journaliste

Quand certains journalistes rêvent de devenir flics

Source : OJIM

Il y a des vocations ratées. Certains se retrouvent dans le domaine de l’information (ou plutôt ce qu’ils croient être de l’information même s’ils sont la plupart du temps dans le formatage) alors qu’ils ont en eux une vocation rentrée d’enquêteur, de dénonciateur et rêvent de maintien de l’ordre. Démonstration.

C’est une tribune de France 3 Nord Pas de Calais du 9 mai dernier. Pas la tribune d’un homme politique, d’un syndicat ou d’une association, non, une tribune de la rédaction. On pourrait imaginer une tribune pour défendre la liberté d’expression mise à mal par les lois mémorielles liberticides. Ou un tribune pour protéger les sources des journalistes. Non, c’est une tribune appelant à la répression contre les internautes qui postent des commentaires incorrects sur le site régional de France 3… Des internautes se réjouissant de la disparition d’un migrant, par exemple. Chacun jugera ces commentaires comme il l’entend mais il est, disons, étonnant, de lire des journalistes (sic) qui prétendent remplacer la police et pourquoi pas les magistrats. Comme le souligne Libération avec ferveur « Au sein des rédactions concernées certains journalistes pensent donc qu’il faudrait porter plainte pour aller au bout des choses » (c’est nous qui soulignons).

Lire la suite

panama_papers

Ces patrons de presse cités dans les « Panama Papers »

Source : OJIM

Début avril, l’International Consortium of Investigate Journalists (ICIJ), basé à Washington, révélait plus de 11,5 millions de documents confidentiels issus du cabinet d’avocats panaméen Mossack Fonseca. Des personnalités étaient citées comme ayant eu recours à ce cabinet pour créer des sociétés offshore afin de dissimuler leurs actifs. Parmi elles, des patrons de presse…

Patrick Drahi, actionnaire de Libération, L’Express, BFMTV…

Propriétaire d’Altice (SFR, Numéricable) et actionnaire de nombreux médias français (Libération, L’Express, BFMTV, RMC), Patrick Drahi a vu son nom repris par L’Obs et « Cash Investigation » (mais pas Le Monde…) dans le scandale des « Panama Papers ».

Aussitôt, Altice s’est fendu d’un communiqué affirmant avoir eu recours tout à fait légalement, entre novembre 2008 et décembre 2010, aux services d’une société panaméenne. « Le groupe international Altice, que contrôle M. Patrick Drahi et qui compte aujourd’hui 262 filiales et participations dans le monde, a recouru à une société panaméenne, dans laquelle ni M. Patrick Drahi ni le groupe Altice n’ont jamais détenu, directement ou indirectement, de participation », explique le communiqué.

Pour Altice, cette société offshore « a été utilisée sur des opérations accessoires pour des raisons de stricte confidentialité et dans des conditions parfaitement légales, sans aucune incidence fiscale, et a fortiori étrangères, de près ou de loin, à toute fin d’évasion, de dissimulation, ou d’optimisation fiscale ».

Il faut dire que l’organigramme de l’empire Drahi est tellement complexe qu’il est difficile de s’y retrouver. Malgré tout, quelques lignes se dégagent, notamment grâce à ce graphique réalisé par Capital (voir également notre infographie).

Lire la suite

Fig Mag Molenbeek

Le prochain numéro du Figaro Magazine fait déjà scandale

18/05/2016 – PARIS (NOVOpress) : Le prochain numéro du Figaro Magazine n’est pas encore en vente qu’il fait déjà scandale. Son titre : « Molenbeek-sur-Seine » ! Et cela parce que la Seine coule à Saint-Denis, commune désormais célèbre du « neuf-trois », et pas parce qu’elle abrite les tombeaux des rois de France.

Sur Twitter, c’est parti pour le déchaînement :

duflot_sivens

Cécile Duflot veut-elle vraiment perdre un procès contre Éric Zemmour ?

18/05/2016 – PARIS (NOVOpress avec l’Ojim) : Cécile Duflot, interrogée par Médiapart, a annoncé son intention de porter plainte pour « diffamation » contre Eric Zemmour. Dans sa chronique du jeudi 12 mai 2016 sur RTL, Zemmour affirmait que les accusations de harcèlement sexuel à l’encontre du député écologiste Denis Baupin, le mari du ministre du Logement Emmanuelle Cosse, s’inscrivaient dans le cadre d’un règlement de comptes interne aux Verts.

Pour le chroniqueur, les journalistes de Mediapart ayant dévoilé cette affaire « se font les instruments consentants de la vengeance politicienne de Cécile Duflot contre Emmanuelle Cosse, la compagne de Denis Baupin, qui l’a trahie pour un plat de lentilles ministériel ». Il ajoutait : « Le hasard et Mediapart font bien les choses. »

Aucune attaque personnelle donc, juste de l’analyse, mais Cécile Duflot, interrogée par Mediapart, a expliqué : « C’est évidemment très insultant, totalement fantasque et aberrant. Mais ce n’est pas un hasard que ce soit Éric Zemmour qui dise ça. Et il y a quand même de la part de certains une relégitimation d’un discours sexiste. ».

Après tout, si elle veut perdre un procès…

Delphine Ernotte prétend ne pas porter d'« idéologie politique ». Vraiment ?

Delphine Ernotte prétend ne pas porter d’« idéologie politique ». Vraiment ?

Source : Ojim.frLonguement interrogée par puremedias.com, la présidente de France Télévisions s’est défendue de toute idéologie et de tout parti pris politique.

Pour Delphine Ernotte, le fait d’avoir été accusée d’être nommée par l’Élysée est « une pure calomnie ». « Je n’avais jamais rencontré le président, je l’ai vu après ma nomination. D’ailleurs on en a plaisanté, il m’a dit « il paraît que je vous ai nommé mais on ne se connaît pas ». Mais c’est classique… », explique-t-elle.

Lorsqu’on lui demande si elle est « proche de la gauche », elle répond par la négative. « Je ne suis pas une femme politique. Je suis arrivée ici car je suis une femme d’entreprise », se défend-t-elle. Et de poursuivre : « Je ne suis pas là pour porter une idéologie, je trouve ça malsain. Ma compétence n’est pas d’être de droite ou de gauche. Elle est d’être une femme d’entreprise, et je le revendique. Cela semble bizarre à tout le monde mais je n’ai jamais fait de politique. »

Confiant avoir des « sujets d’étonnement » en découvrant « ce microcosme médiatique », elle estime qu’on lui « colle beaucoup d’étiquettes complètement fausses ». Et ce sans aucune raison ? Pas si sûr…

En effet, Ernotte oublie-t-elle, entre autres, qu’en septembre 2015 sur Europe 1, elle expliquait sans sourciller : « On a une télévision d’hommes blancs de plus de 50 ans et ça, il va falloir que ça change. » Et celle-ci de continuer en appelant à ce qu’il y ait plus de « femmes », plus de « jeunes » et plus de « toutes les origines » sur les écrans.

Ainsi sous des couverts de politiquement correct, on voudrait donc nous faire croire que le progrès n’est pas du progressisme et qu’il n’est, de ce fait, pas une idéologie. Et pire : que le racisme inversé n’est pas du racisme…

Eléments flyer

Tintin en colère à la une du dernier numéro d’Eléments

14/05/2016 – FRANCE (NOVOpress) : C’est un Tintin déterminé, brandissant une arme de poing, qui fait la une du dernier numéro d’Eléments titré : « Je suis la guerre. Oser désigner l’ennemi », référence qui n’échappera pas aux lecteurs de Carl Schmitt ou de Julien Freund et dont voici l’éditorial :

« Voici des années, des décennies peut-être, qu’on répète que « ça ne peut plus durer », que « ça va craquer », que « nous sommes en 1788 », qu’« on danse sur un volcan ». Et pourtant, tout continue. (…) On se traîne, on grogne, on déprime, mais on vit plus que jamais sous l’horizon de la fatalité. Le désespoir n’engendre que la résignation. (…)

Dans cette époque molle, souple, flexible, précaire, où l’on préfère les formes rondes aux formes droites, on déteste la verticalité. On aime le vocabulaire maternel : le dialogue, la compréhension, la tolérance, l’accueil, l’ouverture, quitte à se montrer féroce avec ceux qui ne communient pas dans l’idéal du magma. Terrorisme du Bien, compassionnel et lacrymal à tous les étages. Le sentimentalisme a tué le sentiment, tout comme la sensiblerie a tué la sensibilité. (…)

« Les attentats, qui viennent çà et là troubler la torpeur ambiante, sont un révélateur remarquable. Ils ne suscitent pas le désir de prendre les armes, ils n’aiguisent pas les volontés, mais ouvrent les vannes d’un Niagara de pleurs. On allume des bougies, on récite des hymnes à l’amour, on fait des minutes de silence, on organise des « marches blanches » et autres pitreries. On ne chante pas le Dies Irae, mais Give Peace a Chance.

Eléments 160 Couv « Homo festivus, quand il est pris pour cible, n’a qu’un souci : montrer comme on est injuste avec lui, alors qu’il est si gentil. Dans le monde des bobos, il y a quelques cerveaux et beaucoup de ventres. On demande des colonnes vertébrales.
On est en guerre, paraît-il. Mais pour l’immense majorité de nos concitoyens, la guerre est un gros mot, une réalité du passé. Personne ne veut la guerre. C’est pourquoi on proclame que les méchants ne nous empêcheront pas de rigoler, d’aller en discothèque et de boire un verre sur les terrasses. Ah, mais !
 On est en guerre, mais contre qui ? Il y a apparemment un ennemi, mais on s’applique à ne jamais donner son nom. Pour brouiller les pistes, on préfère montrer du doigt des abstractions. On fait la guerre au « terrorisme », au « fanatisme », à la « radicalisation », à la « haine ». Qu’est-ce que cela veut dire ? Le terrorisme n’est pas un ennemi, c’est seulement un moyen auquel l’ennemi a recours. (…)

« À « Nuit debout », on multiple les assemblées populaires sans peuple (le peuple doit se lever tôt le matin). On refait le monde dans la stratosphère, ce qui est sympathique, mais en réclamant simultanément la fin de la logique du profit et l’abolition des frontières – comme si le capitalisme, qui lui ne dort jamais, pouvait s’en laisser remontrer en matière de sans-frontiérisme ! Des mots contre les maux. (…) Mais de révolution, il n’est bien sûr plus question. (…) La grève générale de Mai 68 est plus loin que jamais, et ceux qu’on appelle encore des gauchistes ne sont plus aujourd’hui que des libéraux qui veulent seulement que le marché s’ouvre encore plus aux exigences du « désir ». Le peuple, le vrai peuple, voudrait conserver sa sociabilité propre, préserver ses manières de vivre, ses valeurs partagées. »

Le sommaire de ce n° 160, daté de mai-juin 2016, est à consulter ici. Eléments (pour la civilisation européenne), une revue des idées à lire sans modération.

Facebook

Facebook pas si neutre que cela aux Etats Unis

11/05/2016 – ETATS-UNIS (NOVOpress avec le bulletin de réinformation de Radio Courtoisie) : L’existence d’un système informatique très largement répandu et opaque peut menacer la liberté d’information. Un ancien employé de Facebook aux Etats‑Unis a en effet témoigné de manipulations de l’algorithme qui détermine le choix des articles de journaux relayés comme « populaires » par le site américain.

Selon le site américain Gizmodo, « les employés de Facebook supprimaient régulièrement de la section « Populaire » du site des articles d’actualité concernant le Parti républicain américain ». Des employés de Facebook ont empêché des articles d’apparaître dans ce fil d’actualités, alors même que ces articles faisaient partie des plus partagés sur le réseau social.

Imposer des valeurs éditoriales humaines à une liste déterminée par un algorithme n’est pas une mauvaise chose en soi, mais elle est à l’opposé de ce qu’affirme officiellement la compagnie, qui assure que cette liste n’est composée que « de sujets populaires sur Facebook ».

Vivement critiqué par le Parti républicain, qui craint que cette sélection ne finisse par influer sur le choix des électeurs pour l’élection présidentielle américaine, le réseau social fondé par Mark Zuckerberg a affirmé avoir mené une enquête sans trouver trace d’une quelconque manipulation.

paris-premiere

Paris Première fonde beaucoup d’espoir sur « Zemmour & Naulleau »

Source : OJIM

Une belle saison qui s’achève, et une nouvelle pleine de promesses en perspective.

Lancée en 2011 pour réunir les deux compères après leur éviction d’« On n’est pas couché », « Zemmour & Naulleau » se porte de mieux en mieux. Tout d’abord diffusée à 23 heures le vendredi, l’émission produite par Troisième Œil Productions est depuis passée en prime time sur Paris Première. « Ça n’a pas changé notre manière d’aborder les débats. Ni tension ni retenue. Nous avons pris ce changement d’horaire comme une reconnaissance de la bonne santé éditoriale de l’émission », explique Éric Naulleau.

Chaque mercredi, elle réunit de 120 000 à 130 000 téléspectateurs, score tout à fait honorable pour une chaîne payante. « Nous sommes très contents des audiences. (…) Cela a permis à la case du mercredi de progresser de 40 %. Zemmour & Naulleau est la deuxième marque de Paris Première », fait savoir Jonathan Curiel, le directeur général de la chaîne.

Pour cette dernière saison, de nombreux ajustements ont fait leurs preuves. Tout d’abord, le temps de parole à été « rééquilibré », Éric Zemmour ayant tendance à parler plus que son acolyte… L’enchaînement des rubriques a été rythmé, les magnétos améliorés, et Tanguy Pastureau anime désormais une chronique humoristique très appréciée.

Lire la suite

bfmtv_desinformation

Double manipulation par l’image et par le titre de BFMTV lors du défilé du FN du 1er mai 2016

Source : OJIM

BFMTV s’était déjà illustré pour sa tentative de désinformation lors de la manifestation en l’honneur des victimes des attentats terroristes à Bruxelles.

Le 1er mai 2016, lors du rassemblement organisé par Jean-Marie Le Pen, en marge du rassemblement officiel du FN, des journalistes auraient été chahutés aux cris de « journalistes collabos ».

Immédiatement, BFMTV titre : « 1er mai, Canal+ de nouveau chahuté au défilé du Front National », en illustrant son article… d’une image des débordements de la manifestation de gauche contre la loi travail place de la Nation.

Le site « FdeSouche » a rapidement mis en ligne et soulevé la supercherie médiatique de BFMTV.

Se rendant compte de son « erreur » (ou ayant été pris la main dans le sac, au choix), BFMTV a changé le titre de son article et sa photo d’illustration, obligeant le journaliste (R.I) a publier un ERRATUM: « Contrairement à ce qui a été annoncé dans un premier temps, les débordements décrits dans cet article se sont déroulés lors du rassemblement organisé ce dimanche matin par Jean-Marie Le Pen, et non pas lors de celui organisé par le Front national. Quant à l’illustration de l’article, présentant des manifestants aux prises avec les forces de l’ordre la semaine dernière, elle était inadaptée. Nous présentons nos excuses aux lecteurs qui ont pu se voir tromper par nos imprécisions. »

NRH Front de l'Est

Les combats du Front de l’Est (1941-1945) à la une de la NRH

02/05/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Après Irlande rebelle (n° 83) et De Gaulle et les Américains (n° 82), la Nouvelle Revue d’Histoire (NRH) consacre le dossier de son numéro 84 daté de mai-juin à 1941-1945 – Front de l’Est.

« L’immensité de l’espace concerné, le volume des moyens et des effectifs engagés, l’ampleur des sacrifices consentis et l’acharnement des combats ont fait de la campagne de Russie engagée par Hitler la séquence la plus terrifiante de la Deuxième Guerre mondiale », écrit la NRH, qui poursuit : « Les succès initiaux remportés par l’offensive Barbarossa n’ont pas permis d’atteindre les objectifs prévus dans la mesure où l’espace russe et le général Hiver ont été fatals à la blitzkrieg allemande. Notre dossier est aussi l’occasion de regards sur l’Ukraine déchirée par la guerre, sur les officiers allemands ralliés à la cause soviétique, sur la présence des Français dans cette guerre à l’Est : les « Malgré-nous » alsaciens-lorrains, les pilotes de l’escadrille Normandie-Niémen ou, dans le camp adverse, les combattants de la Légion des volontaires français contre le bolchevisme. »

Le sommaire complet de ce numéro est disponible ici.

NRH 84

Pape François

Tribune libre – Un pape très médiatique, par Vincent Revel

Depuis quelques décennies, l’Europe occidentale a épousé avec ferveur la nouvelle religion des « droits de l’homme ». Issue conjointement de la pensée chrétienne, du siècle des Lumières, du néo-libéralisme mais aussi d’un internationalisme à la sauce antiraciste et altermondialiste, cette spiritualité universaliste a fait du grand métissage et du multiculturalisme une doctrine nouvelle à laquelle se réfèrent les sociétés dites modernes.

En dehors de ce chemin balisé par les nouveaux censeurs : point de salut ! Avec cette nouvelle foi, qui se veut paradoxalement simple pensée laïque et progressiste, la théocratie la plus impitoyable n’est pas loin de prendre forme. Tout est réuni pour une nouvelle inquisition, plus sournoise, plus monstrueuse et plus pernicieuse que la précédente. Faisant mine d’être indépendante, cette nouvelle chasse aux sorcières est pourtant tout aussi implacable. Ayant remplacé la charité par l’égalitarisme, les juges des temps modernes cherchent inlassablement la bête immonde pour la détruire froidement.

Associée à ce nouveau messianisme apocalyptique, l’Eglise post-Vatican II ne rechigne pas à la tâche. Déconnecté et déraciné des nations qui l’ont vu naître, le catholicisme n’en finit plus d’accabler les peuples européens d’une culpabilité oppressante. Ayant abandonné l’Europe pour faire leur ce nouveau message « christique » de l’amour de l’Autre sans aucune condition, de hauts prélats des églises occidentales ont décidé de parier sur la disparition des patries charnelles pour mieux aborder le nouveau monde globale se dessinant à l’aube de ce XXIe siècle.

Pouvant également s’apparenter à une forme de névrose nihiliste, cette volonté de voir mourir les vieilles nations, symboles de l’identité profonde des peuples, n’avait à ce jour jamais trouvé un tel écho à la cité du Vatican. Après le pape polonais anti-communiste, attaché aux véritables valeurs de la famille, après le souverain pontife allemand soi-disant islamophobe, protecteur des traditions et théologien dans l’âme, nous avons l’Argentin acquis bec et ongle à l’idée absurde du « citoyen monde » et à l’utopie du multiculturalisme.

Jamais un pape ne fut si populaire dans les médias ! Jamais un pape ne fut autant à la « mode » ! Le gentil pape François arriverait même à devenir fréquentable auprès des sympathisants de la gauche française, pourtant connus pour leur anticatholicisme chronique. Avec un peu de temps et de persévérance, il arrivera même à devenir une référence intellectuelle au sein des milieux antifascistes, altermondialistes et gauchistes d’Europe !

Le sans-frontiérisme et la dictature antiraciste, héritiers « light » d’un communisme stalinien à l’agonie, donnent à cette Eglise nouvelle l’occasion de s’émanciper du continent européen pour tenir un rôle nouveau, mêlant morale progressiste et vertus chrétiennes, en espérant devenir le guide du monde moderne.

Orphelins, les Européens, devenus pour le plus grand nombre de simples consommateurs narcissiques, se retrouvent à présent, sans l’avoir vu venir, dans une situation délicate. Trahie par ses instances religieuses, abandonnée par ses politiques corrompus et vaniteux, l’Europe se retrouve, tel l’agneau pascal, offerte en sacrifice pour obtenir les faveurs des nouveaux censeurs mais aussi de l’Oncle Sam, devenu en peu de temps l’unique modèle du Vieux Continent, désarmé, sans volonté de résistance.

Vincent Revel

Christophe Barbier (L'Express, etc.) découvre "le grand remplacement"

Christophe Barbier cherche des solutions pour « démolir le Front national »

29/04/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Comment démolir le Front national ? Tel est le titre choisi pour l’édito de Christophe Barbier, qui est aussi celui de la une du numéro de la semaine de L’Express.

Le directeur de la rédaction de L’Express considère que personne n’a réellement pris le temps de démonter pièce par pièce le programme du Front national, sauf le juppéiste Maël de Calan, qui publie un « livre de combat », La Vérité sur le programme du Front nationalChristophe Barbier pense le programme du FN est plein de contradictions :

C’est la démonstration qu’il y a de l’amateurisme. C’est la démonstration qu’il y a de l’aventurisme. Cela montre aussi que les succès du Front national ne sont pas dus à un vote d’adhésion. Les Français ne sont pas dupes. Ils ne veulent pas de ce programme. Cela demeure un vote de protestation. Parce qu’on est en colère contre la situation, parce qu’on est malheureux, parce qu’on est désespéré et surtout parce qu’on est fou de rage contre les autres partis. Ceux de la raison, ceux du sérieux. Ceux qui devraient monter des programmes courageux.

Et si Christophe Barbier consacrait un édito aux contradictions présentes dans les programmes des partis… « sérieux » ?


Vincent Daniel

Les tweets militants de Vincent Daniel sous couvert de France Télévisions

24/04/2016 – PARIS (NOVOpress) : Sur son compte Twitter, Vincent Daniel se présente comme journaliste pour France TV info, le site internet d’informations de France Télévisions ou, comme il dit, « l’offre d’info en continu du service public ». Aucune mention ne vient préciser à 10 000 abonnés que ses tweets n’engagent que lui, procédé un peu cavalier qui a le don d’agacer en interne. Vincent Daniel s’est d’ailleurs déjà fait rappeler à l’ordre par le syndicat CGC des journalistes quand, en 2011, alors qu’il ne figurait pas sur la liste du personnel de France Télévisions, il se permettait déjà de s’en prévaloir.

Or sur Twitter, cet ancien contributeur du Post se lâche. Cet après-midi, alors que la pluie s’abattait sur la capitale, Vincent Daniel a posté ce message, réminiscence du blog qu’il avait tenu sur le site de France Télévisions lors des débats sur le « mariage pour tous » :

Rigolo, non ? Et fin, et élégant…

Vendredi dernier, alors que Frédéric Taddeï recevait dans Ce soir (ou jamais !), sur France 2, Eugénie Bastié, Diane Ducret, Camille Emmanuelle et quelques autres femmes dans une émission consacrée aux femmes, il s’était fait racialiste :

 

 

Pas de pot : parmi les invitées figurait Hourya Bentouhami-Molino, agrégée de philosophie, auteur de travaux sur la race, la culture et l’identité appréhendées à travers une « approche féministe et post-coloniale ». Pas de pot encore : la partie musicale de l’émission était assurée par Alpha Wann, un rappeur (noir de chez noir).

Le militantisme, c’est comme le journalisme, c’est un métier coco !

La semaine dernière, il s’est pris de bec avec Adrien Saumier, élu écologiste à la mairie du XIIIe arrondissement de Paris, et le plus à gauche n’était pas celui que l’on croit. Alors que Saumier faisait remarquer que le quartier de la rue Jean-Pierre Timbaud, dans le XIe arrondissement, n’était pas très accueillant pour les femmes (« Une copine qui y a vécu cinq ans m’a récemment confié qu’elle n’y mettait plus de jupe »), Vincent Daniel lui a répondu… par le tweet sur l’absence de mixité raciale à Ce soir (ou jamais !) !

Et cela après avoir glissé qu’il habitait à deux pas de la mosquée de la rue Jean-Pierre Timbaud et qu’il y avait aussi les bistrots et l’arrêt de bus qui, là, lui semblaient mixtes par nature !

Vincent Daniel Twitter

En cherchant bien, il devrait aussi trouver des femmes dans les cuisines. Pour ce qui est d’en trouver à la mosquée de la rue Jean-Pierre Timbaud, qui donne le ton au quartier, là, faut quand même pas rêver…

Jean Raspail Iliade

Jean Raspail : « Le Sida mental est toujours là »

24/04/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : « Le Sida mental est toujours là », déplore Jean Raspail dans un hommage appuyé à Louis Pauwels, qui avait fait du Figaro Magazine un organe de combat.

Dans le plus célèbre des éditoriaux du Fig Mag, paru le 6 décembre 1986 sous le titre « Le Monome des zombies », Pauwels avait écrit, concernant cette génération qui défilait dans la rue et est, trente ans plus tard, celle qui est au pouvoir :

« Ce sont les enfants du rock débile, les écoliers de la vulgarité pédagogique, les béats nourris de soupe infra idéologique cuite au show-biz, ahuris par les saturnales de “Touche pas à mon pote”. Ils ont reçu une imprégnation morale qui leur fait prendre le bas pour le haut. Rien ne leur paraît meilleur que n’être rien, mais tous ensemble, pour n’aller nulle part. […] Ce retour au réel leur est scandale. Ils ont peur de manquer de moeurs avachies. Voilà tout leur sentiment révolutionnaire. C’est une jeunesse atteinte d’un sida mental. Elle a perdu ses immunités naturelles ; tous les virus décomposants l’atteignent. Nous nous demandons ce qui se passe dans leurs têtes. Rien, mais ce rien les dévore. »

Dans cette vidéo réalisée pour le colloque Iliade « Face à l’assaut migratoire, le réveil de la conscience européenne », qui vient de se tenir à Paris, l’auteur du Camp des saints, paru en 1973, s’interroge. Est-il encore possible de stopper l’invasion de l’Europe ? Peut-on vaincre le terrorisme islamiste ? Oui, à condition de faire sauter les barrières mentales et d’arrêter de pleurnicher :

« Tant qu’il n’y a pas de colère, je ne vois pas du tout comment on s’en sortira. C’est une réaction normale la colère : on vous déclare la guerre, on répond. On ne va pas mettre des fleurs aux premiers morts : on venge les morts ! »

Jean Raspail revient aussi sur la célèbre couverture du Figaro Magazine, « Serons-nous encore français dans 30 ans ? », qui avait fait scandale en 1985, sur ce « Big Other » qui réifie l’Autre et sur le bâillonnement de la parole des Français : « Si la population ne recouvre pas la totalité de sa liberté d’expression, même si elle est exagérée, on n’en sortira pas non plus. »

Nantais de Hollande

Sur France 2, François Hollande a dialogué avec un curieux Nantais

21/04/2016 – NANTES (NOVOpress avec BREIZH-INFO) – Sur France 2 le 14 avril, dans l’émission « Dialogues citoyens », François Hollande a dialogué avec un « panel citoyen ». Parmi les quatre invités figurait Marwen Belkaid, un « Nantais issu des quartiers Nord de Marseille », étudiant à l’école de commerce Audiencia. Celui-ci déclare avoir été choisi « via (son) blog d’actualité »  modestement intitulé « la plume d’un enfant du siècle ». En fait Marwen Belkaid est omniprésent sur la toile. Ses articles sont repris sur de nombreux sites et blogs : le Huffington post, Radio Londres, Eurafrique etc.

Le tuteur de la promotion 2016 d’Audiencia Nantes qui se définit comme « un jeune  étudiant intéressé par le politique au sens grec du terme à savoir tout ce qui se rapporte à la vie de la cité » a des jugements sur tout, de Sarkozy « mort politique » aux migrants, à la situation en Grèce ou à l’OM. Sur son blog, Marwen Belkaid apparaît surtout comme un défenseur  de l’islam qui, pour lui,  n’a rien à voir avec l’islamisme et les récents attentats.  Le débat qui a suivi cet article et les réponses à ses contradicteurs est particulièrement éclairant.

migrants-nos-freres-marwen-belkaidSous le titre « Hollande ne m’a pas convaincu », Presse Océan, qui lui a consacré une interview complaisante, note curieusement que Marwen Belkaid a préféré bloquer son compte Twitter car « il s’attendait à quelques retombées négatives ». On le comprend. Marwen n’a manifestement pas les yeux de Chimène pour les « sionistes » et l’État d’Israël.

Jugeons en plutôt :

13/8/2015 : « Si Amedy Coulibaly voulait réellement tuer parce qu’ils étaient juifs, il les aurait tué tous, c’est tout ! »

22/10/2015 : « Si t’as le malheur d’écrire un truc sur les sionistes, on te dézingue. Je sais de quoi je parle. »

8/8/2015 : A un de ses correspondants : « Ça te fait mal qu’on te mette face aux incohérences des sionistes. »

9/2/2016 : « Ces mêmes trous de balle qui laissent faire ce qu’Israël veut. »

15/2/2016 : « Alors que le Conseil de Paris veut criminaliser le boycott (d’Israël NDLR) droit au boycott ! De l’hypocrisie à propos d’Israël. Soutien au BDS (Boycott, Désinvestissement, Sanctions, NDLR). »

Lors du dernier dîner du Conseil représentatif des institutions juives de France (CRIF), le Premier ministre Manuel Valls avait assimilé l’antisionisme à l’antisémitisme en ces termes : « Il y a aussi l’antisémitisme dans les quartiers populaires d’une jeunesse radicalisée. Et puis il y a l’antisionisme, c’est-à-dire tout simplement le synonyme de l’antisémitisme et de la haine. » Dans ce contexte, l’invitation de Marwen Belkaid à dialoguer avec le président de la République était pour le moins étonnante.

Texte repris de Breizh-info.com