noorassur

Chelles : Ouverture d’une agence de finance islamique qui respecte la charia

01/09/2015 – FRANCE (NOVOpress)
La société NoorAssur vient d’annoncer l’ouverture d’une première agence dédiée à la finance islamique à Chelles. Ce type d’établissement qui respecte la charia, annonce interdire la spéculation ou les investissements considérés comme nuisibles à la société : tabac, alcool, armement… (les islamistes armés ne respecteraient donc pas la charia ?…).

Cette agence proposerait également une salle de prière. NoorAssur vise l’ouverture d’une vingtaine d’agences en France courant 2016.


"Il serait plus courageux de dissoudre l’Union Racaille", Renaud Camus

Vénissieux : la haine anti-française se déchaîne en toute impunité

01/09/2015 – FRANCE (NOVOpress) Le Bloc Identitaire Lyon a été le premier mouvement politique à parler de cette affaire. Pour donner un éclairage nouveau, voici une liste non exhaustive d’actes de haine anti-française à Vénissieux (69)

A Vénissieux, un boulanger exerçant dans le quartier du Moulin-à-vent fait l’expérience douloureuse du mirage du « vivre-Ensemble » cher à nos dirigeants politiques. Face au racisme anti-Français d’une bande de racailles, sa boulangerie est obligée de fermer à 15 h. Une situation qui l’empêche de développer son chiffre d’affaires et de pouvoir embaucher du personnel !
boulanger agressé
Le quotidien du personnel de la boulangerie est fait de menaces, d’insultes et de coups, car selon le boulanger les racailles « lui reprochent de mettre du porc dans certains produits. » (Le Progrès, 23/08/2015)
Pour l’instant, ni la mairie de Vénissieux, ni la préfecture, ni les associations antiracistes n’ont souhaité apporter leur aide ou dénoncer ces violences anti-françaises.

Pourtant, cette haine à l’encontre des Français est devenue une réalité banale à Vénissieux.
Déjà en 1981, après des émeutes aux Minguettes, ce quartier enregistrait « un départ massif des Français » fuyant l’insécurité et la promiscuité avec une population immigrée multipliée par trois, passant de 15 % à 45 % des habitants !

Las d’être pris à partie du fait de la couleur de leur peau, les « Gaulois » ont préféré fuir Vénissieux. En 1981, pour Mokrane Kessi – aujourd’hui conseiller municipal à Vénissieux et adolescent aux moments des faits —, les tensions raciales étaient l’une des motivations principales des émeutiers :

On avait parfois le sentiment que l’on ne pouvait pas descendre dans le centre de Vénissieux. On sentait une certaine animosité entre les deux quartiers. C’était, en quelque sorte, la cité des immigrés contre la ville des Blancs.

Et cette situation n’a cessé d’empirer avec les années. L’ancien maire communiste de Vénissieux (de 1985 à 2009), André Gerin, l’a d’ailleurs avoué, «

dès les années 90, on commence à voir dans certains quartiers l’antisémitisme, le racisme anti-blanc, le sexisme. Nous avons ignoré le problème.

Il ne reste à Vénissieux, comme dans beaucoup de villes de banlieue, que très peu de Français de souche. Une situation particulièrement difficile à vivre pour les Françaises de souche, qui se retrouvent de fait en première ligne face au Grand Remplacement. Le témoignage de Laëtitia, habitante de la cité des Minguettes, dans un reportage du journal de 20 h de Tf1 donne un aperçu de la vulnérabilité de ces jeunes femmes. Elle déclare avoir peur d’être « victime d’une tournante », car elle s’estime « être une proie facile » en tant que « Française », avant d’ajouter « qu’elle aurait aimé être une Maghrébine et avoir un grand frère » pour « avoir du respect ».

Plus de quarante ans de silence, d’aveuglement et de mensonges des pouvoirs publics ont conduit à cette situation, dont chacun sait qu’elle mènera à une issue dramatique.

GI Arras 01

Autoroutes bloquées, islamistes dans les trains, la révolte monte chez les Français … par Franck Guiot

31/08/2015 – FRANCE (NOVOpress) 4 morts dans une fusillade dans un camp de Roms, « gens du voyage » bloquant l’A1 un jour de rentrée de vacances dans une région encore sous le choc de l’attentat du Thalys, les militants de Génération Identitaire se sont faits les porte-parole du ras-le-bol des Français. La réaction du pouvoir ne peut que renforcer le dégoût des Français. Le 25 août 2015 avait lieu une fusillade dans un camp de gens du voyage à Roye dans la Somme. Fusillade au cours de laquelle un gendarme a été tué et un autre grièvement blessé. Par ailleurs, trois personnes membres de la communauté des gens du voyage, dont un nourrisson de 6 mois, sont décédées au cours de cette fusillade. L’auteur, un ancien forain a été interpellé. Des journalistes ont par ailleurs été agressés par les membres de cette communauté lorsqu’ils étaient sur place.

Roms Bloquant l'A1

Des Roms bloquent l’A1, déclenchant un chaos et l’exaspération des automobilistes.

Le 28 août 2015, jour de rentrée de vacances pour de nombreux automobilistes, les gens du voyage réclamaient qu’un homme, actuellement en prison, puisse assister aux funérailles de son père, ont alors décidé de bloquer l’Autoroute A1, opération qui a immédiatement déclenché un chaos provoquant l’exaspération des automobilistes. Le plus surprenant est le silence du gouvernement et des autorités. La sous-préfète de la Somme allant même jusqu’à déclarer :

une intervention aurait pu entraîner des débordements et mettre en danger la population de la Ville de Roye

Déchiffrage : les gens du voyage (communauté au-dessus des lois) auraient pu s’en prendre à la population de la ville par représailles. Un tel niveau de laxisme et de peur de la part de l’état de s’attaquer à la délinquance provoquée par certaines communautés renforce l’idée qu’une guerre civile est à nos portes, comme je le mentionnait déjà le 15 juin dernier. Que doivent ressentir la famille et les proches du gendarme tué lors de la fusillade devant une telle démission de l’état face à la violence de ces gens du voyage ? Cette région était déjà sous le choc de l’attentat islamiste du Thalys d’Arras survenu le vendredi 21 août. C’est pourquoi les jeunes identitaires de la région Nord ont décidé d’apporter leur soutien à une population sous le choc d’un attentat islamiste en érigeant une banderole « EXPULSONS LES ISLAMISTES » sur le toit de la gare d’Arras le samedi 29 août vers 10 h 30 afin de demander à l’état de prendre des mesures fortes pour lutter contre le terrorisme (date à laquelle l’autoroute A1 était encore bloquée et dégradée par les gens du voyage) tout comme Marine Le Pen l’a réclamé lors de son discours prononcé au même moment à Brachay.

Les militants de GI qui ont dressé une banderole au-dessus de la gare d’Arras

Les militants de GI qui ont dressé une banderole au-dessus de la gare d’Arras

L’action s’est très bien déroulée, mais a éveillé le deux poids deux mesures de la justice socialiste qui a fait mettre en garde à vue durant 21 heures les 9 militants de Génération Identitaire qui devront comparaître prochainement devant la justice… Lire la suite

clandestins_bateau

Les USA favorisent l’immigration de masse et fomenteraient des troubles en Europe

30/08/2015 – MONDE (NOVOpress)
L’enquête diffusée par un site allemand de réinformation montre que l’immigration de masse répond à une volonté géopolitique américaine, mieux, que les USA l’encouragent financièrement.

L’ouverture l’émission « Hannover Politik » du site allemand Kla.tv se passe de tout commentaire :
Pour le géopoliticien américain Thomas P.M. Barnett « Comme condition préalable pour le fonctionnement sans heurts (de la globalisation), nous devons permettre quatre flux durables et sans entraves. » Les afflux actuels, presque surdimensionnés, de réfugiés vers l’Europe, font partie de la stratégie du « Flux sans entraves », qui en l’occurrence vise l’Europe et n’a le droit de n’être empêché par aucun gouvernement ou institution, selon Barnett.
La journaliste révèle ensuite que, selon les services de renseignements autrichiens, des organisations nord-américaines payent des passeurs pour acheminer des « réfugiés » en Europe, une information corroborée par les services de police en contact avec les clandestins. C’est à la destruction de l’Europe telle que nous la connaissons que vise ce projet. Et la présentatrice de conclure :
Avez-vous déjà choisi ? Voulez-vous une Europe dans laquelle toutes les identités, valeurs et cultures sont dissoutes ou une Europe avec des identités et des cultures propres, dans laquelle la paix pour tous est garantie ?

Si les faits présentés dans cette émission semblent assez sérieux, il existe d’autres bruits sur ce sujet à prendre avec beaucoup plus de précautions. Ainsi, certaines rumeurs persistantes font état de livraisons d’armes par les USA aux centres d’hébergement de « demandeurs d’asile » en Allemagne en septembre prochain. Si cela s’avérait vérifié, avec la radicalisation en cours parmi les clandestins et les très probables infiltrations de terroristes de Daesh dans les flux de réfugiés, ce serait une étincelle dans un baril de poudre.



australie_borderfarce

Australie : Ces immigrationnistes qui manifestent contre le contrôle de visas

29/08/2015 – AUSTRALIE (NOVOpress)
Des dizaines de personnes sont descendues dans les rues de Melbourne pour dénoncer le projet de l’Agence de protection des frontières. En cause : l’annonce de contrôle de visas dans les rues de la ville durant le weekend. Ils ont ainsi manifesté en brandissant le slogan suivant : “Australian government : A racist disgrace”.

Les réseaux sociaux notamment Twitter se sont emparés de la polémique avec “des craintes de harcèlement, de discriminations ou de dérives raciales”….

Une femme s’insurge : “Je trouve l’idée de contrôler les visas des gens qui marchent dans la rue franchement excessive”.

Cette mobilisation semble avoir finalement payé puisque la police de l’Etat de Victoria a décidé d’annuler cette opération.



La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Charte des langues régionales : que cache cet enfumage ? – par Guillaume Faye

29/07/2015 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

Sous prétexte de défendre les ”langues régionales” (breton, occitan, corse, alsacien, basque, créole, etc.) dans un but, en apparence, de préserver l’identité et l’enracinement de nos provinces, on prépare des dispositions législatives assez tordues. L’objectif cynique de la gauche au pouvoir n’est évidemment pas de préserver nos identités régionales françaises et européennes, mais de faire reculer la langue française au profit, notamment, de l’arabe et des langues extra-européennes, assimilés à des ”langues minoritaires”. Décryptage.

Une embrouille juridique

Le Conseil des ministres a adopté en catimini le 31 juillet 2015 un projet de loi constitutionnelle autorisant la ratification de la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, en ces termes : « La République peut ratifier la charte européenne des langues régionales et minoritaires adoptée, à Strasbourg, le 5 novembre 1992 ». Le mot important ici est ”minoritaire” et non pas ” régional”. ”Minoritaire” en novlangue signifie ”immigré”.

En 1999, le Conseil constitutionnel avait déclaré que cette Charte européenne des langues régionales était contraire à la Constitution ; parce qu’elle contrevenait au principe d’égalité en prévoyant des droits spécifiques pour des « groupes de locuteurs de langues minoritaires » à l’intérieur de« territoires », en leur octroyant le droit d’employer leur langue autre que le français « dans la vie publique », c’est-à-dire auprès des « autorités administratives et services publics ». Le Conseil constitutionnel soulignait que cette Charte européenne des langues régionales « porte atteinte aux principes constitutionnels d’indivisibilité de la République, d’égalité devant la loi et d’unicité du peuple français ». Le gouvernement socialiste n’en a rien à faire et passe outre. Démocratie…

Le Conseil d’État, le 30 juillet 2015, a lui, aussi avisé que la Charte des langues régionales n’était pas conforme aux principes constitutionnels. Elle ouvre, selon lui, la porte aux revendications particularistes et risque de miner « le pacte social ». On va donc réviser la Constitution, par une ”loi constitutionnelle” pour passer par dessus l’avis du Conseil d’État et le jugement du Conseil constitutionnel !

Il faut noter que les défenseurs comme les adversaires de cette Charte des langues régionales se combattent en se réclamant tous les deux des mêmes principes d’égalité et de non-discrimination ! Cette histoire des langues régionales est donc un embrouillaminis idéologique de plus.

Selon cette Charte des langues ”régionales et minoritaires”, une personne face aux tribunaux ou à toute administration aura parfaitement le droit de ne plus employer le français mais ”sa” langue, régionale ou minoritaire. C’est une énorme blague. Chacun sait bien que 100% des Bretons, des Corses, des Alsaciens, des Basques, des Catalans, des Antillais, des Réunionnais, etc parlent parfaitement le français et que 95% ne maîtrisent absolument pas leur ”langue régionale”. Et ceux qui la maîtrisent n’ont aucun intérêt à se compliquer la vie en exigeant de l’employer dans leurs rapports avec les administrations !

En réalité, à part la langue bretonne, qui est un cas spécial, qui a été modernisée, qui est vivante, enseignée (Écoles Diwan) et résistante, tout comme le corse, les ”langues régionales ” de l’Hexagone sont des pièces de musée, des ”curiosités”, totalement hors de l’histoire, comme l’occitan, par exemple. C’est un constat historique. Quant à l’alsacien, ce n’est pas une langue propre, mais un dialecte alémanique en voie de marginalisation. On peut le regretter. Mais nul n’empêche les défenseurs de toutes ces petites langues ou dialectes de les enseigner, de les répandre, de les écrire. Mais pas de les employer devant les administrations !

En fait, on détourne sciemment le but de la Charte européenne des langues régionales : cette dernière était destinée à des pays européens qui comportent effectivement, en plus de la langue nationale, des langues vivantes locales et assez pratiquées, mais ce n’est pas le cas de la France !

Un plan dissimulé contre le français

Cette ratification des langues régionales et minoritaires vise, à vrai dire, un tout autre but que de défendre les langues européennes minoritaires ”régionales” et enracinées. Il s’agit de permettre aux populations d’origine immigrée de se prévaloir de leur langue native et d’avoir le droit de ne plus employer le français. On ne nous fera pas croire qu’un Breton ou un Corse ou un Alsacien devant un tribunal, un guichet de la Sécu ou un formulaire administratif est handicapé par la pratique du français et préférerait sa langue ”régionale” que dans plus de 99% des cas il ne maîtrise pas ou ignore totalement.

En revanche, il existe, depuis peu de temps, deux autres catégories de populations : 1) Des immigrés, souvent clandestins, qui ne maîtrisent pas le français. 2) D’autres, qui le maîtrisent, mais qui, par revendication et hostilité, n’attendent qu’une seule chose : l’instauration de l’arabe ou du turc (comme un ”droit”) dans la pratique officielle linguistique. On imagine les conséquences. Elles seront ingérables. Devant un tribunal ou une administration, une personne pourra exciper de sa ”langue minoritaire” pour ralentir ou entraver les procédures, en demandant des traducteurs, par exemple. Les islamisateurs de la France y trouvent leur compte.

Lire la suite

attaque calais

Une famille de vacanciers anglais attaquée sauvagement par des clandestins à Calais

Une famille de vacanciers anglais se fait attaquer à la frontière de Calais

Source : DailyMail

Une famille sur le chemin de retour en Grande-Bretagne au volant de leur voiture a frôlé la mort lorsque des clandestins ont tenté de les arrêter avec un pylône d’échafaudage. Mihaescu Marius voyageait avec son épouse Cristina et leur fille de quatre ans Sara quand leur voiture a été prise pour cible alors qu’ils approchaient le poste-frontière de Calais. Le poteau de fer lancé sur leur véhicule s’est encastré sous le capot en brisant le phare avant. Cette attaque s’est déroulée dans une obscurité totale alors que la famille approchait de l’entrée du ferry à Calais peu avant 23 h. Ils s’en sont tous sortis indemnes, Marius parvenant à garder la maîtrise de sa Peugeot.

Toutefois cet employé de BTP est catégorique : s’il avait été d’une fraction de seconde moins réactif, l’énorme poutre métallique aurait fracassé le pare-brise de sa voiture, au risque de les tuer. Il a signalé l’attaque aux agents des services frontaliers français qui lui ont dit qu’ils étaient surpris, car c’étaient « généralement des pierres » qui étaient utilisées contre les voitures. Marius a précisé :

Nous nous approchions du poste de contrôle aux frontières dans l’obscurité totale, à environ 50 km/h, quand tout à coup cet énorme poteau a fracassé l’avant de la voiture. Cela a fait un énorme “bang” et s’est coincé dans le côté du capot. Je pouvais le voir sur l’avant, mais j’ai continué de rouler, j’avais bien trop peur de ce qui pourrait arriver si nous nous arrêtions. Je ne pouvais pas croire à ce qui arrivait. C’était tellement angoissant.

Le touriste de 43 ans qui rentrait de vacances du sud de la France a continué d’avancer jusqu’à ce qu’il atteigne la première ligne des services frontaliers. C’étaient des Français plus surpris par les moyens utilisés que par l’agression en elle-même. « S’ils savent que ce genre de chose arrive tout le temps, pourquoi ne font-ils rien ? » se demande Marius. « Il n’y a aucune lumière ni sécurité dans le secteur où nous avons été attaqués — dans la nuit, c’est l’obscurité totale – ce qui est terrible, car c’est si proche de la frontière que tout le monde s’arrête. À un mètre près ma femme aurait été tuée, car le projectile aurait frappé directement là où elle était assise. »

Ce n’est qu’une question de temps avant que quelqu’un meure.

La ville frontière de Calais est envahie par les migrants qui cherchent désespérément à passer en Grande-Bretagne. Ils vivent dans des camps illégaux, dont le principal est connu sous le nom de « la Jungle » où ils planifient leur traversée outre-Manche au Royaume-Uni. Ces individus, venant en grande partie de l’Afrique, ont été capturés cachés à bord de camions, de voitures ou de trains dans leurs tentatives de se rendre du côté britannique.
« Nous avons suivi une voiture de police à Calais pour faire une déclaration sur ce qui s’était passé. Même pendant ce trajet de dix minutes, nous pouvions voir des groupes de clandestins, se promener… Ils étaient partout — sur toutes les voies de la route. La police passait juste à côté d’eux. C’est le chaos, et ils n’y font même plus attention, je ne pouvais pas y croire. Les Britanniques doivent être savoir combien c’est dangereux ici. En conduisant dans l’obscurité, vous pouvez facilement être tué. Mon conseil serait de conduire pendant la journée. Le côté français a simplement perdu le contrôle et les immigrés y sont prêts à tout. Qui est chargé de les contrôler ? Personne, d’après ce que j’ai pu voir. »


islam_canada

Canada : il deviendra illégal de s’opposer au multiculturalisme !

Source : FIGAROVOX/TRIBUNE

NDLR Avec un coup d’avance sur nous, les Canadiens progressent dans la société multiculturelle et sa promotion juridique liberticide. Le projet de loi contre l’islamophobie actuellement en discussion rappelle bien des débats français sur ce que l’on peut et ne peut pas dire. L’analyse du sociologue canadien (Ph. D) Mathieu Bock-Côté résonne donc comme un cri d’alarme, non seulement pour nos cousins, mais aussi pour nous.

Alors qu’un projet de loi contre l’islamophobie est en discussion au Parlement québécois, Mathieu Bock-Côté s’élève contre l’interdiction progressive de toute contestation du modèle multiculturel.

Au mois de juin dernier, le gouvernement du Québec, dirigé par le Parti libéral de Philippe Couillard (fédéraliste) présentait le projet de loi 59 (PL 59), visant officiellement à lutter contre les « discours haineux ». On l’aura compris, il s’agissait, plus particulièrement, de lutter contre « l’islamophobie », qui contaminerait apparemment de grands pans de l’opinion publique.

On ne pourra plus se questionner sur la responsabilité de l’islam dans sa difficile intégration aux sociétés occidentales. Chose certaine, ce sont de tels esprits qui s’empareront de cette loi pour faire régner la leur.

Le projet de loi est ces jours-ci examiné en commission parlementaire et suscite une inquiétude de plus en plus marquée, surtout, on s’en doute, chez ceux refusent l’aplaventrisme devant l’idéologie multiculturaliste. Ses partisans, quant à eux, brandissent l’étendard d’une société vraiment inclure.

Pour l’essentiel, le PL 59 accorderait aux individus le droit de porter plainte non plus seulement en leur nom propre, s’ils se sentent diffamés, mais au nom d’une communauté qu’ils croiraient victime de propos haineux, sans qu’on ne sache comment définir les propos en question. La Commission des droits de la personne et de la jeunesse (CDPDJ), qui est un peu l’équivalent québécois de la défunte HALDE, serait alors responsable d’enquêter pour identifier les contrevenants. Elle pourrait non seulement punir ceux qui s’en rendraient coupables en en leur distribuant des amendes salées, mais établir un registre public des délinquants et censurer les publications qui accueillent un tel discours. La CDPDJ détiendra pratiquement le pouvoir de censurer les médias qui ne se soumettent pas à sa vision.
Lire la suite

8428-Chard

Violences anti-immigrés : à qui la faute ? (Présent 8428)

28/08/2015 – MONDE (NOVOpress)

En Allemagne, un nouveau centre d’hébergement pour immigrés vient d’être attaqué, c’est le 152e depuis le début de l’année (voir article d’Olivier Bault dans Présent du 27 août). En France, à Auch, une mosquée a été incendiée, après d’autres, comme à Mâcon, Pargny-sur-Saulx. Bien sûr, on ne saurait approuver ces exactions, mais nous ne nous joindrons pas au chœur des indignés dont la condamnation ne s’accompagne pas de la nécessaire réflexion sur les vraies causes de ces violences. Nos bons dirigeants jouent la vertu offensée devant le vice des méchants. Comme Angela Merkel sous les huées l’autre jour, ils condamnent au nom de l’État de droit ceux qui se livrent à ces actes répréhensibles, tout en cautionnant la violation du même État de droit par ceux qui forcent nos frontières. Cela n’empêche pas Mme Merkel d’annoncer que son pays va recevoir 800 000 « migrants » en 2015, quatre fois plus qu’en 2014, ce qui s’apparente à une provocation qui suscitera de nouvelles violences.
8428-P1
On nous dit que les assaillants anti-immigrés ne sont qu’une infime minorité. Sans doute ! Mais leurs concitoyens qui refusent cette violence n’en pensent pas moins. Dans un sondage d’Ipsos, à la question, « Pensez-vous que l’immigration produit des effets positifs ou négatifs sur votre pays ? », la réponse est « négatifs » à 54 % en Allemagne et en France, 72 % en Belgique, 64 % en Grande-Bretagne, 67 % en Italie comme en Espagne.
Comment en est-on arrivé là ? Nul en Europe, il y a quelques décennies, ne songeait à incendier les mosquées ou les centres d’hébergement. Et puis, l’immigration s’est accélérée, l’Union européenne ouvrant largement ses portes au tout-venant. C’était l’époque où des ministres, tel Bernard Stasi, nous assuraient que « l’immigration est une chance pour la France ». Ils sont venus avec leur religion qui n’est pas la nôtre et ils ont construit des mosquées grâce à la bienveillance des pouvoirs publics. Les autochtones ont été envahis dans des quartiers où ils n’étaient plus qu’une minorité devant subir la loi des étrangers ; toute velléité de révolte, toute dénonciation, étant assimilée au racisme et à la xénophobie par des politiques et des journalistes qui, en fait d’immigrés, ne connaissaient que leur bonne Philippine.

La violence qui engendre la violence a explosé au propre et au figuré lors de l’attentat du 11 septembre 2001. Elle ne s’est pas arrêtée depuis, elle a crû et prospéré, elle nous frappe ici ou là tous les jours. Ce sont les musulmans qui nous ont déclaré la guerre, ce n’est pas nous. Vous voulez dire les islamistes, nous objectera-t-on. Pas d’amalgame ? Nous constatons seulement que les terroristes se réclament de l’islam, pas du bouddhisme zen, c’est un fait. Nos politiques, devenus depuis peu docteurs ès sciences islamiques quoiqu’ils n’aient pas lu une ligne du Coran, nous déclarent que ce ne sont pas de bons musulmans, que ce n’est pas l’authentique islam. Et quand bien même, qu’est-ce que cela change pour ceux qui succombent sous leurs coups au cri d’Allah Akbar, l’invocation de tous les musulmans, quels qu’ils soient ?

Guy Rouvrais

singa_14199510825_bd3e9b00dc_z

Vous avez une chambre libre ? Ils vous proposent d’héberger un immigré !

28/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’association immigrationniste Singa vient d’annoncer le lancement du dispositif CALM (Comme A La Maison) avec le slogan suivant : “Vous avez une chambre libre dans votre appartement ? hébergez un réfugié“.

Pour Alice Barbe, cofondatrice de l’association Singa, «Le projet Calm est une sorte de Airbnb, mais adapté aux réfugiés».

Voici la présentation du projet :

Vous cherchez une solution de logement pour quelques jours, quelques semaines ou quelques mois ? Et surtout, vous cherchez une expérience humaine qui va vous permettre de vous familiariser avec la France ?
Le dispositif CALM permet la mise en relation entre des réfugiés mal logés ou sans domicile fixe et des particuliers. Pour cela, il s’appuie sur une communauté grandissante de citoyens souhaitant s’engager sur l’accueil des réfugiés et, à terme, sur une plateforme web qui permettra un impact plus important. Ce dispositif doit répondre, au-delà de l’hébergement, au besoin important et grandissant d’inclusion socio-professionnelle des réfugiés en France.

Avec des projets tels que celui de l’association Singa, l’invasion migratoire n’est pas près de s’arrêter…


distribution_de_nourriture_a_menton

Migrations. Nadine Morano a dit ce qu’il fallait

Source : Polémia

Nadine Morano s’est fait vivement critiquer par le maire de Calais (Les Républicains) quand elle s’est demandé pourquoi les centaines de milliers de migrants qui sont arrivés depuis le début de l’année en Europe ne prennent pas les armes pour se défendre chez eux contre les quelques milliers d’islamistes qui les terrorisent, de même que les résistants durant la Seconde Guerre mondiale avaient pris les armes contre l’occupant allemand.

Nous ne sommes pas nécessairement ici du bord politique de la députée européenne, mais il faut bien reconnaître qu’elle a parfaitement raison. Il semblerait que ces migrants trouvent le moyen de verser des sommes de plusieurs milliers d’euros aux passeurs qui les conduisent jusqu’aux portes de l’Europe ; on se demande pourquoi, s’ils disposent de telles sommes, ils ne se procurent pas des kalachnikovs pour se défendre contre les islamistes qui les terrorisent, comme l’ont fait en leur temps les Kurdes dont on ne saluera jamais assez le courage. Les Kurdes ont des femmes et des enfants, néanmoins ils se battent chez eux, y compris avec femmes et enfants, pour rester maîtres de leur territoire.

On dira que l’on ne devient pas combattant expérimenté sans disposer de la longue expérience acquise par les djihadistes. Néanmoins, il n’est pas possible de prétendre que, sur les centaines de milliers de migrants qui fuient lâchement, il ne pourrait pas se trouver quelques milliers d’hommes courageux capables de tenir tête aux quelques milliers d’islamistes qui les égorgent comme des moutons.
Lire la suite

8426-Chard

Le « délit de faciès » et le ministre (Présent 8426)

8426-P126/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)

À qui se fier ! Jusqu’ici, le « délit de faciès » était attribué à des policiers toujours soupçonnés d’inavouables pratiques, sous les applaudissements des « fachos », des beaufs et autres individus manquant de vertu républicaine. Or voilà qu’un membre du gouvernement socialiste, Alain Vidalies, Secrétaire d’État aux Transports, vient de faire ce qui s’apparente à une défense de cette pratique : « À chaque fois qu’on parle de fouille aléatoire, quelqu’un dit “oui, mais ça risque d’être discriminatoire.” Eh bien, écoutez, moi, je préfère qu’on discrimine, effectivement, pour être efficace, plutôt que de rester spectateur. »

Après l’attentat dans le Thalys, il évoquait l’instauration d’une fouille des passagers, « aléatoire ». Or, s’agissant de déceler les personnes à risques, il n’est pas impossible que, d’une façon aléatoire, la police s’intéresse davantage à des voyageurs au teint plus foncé que celui des gens du Nord, qui ont dans le cœur le soleil qu’ils n’ont pas ailleurs. Car, statistiquement parlant, la plupart des attentats islamistes, perpétrés en France et ailleurs, ont été le fait d’Arabes, oui, on doit prononcer le mot, mais, attention, sans « amalgame ».

Le malheureux ! Le sous-ministre avait cru saisir qu’il fallait tout faire contre le terrorisme, y compris privilégier l’efficacité sur les grands principes. Ses « amis » lui ont fait comprendre qu’il devait retourner à l’école du parti. Bienveillant, Stéphane Le Foll, pour l’aider, a dit qu’il n’a pas dit ce qu’il a dit : « Personne n’a envie des discriminations. Alain Vidalies a raison de vouloir renforcer les contrôles aléatoires. On reste dans le cadre : contrôles aléatoires point et on en reste là. » Cambadélis, courroucé : « Il ne me reste pas beaucoup de cheveux, alors je ne vais pas les couper en quatre : le contrôle aléatoire pourquoi pas, mais au faciès certainement pas ! » Le député socialiste Yann Galut en appelle au Premier ministre : « On ne peut accepter qu’un ministre se résigne à anticiper des discriminations, Manuel Valls doit rétablir ce qu’est la République. »

La police n’épargnera donc pas la mamie qui voyage avec ses petits-enfants et la soumettra à une fouille en règle. Si elle s’en étonne, on devra lui répondre, comme le souhaite Yann Galut : « C’est à cause de la République qui doit être rétablie et qui ne supporte pas la discrimination. » Laquelle peut frapper tout le monde. Prenons le cas de l’ancien ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, victime d’un contrôle au faciès, en l’occurrence à la cravate : « Je me souviens, un jour, j’ai été contrôlé dans le RER. Il y a tout un tas de gens qui escaladaient les portiques, etc. J’étais le seul en costume-cravate, j’ai été le seul à être contrôlé. C’était aussi discriminatoire. » En effet quand, dans le métro ou dans le train, une bande de « jeunes » défavorisés, défavorablement connus de la police, débarque d’une banlieue peu favorisée, les contrôleurs, de manière aléatoire, préfèrent regarder ailleurs et contrôler un tranquille passager, c’est cela la République…

Guy Rouvrais

Julien Sanchez, maire de Beaucaire, et les staliniens (Présent n° 8128)

Beaucaire : Julien Sanchez gagne la bataille contre des commerçants musulmans

26/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Une belle victoire pour Julien Sanchez !

Ce mercredi, le tribunal administratif de Nîmes a ainsi rejeté la demande de 3 000 euros au titre de frais de justice des commerçants musulmans de Beaucaire, qui attaquaient la mairie pour deux arrêtés qu’ils estimaient “discriminatoires”.

Ces deux arrêtés municipaux visaient à règlementer la vente d’alcool et le stationnement en réunion et à interdire à tous les commerces de travailler entre 23 heures et 5 heures dans deux rues de la ville. La mairie avait notamment évoqué les nombreuses plaintes de riverains qui ne supportaient plus le bruit et les rixes à promixité de ces épiceries ouvertes tard dans la nuit.

Pour les plaignants, ces arrêtés étaient “discriminatoires [car] visant spécifiquement des commerçants musulmans, en plein ramadan, au moment où l’activité économique bat son plein“…


Vu sur Twitter

James Bond « noir ou gay », le politiquement correct vers l’infini et au-delà

Publié le
L’incapacité de l’Europe à gérer efficacement le problème de l’immigration – par Vincent Revel

69% des Français pensent qu’il y a trop d’immigrés

26/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
OpinionWay a révélé les résultats de son “baromètre de la confiance politique”. Cette étude annuelle réalisée pour le centre de recherches de Sciences Po (Cevipof) permet de mieux connaître l’état de l’opinion publique française.

Et le divorce semble profond entre les Français et les représentants politiques. C’est ainsi que 59% disent n’avoir confiance “ni dans la droite ni dans la gauche pour gouverner le pays”.

Cette étude montre également une suspicion en hausse à l’égard de l’islam.

Par ailleurs, pour 69 % des Français, “il y a trop d’immigrés” (20 points de plus qu’en 2009). Et pour 50% d’entre eux, “il faudrait rétablir la peine de mort” (18 points de plus en cinq ans).


roye_hopital

Fusillade dans un camp de Roms : quatre morts, dont un nourrisson et un gendarme

26/08/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Une fusillade a éclaté mardi dans un camp de « gens du voyage » à Roye dans la Somme, faisant quatre morts, dont un gendarme et un bébé, ainsi que trois blessés graves.

Une violente querelle aurait éclaté au sein du camp de Roms, situé près de l’autoroute A1. Un homme, peut-être sous l’emprise de la boisson, a ouvert le feu, alors que des gendarmes, prévenus, s’étaient rendus sur les lieux.

La fusillade a fait quatre morts : un homme d’une soixantaine d’années, une femme et un bébé de six mois, tous trois de la « communauté des gens du voyage ». La quatrième victime est un gendarme.
Trois autres personnes ont été blessées : l’auteur de la fusillade, un enfant et un gendarme. Ce dernier a été blessé au bras et transporté au CHU d’Amiens. Ses jours ne sont pas en danger.
Le forcené, issu de la « communauté des gens du voyage », est hospitalisé, dans un état grave. Quant à l’enfant de 3 ans, il devait subir une intervention chirurgicale dans la soirée. Son état est jugé stationnaire.

L’auteur des coups de feu a apparemment agi seul, au fusil de chasse. Le procureur s’est dit dans l’incapacité de donner, pour le moment, les raisons de la fusillade. Toutefois, a-t-il dit, « l’auteur était, semble-t-il, en état d’ébriété ». Et de souligner : « On ne peut pas parler de règlement de comptes, mais d’une agression d’un individu sur une famille ».
Lire la suite

Omar Omsen

Le djihadiste Omar Omsen est mort, au suivant !

Source : Minute (2732)
L’émir de YouTube n’a fait que du mal

La mort d’Omar Omsen a été annoncée dans la nuit du 7 au 8 août. À travers ses vidéos diffusées sur internet, il a été l’un des principaux recruteurs de musulmans partis de France pour mener le djihad en Syrie. Retour sur la vie criminelle d’un Sénégalais de Nice, d’un voyou devenu pourvoyeur en fous d’Allah.

En décembre 2011, une trentaine de jeunes musulmans, majoritairement issus des quartiers Est de Nice, préparent leur départ pour mener la guerre sainte en Afghanistan. Ils entendaient gagner le pays via la Tunisie puis la Libye. À la tête de leur groupe, un « gourou » : Omar Omsen, de son vrai nom Oumar Diaby, Omsen étant un diminutif pour « le Sénégalais ». Le projet va tomber à l’eau, bêtement.
Le 9 décembre 2011, Omar Omsen se rend à la gare Centrale de Nice pour y accueillir deux nouvelles recrues. Omar Omsen fait l’objet d’un banal contrôle d’identité puis il est interpellé. « Y aura-t-il une association quelconque pour reprocher un inopportun contrôle au faciès ? » ironise Philippe Vardon en évoquant cette arrestation dans son livre l’imam Estrosi, consacré à l’islamisme à Nice.

En réalité, ce ne sont pas ses activités politico-religieuses et un signalement des services de renseignement qui sont à l’origine de cette arrestation : l’ancien délinquant a été rattrapé par une vieille affaire de trafic de pièces de voiture pour laquelle il n’a pas purgé sa peine. Le passé criminel d’Omar Omsen se rappelle à lui, et les rêves de djihad afghan de trente jeunes musulmans s’évanouissent en même temps qu’il retourne en prison.

En contact avec Mohamed Merah ?

Ce n’est pas une première pour le Sénégalais (il est né au Sénégal et n’est arrivé en France qu’à 7 ans). Omar Omsen a grandi dans le quartier « sensible » de l’Ariane, à Nice. En 1995, celui qui n’est pas encore Frère Omsen est incarcéré pour une tentative de meurtre. Il a volontairement percuté un homme en voiture dans le cadre de règlements de comptes entre les bandes rivales des quartiers de l’Ariane et des Moulins. Cela aurait dû suffire pour le mettre hors d’état de nuire, mais non : après seulement cinq années en détention, on le retrouve encore mêlé à des affaires de braquages. Qui n’ont pas plus de conséquences…
C’est à partir de 2005, après un retour à la religion opéré derrière les barreaux – ben tiens ! –, qu’on va le retrouver prêchant au bas des tours de la cité Bon-Voyage, toujours dans les quartiers Est de Nice, ou aux abords de son stade de football. Il ne se contente pas de prêcher en direct puisqu’il est aussi l’un des premiers à se lancer dans la réalisation de vidéos islamistes diffusées sur internet.
C’est en réalité à la lumière de l’affaire Merah – soit trois mois plus tard – que l’arrestation survenue en gare de Nice en 2011, les projets de départ vers l’Afghanistan et l’existence du prédicateur Omar Omsen sont révélés par la presse locale puis diffusés par les médias nationaux. C’était l’heure du grand déballage, d’autant plus que l’on soupçonnait alors Omar Omsen d’avoir été en contact avec le tueur de Toulouse.

Omar Omsen, interrogé en février 2014 dans l’ouvrage de David Thomson (journaliste de RFI spécialiste du djihadisme) « Les Français djihadistes », niera tout contact direct et encore plus toute complicité avec Merah. Il admettait en revanche que ce dernier était « amateur » de ses vidéos et qu’ils avaient échangé via la messagerie du réseau social Facebook…
Lire la suite