Vu sur Twitter

Les islamistes nous menacent mais on annonce un groupe d’amitié France-Qatar au Sénat

Publié le
Trop drôle : la promotion 2015‑2016 de l'ENA choisit de s'appeler George Orwell

Trop drôle : la promotion 2015‑2016 de l’ENA choisit de s’appeler George Orwell

24/01/2015 – PARIS (NOVOPress via Kiosque courtois)
Les élèves de l’Ecole nationale d’administration (l’ENA) ont décidé de baptiser leur promotion 2015‑2016 du nom de l’écrivain antitotalitaire George Orwell, le visionnaire auteur du roman 1984. La Toile s’est littéralement gondolée à l’annonce de ce choix…

Rappelons que les concepts de « novlangue », de « police de la pensée », de « désinformation », de « Big Brother », de « minute de la haine », essentiels pour comprendre le monde actuel, ont été forgés par l’auteur dans ce roman publié en 1949. Et nos futurs énarques de citer Orwell : « Parler de liberté n’a de sens qu’à condition que ce soit la liberté de dire aux autres ce qu’ils n’ont pas envie d’entendre » !.

 

 

 

 

 

 

Vu sur Facebook

Valérie Trierweiler: un jackpot à 14 millions d’euros !

Publié le
"Peuplement" : Manuel Valls compte transformer la France en profondeur

“Peuplement” : Manuel Valls compte transformer la France en profondeur

23/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Et si la “rumeur du 9-3″ n’avait été qu’un avant-goût ? Vous savez, cette “rumeur”, en fait parfaitement fondée, qui affirme que des communes rurales et certaines préfectures en province accueillent des populations d’origine extra-européenne venues des grandes métropoles… En effet, Manuel Valls, dans son obsession “remplaciste” a annoncé qu’il mettrait en place “une politique de peuplement” pour certainement répondre à l’apartheid qu’il vient de dénoncer dans un discours. Le Premier ministre ne fait donc qu’appliquer avec zèle la fameuse route de Terra Nova…

Voici ce que précise Le Figaro :

«Politique du peuplement, pas seulement politique du logement et de l’habitat. Politique du peuplement pour lutter contre la ghettoïsation, la ségrégation», a déclaré Manuel Valls, ex-maire d’Evry (Essonne). Celui-ci dit ne plus «supporter, comme républicain, de voir cet enfermement, cette relégation dans un certain nombre de ces quartiers (…), que dans des écoles on ne trouve que des élèves issus de familles pauvres, souvent monoparentales, issues uniquement de l’immigration, des mêmes cultures et de la même religion».

Crédit photo : Thomas Bresson, via Wikipédia, (cc).

Djihadisme : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité

Djihadisme : le Conseil constitutionnel valide la déchéance de nationalité

23/01/2015- PARIS (NOVOpress)
Mesure proposée depuis longtemps par le Bloc identitaire et reprise ensuite par l’UMP ou le FN, le Conseil constitutionnel a validé aujourd’hui la déchéance de nationalité pour un djihadiste franco-marocain. Cet islamiste avait obtenu la nationalité française en 2003. Ahmed Sahnouni, car c’est de lui qu’il s’agit, s’était vue retirer la nationalité français par un décret de… 2013. Il avait été jugé et condamné à sept ans de prison pour “association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste”. Faits pour lequel il n’accomplira pas l’intégralité de sa peine, puis qu’il est censé sortir de prison à la fin… 2015.

Comme l’indique Libération :

Le Conseil constitutionnel a rejeté, ce vendredi matin, la question prioritaire de constitutionnalité (QPC) contestant la déchéance de la nationalité française du Franco-Marocain Ahmed Sahnouni el-Yaacoubi, condamné pour faits de terrorisme en 2013. Les « Sages » ont réaffirmé la jurisprudence de 1996 et ont jugé « conformes à la Constitution » les dispositions du code civil contestées par l’avocat du Franco-Marocain. Devant le Conseil, Me Nurettin Meseci, avait plaidé, il y a dix jours, «la rupture d’égalité entre Français de naissance et Français naturalisés», introduite, selon lui, par ce texte. Si les « Sages » reconnaissent l’atteinte aux principes d’égalité entre Français, ils valident la constitutionnalité de cette sanction du moment qu’elle s’applique dans un délai fixé (dix ans après la naturalisation en cas d’actes terroristes) et pour des motifs exceptionnellement graves – dont le terrorisme.

Crédit photo : Mbzt via Wikipédia (cc).

La réponse judiciaire ambigüe face à la menace terroriste

La réponse judiciaire ambigüe face à la menace terroriste

23/01/2015 – PARIS (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
L’arsenal juridique est actuellement déployé afin de faire face à une possible montée du terrorisme en France


La réponse judiciaire française aux actes terroristes d’il y a 15 jours est précipitée. Manuel Valls contre l’avis de Christiane Taubira (photo), a demandé à l’Assemblée d’envisager le rétablissement du crime d’indignité nationale. Le 12 janvier dernier, la Garde des Sceaux recommandait quant à elle la plus grande rigueur contre les auteurs d’apologie du terrorisme ; elle a demandé aux juges de pratiquer la comparution immédiate à l’égard des prévenus. Or, la comparution immédiate est réservée en principe aux cas sans difficulté.

Cette vieille dame qu’est la justice française, si lente, si précautionneuse semble donc avoir retrouvé sa prime jeunesse. Sur ces derniers quinze jours, plus d’une centaine de personnes ont été déférées, la plupart dans l’urgence, pour apologie du terrorisme, et 30 ont été condamnées à la prison ferme pour cette infraction — soit plus que sur ces vingt dernières années. Le syndicat de la Magistrature a protesté contre une utilisation abusive de la justice expéditive : l’apologie du terrorisme est une infraction mal définie, qui demande du discernement, et donc du temps.

L’attentat à Charlie Hebdo semble signer l’échec de la réforme pénale promue par Christiane Taubira

La Garde des Sceaux ne nous avait pas habitués à une telle fermeté. C’était elle qui, l’été dernier, avait instauré la contrainte pénale ; son but à terme avoué était de supprimer la prison pour les délinquants. Or, Amédy Coulibaly était le pur produit du laxisme judiciaire français : ce multi récidiviste avait été condamné au port du bracelet électronique. Chérif Kouachi était placé sous contrôle judiciaire, ce qui ne l’avait pas empêché d’aller s’entraîner au Yémen.

Lire la suite

[Lu sur Le Net] De retour du djihad, il vit des allocations handicapé

[Lu sur Le Net] De retour du djihad, il vit des allocations handicapé

23/01/2015 – PARIS (via l’Observatoire des gaspillages)
Dans l’édition du « Point » du 16 janvier, un article intitulé « L’histoire funeste des trois tueurs » brossait le portrait du « réseau des Buttes-Chaumont » dont faisaient partie les frères Kouachi et Amedy Coulibaly, les auteurs des récents attentats de « Charlie Hebdo », de Montrouge et du supermarché casher de la Porte de Vincennes à Paris. L’article mentionne le cas d’un comparse, Mohamed el-Ayouni, qui s’était rendu en Irak en juillet 2004. Dans les combats de Falloujah, il avait perdu son bras et son œil gauches. De retour en France, il avait demandé une allocation handicapé… et l’avait obtenue des services sociaux.

Ce n’est que grâce à une allusion au détour de la deuxième page de l’article (p.44) que l’on découvre que Mohamed el-Ayouni a bénéficié d’une allocation handicapé à son retour d’Irak alors que les services sociaux ne pouvaient ignorer dans quelles circonstances il avait perdu son œil et son bras gauches :

Mohamed-el-Ayouni-p44

Une lectrice, membre de Contribuables Associés, s’est émue de cette information et en a saisi le ministre de la Santé et des Affaires sociales, Marisol Touraine. Cette dernière ne détenait certes pas ce portefeuille en juillet 2004 (à l’époque, c’était l’UMP Philippe Douste-Blazy), mais ce sont ses services qui ont attribué cette allocation handicapé. Vous pouvez lire ci-dessous la lettre de notre membre, ou la télécharger en cliquant ici (nous avons occulté son identité et son adresse pour des raisons évidentes).

Lettre-Marisol-Touraine-Mohamed-el-Ayouni

Si, comme cette lectrice, et comme nous-mêmes, vous trouvez choquant que les services sociaux aient pu attribuer une allocation handicapé à un terroriste qui revenait d’Irak avec des mutilations liées à la guerre qui y sévissait, merci de partager cet article par courriel, sur Facebook et sur Twitter. Vous pouvez également écrire au ministre de la Santé afin qu’il fasse toute la lumière sur ce véritable scandale.

Parlons du véritable apartheid (Présent 8277)

Parlons du véritable apartheid (Présent 8277)

22/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Lors de ses vœux à la presse du 20 janvier, le premier ministre Manuel Valls (photo) a évoqué un « apartheid social, territorial et ethnique » dans certains territoires de notre pays (voir notre édition d’hier). Ce faisant, il a suscité les vifs louanges de la classe politique de gauche, vantant sens du réel et courage d’employer les mots justes, une faible polémique cousue de fil blanc étant suscitée dans ce que le spectacle politique nomme « la droite ».

Parlons du véritable apartheid (Présent 8277)Valls s’abstient pourtant bien de nommer l’ennemi et persiste à nier le réel. Car s’il y a bien un apartheid dans la France des banlieues, c’est celui que subit la communauté européenne, française de souche, que les travaux de Christophe Guilluy et Aymeric Patricot – pas vraiment fascistes – ont si pertinemment décrits. Ces « petits Blancs » qui ne bénéficient justement pas des millions déversés par le gouvernement pour l’intégration des « minorités visibles ». Ces Français oubliés, victimes d’un système libéral qui les a littéralement broyés, et qui n’ont ni famille, ni communauté solide à laquelle se rattacher. Les solidarités ethniques, nationales ou familiales des « visibles » ne jouent plus depuis longtemps chez les Gaulois héritiers de l’individualisme libéral. Ces « white trash » selon l’expression américaine subissent une double insécurité. Economique sous l’effet de la crise et des logiques de décentralisation- concentration des entreprises qui les employaient. Sociale face à la pression exercée quotidiennement par la racaille, au pied de leurs immeubles, dans les transports en commun comme au centre commercial, par la disparition des solidarités communautaires qui les protégeaient encore il y a quelques décennies. Les vraies victimes de l’apartheid auquel Valls semble vouloir s’attaquer sont bien ici.

Ces Français qui n’intéressent personne

Lire la suite

[Tribune] Cette guerre civile dont nous ne voulons pas

[Tribune] Cette guerre civile dont nous ne voulons pas

Par Henri de Begard via Le Rouge & le Noir

Il est de bon ton dans une certaine frange de la blogosphère catholique de cracher sur le thermomètre et de repousser d’un revers de main toute possibilité de guerre civile et de délitement de la France comme des fantasmes de “groupuscules d’extrême-droite”.

Des alarmes toujours plus nombreuses

Les voix médiatiques sont pourtant de plus en plus nombreuses à craindre cette possibilité d’une guerre civile en France, qu’il s’agisse de journalistes tels Eric Zemmour prédisant une « guerre civile entre communautés » [1] ou Ivan Rioufol titrant « une guerre civile menace la France » [2], ou bien d’écrivains tels Michel Houellebecq qui dans son dernier roman, « Soumission », décrit une France en proie à une guerre civile opposant militants d’extrême droite et groupes musulmans d’origine africaine, ou encore Jean Rolin dont le dernier roman, « Les Évènements », met la France en état de guerre civile aux mains de milices (les unes d’extrême droite ou d’extrême gauche, d’autres confessionnelles, chrétiennes et musulmanes) s’opposant là aussi à travers tout le territoire.

La crainte d’une possible et prochaine guerre civile en France est ainsi partout, dans les médias, dans les esprits et même jusque dans la rentrée littéraire de ce début d’année.

Loin d’être réservé à l’extrême-droite, ni même à la droite, ce constat d’un embrasement possible à travers toute la France est aussi confirmé par des remontées de terrain. Ainsi, le porte-parole du « Collectif démocrate des couleurs de la diversité » établi à Drancy reconnait que « le malaise est dans la bouche de tout le monde. La cocotte-minute est déjà prête à exploser. Si vous ajoutez l’amalgame avec l’islam pour les assassinats et quelques “attentats” contre les mosquées, le mélange deviendra plus puissant que celui qui provoqua les émeutes de 2005. Préparez-vous à ce que cela éclate… » [3]

La guerre civile a-t-elle commencé ?

Lire la suite

La République tentée de se transformer en une nouvelle religion

La République tentée de se transformer en une nouvelle religion

21/01/2015 – PARIS (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le président socialiste de l’Assemblée nationale Claude Bartolome disait récemment « Il y a une religion suprême pour chacun d’entre nous, c’est la religion de la République ». Rama Yade le rejoint en affirmant que la République doit redevenir un messianisme avec tout ce qu’il a de « Transgressif, de collectif, de discipliné, d’exigeant, de moral ».

En ce 21 janvier, on peut se poser quelques questions sur les racines de cette nouvelle religion du républicanisme.

Selon Maurras, la République gouverne mal, mais se défend bien ; c’est peut-être ce qui se passe avec la lutte contre le terrorisme qui sert en tout cas à nouveau de prétexte pour tenter d’étouffer les voix dissidentes.

Le ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve annonce en effet la publication très rapide des décrets d’application de la loi qui permettra l’intrusion sans contrôle judiciaire dans les ordinateurs privés, la fermeture administrative de sites Internet et des pressions sur les grands opérateurs. Les cibles de la répression seront larges. Le ministre a déclaré hier qu’il visait « de véritables appels à la haine, de l’antisémitisme, mais aussi de l’islamophobie ». L’association La Quadrature du Net dénonce des mesures inefficaces et qui risquent d’encore mieux faire connaître les sites djihadistes.

Crédit photo : DR.

Syrie et Irak : d'anciens militaires français aux côtés des jihadistes

Syrie et Irak : d’anciens militaires français aux côtés des jihadistes

21/01/2015 – PARIS (via BFMTV)
Une dizaine d’anciens militaires français combattent désormais sous une bannière jihadiste en Syrie et en Irak. Agés d’une vingtaine d’années et tous anciens soldats de l’armée française, certains seraient même devenus des cadres de l’Etat islamique.

“On a affaire à des jeunes qui parfois utilisent leurs expériences militaires acquises en France et les mettent à contribution au sein de l’Etat islamique pour former les nouvelles recrues. Un de ces jeunes actuellement au combat dirige un groupe d’une dizaine de français qu’il a lui-même formé au combat. Certains sont des jeunes convertis qui n’étaient pas du tout issu de foyers musulmans”, explique David Thomson, journaliste à RFI.

Le ministère de la Défense a confirmé l’existence de ces hommes mais a préféré minimiser le problème.

Les racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu "d'histoire sainte" islamique

Les racines islamiques du massacre de Charlie Hebdo, un peu “d’histoire sainte” islamique

Ci-dessus : Décapitation du poète Al-Nadr sur ordre de Mahomet, parce qu’il avait raconté des histoires drôles sur lui.

Par “Hélios d’Alexandrie

Le sang des victimes n’avait pas encore séché que les bien-pensants s’évertuaient à expliquer le massacre. Il faut chercher disent-ils les causes sous-jacentes à la radicalisation des musulmans, les causes socio-économiques par exemple, car les choses ne sont pas aussi simples qu’il n’y paraît. L’exclusion, la précarité, l’aliénation, la révolte contre un ordre social injuste, etc. On croirait entendre Tariq Ramadan quand il justifiait les horreurs perpétrées par Mohammed Merah à Toulouse il y a moins de trois ans.

Le public se laissera-t-il berner encore une fois? Non mesdames et messieurs les bien-pensants, cette fois le public ne vous suivra pas bien loin. Continuez à vous illusionner sur votre pouvoir de désinformer, les gens ne sont plus dupes, on peut même dire que les adeptes du « vivre ensemble » à n’importe quel prix, ont finalement perdu leur « innocence » avec leurs illusions. On ne vit pas à égalité avec les islamistes, on se soumet à eux dans l’humiliation ou on meurt.

Les islamistes ont leur façon à eux de nous dire qui est le maître. Ils prennent les moyens qu’ils jugent appropriés pour nous convaincre de renoncer morceau par morceau à cette civilisation, historiquement la plus achevée et la plus humaine, que nos aïeux ont édifiée, non sans sacrifices ni sans douleur. Nous avons certes raison de nous inquiéter pour la liberté d’expression, elle est aujourd’hui sérieusement amochée, mais qui s’inquiétait hier du Processus d’Istanbul, où l’on a vu des hommes politiques islamistes et des personnalités politiques occidentales de premier plan comme Hillary Clinton, s’allier pour museler les critiques de l’islam?

Les islamistes, c’est connu, sont passés maîtres dans la distribution des rôles: Erdogan et son ministre des affaires étrangères s’insurgent contre «l’islamophobie», véritable «crime contre l’humanité» selon eux; mais ce sont d’autres islamistes, plus jeunes, moins connus, mais bien financés et bien entraînés qui punissent le «crime». Le sang répandu dans la salle de réunion de Charlie Hebdo, les potentats musulmans du Qatar, d’Arabie Saoudite et de Turquie en ont plein sur les mains.

Erdogan a pour son dire qu’il n’y a pas islam et islamisme, l’islam c’est l’islam ! On ne peut que lui donner raison, et le massacre de Charlie Hebdo, n’en déplaise aux adeptes de la rectitude politique, c’est aussi et surtout l’islam. Ceux qui l’ont perpétré seront élevés au rang de héros, ils ont lavé l’honneur de Mahomet et par le fait même l’honneur de l’islam et des musulmans; en cela ils ont suivi l’exemple de leur «beau modèle» tel que rapporté dans la Sira, la biographie de Mahomet. Contrairement aux aveugles volontaires qui s’acharnent à ne pas voir l’évidence, les islamistes ne s’étonnent pas d’un tel crime, ouvertement ou en privé ils s’en féliciteront, ils s’abstiendront peut-être de danser dans les rues, mais ils ne cacheront ni leur satisfaction ni leur morgue.

Un peu « d’histoire sainte » islamique

Lire la suite

Valls et son “apartheid” (Présent 8277)

Valls et son “apartheid” (Présent 8277)

21/01/2015 – PARIS (NOVOpress)
Présentant mardi ses vœux aux journalistes, le Premier ministre n’a pas hésité à employer l’expression « d’apartheid territorial, social et ethnique » pour évoquer la situation catastrophique des banlieues françaises. Une expression à la fois anachronique et géographiquement inappropriée qui, non contente de montrer l’inculture de ceux qui nous gouvernent, abonde dans le sens de la culpabilisation de notre pays.

Valls et son “apartheid” (Présent 8277)« Les mots ont un sens »

Ce n’est pas la première fois que Valls se hasarde à cette comparaison. En 2005 déjà, au lendemain des émeutes qui avaient mis à feu et à sang les banlieues, celui qui était alors maire d’Evry établissait ce parallèle douteux dans son livre La Laïcité en face. Depuis, il nous le ressert régulièrement, expliquant notamment en 2009, sur la chaîne Direct 8, « qu’un véritable apartheid s’est construit, que les gens bien-pensants voient de temps en temps leur éclater à la figure, comme ça a été le cas en 2005, à l’occasion des émeutes de banlieues ». Mardi, le Premier ministre est donc revenu à la charge en déclarant que « ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays » et « qu’à cela, il faut ajouter toutes les fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle peu, (…) la relégation périurbaine, les ghettos, (…) un apartheid territorial, social, ethnique, qui s’est imposé à notre pays ».

Lire la suite