Vu sur Twitter

Quand l’Express transforme le réel… PADAMALGAM ?

 

Publié le
Vu sur Twitter

Sur i media “Qu’est-ce qu’être Français” réponse à la désinformation de l’Express

04/07/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
01:40 – Attentat en Isère, enfumage médiatique.
08:50 – Le zapping d’I-Media.
15:45 – Patrick Weil, bobardeur pour Le Point et L’Express.

Publié le
drapeau DAESH ISIL Etat islamique

BBC : querelle byzantine autour de l’appellation de l’État islamique

03/07/2015 – MÉDIAS (NOVOpress)
Appeler l’État islamique « Daesh » ne serait pas impartial, selon la BBC ; « État islamique » pourrait offenser les musulmans, bref, comment appeler l’entité qui sème la terreur au Moyen-Orient ? C’est si dur d’être politiquement correct !

Byzance avait ses querelles sur le sexe des anges alors même qu’elle était assiégée par les ottomans. La BBC ne sait plus comment appeler les terroristes de l’État islamique, qui vient de faire près de 30 victimes anglaises en Tunisie.
La radio-télévision publique britannique BBC a ainsi été sollicitée par un groupe de députés qui estiment, à l’exemple de David Cameron, que les téléspectateurs musulmans « bondissent à chaque fois qu’ils entendent les mots État islamique » pour désigner « le régime épouvantable et barbare » qui sévit en Syrie, en Irak ou encore en Libye.
Lire la suite

Pierre-Cassen-et-Christine-Tasin

Concours de journalisme, reflet du malaise identitaire

30/06/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress avec le bulletin de réinformation) Un concours à l’image du malaise identitaire : cette année, les lauréats du concours de l’École de Journalisme, Science Politique et du Journal du Dimanche ont de quoi surprendre

Ce sont, en effet, les deux premiers lauréats qui présentent chacun un versant particulier de la crise qui traverse actuellement notre pays. D’un côté nous avons une journaliste, Adèle Humbert, pour avoir tracé le portrait d’un imam, Mohamed Ali, qui est aussi aumônier militaire, il a notamment été au Tchad. Celui-ci déclare : « Notre rôle, en tant qu’aumôniers militaires, consiste à montrer que les Français de confession musulmane peuvent être de parfaits citoyens ». Les seconds lauréats par contre sont un couple d’anciens militants de gauche : Pierre Cassen et Christine Tasin (photo), qui se sont lancés dans une croisade contre l’islamisation de la France aux côtés notamment du Bloc Identitaire. Organisateurs entre autres de l’apéro saucisson-pinard, en 2010, qui fut interdit. Leur but est de s’opposer à la conquête progressive des « barbus en djellaba » chose que ne fait pas l’actuel gouvernement qu’ils qualifient de « lèche-babouches ».

Anne Hidalgo: le Qatar lutte avec moi contre l’homophobie

05/06/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Anne Hidalgo remercie le Qatar pour son aide dans la lutte contre l’homophobie… Les homosexuels qataris, dont la pratique est passible de peine de mort, apprécieront… 


#tweetclash : #Hidalgo : Un combat contre l… par Lopinionfr



Continue reading

Publié le
Vu sur Twitter

Après son dossier sur l’islamisme, l’hebdomadaire « Marianne » reçoit des menaces de mort

29/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Se disant victime de « menaces de mort réitérées » et d’insultes sur les réseaux sociaux après la publication d’un dossier sur les « complices de l’islamisme », le directeur de la rédaction de l’hebdomadaire Marianne a annoncé avoir déposé plainte contre X.

Joseph Macé-Scaron est-il entrain de découvrir que Vivre-ensemble et islam ne font pas bon ménage ?


Publié le
zemmour_rtl

Panthéon : “Hollande n’a fait que montrer sa petitesse”, dit Éric Zemmour

28/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Les panthéonisations représentent des moments importants, pour l’histoire de la France comme pour le parcours d’un homme politique. François Hollande était donc attendu pour faire un grand discours mercredi 27 mai. “C’était fait pour, insiste Éric Zemmour. Hollande ne pouvait pas se manquer. L’histoire c’est son truc, nous murmurent depuis des jours ses communicants.”

Mais pour Éric Zemmour, le Président est passé à côté. “Les grands mots étaient tous de cérémonie, aussi bien alignés que les cercueils drapés de tricolore. Il ne manquait rien… Sauf l’essentiel. Le style, le talent, l’âme”, juge le journaliste.

Le polémiste enfonce le clou. François Hollande buttait sur certains mots, son discours sonnait creux. “Il était comme absent, flottant dans un costume trop grand pour lui”.

Pour Éric Zemmour :

Hollande a voulu s’égayer dans la cour des grands, il n’a fait que montrer sa petitesse.


VALEURS-ACTUELLES

Valeurs actuelles : une vente en trompe-l’œil

25/05/2015 – POLITIQUE (NOVOpress)
Maroun Zainoun signe dans Lyon Capitale une analyse très poussée de la vente de de l’hebdomadaire Valeurs actuelles à Privinvest Médias. Plongée dans les coulisses du pouvoir.

C’est officiel depuis le 22 avril, Valeurs actuelles est cédé à Privinvest Médias, filiale de Privinvest Holding SAL de l’homme d’affaires franco-libanais Iskandar Safa. L’homme peu connu du grand public est pourtant un acteur clef des relations commerciales et diplomatiques entre la France et le Moyen-Orient. Il joue un rôle important dans la libération des otages français au Liban en 1986 et dans les relations franco-libyennes, assure le redressement des chantiers navals de Cherbourg, joue le rôle d’intermédiaire pour Dassault… adoubé par tous les pouvoirs, il met maintenant la main sur Valeurs actuelles. Pourquoi ?

Avec la vente à Safa, si utile aux gouvernements de droite et de gauche, fini les unes coups de poing, anti-Hollande, anti-Taubira, anti-Roms et anti-migrants.

Explique le journaliste. Dorénavant, Valeurs actuelles devra redevenir un magazine de droite modérée. Privinvest Médias, nouveau propriétaire du titre, est dirigée par le duo Charles Villeneuve-Étienne Mougeotte. Ce dernier est brouillé avec Sarkozy et ne souhaite de toute façon plus soutenir l’ancien président, dont les casseroles judiciaires commencent à être trop nombreuses et trop voyantes. Valeurs Actuelles sera donc, selon l’ancien Vice-président du groupe TF1 et directeur d’antenne « un grand groupe de média, mais jamais une écurie présidentielle ».

mariage_gay

Mariage gay : l’étude américaine était une imposture

21/05/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Une étude américaine prouvait qu’il suffisait qu’un homosexuel parle 22 minutes à un opposant au mariage gay pour le faire changer d’avis. Pas de chance, c’était un bobard de A à Z !

« Qu’est-ce qui différencie un militant de La Manif pour tous et son voisin favorable au mariage gay ? Vingt-deux minutes de discussion avec un homosexuel. Cette affirmation n’a rien d’une boutade. C’est la conclusion d’une étude publiée dans l’éminente revue américaine Science, jeudi 11 décembre, au terme d’une enquête méticuleuse conduite en Californie à l’été 2013 ». Voilà ce qu’annonçait triomphalement Le Monde, sous la signature de Nathaniel Herzberg, le 12 décembre dernier.

L’étude, cosignée par un doctorant en sciences politiques à la très gauchiste université de Californie à Los Angeles (UCLA), Michael LaCour, et un professeur à Columbia, Donald Green, affirmait reposer sur un échantillon de 9 500 personnes, résidant dans le comté le plus conservateur de la Californie. Parmi ceux (un tiers de l’échantillon) qui recevaient la visite « d’un militant de la cause homosexuelle, soucieux de défendre le mariage gay », le taux de soutien à celui-ci augmentait de manière spectaculaire. Mieux, le changement d’opinion se révélait durable plusieurs semaines et même plusieurs mois après, à condition que le militant se fût déclaré lui-même homosexuel – si c’était un hétérosexuel militant pour le mariage gay, ça ne marchait pas !

Toujours plus fort, « les politologues ont aussi mesuré un effet de contagion : lorsque l’opposant au mariage gay a eu une conversation avec un militant homosexuel, il en a parlé avec les autres résidents du foyer, qui ont aussi changé d’avis. (Cette contagion n’est pas advenue lorsque le bénévole était hétérosexuel) ».

On imagine l’enthousiasme dans les médias libéraux, d’abord aux États-Unis, puis en France : c’est bien le cas de parler de contagion. Quelles perspectives radieuses ne s’ouvraient-elles pas à la cause progressiste ! « LaCour, promettait le journaleux du Monde, entend d’ailleurs adapter le dispositif à d’autres sujets controversés, comme le droit à l’avortement ou la situation des immigrés illégaux ». « L’idée, expliquait-on chez Slate, est notamment d’envoyer des bénévoles qui parlent de leur avortement ou de l’avortement de leurs proches. Comme pour le mariage gay, c’est la connexion personnelle et émotionnelle qui peut faire toute la différence ».

Las, comme l’explique le très sérieux site Retraction Watch spécialisé dans la fraude scientifique, des chercheurs qui ont tenté de reproduire l’étude de LaCour et Green ont constaté des anomalies troublantes. Ils se sont alors mis à enquêter. Au fur et à mesure, tout l’édifice s’est effondré. La société de sondages censée avoir fourni les données a déclaré qu’elle n’en avait jamais entendu parler et qu’elle n’aurait même pas eu les moyens de mener un travail de ce genre. Il a finalement été établi que l’enquête n’avait jamais eu lieu et que l’on avait affaire à une mystification pure et simple.

Le Professeur Green a lui-même demandé à Science de retirer son article, expliquant qu’il avait été trompé par son jeune et ambitieux co-auteur – lequel, sur la base de son « travail », était juste sur le point d’être recruté comme professeur assistant à l’université de Princeton. Les journaux américains qui avaient fait bruyamment écho à la pseudo-enquête, tels le New York Times ou le Huffington Post, ont commencé à publier des correctifs. Nous verrons bien le temps qu’il faudra, cette fois, pour que leurs confrères français les imitent.

La grande rééducation des réactionnaires risque en tout cas de se révéler plus difficile que prévu. Heureusement qu’il reste le bon vieil hôpital psychiatrique

Flavien Blanchon

Crédit photo : heather buckley via Flickr (CC) = Brighton Pride 2014

pascal praud

Nouveaux mots du dictionnaire : “Un jeunisme de contrebande”, dénonce Pascal Praud

19/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
“Comment ça, je suis crudivore ? Et toi t’est un bolos, un naïf si tu préfères. T’es dans la lose, mon copain !”, s’amuse Pascal Praud.

“T’as le look mémérisé, tu pars en cacahuète et t’es tendu comme un string. Alors arrête de chouiner, ou je t’envoie des scuds ou j’appelle Bernard Henri-Lévy, et crois-moi tu vas prendre cher ! Le Bernard Henry, c’est pas un baltringue. Glamourisé, le garçon”, poursuit-il.

Vous l’aurez compris, voici le Petit Robert Illustré, mâtiné de Petit Larousse. Il y a parfois quelque chose de pathétique à épouser l’ère du temps. Ce jeunisme de contrebande n’apporte pas grand chose à la langue française.


Charlie Hebdo

Charlie Hebdo explose en vol

Source : Ojim
L’ambiance à Charlie Hebdo est désormais pire qu’à Wall Street ! Trois mois après l’immense succès du « numéro des survivants » du 25 février dernier, la rédaction succombe au « poison des millions » et se déchire, chacun voulant sa part du grisbi.

Ainsi la journaliste Zineb El Rhazoui, membre du collectif contestataire récemment créé au sein de la rédaction, a-t-elle été convoquée le 13 mai pour un entretien préalable à un licenciement pour faute grave, sans que l’on sache pour le moment quelle est la nature exacte de cette faute grave. D’ici là, elle est mise à pied.

La journaliste s’est déclarée « choquée et scandalisée qu’une direction qui a bénéficié d’autant de soutien après les attentats de janvier fasse preuve d’aussi peu de soutien envers un de ses salariés, qui est sous pression comme tous dans l’équipe et fait l’objet de menaces ». Elle a reçu le soutien de l’urgentiste Patrick Pellous, chroniqueur à Charlie, qui a estimé que « convoquer des membres de l’équipe qui sont encore dans des souffrances incroyables, c’est méchant et déloyal ».
Lire la suite

Le cas Ménard ! Tribune de Vincent Revel

Le cas Ménard ! Tribune de Vincent Revel

Pendant de nombreuses années, Robert Ménard a été l’homme que l’on désirait inviter sur les plateaux télés. Sa fréquentation était recherchée voire même espérée. En tant que fondateur et président de Reporters sans frontière, sa voix était écoutée et ses actions étaient suivies avec le plus grand intérêt. Son combat s’est toujours résumé à défendre la liberté de la presse et la liberté d’expression. De ce fait nul ne pouvait contredire Monsieur Ménard. Sur les cinq continents, il fut amené à faire entendre la conception qu’il avait du métier de journaliste. Digne héritier de Voltaire et du Siècle des Lumières, il ne transigea jamais avec cet objectif.

Sur sa fin de carrière, réussie à plus d’un titre, et suite à des retours prolongés sur notre territoire, il prit du recul avec son milieu professionnel et ouvrit réellement les yeux sur la réalité politique, sociale et démographique de notre douce France et cet instant fut probablement vécu comme un choc. Les années 2000 furent sans aucun doute une révélation lui faisant comprendre que ce pourquoi il avait combattu toute sa vie n’existait plus chez lui.

Son pays était devenu un lieu où le politiquement correct pouvait envoyer des individus devant les tribunaux, où les nouveaux censeurs d’une République à l’agonie pouvaient décider arbitrairement qui avait droit à la parole et qui devait être ostracisé sans aucun moyen de défense. Cette analyse explique en grande partie l’engagement récent de Robert Ménard. La pensée unique qui tenaille les libertés individuelles, née de l’idéologie progressiste libérale, implique, comme nous le dit Jean-Claude Michéa dans son ouvrage Les Mystères de la Gauche, à déconstruire, « à désinstaller, une à une, toutes les traces et toutes les racines du passé ou à défaut, à ne devoir s’en souvenir que sur le mode religieux de la repentance. »

Lire la suite

tete_dans_le_sable

LES MÉDIAS FACE À L’ISLAM : SOUMISSION ?

Source : Ojim
SUJET À LA FOIS PÉRILLEUX ET RÉCURRENT ENTRE TOUS, COMMENT L’ISLAM EST-IL TRAITÉ PAR LES MÉDIAS FRANÇAIS ? APRÈS UN MOIS PARTICULIÈREMENT CHARGÉ EN ACTUALITÉS AYANT TRAIT À UN CERTAIN ISLAM EN GUERRE CONTRE LE CHRISTIANISME – PROFANATION DU CIMETIÈRE DE CASTRES, NOYADES DE MIGRANTS CHRÉTIENS PAR DES MIGRANTS MUSULMANS ET ATTENTATS DÉJOUÉS CONTRE DES ÉGLISES -, L’OJIM SE PENCHE SUR CETTE QUESTION CRITIQUE.

La guerre que mène contre l’Occident l’Islam radical, du 11 septembre 2001 jusqu’à aujourd’hui, comporte plus qu’à aucune autre époque une dimension médiatique et spectaculaire. On sait depuis Sun Tzu, et davantage encore depuis Clausewitz, que la guerre se mène et se gagne bien au-delà du choc des hommes. Dans un monde à la fois globalisé et hyper-médiatisé, le combat sur le plan de l’image est stratégiquement essentiel. Au point, d’ailleurs, que la destruction des Twin Towers, à New York, fut avant tout, en termes militaires, un attentat visuel. 3000 morts chez l’ennemi, si on les compare aux carnages des guerres classiques, ce n’est pas grand-chose. Mais la diffusion de telles images d’apocalypse hollywoodienne en boucle sur toute la planète, voilà quel était le remarquable succès stratégique de l’attaque. Depuis, Al Quaeda s’est vu supplantée par Daech, et l’État Islamique, quant à lui, mitraille toujours en premier lieu sur le front médiatique. Exploitant le constat publicitaire sordide qu’on pourrait résumer par : « Plus c’est gore, plus ça buzze », leurs atrocités diverses permettent à ces excellents communicants de cumuler les vues sur YouTube. Le piratage de TV5 Monde, le 8 avril dernier, par une branche internet se réclamant de l’État Islamique, témoignait encore de l’efficacité de leurs techniques comme de l’importance allouée à cette dimension du combat. Dans un tel contexte, l’information et son traitement dans nos médias deviennent un exercice très complexe puisqu’ils se jouent désormais sur un champ de bataille : on sort du cercle civil pour se retrouver aux prises avec des problématiques militaires. L’information devient un enjeu stratégique, qu’on le veuille ou non, sauf que le pays n’étant pas non plus soumis à une quelconque loi martiale, une certaine ambiguïté dans la marge de manœuvre vient ajouter encore une difficulté supplémentaire. Ainsi, d’un côté, il serait absurde de reprocher aux médias de traiter des agressions islamiques sans employer un filtre particulier. D’un autre côté, le filtre en question, s’il ne doit pas empêcher la mission d’information du grand public, doit également être jugé pour ses conséquences militaires.

Lire la suite

Ruquier n'invitera plus jamais Caroline Fourest dans ses émissions

Quand Laurent Ruquier ne veut plus inviter Caroline Fourest dans ses émissions

12/05/2015 – PARIS (NOVOpress)
L’animateur Laurent Ruquier, après vérification faite sur le mensonge de Caroline Fourest, a décidé ne plus jamais inviter la journaliste antiraciste dans aucune de ses émissions et l’a fait savoir au grand public lors du dernier “on n’est pas couché
Il n’a pas précisé s’il s’en tiendrait uniquement à elle ou s’il entendait, désormais, étendre cette éthique à l’ensemble de ses invités. Son plateau n’en deviendrait-il pas désespérément vide ?
Caroline Fourest n’a t-elle pas eu surtout le tort d’avoir été prise en flagrant délit par Aymeric Caron, d’avoir menti de façon trop visible ?

Qui donc s’est rendu quelques fois aux “Bobards d’Or“, lit les divers sites de réinformation sérieux ou analyse de son chef l’information diffusée dans les médias mainstream sait à quel point cette journaliste (qu’il ne s’agit pas de dédouaner) est très largement concurrencée dans le mensonge par sa caste de propagandistes.
Et en était-elle à son premier mensonge, elle qui décrivait les yeux bleus des terroristes dans l’attentat contre Charlie-Hebdo ?

Crédit photo : capture youtube de l’émission “On n’est pas couché”


Polémique Todd / Valls, la guerre des gauches continue

09/05/2015 – FRANCE (NOVOpress)
« Vraiment bête », « pétainiste », « désœuvré », Emmanuel Todd ne mâche pas ses mots à l’endroit de Manuel Valls et de ses appels creux aux « valeurs de la République ». Cela le rend plutôt sympathique à priori, mais ne valide pas pour autant ses thèses.


Todd: “Soit Manuel Valls n’a pas lu mon livre… par BFMTV

Après s’être fait traiter de « crétin » par Michel Onfray, le voilà accusé d’être « vraiment bête » par Emmanuel Todd. Décidément, Manuel Valls a du mal à mettre au pas les intellectuels qui ne pensent pas droit. En démocratie, il est moins facile qu’on ne le pense d’être un kapo ! Au-delà du côté distrayant de ces passes d’armes, elles sont révélatrices à plusieurs niveaux :

• Emmanuel Todd a tort quand il affirme que Manuels Valls aurait mieux à faire que de lire des livres. Face à l’échec patent du gouvernement sur tous les plans, il ne lui reste plus que le fameux « esprit du 11 janvier » auquel se raccrocher pour éviter de sombrer.

• Il a en revanche raison quand il voit dans le « 11 janvier » un « flash totalitaire ». Nous ne parlons bien sûr pas des foules de braves gens descendues dans la rue par sympathie, refus de la violence, du terrorisme ou de l’islamisation de la France.
C’est du côté des élites, de notre gouvernement (Valls, Taubira, NKM…) qu’il existe un côté profondément sectaire, pour qui la « laïcité » et la « République » ne sont pas que des mantras communicationnels, mais bien les fondements d’une idéologie qu’ils essaient d’imposer envers et contre l’identité Française. Nous sommes face à des gens qui veulent vraiment créer un « homme nouveau » et ne reculent devant aucune manipulation pour y parvenir. L’ouvrage de Serge Federbusch est éclairant à cet égard.
Preuve en est la virulence des attaques de Manuel Valls à l’encontre des « déviants » : réflexe totalitaire typique, tout opposant et notamment les « intellectuels », doivent être mis au pilori (à défaut de goulag). Les coups sont d’autant plus violents que les « fautifs » (Onfray, Todd) sont supposés être dans le « même camp ».
Continue reading

Publié le