Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

Le prochain livre de Michel Houellebecq fait déjà polémique

19/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le dernier livre de Michel Houellebecq, intitulé “Soumission”, sortira le 7 janvier prochain. L’écrivain imagine la France en 2022: un candidat issu d’un parti musulman remporte l’élection présidentielle face au Front national et le pays est bouleversé. Le livre, qui n’est pas encore dans les rayons, fait déjà polémique.

Voici comment Le Nouvel Obs présente l’ouvrage :

Le scénario général est assez simple. Le second mandat de François Hollande s’achève. Les «Indigènes européens», qui naturellement «refusent la colonisation musulmane» et invitent à «préparer la guerre civile», ont pris le relais d’un «Bloc identitaire divisé en multiples fractions qui se comprenaient et s’entendaient mal». C’est la fête.

Là-dessus, élections présidentielles : comme le PS, l’UMP et l’UDI aident Mohammed Ben Abbes (Fraternité musulmane) à l’emporter contre Marine Le Pen (Front National), celui-ci nomme Bayrou premier ministre. Et nous voilà avec un héros qui, lui aussi, s’appelle François. Il pratique les amours tarifées, est spécialiste de Huysmans à «l’Université islamique de Paris-Sorbonne», et se demande s’il doit ou non se convertir à l’islam. Se convertira? Se convertira pas? C’est le fil rouge du livre.

Vu sur Facebook

La crèche : symbole insupportable de la famille traditionnelle

Publié le
7 Français sur 10 sont pour des crèches de Noël dans les espaces publics

7 Français sur 10 sont pour des crèches de Noël dans les espaces publics

14/12/2014 – PARIS (via Métro)
Demandez leur avis aux Français et ils vous répondront qu’il sont attachés à leurs traditions et à leur patrimoine. Et surtout ne veulent pas les cantonner à l’espace privé. C’est ce qu’indique un sondage Ifop pour Ouest-France qui précise que 7 Français sur 10 sont pour des crèches de Noël dans les espaces publics…

C’est ce que rapporte nos confrères de Métro :

Tradition culturelle ou symbole religieux ? À l’approche des fêtes de Noël, la place des crèches est au cœur du débat cette année. Or, il semblerait que pour une majorité des Français, la présence de ces symboles religieux dans les bâtiments publics ne soit pas choquante. Selon un sondage publié ce dimanche par Ouest-France, 71% d’entre eux sont même “plutôt favorables” à leur présence, invoquant une “tradition culturelle” plus qu’un “symbole chrétien”.

(…)

À noter que, logiquement, les catholiques y sont en grande majorité favorables, à 81%, qu’ils soient pratiquants ou non-pratiquants. Les personnes “sans religion” le sont à 60%. “Ces chiffres démontrent que les crèches de Noël sont bien aujourd’hui d’abord et avant tout perçues comme un élément de tradition culturelle”, analyse l’Ifop.

Alors que 64 % des sympathisants socialistes se montrent favorables à l’installation de crèches dans les bâtiments publics, ce sont surtout les sympathisants du FN (84%) et de l’UMP (87%) qui se sont le plus prononcé en faveur de cette “tradition”.

>> Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo : DR

[Tribune] Suicide français : l’erreur de diagnostic de Zemmour - Par Guillaume Faye

[Tribune libre] Suicide français : l’erreur de diagnostic de Zemmour – Par Guillaume Faye

Dans son essai remarquable et qui a secoué l’oligarchie parce qu’il y défend le peuple avec insolence et brio contre une gauche cynique et désemparée, Éric Zemmour donne du déclin et du suicide français une percutante analyse dans les domaines métapolitiques et culturels. Son diagnostic est d’une lucidité impeccable, sauf sur un point majeur : il incrimine comme une des causes de la décadence le libéralisme, le consumérisme individualiste, la société marchande, la mondialisation économique…. Bref, l’argent, le capitalisme, la fonction marchande etc.  seraient sources d’occultation de la nation et de son histoire. Cette position, qui fut aussi longtemps la mienne, doit être sérieusement amendée. D’autre part, sur son analyse de Mai 68, E. Zemmour néglige certains points.  Voici pourquoi. En dix arguments.

1) Cette erreur de jugement a été partagée aux Etats-Unis en leur temps par Christopher Lasch et Thorstein Veblen, acerbes critiques du consumérisme et de la marchandisation de la société. Elle est au fond d’origine épistémologique marxiste (Diamat, ”matérialisme dialectique”, dogme central marxiste) : l’économie serait l’infrastructure des comportements culturels. Ce qui est faux, c’est l’inverse. En réalité, le déclin des valeurs d’identité ethno-nationale, familiales, éducatives, etc. n’est pas corrélé à un régime économique ni à un niveau matériel de vie ; mais à un socle idéologique et culturel qui joue comme une infection virale à long terme. L’infrastructure des sociétés est mentale et non pas matérielle et économique.

Lire la suite

Vu sur Facebook

Si le “nazisme”, c’est aujourd’hui Marine Le Pen, beaucoup de gens vont se dire que le nazisme n’était pas si mal que ça

Publié le
Tariq Ramadan in TV debate on minarets in Switzerland

Pour Tariq Ramadan : “La laïcité est en train de devenir une religion”

12/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Ce vendredi 12 décembre, sur BFMTV et RMC, Jean-Jacques Bourdin a reçu Tariq Ramadan, l’auteur notamment de l’ouvrage “De l’islam et des musulmans”. Interrogé sur la polémique des crèches installées dans des bâtiments publics, Tariq Ramadan a déclaré qu’elles n’avaient pas à être enlevées. “La laïcité est en train de devenir une religion d’opposition à toutes les autres religions, c’est stupide”, a-t-il déclaré. “La France a une culture, il y a Noël qui vient, il faut qu’on comprenne qu’on va le célébrer et que les crèches font parties de cela et que ça ne devrait offusquer personne”, a-t-il ajouté.
Des paroles qui ne doivent toutefois pas faire oublier que l’islamisation de la France est une menace tout aussi importante pour notre identité…

Ivan_Rioufol

Noël, ou le sursaut identitaire des Français

12/12/2014 – FRANCE (NOVOpress)
A l’approche de Noël, Ivan Rioufol se réjouit du combat mené par certains de nos compatriotes pour protéger leurs crèches. Il y voit un symbole du réveil français.

“Touche pas à ma crèche !” pourrait être le mot d’ordre d’une opinion attachée aux racines chrétiennes de la nation, en dépit de la propagande sur le “vivre ensemble” qui invite le pays hôte à faire table rase de son passé. Les bras de fer engagés par la municipalité de Béziers et le département de la Vendée dépassent l’anecdote. Ils sont symboliques d’un sursaut identitaire né de trop d’abandons. Alors que le “Joyeux Noël” a été remplacé par d’anodines “Joyeuses Fêtes”, alors que des sapins dans des écoles sont régulièrement contestés par les intégrismes laïque et islamique, alors que la République rougit d’affirmer l’hégémonie de sa culture de peur d’importuner les minorités, alors que la pensée progressiste interdit de s’attacher au passé, ces reculades trouvent enfin leur limite. Non, les Français ne veulent pas disparaître. Mais qui en doutait ?

L'abstraction, force ou faiblesse des Européens ? - par Clément Martin

L’abstraction, force ou faiblesse des Européens ? – par Clément Martin

10/12/014 – NICE (NOVOpress)
Il est communément admis que l’intelligence s’appuie sur deux piliers: la capacité à mener un raisonnement abstrait et le raisonnement logique. Plus radical, le psychologue Lewis Terman, connu pour avoir participé à l’approfondissement du test de QI Stanford-Binet au début du XXème siècle, affirmait que l’intelligence d’un individu était sa seule capacité à mener un raisonnement abstrait. Robert Sternberg, président de l’Association des psychologues américains n’hésitait pas lui à affirmer que c’en était même le premier signe d’ingéniosité. Ainsi, le fondement même de l’intelligence, et donc des capacités créatrices, reposerait sur cette capacité d’abstraction.

Les Européens l’ont brillamment exploitée durant des siècles, autant à travers leur production artistique (la fresque de la chapelle Sixtine, les œuvres de Boticelli), qu’intellectuelle ou philosophique (Aristote, saint Thomas d’Aquin), ou bien encore architecturale (Versailles, l’escalier à double révolution). On retrouve aussi cette faculté à pousser loin le raisonnement abstrait dans le génie militaire d’un Napoléon ainsi que dans la conquête spatiale durant la deuxième moitié du XXème siècle.

Mais cette force qui a fait la suprématie de la civilisation européenne se retourne aujourd’hui contre elle-même, c’est-à-dire contre nous. Au fil des siècles, cette capacité d’abstraction, qui nous a fait exceller dans tant de domaines et permis à notre culture de rayonner sur le monde, nous emmène vers des théories absurdes et suicidaires.

La pensée aristotélicienne classique ou “philosophie réaliste” part de l’expérience pour en tirer des principes fondamentaux. Cela présuppose que le monde est structuré, ordonné rationnellement, et que notre raison peut abstraire et connaître cet ordre. Avec Descartes, le réel tel que nous le percevons est mis en doute, c’est sur le sujet pensant que se fondent désormais la connaissance, la morale et le droit. Les philosophes des Lumières au XVIIIème siècle siècle consacrent quant à eux la primauté de la Raison sur le réel. L’idée pure est détachée de toute réalité, c’est la victoire de l’abstraction sur l’expérience sensible. Faisant fi de l’empirisme, de la réalité et les structures traditionnelles deviennent ainsi des entraves à la réalisation de leurs nouvelles idéologies. Elles doivent être donc détruites pour laisser place à une société basée uniquement sur des idées. C’est le début de la dérive, l’abstraction devenant idéologie, puis système pour enfin finir comme grille de lecture unique.

Lire la suite

Identité : au Mans, la troisième Marche du souvenir (Présent 8248)

Identité : au Mans, la troisième Marche du souvenir (Présent 8248)

09/12/2014 – LE MANS (NOVOpress)
Le samedi 13 décembre, aura lieu au Mans la IIIème Marche du souvenir organisée par l’association La Compagnie du Maine. Elle s’élancera de la place Saint-Michel à 19 heures. Thomas Guérin est un des organisateurs de la marche.

Propos recueillis par Pierre Saint-Servant


Vous organisez, pour la troisième année consécutive, une Marche du souvenir dans le quartier historique du Mans, la Cité Plantagenêt. Pourquoi organiser cet événement ?

L'affiche de la troisième Marche du souvenir

L’affiche de la troisième Marche du souvenir

Nous faisons partie de cette jeune génération qui a pleinement conscience de tous les maux qui composent ce que l’essayiste Eric Zemmour nomme le « suicide français ». Parmi ceux-ci, un nous semble central : le mépris de soi au nom d’un amour idéalisé de l’Autre, la haine ou, pire, l’oubli de nos racines au profit de toutes les racines de l’Autre. Nous avons l’intime conviction que nous ne pouvons maintenir une société heureuse et saine sans une profonde fierté. Fierté de notre histoire, de notre patrimoine, de notre culture plurimillénaire. Plus nous incarnerons cette fierté et plus nous serons à même de « faire peuple » et de relever les périlleux défis qui nous font face.

Par cette marche, aussi humble soit-elle, nous incarnons nos valeurs et nous souhaitons ouvrir un chemin. De nombreuses initiatives peuvent ensuite s’inspirer de cet « état d’esprit ».

A quelles initiatives pensez-vous ?

Nous regardons avec le plus grand intérêt le retour aux racines qui se fait « par la base ». Le succès, désormais international, du parc du Puy du Fou en est une formidable illustration. Dans de nombreuses régions, des initiatives s’en inspirant durent depuis des décennies, se développent et essaiment. Les associations de restauration du patrimoine, de maintien d’une agriculture traditionnelle, de généalogie, de « circuits courts », rencontrent un succès réellement impressionnant. Cela se passe tout à fait en dehors des luttes politiques et même des zones de contrôle étatiques. C’est cela qui importe. Une véritable démocratie populaire est en train de renaître dans ces micro-communautés, sans d’ailleurs faire de bruit.

Pourquoi retenir chaque année la date du 12 ou 13 décembre ?

Une du numéro 8248 de "Présent"

Une du numéro 8248 de “Présent”

Nous avons choisi une date symbolique pour l’histoire locale. Les 12 et 13 décembre 1793, les insurgés vendéens auxquels s’étaient greffés de nombreux chouans firent au Mans une sinistre étape dans ce que l’on a appelé la « virée de Galerne ». Touchée par le froid, la faim et les épidémies, la colonne prit le contrôle du Mans le 10 décembre 1793. Deux jours plus tard, les forces vendéennes furent mises en déroute par les troupes républicaines, qui massacrèrent l’arrière de la colonne, encore bloquée dans les rues du Mans. Ne restaient essentiellement que les non-combattants : femmes, enfants ou blessés.

Au-delà du symbole de l’insurrection vendéenne et chouanne, qui était une révolte de l’enracinement et des libertés concrètes contre l’égalitarisme jacobin, nous souhaitons évoquer notre plus longue mémoire lors de cette marche. Notre parcours sillonne des ruelles mélangeant de nombreux siècles de notre histoire, pour finir au pied des murailles romaines du IVème siècle (photo). C’est d’ailleurs derrière une bâche Vindunum, du nom latin de la ville du Mans, que marcheront familles et amis réunis autour des flambeaux de la mémoire et de l’unité d’un peuple.

Informations : marchedusouvenir@gmail.com

Crédit photo Une : St.V. (OldLion) via Wikipédia (cc).


En partenariat avec le quotidien Présent – Chaque jour, retrouvez sur Novopress la Une du quotidien Présent ainsi qu’un article sélectionné par la rédaction et mis gratuitement à votre disposition. Seul quotidien de réinformation, Présent est unique dans le paysage médiatique français. Contribuez à abattre le mur de la bien-pensance et du médiatiquement correct, lisez et faites lire Présent ! Abonnez-vous !

cran

Pour le CRAN, “Tintin au Congo” est “particulièrement raciste”

09/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
Le 8 décembre, des membres du collectif “Groupe d’Intervention Contre le Racisme” ont inséré des stickers sur des albums de la bande dessinée “Tintin au Congo”, en vente à la FNAC aux Halles, à Paris, pour protester contre son caractère qu’ils jugent raciste et marqué par le colonialisme…

Il s’agit, en fait, d’une action menée par le CRAN (Conseil représentatif des associations noires de France). Le président de cette association, Louis-Georges Tin, explique que “Tintin au Congo” est “particulièrement raciste” alors qu’il s’agit de l’album de la série le plus vendu au monde…


[Chez nos confrères] Un santonnier provençal délocalise une partie de sa production en Tunisie

[Chez nos confrères] Un santonnier provençal délocalise une partie de sa production en Tunisie

08/12/2014- AUBAGNE (via Nouvelles de France)
Un santonnier « historique » de la région provençale reconnait pour la première fois qu’il délocalise une partie de sa production en Tunisie. C’est le seul moyen, dit-il, de rester compétitif. Les santonniers de la région sont scandalisés et veulent l’exclure de la foire aux santons de Marseille. Ils estiment qu’il porte atteinte aux traditions provençales.

Eric Zemmour dédicacera ses ouvrages le 10 décembre à Nantes

Eric Zemmour dédicacera ses ouvrages le 10 décembre à Nantes

07/12/2014- NANTES (NOVOpress)
La librairie Dobrée (14, rue Voltaire, 44000 Nantes) recevra Eric Zemmour l’après-midi du mercredi 10 décembre 2014, de 15h30 à 17h30. L’auteur y dédicacera ses ouvrages, et notamment son dernier livre à succès : Le Suicide français. Ces quarante années qui ont défait la France

Crédit photo : Dinkley via Wikipédia (cc).

Lyon : lundi 8 décembre, septième édition de Lugdunum Suum

Lyon : lundi 8 décembre, septième édition de Lugdunum Suum

06/12/2014 – LYON (NOVOpress)
Face à l’officielle Fête des lumières mise en place par la mairie de Lyon, le vrai 8 Décembre, par et pour les Lyonnais. Pour tous ceux désireux d’honorer la Vierge, protectrice de Lyon, et de renouer avec la tradition. A l’occasion de la 7ème édition de “Lugdunum Suum” faisons revivre et briller la tradition à la lueur de nos torches. Fenottes et Gones, tous à Fourvière le 8 Décembre. Rendez-vous lundi 20 heures place au Change.

L’Irak, par Vincent Revel

L’Irak : toujours au cœur de l’actualité internationale – par Vincent Revel

06/12/2014 – BAGDAD (NOVOpress)
Le manque de volonté des Européens à défendre leur identité permet aux communautés nouvelles et extra-européennes, présentes en nombre depuis peu sur leur territoire, de revendiquer des droits purement communautaristes, souvent très éloignés de leurs valeurs et principes.

Quoiqu’en disent nos détracteurs, le communautarisme a souvent été un motif de division des sociétés qui l’ont adopté comme système d’organisation. Dans le second conflit irakien, opposant, dans un premier temps (photo), les Etats-Unis et leurs sociétés militaires privées à l’armée du dictateur Saddam Hussein puis, dans un second temps, aux terroristes islamistes sunnites, enthousiastes d’avoir une nouvelle occasion de pouvoir combattre l’Occident, tout en se faisant passer pour des résistants luttant au nom d’une liberté qu’ils méprisent et bafouent chaque jour, l’administration américaine a commis une erreur fondamentale : croire qu’il était possible d’exporter la démocratie, système politique occidental, dans un pays à majorité musulmane, divisé en plusieurs communautés (kurde, sunnite, chiite et chrétienne, cette dernière servant souvent de souffre-douleur). Plus de 4000 jeunes américains ont perdu la vie dans cette guerre.

Lire la suite