edward-snowden-has-always-been-a-privacy-fanatic

Edward Snowden : “La surveillance de masse est pratiquée dans tous les pays”

11/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
A l’occasion d’un rassemblement organisé à Paris par Amnesty International, Edward Snowden a tenu – le mercredi 10 décembre – sa première conférence en France. Elle se déroulait en direct vidéo depuis la Russie, où Snowden est réfugié depuis l’été 2013. C’est la première fois que l’ancien consultant de la NSA prenait la parole en France.

La France est-elle sous surveillance ? Voici la réponse d’Edward Snowden :

Je n’ai pas accès à des informations secrètes. J’ai tout détruit, à part ce que j’ai donné aux journalistes. C’est maintenant le rôle de la presse. Mais la surveillance de masse a lieu dans tous les pays qui ont les moyens d’avoir des agences de renseignement. Il y a eu des rapports qui ont montré qu’Orange fournissait des informations à la DGSE. (…) Est-ce que c’est juste ? Est-ce que c’est moral de violer les droits de la population ? On n’a pas répondu à cette question sérieuse en France.

"Grandes Oreilles" chinoises en plein coeur de la banlieue parisienne

“Grandes Oreilles” chinoises en plein coeur de la banlieue parisienne

08/12/2014 – CHEVILLY-LARUE (via BFMTV)
Un centre d’écoute a été découvert dans une annexe discrète de l’ambassade de Chine en France. Elle est située dans une rue paisible de Chevilly-Larue, banlieue pavillonnaire au sud de Paris. Il s’agit d’un territoire inviolable de plus de un hectare où, selon les conventions internationales, la police française n’a pas le droit de pénétrer. En banlieue de Paris, le Nouvel Obs a découvert un centre secret chinois d’écoutes satellitaires. Il espionnerait une partie des communications entre l’Europe, l’Afrique et le Moyen-Orient.

stegosore

Londres: le fossile complet d’un Stégosaure présenté au public

05/12/2014 – LONDRES (NOVOpress)
Un squelette exceptionnel de stégosaure, un dinosaure herbivore ayant vécu à la fin du jurassique, sera exposé à partir de jeudi au Musée d’histoire naturelle de Londres, qui a acquis l’an dernier ce spécimen rare découvert aux États-Unis.


Vers un changement de stratégie de l’État islamique sur Internet ?

29/11/2014 – FRANCE (NOVOpress via Le Monde)
Après une première phase où ses combattants diffusaient leur propagande sans restriction, l’Etat islamique semble être entré dans une nouvelle étape de sa communication en ligne.

Avec le déclenchement des frappes de la coalition contre l’EI, il s’agit désormais de prendre des précautions, de s’abstenir de partager des informations pouvant nuire à la sécurité de la « dawla » – « l’Etat » – en donnant trop d’informations aux services de renseignement occidentaux.
Les vidéos, images et même messages écrits qui permettraient de localiser ses unités et infrastructures sont désormais proscrits. « Selfies » intempestifs, combats saisis sur le vif, pick-up lancés sur les routes, et discussions liées sont, si ce n’est pas bannis, du moins rigoureusement encadrés. Une révolution culturelle pour les sympathisants de l’EI habitués à utiliser les réseaux sociaux à haute dose.

(…)

Les nouvelles règles, édictées par les autorités de l’Etat islamique (le Comité général) puis détaillées et relayées sur les médias sociaux sont très claires. Il est ainsi interdit de partager des informations sur :

Les raids aériens de l’ennemi ;
Les déplacements de convois d’une région à l’autre ;
Des opérations en préparation ;
Les techniques de fabrication d’armes ;
La mort au combat d’un dirigeant ou d’un émir avant le communiqué officiel de l’Etat islamique ;
La localisation des casernes ;
Le ralliement au califat d’une personne connue médiatiquement ou d’un groupe particulier avant un communiqué officiel de l’Etat islamique ;
Des images qui permettraient de reconnaître des membres de l’EI et en particulier les combattants étrangers qui l’ont rejoint.

(…)

Outre ces consignes de discrétion, les propagandistes et les militants djihadistes sont de plus en plus soucieux de sécuriser techniquement leur utilisation d’Internet.
Le Monde.fr a pu consulter des dizaines de documents et tutoriaux issus de la galaxie de l’EI régulièrement mis à jour, conseillant, détaillant et mettant à disposition divers outils.
Des dizaines d’astuces permettent par exemple l’ouverture anonyme d’un compte Gmail, l’obtention d’un numéro de téléphone américain, la destruction de fichiers ou des conseils relatifs à l’utilisation de Facebook et de son équivalent russe VKontakte.


A view of Facebook's logo May 10, 2012 i

Facebook sur le réseau anonyme Tor : une bonne nouvelle ?

22/11/2014 – ÉTAT-UNIS (NOVOpress via Le Monde)
Récemment, de nombreux observateurs ont été surpris et amusés en apprenant que le réseau social Facebook se lançait sur Tor, le système permettant un anonymat renforcé sur Internet.

Rien ne semble en effet plus éloigné que le premier réseau social du monde, gourmand en données personnelles, et l’outil de contournement de la censure et d’anonymat, prisé à la fois des dissidents des régimes politiques répressifs et de divers criminels, en passant par les internautes désireux de protéger leur vie privée ou de contourner un site censuré dans leur pays.

Concrètement, Facebook a annoncé le lancement d’une version de son site Web accessible uniquement depuis le réseau Tor. Connectés à ce réseau, les internautes peuvent désormais se rendre sur Facebook en y accédant depuis l’adresse https://facebookcorewwwi.onion/.

(…)

Cette initiative a été relativement bien accueilli dans les milieux militants.

Le fait que Facebook soutienne un logiciel utilisé par de nombreux activistes dans les pays répressifs est cependant une « très bonne nouvelle » pour la lutte contre la censure, pour Grégoire Pouget, responsable des nouveaux médias à Reporters sans frontières.

« Pour ceux à qui la mise en place d’un Facebook en “.onion” peut vraiment profiter, comme des journalistes ou des défenseurs des droits de l’homme au Kazakhstan, en Iran ou dans d’autres pays où Facebook est régulièrement bloqué, cela peut changer beaucoup de choses. En effet un site “.onion” est virtuellement impossible à bloquer.»

Morgan Marquis-Boire, le directeur de la sécurité informatique de The Intercept, le média fondé par Glenn Greenwald – le journaliste dépositaire des documents Snowden -, aimerait que d’autres plateformes suivent cet exemple :

« J’aimerais que Google se dote d’un “.onion” pour tous ses services… Et Twitter, où est ton “.onion” ? »

La liberté d’expression à l’ère de la communication numérique : faut-il domestiquer Internet ?

La liberté d’expression à l’ère de la communication numérique : faut-il domestiquer Internet ?

« La domestication d’Internet n’apparaît donc ni souhaitable, ni même réalisable »

Cette conférence d’Yves Duhamel a été donnée au cours de la XXXe Université annuelle du Club de l’Horloge qui s’est tenue les 15 et 16 novembre à Paris sur le thème « Rétablir la liberté d’expression ».


Je vais m’employer à traiter devant vous de la liberté d’expression à l’heure d’Internet, en vous donnant le strict point de vue d’un technicien du Net.

Encadrement, amendements, contrôle, restrictions, censure… Ce champ lexical est étroitement lié au terme « liberté d’expression ».

L’histoire de la liberté d’expression et de la presse, qui vont de pair, est paradoxalement jalonnée de lois visant précisément à les restreindre, voire à les étouffer. Il s’agit pourtant de l’une des premières libertés politiques et, plus généralement, des libertés fondamentales garanties par la Déclaration des droits de l’homme dès 1789 en réaction à la censure royale, et reformulées dans l’article 19 de la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948, en réaction aux totalitarismes nazi et soviétique.

Certains pans de l’Histoire peuvent ainsi – parfois – se résumer à une succession de luttes entre pouvoirs et contre-pouvoirs.

Lire la suite

A view of Facebook's logo May 10, 2012 i

Réseaux sociaux : vers le référendum permanent ?

18/11/2014- PARIS (NOVOpress via FigaroVox)
D’après une récente étude Médiamétrie consacrée à la place que les réseaux sociaux ont pris dans notre vie, 26 millions de Français seraient sur Facebook. Dans une tribune parue sur FigaroVox, Vincent Tremolet de Villers s’interroge sur les conséquences de cette révolution numérique.

Celui-ci n’hésite d’ailleurs pas à parler d’un véritable “séisme numérique”.

En politique, les conséquences sont à la fois minuscules et gigantesques. Minuscules parce que l’information continue, pour satisfaire sa boulimie, dévore les messages les plus dérisoires. Ainsi Nadine Morano qui croise une femme voilée sur la plage nous fait part de son irritation, et Cécile Duflot nous présente en exclusivité le chili con carne (bio) qu’elle est en train de cuisiner. Nous savons tout de la moindre réunion de canton et, heureux hommes, nous avons accès aux selfies du maire de Champignac à la fête de l’espadrille.

(…)

Gigantesque si l’on évalue le poids de ces réseaux dans le quinquennat Hollande. Pour lui, tout a commencé par un tweet. Celui qui révélait l’arrestation de Dominique Strauss-Kahn. Le futur président pouvait sourire comme le plus beau smiley. Ça n’a pas duré. Un mois après son élection, Ségolène Royal et Valérie Trierweiler s’affrontaient en 140 signes et la présidence normale devenait un captivant vaudeville animé avec rage, sur les réseaux sociaux, par l’un des personnages. Grâce à Twitter, l’expression «sans-dents» a traverséle pays en quelques heures et la dernière émission de François Hollande a donné lieu, sur ce même réseau, à un jeu de massacre.

(…)

Les réseaux sociaux sont la cause principale de cette inversion hiérarchique. L’information n’est plus «descendante» mais s’établit de plus en plus selon un référendum permanent qui, par le nombre de «like» ou par le succès d’un «hashtag», décide ce qui ouvrira le prochain journal. Une forme compulsive, frénétique de démocratie participative fait défiler les sujets – guerre en Ukraine, canular de Nicolas Bedos, blessure de Zlatan, égorgement d’Hervé Gourdel – sans distinguer l’essentiel de l’accessoire

Philippe Murer : la transition énergétique en question (première partie)


La transition énergétique en question (première… par realpolitiktv

Source : Realpolitik.tv - La transition énergétique ou passage des énergies anciennes aux énergies renouvelables est un débat crucial pour au moins trois raisons différentes : la rapide diminution des réserves de pétrole, le réchauffement climatique et le coût prohibitif des 65 milliards d’euros d’énergies fossiles importées chaque année. Le débat technique, scientifique a été amplement relayé, mais le débat sur la faisabilité économique de cette transition, la taille des investissements à réaliser, n’a pas eu lieu.

Les énergies renouvelables sont-elles, seront-elles moins chères ou plus chères que les énergies classiques ? Seront-elles suffisamment abondantes ? Peut-on les stocker ? Comment financer et réaliser concrètement ce programme ? Par Philippe Murer.

Philippe Murer est professeur de finance vacataire à la Sorbonne et membre du Forum démocratique.

Publié le
L’opérateur mobile américain Verizon traque ses clients

L’opérateur mobile américain Verizon traque ses clients

12/11/2014 – WASHINGTON (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Verizon est un des plus gros opérateurs mobiles américains. Depuis fin octobre, une grande partie des clients de cette entreprise découvre, parfois avec stupeur, que l’opérateur épie leurs moindres faits et gestes.

A chaque fois qu’un utilisateur de téléphone intelligent se connecte au moindre site Internet ou à la moindre application, l’opérateur rajoute un code appelé X-UIDH. Ce codage est invisible et surtout inaccessible par l’utilisateur. Il permet ensuite de dresser un portrait complet de l’utilisateur, par sa navigation sur Internet et ses déplacements, les téléphones étant bien évidemment géolocalisés.

Pour l’instant, l’objectif premier est bien évidemment publicitaire. De nombreuses entreprises rachètent les droits d’analyse du codage de Verizon, comme des entreprises de conseils en marketing. Le recensement de toute l’activité d’une personne permet de lui fournir une publicité ciblée à ses besoins, ses envies. Il permet aussi, pour reprendre les mots de l’ancien président de TF1 Patrick Le Lay, de trouver « le temps de cerveau disponible », pour que les publicités aient un maximum d’effet.

Lire la suite

Vu sur Facebook

Continuité génétique : les populations européennes ont survécu au dernier âge de glace

Publié le
facebook_fn

Personnalités politiques et réseaux sociaux : Facebook va-t-il tuer les médias traditionnels ?

07/11/2014 – FRANCE (NOVOpress)
Dans une tribune publiée sur FigaroVox, Mathieu Bock-Côté livre une analyse très intéressante sur l’impact de l’utilisation par les responsables politiques des réseaux sociaux, dont Facebook et Twitter.

Pour lui, l’appropriation de Facebook par les hommes politiques contraint les grands médias à se réinventer.

Facebook renverse potentiellement alors la donne. Et à la différence de Twitter, les hommes politiques ne sont pas obligés d’y fonctionner en 140 caractères, avec des formules si courtes qu’elles aboutissent inévitablement en slogans. Alors qu’on leur demande souvent un clip de cinq ou six secondes pour les actualités télévisées, ils retrouvent sur Facebook la possibilité de déployer leur pensée et d’y ajouter des nuances. Cela ne veut évidemment pas dire qu’ils le font tous. Mais la parole politique retrouve son autonomie. Il serait trop rapide de conclure qu’elle prendra inévitablement la forme de la propagande.


"Halal test": des bandelettes détectent la présence de porc dans un plat

“Halal test”: des bandelettes détectent la présence de porc dans un plat

21/10/2014 – PARIS (via BFMTV)
Islamisation et business font bon ménage. En tout cas, la création de bandelettes “halal test” (photo) pour détecter la présence de proc dans des plats préparés y aprtcipe allègrement. Cette information, qui n’est pas un hoax “islamophobe”, nous est rapporté par nos confrères de BFM TV :

C’est peut-être la prochaine success story à la française: deux amis d’école de commerce, Abderrahmane Chaoui, Algérien de 25 ans, et Vital Julien, Français de 27 ans, s’apprêtent à lancer un produit original, repéré par Le Nouvel Obs: un test à destination des particuliers pour détecter la présence de porc ou d’alcool dans son assiette en dix minutes.

Le mode opératoire est simple: il faut introduire un échantillon de sa nourriture dans un tube, mettre quelques gouttes d’eau chaude, tremper une bandelette et patienter jusqu’à l’apparition du résultat. Le produit demeure encore relativement cher: il est vendu 6,90 euros à l’unité, sur le site Internet de l’entreprise, et est à usage jetable.

Le test ne permet pas de savoir si un aliment est véritablement “halal”, c’est-à-dire si la viande qu’il contient provient d’un animal abattu selon le rite islamique, “mais il permet de s’assurer de l’absence de produit interdit par le Coran”, explique Abderrahmane Chaoui à BFMTV.com.

A quand le même test pour déceler la présence de viande issu des barbares abattages rituels ?

Crédit phto Une : DR

edward_snowden_mgn_online

Selon Edward Snowden, Facebook et Google sont des “services dangereux”

15/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
CitizenFour, c’est sous ce nom qu’un « employé gouvernemental expérimenté » a communiqué pendant plusieurs mois avec la documentariste Laura Poitras. CitizenFour, c’est Edward Snowden. Et c’est également le titre d’un film – dont voici le trailer – qui revient sur les révélations de l’ancien consultant de la NSA.

Par ailleurs, dans une récente conférence, Edward Snowden conseille vivement d’abandonner les outils qui sont « nuisibles à la vie privée ».

Il faut abandonner tous les logiciels qui sont « hostiles à la vie privée, comme par exemple Dropbox. Abandonnez Dropbox », encourage-t-il. « Même chose pour les entreprises comme Facebook ou Google. Elles font des efforts pour améliorer la sécurité de leurs programmes et deviennent meilleures qu’elles ne l’ont été mais elles ne sont toujours pas sûres. », lâche-t-il. « Ce sont des services dangereux ».

 

JihadDoigt-660x500

De la politisation des doigts

13/10/2014 – PARIS (NOVOpress) Les doigts au service d’une cause politique ? La phénomène n’est pas nouveau mais les réseaux sociaux permettent aujourd’hui d’amplifier certains signes de ralliement.

On peut notamment évoquer les trois doigts du Hamas, le 4 des islamistes ou encore le 1 de l’Etat islamique :

Certains des policiers turcs brandissaient leur index, seul. Les plus radicaux ? L’index levé, un geste traditionnel des musulmans (il représente l’unicité d’Allah), est devenu en quelques mois un symbole militant : celui des djihadistes de l’Etat islamique autoproclamé.
On ne compte plus le nombre de photos de combattants brandissant une tête tranchée ou souriant devant un corps supplicé tout en désignant le ciel de leur index. Parfois, leur pistolet fait office d’index.