Vu sur Facebook

Quand la France va faire la manche à Berlin…

Publié le
Suppression du quotient conjugal : nouvelle atteinte à la famille

Suppression du quotient conjugal : nouvelle atteinte à la famille

11/10/2014 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le Conseil d’Analyse Economique (CAE) préconise la suppression du quotient conjugal dans un récent rapport, pour lutter « contre les inégalités hommes/femmes ».

Le CAE est une commission ayant pour mission d’éclairer les choix du Gouvernement en matière économique. Ce conseil a remis au gouvernement cette semaine des recommandations pour réduire les inégalités de salaires entre hommes et femmes. Il constate en effet qu’il y a environ 25% d’écart entre les salaires des deux sexes. Le CAE suggère donc une augmentation du nombre de places de crèches, une facilitation de l’accès aux femmes des métiers masculins, comprenez des métiers scientifiques, avant de préconiser la suppression du quotient conjugal. Le quotient conjugal, c’est la prise en compte par les impôts de la communauté patrimoniale des époux. Il leur permet de faire une déclaration de revenus commune, et d’ainsi diminuer leurs prélèvements. Cette mesure avantage surtout les couples ayant une forte disparité de revenus.

Cette réforme devrait, selon les auteurs, faire augmenter l’emploi des femmes en France de 1 ou 2 %

L’idée n’est pas toute neuve. Elle avait déjà été évoquée par Najat Vallaud-Belkacem, alors ministre des droits des femmes, fin 2013. Le but affiché, c’est d’inciter les femmes à travailler plus pour gagner plus et payer plus d’impôt. La suppression du quotient conjugal, en effet, augmentera les impôts surtout là où un seul des deux époux travaille. Il faudra donc que les mères au foyer, ou les femmes qui travaillent à temps partiel, aillent davantage travailler pour gagner le même revenu net d’impôt. Et ce, sous un impératif de justice sociale !

Lire la suite

Les liens France-Qatar-Espagne-Arabie Saoudite

Les liens France-Qatar-Espagne-Arabie Saoudite

Joachim Véliocas (directeur de l’Observatoire de l’islamisation) analyse les liens France-Qatar-Espagne-Arabie Saoudite pour le quotidien polonais Nasz Dziennik, article en polonais du 27 septembre 2014,

♦ La mansuétude de nombreux politiciens français, et non des moindres, envers les prétentions des Etats orientaux ayant l’islam pour religion officielle se lit à la lumière des enjeux économiques et des partenariats géostratégiques. Si la France n’a pas de liens aussi étroits que les Etats-Unis avec l’Arabie Saoudite, ses grandes entreprises y sont fortement implantées et la dimension des contrats impressionne.


« L’Arabie Saoudite demeure notre premier client sur la période 2003-2012 », indique le dernier rapport au Parlement sur les exportations d’armement de la France. Sur les dix dernières années, elles se sont élevées à 7 milliards d’euros. Depuis la déstabilisation de la région suite aux révolutions arabes, les commandes n’ont jamais été aussi élevées. Ainsi, six frégates vont être vendues ces prochaines années au royaume wahhabite pour un montant de 15 milliards d’euros, et une aide de 3 milliards au Liban va pouvoir permettre à ce dernier de moderniser ses équipement dans un contexte de tensions avec ses voisins.

On comprend donc à cette lumière l’engagement matériel de la France aux côtés de l’Armée syrienne libre (ASL), officialisé cet été par François Hollande alors que la presse internationale avait depuis longtemps évoqué ce partenariat. Loin d’être islamiquement modérée, l’ASL comprend des brigades jihadistes avérées, s’appelant Muawiya, Yazid, Abou Ubayda Jarrah, Ibn Taymiyya, Ibn Kathir, la brigade turkmène « Yavuz Sultan Selim » du nom du sultan-calife ottoman qui, au XVIe siècle, massacra alévis, alaouites et chiite. La plus grosse composante de l’ASL est la brigade al Farouq, dont la cruauté n’a rien à envier au Jabhat al Nosra.

Lire la suite

Etude sur le cannabis : confirmation des dangers de la dépénalisation chez les jeunes

Etude sur le cannabis : confirmation des dangers de la dépénalisation chez les jeunes

10/10/2014 – GENEVE (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Le 7 octobre a été publiée une étude sur les effets du cannabis. Cette étude a été conduite sur une période de 20 ans par le professeur Wayne Hall qui est conseiller auprès de l’OMS sur les sujets relatifs aux drogues, ce qui lui confère une autorité importante.

Il est arrivé aux conclusions suivantes : un adolescent sur six qui fume du cannabis en devient dépendant, fumer du cannabis double le risque d’être atteint de troubles psychologiques, notamment de schizophrénie. Il a constaté que les consommateurs de cannabis ont de moins bons résultats scolaires et que fumer du cannabis jeune a un impact néfaste définitif sur les capacités cérébrales du futur adulte. De plus, les chances de se tourner vers les drogues dures augmentent conséquemment.

Le professeur Hall regrette que le danger de cette substance soit souvent sous‑estimé. En effet, s’il dit qu’on ne peut mourir d’une surconsommation de cannabis, il précise bien que l’addiction qui en résulte est parfois plus difficile à vaincre que celle qui résulte de l’héroïne.

Les politiques eux‑mêmes contribuent à cacher ce danger. Barack Obama a publiquement exprimé qu’il considérait le cannabis comme moins dangereux que l’alcool. En France plusieurs élus de gauche se sont prononcés pour la dépénalisation de cette drogue.

Crédit photo : Alphakaya via Wikipédia (cc).

kebab_9287992181_cfe5a54a64_z

Kebab Party, le futur McDo du kebab ?

10/10/2014 – PARIS (NOVOpress)
S’inspirant des chaînes de fast-food comme McDonald’s ou Quick, le premier Kebab Party va ouvrir ses portes au Mans (Sarthe) le 17 octobre prochain.

Pour Bernard Thibaut, président de France Kebab, l’objectif serait de viser une “démocratisation” du kebab “afin de le rendre accessible aux familles”.

Contrairement aux deux concurrents Nabab et O’Kebap, Bernard Thibaut cherche à “rassurer” en avançant certains arguments : Abandon de la broche pour une viande en sachets (pour des raisons d’hygiène), refus de l’univers communautaire et viande non halal… Sauf que vu le public traditionnel de ces “restaurants”, il faudra certainement s’attendre à une halalisation – affichée ou cachée – des plats proposés…

Crédit photo : Choo Yut Shing, via Flickr, (cc).

Le budget de l'immigration et de l'asile ne connaît pas la crise

Le budget de l’immigration et de l’asile ne connaît pas la crise

09/10/2014 – PARIS (NOVopress via Bulletin de réinformation)
Le projet de loi de finances pour 2015 a été adopté en Conseil des ministres mercredi dernier. Avant-hier, premier mardi d’octobre, le gouvernement a en outre remis au Parlement les annexes du PLF 2015. Ces documents budgétaires permettent d’avoir une vision plus précise des dépenses financées par l’Etat.

Ils permettent d’identifier les économies projetées mais aussi les postes de dépenses qui ne connaissent pas la crise

Et la politique d’immigration et d’asile est de celles-là ! Le budget prévoit de consacrer plus de 600 millions d’euros à la politique d’immigration et d’asile en 2015. Il s’agit naturellement des seules dépenses directement liées à l’immigration, hors toutes les dépenses induites comme l’aide médicale d’Etat par exemple. Un budget en hausse de 1,5 % par rapport à celui prévu en 2014, alors même qu’au total les dépenses de l’Etat diminuent.

Les dépenses les plus dynamiques sont liées à l’accueil des demandeurs d’asile

Car les flux de demandeurs sont croissants. En 10 ans, la capacité d’accueil dans les centres d’accueil pour demandeurs d’asile (les CADA) a quadruplé pour dépasser les 24 000 places. Un chiffre à peine supérieur au nombre de places prévues en hébergement d’urgence pour les mêmes demandeurs d’asile. Ce mode d’hébergement, qui était en principe destiné aux SDF, est en effet désormais accaparé par les demandeurs d’asile. En 2015, les crédits dédiés à l’hébergement d’urgence pour l’asile augmentent carrément de 15 % !

Crédit photo : GemeinWesen, via Flickr, (cc).

Assemblée générale de l’ONU : la présidente argentine Cristina Kirchner se déchaîne contre les Etats-Unis et leurs alliés (Présent 8204)

Assemblée générale de l’ONU : la présidente argentine Cristina Kirchner se déchaîne contre les Etats-Unis et leurs alliés (Présent 8204)

07/10/2014 – NEW YORK (NOVOPress)
Intervenant le 24 septembre dernier dans le cadre du débat général de la 69ème session de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, la présidente argentine Cristina Fernández Kirchner s’en est prise violemment aux Etats-Unis et à leurs alliés, fustigeant en bloc les fonds « vautours », dont son pays serait aujourd’hui victime, et la politique arabe menée par les Occidentaux.

Une du numéro 8204 de "Présent"

Une du numéro 8204 de “Présent”

Désendettement

La présidente argentine, qui affirme que Washington est en train de planifier la chute de son gouvernement et même son assassinat, a en effet accusé le système judiciaire américain de « complicité » avec les fonds « vautours » qui « harcèlent » son pays dans le litige sur sa dette. Rappelons que le processus de désendettement du pays, conclu avec 93 % des créanciers après la faillite de 2001, chancelle depuis que la justice américaine a ordonné à Buenos Aires de verser 100 % de la valeur initiale des bons à des fonds « vautours » minoritaires. Le paiement des créanciers du pays a même été bloqué tant que ce jugement n’est pas exécuté par Buenos Aires, ayant contraint le pays à se déclarer en défaut de paiement partiel fin juillet. Particulièrement remontée, Kirchner a expliqué, lors de son intervention, que l’Argentine « est un pays qui veut et qui peut payer sa dette, et qui va payer sa dette en dépit du harcèlement des fonds vautours ».

Diffusion suspendue

Après quoi la présidente argentine s’est lancée dans un véritable réquisitoire à l’encontre de la politique menée par les Occidentaux au Moyen-Orient. Une intervention dont les stations de télévision ont décidé de suspendre la diffusion en direct et de stopper la traduction, mais dont les principaux points ont été publiés sur les réseaux sociaux. Notamment sur le site de la revue tiers-mondiste Afrique Asie, qui accuse les chaînes internationales d’avoir suspendu la diffusion de ce discours parce que « Mme Cristina Fernandez de Kirchner a transgressé la ligne rouge des Américains et de leurs alliés ».

Lire la suite

Vu sur Facebook

Comment le stress au travail plombe les comptes de la Sécu

Publié le
Insee : la dette de la France a dépassé 2.000 milliards d'€

Insee : la dette de la France a dépassé 2.000 milliards d’€

02/10/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Dans un article publié avant-hier par l’Insee, la dette publique de la France a dépassé en juin, pour la première fois, la barre symbolique des deux mille milliards d’euros. Celle-ci atteint désormais 95 % du PIB. En dix ans, la dette a doublé et elle ne cesse de continuer à augmenter. Alors que les administrations et les collectivités territoriales diminuent leurs dépenses, l’Etat de son côté les augmente de façon exponentielle : + 35 milliards d’euros au premier semestre 2014.

Par ailleurs, le budget consacré au remboursement des intérêts de la dette est le plus important de l’Etat : plus de 45 milliards d’euros à la charge du contribuable bien sûr ! L’inversion de la courbe de la dette, ce n’est pas pour maintenant…

De con coté la Cour des comptes a indiqué par la voix de son premier président, Didier Migaud, que cette dette représente plus de 30.000 euros par Français (enfants compris) et qu’elle a augmenté « de 1.300 euros par Français en un an ».

Crédit photo : GemeinWesen, via Flickr, (cc).

Le chômage s'aggravera d'ici fin 2014 puis à nouveau en 2015, selon l'Unédic

Le chômage s’aggravera d’ici fin 2014 puis à nouveau en 2015, selon l’Unédic

Ci-dessus : copie d’écran d’un tweet de Ségolène Royal le 28/7/2011 pendant la présidence Sarkozy.

01/10/2014 – PARIS (NOVOpres via Bulletin de réinformation)
L’Unédic — L’union nationale interprofessionnelle pour l’emploi dans l’industrie et le commerce — est l’association en charge de la gestion de l’assurance chômage en France. Celle‑ci prévoit 96.000 demandeurs d’emploi supplémentaires de catégorie A (c’est à dire n’exerçant aucune activité) en 2015, portant ainsi à plus de 10,1 % le taux de chômage qui était de 9,7 % à la fin du premier semestre 2014.

Quant à cette période de fin d’année 2014, entre aujourd’hui et fin décembre, cet organisme annonce 44.000 demandeurs d’emploi supplémentaires.

Relevons que ces chiffres croîtront probablement encore puisqu’en mai 2014 l’estimation pour 2015 était à 60.000 demandeurs d’emplois en plus. Cette actualisation correspond à une hausse de plus de 35 %…

Les douze plaies de la France, par Guillaume Faye

Les douze plaies de la France, par Guillaume Faye

Image : une des dix plaies d’Égypte décrites dans la Bible, l’invasion de sauterelles. Photo d’une invasion de sauterelles (plus précisément criquets migrateurs), crédit : Wild Center, via Flickr, (cc).

Bien sûr,  la France a encore de beaux restes. Mais pour combien de temps encore ? La dégradation de la vieille Nation, mal entretenue, mal gouvernée et envahie se poursuit inexorablement. Voici les douze plaies qu’on peut diagnostiquer. Après, j’expliquerai pourquoi il ne faut pas désespérer.

1 Immigration de masse qui modifie le paysage anthropologique millénaire. Il s’agit d’une colonisation de peuplement (par le bas) qui risque d’aboutir à un remplacement de population, donc à terme, à la fin de la France, sur les plans anthropologique, culturel et même linguistique. Cette colonisation est au mieux ignorée, au pis favorisée (pompe aspirante des aides sociales,  inexpulsabilité, régularisations, naturalisations etc.) par les élites politiques, avec la complicité du système judiciaire.

2 Islamisation rampante de la société qui bouleverse l’identité culturelle et qui a pour finalité, conformément à la logique universelle de l’islam, la conquête totale du pays. Sur fond d’aveuglement et de déni des élites, voire souvent de complicité collaborationniste (ethnomasochisme). L’ignorance profonde de la nature de l’islam (l’inculture des énarques) est la toile de fond du système mental de nos dirigeants politiques et médiatiques.

3 Économie étatisée, socialisée, endettée, surfiscalisée, fabrique de chômage de masse, de désindustrialisation et de récession endémique. Avec baisse du niveau de vie des classes moyennes, dégradation de la productivité et de la compétitivité du tissu économique des PME seul créateur réel de richesses et d’emplois, et poids de plus en plus coûteux de fonctions publiques pléthoriques. Les dirigeants politiques français  et les élus étant en majorité des fonctionnaires, il leur est difficile de comprendre le fonctionnement  de l’économie réelle, c’est à dire de ceux qui gagnent leur vie en produisant

Lire la suite

La presse quotidienne française se porte mal

La presse quotidienne française se porte mal

26/09/2014 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
C’est une habitude de se pencher sur les chiffres en pleine rentrée scolaire. Il en est un récemment dévoilé par les journalistes. Une étude de l’audience de la presse quotidienne constate une baisse globale des lecteurs. Cette étude de l’institut Audipresse dévoile une baisse de 2 % de la vente de magazines et une baisse de 1,5 point pour les quotidiens nationaux. Plus spectaculaire : la baisse de diffusion des quotidiens édités le dimanche a atteint 54 % en quelques mois. En répétant presque tous à peu près le même politiquement correct ces quotidiens doivent devenir moins attractifs par rapport à l’internet !

Un autre organisme, l’OJD, dénombre la diffusion de la presse à travers ses différents canaux. Il affiche des chiffres à la baisse pour l’ensemble des supports. Les versions numériques ne représentent que 8 % de l’ensemble des ventes. Le papier a encore du temps devant lui car à l’heure du numérique, 60 % des ventes ont toujours lieu en kiosques et 14,5 % via des abonnements.

Crédit photo : Palagret, via Flickr, (cc).

Vu sur Facebook

Moody’s serait-il aussi incompétent que notre gouvernement ?

Publié le
En France, les prélèvements sur le travail sont les plus élevés d’Europe

En France, les prélèvements sur le travail sont les plus élevés d’Europe

17/09/2014 – PARIS (via Contribuables Associés)
En France, les prélèvements sur le travail sont les plus élevés d’Europe d’après une étude du cabinet d’audit et de conseil BDO.

D’après cette étude, les cotisations salariales et patronales en France sont les plus élevées d’Europe. «La France possède le taux de prélèvement sur le travail le plus élevé d’Europe, non pas en raison du niveau d’impôt sur le revenu qui pèse sur les ménages, mais à cause des cotisations employeurs qui sont bien supérieures à celles de nos voisins», explique Christine Costard, associée du cabinet BDO.

Les cotisations patronales représentent 42 % du salaire brut en France ( pour un couple avec 2 enfants disposant d’un revenu annuel brut de 50 000 euros), contre 29 % en Italie, 26 % en Espagne, 19 % en Allemagne et 11 % au Royaume-Uni. Quel que soit le niveau de rémunération, la France est la championne d’Europe des cotisations patronales, y compris pour les plus gros salaires.

«La France détient aussi le record pour les cotisations sociales salariés, là encore, quel que soit le salaire annuel brut», ajoute Christine Costard. Les cotisations sociales salariés s’élèvent à 21 % en France, contre 10 % au Royaume-Uni, 9 % en Italie ou 5 % en Espagne.

«Pour un couple avec 2 enfants et un salaire annuel brut de 50 000 euros, le total des prélèvements (impôt sur le revenu, cotisations sociales salariales et cotisations patronales salariales) s’élève à 30 079 euros en France. C’est 16 % de plus qu’en Allemagne, 17 % de plus qu’en Italie, 27 % de plus qu’en Espagne, 68 % de plus qu’en Suisse ou encore 77 % de plus qu’en Grande-Bretagne», conclut Christine Costard. Triste constat…

iDiots : une critique de l’obsolescence programmée chez Apple

Via konbini.com - Big Lazy Robot, ou BLR, est une agence de création de contenu vidéo. Comme son nom l’indique, les gens qui y travaillent ont un faible pour les robots et autres machines. Que ce soit pour des publicités Audi ou bien Nike, l’agence met souvent en scène des machines humanoïdes, métaphores amusantes de notre propre existence.

Aujourd’hui, c’est pourtant le contraire d’une publicité que BLR a créé. Avec le court-métrage iDiots, l’agence met en scène une société de petits robots qui achètent tous le même smartphone…

Les robots s’amusent comme de petits fous avec les multiples fonctionnalités du téléphone (on reconnaît sur leurs écrans les selfies, Nyan Cat, une application qui fait le bruit d’un fouet lorsqu’on secoue le téléphone…). Mais peu de temps après, les robots se font brouiller les ondes de  leur nouveau jouet par une autre machine, elle aussi marquée du logo de la marque de leur smartphone. Une solution : en acheter un à nouveau.

Une charge en règle, futée et amusante contre Apple et l’obsolescence programmée. Lire aussi : Apple ralentit-elle exprès votre ancien iPhone lors de la sortie d’un nouveau modèle ? Oui, selon une nouvelle étude

Publié le