Vu sur Twitter

“La nuit du ramadan” avec France 2

Publié le
1214, la naissance de l'unité nationale

1214, la naissance de l’unité nationale, par Philippe Conrad

Éditorial de la Nouvelle Revue d’Histoire n°73 (juillet-août 2014) - Il y a huit siècles, l’année 2014 voit la naissance, le 25 avril, du futur Saint Louis, puis la victoire, remportée le 27 juillet à Bouvines, par son grand-père Philippe Auguste, à l’aube d’un siècle qui verra l’apogée de note « Moyen Âge ». Engagée un dimanche – malgré les interdits de l’époque – la bataille livrée à Otton IV de Brunswick Ferrand de Flandre et Renaud de Dammartin se conclut sur une victoire sans appel du souverain capétien, un succès qui fait écho à celui remporté contre Jean sans Terre à La Roche aux Moines par le prince Louis.

L’empereur germanique en déroute, les comtes félons faits prisonniers, le retour triomphal à Paris font de cette journée l’un des épisodes fondateurs de la puissance française, perçu ultérieurement comme la manifestation d’une élection propre au royaume des lys. Les chroniqueurs exaltent les prouesses du roi, qui fut un moment sur le point de succomber sous les coups de l’ennemi. Une épopée, La Philippide, inspirée du modèle virgilien, raconte ses exploits.

Lire la suite

La zone de crash du vol MH 17 vue par satellite

25/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – Des images satellites montrent la zone de crash du vol MH 17. On peut y voir la vaste zone d’impact et des débris de la queue à plusieurs centaines de mètres de là.

Publié le
“Spectacle du Monde” disparaît (Présent n° 8149)

“Spectacle du Monde” disparaît (Présent n° 8149)

21/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
Vous connaissez tous cette excellente et magnifique revue de droite fondée par Raymond Bourgine à la fin de la guerre d’Algérie. Son dernier numéro, de juillet-août 2014 (photo), est désormais un “collector”. Spectacle du Monde c’est fini.

Malgré ses 16.500 abonnés, le magazine, qui existe depuis 52 ans, n’est pas un produit rentable pour le groupe Valmonde, qui détient également Valeurs Actuelles. Cinquante-deux années de qualité exceptionnelle, d’une esthétique rare, de grandes plumes comme Gaxotte,Vialatte, Dutourd, Michel de Saint-Pierre, Eric Zemmour, Patrice de Plunkett, Alexis Brézet, de dossiers de fond et d’authentique ouverture à toutes les droites. C’est terminé.

Lire la suite

[Mémoire ouvrière] La presse ouvrière : "La Revue socialiste" 1885 - 1914

[Mémoire ouvrière] La presse ouvrière : “La Revue socialiste” 1885 – 1914

21/07/2014 – PARIS (NOVOpress)
La Revue socialiste (photo) est la plus ancienne parution du socialisme français. Née en 1885, elle va perdurer jusqu’à l’aube de la Première Guerre mondiale.

Une première tentative de création échoua en 1880 malgré les efforts conjugués de Jules Guesde et Benoît Malon. C’est ce dernier, ancien ouvrier teinturier, militant de l’AIT(1) et de la Commune, qui sera le véritable fondateur de La Revue socialiste, l’œuvre de sa vie. Son rêve est de publier « une revue, un recueil mensuel où le socialisme français dépouillerait l’antagonisme des sectes ».(2) Il la veut ouverte à toutes les tendances du socialisme. Malon est alors tout à la fois directeur, gérant et secrétaire de rédaction de la revue. Le commanditaire est un curieux industriel du nom de Villaséca.

Présent sur tous les fronts, Malon se tue littéralement à la tâche le 23 septembre 1893 au moment même où les premiers députés socialistes font leur entrée au parlement. Portée au siège de La Revue socialiste, sa dépouille reçoit l’hommage des Parisiens. Des milliers de personnes suivent ses obsèques au cimetière du Père-Lachaise. En 1913, un monument destiné à recueillir ses cendres sera érigé face au Mur des Fédérés.

Son premier successeur est Georges Renard, ancien normalien et critique littéraire, secondé par Adrien Veber. Gustave Rouanet, ami de Jaurès et député du 18ème arrondissement, le remplace en mars 1898. Puis c’est Eugène Fournière, ancien ouvrier bijoutier, qui prend les rênes de la revue en janvier 1905. Tous sont des disciples de Malon pour qui « ses prescriptions sont sacrées ». Benoît Malon fera l’objet d’un véritable culte de la part des différents directeurs en tant que « vénéré fondateur ».

La Revue socialiste paraît chaque mois avec plus de 100 pages pour dix-huit francs par an, au moins jusqu’en 1910. On y retrouve de grandes plumes de l’époque : Jean Jaurès, Jean Ajalbert, Louis Lumet, Léon Blum et surtout Péguy, qui signe alors sous le pseudonyme de Pierre Deloire. Georges Sorel publiera lui aussi entre 1901 et 1902.

En 1910, la revue fusionne avec La Revue syndicaliste d’Albert Thomas, le leader politique de l’aile « droite » de la SFIO. La nouvelle concurrence de La Vie ouvrière de Pierre Monatte, lancée en 1909, n’est pas pour rien dans ce rapprochement qui vise à contrer la jeune revue. Avec Thomas, entre en scène Marcel Rivière, mécène nouvellement déniché. On créé pour Albert Thomas le poste ad hoc de rédacteur en chef de La Revue socialiste. « Nous prenons aujourd’hui, mes camarades et moi, la charge de la rédaction de La Revue socialiste… », affirme-t-il haut et fort malgré Fournière toujours en place. A la définition de revue d’études, il souhaite adjoindre désormais à La Revue socialiste celle de revue d’action, dans le but de « grignoter » le lectorat de La Vie ouvrière.

Lire la suite

14 juillet : “Présent” s’est fait remarquer ! (Présent N° 8148)

14 juillet : “Présent” s’est fait remarquer ! (Présent N° 8148)

14 juillet : “Présent” s’est fait remarquer ! (Présent N° 8148)La campagne qu’a menée Présent contre le défilé du 14 juillet vérolé par la présence des invités vietminhs et fellouzes n’a pas échappé au Monde. Dans un article intitulé « L’extrême droite vent debout contre la présence de trois Algériens aux cérémonies » (édition du 13-14 juillet), Abel Mestre écrit que « l’extrême droite » mobilise ses troupes sur ce thème, et en particulier un journal : « Le quotidien de l’extrême droite catholique Présent a bien compris cet enjeu. (…) Sous la plume d’Alain Sanders, le quotidien regrette “une telle invitation qui est une insulte à la France et à nos soldats tombés en Indochine et en Afrique du Nord”. »

Peut-on en vouloir à Abel Mestre d’utiliser cinq fois le terme « extrême droite » dans son article ? Sa raison sociale est d’être, au Monde, « chargé de l’extrême droite », il l’indique sur son compte Twitter. Mais, rigoureusement, il devrait nous qualifier de quotidien de la droite nationale catholique.

Lire la suite

UE : le casting coince (Présent n°8147)

UE : le casting coince (Présent n°8147)

17/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – C’est râpé ! Alors que les dirigeants européens pensaient avoir, dès jeudi 17 juillet, les noms des principaux membres de la commission européenne, pilotée par le fraîchement désigné Jean-Claude Juncker (à droite sur la photo, avec Mario Monti), ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord dans leur choix.

UE : le casting coince (Présent n°8147)Y aurait-il du rififi au Parlement européen ? De l’eau dans le gaz ? Ce qui est sûr c’est que l’euphorie n’est pas au rendez-vous, et que nombre de dirigeants ont du mal à cacher leur déception : la vie n’est pas aussi simple que prévu ! Après l’élection éclair de Juncker, l’ancien Premier ministre luxembourgeois devenu le nouveau président de la Commission européenne, le 15 juillet dernier, ils pensaient certainement que la constitution d’une équipe pour l’épauler et notamment les nominations de diverses personnalités aux hauts postes – comme la présidence du Conseil européen ou la direction de la diplomatie de l’Union européenne – ne serait qu’une formalité. Une de plus. Eh bien non, puisque cela chipote sec en coulisses. Pas facile de faire plaisir à tout le monde.

Lire la suite

Lapsus révélateur de Taubira à propos de l’affaire Leclère : “Je ne commente pas les injustices”

17/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – Christiane Taubira était interrogée par I>Télé à la sortie du dernier Conseil des ministres, sur la condamnation d’Anne-Sophie Leclère.

Celle-ci a écopé de façon tout à fait inhabituelle de 9 mois de prison ferme, d’une amende de 50.000 euros et de cinq ans d’inéligibilité. Avec en prime 30.000 euros d’amende pour le Front national.

La garde des Sceaux a tout d’abord déclaré : “Je ne commente pas les injustices” (à 53 secondes dans la vidéo) avant de se reprendre dans une assez longue explication pour essayer de rattraper son lapsus révélateur, bien qu’elle ait répété qu’elle ne “commentait pas” !

Publié le
N°111 de "La Décroissance" : une bouffée d'air frais - par Guillaume Le Carbonnel

N°111 de “La Décroissance” : une bouffée d’air frais – par Guillaume Le Carbonnel

15/072014 – PARIS (NOVOpress)
Le numéro 111 du journal La Décroissance (numéro double juillet/août) vient de paraître. Autant le dire tout de suite, il s’agit là d’une véritable bouffée d’air frais. Le mensuel, dirigé par Vincent Cheynet, en est à sa dixième année d’existence et a su garder un ton et une approche critique totalement vivifiante. Cheynet a fait paraître en mars dernier un petit opuscule intitulé Décroissance ou décadence(1) dans lequel il revenait sur tous les thèmes liés à l’hybris (la démesure) que nous connaissons actuellement. S’il ne peut être raisonnablement classé parmi nos amis, Cheney, en homme soucieux du débat, n’a pas jugé utile de cracher sur Alain de Benoist, ce qui n’est déjà pas si mal. Par ailleurs, il se montre admirateur de Jean-Claude Michéa ce qui n’est pas pour nous déplaire. Bref, le bonhomme mérite qu’on s’y attarde.

Cette livraison d’été de La Décroissance est admirable en tous points. La “Une”, « Géants d’hier, néant d’aujourd’hui » annonce la couleur. Il s’agit de dresser un constat impitoyable : l’absence totale de véritables pensées critiques au cœur de la société médiatique. « Chaque société a les philosophes qu’elle mérite. La société de consommation a BHL, Luc Ferry, André Glucksmann, Jacques Attali, André Comte-Sponville, Pascal Bruckner, Elisabeth Badinter, Dominique Volton, Michel Serres, Eric Fassin, Caroline Fourest et j’en passe de l’innombrable meute des chiens de garde », écrit Vincent Cheynet. Dans son papier intitulé « De Georges Orwell à Luc Ferry », Cheney revient sur la publication par l’ancien ministre de l’Education nationale de deux ouvrages sur l’écologie, domaine dont les médias l’ont étrangement proclamé « spécialiste ». Ferry y défend une certaine forme de résignation, expliquant qu’il n’y a pas qu’autre choix que la voie du capitalisme, du productivisme et estime que l’innovation seule sauvera le monde. Cheynet démonte une à une les thèses fumeuses de ce « poseur pour médias libéraux » qu’il resitue comme créature « d’un système dont il n’est que le récitant ». « Sa fonction est de rassurer le bourgeois dans son conformisme », ajoute t-il.

De son côté, Bruno Clémentin, dans l’éditorial, nous rappelle que la manipulation des masses est toujours à l’œuvre. Pour preuve, les sujets en sciences économiques et sociales du « bacho » version 2014 : « Les facteurs travail et capital sont-ils les seules sources de la croissance économique ? » ou bien « Comment la flexibilité du marché du travail peut-elle réduire le chômage ? » ou encore « A quels risques économiques peuvent s’exposer les pays qui mènent une politique protectionniste ? ». A bon entendeur…

L’« écotartufette » du mois n’est autre que Mélanie Laurent, actrice et réalisatrice, qui s’est mise en tête de produire, avec Cyril Dion du mouvement des Colibris(2), un film sur « des hommes et femmes (qui) inventent un autre monde qui respecte la nature et les humains ». Ou comment l’égérie de Dior tombe dans le pathos bobo du capitalisme vert.

Tout serait à citer dans ce nouveau numéro de La Décroissance. A ceux qui croiraient encore que le Front de Gauche ou le Front National sont des partis anti-système, le journal n’oublie pas de rappeler les « petites phrases » productivistes des uns et des autres. Salutaire pour qui revendique le droit de ne jamais idolâtrer qui que ce soit.

Lire la suite

Hollande : avec Valls, “rien ne peut nous séparer”

15/07/2014 – PARIS (NOVOpress) – Lors de la traditionnelle interview du 14 juillet, François Hollande a assuré qu’il n’y avait pas le moindre “différend” avec Manuel Valls, son Premier ministre. “Si j’ai choisi Manuel Valls, c’est parce qu’il met de l’efficacité, de l’organisation et de la rapidité” a déclaré le chef de l’Etat, interrogé par David Pujadas (France 2) et Gilles Bouleau (TF1).

Publié le

« Everything Is Awesome », après YouTube, Vimeo censure Greenpeace

12/07/2014 – via NUMERAMA - YouTube puis Vimeo (pourtant réputée plus tolérante) ont supprimé une vidéo de Greenpeace, mise en ligne par l’association pour dénoncer les activités de Shell en Arctique, et pour inciter LEGO à ne plus travailler avec le pétrolier américain.

L’effet Streisand était-il recherché ? A priori non, puisque Greenpeace fait remarquer qu’il existait déjà plus de 700 vidéos reprenant le même thème, sans qu’elles soient censurées par YouTube. Mais comme il y a un an lorsque Greenpeace avait hacké un Grand Prix de Formule 1 pour faire entendre son opposition à la politique d’exploitation de gisements pétroliers en Arctique par la compagnie Shell, YouTube a censuré une nouvelle vidéo militante de l’association écologiste. Ce qui lui assure une visibilité plus forte encore.

Continue reading

Publié le