Accusé de racisme, Haribo élimine ses bonbons noirs

20/01/2015- FRANCE (NOVOpress)
Non, ce n’est pas une blague. Après avoir subi la pression des internautes, la société Haribo a décidé de retirer de la vente en Suède et au Danemark des bonbons qui représentaient des masques primitifs africains.

Ola Dagliden, le directeur de Haribo Suède, explique cette décision :

Nous avons estimé que nous pouvions garder ce produit et en retirer les parties que certains consommateurs ont jugées offensantes

Pourquoi une telle auto-censure ? Pour les internautes qui s’en sont pris au célèbre fabricant de bonbons, représenter des visages rappelant l’art primitif africain, asiatique et amérindien avait quelque chose d’offensant et de raciste…
Pour rappel, en France, la société Haribo avait déjà rebaptisé ses bonbons “Tête de nègre” en “Melting pote” avant finalement de les retirer de la vente…


Mini‑krach boursier en Suisse

Mini‑krach boursier en Suisse

17/01/2015 – ZURICH (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
La BNS, Banque Nationale Suisse, a annoncé avant-hier l’abandon du taux plancher de 1,20 franc suisse pour 1 euro, fixé il y a trois ans. Ce taux plancher avait pour objet d’empêcher le franc suisse de monter au‑dessus de 0,83 euro, préservant ainsi la compétitivité des entreprises helvétiques.

Dès l’annonce de cette mesure, qui a pris de court les marchés financiers, le franc suisse, grande valeur refuge, s’est apprécié de près de 30 % par rapport à l’euro, renchérissant d’autant le prix des produits suisses à l’exportation. « Ce que la BNS provoque là, c’est un tsunami », a déclaré le directeur général de Swatch Group, le numéro un mondial de l’horlogerie, estimant que cela aura des répercussions pour « l’industrie d’exportation, le tourisme, mais également pour l’ensemble de la Suisse ». Suite à cette décision, l’indice SMI de la bourse de Zurich perdait 12 %.

Crédit photo : Storm Crypt, via Flickr, (cc).

« Je suis Charlie » : Le marketing de la récupération

« Je suis Charlie » : Le marketing de la récupération

♦ « Achat des valeurs de Charlie devenu grand phare des Lumières. »

Il convenait à ce stade de faire un point sur l’exploitation médiatico-politique de cette séquence sanglante. Manifestement, les stratèges de la Com’ sont à l’œuvre. Mais au-delà de la très classique prévention du « tout amalgame », une vraie stratégie de fond semble se mettre en place. Jean Henri d’Avirac porte un regard « marketing » sur ces nouvelles armes de manipulation massive.
Polémia.


Traduire l’horreur en accroche

Il n’est évidemment pas question de mettre en doute la sincérité de Philippe Val, de ses comparses et graphistes, après la mort tragique de leurs camarades. Mais tout expert en marketing et communication se sent bien obligé d’opérer, quelques jours après le drame, un arrêt sur image.

Quelques heures seulement après ce nouveau crime du fondamentalisme islamique, une signature, un slogan, un « claim » se diffuse sur toute la planète et la sphère médiatique : « Je suis Charlie ».

Chassez le naturel, il revient au galop : « ceux qui sont passés du col Mao au Rotary » et de l’idéologie au marketing ont immédiatement éprouvé le besoin irrépressible de traduire leur effroi en accroche et d’élaborer un coup médiatique international. En bon publicitaire, idéologue, journaliste ou politique… bref, en bon activiste de « l’infosphère », pour reprendre le terme de Michel Maffesoli, il s’agissait (consciemment ou non ?), et ceci dès que possible, de transformer subliminalement la charge émotionnelle du drame en acte d’achat… Achat des valeurs de Charlie devenu grand phare des Lumières, achat de Charlie lui-même car à peine le sang séché, on sent déjà poindre sur ce titre, jusqu’alors au bord de la faillite, la souscription exceptionnelle, le numéro spécial à fort tirage, la dotation gouvernementale et l’appel aux dons/compassion.

Lire la suite

Crise : la France vendrait ses navires militaires pour ensuite les louer et les racheter

Crise : la France vendrait ses navires militaires pour ensuite les louer et plus tard les racheter

14/01/2015 – FRANCE (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Les coupes budgétaires n’ont pas lieu que dans l’Armée de terre. La Marine nationale y contribue aussi, pour trouver les deux milliards qui manquent encore au budget de la défense.

Le ministère a donc déployé toute son ingéniosité financière pour brader notre armée et réaliser quelques économies à court terme. Ainsi, la Marine pourrait vendre presque tout matériel à une société de projet, qui lui louerait alors ce matériel, avec option d’achat à la fin du bail. Il est à remarquer que l’entretien resterait à la charge des unités, les sociétés se contentant de la prestation de location.

Une économie serait ainsi réalisée à court terme et le problème amplifié simplement renvoyé au gouvernement suivant. Les obstacles juridiques restent néanmoins nombreux à lever avant le mois de juin.

Crédit photo : Jean-Michel Roche, via Wikipédia, (cc).

Retour de la Crise Grecque : chaque Français risquerait de payer 735 €

Retour de la crise grecque : chaque Français risquerait de payer 735 €

10/01/2015 – ATHÈNES (NOVOpress)
Les prochaines élections législatives grecques, qui auront lieu à la fin du mois, mèneront probablement au pouvoir, d’après les récents sondages, le parti de gauche radicale Syriza. Ce parti refuse les mesures d’austérités imposées par l’Europe à la Grèce, et demande une annulation de tout ou partie de la dette du pays.

Or, la France a versé près de 48 milliards d’euros d’aides à la République hellénique. Si la Grèce restructurait sa dette, la BCE et le FMI, ses créanciers préférentiels, seraient remboursés en priorité. Mais la France et les autres pays de la zone euro, moins protégés, subiraient une perte sèche de toutes leurs aides, parties en fumée : cela reviendrait à faire peser sur chaque Français une dette supplémentaire de 735 €.

Le gouvernement allemand avait, lundi dernier, fermement envisagé un départ de la Grèce de la zone euro, ce qui aurait précipité la cessation des paiements : mais cela coûterait à l’Allemagne encore plus cher qu’à la France, 72 milliards d’euros. Le gouvernement allemand a donc temporisé sa position avant-hier en déclarant qu’il souhaitait, dans l’idéal, voir la Grèce rester dans la zone euro.

Crédit photo : GemeinWesen, via Flickr, (cc).

Vu sur Facebook

Les médecins français bientôt sous tutelle des financeurs et des politiques ?

Publié le
La Libye et les islamistes - L'Afrique Réelle N°61, janvier 2015

La Libye et les islamistes – L’Afrique Réelle N°61, janvier 2015

 Editorial de Bernard Lugan :

Le mercredi 12 septembre 2012, dans un communiqué publié sur le blog de l’Afrique Réelle j’écrivais : « Désormais, en Libye, l’alternative est simple : soit les nouvelles autorités mettent un terme au chaos – mais comment_? – et reconstruisent l’Etat sous une forme ou sous une autre, soit la Libye demeure ingouvernable. Dans ce cas, les islamistes pourraient alors jouer une carte maîtresse, celle du modèle religieux transcendant les divisions afin de les coaguler dans un tout commun, l’Oumma. »

La Libye et les islamistes - L'Afrique Réelle N°61, janvier 2015C’est très exactement ce qui est actuellement en cours de réalisation en Tripolitaine où, au nom de l’islam unificateur, nous assistons à l’engerbage de nombre de milices par la coalition des Frères musulmans de Misrata et des fondamentalistes de Tripoli. Or, cette alliance est en passe de conquérir toute la région. Les milices de Zenten sont en effet sur la défensive et elles risquent même de se trouver encerclées si les Berbères du jebel Nefusa se tournaient vers les islamistes comme viennent de le faire les Touareg de la région de Mourzouk.

Le possible basculement des Berbères livrerait alors la Tripolitaine aux islamistes tout en permettant à ces derniers de s’adosser à la frontière de la Tunisie et de l’Algérie ; d’où les conséquences régionales que l’on peut imaginer. Dans ce cas, combien de temps l’Algérie pourrait-elle encore refuser d’intervenir ? Mais si elle le faisait, quel serait son but puisque tout le monde sait que la pacification de la Tripolitaine passe par l’éradication du foyer de déstabilisation de Misrata, ce que la Turquie n’acceptera pas.

En Cyrénaïque, la situation est plus claire dans la mesure où l’Egypte soutient le général Khelifa Heftar qui, depuis le début du mois de mai 2014 est entré en guerre contre les islamistes de Benghazi et de Derna, ces derniers ayant fait allégeance à l’EI. Les milices de Misrata leur sont venues en aide. Elles ont également attaqué le « croissant pétrolier » constitué par les terminaux de Ras Lanouf, d’Al-Sedra et de Brega avec leurs 19 réservoirs.

Lire la suite

Vu sur Facebook

Le pouvoir politique, transféré vers des instances où personne n’a jamais été élu… Par Alain de Benoist

Publié le
Nouveau pic de destruction d'emplois en France

Nouveau pic de destruction d’emplois en France

11/12/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
L’économie française continue de plonger. Entre juillet et septembre 2014, la France a connu 55 000 destructions d’emplois. C’est un pic depuis le deuxième trimestre 2009, dans les pires moments de la crise mondiale. La France était alors en récession.

La population active salariée retombe en fait à son niveau de 2004. L’emploi intérimaire comprend près de la moitié de ces destructions d’emplois. Le secteur des travaux et du BTP est particulièrement touché. Cela témoigne d’un nouvel affaiblissement de l’industrie qui perd 11 300 postes.

Ces nouveaux chiffres interviennent alors que la loi Macron est âprement discutée. Cette loi a suscité de vifs remous dans le camp socialiste. Le maire de Lille et ancien chef du parti socialiste, Martine Aubry, s’est fendu d’une tribune dans la presse pour exprimer sa vive opposition au travail le dimanche. Elle rejoint sur ce point la discrète opposition de l’Eglise catholique qui a longtemps fait du dimanche un enjeu social de premier ordre. Il faut enfin signaler la manifestation de 30 000 à 50 000 juristes à Paris. Les notaires et les avocats se sont unis pour s’opposer à la réforme de leurs statuts.

Crédit photo : Laurence Vagner, via Flickr, (cc).

Samedi 13 décembre à Oullins (Rhône), colloque sur le Traité transatlantique

Samedi 13 décembre à Oullins (Rhône), colloque sur le Traité transatlantique

10/12/2014 – OULLINS (NOVOpress)
Samedi 13 décembre, à Oullins (Rhône), aura lieu un colloque débat consacré au Traité transatlantique. Intitulé “Le Traité transatlantique, une menace face au libre-échange”, Ce colloque se tiendra de 11 heures à 20 heures, salle du pôle social du Golf, 4 rue Salvador-Allende. Participation aux frais : 5 euros. Les débats seront animés par Karim Ouchikh, président du SIEL, Jean-Marc Chevillard, délégué régional Rhône-Alpes du SIEL, Muriel Coativy, secrétaire départementale adjointe du Rhône du Front national, et Yannick Jaffré, du collectif Racines.

Seront présents à ce colloque : Bernard Monnot, député français FN/RBM au Parlement européen, et Gilles Lebreton, député français SIEL/RBM au Parlement européen.

A noter que plusieurs auteurs seront présents lors de ce colloque pour y dédicacer leurs ouvrages. Vous pourrez notamment y rencontrer Yannick Jaffré, pour “Vladimir Bonaparte Poutine, Essai sur la naissance des Républiques”, aux Editions Perspectives Libres, Nikola Mirkovic, pour “Le martyr du Kosovo” chez Jean Picollec, et Kader Hamiche, éditeur, pour la réédition du livre du Bachaga Boualam, “Mon pays, la France”.

Informations et réservations : 06 26 82 00 27 et oullinsbleumarine@orange.fr

La dissuasion fait partie de l’avenir de la France, par Aymeric Chauprade

La dissuasion fait partie de l’avenir de la France, par Aymeric Chauprade

Il y a soixante ans, intervenait la première alerte des Mirage IV. C’est l’occasion de réitérer notre attachement à la dissuasion nucléaire et aux femmes et aux hommes, militaires comme ingénieurs qui la rendent crédible, opérationnelle et permanente. Mais cet anniversaire ne doit pas cacher les dangers qui menacent cet instrument ultime de notre indépendance nationale. Source : Realpolitik.tv

Il y d’abord les anciens responsables politiques qui aujourd’hui remettent en cause la dissuasion : l’ancien Mremier ministre Michel Rocard, les anciens ministres de la Défense, Paul Quilès, Hervé Morin et Alain Juppé. Ce dernier, candidat à la plus haute fonction du pays, devra expliquer aux Français pourquoi il rejette l’instrument de leur sécurité ultime dans un monde dangereux où la possession de l’arme nucléaire est toujours recherchée. Quant à Sarkozy, il voulait supprimer la composante aéroportée en 2007 alors qu’elle est un instrument de redondance, d’excellence et de flexibilité majeur.


La dissuasion fait partie de l’avenir de la… par realpolitiktv

François Hollande n’a pas eu le courage de faire lui-même le discours sur la dissuasion, laissant à son ministre, bientôt partant pour les élections régionales, le soin de la défendre, à sa place, le 20 novembre dernier. La dissuasion est pourtant d’abord l’affaire du Président.

Le discours rassurant de Le Drian ne correspond malheureusement pas à la réalité inquiétante pour l’avenir de notre force de dissuasion.

Lire la suite

Le FN prouve que les banques françaises refusent de lui prêter de l’argent

Le FN prouve que les banques françaises refusent de lui prêter de l’argent

09/12/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Elle l’avait promis dimanche sur le plateau de BFMTV. Elle l’a fait hier.

Depuis plusieurs jours, de nombreuses personnalités politiques reprochent au parti de Marine Le Pen d’avoir accepté un prêt d’une banque russe. Xavier Bertrand (UMP) avait même qualifié “élégamment” Marine Le Pen de «menteuse» sur RTL lorsqu’elle avait dit que les banques françaises avaient refusé de faire ce prêt.

Elle a publié cinq lettres de refus qu’elle a reçues de diverses banques françaises (CIC, LCL, BNP Paribas, UBS(France), Crédit Agricole) suite à une demande d’un prêt de 5 millions d’euros. Cet argent est nécessaire pour faire face aux nouvelles dépenses liées à la croissance du Front National. Marine Le Pen a toutefois indiqué que si une banque française était prête à lui accorder un prêt, elle rembourserait de façon anticipée son emprunt russe.

Crédit photo : Remi Noyon, via Flickr, (cc).

Contrat de désendettement et de développement : François Hollande offre 1 milliard d'euros à la Côte d'Ivoire

Contrat de désendettement et de développement : François Hollande offre 1 milliard d’euros à la Côte d’Ivoire

09/12/2014 – PARIS (NOVOpress) - Dans un article du Point du 4 décembre 2014, nous apprenons que Hollande débloque 1 milliard d’euros pour la Côte d’Ivoire, cette somme constituant la deuxième tranche d’un contrat de désendettement et de développement (C2D) conclu entre la France et la Côte d’Ivoire le 1er décembre 2012.

« Tout le monde » est paraît-il d’accord sur le montant d’une deuxième tranche de plus d’un milliard d’euros, qui portera sur des secteurs prioritaires pour la Côte d’Ivoire et pour la France : éducation, santé, développement urbain et infrastructures de transports. Tout en poursuivant une coopération en matière de justice, a affirmé le président de la République à l’issue d’un entretien avec son homologue ivoirien Alassane Ouattara, reçu à l’Élysée le 4 décembre, la France veut encourager et appuyer le développement de la Côte d’Ivoire, insistant sur la nécessité de préserver la “stabilité” du pays (pour oublier le désordre régnant chez nous ?).

Puis souhaitant que l’élection présidentielle ivoirienne prévue en octobre 2015 puisse avoir lieu dans la transparence et le pluralisme, pour reprendre des termes bien a lui, François Hollande a insisté auprès de son homologue pour que la réforme de l’armée ivoirienne puisse s’accélérer afin de garantir une paix durable. Lorsqu’on pense aux coupes sombres effectuées par lui à l’armée française et à son manque d’égards envers nos militaires…

O. Guelfucci

La BCE révise encore à la baisse ses perspectives de croissance pour la zone euro

La BCE révise encore à la baisse ses perspectives de croissance pour la zone euro

08/12/2014 – FRANCFORT (NOVOpress vie le Bulletin de réinformation)
Mario Draghi (photo), ancien vice-président pour l’Europe de la banque d’affaires Goldman Sachs et actuel président de la Banque centrale européenne (BCE), l’a annoncé jeudi 4 décembre : contrairement au 1,6 % espéré il y a quelques mois, la croissance du PIB de la zone euro ne devrait pas excéder 1 % en 2015. Les chiffres 2016 sont également revus à la baisse, avec 1,5 %. Des évaluations sans doute optimistes, selon les observateurs. Ces chiffres plancher laissent redouter une entrée en récession de la France, dont l’économie est profondément mise à mal par la politique d’austérité drastique menée par le gouvernement socialiste. La baisse constatée de l’euro devrait en principe stimuler les exportations, mais cet effet bénéfique est annulé par le tassement de la demande mondiale. En cause selon M. Draghi, l’effondrement du cours du pétrole — moins 30 % depuis — qui déprime les marchés émergents.

Crédit photo : World Economic Forum via Wikipédia (cc).

[Chez nos confrères] Un santonnier provençal délocalise une partie de sa production en Tunisie

[Chez nos confrères] Un santonnier provençal délocalise une partie de sa production en Tunisie

08/12/2014- AUBAGNE (via Nouvelles de France)
Un santonnier « historique » de la région provençale reconnait pour la première fois qu’il délocalise une partie de sa production en Tunisie. C’est le seul moyen, dit-il, de rester compétitif. Les santonniers de la région sont scandalisés et veulent l’exclure de la foire aux santons de Marseille. Ils estiment qu’il porte atteinte aux traditions provençales.

Eric Zemmour : "La Turquie est décidément bien de l'Europe"

Éric Zemmour : “Entre Valls et le Medef c’est la rupture bête et brutale”

05/12/2014 – FRANCE (NOVOpress)


Les histoires d’amour d’été s’achèvent souvent dans les premiers frimas de l’hiver. C’est la rupture bête et brutale. Entre Valls et le Medef se joue une banale confusion des sentiments. Le Premier ministre a chanté “parole e parole e parole” et le patronat rappelle à son séducteur empressé qu’il n’y a pas d’amour mais que des preuves d’amour.
Comme le vilain mari remplace un jour le prince charmant, l’administration s’est, depuis la rentrée, substituée au chef du gouvernement. Le patronat s’est révélé être une belle capricieuse qui en demande toujours plus.

(…)

Il y a toujours eu des divisions entre petits et grands patrons mais leurs différences étaient de degré, elles sont devenues de nature. Les patrons du Cac 40 sont les nouveaux aristocrates. Ils dirigent des multinationales, beaucoup de leurs usines sont délocalisées eux-mêmes se sont délocalisés. Pour eux la France n’existe plus que pour les vacances en familles, ils n’y vendent plus grand chose mais y achètent encore pour leurs filiales étrangères des pièces détachées à des sous traitants français qu’ils pressurent en les mettant en concurrence avec des Chinois ou des Turcs

(…)

En bas les patrons des PME sont économiquement et sociologiquement plus proches de leurs ouvriers que de ce monde de nabab. C’était le sens de la révolte des bonnets rouges que n’a pas compris Jean-Luc Mélenchon.

Vu sur Twitter

Nous sommes en guerre économique – “La paix est un souhait, la guerre est un fait”

Editorial de Pascal Gauchon dans le Hors-série n°1 d’hiver 2014 de la revue Conflits. Extraits :

Comme celle de géopolitique, et pour des raisons comparables, la notion de guerre économique est longtemps restée taboue après la Seconde Guerre mondiale. Elle renvoyait au protectionnisme des années 1930, elle était rendue responsable de la durée de la crise, elle était soupçonnée d’avoir contribué à l’éclatement du conflit. La situation s’est à peine améliorée. C’est que l’idée de guerre économique s’inscrit en faux contre les idées libérales qui se sont imposées dans le monde.

[...]
Mais :
Une fois les portes ouvertes, encore faut-il que toutes les nations respectent les règles de l’échange « loyal ». Sinon c’est le « dumping social », le « dumping fiscal », le « dumping environnemental » que certains États rendent possibles en adoptant des réglementations minimales et en réduisant les impôts et les cotisations sociales (quand elles existent !).
[...]

 

Publié le
Dubai-Islamic-Bank-Pakistan-Limited

La finance islamique pèserait plus de 2.000 milliards de dollars

25/11/2014 – DUBAI (NOVOpress via Le Figaro)
Il y a quelques jours se tenait à Dubaï la 10ème édition du Forum Islamique Economique Mondial (WIEF), un événement qui a réuni de nombreux acteurs de la finance islamique. Basée sur les principes de la loi islamique (charia), cette dernière connaît une croissance effrénée, plus importante que celle de la finance conventionnelle.

Apparue en 1975 à Dubaï avec la Dubai Islamic Bank, cette finance impose le respect de plusieurs principes religieux fondamentaux dans l’Islam: l’interdiction du «riba» (l’intérêt assimilé à l’usure), du «gharar» et du «maysir» (l’incertitude, la spéculation), du financement d’activités «haram» (alcool, viande de porc, pornographie…). La finance islamique fonctionne également sur le principe de la «Moucharaka», c’est-à-dire le partage des profits et des pertes entre les différentes parties, ainsi que l’obligation d’investir dans l’économie réelle via des actifs tangibles.

(…)

La finance islamique avec son fort potentiel séduit de nombreux pays occidentaux qui cherchent à capter les revenus des investisseurs du monde arabe. La Grande-Bretagne est la plus entreprenante: en juin dernier, le pays est devenu le premier émetteur de «sukuk» en dehors des pays islamiques avec une émission de 323 millions de dollars qui a été 12 fois sur-souscrite. C’est aussi à Londres que s’est tenue la 9e édition du Forum Islamique Economique Mondial l’an dernier. D’autres pays européens se sont lancés dans l’aventure dont l’Italie où le nombre d’opérations d’investissements liées à la finance islamique a doublé cette année à un milliard de dollars. En France, les équipes de Nicolas Sarkozy ont mis en place fin 2008 «des aménagements fiscaux pour favoriser les montages de finance islamique afin d’attirer les investisseurs du Proche-Orient»