Vu sur Twitter

Gaspard Gantzer, nouveau conseiller de Hollande, tout juste nommé, déjà grillé ?

Publié le
Infographie sur la délinquance immigrée révélée par le Journal “Le Progrès”

Infographie sur la délinquance immigrée révélée par le journal “Le Progrès”

23/04/2014 – PARIS (NOVOpress) – Le deux poids, deux mesures, de la gauche bobo bien-pensante.

Le mardi 22 avril 2014, le journal “Le Progrès” sortait une infographie très intéressante sur les délits recensés dans le Rhône en fonction de la “nationalité” de leurs auteurs (cliquer sur l’image en Une pour l’agrandir et la voir en totalité).

Peu de temps après, la presse gauchisante s’emballait dans des termes choisis : “Quand “Le Progrès” se perd dans une infographie “raciste”  “  titre le Nouvel Obs

Beaucoup de twittos actifs ont alors dénoncé le “2 Poids 2 mesures” de la gauche bien pensante, pourtant très indulgente lorsqu’il s’agit du journal “Le Monde” par exemple

 

Voici en plus grand l’infographie du Monde citée dans le tweet ci-dessus (cliquer sur l’image pour l’agrandir encore).

Infographie sur la délinquance immigrée révélée par le journal “Le Progrès”

Lire la suite

Oasis fait sa pub pour enfants avec un faux site porno

Oasis fait sa pub pour enfants avec un faux site porno

23/04/2014 – PARIS (NOVOpress)
En publicité on ne dit pas « mauvais goût » mais « décalé ». La marque Oasis a créé il y a quelques jours un nouveau site web pour une campagne visant les jeunes. Baptisée Youpomm, l’adresse parodie le fameux site pornographique américain Youporn.

Le pastiche d’Oasis reprend les codes graphiques du portail porno. On y trouve des vidéos “coquines” telles que “Le pêcher originel”, “L’infruirmière les aime mûres” ou encore “Fruit Bang”. Sans oublier qu’entre YouPorn et YouPomm, les sonorités sont semblables !

Tout est bon pour faire le buzz, et frôler la limite de ce qui est acceptable en marketing. Mélanger les codes de la pornographie avec le jus de fruit, n’est-ce pas un peu étonnant alors qu’on n’arrête pas de critiquer l’hypersexualité des enfants ?

Crédit photo : Capture d’écran.

Lire la suite

Vu sur Twitter

Le film sur DSK sortira sur Internet, mais pas dans les salles françaises

Publié le
Le CSA veut censurer Internet

Le CSA veut censurer Internet

22/04/2014 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
BFM Business a mis la main sur le prochain rapport annuel du Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA), dans lequel l’autorité administrative confirme sa volonté de réguler le web sur le même mode que la télévision à l’ancienne.

Le CSA propose au gouvernement, qui doit présenter dans les prochaines semaines le projet de loi Création, préparé par Aurélie Filippetti, de lui confier la possibilité d’accorder un label « site de confiance » aux seuls sites Internet qui signent une convention dans laquelle ils s’engagent à faire respecter des principes moraux, en particulier de protection de l’enfance mais aussi d’interdiction de signe tendancieux comme la quenelle, etc.

Le label ainsi accordé « devra être pris en compte » par les outils de contrôle parental, de façon négative. Tous les sites non labellisés seront bloqués, comme l’avait décrit l’ancien président du CSA Michel Boyon dès janvier 2011. Ceux qui auront reçu le label pourront être visités librement par les internautes, mais devront prendre garde à respecter scrupuleusement les règles du CSA. Lequel s’est par exemple illustré en s’attaquant au marquis de Sade sur France Culture, aux « quenelles » à la télévision, ou encore récemment à un sketch qui dénonçait le regard occidental sur le génocide du Rwanda — une censure qui prend une « saveur » particulière au regard du débat sur le rôle de la France dans l’extermination des Tutsis. Autant de contenus qui n’ont rien d’illégaux, mais qui devraient disparaître sur les sites labellisés qui veulent garder leur label.

Crédit photo : DR

Vu sur Twitter

L’article du “Progrès” qui choque les bien-pensants : la délinquance par nationalité dans le Rhône

Publié le
Meurtre « raciste » et « fasciste » en Italie : le meurtrier de Zakir s’appelle Hamrouni

Meurtre « raciste » et « fasciste » en Italie : le meurtrier de Zakir s’appelle Hamrouni

21/04/2014 – PISE (NOVOpress) – La tentation était trop forte. Surtout en plein déferlement migratoire et juste après la révélation, que le système n’avait pu entièrement occulter, que Mada ‘Adam’ Kabobo, le « réfugié » de Lampedusa passé massacreur de rue à Milan, avait déchiqueté ses victimes à coups de pioche parce qu’elles étaient blanches.

Zakir Hossain, un Bangladais de 34 ans, serveur dans un restaurant indien, est mort à Pise, dans la nuit du 13 avril, tombé sur le pavé après avoir reçu un coup de poing. Sur le cadavre encore chaud, tout le lobby de l’immigrationnisme italien a immédiatement commencé sa danse rituelle.

Les images des caméras de surveillance montraient que le Bangladais avait eu une altercation avec quatre hommes. Les media les plus retenus  ont affirmé : « il y a une bonne probabilité qu’ils soient de nationalité italienne ». D’autres ont tranché : « ils sont tous Italiens », voire : « Zakir Hossain a été victime d’un commando de quatre jeunes, tous Italiens ».

L’auteur du coup de poing avait, comme de juste, « les cheveux rasés, couleur châtain clair » – il n’a, faut-il croire, pas été possible d’aller tout à fait jusqu’au blond. La vidéo n’avait pas de son : les media ont ajouté de leur cru, tant qu’à faire, que l’agresseur avait « peut-être prononcé quelques phrases racistes ». D’embellissement en embellissement, on en arrive à la version du site immigrationniste Stranieri in Italia : « Les enquêteurs font l’hypothèse que l’agresseur était ivre et qu’il a cherché un prétexte pour se battre, en lançant aussi des provocations racistes, avant de frapper sa victime à l’improviste ».

La « communauté bangladaise » de la ville, qui compte de 1000 à 1500 personnes, a été reçue par le maire de Pise, auquel elle a expliqué qu’elle « avait peur des extrêmes ». Elle a appelé dans la foulée à une manifestation.

L’extrême gauche des Cobas (communautés de base) a publié un communiqué à faire froid dans le dos (copie d’écran en Une). « Xénophobie », « racisme », « squadrisme » : « encore une fois, les migrants victimes de violences et d’homicides ». La ville de Pise « est désormais un terrain de raids et d’agressions racistes ». « La communauté démocratique et solidaire de la ville doit réagir et veiller afin que ces agressions cessent et ne débouchent pas sur des formes de fascisme explicite ». L’association Africa Insieme (« Afrique ensemble ») a dénoncé de son côté « un climat de tension, de mépris pour les immigrés ».

L’archevêque de Pise, Mgr Giovanni Paolo Benotto, a dévié le chemin de croix du Vendredi saint pour le faire passer sur les lieux du drame. « On ne grandit pas dans la paix, a-t-il déclaré, si l’on n’instaure pas un climat de respect plein et total envers toute personne, quelles que soient son origine, sa culture, sa foi ou ses idées politiques ».

Las, vendredi matin, alors que la mobilisation civile et religieuse battait son plein, l’assassin de Zakir a été identifié.

Lire la suite

Municipales 2014 : la bataille de Marseille (vidéo)


20/04/2014 – MARSEILLE (via France 3)

Jean-Claude Gaudin, Patrick Mennucci, Stéphane Ravier… Pendant un mois d’une campagne tendue au résultat inattendu, ces trois hommes ont bataillé pour la mairie de Marseille.

Publié le
« Le Nouvel Observateur / 50 ans de passions »… [et de mystifications] de Jacqueline Remy

« Le Nouvel Observateur / 50 ans de passions »… [et de mystifications] de Jacqueline Remy

« Claude, faites attention quand vous allez vendre, ne faites pas n’importe quoi .»

♦ Pendant cinq décennies, sur fond de lutte des ego entre ses fondateurs – le travailleur du chapeau Jean Daniel et l’industriel et inlassable bailleur de fonds Claude Perdriel –, « Le Nouvel Observateur » fut à la France ce qu’était Ceausescu à la Roumanie : le « Danube de la pensée ». « On est des intellos, faut pas déconner ! » protestait d’ailleurs sa rédaction quand, les ventes étant en chute libre, Perdriel, bien que prodigieusement enrichi par son usine de saniboyeurs, avait le mauvais goût d’envisager quelques économies. Mais les meilleures choses ont une fin et, le 8 avril, le mécène, soucieux des intérêts de ses héritiers légitimes, a fini par vendre son « enfant » à la triade Pierre Bergé/Xavier Niel/Matthieu Pigasse déjà propriétaire du « Monde ». Alors qu’une page s’achève, engageons un retour sur le passé avec le livre de Jacqueline Remy, « Le Nouvel 0bservateur / 50 ans de passions » (1). C.G.

Lire la suite