Graffiti Chrisitianophobe

Christianophobie de Paul Moreira : « Jésus, deux fois il appelle à couper la tête de ceux qui croient pas en lui »

Source : Causeur — Paul Moreira étale sa christianophobie et son ignorance sur Canal+

Paul Moreira a osé affirmer au Grand Journal de Canal + lundi soir que la Bible comptait deux fois plus d’appels au meurtre que le Coran. À l’appui de ses dires pour le moins fantaisistes, l’autoproclamé journaliste d’investigation indique n’avoir pas lu la Bible, mais fait appel à des « spécialistes ». On se demande bien lesquels…
Quand la christianophobie le dispute à la bêtise.

Crédit photo : katutaide, de Theplacecallestreetart, via Wikimedia Commons (CC)


Naufrages de clandestins : les immigrationnistes falsifient (aussi) la géographie

Naufrages de clandestins : les immigrationnistes falsifient (aussi) la géographie

22/04/2014 – EUROPE (NOVOpress)
Les immigrationnistes mentent, on le sait bien. On est habitué à les voir falsifier impudemment l’actualité comme l’histoire, avec un seul objectif : hébéter et culpabiliser les autochtones d’Europe pour qu’ils acceptent de faire rentrer chez eux toujours plus d’Africains. Jusqu’à extinction (celle des Européens bien entendu).

Le site italien Voxnews a relevé une autre forme de falsification, cette fois contre la géographie. Après le dernier naufrage de clandestins, tous les médias italiens ont évoqué à l’unisson « un massacre dans le canal de Sicile ». La presse française a fait de même. « Le décompte macabre des morts dans le canal de Sicile se poursuit », c’est ainsi que Le Monde a commencé son article à faire pleurer dans les lofts. « Naufrage meurtrier dans le Canal de Sicile », ont titré Les Échos. « Canal de Sicile » encore dans Le Parisien et dans Libération. Le Figaro a remporté la palme en expliquant avec assurance que le bateau avait fait naufrage « en plein milieu du canal de Sicile ».

Or il suffit de regarder une carte pour constater que le naufrage a eu lieu à 60 milles nautiques des côtes libyennes, 100 milles de la Tunisie (qui n’a pas levé le petit doigt) et … 250 milles du canal de Sicile, lequel sépare la Sicile de la Tunisie.

On veut bien faire la part de l’ignorance des journaleux. Mais, comme le souligne Voxnews, la distorsion est tout sauf innocente. Le message qu’il s’agit de faire passer est clair. « C’est arrivé dans le canal de Sicile, donc ça doit être de notre faute. Parce que “ça doit l’être”. Parce que vous devez vous sentir coupables : ceux qui commandent comptent là dessus ». Et de fait, les mêmes médias qui redessinent allègrement la géographie titrent aussi sur « l’Europe démunie », « l’Europe sommée d’agir », « l’Europe au pied du mur », etc. etc.

Si les médias se contentaient de parler, conformément à la vérité, de « naufrage au large de la Libye », l’effet serait tout autre.

Crédit image : NormanEinstein, via Wikipédia, (cc). Une légende ajoutée.

Commission européenne

Politico, un nouvel outil d’influence de Washington débarque à Bruxelles

22/04/2014 – EUROPE (NOVOpress)
L’un des médias les plus influents outre-Atlantique a ouvert son antenne bruxelloise. Politico, c’est côté pile un journalisme de qualité, fait de scoops et d’analyses pénétrantes. Côté face se cache une myriade de lettres professionnelles, autant d’agents d’influence au service des multinationales yankees et de l’ultralibéralisme.

Le magazine en ligne qui fait trembler le Tout-Washington s’implante à Bruxelles. Politico, fort de ses huit ans d’existence, de ses 7 millions de visiteurs uniques mensuels, d’une version papier diffusée à 35 000 exemplaires et de ses 320 salariés va venir scruter et décrypter les arcanes de la politique européenne. Fondé en 2007 par deux signatures du service politique du prestigieux quotidien The Washington Post, John Harris et Jim VandeHei, le média s’est imposé par ses scoops, la qualité de ses informations et sa lettre matinale sur les coulisses de la politique américaine, Playbook, scrutée avec attention par toute la classe politico-médiatique américaine. La bonne nouvelle, c’est que l’on peut compter sur le professionnalisme et la qualité des journalistes recrutés par Politico pour nous dévoiler les coulisses de la Commission, que nos journalistes habituels laissent volontiers dans l’ombre, par ignorance ou complicité. D’ailleurs, l’ambition affichée du titre est de devenir la référence des décideurs européens et de détrôner ainsi The Financial Times.


Journalisme de qualité… mais connoté “conservateur”

La moins bonne nouvelle, c’est que Politico, bien qu’il s’en défende, est tout sauf neutre. La Maison-Blanche et des démocrates, régulièrement épinglés par la rédaction en savent quelque chose. Son PDG, Frederick J. Ryan, fut en effet un proche collaborateur de Ronald Reagan pendant toute sa carrière. Et la branche européenne du média est montée en collaboration avec le groupe de médias allemand Axel Springer, dont les titres phares, Die Welt et surtout Bild, sont classés du côté de la droite eurosceptique. De même, Ryan Heath, responsable du pendant bruxellois de Playbook, est un technocrate, ancien porte-parole l’ultralibérale néerlandaise Neelie Kroes, l’ex-commissaire responsable de la Concurrence puis du Numérique sous Barroso.

Logo POLITICO

Logo POLITICO

Voilà pour le contexte politique, mais le plus gênant n’est pourtant pas encore là. En effet, Politico tire 40 % de ses revenus de lettres professionnelles, qui couvrent aux USA 14 secteurs, de l’agriculture, aux services financiers, en passant par les transports. La division européenne de Politico Pro proposera « trois thématiques, les mêmes qu’aux États-Unis à nos débuts : l’énergie, les technologies et la santé. Le prix d’un abonnement se situe en moyenne autour de 7000 dollars par an, en fonction du profil de l’abonné et du nombre de lecteurs », explique Shéhérazade Semsar, directrice générale de Politico Europe.


Implanté à la demande des multinationales US

Selon The Center for Responsive Politics, les lobbies ont dépensé outre-Atlantique 3,2 milliards de dollars l’an dernier afin d’influencer les décisions des élus. À Bruxelles, les trois plus grands lobbyistes sont actuellement Philip Morris, Exxon Mobil et Microsoft. Est-ce un hasard si ces multinationales américaines travaillent justement dans les secteurs-clés cités par Shéhérazade Semsar ? « Ce sont nos abonnés, nos annonceurs qui nous ont demandé de venir nous installer ici », explique John Harris. Cela a le mérite d’être clair, les transnationales Yankees ont besoin de relais d’influence de ce côté de l’Atlantique. Politico se défend pourtant d’être un bras armé des groupes américains, ce qui reviendrait à se couper de la clientèle des grandes sociétés européennes.

Mais, au-delà de la concurrence commerciale qu’ils se livrent, les objectifs stratégiques de ces groupes transnationaux diffèrent-ils ? Qu’ils soient basés sur les rives du Pacifique, de ce côté de l’Atlantique ou de l’autre, tous visent à saper les identités et les réglementations nationales qui constituent autant de barrières au grand marché mondial composé d’individus acculturés, hors-sol, malléables aux sirènes de la consommation à outrance. À l’heure des négociations sur le projet de traité de libre-échange transatlantique (TTIP) entre les États-Unis et l’Union européenne, qui vise à harmoniser (sur des bases américaines) les normes relatives aux exportations, droits de douane ou à la résolution de conflits commerciaux devant des tribunaux, l’arrivée de cet agent d’influence majeur de l’ultralibéralisme américain ne doit laisser personne indifférent.

Crédit photo : Sébastien Bertrand via Flickr cc


François Hollande sur Canal + ou le mécontentement pour tous

20/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
L’intervention de François Hollande dans l’émission “Le Supplément” de Canal+ a réussi a mécontenter à peu près tout le monde, sauf sa garde rapprochée. Près d’1,8 million de téléspectateurs (11,9% de part d’audience) ont suivi l’intervention du président dans cette émission qui se veut décalée et humoristique.

Après un entretien accordé à la revue Charles, une interview fleuve donnée au nouveau magazine Society, François Hollande poursuit sa stratégie de reconquête de l’électorat jeune et Bobo. Il serait temps pour lui, car le chef de l’État et son chef du gouvernement paient encore le prix de l’échec des départementales et perdent respectivement 4 et 5 points selon le dernier baromètre IFOP pour le Journal du Dimanche.

Trois points saillants (si l’on peut dire…) dans la prestation du chef de l’Etat : la prime d’activité en faveur des jeunes, sa saillie à l’encontre du PCF et l’annonce d’une saisine du Conseil Constitutionnel à propos de la loi Renseignement. Une manière de vouloir rassurer sur le fait « que cette loi ne mettra, en aucune façon, en cause les libertés ». Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle peine à convaincre les opposants à ce texte liberticide.

Crédit photo : Capture d’écran de l’émission “Le Supplément” sur Canal+ le 19/04/2014


 

 

 

 

Continue reading

Publié le
Chrétiens jetés à la mer : politiciens et prélats excusent les assassins musulmans

Chrétiens jetés à la mer : politiciens et prélats excusent les assassins musulmans

19/04/2015 – ITALIE (NOVOpress)
Sale affaire, pour le lobby immigrationniste italien, que l’arrestation de quinze clandestins africains, inculpés d’« homicide multiple, aggravé par la haine religieuse » pour avoir jeté à la mer douze de leurs congénères, au seul motif qu’ils étaient chrétiens. Voilà qui risquerait de contrarier des décennies d’efforts acharnés pour convaincre les autochtones d’accueillir toujours plus de « pauvres réfugiés » et autres « frères migrants ».

Aussi les propagandistes en chef de l’immigration en Italie, laïcs et ecclésiastiques, se sont-ils précipités pour édulcorer les événements. Laura Boldrini, présidente ultra-immigrationniste de la Chambre des députés – qui s’était signalée en ricanant ostensiblement à l’évocation des victimes de Kabobo, le tueur anti-Blancs de Milan –, a sorti tous les clichés de la novlangue technocratique. « Il faut, a-t-elle déclaré, comprendre les dimensions du problème et ne pas simplifier. Le problème doit être abordé de manière lucide et il faut comprendre que les simplifications n’aident pas à la compréhension du phénomène. »

Chrétiens jetés à la mer : politiciens et prélats excusent les assassins musulmansConcrètement, selon Mme Boldrini, « il y a toujours des niveaux de violence sur ces embarcations, des personnes qui veulent l’emporter sur les autres » – bref, pas de quoi fouetter un chat et, surtout, rien à voir avec l’Islam. « Je ne crois pas, a-t-elle ricané, que ces personnes aient eu une discussion théologique à bord ».

Même déni chez Mgr Giancarlo Perego, directeur général de la Fondation « Migrantes », créée par la Conférence épiscopale italienne pour l’accueil des immigrés. Ce n’est qu’un « épisode de désespoir », a-t-il expliqué sur Radio Vatican, « un triste épisode dans lequel il ne faut pas exaspérer la haine religieuse. Il souligne tout le désespoir des migrants dont chacun cherche à sauver sa peau dans un petit espace ».

Interrogé par la Repubblica, le prélat a tenu le même discours. « La tragédie de la nuit du 14 avril, comme tant d’autres tragédies de la mer, n’est qu’un terrible drame du désespoir et de la misère humaine. Je n’insisterais pas sur la circonstance de la haine religieuse ».

Mgr Perego a même profité de l’occasion pour exiger, au nom du pape François, que l’Italie accueille encore plus de clandestins, surtout dans les régions du Nord : il a explicitement dénoncé la Vénétie comme manquant à son « devoir d’accueil ». La même obligation vaut, selon lui, pour toute l’Europe. « N’oublions pas, que sur les 170.000 personnes qui ont débarqué en Italie l’année dernière, deux sur trois ont continué leur chemin vers d’autres pays européens. Il est vrai que, sur les 28 pays européens, seulement cinq, aujourd’hui, ont une politique très forte d’accueil pour les demandeurs d’asile : l’Allemagne, l’Italie, la Suède, le Danemark et en particulier la France ».

Lire la suite

Profanation du cimetière de Castres : festival de novlangue, encore un "déséquilibré" musulman

Profanation du cimetière de Castres : festival de novlangue, encore un “déséquilibré” musulman

18/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Kiosque courtois)
A Castres, ce sont des tombes chrétiennes qui ont été profanées (215 tombes). Dans ces conditions, la majorité des médias a préféré parler de tombes « dégradées »  ou « vandalisées ». Il en est de même de François Hollande. Le terme « profané » est réservé aux tombes juives et musulmanes, les seules jugées sacrées. Comme l’explique Madame Léridon, directrice de l’information de l’AFP : « On pèse les mots. »

La procureure‑adjointe a déclaré « N’avoir vu aucune connotation à caractère religieux ou racial ».

Pourtant, de nombreuses croix ont été cassées ou jetées à terre. « Ce sont clairement des atteintes aux symboles de la foi chrétienne. », a déclaré le maire de Castres.

Le suspect interpellé était en djellaba et récitait des prières musulmanes ! Mais, selon la procureure adjointe, « étant dans un état délirant inaccessible à la communication, le suspect a été hospitalisé d’office ». Bon sang, mais c’est bien sûr, encore un « déséquilibré ».

 

 

 
Crédit photo : DR.

Marine Le Pen fait partie des 100 personnalités les plus influentes au monde

Marine Le Pen fait partie des 100 personnalités les plus influentes au monde

16/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Marine Le Pen fait partie du classement des 100 personnalités les plus influentes au monde établi chaque année par le magazine américain Time.

“C’est une femme leader, ce qui n’est pas très commun et elle rappelle ici Margaret Thatcher”, explique Renaud Thillaye, le directeur adjoint du think tank Policy Network.

Crédit photo : Global Panorama via Flickr (cc)


Jamel Debbouze veut organiser un G20 des quartiers

Jamel Debbouze va nous conter… l’Histoire de France sur M6 !

Source : Boulevard Voltaire – « Debbouze historien : humour ou danger ? »
En septembre, le comique nous contera… l’Histoire de France sur M6 !

Jamel Debbouze, comédien, certes, mais… historien ? C’est une blague ? Que nenni ! En septembre, le comique nous contera… l’Histoire de France sur M6 ! Va-t-il essuyer autant de critiques que le « trop à droite » Lorànt Deutsch ?

Jamel Debbouze et son épouse Mélissa Theuriau ont vendu à M6 un programme court. Ni l’un ni l’autre n’ont de bagage d’historien : pour elle, un master en journalisme audiovisuel et un diplôme universitaire de technologie (information/communication), et lui, ses biographies omettant ses études, il se peut qu’il ait passé une licence ou un master en histoire – avec option Astérix ? – mais que, par pudeur, il le cache : sur la préhistoire (thèse : Pourquoi j’ai pas mangé mon père, où son personnage « est rejeté par les Simiens » 1 comme une partie des gamins de banlieue par la société » ? [Le Parisien]) ou sur l’Antiquité (mémoire : Mission Cléopâtre ?) ou encore sur l’histoire contemporaine comme il le fit sur RTL en 2011 ?

Suite à la poussée du Front national, il avait alors espéré – en employant le pronom « nous » – en un printemps arabe en… France : « Les enfants issus de l’immigration se rendent davantage compte de la manière dont leurs parents ont été traités et dont on les traite. Au même titre que l’Égypte, la Tunisie ou encore l’Allemagne de l’Est, ils vont s’énerver. Ils vont vouloir regagner leur liberté. Il faut les considérer, nous considérer. Il ne faut pas nous prendre pour des cons. Cela va jusqu’à une certaine limite ! »

Et c’est donc à un tel « historien » faisant preuve d’une objectivité n’appelant aucune objection qu’une grande chaîne de télévision française confie une émission sur l’Histoire de France quelque peu surprenante : au lieu de Jeanne d’Arc, ce sont ses… sœurs qui apparaîtront à l’écran. Donner un rôle marginal à sainte Jeanne d’Arc, n’est-ce pas contribuer (n’employons surtout pas le mot « collaborer » !) à la déchristianisation de la France chère aux bien-pensants ? S’intéresser à un cousin de Napoléon plutôt qu’à ce dernier, n’est-ce pas « dénapoléoniser » notre passé comme s’y emploient nombre d’élus de gauche, à commencer par un certain Lionel Jospin, ancien Premier ministre battu en 2002 par Jean-Marie Le Pen et auteur d’un livre anti-empereur des Français : Le Mal napoléonien (2014) ? Peut-être que, pour cet épisode, Jamel Debbouze a pris conseil auprès du démolisseur de l’œuvre du « mâle napoléonien » ?

Les historiens vont-ils être aussi critiques envers Jamel Debbouze qu’ils l’ont été pour un autre homme de spectacle, Lorànt Deutsch ? Celui-ci, malgré ou à cause de ses immenses succès d’édition, a été critiqué pour « ses idées monarchistes » et même traité de « nazi » ! Parions que le programme concocté par le couple Debbouze-Theuriau sera, avant même sa sortie, qualifié par les commentateurs de « réussite historique exceptionnelle » !

Jacques Martinez

Plagiat : Agnès Chauveau nommée conseillère à l’Institut national de l’audiovisuel

Plagiat : Agnès Chauveau nommée conseillère à l’Institut national de l’audiovisuel

14/04/2015 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Agnès Chauveau est l’ancienne directrice de l’école de journalisme de Sciences‑Po. Elle avait été remerciée fin janvier après que le site Arrêt sur image ait révélé de larges emprunts non sourcés dans ses chroniques sur France Culture ensuite retranscrites sur le Huffington Post.

Cela pose effectivement un certain problème éthique lorsque l’on prétend former des journalistes ! Elle a cependant été nommée le 1er avril (et ce n’est pas un poisson) « délégué à la stratégie éditoriale et éducative, membre du comité exécutif » de l’INA. Il semblerait que certains ne s’encombrent guère de la déontologie et de la bonne conduite et que toute faute « morale » n’est pas de même gravité.

Pour Marion Ruggieri, le christianisme a inventé la lapidation

Pour Marion Ruggieri, le christianisme a inventé la lapidation

13/04/2015 – PARIS (NOVOpress)
Un chrétien, c’est responsable de tout, même de ce qu’il n’a pas fait, c’est bien connu. Marion Ruggiery n’y est pas allée avec le dos de la cuillère dans le pot de la repentance, c’est le moins qu’on puisse dire.

L’animatrice d’Europe 1 a interpelé Saphia Azzeddine, l’auteur du livre « Bilqiss » :

Et, vous racontez, d’ailleurs, que ça (la lapidation, ndlr) a été inventée par les chrétiens ; que c’est une vieille tradition chrétienne.

La lapidation fut bien antérieure à l’arrivée du Christianisme. Lequel ne la préconise pas.

Jésus s’opposa fermement à la lapidation d’une femme prise en flagrant délit d’adultère par la célèbre phrase : « Que celui d’entre vous qui n’a jamais péché lui jette la première pierre » (Jn 8,7). Mais loin de bafouer la morale en prenant partie pour l’adultère, il ajouta pour préconiser le pardon : « va et ne pèche plus. »

Sans vouloir jeter la première pierre à Marion Ruggieri, on peut déjà lui recommander de préparer ses émissions avec plus de soin…

Crédit photo : Stéphane Bily via Flickr (cc)



 

 

 

 

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Source : Ojim.fr – En voilà un qui tire des conclusions pour le moins hâtives. Hugo Domenach, journaliste au Point, s’est basé sur un site douteux pour affirmer, le 9 avril, que « Jean-Marie Le Pen se proclame candidat à la présidentielle de 2017 ! »

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

Candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 : la bourde du Point

En cette période de conflit entre le père et la fille au sein du Front National, l’annonce avait de quoi aggraver sérieusement la situation. Jean-Marie Le Pen, candidat en 2017, et donc contre sa fille ? C’est ce qu’a affirmé sans sourciller Le Point sur son site internet en se basant sur le site jeanmarielepen2017.com. L’auteur, constatant que le site avait été créé avant l’entretien polémique donné par Le Pen à Rivarol, y voyait là « la preuve que les récents “dérapages” du Menhir ne sont que le fruit d’une stratégie mûrement réfléchie… »

Mais le jour-même, le patriarche publiait un démenti sur son site, officiel celui-là, pour assurer qu’il s’agissait « évidemment d’un canular dont le but est de semer la zizanie au Front National ». Et celui-ci d’ajouter, taquin, qu’il était « affligeant de constater qu’un organe de presse en ligne prétendument sérieux comme lepoint.fr le reprenne pour argent comptant. Cela en dit long sur le sérieux de certains journalistes qui devraient tout d’abord vérifier la véracité de leurs allégations, b.a.-ba de leur métier. »

Car il est vrai, un simple coup d’œil averti permettait à tout un chacun d’émettre de sérieux doutes sur le caractère officiel du site en question : architecture incertaine, dressage de louanges abusif, ton trop engagé… Mais plutôt que d’assumer son erreur, Hugo Domenach a préféré botter en touche en assurant, les yeux dans les yeux comme Cahuzac, sur son compte Twitter : « Je ne suis pas l’auteur de l article sur la candidature de Le Pen. Erreur de signature. »

Faux, à en croire le site Fdesouche qui a publié dans la foulée une capture d’écran d’un courriel envoyé par hdomenach@lepoint.fr au webmestre du site supposé de Le Pen, où il demande justement si le président d’honneur du FN en est bien le responsable.

Trop impatient, désireux de sortir le scoop de la semaine ou encore par pure volonté de nuire au Front National, Hugo Domenach n’aura visiblement pas su attendre.

Depuis, sa signature a été retirée et l’article lui-même a été totalement revu. Il s’intitule désormais « Un site parodique annonce la candidature de Jean-Marie Le Pen pour 2017 ! ». Or c’est bien Le Point qui a annoncé cette candidature, et en aucun cas ce site qui a été créé, semble-t-il, par des militants, en soutien à une candidature souhaitée du fondateur du FN.

Dans la soirée, Le Point a publié un court communiqué pour expliquer l’histoire de cette « faute ». « Le Point s’est laissé abuser quelques minutes – de trop – par ce site parodique. L’article, trop vite écrit, trop vite édité et trop vite publié, en contravention avec nos procédures de vérification habituelles, a en outre été attribué à tort à Hugo Domenach », explique l’hebdomadaire. Mais si ce dernier reconnaît bien une faute, il n’évoque à aucun moment la preuve fournie par Fdsouche montrant qu’Hugo Domenach est bien l’auteur du papier en question… ce qu’il nie toujours.

Poursuite de la grève à Radio France… malgré des avantages considérables pour les salariés

Poursuite de la grève à Radio France… malgré des avantages considérables pour les salariés

09/04/2015 – FRANCE (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Après trois semaines de grève à Radio France, le conflit s’enlise

Pourtant, la semaine dernière, la Cour des comptes a publié un rapport au vitriol sur Radio France (photo) : vacances abondantes, primes en tous genres, avantages en nature, placards inutiles…  Les conditions de travail sont “très favorables” au sein des radios publiques.

Exemples :

Les journalistes ont droit jusqu’à 68 jours de congés par an.
La Radio rembourse les amendes de ses salariés.
Les syndicats pèsent 8 % des effectifs, et exercent un chantage permanent à la grève. Résultat : la direction cède aux conflits pour y mettre fin par « l’octroi de mesures catégorielles : primes spéciales, avancements garantis ».
Enfin, plusieurs services sont pointés du doigt pour leurs sureffectifs, comme la communication (100 personnes). Radio France ne compte pas moins de 582 techniciens du son !

Et ces journalistes donnent des leçons à tout le monde !

La réponse à cette gabegie ? Pour Dominique Wolton, chercheur sur les médias (invité très régulièrement sur Radio France et payé par le CNRS), plutôt que de chercher à réaliser des économies : “Si on veut sauver Radio France, il faut augmenter la redevance”. Alors qu’elle va déjà augmenter en 2015 !

Radio Courtoisie, elle, est nettement mieux gérée. Et sans subventions ni publicités.

Crédit photo : domaine public, via Wikipédia, (cc).

Réforme de la loi de 1881 : vers plus de répression ?

Réforme de la loi de 1881 : vers plus de répression ?

Source : ojim.fr – Sous couvert d’adapter la loi de 1881 à l’ère numérique, elle pourrait être rendue plus répressive. Le texte plus que centenaire qui est pour le journalisme français l’équivalent des Tables de la Loi, mais qui régit aussi une grande partie des litiges autour de la liberté d’expression, pourrait être revu et corrigé dans un sens moins permissif, afin de lutter contre le terrorisme et le racisme.

Loi de 1881 sur la presse. Source : gallica.bnf.fr

Loi de 1881 sur la presse. Source : gallica.bnf.fr

Suite aux attentats de début janvier dont la fusillade dans les locaux de Charlie Hebdo, il semble que le pouvoir n’ait retenu comme grande cause nationale, non la lutte contre la montée du terrorisme – ce qui semblait logique – mais… la lutte contre le racisme. Mi-janvier, Christiane Taubira plaidait à l’École Nationale de la Magistrature pour sortir de la loi de 1881 les injures à caractère raciste, homophobe et antisémite pour les introduire dans le code pénal nettement plus répressif.

C’est ce qui est déjà arrivé concernant l’apologie du terrorisme. Le résultat a été d’envoyer des dizaines de jeunes provocateurs en prison… où ils pourront largement passer des paroles à la pratique puisque deux mois après les attentats quasiment rien n’a été fait pour tenter d’endiguer le prosélytisme islamique dans les établissements pénitentiaires français.

L’argumentation de Taubira laissait déjà perplexe Rue89 – pourtant très marquée à gauche. Notamment parce que les autres circonstances aggravantes prévues par la loi de 1881, à savoir la religion, le sexe, le handicap, étaient laissées sur le bord du chemin, et que la possibilité de blocage administratif des sites web – c’est à dire hors du contrôle du juge – laissait planer une dérive liberticide. Risque qui a aussi été soulevé par le Canard Enchaîné et plusieurs médias de tendance libérale comme Contrepoints.

C’est pourtant cette interprétation de l’évolution de la loi de 1881 que semble avoir retenu Axelle Lemaire, secrétaire d’État au numérique, à l’occasion d’un débat au Sénat le 24 mars sur le net et la liberté d’expression. Partant du principe que “Internet a permis le meilleur. (…) Mais Internet est aussi le véhicule du pire”, la secrétaire d’État veut “adapter la loi de 1881 à l’ère du numérique” en simplifiant les procédures pour permettre leur poursuite même si le plaignant a mal qualifié les faits à l’origine de sa plainte, mais aussi en créant un “droit de réponse numérique pour les associations” et surtout “étendre le régime de la responsabilité pénale des personnes morales au-delà des seules entreprises de presse”.

Sénatrice EELV du Val de Marne, Esther Benbassa a estimé que l’arsenal juridique qu’offre la loi de 1881 est insuffisant : “le cadre procédural de la loi de 1881 n’est pas adapté au web 2.0 (…) il est urgent de créer un ordre public numérique“. Toutefois les sénateurs écologistes sont déterminés à maintenir les informations dans le giron de la loi de 1881. Pierre Charon (UMP) plaide en revanche pour une plus grande répression et donc la réduction du périmètre de la loi de 1881 : “nous ne pouvons pas nous abriter derrière la loi de 1881 pour justifier notre passivité. La liberté d’expression est au service de l’homme, non de desseins nihilistes“. Pourtant, depuis 1881, nos parlementaires et gouvernants ont su, à chaque fois que se posait la question d’arbitrer entre liberté et sécurité, se souvenir des paroles de Benjamin Franklin. En sera-t-il de même cette fois ?

Crédit photo : partisocialiste via Flcikr (cc)

« Être française », la nouvelle vidéo virale de la fondation Polémia

08/04/2015 – PARIS (NOVOpress) - Après le succès de leur vidéo « Être français », qui a été visionnées près de 600.000 fois en deux mois, la fondation Polémia récidive, et présente « Être française » : “la femme française, européenne, a une histoire et un destin à défendre contre vents et marées ! Être Française, c’est à la fois une chance, un honneur, le sentiment quotidien d’une immense liberté.”

Publié le
Mosquée de Poitiers : Arnaud Delrieux et Damien Rieu reviennent sur leur mise en examen

Hervé Gattegno : “Construire des mosquées n’est pas un risque mais une chance pour la France”

07/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Hervé Gattegno a donné son point de vue suite aux déclarations de Boubakeur appelant à construire plus de mosquées en France. Il estime que si on veut que l’islam sorte d’une forme de clandestinité, il faut que les musulmans aient plus de lieux de culte.

Mais le journaliste va plus loin en déclarant ceci :

Construire des mosquées n’est pas un risque mais une chance pour la France

Jean-Jacques Bourdin rappelle que favoriser la construction d’édifices religieux est susceptible de constituer une violation de la loi de 1905. Mais Hervé Gattegno s’inscrit en faux :

Non. Ce n’est pas du tout vrai. Cet argument-là, c’est souvent l’argument un peu pervers de ceux qui veulent – non pas défendre la laïcité – mais empêcher le développement de l’islam. Ce qui est un combat d’arrière-garde. Puisque la moitié des musulmans dont on parle, ils sont Français. Et qu’il y a bien longtemps que l’islam est la 2ème religion de France. Qu’on le veuille ou non.



Le parti pris d'Hervé Gattegno : "Construire… par rmc

Départementales : du cigare de Valls au rideau de fumée

Départementales : du cigare de Valls au rideau de fumée

Source : ojim.fr – Sondages erronés, résultats illisibles, cacophonie orchestrée. Après le brouillage médiatique, l’OJIM (Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique) tente quelques éclaircissements.

Les élections départementales ont été l’occasion d’un grand cirque improbable où la plupart des grands médias, le soir des résultats du premier tour, paraissent avoir joué sans vergogne la partition qui leur avait été fournie par le gouvernement. Un grand trucage parfaitement décomplexé qui révèle encore une fois les tentatives désespérées de farder la réalité auxquelles se livrent tous ceux qui participent à la nébuleuse majoritaire médiatico-politique. Pourquoi ? Parce que le sol se dérobe sous leurs pieds, traumatisme qui engendre naturellement un réflexe de déni qu’on tente de faire partager au plus grand nombre afin de l’entretenir au mieux. Parce que ce déni bénéficie d’une grande force d’inertie, naturellement : on imagine toujours les situations un rien pérennes comme éternelles. Et puis tant que ce déni fonctionne, le pouvoir demeure entre les mêmes mains… Sauver les apparences, voilà donc ce qui semble l’obsession des tenants du système, et pour ce faire, il se trouve que ceux-ci ont les moyens de fabriquer des apparences. Et ce à quoi nous avons assisté tant durant la campagne des départementales que lors des résultats du premier tour, c’est à une gigantesque fabrique d’apparences ayant eu recours tant aux sondeurs qu’aux médias, à la rhétorique politicienne, aux découpages électoraux, aux auteurs de graphiques, tout cela dans l’élan d’une mobilisation générale pour jouer un scénario pré-écrit pariant sur la prophétie auto-réalisatrice, ou du moins, sur l’efficacité d’un tel cirque en termes de propagande.

Lire la suite

pascal praud

Pascal Praud : “Mourez tranquille, Chrétiens d’Orient. La RATP s’en lave les mains”

06/04/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Le journaliste revient sur la polémique entourant le refus de la RATP d’apposer la mention “au bénéfice des chrétiens d’Orient” sur une affiche de promotion d’un concert du groupe Les Prêtres.

Pascal Praud pointe du doigt la scandaleuse décision de la RATP :

La RATP, c’est Ponce Pilate. Mourez tranquille, Chrétiens d’Orient. La RATP s’en lave les mains. Les Chrétiens d’Orient sont massacrés par l’État islamique en Syrie et en Irak. Les Chrétiens d’Orient ont bâti les premières églises avant celles de Rome. Faut-il que la bêtise et l’indifférence régnent jusque dans les sous-sols de nos villes pour que la RATP refuse de mentionner que le groupe Les Prêtres chantera au bénéfice des martyrs catholiques ?