Mali : mort d’un soldat français (Présent 8221)

Mali : mort d’un soldat français (Présent 8221)

Ci-dessus convoi d’islamistes au Mali.

30/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – Mercredi noir pour l’armée française. Thomas Dupuy, 32 ans, sergent-chef des commandos parachutistes de l’air, est tombé au combat.

Premier mort français de l’opération Barkhane qui a remplacé l’opération Serval au Mali, Thomas Dupuy, « spécialiste reconnu dans les domaines de l’appui aérien, des transmissions opérationnelles et du saut à ouverture très grande hauteur », avait servi en Afghanistan en 2011, avant de rejoindre le théâtre sahélien en août dernier.

Mali : mort d’un soldat français (Présent 8221)Opération anti-terroriste

Mercredi, le sergent-chef Dupuy a perdu la vie (et deux autres soldats ont été blessés) alors qu’il participait à une mission dans le massif du Tigharghar, au nord du Mali, près de la frontière algérienne. Une mission à haut risque, dont le but était de « surprendre et frapper les groupes armés terroristes » de type Aqmi (Al-Qaïda au Maghreb islamique) lourdement armés avec, notamment, des mitrailleuses et des armes anti-char. Des fous d’Allah chassés des grandes villes du nord lors de l’opération Serval essaient désormais de regagner du terrain depuis les profondeurs septentrionales du Mali et les pays voisins, où ils ont trouvé refuge.

Lire la suite

Etienne Chouard "La situation n'est pas catastrophique pour ceux qui financent les élus"

Etienne Chouard “La situation n’est pas catastrophique pour ceux qui financent les élus”

30/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – Etienne Chouard était invité de l’émission Ce soir (ou jamais !) de Frédéric Taddeï sur France 2. Ce soir (ou jamais !) est une des rares émissions où le politiquement correct ne s’étale pas à fond, ce qui lui a d’ailleurs été reproché en particulier par le journaliste Patrick Cohen et par Caroline Fourest. C’est ce caractère relativement politiquement incorrect qui a sans doute valu à l’émission de passer de quotidienne à hebdomadaire.

Etienne Chouard, enseignant, conférencier et blogueur, nous explique en particulier pourquoi la situation n’est pas catastrophique pour ceux qui en réalité choisissent les élus ; pourquoi les banques achètent les journaux ; comment on donne “l’impression de la pluralité” dans les médias ; comment on fait élire les deux partis qui alternent au pouvoir “peu importe l’un ou l’autre ils vont faire la même politique”.

Pour interrompre ce système Etienne Chouard souhaite la réécriture de la constitution par des citoyens tirés au sort et non plus par des politiques ou des “élites” qui l’écrivent pour ne donner aucun pouvoir au peuple. Dans le même but il défend le référendum d’initiative populaire.

Cette intervention date de septembre dernier mais garde une actualité brûlante.

Crédit photo : Revenu de base, via Flickr, (cc).

Entre 1990 et 2013, près de millions de Maghrébins se sont installés en France

Entre 1990 et 2013, près de trois millions de Maghrébins se sont installés en France

30/10/2014 – PARIS (via Polémia)
2.780.000, c’est le nombre d’immigrés maghrébins qui se sont installés, légalement ou non, en France entre 1990 et 2013. Se fondant sur les données de l’Office des migrations internationales des Nations Unies, le think tank américain Pew Research center vient de publier une étude démontrant que 2.780.000 immigrés maghrébins (Algérie, Tunisie, Maroc) se sont installés, légalement ou non, en France entre 1990 et 2013, soit 37% des immigrés qui y sont arrivés durant la même période, formant ainsi la communauté maghrébine la plus importante du monde.

L’intérêt de l’étude est de ne pas prendre en compte les chiffres des pays d’immigrations, mais celui des pays d’origine, ceux d’où partent les immigrés. 930.000 Algériens vivaient à l’étranger en 1990, puis 1.040.000 en 2000, 1.710.000 en 2010 et 1.7770.000 en 2013. Le grand départ d’Algérie n’a donc pas eu lieu dans les années 1990 (durant la guerre civile entre armée et islamistes) mais dans la décennie 2000 d’Abdelaziz Bouteflika durant la période dite « de réconciliation » (avec 670.000 départs essentiellement vers la France et le Canada). Toutefois, les années 1994-1995 ont été déclencheurs de ce phénomène qui se poursuit toujours.

Aucun chiffre n’est donné sur la descendance de ces immigrés (souvent naturalisés ou disposant d’une bi-nationalité) mais le taux de fécondité (sur deux générations immigrées) permet d’estimer à au moins quatre fois plus, au minimum, le nombre de personnes s’origine maghrébine en France (soit 12 millions). (Source : Faits & Documents, n° 384, 15-31 octobre 2014.)

Crédit photo : DR

Nicolas Bay : "Nous voulons inverser les flux migratoires"

Nicolas Bay : “Nous voulons inverser les flux migratoires”

29/10/2014 – PARIS (via TV Libertés)
Interrogé récemment, Nicolas Bay, député français du Front national au Parlement européen et conseiller régional de Haute-Normandie, a indiqué : “Nous voulons mettre fin l’immigration qui porte atteinte à notre identité, à notre sécurité et à notre liberté”. “Et nous voulons inverser les flux migratoires. Ceux qui ne sont pas assimilés, il faut leur montrer la porte de sortie”.

La terre et les morts : notre devoir de mémoire 1914 – 1918 (7)

La terre et les morts : notre devoir de mémoire 1914 – 1918 (7)

29/10/2014 – LAVAL (NOVOpress)
Il aura fallu cent ans pour que la société moderne, gangrenée par l’hyper-mobilité, la sur-consommation et le rejet pathologique du passé, se souvienne d’une guerre qui fut à l’origine d’un ethnocide sans précédent. Des générations de paysans et d’ouvriers ne reviendront jamais de quatre années d’un conflit indépassable dans l’horreur et l’héroïsme quotidien. Ceux-là mêmes qui eurent à affronter les sabreurs de Clémenceau le Rouge quelques années plus tôt lors des grandes grèves du début de siècle, fourniront sans rechigner les bataillons lancés dans la boue des tranchées. L’aristocratie française s’éteindra elle aussi dans les charges et les trous d’obus, « en casoar et gants blancs », sous le regard moqueur de l’industrie de l’armement. L’année 1918 verra naître la fin d’un monde.

Si notre attention est essentiellement dirigée sur la société de demain et les façons d’y parvenir, nous n’oublions pas que nous sommes les gardiens d’une tradition et d’une histoire. La Grande Guerre, par son ampleur folle, a touché chaque famille française, du plus petit village, à la grande métropole. Nos monuments aux morts en témoignent. Hors du consensus mou orchestré par l’Etat, il nous a paru indispensable d’évoquer cette tragédie humaine et la mémoire de nos ancêtres. Celle-ci nous appartient tout autant – et peut être même plus – qu’à d’autres.

Pour ce faire, nous avons choisi délibérément de suivre un de ces conscrits de 1914 à travers les lettres qu’il envoya quotidiennement à sa famille et ce jusqu’à son décès au front le 28 février 1915 (photo). Ces lettres furent publiées dans la presse locale pendant la période de guerre et restent inédites depuis. Si elles reflètent pleinement une époque (la propagande joue un rôle déterminant), on y découvre l’homme en arme avec toutes ses contradictions. Mais c’est surtout le quotidien effrayant des combattants que nous allons découvrir.

D’origine modeste – son père est journalier et sa mère femme de ménage –, Paul Vaseux naît le 6 janvier 1889 dans un petit village du Maine, sur les marches de Bretagne et Normandie. Incorporé à compter du 28 septembre 1907 comme engagé volontaire au 131ème régiment d’infanterie, le jeune homme se rengage successivement quatre fois et gravit les échelons de la hiérarchie militaire : caporal en 1908, sergent en 1911, sergent-major en 1913. Son état des services le décrit blond aux yeux bleus et d’une taille de 1,67 mètre. En décembre 1913 survient le décès de sa mère qui va marquer profondément le jeune sous-officier. Le 1er août 1914 on mobilise…

La première partie des lettres de Paul Vaseux

La deuxième partie des lettres de Paul Vaseux

La troisième partie des lettres de Paul Vaseux

La quatrième partie des lettres de Paul Vaseux

La cinquième partie des lettres de Paul Vaseux

La sixième partie des lettres de Paul Vaseux

A la fin de l’année 1914, le 131ème régiment d’infanterie se bat autour de deux villages dont les noms, désormais historiques, rappellent des combats sanglants : Vauquois, observatoire d’où l’on domine 30 kilomètres de terrain, et Boureilles, clef de la route qui contourne l’Argonne. Il fait très froid et le sol est blanc de gelée. Paul Vaseux est nommé adjudant à compter du 18 novembre 1914.


Forêt de Hesse, 26 novembre.

« Toutes tes lettres m’ont fait bien plaisir ainsi que ta carte. Elles m’ont trouvé dans les tranchées de la forêt de Hesse comme je te l’avais indiqué sur un de mes derniers mots. Quelle vie ! Quelle vie ! Il y fait un froid de chien d’autant plus qu’il est interdit de faire du feu en première ligne, de peur de faire connaître notre présence aux voisins d’en face. Et pourtant ces premiers froids sont probablement des douceurs encore en comparaison de ceux qui suivront. Depuis deux jours, la neige a fait son apparition. Toutes les collines sont blanches. C’est beau, mais c’est froid. Lorsque le dégel va commencer, nous serons propres dans cette terre argileuse. Déjà dans nos petits sentiers où nous sommes obligés de marcher continuellement pour observer, il y a une boue qui pénètre les chaussures et les effets, au moment de la fusillade ou à un passage plus découvert, faire un plongeon et ramper jusqu’au premier abri. Et pour pénétrer dans nos petites maisons, car nous sommes devenus industrieux comme des castors, il nous faut encore faire des marches d’approches courbés. De l’eau, nous n’en avons pas, et pour aller en chercher à l’arrière, il faut beaucoup de précautions si bien qu’en raison de danger constant, nous nous contentons simplement d’organiser les corvées indispensables pour faire cuire la soupe. Alors chaque matin au réveil qui sonne souvent de bonne heure car le froid se fait sentir dans nos cabanes dès 2 heures du matin, nous sortons de notre niche comme les chiens, nous nous secouons un peu la tête et nous nous mettons au travail pour nous réchauffer, à moins que comme depuis deux jours, nous nous passions un peu de neige sur la figure et les mains.

Lire la suite

[Entretien exclusif Novopress] Louis Aliot : "Je me retrouve dans ce combat de plusieurs générations au service de la France et de notre peuple"

[Entretien exclusif Novopress] Louis Aliot : “Je me retrouve dans ce combat de plusieurs générations au service de la France et de notre peuple”

29/10/2014 – PERPIGNAN (NOVOpress)
Dans le cadre du Congrès du Front National se tenant les 29 et 30 novembre prochains, et de l’élection de son nouveau comité central, Novopress a décidé de donner la parole à plusieurs cadres du parti de Marine Le Pen.

Le premier à répondre à nos questions est Louis Aliot, député français au parlement européen et vice-président du FN.

Propos recueillis par Renaud Leroy


Un certain nombre de nos lecteurs seront sans doute aussi électeurs pour le Comité Central du Front National, comment vous décrieriez-vous à eux ?

Je me présente comme un lepéniste, mariniste, patriote français et nationaliste modéré, qui défend des valeurs et un héritage qui est à la fois européen, gréco-latin, judéo-chrétien mais qui prend en compte aussi l’héritage historique et humain de l’empire colonial que nous avons été avec l’assimilation intrinsèque de tous ses fils fidèles à la France jusqu’aux indépendances.

Au-delà de notre programme économique et social si nécessaire à notre temps, et de notre opposition frontale à l’Europe mondialiste de Bruxelles, je me bats contre une immigration massive qui prend de plus en plus l’allure d’une immigration de peuplement inassimilable et communautariste, pour un co-développement harmonieux avec l’Afrique dans la perspective de donner un avenir à celles et ceux qui aujourd’hui n’en ont pas afin de desserrer un étau migratoire ravageur pour l’Europe et dramatique pour l’Afrique. Enfin, je défends une fraternelle entente entre les peuples qui permettra une inversion des flux migratoires coordonnée et favorable à toutes les parties dans l’intérêt de chacun d’un point de vue économique, comme d’un point de vue culturel.

Je me bats contre une immigration massive qui prend de plus en plus l’allure d’une immigration de peuplement inassimilable et communautariste

On vous présente comme l’un des tenants d’une ligne “historique” au Front National, tout autant que comme un artisan de la dédiabolisation. Vous retrouvez-vous dans cette description ?

Oui. Le Front National a été diabolisé pour une présomption d’antisémitisme instrumentalisée à l’envie par nos adversaires politiques pour masquer leur bilan désastreux, et persécuté pour cette seule raison. Mais sur tous les autres sujets, Le Pen avait une longueur d’avance comme sur l’immigration de masse et le développement dynamique de l’islam radical. Aujourd’hui c’est Marine qui incarne ce combat en ajoutant à cet acquis historique une dimension économique et sociale, une critique efficace de la mondialisation, une planification de la fin inévitable de l’euro et un soutien sans faille aux plus faibles de nos compatriotes ! Bref, je me retrouve dans ce combat de plusieurs générations au service de la France et de notre peuple.

Lire la suite

Ils participent aux Assises de la Remigration (3) : Damien Rieu

Ils participent aux Assises de la Remigration (3) : Damien Rieu

29/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le 15 novembre prochain, le Bloc identitaire organise les Assises de la Remigration. Plusieurs personnalités interviendront lors de ces assises. Novopress diffuse régulièrement leur portrait. Troisième d’entre eux : Damien Rieu (photo).


Damien Rieu est l’un des porte-parole du mouvement de jeunesse Génération Identitaire qui s’est notamment fait connaître pour l’occupation du chantier de la mosquée de Poitiers. Pour cette action spectaculaire mais pacifique, il est mis en examen et soumis à un contrôle judiciaire strict.

Les pressions du pouvoir socialiste ne l’effraient pas, et c’est au nom de tous les « petits blancs » que Damien Rieu interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

Chronique de la désinformation, le pillage d’un TGV qualifié d’"incident" par la presse

Chronique de la désinformation, le pillage d’un TGV qualifié d’”incident” par la presse

29/10/2014 – RENNES (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Le 24 octobre, des racailles ont agressé des voyageurs et volé les affaires des passagers dans le TGV Paris-Brest. Ce sont des « jeunes » selon Ouest‑France qui qualifie cette affaire d’ « incident » (image en Une). Même titre dans Le Parisien ; Metronews lui, titre : “Pagaille dans le TGV Paris-Brest”.

En réalité, les agresseurs ont volé des objets aux voyageurs, avant de se faire bloquer par des fusiliers-marins voyageant dans le train. Le TGV a du s’arrêter une heure et ceci a permis aux gendarmes d’interpeller les fauteurs de troubles.

Crédit image : copie d’écran. DR.

[Tribune libre] Cathos bourgeois contre christianisme identitaire

[Tribune libre] Cathos bourgeois contre christianisme identitaire

28/10/2014 – PARIS (NOVOpress) – En annonçant qu’il installerait une crèche pour Noël à l’Hôtel de Ville de Béziers, Robert Ménard n’a pas seulement suscité l’indignation prévisible de la conseillère municipale socialiste Dolores Roqué et de « ses camarades de lutte », comme les appelle Le Midi libre, le socialiste « Jean-Michel Du Plaa et le communiste Aimé Couquet ». Il s’est aussi attiré l’anathème de Maître Henri de Beauregard, « avocat officiel de La Manif Pour Tous » : à en croire ce dernier, Ménard « utilise la crèche pour faire de la provoc’ et créer de la division ».

 

Interpellé sur twitter, Me de Beauregard s’est justifié par une distinction emberlificotée entre crèches nouvelles et « crèches traditionnelles ».

 

 

 

Par « traditionnel », il entend tout ce qui existe déjà ou, peut-être, tout ce qui remonte aux temps heureux où le Président Chirac régnait sur la France. Ainsi, pour Me de Beauregard, la crèche dont la direction de la SNCF avait exigé le retrait, l’année dernière, de la gare de Villefranche-de-Rouergue, « était la crèche traditionnelle des cheminots » : elle était là « depuis dix ans », c’est vous dire.

Lire la suite

Discours offensif de Marine Le Pen contre l'immigration clandestine à Calais

Marine Le Pen : Présidente dans une série télé participative

28/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Marine Le Pen, Présidente de la République française ? C’est le scénario qui a été imaginé pour le premier épisode de la série télé Anarchy.

Le projet participatif invite les téléspectateurs à proposer des idées de scénarios et de personnages, à partir du point de départ proposé : la France sort de la zone euro, les citoyens disposent de 40 euros par semaine pour vivre. Le premier épisode aboutirait ainsi à la destitution de François Hollande, remplacé par la patronne du Front national.

Cette fiction va être diffusée sur France 4 dès le 30 octobre.


AVT_Alain-Finkielkraut_2953

La France peut-elle renaître ? Débat entre Alain Finkielkraut et Jean-Marie Rouart

28/10/2014 – PARIS (NOVOpress via Le Figaro)
Dans Le Figaro, Ivan Rioufol rapporte des extraits d’une discussion entre Alain Finkielkraut et Jean-Marie Rouart lors de la remise du prix Combourg Chateaubriand.

Ainsi, pour Alain Finkielkraut : “Il y a des raisons de penser que les Français ou une partie d’entre eux se rebellent contre les mensonges idéologiques sous lesquels ils vivent, et qu’ils s’inquiètent de la direction prise par l’histoire. Une telle révolte peut apporter un certain réconfort. Mais elle peut aussi mal tourner, si la politique ne la prend pas en charge ou si le Front national se l’approprie».

Et le philosophe d’ajouter :

Ce que nous vivons est, je crois, du jamais vu. Car, dans les territoires perdus de la république, le Français de souche lui-même est devenu innommable, invisible. Avec le juif, il y rencontre la même hostilité alors que les élites refusent d’assumer la France et de transmettre l’héritage. Juifs et Français de souche sont sur le même bateau.


 

Vu sur Facebook

Critique des médias : Dupont-Aignan provoque un esclandre sur Canal Plus

Publié le
François Bayrou estime qu’Hollande ne peut pas tenir jusqu’en 2017

François Bayrou estime qu’Hollande ne peut pas tenir jusqu’en 2017

28/10/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le président du Mouvement démocrate estime que le Président ne peut tenir avec sa majorité actuelle, qu’il qualifie de « déchirée ». Il appelle à une dissolution de l’Assemblée nationale.

Interrogé sur la capacité de François Hollande à gouverner dans un tel contexte, le maire de Pau, qui avait appelé à voter pour le socialiste au second tour de la présidentielle, en 2012, a estimé dimanche qu’il ne le pouvait plus et devait s’en remettre au peuple.

« Quand on s’abstient et qu’on est dans la majorité, ça veut dire qu’on est contre (…). C’est un message extrêmement rude, extrêmement dur, qui a été suivi d’une espèce d’épisode de guerre civile dans le parti au pouvoir », a‑t‑il ajouté, faisant référence notamment à la trentaine de députés PS s’étant abstenus sur le vote, obtenu de justesse, de la partie recettes du budget 2015.

Crédit photo : Jackolan1, via Wikipédia, (cc).

Vu sur Facebook

Il n’a pas payé son ISF depuis 4 ans, et il est président de la Commission des finances à l’Assemblée nationale…

Publié le
Ils participent aux Assises de la Remigration (2) : Renaud Camus

Ils participent aux Assises de la Remigration (2) : Renaud Camus

27/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le 15 novembre prochain, le Bloc identitaire organise les Assises de la Remigration. Plusieurs personnalités interviendront lors de ces assises. Novopress diffuse régulièrement leur portrait. Deuxième d’entre eux : Renaud Camus (photo).


Renaud Camus est écrivain. Célèbre notamment pour ses journaux et la série d’ouvrages « Demeures de l’Esprit », il a aussi forgé le concept de Grand Remplacement (concept et pas théorie, car il décrit malheureusement une ralité bien palpable pour de très nombreux Français) qu’il définit ainsi : « Oh, c’est très simple : vous avez un peuple et presque d’un seul coup, en une génération, vous avez à sa place un ou plusieurs autres peuples. »

Récent partenaire du Bloc Identitaire dans le cadre de l’Observatoire du Grand Remplacement, Renaud Camus interviendra le 15 novembre 2014 à Paris dans le cadre des Assises de la Remigration.

Crédit photo : Renaud Camus, via Flickr, (cc).

Allocations modulées, la famille attaquée (Présent 8218)

Allocations modulées, la famille attaquée (Présent 8218)

27/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Les familles françaises n’en peuvent plus d’en prendre plein la gueule. La France qui se lève de plus en plus tôt pour gagner de moins en moins n’en peut plus de payer pour tous les traîne-savates que la politique d’immigration déverse chez nous à pleins tonneaux. Tous les clandestins, immigrés, réfugiés, Roms, parasites, arrêtés-maladie et chômeurs de complaisance pour lesquels ce sont toujours les mêmes qui raquent : nous !

Allocations modulées, la famille attaquée (Présent 8218)Ce gouvernement n’aime pas les familles françaises qui réussissent. Il les détruit par ses lois sociétales, il les saigne à blanc par ses mesures budgétaires. Il a bien plus d’empathie, d’imagination pour les familles en échec, déclarant peu de revenus et de préférence immigrées. Alors qu’il divise par deux ou par quatre les allocations familiales – prenant une responsabilité historique sur la démographie et l’intérêt de toute la nation – il augmente dans le même temps le budget de l’AME de 73 millions d’euros. Voilà sa priorité. Rappelons que supprimer l’aide gratuite médicalisée aux clandestins entrés illégalement sur notre territoire constituerait une économie d’un milliard par an. Et réserver désormais les allocations familiales aux seuls Français comme le réclame le FN, allégerait durablement la barque.

Mais les choix d’économie du gouvernement sont d’abord idéologiques. Et il sait très bien que ces familles-là ne protesteront pas, qu’elles ne foutront pas le feu aux abris-bus, que les assoces ne gueuleront pas ni n’exerceront aucun chantage pour les défendre. Jusqu’à quand ?

Lire la suite

La ministre de la Culture incapable de citer une œuvre de Patrick Modiano, prix Nobel de littérature

27/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
Interrogée dans le “Supplément” sur Canal +, Fleur Pellerin n’a pas réussi à citer un des titres de Patrick Modiano, écrivain français prix Nobel de littérature cette année.

“Son dernier livre ?”, tente ensuite la présentatrice. Fleur Pellerin préfère alors jouer la carte de l’honnêteté. “J’avoue sans aucun problème que je n’ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans. (…) Je lis beaucoup de notes, beaucoup de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP mais je lis très peu”, répond-elle.

Publié le