis pour favoriser encore plus leur religion. Aidés en cela, il est vrai, par une gauche in fine qui veut appliquer le programme de Terra Nova et sa logique inclusive, où les termes assimilation et intégration sont vus comme des termes discriminants.

Ainsi, dans un entretien accordé au quotidien L’Opinion, Anouar Kbibech, vice-président du Conseil français du culte musulman (photo), affirme : « Un moratoire sur la loi de laïcité de 1905 pourrait être une des solutions »

Je vous l’accorde, lorsque la loi de séparation de l’Eglise et de l’Etat est votée en décembre 1905, l’islam n’était pas sur la photo ! Aujourd’hui les choses ont changé. La communauté des musulmans de France est confrontée à des problèmes financiers. La loi de 1905 a été le point d’équilibre entre les politiques et le religieux. Le fait de rouvrir cette loi, à cause ou grâce aux musulmans, risquerait de raviver un certain nombre de querelles étrangères au culte musulman et héritées de différents débats qu’il y a eut avant qu’elle ne soit votée. Un moratoire sur la loi de 1905 a déjà été préconisé par des responsables politiques de droite et de gauche. A chaque fois, de vives polémiques ont suivi. Cela pourrait donc être l’une des solutions mais sans aucun doute difficile à mettre en œuvre. Le chemin sera épineux. Peut être qu’aujourd’hui, avec l’unité nationale retrouvée, le contexte serait il plus favorable ; un consensus politique sur ce sujet pourrait émerger. Les musulmans sont pragmatiques, ils ont des besoins et sont ouverts à toutes les solutions.

L’Etat islamique perd la ville de Kobané mais promet de nouvelles attaques en Europe

L’Etat islamique perd la ville de Kobané mais promet de nouvelles attaques en Europe

28/01/2015 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)

L’Etat islamique freiné dans son expansion

Après 4 mois de combats violents entre les troupes de l’Etat islamique et les forces kurdes soutenues logistiquement par les forces de la coalition internationale, la ville de Kobané est sous contrôle kurde. Cette victoire des forces kurdes et la débandade des jihadistes a une haute valeur symbolique et marque la fin de l’expansion syrienne de l’Etat islamique, du moins pour le moment. Après de rudes combats qui ont fait plus de 1 600 morts depuis la mi‑septembre, les unités de protection du peuple kurde se sont rendues maîtres de la ville et ont repoussé les assaillants hors de la ville où ils les poursuivent encore. Ce revers pourrait marquer la première étape de la reconquête des territoires syriens actuellement sous contrôle de l’Etat islamique. Malgré tout, les jihadistes contrôlent encore quelques villages en périphérie de Kobané.

L’Etat islamique se réduit sur deux fronts

En effet, en plus de la victoire kurde à Kobané, l’expansion de l’Etat islamique se voit également réduite à l’Est. Le commandement de l’armée irakienne a annoncé ce lundi que ses troupes avaient récupéré le contrôle total de toutes les entités territoriales, villes, cantons et districts, de la province de Diyala. Les forces de la coalition estiment donc avoir réussi à endiguer l’expansion de l’Etat islamique en Irak, même si une grande partie du pays, dont la ville de Mossoul, est toujours sous le contrôle des jihadistes. L’expansion de l’Etat islamique a donc été arrêtée pour le moment sur les deux fronts avec des victoires hautement symboliques.

Mais la guerre risque de se globaliser

Lire la suite

“Jean-Luc Mélenchon, est-ce que les intégristes catholiques tuent les humoristes ?”

28/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Samedi dernier dans l’émission Les grandes questions sur France5, Jean-Luc Mélenchon emploie de nombreuses circonlocutions pour ne pas prononcer le mot d’islamistes ou encore moins de musulmans, à propos des tueries des frères Chérif et Saïd Kouachi et d’Amedy Coulibaly du 7 au 9 janvier.

Eliette Abecassis lui pose alors la question “Est-ce que les intégristes catholiques tuent les humoristes aujourd’hui ?” et ajoute “Il s’agit bien de l’intégrisme musulman”.

Publié le
Christine Lagarde lèche-babouche (Présent 8281)

Christine Lagarde lèche-babouche (Présent 8281)

27/01/2015 – RIYAD (NOVOpress)
Après les condoléances appuyées de François Hollande au nouveau roi Salmane, c’est Christine Lagarde qui a rendu hommage samedi au roi Abdallah d’Arabie saoudite, décédé la veille. Un hommage honteux. Scandaleux. Au cours duquel la présidente du FMI est allée jusqu’à saluer ce « grand leader » qui « était, de manière discrète, un grand défenseur des femmes » !

Une véritable provocation

Une du numéro 8281 de "Présent"

Une du numéro 8281 de “Présent”

Une véritable et insupportable provocation quand on sait que sous cette tyrannie wahhabite, fondée sur l’application la plus stricte de la charia, les femmes sont, de leur naissance jusqu’à leur mort, sous la tutelle permanente et légale des hommes. Pour étudier, se marier, voyager, pratiquer l’une des très rares professions qu’elles ont le droit d’exercer, subir une opération chirurgicale… Rien ne se fait sans l’autorisation du père, du mari, du frère, de l’oncle ou encore du fils. Et puis, il y a la liste interminable des interdits : activité sportive, conduite automobile… Pensez qu’il aura fallu attendre 2013 pour que ces dames soient autorisées à faire… du vélo ! Et encore : à condition d’être accompagnées d’un homme de leur famille et dans les zones de faible affluence.

Barbarie institutionnalisée

Dans ce beau pays où la plupart des bâtiments ont une entrée pour les hommes et une autre pour les femmes, les violences conjugales sont quasiment impunies. Et gare à celles qui tombent entre les mains de la sinistre Muttawa : flagellations, lapidations et même décapitations sont monnaie courante.

Une barbarie dont les femmes, d’ailleurs, ne sont pas les seules victimes : pour avoir défendu la liberté d’expression, considérée comme « une insulte à l’islam », le blogueur Raif Badawi a ainsi été condamné en novembre 2014 à dix ans de prison, une amende de 1 000 riyals et 1 000 coups de fouet. Il s’est d’abord vu infliger, le 9 janvier dernier, devant une mosquée de Jeddah, les 50 premiers coups de fouet et devait en recevoir 50 autres vendredi. Mais en raison d’une cicatrisation lente de ses premières plaies, la seconde flagellation a dû être reportée…

Franck Delétraz

Crédit photo Une : Chard pour Présent (c).


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !

Italie : le haut clergé se voile la face après une profanation dans une église

Italie : le haut clergé se voile la face après une profanation dans une église de Pérouse

27/01/2015 – PÉROUSE (NOVOpress) - Quelques jours seulement après l’attaque de Charlie Hebdo à Paris, une bande de cinq jeunes immigrés a profané, la cassant et urinant dessus, une statue de la Vierge Marie dans la paroisse de San Barnaba, dans la ville italienne de Pérouse. Le pasteur de l’église, le père Alessandro Scarda, affirme que les voyous ont brisé la statue en deux et ont commencé à la frapper “à coups de pied comme dans un ballon de football”, après quoi ils ont uriné sur les morceaux éparts, qui ont été par la suite récupérées, nettoyées et collées. La statuette est maintenant retournée dans sa grotte, un lieu où les habitants se retrouvent souvent dans la prière.

Quand les jeunes gens sont arrivés, un homme priait au pied de la statue, tenant à la main la photo de son épouse décédée. Les assaillants lui ont arraché et déchiré sa photo avant de la bruler sur la Madonnina.

D’après des témoins oculaires l’acte de vandalisme a été perpétré par « un petit groupe de personnes d’origine nord-africaine». Les coupables sont toujours en liberté et n’ont pas été identifiés.

L’évêque local s’est empressé de dissocier ces actes de violence d’une quelconque motivation religieuse.

« Nous devons condamner ces actes de vandalisme, » a-t-il déclaré, « mais pas leur attribuer une signification qu’ils n’ont pas, » mais il a également reconnu d’autres « épisodes récents d’intolérance envers les chrétiens de notre ville. » « Nous ne pouvons pas attribuer cet acte de vandalisme, » dit-il, « à la haine religieuse. »

L’évêque a souligné l’importance de ne pas alimenter la « méfiance réciproque » entre musulmans et chrétiens. Pourtant certains habitants ont critiqué le pape François pour son discours conciliant envers les immigrés — pour la plupart musulmans — et de nier les dangers de la violence à motivation religieuse. De son côté le pape a déclaré mercredi dernier que « Nous prions pour que le sentiment religieux ne devienne jamais une occasion de destruction, d’oppression et de violence. Vous ne pouvez pas faire la guerre au nom de Dieu ! »

Sources : Perugia Today / imolaoggi.it / umbria24.it

Lunel : foyer du djihadisme

Lunel : foyer du djihadisme

27/01/2015 – LUNEL (NOVOpress)
Lunel, ville de 26.000 habitants dans le département de l’Hérault – à mi-chemin entre Nîmes et Montpellier-, a connu une matinée pour le moins agitée ce mardi. En effet, vers 6h30 le Raid et le GIPN sont intervenus pour interpeller plusieurs personnes dans différents quartiers de la ville.

Comme le précise L’Express :

Selon Le Midi Libre et BFM TV, cinq personnes impliquées dans des filières de recrutement ont été arrêtées et placées en garde à vue. Ce coup de filet était prévu depuis début janvier mais il a été reporté à cause des attentats à Paris, affirme le quotidien local.

En sachant que :

Une vingtaine de jeunes ont quitté cette ville de 26 000 habitants pour la Syrie. Six d’entre eux, âgés de 18 ans à 30 ans, sont morts depuis octobre.

Lunel s’est retrouvée au coeur de ce coup de filet anti-djihadiste suite à une enquête débutée en 2013 contre une filière du… Val-de-Marne. Ce qui infirme une fois de plus les discours minimisant le poids des djihadistes en France et leur organisation sur tout le territoire.

Parmi les personnes interpellées,se trouve l’un des frères de deux djihadistes tués en Syrie. Et l’on soupçonne les 5 placés en garde à vue d’apporter un soutien logistique via l’envoi de mandats en Turquie et d’être aussi acteurs du recrutement de djihadistes à destination de la Syrie ou de l’Irak.

A noter que Lahoucine Goumri, à l’époque responsable de la mosquée de Lunel, refusait de condamner les Français partis faire de le djihad, dans un entretien accordé au Midi libre le 12 décembre dernier :

“Je ne condamne pas du tout ces départs. Les gens sont libres de partir ou de rester: il y a des gens qui pensent que c’est un djihad, d’autres qui pensent que là-bas il y a une injustice à combattre. La mosquée n’a pas à condamner ou ne pas condamner ces départs-là”

D’autant que, comme l’indique TF1 :

Dans un programme de recherche sur l’enseignement de l’islam dans les écoles coraniques en 2010, l’Institut de l’islam et des sociétés du monde musulman et l’Ecole des hautes études en science sociales avaient considéré la mosquée de Lunel comme “proche du Tabligh”, courant qui propose une lecture ultra-orthodoxe de l’islam et oeuvre pour la ré-islamisation des musulmans.

Allemagne : un prêtre interdit de sermons par son évêque suite à sa participation à PEGIDA

Allemagne : un prêtre interdit de sermons par son évêque suite à sa participation à PEGIDA

27/01/2015 – DRESDE (NOVOpress) - Un prêtre catholique allemand a été interdit de sermons ou de représenter l’église après avoir pris la parole lors d’un rassemblement de PEGIDA à Dresde dimanche 15 janvier.

Le Père Paul Spaetling, du diocèse de Munster, avait déclaré que l’Europe avait passé plus de mille ans à lutter contre l’islam. Il a aussi ajouté qu’il ne pense pas que l’islam ait une place dans le pays, comme le répète pourtant la chancelière allemande Angela Merkel.

Le mouvement PEGIDA proteste contre l’islamisation de l’Europe et a été accusé de « xénophobie ».

Le porte-parole du diocèse, Stephan Kronenburg, a indiqué de son côté que « la vision historique simpliste » du père Paul n’était « pas compatible avec le message chrétien d’amour, de bonté et d’inclusion ». Cette réaction n’est pas sans rappeler les remous provoqués au sein de la direction du Front National par les propos – pourtant mesurés – de l’eurodéputé FN Aymeric Chauprade.

Source : bbc.com

“Pour refouler les invasions d’immigrés il faudrait être ferme. Mais, c’est impossible. Parce que la charité chrétienne le défend. En quelque sorte, la charité chrétienne nous conduit au désastre !”
Jean Raspail, entretien à L’Action française 2000, 19 mai 2011

Crédit photo : blu-news.org via Flickr (cc). Manifestation du 5 janvier 2015 à Dresde.

3.000 euros par mois pendant un an : le coût du mentor des frères Kouachi et de Coulibaly pour le contribuable

3.000 euros par mois pendant un an : le coût du mentor des frères Kouachi et de Coulibaly pour le contribuable

27/01/2015 – PARIS (via l’Observatoire des gaspillages)
Dans son édition du 15 janvier, « Complément d’enquête » (France 2) s’est penché sur le cas de Djamel Beghal (photo), qui entre mai 2009 et mai 2010 avait été assigné à résidence en pension complète dans un hôtel trois étoiles du Cantal… aux frais des contribuables.


Il y a des territoires que l’État considère comme tout juste bons à reléguer des personnages indésirables. C’est le cas du Cantal, département d’Auvergne où a été assigné à résidence entre mai 2009 et mai 2010 Djamel Beghal, terroriste islamiste et mentor des frères Kouachi et d’Amedy Coulibaly, les trois auteurs des attentats meurtriers de Charlie Hebdo, de Montrouge et du supermarché casher de la Porte de Vincennes à Paris.

En mai 2009, Beghal arrive à Murat, 2.200 habitants, dans l’attente de son expulsion vers l’Algérie, expulsion qui n’interviendra jamais.

Le préfet du Cantal requiert une chambre dans un hôtel trois étoiles, « Les Messageries ». Depuis 2001 et jusqu’alors, Beghal avait passé son temps en prison, après avoir été condamné pour avoir projeté un attentat contre l’ambassade des États-Unis à Paris, en 2001.

Non content d’être logé, nourri et blanchi aux frais du contribuable, à vos frais, Beghal mégote sur la nourriture qui lui est servie. Dans ce département connu pour ses charcuteries, Beghal se verra servir des repas halal. Il se trouve également à l’étroit dans sa chambre d’hôtel, et obtient progressivement un studio, puis un deux pièces de 70m² où il peut recevoir sa femme et ses enfants.

Coût pour les Français : 3000 euros par mois. La plaisanterie s’est interrompue en mai 2010 lorsqu’il a été découvert que Beghal projetait avec les frères Kouachi et Coulibaly de faire évader l’Algérien Smaïn Aït Ali Belkacem, auteur des attentats de 1995 qui avaient fait 8 morts en France.

Ce scandale s’ajoute à celui du djihadiste qui avait obtenu des services sociaux une allocation handicapé après avoir perdu son bras et son œil gauches en Irak, en 2004.