Vu sur Facebook

Une page Facebook dédiée à “La France Big Brother”, la nouvelle enquête de Laurent Obertone

Publié le
Islamo-barbarisme (Présent 8189)

Islamo-barbarisme (Présent 8189)

16/09/2014 – PARIS (NOVOPress)
Tant qu’on ne désignera pas l’ennemi, on est condamné à perdre

Lundi, au moment même où les Rafales français menaient leurs premiers vols de reconnaissance au-dessus du territoire irakien, s’ouvrait donc à Paris la fameuse conférence internationale sur l’Irak réunissant une trentaine de pays. Une réunion au cours de laquelle tous se sont vaguement engagés à apporter « une réponse globale » à la menace des djihadistes de l’Etat islamique, symboliquement rebaptisé « Daech ». Symboliquement parce que, dans cette guerre qui a été déclarée à l’Occident depuis longtemps déjà et qui vise à convertir la planète entière, il ne faut surtout pas parler d’islam ni d’islamistes.

Front intérieur

Islamo-barbarisme (Présent 8189)Avec ses chiens de garde du politiquement correct et ses milices antiracistes, la France – personne ne s’en étonnera – est bien sûr en pointe dans ce domaine. Et la place manque, ici, pour rappeler les incessants appels à « ne pas faire d’amalgame », ainsi que les innombrables périphrases utilisées par notre classe politico-médiatique chaque fois qu’un Mérah ou qu’un Nemmouche massacre des innocents au nom d’Allah. Pour autant, elle n’en a pas l’exclusivité.

Chacun a encore en mémoire la grotesque déclaration d’Obama, au lendemain de la décapitation de James Foley par les islamo-terroristes de l’EI, nous expliquant que ce groupe musulman ne parle « au nom d’aucune religion » ! Et hier encore, Yves Brunaud pointait très justement du doigt, en une de Présent, la lâcheté d’un David Cameron dédouanant l’islam après l’égorgement de David Haines.

Lire la suite

Enquête sur un sujet tabou: le conditionnement d’une population. Le nouvel ouvrage de Laurent Obertone

Qui est Big Brother ? Le sommet de la pyramide. Le gouvernement. Les médias. Les experts. L’administration. La pensée unique. Les écrans. Ces milliers de visages indésirables et pourtant familiers.

Enquête sur un sujet tabou: le conditionnement d'une population. Le nouvel ouvrage de Laurent ObertoneBig Brother, c’est la Voix, la rumeur du monde, le bruit de fond qui conditionne, nous apprend à consommer, à obéir, à penser. Celle qui vous répète tous les jours qu’il faut du pouvoir d’achat, que les inégalités se creusent, que l’immigration est à la fois une chance et un fantasme. C’est elle qui invente des scandales, des débats, définit les limites du langage et de la pensée, décide du digne, de l’indigne et du tabou.

C’est elle qui vous divertit, vous endort et vous assomme. C’est encore elle qui vous dépossède, vous perfuse, vous lave le cerveau et vous vide de votre sang. C’est elle qui vous rend l’enfer confortable. C’est le claquement du fouet, la voix du maître, du charmeur et du bourreau. C’est elle qui récompense, qui terrorise et qui condamne.

Français, Big Brother est votre opium. Vous vous êtes ouvert l’esprit, comme d’autres s’ouvrent les veines. Vous avez cru les digérer. Ce sont eux qui vous digèrent. Bienvenue dans la République des écrans.

Nouvelle enquête choc de l’auteur de La France Orange mécanique, La France Big Brother démonte une à une les pièces du mécanisme de votre domestication quotidienne, livre l’investigation tant attendue sur ces milliers de clones qui tiennent la parole publique, l’armée des ondes qui constitue le premier pouvoir de France.

Né en 1984, diplômé de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille, d’histoire et d’anthropologie, Laurent Obertone est l’auteur de La France orange mécanique et d’Utøya (2013, Ring).

* On peut déjà réserver le livre sur Amazon.

Publié le
Eduquer au primaire en cachette des parents : le but de l’Académie de Nantes

Eduquer au primaire en cachette : le but de l’Académie de Nantes ?

16/09/2014 – NANTES (NOVOPress) – “Il est impératif que la phase de découverte ait lieu en classe et que les albums ne soient pas empruntés pour être emmenés à la maison. Les réactions très négatives de certains adultes à l’égard du livre pourraient compromettre son exploitation”.

C’est ce que recommandait l’Académie de Nantes dans ses “ressources pédagogiques” à propos de l’album pour enfants de Nikolaus Heidelbach “Que font les petits garçons ?” destiné aux CE2, CM1, CM2 (le cycle 3 de l’enseignement). (Copie d’écran en Une). C’était en 2006 pendant la présidence de Jacques Chirac.

Des internautes ayant récemment diffusé cette mise à l’écart évidente des parents, l’Académie de Nantes a précipitamment “archivé” la page en cause ce mardi. Mais on peut la retrouver entre autres sur “Internet archive Wayback Machine”.

Le plus gênant est que l’Académie agissait en connaissance de cause. Dans sa fiche elle indique “voilà un abécédaire qui fera grincer les dents des adultes”. Puis elle précise des données du livre “Deux sujets tabous dans la littérature de jeunesse y sont abordés : la mort et la sexualité. Si l’album propose un catalogue assez scandaleux de l’activité des petits garçons, que penser de celle des petites filles ?”.

L’esprit de la loi est pourtant formel : parler de sexe à un enfant qui n’en fait pas la demande relève du détournement de mineurs ou de la pédophilie.

On peut remarquer que la république socialiste hollandaise avec “l’ABCD de l’égalité”, n’a fait que suivre les traces de la république chiraquienne.

Eduquer au primaire en cachette des parents : le but de l'Académie de NantesL’auteur de l’album pour enfants, Nikolaus Heidelbach, ne dessine d’ailleurs pas que des petits enfants. Copie d’écran ci-contre, cliquer sur l’image pour l’agrandir.

djihadistes1

Nicolas Bay (FN) réclame aussi la déchéance de la nationalité pour les djihadistes

16/09/2014 – PARIS (NOVOPress)
Nicolas Bay, Secrétaire général adjoint du Front National, a réagi au projet de loi destiné à renforcer la lutte contre le djihadisme.

Selon lui, le gouvernement français devrait avoir le courage d’aller plus loin en mettant en œuvre des lois permettant la déchéance de la nationalité pour les personnes engagées dans des groupes djihadistes.

“En matière de renforcement de la sécurité face aux risques djihadistes, l’action de l’État devrait se concentrer dans deux directions : lutter contre le communautarisme et la propagande des groupes islamistes sur notre territoire, et empêcher le retour des djihadistes en France notamment par la déchéance de la nationalité française pour ceux d’entre eux qui sont binationaux.”

Par ailleurs, pour Nicolas Bay, il ne sera pas possible de freiner l’avancée de l’islamisme sur notre territoire sans stopper l’immigration massive qui alimente le communautarisme.

Cette prise de position de Nicolas Bay n’est pas sans rappeler celle du Bloc identitaire qui, depuis le mois d’avril dernier, a lancé différentes initiatives pour réclamer la déchéance automatique de la nationalité française pour les djihadistes.

Vu sur Twitter

Soupçons de détournements de fonds au Sénat : Mediapart dévoile des noms

Publié le
Angers : les "Accroche-cœurs" censurés par l'islam avec l'accord du maire

Angers : les “Accroche-cœurs” censurés par l’islam avec l’accord du maire

16/09/2014 – ANGERS (NOVOPress) – L’affaire est symptomatique de l’islamisation du pays, où une religion encore minoritaire pèse de plus en plus sur la société, imposant son diktat moral, ses tabous et ses interdits. Elle est révélatrice également du silence gêné, voire de la soumission de la part des médias locaux comme des autorités politiques et administratives…

À Angers se déroule chaque année en septembre le festival des « Accroche-cœurs » consacré au théâtre et aux arts de la rue. Durant trois jours, la ville vit au rythme des représentations publiques sur les places et dans les rues avec une soixantaine de compagnies offrant plus de 100 spectacles drainant plus de 250 000 spectateurs.

L’édition 2014 du festival a débuté ce vendredi 12 septembre en soirée par une représentation théâtrale dite des « squames » qui visait à dénoncer les intégrismes religieux. Joué sur une des places centrales d’Angers devant un millier de spectateurs, la pièce fut interrompue par un groupe d’islamistes brandissant le Coran, traitant le spectacle « d’impur » et menaçant de s’en prendre physiquement aux acteurs.  Les comédiens ont alors décidé d’arrêter la représentation et la police est intervenue pour éviter que l’incident ne dégénère. Aucune interpellation n’a été effectuée.

L’incident fut pris très au sérieux par le maire UMP d’Angers, Christophe Béchu, qui décida d’annuler séance tenante les deux autres représentations de la compagnie prévues les samedi et dimanche. Cédant non seulement sur le champ aux menaces des islamistes, le communiqué de la mairie s’empressa même d’indiquer que “Christophe Béchu et la municipalité souhaitent présenter leurs excuses aux spectateurs qui ont pu être heurtés par ce spectacle“…

Lire la suite

Vu sur Facebook

Rendez-vous ce jour à 18 heures avec Laurent Obertone sur sa page Facebook

Publié le
La terre et les morts : notre devoir de mémoire 1914 – 1918 (2)

La terre et les morts : notre devoir de mémoire 1914 – 1918 (2)

08/09/2014 – LAVAL (NOVOpress)
Il aura fallu cent ans pour que la société moderne, gangrenée par l’hyper-mobilité, la sur-consommation et le rejet pathologique du passé, se souvienne d’une guerre qui fut à l’origine d’un ethnocide sans précédent. Des générations de paysans et d’ouvriers ne reviendront jamais de quatre années d’un conflit indépassable dans l’horreur et l’héroïsme quotidien. Ceux-là mêmes qui eurent à affronter les sabreurs de Clémenceau le Rouge quelques années plus tôt lors des grandes grèves du début de siècle, fourniront sans rechigner les bataillons lancés dans la boue des tranchées. L’aristocratie française s’éteindra elle aussi dans les charges et les trous d’obus, « en casoar et gants blancs », sous le regard moqueur de l’industrie de l’armement. L’année 1918 verra naître la fin d’un monde.

Si notre attention est essentiellement dirigée sur la société de demain et les façons d’y parvenir, nous n’oublions pas que nous sommes les gardiens d’une tradition et d’une histoire. La Grande Guerre, par son ampleur folle, a touché chaque famille française, du plus petit village, à la grande métropole. Nos monuments aux morts en témoignent. Hors du consensus mou orchestré par l’Etat, il nous a paru indispensable d’évoquer cette tragédie humaine et la mémoire de nos ancêtres. Celle-ci nous appartient tout autant – et peut être même plus – qu’à d’autres.

Pour ce faire, nous avons choisi délibérément de suivre un de ces conscrits de 1914 à travers les lettres qu’il envoya quotidiennement à sa famille et ce jusqu’à son décès au front le 28 février 1915 (photo). Ces lettres furent publiées dans la presse locale pendant la période de guerre et restent inédites depuis. Si elles reflètent pleinement une époque (la propagande joue un rôle déterminant), on y découvre l’homme en arme avec toutes ses contradictions. Mais c’est surtout le quotidien effrayant des combattants que nous allons découvrir.

D’origine modeste – son père est journalier et sa mère femme de ménage –, Paul Vaseux naît le 6 janvier 1889 dans un petit village du Maine, sur les marches de Bretagne et Normandie. Incorporé à compter du 28 septembre 1907 comme engagé volontaire au 131ème régiment d’infanterie, le jeune homme se rengage successivement quatre fois et gravit les échelons de la hiérarchie militaire : caporal en 1908, sergent en 1911, sergent-major en 1913. Son état des services le décrit blond aux yeux bleus et d’une taille de 1,67 mètre. En décembre 1913 survient le décès de sa mère qui va marquer profondément le jeune sous-officier. Le 1er août 1914 on mobilise…

La première partie des lettres de Paul Vaseux

Alors que la 18e brigade d’infanterie doit garder les débouchés de St-Mihiel, le 131e régiment d’infanterie reçoit le 7 août 1914 la mission de tenir le pont de la ville. L’unité y stationne jusqu’au 9 puis prend la direction d’Haudainville et Troyon. Le 13 août, le régiment de Paul Vaseux continue sa marche en avant. On franchit Etain, Billy-sous-Mangiennes, Romagne-sous-les-Côtes. Voici ce qu’écrit le jeune sergent.


Saint-Mihiel, 8 août 1914 (21h00)

« Aujourd’hui encore nous sommes revenus coucher à Saint-Mihiel et Dieu sait si nous sommes heureux de pouvoir ce soir encore, coucher dans un lit laissé par le 161e d’infanterie.

…J’espère bien moi aussi revenir, mais qu’importe s’il le faut, nous saurons mourir en luttant vaillamment jusqu’à notre dernier souffle pour assurer la victoire et la paix et la liberté à notre cher pays.

Il me semble qu’il serait préférable de mourir sur le champs de bataille que de revenir avec un ou deux membres de moins. Je ne puis me faire à l’idée que je pourrais retourner à Beaumont avec une jambe ou un bras de moins. La mort me paraîtrait désirable et pourtant la vie à tout prix, c’est bien ce que demande chacun de nous.

Enfin pour le moment tout va bien. Jusqu’à aujourd’hui nous avons eu à souffrir en aucune façon, ni des marches trop pénibles, ni de provisions faisant défaut, ni même de coups de fusil emportant quelques-uns d’entre nous. Nous sommes en ballade. Et cette ballade finira quand ? Je l’ignore. »

Lire la suite

Immigration : les réponses identitaires de plus en plus acceptées par les Français

Immigration : les réponses identitaires de plus en plus acceptées par les Français

15/09/2014 – PARIS (NOVOPress)
L’adhésion aux questions et réponses identitaires semble de plus en plus majoritaire auprès des Français? C’est ce qu’indique en tout cas un sondage réalisé par Odoxa pour i > télé – « CQFD » et le Parisien – Aujourd’hui en France (détails ci-dessous). Pour le Parisien :

Ce que montre (…) cette enquête Odoxa, c’est la progression des idées traditionnellement défendues par le FN. En matière d’immigration, près de sept Français sur dix (68 %) se disent aujourd’hui favorables à la suppression du regroupement familial, et 67 % seraient d’accord pour réserver les aides sociales et les allocations familiales aux seuls Français ; 65 % des sondés souhaitent un rétablissement des contrôles aux frontières intérieures en l’Europe.

Et, en plus d’obtenir la plus large adhésion, ces idées sont celles qui ont connu la plus forte progression en trois ans, selon ce sondage.

A comparer avec la sortie de L’Union européenne et la sortie de l’euro et le retour au franc, qui ne sont pas majoritaires, malgré une progression en trois ans, progression cependant plus faible que celle des questions relatives à l’immigration.

elements-adhesions-vote-fn

Crédit photo Une : DR

Vendredi 12 septembre, Philippe Vardon a présenté "Militants" à la Traboule

Vendredi 12 septembre, Philippe Vardon a présenté “Militants” à la Traboule

15/09/2014 – LYON (NOVOpress)
Vendredi 12 septembre, dans la maison de l’identité lyonnaise « La Traboule », Philippe Vardon (photo) a présenté son nouvel ouvrage intitulé « Militants, 14 histoires qui sentent la colle et le gaz lacrymo’ ». La salle était comble, il y avait des militants bien sûr, des sympathisants évidemment ; mais aussi des curieux souhaitant découvrir l’engagement militant vu de l’intérieur, le militantisme vu par un militant…

Philippe Vardon a commencé par décrire ce que le militantisme est pour lui, indiquant qu’il y a une différence entre militer, et donc s’engager, et faire de la politique, qui n’est souvent que synonyme de verbiage. Précisant également que le militantisme est quelque chose d’exigeant et qui nécessite une implication totale, il a donné une explication des origines du mot « militant », y compris dans sa dimension sacrée.

Nous confiant ensuite que, même si les histoires sont des fictions, il se pourrait qu’elles ressemblent étrangement à des situations militantes réelles que certains ont vécu. Car, en effet, si Philippe Vardon s’est inspiré de son propre militantisme, il a rappelé que chaque militant partage quelque chose – des idées bien sûr – mais aussi et surtout un manière d’être.

Pour conclure, Philippe Vardon a entamé la lecture de la première nouvelle de son ouvrage, affirmant que dans cet engagement « au commencement était l’action ».

Crédit photo : DR

[Lu sur le Net] Décrire la réalité est un crime contre le politiquement correct - par Gabriel Robin

[Lu sur le Net] Décrire la réalité est un crime contre le politiquement correct – par Gabriel Robin

14/09/2014 – PARIS (via Boulevard Voltaire)
Par opposition à ce qui est imaginé, ou fictif, existe le concept de réalité qui désigne ce qui est perçu comme concret. Christophe Guilluy, géographe et auteur d’ouvrages scientifiques, a décidé de se confronter au monde concret, dans son dernier ouvrage intitulé « La France périphérique – Comment on a sacrifié les classes populaires ». Sa thèse, assez simple, explicite ce que l’instinct populaire perçoit assez distinctement, et démontre que s’ajoute à la fracture sociale une fracture ethno-culturelle de plus en plus prononcée dans notre pays. Il estime, par ailleurs, que seule la bourgeoisie urbaine des grandes villes profite de la mondialisation et des changements sociétaux qui ont conduit au multiculturalisme. Selon lui, la France des « invisibles », des « oubliés » ou, pour citer François Hollande, des « sans dents » se réfugierait dans un vote protestataire en faveur du Front national, en raison de questions dites « identitaires ».

(…)

Le géographe fait pourtant grincer des dents, notamment à gauche. À l’instar d’autres intellectuels ayant fait évoluer leurs œuvres à l’aune du contexte spécifique de l’époque contemporaine (on peut citer Alain Finkielkraut, Michèle Tribalat, et peut-être bientôt Michel Onfray), Christophe Guilluy doit maintenant affronter les gardiens du temple du politiquement correct. Ainsi, Laurent Joffrin (photo), directeur de la rédaction de Libération, s’est ému des idées avancées par monsieur Guilluy dans son éditorial du vendredi 12 septembre. À son crime de « populisme », le géographe ajoute le péché de venir de la gauche et d’en être aujourd’hui devenu – selon les mots de Laurent Joffrin – le « redoutable procureur ».

Lire la suite

davidhaines_Bxc2PFRIIAED3-7.jpg large

L’Etat islamique affirme avoir décapité l’otage britannique David Haines

15/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
David Haines (en tenue orange sur la photo), Ecossais de 44 ans retenu en Syrie depuis mars 2013, a donc été exécuté par l’État islamique. Père de 2 enfants, David Haines était un travailleur humanitaire qui venait notamment en aide aux réfugiés syriens. Dans une vidéo de 2 minutes 27 secondes intitulée « Un message aux alliés de l’Amérique », les djihadistes reprochent au Royaume-Uni d’avoir rejoint la coalition des Etats-Unis, qui mènent des frappes contre l’Etat islamique en Irak.

L’Elysée condamne “l’odieux assassinat” de David Haines. C’est évident sauf que cela fait déjà plusieurs mois que des vidéos de décapitation circulent sur le Net sans réaction vraiment officielle de l’exécutif français. Récemment, un père franciscain a été égorgé en Syrie par les assassins islamistes. Les têtes n’auraient donc pas toutes la même valeur ?