races-humaines

Les races humaines existent bien : la preuve par la moelle osseuse

03/12/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Quoi que prétendent les « antiracistes », les races humaines existent bel et bien, et une nouvelle preuve vient d’en être administrée par l’appel au don de moelle osseuse lancé dans La Dépêche par l’Association pour le Don d’Organes et de Tissus humains (Adot) du Lot-et-Garonne, affiliée à la très respectable fédération nationale.

« Il faut savoir que les greffes de moelle osseuse ne sont compatibles qu’entre races, explique la présidente de l’Adot-47. Un Européen ne peut donner à un Africain, et un Africain à un Asiatique pour la simple et bonne raison que nous sommes différents. »

Commentaire du quotidien régional, propriété du ministre radical de gauche Jean-Michel Baylet :

« Ceci explique pourquoi il est important de faire acte de candidature en tant qu’Européen. »

Entre autres…

twitter-1

Twitter : vers plus de censure de la dissidence politique ?

16/11/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Twitter vient d’annoncer quelques nouveautés afin de mieux combattre les abus en ligne détectés sur sa plateforme.

Le nombre d’abus, d’intimidations, de harcèlement que nous avons vu partout sur Internet a augmenté rapidement ces dernières années. Ces comportements freinent les autres à prendre la parole sur Twitter ou partout ailleurs. Les comportements haineux privent de la chance de voir et de partager tous les points de vue autour d’une question, alors que nous pensons que cela est crucial pour tous nous faire progresser. Dans le pire des cas, ces types d’agissements menacent la dignité humaine alors que nous devons tous ensemble nous engager à la protéger.

Que propose concrètement la plateforme de microblogging ?

Twitter a depuis longtemps une fonctionnalité appelée « masquer » qui permet à l’utilisateur de masquer des comptes dont on ne veut pas voir les Tweets. Mais le réseau social a décidé d’étendre cette fonctionnalité « masquer » aux notifications. Les twittos vont pouvoir masquer des mots et des phrases, et même des conversations entières.

De plus, la politique de Twitter « en matière de comportement haineux interdit des comportements spécifiques qui ciblent des personnes en raison de la race, l’ethnie, l’origine, l’orientation sexuelle, le genre, l’identité de genre, la conviction religieuse, l’âge, le handicap ou la maladie« .
Désormais, Twitter propose d’apporter un moyen plus direct de signaler ce type de contenu afin d’améliorer la capacité du réseau à examiner ces signalements.

Enfin, les équipes d’assistance vont recevoir des formations spécifiques avec « des sessions particulières relatives au contexte culturel et historique des comportements haineux ».

Reste à savoir si ces « améliorations » ne vont pas surtout permettre à certains flics de la pensée unique d’agir et de pousser Twitter à plus de censure…


Russie : Poutine veut éradiquer les logiciels de Microsoft

15/11/2016 – RUSSIE (NOVOpress)
La ville de Moscou va remplacer Microsoft par des logiciels russes dans près de 600 000 ordinateurs. Cette transition va commencer par le remplacement d’Outlook, IBM et Oracle, mais Microsoft semble le plus ciblé par la politique de Poutine.

Craignant que les logiciels de Microsoft ne soient utilisés par les Etats-Unis contre la Russie dans la guerre cybernétique entre les deux pays rivaux, Vladimir Poutine veut au plus vite se débarrasser de Microsoft, au moins au sein du gouvernement et des entreprises contrôlées par l’Etat.


terre-soleil-rechauffement

Réchauffement climatique : une étude invalide la thèse officielle

14/11/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Ce qui n’était qu’une hypothèse vient d’être validé par un important groupe de scientifiques. L’éditeur scientifique Elsevier B.V. a publié le 26 octobre dernier un article attribuant la majeure partie du réchauffement climatique à l’activité solaire. La thèse a été confirmée par les pairs du comité de lecture de Annual Reviews in Control, une des sept revues scientifiques de l’IFAC, fédération internationale regroupant des milliers d’experts en contrôle, automatique et identification des systèmes complexes.

Comment les thèses du GIEC sont‑elles invalidées ? Par l’approche scientifique. La période observée par l’auteur de l’étude porte sur mille ans, quand celle du GIEC ne porte que sur les 150 dernières années. Ce qui élimine les événements millénaires de la période chaude médiévale et du petit âge glaciaire, notoirement corrélés à l’activité solaire. La seconde erreur du GIEC consiste en la confusion entre cause et effet, à propos des courants océanographiques de type El Niño. D’après le scientifique, il s’agit « d’une erreur méthodologique lourde, évidente aux yeux de n’importe quel expert en science des systèmes ».

Comment expliquer la persistance de la cause humaine comme fondement de toute explication du dérèglement climatique ? Dénoncer l’activité humaine comme l’alpha et l’oméga du réchauffement est bien commode pour les mondialistes. Cela valide leur politique malthusienne de régulation de la population mondiale, véritable fondement des grands rendez‑vous, du type COP 21 hier et COP 22 à Marrakech demain. L’homme étant un parasite pour la planète, il est donc légitime de réduire les effectifs, par la promotion de l’avortement, ou encore par des campagnes de stérilisation des femmes, notamment en Afrique. Il est dommage donc que le pape François se soit fait le relais dans son encyclique Laudato Si des fausses thèses du GIEC, démenties depuis.

olivier-maulin

Olivier Maulin : « Le vrai problème du progrès, c’est qu’il est divinisé »

08/11/2016 – FRANCE (NOVOpress) : A l’occasion de la parution de son roman La fête est finie (Denoël), l’écrivain Olivier Maulin a accordé un entretien à la Revue Limite. Nous en publions ci-dessous cet extrait, qui porte sur la notion de progrès.

olivier-maulin-la-fete-est-finieLimite : Dans la lignée de vos autres romans, La fête est finie s’apparente à une fable de la lutte contre le progrès. On vous classe sans trop se tromper parmi les antimodernes. Pourquoi ce thème du progrès est-il sous-jacent à l’ensemble de votre œuvre ?  

Olivier Maulin : Je crois que la question du progrès est absolument centrale et affreusement mal traitée aussi bien par ses partisans que par ses opposants (ou ce qu’il en reste). Comme l’a montré Jacques Ellul, chaque progrès implique un gain et une perte. Comme les deux faces d’une même médaille, chaque progrès charrie son lot de construction, son bénéfice, mais aussi son lot de destruction, son maléfice, et ceci en dépit de l’utilisation que l’on en fait.

Un exemple tout bête : les centres commerciaux qui ont fleuri ces dernières décennies dans les petites villes de province ont permis aux habitants d’avoir un accès moins coûteux aux biens de consommation, donc une augmentation de leur pouvoir d’achat (bénéfice) mais ils ont dans le même temps asséché les centres-villes et détruit une sociabilité et un mode de vie convivial (maléfice). Seuls les imbéciles croient que le progrès est univoque et que seule une mauvaise utilisation du progrès le rend préjudiciable.

Vous ne trouverez aucun progrès qui soit simplement « positif ». Certains apportent à la société des bénéfices qui dépassent ce qu’ils lui retirent. Mais d’autres apportent des bénéfices qui sont moindres que ce qu’ils détruisent. Ces derniers sont donc clairement nuisibles et s’ils sont imposés quand même, c’est parce que certains y ont un intérêt.

A chaque changement, il convient donc de s’interroger : « Sommes-nous prêts à perdre telle ou telle chose ? Est-ce que ce que l’on va gagner vaut vraiment le coup ? Jusqu’où sommes-nous capables de sacrifier ce qui nous constitue ? » C’était exactement le débat que l’on aurait dû avoir lorsque les Suisses ont voté par référendum il y a quelques années contre l’immigration massive. Au lieu de ça, toute la presse française leur est tombée dessus sur le mode « vous vous tirez une balle dans le pied, l’immigration est une chance pour l’économie ». Or, les Suisses ont simplement dit : oui, l’immigration est peut-être une opportunité économique (ce qui n’est du reste pas certain) mais nous sommes prêts à renoncer à ce bénéfice dans la mesure où le maléfice qui va avec (la perte de notre mode de vie et de notre identité) est une perte trop importante.

C’est finalement la même chose dans mon livre, les habitants de la vallée ne veulent pas de cette fameuse « croissance » qui prend la forme d’une décharge industrielle et d’un Center park débile. Ils estiment qu’ils ont trop à perdre, en dépit des emplois que va créer ce projet. Ces personnages enracinés ne veulent pas abandonner leur mode de vie, leur âme, ni voir leur vallée défigurée par le béton. C’est ce qui les conduit à prendre le chemin du combat.

Aujourd’hui, le vrai problème du progrès, c’est qu’il est divinisé. Nous le vénérons et l’approuvons quel qu’il soit dans un réflexe pavlovien dénué de tout sens critique. Il ne s’agit pas de rejeter le progrès en bloc, dans une attitude réactionnaire tout aussi pavlovienne, mais je crois que l’on devrait tout simplement le questionner. Pour cela, il faudrait le retirer des mains des experts « qui savent ce qui est bon pour nous » (et qui la plupart sont salariés de l’industrie productrice de ce progrès) et le mettre en débat sur la place publique. Le jeter dans l’Agora avec ses implications dévoilées. S’il y avait donc une révolution mentale à opérer dans notre société, elle tiendrait dans ces termes : donnons-nous les moyens de questionner le progrès, nous n’en serons que plus heureux !

Cyberattaque sans précédent aux États-Unis

26/10/2016 – FRANCE (NOVOpress avec le Bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) :

Vendredi dernier a eu lieu une cyberattaque sans précédent

Les États-Unis ont été victimes d’une cyberattaque d’une ampleur sans précédent qui a paralysé une partie de l’Internet étatsunien pendant plusieurs heures. Le mode opératoire était une attaque par déni de service, ou DDoS, qui sature un site Internet de requêtes afin de mettre à mal sa capacité de réponse et d’en interdire l’accès aux autres utilisateurs. Néanmoins, plutôt que de cibler un site Internet en particulier, les assaillants s’en sont pris à la société Dys, une des plus grosses sociétés de gestion de système de nom de domaines. Cette société s’occupe de rediriger les utilisateurs vers les sites qu’ils cherchent à rejoindre et compte parmi ses clients des géants de l’Internet comme Twitter, Netflix, Ebay ou encore Amazon. En ciblant Dys, les assaillants ont donc mis hors ligne la quasi totalité des géants de l’Internet étatsunien pendant plusieurs heures.

Mais cette attaque présentait aussi d’autres particularités

En effet, pour mener à bien une attaque par déni de service de cette ampleur, le pirate informatique doit disposer d’un nombre conséquent de relais pour ses requêtes. Traditionnellement, les assaillants utilisaient un réseau d’ordinateurs personnels d’utilisateurs innocents d’Internet dont ils prennent le contrôle grâce à un logiciel malveillant. Ce réseau zombi, appelé botnet, sert ensuite de relais massif pour les requêtes de l’attaque par déni de service. Or, avec l’avènement de la domotique et des objets connectés, il est désormais possible pour les pirates de créer des botnets à partir de télévisions, de réfrigérateurs ou encore de caméras de surveillance. Dans le cas de l’attaque contre Dyn, qui fait écho à l’attaque contre l’hébergeur français OVH le mois dernier, les assaillants ont créé un botnet à partir de caméras de surveillance chinoises infectées par le logiciel malveillant Mirai. Ces attaques par objets connectés changent la donne en termes de cyber sécurité et laissent présager la multiplication et l’amplification de ces attaques.

Lire la suite

twitter-1

Twitter, un outil au service de la dissidence politique

25/10/2016 – FRANCE (NOVOpress)
À quelques mois de l’élection présidentielle, Twitter livre une étude sur le comportement de ses utilisateurs en termes de consommation de contenus liés à la politique mais aussi, de manière plus large, sur l’importance du réseau dans un contexte d’élection auprès de l’ensemble des Français.

L’information politique diffusée sur Twitter a une portée bien supérieure à l’audience présente sur Twitter.

Auprès de l’ensemble des internautes français, plus d’un sur deux (53%) déclare avoir déjà consulté ou entendu des Tweets sur le thème de la politique, que ce soit sur Twitter ou sur d’autres médias (auprès des Français sur Twitter ce chiffre monte à 85%).

Les Français utilisent Twitter à la fois pour consommer et relayer du contenu ou leurs opinions politiques :

– 58% suivent des comptes de personnalités ou formations politiques ;
– 52% recherchent des informations sur Twitter ;
– 44% Retweetent des personnalités ou formations politiques ;
– 44% Tweetent des articles ou vidéos traitant de politique ;
– 43% Tweetent à propos de leurs opinions politiques.

Lire la suite

Jacques Myard

La CIA fait ses emplettes sur la technologie, la recherche et le savoir faire français

23/04/2016 – PARIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : Le Cegid est le premier éditeur français de logiciels de gestion. C’est un acteur majeur de l’informatique en nuage. Les fonds d’investissements étatsuniens et britanniques Silver Lake et AlphaOne Capital Partners viennent de lancer une offre publique d’achat.

D’autres domaines sont aussi concernés par ce type d’opération. C’est le cas notamment des secteurs de la sécurité et de l’énergie. Ainsi, le rachat d’Alstom par General Electrics a placé entre les mains étatsuniennes une partie de la technologie nucléaire française.

D’autres secteurs stratégiques ont ou vont subir le même sort. C’est le cas notamment d’Airbus qui a vendu son département d’électronique de défense au fonds étasunien KKR. Ce même fonds prévoit de racheter la société Morpho à Safran. Morpho domine le marché de la sécurité et de la biométrie et vient de signer un contrat avec l’Inde pour la création de pièces d’identité biométriques.

Le patron de ce fonds n’est autre que David Petraeus, ancien directeur de la CIA. Qu’en pense le gouvernement français ? Interrogé par Jacques Myard, député (LR) des Yvelines, à l’Assemblée nationale, le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian a botté en touche. Les Etats‑Unis ont très bien compris les rapports de force de la guerre économique, qu’ils utilisent aux dépens de leurs alliés. Mais il existe un manque de stratégie flagrant de la part du gouvernement français.

Nasa

Des aurores boréales comme vous ne les avez jamais vues

21/04/2016 – MONDE (NOVOpress) : La Nasa a mis en ligne il y a trois jours une vidéo exceptionnelle d’aurores boréales vues de l’espace. Ces images ont été prises depuis la station spatiale internationale et filmées en haute définition en « time‑lapse ». Cette technique permet de diminuer la cadence des prises de vues afin de produire une accélération lors de la projection. Les dernières aurores boréales visibles en France l’ont été dans le Nord, en mars 2015, mais il fallait être doté d’un appareil photo pour les apercevoir.

taliban-fe0331-tease

Google supprime une application des talibans pour smartphones

05/04/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Google a décidé de retirer de son magasin en ligne (le Play Store), une application pour smartphone créée par les talibans.

Lancée vendredi dernier en pachto sous le nom de « Alemarah », cette application visait notamment à renforcer la présence de ce mouvement islamiste sur internet.

Michael Kugelman, expert de l’Afghanistan au sein du Woodrow Wilson International Center for Scholars, revient sur cette initiative des talibans :

À l’heure du groupe État islamique et de sa communication numérique sophistiquée, beaucoup de groupes islamistes plus anciens comme les talibans afghans peuvent se sentir en perte de vitesse. En se plaçant sur ces nouvelles technologies, les talibans peuvent démontrer à leurs recrues potentielles qu’ils sont autant à la page que leurs concurrents plus récents.


anonymous

Anonymous lance #OpBrussels pour mener une guerre totale contre les terroristes islamistes

24/03/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Après les attentats de Bruxelles, le collectif de hackers Anonymous a annoncé qu’il lançait une « guerre totale » contre l’État islamique.

Le collectif explique qu’après les attentats de Paris, certains initiatives auraient déjà permis de saboter 5 500 comptes liés directement à l’État islamique et de pirater un portefeuille électronique que les djihadistes possèdent sur le Darknet (le réseau internet parallèle), contenant près de 3 millions de dollars en Bitcoins.

Nous avons décidé de mener une guerre totale contre les djihadistes, avec l’opération Bruxelles (#OpBrussels). Nous sommes libres, terroristes, redoutez-nous. Nous n’oublions pas, nous ne pardonnons pas.



Anonymous lance #OpBrussels contre l’Etat… par direct-matin

iphone

Soutien inattendu à Apple contre le FBI

07/03/2016 – MONDE (NOVOpress)
Apple et le FBI se livrent une bataille sans merci autour du décryptage d’un iPhone utilisé lors de l’attentat de San Bernardino. Le constructeur à la pomme a reçu le soutien de l’ONU

C’est un soutien de poids qu’a reçu Apple dans sa bataille juridique et communicationnelle contre le FBI. Il n’est en effet pas courant que les Nations Unies se positionnent en faveur d’une entreprise privée contre un État.
Bref rappel des faits pour ceux qui n’auraient pas suivi l’affaire : le FBI demande à Apple de concevoir un procédé permettant d’accéder aux données cryptées contenues dans l’iPhone d’un des terroristes musulmans auteur de la tuerie de San Bernardino, en Californie (14 morts). L’agence fédérale accuse le constructeur californien de faire obstruction à une enquête pour terrorisme et met en avant la sécurité des Américains.
Outre une base juridique mince et qui a été depuis invalidée, Apple craint que cela ne crée un dangereux précédent, permettant non seulement aux USA, mais aussi à tous les régimes autoritaires de la planète, d’exiger le « déplombage » des téléphones à la pomme, compromettant gravement le respect de la vie privée et les libertés publiques. Le FBI a d’ailleurs fini par admettre qu’il comptait bien s’appuyer sur le succès de la requête de San Bernardino pour pousser d’autres demandes similaires.
Lire la suite

PavelDourov

Face à la surveillance généralisée, Pavel Dourov défend son application Telegram

25/02/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Son application de messagerie sécurisée a annoncé mardi dernier avoir séduit 100 millions d’utilisateurs. Dans un entretien accordé à Rue89, Pavel Dourov répond à ceux qui l’accusent d’avoir permis à l’État islamique de préparer des attentats grâce à son application. le fondateur de Telegram a d’ailleurs finalement fermé des dizaines de chaînes du groupe islamiste.

Telegram permet d’échanger par smartphone (et sur ordinateur) des messages indéchiffrables et autodestructibles, à deux ou à plusieurs, mais aussi des photos, des documents ou de la musique.

Sûr de sa technologie, il promet 300 000 dollars à qui saura casser son protocole de chiffrement, développé par sa petite équipe de 15 ingénieurs, des as de la programmation, tous russophones, dont son frère aîné Nikolaï.


zuckerberg_1984

1984, façon Zuckerberg

23/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Cela se passait au Mobile World Congress (MWC) de Barcelone. Tandis que toute l’assistance était aveuglée par un casque de réalité virtuelle, le patron de Facebook remontait l’allée, tel le marionnettiste heureux de tous ces zombies. Notre futur, façon 1984 ? Ou notre présent ?

C’est le sujet qui « buzze » chez les geeks… mais pas qu’eux. En pleine démonstration d’un casque de réalité virtuelle Samsung au MWC de Barcelone, Mark Zuckerberg, invité-surprise, remonte l’allée pour rejoindre l’estrade. Il voulait créer la surprise, mais l’effet obtenu a glacé de nombreux internautes.

Assis, des dizaines d’hommes en chemise et costumes, les visages inexpressifs, plongés dans le monde virtuel de leurs lunettes. Debout, ce jeune en T-shirt et baskets, tout sourire, marchant comme si le monde lui appartenait et surtout comme s’il était seul ancré dans la réalité d’un univers qu’il manipule à sa guise.

On pense à 1984, à Matrix, à Johnny Mnemonic ou à Orange Mécanique.

Mark – ça ne te semble pas étrange d’être le seul à marcher avec tes propres yeux, alors que tous les autres sont des zombies dans la Matrice ?

interroge un utilisateur de Facebook.

Cette photo est-elle une allégorie de notre futur, Les gens dans une réalité virtuelle, et nos leaders qui se promènent à côté de nous.

demande un autre internaute.

Propagande commerciale et politique de masse, contrôle social exacerbé, isolement volontaire des individus, rupture du lien social, manipulation à grande échelle… ce qui est vraiment effrayant dans cette image, ce n’est pas qu’elle préfigure notre futur. C’est qu’elle décrive notre présent.


La guerre civile est à nos portes. Et si Guillaume Faye avait raison ?

Révolution numérique : miracle ou imposture ? (2e partie) – par Guillaume Faye

20/02/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

On est fasciné par la technologie numérique, sans comparer rationnellement ses avantages et ses inconvénients. Une innovation technologique n’a de sens – depuis la révolution néolithique – que si elle fait baisser les coûts et les efforts de production des biens et services et augmente leur nombre et leurs qualités. Comme nous l’avons vu dans la première partie de cet article, l’utilité marginale des technologies informatiques et numériques depuis les années 80 est en baisse par rapport à celle des révolutions techno–industrielles précédentes. Problème.

Une révolution technologique non maîtrisée

Ni l’informatique, ni Internet ni le smartphone, ni le GPS, etc. n’ont créé de bouleversements ni d’améliorations comparables aux innovations de la période 1840–1960. C’est le phénomène de l’utilité marginale décroissante. La révolution numérique crée des mutations comportementales, sociales et économiques mais au fond assez peu d’améliorations concrètes en termes de performances et de commodités ou même d’emplois créés : les innovations technologiques de l’informatique de seconde génération, n’ont pas généré le moindre emploi supplémentaire. Elles n’ont pas accéléré non plus la transmission des informations. Et parfois elles l’ont ralentie du fait de la complexité et de la fragilité des nouvelles machines. Quand j’envoie un SMS à un correspondant, mon message ne va pas plus vite que jadis un appel téléphonique sur un poste fixe avec fil ; en revanche, le système est moins fiable et…plus cher – contrairement à ce que croit le consommateur abusé.

Les précédentes révolutions industrielles ont connu un développement linéaire ; la révolution numérique connaît un développement géométrique, exponentiel. Loi de Moore : la puissance des ordinateurs double tous les dix-huit mois. En réalité, c’est, selon moi, inexact : ce n’est pas la puissance électro-physique des ordinateurs qui double à cette allure, mais ce sont leurs champs d’applications, leurs connections.

Lire la suite

8549-Chard

Twitter, petit soldat de la doxa ?

18/02/2016 – MÉDIAS (Présent 8549)

Le site conservateur anglais Breitbart révélait mercredi que l’entreprise Twitter s’était lancée dans le « shadowbanning » politique. L’entreprise ne se gênerait pas pour cacher aux utilisateurs les messages de personnalités influentes et peu sujettes au politiquement correct. C’est une source interne à l’entreprise qui aurait révélé la pratique, appuyée par le rédacteur en chef d’une grosse maison d’édition.
8549_Une
Selon cette source évidemment restée anonyme, l’entreprise alimente une « liste blanche » de comptes à favoriser, mais également une « liste noire » de comptes à bannir… des utilisateurs. À croire que nous sommes décidément trop idiots pour rester libres, ou trop intelligents pour ne pas percer à jour les manipulations politiques et idéologiques qui pleuvent de toutes parts. Le résultat est le même : la censure, pour le bien de l’humanité bien entendu.

La technique est déjà connue des informaticiens, elle est utilisée contre les « spammeurs », ces indésirables qui profitent de n’importe quelle occasion pour poster massivement des messages publicitaires ou des informations non vérifiables. Au lieu de bannir un tel compte, ce qui entraîne la création d’un nouveau dans la seconde, on en cache le contenu en espérant que le propriétaire ne s’en rende pas compte. L’idée est bonne évidemment, sauf qu’elle semble devenir un instrument de censure idéologique. C’était si tentant… et si prévisible.

Cela faisait d’ailleurs plusieurs semaines que des utilisateurs dénonçaient la disparition des tweets de conservateurs, populistes, libertaires culturels et autres opposants populaires à la doxa ambiante.

L’information est largement crédible, a fortiori quelque temps après la création du « Trust and Safety Council » au sein de l’entreprise américaine, composé d’associations militantes de gauche et du centre de recherche islamique « Wahid Institute ». Un Conseil de confiance et de sécurité tout impartial, comme ses composantes l’indiquent.
Le 10 février, Twitter annonçait par ailleurs le lancement d’une option d’affichage des tweets les plus « intéressants » sélectionnés par un algorithme…
La question semblera peut-être idiote ou naïve, mais osons-la malgré tout : qui décidera pour nous de ce qui est « intéressant » ou non ?

Charlotte d’Ornellas

[Tribune] Suicide français : l’erreur de diagnostic de Zemmour - Par Guillaume Faye

Révolution numérique : miracle ou imposture ? (1ère partie) – par Guillaume Faye

16/01/2016 – FRANCE (NOVOpress avec Guillaume Faye)

Cet article de fond, qui sera publié en quatre parties distinctes au cours de ce mois de février, pose la question : la révolution numérique et Internet ne seraient-ils pas des faux-semblants, qui n’amènent pas d’améliorations substantielles mais au contraire compliquent les choses ? Cette hypothèse incorrecte doit être soigneusement examinée.

La petite musique de l’utopie numérique

Le journaliste économique Jean–Pierre Robin, assez sceptique envers les promesses de cette révolution numérique, écrit dans Le Figaro : « L’utopie est au coin de la rue. À moins qu’elle ne transmue en son contraire, la dystopie, dont la plus célèbre, Le Meilleur des Mondes d’Aldous Huxley semble avoir anticipé très exactement le nôtre : moyens de surveillance tentaculaires, perte de confidentialité, grégarisme des comportements ».

La révolution numérique nous promet aussi la transplantation d’organes artificiels fabriquées par des imprimantes 3D, la robotique généralisée, les nanomatériaux, (le graphène, 100 fois plus résistant que l’acier), l’Internet des objets, la connexion aux capteurs (un milliard de capteurs prévus en 2025) et des tas d’autres merveilles, notamment le fameux ”surhumanisme”. Nous verrons plus loin, dans le cours de cet article, qu’il s’agit souvent de plaisanteries.

Dans The Fourth Industrial Révolution, Klaus Schwab, l’organisateur des forums de Davos, explique que cette quatrième révolution techno-industrielle est caractérisée par trois facteurs : « sa rapidité (contrairement aux autres révolutions industrielles, son évolution est exponentielle et non pas linéaire) ; son amplitude (de multiples techniques sont à l’œuvre) ; son impact systémique (sur les entreprises, les pays et la société »).

Selon deux chercheurs du MIT, Erik Brynjolfsson et Andrew McAfee, nous entrons dans « le deuxième âge de la machine ». Cette révolution technologique pourrait « rendre les hommes inutiles », notamment les moins qualifiés et provoquer des inégalités ingérables. Jusqu’à présent, selon eux, la performance instrumentale des machines progressait de 2% à 5% par an. Actuellement, elle aurait doublé.

Lire la suite