democracy_inc

Le totalitarisme à front renversé : comprendre les États-Unis

Source : lescrises.fr
Le livre Democracy incorporated. de Chalmers Johnson propose un diagnostic controversé, mais en fin de compte convaincant, sur la manière dont les États-Unis ont succombé à une tentation totalitaire inconsciente et permet de comprendre comment ils sont contrôlés. Si l’ouvrage n’est disponible qu’en anglais, sa recension traduite par lescrises.fr est déjà des plus éclairantes.

http://www.les-crises.fr/le-totalitarisme-a-front-renverse/

Pendant plus de deux générations, Sheldon Wolin a enseigné l’histoire et la philosophie politique, de Platon à nos jours, aux étudiants de Berkeley et Princeton […] Il est l’auteur d’ouvrages primés et désormais classiques tels que : Politique et Vision (1960, édition revue et augmentée en 2006), et Tocqueville entre deux mondes (2001), ainsi que de nombreux autres ouvrages.
[…]
Son dernier ouvrage, , Democracy Incorporated: Managed Democracy and the Specter of Inverted Totalitarianism (Démocratie S.A., la démocratie contrôlée et le spectre d’un totalitarisme à front renversé), est un brûlot contre la gestion actuelle du pouvoir aux États-Unis. Il évoque notamment les évènements des dernières années et donne des propositions pour éviter que notre système ne sombre dans les méandres de l’histoire en compagnie de ses prédécesseurs totalitaires : l’Italie fasciste, l’Allemagne nazie, et la Russie bolchevique. Le moment est bien tardif, et il est peu probable que le peuple américain se réveille et emprunte le chemin qui éviterait à notre nation de connaître son Crépuscule des Dieux. Toutefois, Wolin est celui qui analyse le mieux en quoi l’élection présidentielle de 2008 ne changera rien à notre destin. Ce livre démontre pourquoi la science politique, lorsqu’elle est appliquée correctement, reste la reine des sciences sociales.
[…]
Pour synthétiser son argumentation complexe, depuis la Grande Dépression, les forces jumelées de la démocratie contrôlée et de “Superpuissance” ont pavé la voie pour quelque chose de nouveau : le « totalitarisme inversé », forme tout aussi totalitaire que son avatar classique, mais reposant sur la collusion interne, l’apparence de liberté, le désengagement politique au lieu de la mobilisation des masses, et comptant davantage sur les « médias privés » que sur des officines gouvernementales pour renforcer sa propagande sur la version officielle des évènements. Il est inversé dans le sens où il ne nécessite pas de coercition, de puissance policière ou d’idéologie messianique à l’instar des versions fasciste, nazie ou stalinienne (à noter toutefois que les États-Unis ont le plus fort taux de citoyens emprisonnés – 751 pour 100 000 habitants – de toute la planète). Selon Wolin, le totalitarisme inversé a vu le jour « de façon imperceptible, non préméditée, et avec les apparences d’une parfaite continuité avec la tradition politique du pays ».
Le génie de notre système totalitaire inversé est de « manier un pouvoir totalitaire sans le montrer, sans créer de camp de concentration, sans imposer d’idéologie uniformisante, et sans supprimer les éléments dissidents tant qu’ils restent inoffensifs. La régression du statut de “peuple souverain” à celui de “sujet impuissant” est le symptôme d’un changement de système, d’une démocratie qui est un moyen de “populariser” le pouvoir à celle qui n’est que la marque d’un produit que l’on vend chez nous et à l’étranger. Ce que ce nouveau système, le totalitarisme inversé, prétend être, est l’opposé de ce qu’il est réellement. Les États-Unis sont devenus l’exemple de la façon dont on gère une démocratie sans révéler qu’elle n’existe plus. »

oignon

Réforme de l’orthographe : en route vers une simplification de la langue française ?

05/02/2016 – CULTURE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

Hier des voix se sont élevées massivement dans les médias et sur les réseaux sociaux dans un tollé général contre la réforme de l’orthographe, qui se profile à l’horizon de la rentrée de septembre.

Que peut-on dire exactement de cette réforme ?
C’est une longue histoire. En 1990, Michel Rocard, Premier ministre à l’époque demande aux Académiciens de travailler à des simplifications de la langue. L’Académie propose des rectifications orthographiques et les adopte, mais sans en faire une obligation. Vingt ans se sont écoulés, et aucune de ces mesures n’est appliquée. Xavier Darcos entre-temps, ministre de l’Éducation nationale en 2008, avait tenté de le faire avec peu de succès.

Que préconisent ces mesures ?
Les changements les plus marquants concernent les mots composés : le trait d’union sera remplacé par une simple soudure. Ainsi porte monnaie s’écrirait en un seul mot. Ils visent aussi l’accent circonflexe, qui ne sera plus obligatoire sur les lettres i et u, sauf dans les terminaisons verbales et dans quelques mots comme mûr ou sûr, pour éviter les confusions. Entre autres incongruités, oignon deviendra ognon et nénuphar nénufar. 2 400 mots sont visés par ces différentes modifications, soit 4 % du lexique français.
Lire la suite

onfray_sur_bhl

Michel Onfray : nous vivons déjà sous le régime de la soumission

05/02/2016 – CULTURE ([NOVOpress avec le bulletin de réinformation]

À la veille de la parution de son livre « Penser l’islam » en Italie, Michel Onfray a accordé un entretien au Corriere della Sera. Alors que le journaliste lui demande quelle a été sa réaction aux agressions sexuelles du 31 décembre, à Cologne, il répond « Je trouve sidérant que notre élite journalistique et mondaine, intellectuelle et parisienne, si prompte à traiter de sexiste quiconque refuse d’écrire professeure ou auteure, n’ait rien à dire au viol de centaines de femmes par des hordes d’émigrés ou d’immigrants, comme on ne dit plus, car le politiquement correct impose migrants ».
Il ajoute encore :

La France a renoncé à l’intelligence et à la raison, à la lucidité et à l’esprit critique. Houellebecq a raison : nous vivons déjà sous le régime de la soumission.

rothkopf

Jubilation pour « la fin de l’homme blanc »

02/02/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)

Il en est qui le nient, crient au fantasme, traînent en justice ceux qui osent dire qu’il est en cours et que c’est le plus grand phénomène de l’histoire – je veux parler, bien sûr, du Grand Remplacement ou, de manière moins littéraire, du génocide en cours des peuples de souche européenne. Il en est qui s’en réjouissent ouvertement. Sous le titre « La fin d’une époque… pour les mâles blancs », David Rothkopf, rédacteur en chef du magazine américain Foreign Policy, y a récemment décrit en propres termes, avec précision et jubilation, tous les aspects du processus.

« Les hommes blancs, relève d’abord Rothkopf, ont eu un grand succès. De l’essor des Grecs à la naissance des grands empires occidentaux, ils ont contrôlé une grande partie du monde ou cherché à le faire. L’histoire est très largement le résultat des décisions prises par les hommes blancs qui étaient au pouvoir ». Heureusement, tout cela est en train de s’achever. Rothkopf énumère les facteurs de ce « grand tournant de l’histoire mondiale ». C’est, d’abord, l’essor « des grandes civilisations non-blanches », en Asie et en Afrique, tandis que « les sociétés qui avaient donné à l’homme blanc sa plus grande influence dans le monde – celles de l’Europe et des États-Unis – ont du mal à maintenir leur influence dans le monde ». Dans ces mêmes sociétés occidentales, les droits des femmes s’imposent, après « des millénaires de répression ». Surtout, « les flots de réfugiés et de migrants ont transformé la démographie des sociétés ».
Lire la suite

statues_56a77f29c36188e0538b45a5

Statues couverte à Rome pour plaire à l’Iran: la civilisation européenne trahie

29/01/2016 – EUROPE (NOVOpress via FigaroVox)
Des statues ont donc été camouflées pour la visite à Rome du président iranien. Louis Manaranche, agrégé d’histoire et président du laboratoire d’idées Fonder demain, revient sur ce scandale qui a provoqué une vive polémique en Italie.

Cacher, chez soi, des statues antiques au motif qu’elles ne sont pas tout à fait conformes à la tradition culturelle de l’hôte que l’on accueille, c’est trahir l’identité européenne. Il ne s’agit pas seulement du reniement d’un rapport hérité à sa culture. Il s’agit aussi d’un signe de soumission à l’idée que la culture de l’autre peut légitimement être un absolu à visée hégémonique.


slider-iliade-2016

Le colloque 2016 de l’institut Iliade sera consacré au réveil de la conscience européenne, face à l’assaut migratoire

28/01/2016 – CULTURE ([NOVOpress avec le bulletin de réinformation]

Il s’agit du colloque annuel de l’institut pour la longue mémoire européenne, créé suite à la mort sacrificielle de Dominique Venner.
Pour faire face au rouleau compresseur du Grand Remplacement de population, l’institut entend empêcher l’effacement de notre mémoire, de notre identité et de notre fierté d’Européens.
L’Iliade annonce des orateurs de premier plan pour décrypter les mécanismes démographiques et idéologiques de ce choc migratoire — et pour explorer les voies et manifestations du nécessaire réveil de la conscience européenne.
Il aura lieu le samedi 9 avril à Paris à la maison de la chimie : vous pouvez réserver la date et même vos billets ! Plus d’informations sur le site internet de l’institut Iliade.

documntaire_salafistes

« Salafistes » : le gouvernement veut censurer un documentaire dénonçant l’islamisme radical

26/01/2016 – CULTURE (NOVOpress)
Trois ans de tournage pour approcher au plus près la vérité du djihadisme. C’est ce que propose « Salafistes », un documentaire qui risque bien d’être censuré par le gouvernement… pour apologie du terrorisme.

C’est un documentaire dépouillé, sans voix off pour expliquer où est le bien et où est le mal. Le sujet ? Le djihadisme et la charia au Mali, à Tombouctou au printemps 2012, avant l’intervention française, puis en Mauritanie, près des idéologues du salafisme, en Tunisie au cœur du discours des extrémistes du groupe Ansar al Charia.
Prenant des risques énormes, les reporters se sont plongés dans cet univers dangereux et en rapportent les propos des thuriféraires de l’islam radical, sans voile.
De l’avis de ceux qui ont assisté à sa projection en festival, aucune ambiguïté sur le propos : la cruauté des intervenants et des pratiques, l’obscurantisme des djihadistes, tout cela est montré sans fard et sans qu’il soit besoin de sous-titres à l’usage des c… et des mal-comprenants.

Pourtant, un obscur fonctionnaire du ministère de l’intérieur, range « Salafistes » dans la catégorie « apologie du terrorisme ». Il a failli être complètement censuré, puis, devant le tollé suscité, serait « seulement » interdit aux moins de 18 ans. Cela reviendrait à tuer le film dont les distributeurs ne se presseraient pas au portillon pour le présenter. Il ne pourrait plus être diffusé par la télévision alors qu’il a été réalisé en collaboration avec France 3 et Canal +.

Bref, il semble qu’une fois de plus la vérité dérange. Seule Fleur Pellerin, ministre de la Culture, pourrait trancher en faveur du film, avant sa sortie prévue demain. Autant dire, au vu du discernement de la dame, que ce n’est pas gagné.

C.D.


gilles_cosson

‪Gilles Cosson : « l’islam est un astre mort, un trou noir ! »‬

18/01/2016 – CULTURE (NOVOpress)
Gilles Cosson compare dans son essai « Debout, citoyens ! » l’Occident du XXIe siècle et la Rome du IVe siècle pour fustiger le déclinisme ambiant et pointer du doigt les fautes de nos élites. Il évoque brillamment l’esprit occidental, ses valeurs et ses vertus, comme rempart à l’islam radical et au relativisme.

La fabrique de l’aliénation : l’École techno-libérale

17/01/2016 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
En partenariat avec la revue Eléments, le Cercle Rébellion Sud-Ouest a organisé une conférence sur « La fabrique de l’aliénation : l’École techno-libérale » avec l’auteur Charles Robin.

Publié le
Couverture158

Éléments N° 158 disponible !

16/01/2016 – CULTURE (NOVOpress)

Au sommaire de ce numéro d’Éléments : une interview exclusive de Jacques Sapir, qui interpelle notamment Jean-Luc Mélenchon, un entretien avec Pierre Manent sur la France face au défi de l’islam, une mise en cause de l’art contemporain par Jean Clair, de l’Académie française, et des articles sur le retour de la puissance russe, sur Carl Schmitt et l’état d’urgence, sur les guerres de François Hollande, etc.
Sans oublier le dossier central sur l’avenir et la démondialisation…

carrefour_de_l_horloge

Colloque « Patrie et Liberté : Penser autrement pour redresser la France »

13/01/2016 – CULTURE (NOVOpress)

Samedi se tiendront les premières rencontres du Carrefour de l’Horloge, anciennement Club de l’Horloge. Les débats s’articuleront autour du thème : Patrie et Liberté : Penser autrement pour redresser la France.
Au programme :
Charles Beigbeder : « Liberté d’entreprise et enracinement »
François Billot de Lochner : « La liberté d’expression »
Ivan Blot : « La démocratie directe »
Éric Branca : « La comédie du pouvoir autour de la question de la souveraineté »
Christian Harbulot : « La France est-elle encore une puissance ? »
Henry de Lesquen : « Rassembler la droite »
Jean-Yves Le Gallou : « Comment rétablir le pluralisme des médias ? »
Julien Rochedy : « L’État contre le peuple »
Christian Vanneste : « Comment défendre l’identité nationale ? »

Rendez-vous à la maison de la chimie de 9 h 30 à 19 h 28 rue Saint-Dominique (7e).
Les débats comme l’entrée seront libres !


_metier_a_tisser_musee_textile_lyon

Musée du textile de Lyon : l’État laisse détruire la mémoire industrielle française

10/12/2015 – FRANCE (NOVOpress avec le bulletin de réinformation)

C’est l’histoire d’un hold-up
L’État a pris 15 millions d’euros dans les caisses de la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon. Cela menace le musée des textiles, une référence mondiale et un lieu de mémoire essentiel dans une ville connue pour ses tissages de soie et l’histoire ouvrière des canuts.

Et rien n’a été fait pour sauver ce musée
Les Chambres de commerce disent qu’il est plutôt bien géré pour un musée. Un rapport indigent du ministère suggère des économies qui ne résoudront pas l’essentiel du problème. Le Louvre est intéressé, mais n’a pas d’argent et l’idée de nationaliser le musée n’a pas été suivie par le ministère. La ville de Lyon a dépensé des millions pour construire un bâtiment laid et prétentieux autour de son musée des sciences naturelles. Elle n’a plus d’argent pour son héritage culturel.

En quoi est ce révélateur ?
Les hommes politiques disent qu’ils luttent contre le chômage, mais quand il s’agit de sauver ce qui peut nourrir la mémoire et la créativité d’une industrie majeure, ils se défilent, alors que les touristes viennent du monde entier pour voir les tissages de Lyon sur les murs du château de Versailles et que la mode est un secteur essentiel de l’industrie française.

Qui réagit ?
Le site la Tribune de l’art dénonce ce scandale. Par ailleurs, des étudiants de Sciences-Po relancent cette année l’opération leplusgrandmuséedefrance.com pour la sauvegarde du petit patrimoine français.

Crédit photo : patrick janicek via Flickr (CC) = METIER A LA GRANDE TIRE, Musée du textile, Lyon

chaque 8 decembre a lyon

Interview exclusive de Julie Astic à propos de l’ouvrage « Chaque 8 décembre à Lyon »

08/12/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Maintenir vivace la tradition et ne pas se contenter d’un folklore vide de sens et mercantile, tel est le combat de toute personne soucieuse son identité locale ou régionale. C’est dans cet esprit que Julie Astic a écrit « Chaque 8 décembre à Lyon », pour donner à nos enfants le sens profond de cette tradition.

— Votre ouvrage « Chaque 8 décembre à Lyon » est sorti il y a quelques semaines aux Éditions Idées. Pourquoi avoir voulu écrire sur cette fête religieuse et populaire lyonnaise ?
Je me suis rendu compte en discutant avec différentes personnes de mon entourage que beaucoup ne connaissent pas les origines de cette fête religieuse et populaire lyonnaise. Qu’ils soient ados ou bien adultes, certains n’ont jamais entendu parler de l’origine de cette tradition. Pour eux, illuminer les fenêtres semble une mode. Pire, d’autres « l’ont su passé un temps puis ils ont oublié ». Comment peut-on oublier une tradition ? Entendre cela me fend le cœur. Les autres ne prennent même plus la peine d’illuminer leurs fenêtres. J’ai écrit ce livre dans le but que tous ceux qui illuminent leurs fenêtres à Lyon et ses alentours sachent pourquoi ils le font et qu’ils n’oublient pas. Aussi, j’aimerais que ce livre soit un réveil pour ceux qui ne le font, mais sont d’ici.
8_decembre_lyon

— Même si les parents prendront du plaisir à le lire, ce livre est à destination des enfants. Qu’est-ce qui vous a poussé à vous adresser prioritairement à ce jeune public ?
Je voulais pouvoir l’expliquer avec des mots simples et de jolis dessins. Je pense que nous sommes là pour transmettre les traditions à nos enfants. Étant moi-même maman d’une petite fille de 3 ans, j’avais envie d’écrire un livre destiné aux enfants et à elle plus particulièrement.
Je pense aussi que les parents fiers de leur tradition seront heureux de pouvoir partager ce livre avec leurs enfants. Il est évident que les enfants se posent au moins une fois la question que l’héroïne de mon livre se pose, et je pense que des parents n’ont pas forcément la réponse adéquate, la véritable histoire. Plusieurs écoles l’ont déjà acheté pour le mettre dans leur bibliothèque.

— Emma, la fenotte héroïne de cet ouvrage, « s’endort les yeux pleins d’étoiles » de voir sa ville illuminée par les lumignons. Ce sont vos souvenirs d’enfance ?
Il est vrai qu’aussi loin que ma mémoire puisse remonter, je me souviens de ces petites bougies qui brillaient sur le rebord de la fenêtre de ma chambre. C’était toujours une grande fête. Certainement comme d’autres, je choisissais les couleurs de mes lumignons. Je pense que nous avons tous essayé de rester éveillés plus longtemps que les bougies ne s’éteignent, sans succès. Et chaque matin, la première pensée était et reste : vivement l’année prochaine !

— Que pensez-vous justement de la fête des Lumières organisée par la mairie de Lyon ?
Les Lyonnais ne sont pas heureux lors de ces quatre jours de fiasco. Ils attendant de longues minutes pour prendre le métro alors qu’ils sortent du travail.
8_decembre_lyon_02 La plupart d’entre eux ne participent pas à cette fête. Ma grand-mère a 88 ans et vous savez, cette fête l’embête énormément. D’une part, la grande affluence de personnes la gêne dans ses déplacements et d’autre part, elle ne comprend pas du tout le sens de toute cette mascarade. Pour elle « c’est une tradition religieuse alors pourquoi illuminer tous ces bâtiments et faire tout ce bazar ? »
La fête des Lumières organisée par la mairie de Lyon me semble de la plus grande hypocrisie qu’il soit. Je veux dire par là que le seul but de cette fête est purement commercial et sert uniquement à l’économie de la ville. En revanche, elle dessert les Lyonnais dans le sens où elle leur vole une partie de leur identité. C’est avec des évènements comme celui-ci que l’on manipule et formate la société. Je ne suis pas pour la globalisation de l’identité. Sinon ce n’est plus une identité.
Chacun peut avoir son point de vue, mais mon point de vue est le suivant : entre l’argent et la tradition, je ne suis riche que de mon identité. Je me rappelle avoir posé la question de « pourquoi ? » à ma grand-mère. Sa réponse fut « c’est pour la Vierge Marie, elle nous a sauvés de la peste ». Voilà ma conception du 8 décembre, celle que mes grands-parents ont voulu laisser derrière eux, celle que mes parents m’ont transmise, et celle que je veux transmettre à ma fille et à tous les petits gones.

À commander : La Traboule, 5 montée du Change, 69005 Lyon

Crédit photo : LUDOVIC. R via Flickr (CC) = 8 décembre immaculée conception fete des lumieres
Crédit photo : Septentria via Flickr (CC) = 8 décembre 2009

Hors-série de la NRH sur les racines européennes

07/12/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Fondée par le regretté Dominique Venner, la Nouvelle revue d’Histoire (NRH) demeure une référence de sérieux et de plaisir de lecture. Le hors-série consacré aux peuples fondateurs d’Europe intéressera quiconque se passionne pour l’identité française et européenne.

Publié le
apres_le_bataclan

Messieurs les curés, ne vous trompez pas d’assassins !

30/11/2015 – SOCIÉTÉ (NOVOpress)
Flavien Blanchon réagit à la tribune de l’abbé Hervé Benoît, « Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable ! », qui comparait terroristes et victimes des attentats du 13 novembre.

J’ai coutume de dire que Vatican II, comme la plupart des révolutions, a abouti au pire du nouveau tout en conservant le pire de l’ancien. Le jugement est peut-être un peu injuste. Il s’applique en tout cas parfaitement à la manière dont certains commentateurs catholiques se sont efforcés, depuis quinze jours, d’établir une espèce d’équivalence entre les victimes des attentats et leurs assassins, comme si les uns et les autres n’étaient, au fond, que deux faces d’une même crise spirituelle de la « jeunesse française ».

Cette thèse a trouvé son expression la plus grossière dans la fameuse tribune de l’abbé Hervé Benoît, « Les Aigles (déplumés) de la mort aiment le diable ! », où les victimes du Bataclan, « pauvres enfants de la génération bobo » sont qualifiés de « morts-vivants. Leurs assassins, ces zombis-haschischins, sont leurs frères siamois. Mais comment ne pas le voir ? C’est tellement évident ! Même déracinement, même amnésie, même infantilisme, même inculture… »
Si l’on revient sur ce texte, ce n’est pas pour s’acharner sur l’auteur – mis au pilori par les médias et d’ores et déjà frappé par son évêque, avec une célérité qui n’était pas de mise quand il s’agissait de prêtres pédophiles. C’est que la tribune de l’abbé Benoît révèle les tares de tout un milieu catholique que, pour faire vite, on peut qualifier de conciliaire conservateur. Le moralisme pharisien (le pire de l’ancien) s’y marie au politiquement correct dhimmisé (le pire du nouveau), pour produire une impuissance complète à remonter aux vraies causes du carnage : à l’immigration de masse, ses fauteurs et ses complices.
Lire la suite

Forum de la dissidence, première partie : les valeurs

30/11/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Retrouvez le Forum de la dissidence de la Fondation Polémia, avec Jean-Yves le Gallou qui introduit les différentes tables rondes et explique comment être dissident au quotidien, suivi de la table ronde sur la dissidence des Valeurs.

Publié le
puf

Attentats : les Presses universitaires de France font dans l’amalgame

27/11/2015 – CULTURE (NOVOpress)

Il n’y a pas de petit profit. Les PUF (Presses universitaires de France) ont imaginé de profiter des attentats de Paris pour faire un peu de publicité à leur célèbre collection « Que sais-je ? » « Pour contrer la barbarie », rien que ça, les PUF « présentent une sélection de titres permettant à tous de mettre à distance l’horreur tout en en décryptant avec recul les causes profondes ».

Le classement des titres n’est pas alphabétique, mais savamment gradué. Jugez plutôt :

• « La guerre »
•      « Les 100 mots du terrorisme »
•           « Le Coran »
•                « Sociologie des migrations »
•                     « L’Islam »

« Les causes profondes de l’horreur », c’est les PUF qui vous le disent.

Éric Zemmour: Versailles est devenu (…) un symbole de la vulgarité contemporaine qui repose à la fois sur le nombre et le fric

04/11/2015 – CULTURE (NOVOpress)
Officiellement, les travaux de climatisation du château de Versailles sont destinés à éviter les risques d’incendie. Pour Éric Zemmour, il s’agit plus de soumettre le monument aux impératifs de rentabilité, de visite en masse, quitte à dénaturer le château et à le rendre bientôt impraticable. Pour le polémiste, entre l’obsession de la rentabilité et les provocations “artistiques” puériles, Versailles vend son âme.

Publié le