Joeystarr ivre à l’Élysée

Joey Starr ivre à l’Élysée

06/03/2015-PARIS (NOVOpress)
Invité par Julie Gayet, l’ancien Chanteur de NTM reconverti dans le cinéma grand public raconte lors d’une entrevue accordée à So Film comment il s’est soulé ce soir là.
“En sortant de là, j’étais quand même bien fracassé. Ils ont du bon rhum à l’Elysée. Ils ont posé la bouteille sur la table, du rhum haïtien en plus, et j’ai fait participer tout le monde.”
Fier de ses boires et déboires comme les convives élyséens d’antan étaient fiers de leurs faits d’armes ou de leurs belles lettres, l’homme qui défraie régulièrement la chronique à grand renfort de faits divers est le parangon de l’antihéros d’aujourd’hui, le reflet d’une époque où celui qui se fait le critique des institutions est bien mieux vu que celui qui tente vainement de les rétablir dans leur légitimité initiale. On a les héros qu’on peut.


“Mais il est temps que cela cesse, fasse place à l’allégresse
Pour que notre jeunesse d’une main vengeresse
Brûle l’état policier en premier et
Envoie la république brûler au même bûcher [...]
A votre place je ne dormirais pas tranquille
La bourgeoisie peut trembler, les cailleras sont dans la ville
Pas pour faire la fête, qu’est-ce qu’on attend pour foutre le feu
Allons à l’Elysée, brûler les vieux
Et les vieilles, faut bien qu’un jour ils paient.”


 

Lire la suite

Ne gardons que les clandestins exemplaires ! (Présent 8308)

Ne gardons que les clandestins exemplaires : 14 par an ! (Présent 8308)

06/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Les immigrés clandestins sont des gens formidables. Des sortes de modèles. Et il faut que ça se sache. Ça fera plaisir à tous ceux qui respectent les lois et se crèvent à obtenir honnêtement la nationalité française. Après le héros de l’hypercasher et le super patriote à la tête des jeunes UMP, voici le menuisier aux mains d’argent, la toute dernière fable immigrationniste.

Armando Curri, un Albanais de 19 ans sans papiers, a reçu mercredi sa médaille de « meilleur apprenti menuisier de France » sous les ors du Sénat, des mains de Carole Delga, secrétaire d’Etat au Commerce et à l’Artisanat.

Cette cérémonie lui avait dans un premier temps été refusée en raison de sa situation irrégulière qui est un délit. Mais sur pression médiatique et politique, notamment du sénateur communiste Cécile Cukierman, la préfecture de la Loire a indiqué que son OQTF (Obligation de quitter le territoire français) était dorénavant « abrogée » et qu’un titre de séjour de trois mois allait lui être délivré, « compte tenu des capacités d’intégration dont ce jeune homme a fait preuve ».

« La République doit toujours donner sa chance à l’excellence, au mérite et à l’exemplarité », a doctement prêché Carole Delga.

D’accord ! On fait comme ça. Vendu. On favorise l’intégration des plus méritants, des exemplaires, des champions et on les garde. Et seulement eux. Et on vire tous les autres. Les traîne-savate, les profiteurs du système, des allocs et de l’aide médicale gratuite, les centaines de milliers de Resat Dibrani (père de Léonarda) à qui tout est dû et qui le prennent de haut.

Et là les courbes de l’immigration et les pompes aspirantes vont comme qui dirait sensiblement s’inverser (14 cas de régularisations pour « talent exceptionnel » ou « service rendu à la collectivité » en 2014 selon les chiffres de la Direction générale des étrangers en France). Chiche ! 14 par an.

Lire la suite

Frontex : l’Europe submergée par la vague de clandestins

Frontex : l’Europe submergée par la vague de clandestins

05/03/2015 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Tout le monde le constate. Jean Raspail avait raison d’écrire le Camp des Saints. En effet tous les signes sont là. Ces signes rappellent la vague de réfugiés que décrit l’auteur dans son ouvrage. Ce qu’on constate, c’est que les quartiers sont surpeuplés d’étrangers, ce sont les images terribles de Lampedusa, ce sont les bénéficiaires de l’Aide médicale de l’Etat attribuée en priorité aux étrangers. On imagine la vague mais on ne peut se la représenter… Depuis hier, nous en avons des preuves par les chiffres ! L’agence européenne Frontex a dévoilé hier son dernier rapport. Accablant.

Que racontent ces chiffres ?

L’agence européenne Frontex est l’agence de coordination des Etat sur les frontières extérieures. Elle a dévoilé hier les chiffres de l’immigration illégale en Europe. (L’immigrationnisme n’est plus un problème national) Car, c’est toute l’Europe qui est touchée, atteinte et submergée. Les entrées clandestines ont presque triplé par rapport à l’année précédente. Cela concerne plus de 274 000 immigrés. Pour rappel en 2013, ils n’étaient — que — 100 000. Et ce ne sont que les entrées clandestines détectées.

Autre chiffre en hausse : le nombre de séjours illégaux qui a dépassé le record. 400 000 séjours illégaux détectés en un an.

Mais alors ce flux est organisé ?

Lire la suite

Chaque semaine, la même litanie…

Chaque semaine, la même litanie…

Une fois de plus, l’Occident se trompe d’ennemi. A l’heure où l’Islam sunnite embrase la planète, les Etats-Unis et leurs valets occidentaux ont décidé de faire plier Moscou. Après avoir fait croire aux Ukrainiens pro-occidentaux que leur admission à l’Union européenne et à l’OTAN était possible, que la Russie était au centre de leur souci, que l’Ukraine pouvait très bien se passer de Moscou, que les Ukrainiens russophones rentreraient dans le rang docilement, que la Russie n’avait plus son mot à dire sur son ancienne zone d’influence, l’Occident, drapé dans son éternel costume de moralisateur au grand cœur, accuse Poutine d’être l’unique responsable du fiasco ukrainien alors que tout le monde sait et comprend que les tords sont plus que partagés. Je ne répèterai jamais assez que l’Europe doit s’émanciper au plus vite de l’influence néfaste de Washington. Nos forces, notre énergie, ne doivent plus servir aveuglément l’impérialisme américain répondant à une logique ultra-libérale.

Le continent européen commence au bord de l’océan Atlantique pour prendre fin sur les pentes de l’Oural. Si nous voulons être cohérents avec la volonté affichée par les fondateurs de l’Union européenne, nous avons, aujourd’hui, le devoir de penser cette union d’un point de vue continental et civilisationnel. Nous ne pouvons plus trahir ce que nous sommes pour la simple et bonne raison que ceci contrarie les plans américains. En matière de politique étrangère, l’Europe doit s’affranchir des grands principes libéraux vantant les mérites d’un monde cosmopolite, uniformisant, sans frontière et sans patrie. De ce fait, nous devons être clairs dans notre feuille de route. La Turquie, n’étant pas une nation européenne, ne doit plus espérer penser adhérer à l’Europe, comme le veut avec insistance Washington. Dans un même temps, il est urgent de renouer des liens de confiance avec la Russie. L’Europe n’a pas besoin d’aller chercher ailleurs pour être grande. Elle est déjà riche de sa diversité. Il ne tient qu’à elle de s’en apercevoir.

Lire la suite

Vu sur Facebook

Quand le FN mobilisera autant que la Ligue du Nord

Publié le
Guerre en Ukraine : entretien exclusif avec l'association Vostok France solidarité Donbass

Guerre en Ukraine : entretien exclusif avec l’association Vostok France solidarité Donbass

05/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
L’une des conséquences du conflit au Donbass (Ukraine) entre forces de Kiev et séparatistes est la grave crise humanitaire qui touche les populations civiles. Pour leur venir en aide s’est constituée l’association Vostok France solidarité Donbass. Nous avons rencontré sa présidente Elena Ruffo-Kovriguina. L’association dispose, en plus d’un site, d’un compte Facebook et d’un compte Twitter.


Bonjour, pouvez-vous rappeler l’objet de voter association ? Quel son rôle ?

L’association Vostok France solidarité Donbass est une association humanitaire qui a été créée au mois d’août dernier afin de venir en aide à la population civile ukrainienne, sans distinction de son origine et de son religion, fuyants ou restants dans les zones de combats militaires à l’est de l’Ukraine.

A qui venez-vous en aide ?

Aujourd’hui notre aide est principalement concentrée sur la population civile de la région du Donbass à l’Est de l’Ukraine qui est ravagée par la guerre civile depuis 10 mois. La population que nous aidons ce sont des enfants, des femmes, des personnes âgées. Ces personnes ont survécu sous les bombes et les obus de longs mois, dans le froid, sans alimentation convenable, sans médicaments.

Pourquoi aidez-vous ces populations ?

Les villes et les infrastructures sont détruites, le système de santé presque inexistant suite à ces destructions massives et au blocus économique et bancaire instauré par le gouvernement ukrainien. Et au-delà, 5000 morts civiles dons 800 enfants, d’après le rapport de l’ONU… Le 21 janvier le gouvernement ukrainien a instauré l’interdiction de sortie du territoire du Donbass par la mise en place de barrages policiers, empêchant l’acheminement d’aide humanitaire ! Les médias occidentaux et ukrainiens ne parlent pas de cette crise humanitaire dont le représentant officiel de l’UNICEF en Ukraine qualifie comme une crise sans précédent.

Pourquoi avez-vous manifesté samedi 21 février à Paris devant l’ambassade d’Ukraine ? Avez-vous bénéficié d’une participation importante ?

Si nous nous sommes réunis le 21 février dernier devant l’Ambassade de l’Ukraine, c’est pour crier au gouvernement ukrainien et au monde entier notre inquiétude, notre douleur, notre compassion pour ces gens qui sont abandonnés à leur sort, mais aussi pour exiger du gouvernement ukrainienne et de la communauté internationale l’organisation de l’aide humanitaire massive en direction de la population civile du Donbass.

Lire la suite

Discrimination positive au forceps

Discrimination positive au forceps

04/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Interrogé par les lecteurs du Parisien, François Hollande a déclaré vouloir mettre en place des class group pour les discriminations contre les entreprises comme il l’a déjà fait pour les consommateurs contre l’industrie agro-alimentaire. Cette mesure d’inspiration américaine et très redoutée outre-Atlantique consiste à permettre des actions de justice de façon groupée. Les entreprises fortement tapées au porte-monnaie par la justice n’auront guère d’autre choix que celui de se soumettre. L’effet pervers est déjà prévisible dans une période de crise à fort taux de chômage. Des gens vont se regrouper en communautés d’homosexuels, de femmes, d’Arabes, de Noirs et faire le chantage au racisme, à l’homophobie, au sexisme pour extorquer une embauche ou de l’argent. Car dans les faits, soyons clairs, jamais un patron ne dit qu’il n’embauche pas sur de tels critères, il invoque d’autre raisons si tel est le cas. Il ne pourra donc être que présumé coupable devant la minorité oppressante qui estera contre lui. Une justice déjà saturée par ce genre d’extorsions pénales sera encore un peu moins efficace pour lutter contre les crimes et délits. Une véritable main-mise dans le monde du travail par les dites minorités se fera inévitablement. La majorité se retrouvera un peu plus exclue comme elle l’est déjà dans d’autres sphères. Toute méritocratie sera remplacée par les critères ethniques ou sexuels (il ne faudra plus être bon, mais être de couleur, homosexuel, femme).
Cette idée n’est pas neuve en France, mais poussée depuis deux ans par plusieurs parlementaires de gauche. Elle a fait l’objet de deux propositions de loi. L’une au Sénat de l’élue EE-LV Esther Benbassa, l’autre à l’Assemblée nationale du député socialiste Razzy Hammadi. Le défenseur des droits Jacques Toubon s’est également prononcé pour ces actions collectives à plusieurs reprises. Christiane Taubira avait annoncé sa volonté le mois dernier de légiférer sur cette question.
Comme de nombreuses mesures ces dernières années, elle va dans le sens d’un “vivre sans nous” de plus en plus prégnant.

[Tribune] Kyenge veut la mise hors la loi et la prison pour les partis indigènes

[Tribune] Kyenge veut la mise hors la loi et la prison pour les partis indigènes

D’autres seraient rassasiés. Elle était arrivée du Congo, voici trente ans, sous prétexte d’études, clandestinement ou avec un visa vite expiré – on trouve les deux versions –, est restée sur place illégalement pendant une décennie, grâce à des réseaux « charitables » catholiques, est devenue italienne pour s’être trouvé un mari indigène – les deux époux sont, paraît-il, aujourd’hui séparés et le mari a fait savoir qu’il votait pour la Ligue du Nord. Du jour où elle est entrée en politique, sa carrière a été fulgurante, élue locale, députée, ministre, grâce à sa couleur de peau. Elle a profité à fond de tous les avantages, passe-droits et privilèges de sa nouvelle caste, courant les boutiques de luxe et vivant sur un pied inaccessible à 95 ou 99% des Italiens. Elle est désormais député européen – fromage des plus gras, comme on sait – et vient d’être chargée de définir la politique d’immigration pour l’Europe entière. Quel parcours depuis le Katanga !

Kashetu Kyenge (photo) n’entend pourtant pas s’en tenir là. Il ne lui suffit pas d’être, selon le mot fameux, chez elle chez nous. Elle veut y être le maître et que les indigènes n’aient pas le droit, non seulement de résister – qui y pense ? – mais même de se plaindre. Elle ne prend plus la peine de s’en cacher et parle désormais sur le ton de Tartuffe démasqué :

La maison m’appartient, je le ferai connaître,

Depuis six mois, à intervalles réguliers, Kashetu Kyenge formule ses exigences dans le quotidien en ligne Affaritaliani.it, plus précise et menaçante à chaque fois. Le 30 août, elle demandait « une loi avec des sanctions contre les partis qui promeuvent des programmes racistes » : elle citait alors la Ligue du Nord et le petit parti nationaliste Forza Nuova, lesquels, selon elle, devaient être « mis hors la loi ». Le 30 octobre, elle réclamait une loi « pour interdire à la Ligue du Nord et à Forza Nuova de se présenter aux élections ». Dimanche, au soir de la grande manifestation nationale de la Ligue du Nord et de Casapound, réunies à Rome autour de Matteo Salvini, elle a exigé un durcissement de la loi antiraciste Mancino (l’équivalent italien, pour l’instant en plus modéré, des lois Pleven et Gayssot). Elle a détaillé les peines à infliger : « sanction économique sous forme d’une amende à payer à l’État », pour les particuliers comme pour les partis ; emprisonnement (« une mesure extrême qui doit cependant être prise en considération ») ; interdiction de se présenter aux élections pour « les partis ou les groupes politiques » ; et, en dernière analyse, rien de moins que la mise au ban de la société : « Quiconque discrimine de quelque manière que ce soit doit être éloigné des institutions et de la société ».

Lire la suite

Français de souche

Français de souche

04/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Ce qu’il y a de choquant dans l’expression “Français de souche”, c’est la polémique qu’elle entraîne dès qu’elle est employée.
Qu’y a t-il de révoltant à nommer cette population ? Elle existe bel et bien. Il nous est parlé chaque jour dans les médias de Français juifs, de Français musulmans, de Français d’origine africaine ou maghrébine, de Français des DOM-TOM etc.
C’est quotidiennement qu’un distinguo s’opère que ce soit pour parler du racisme, de l’antisémitisme, de la discrimination, de l’enrichissement par les immigrés, des revendications musulmanes. Et personne n’en est traumatisé.
Et lorsque François Hollande en use lors du dîner du CRIF( Conseil représentatif des institutions juives de France), on pourrait s’offusquer qu’il jette l’opprobre sur un groupe ethnique afin de dissimuler l’appartenance politique des profanateurs de tombes juives ou que lorsqu’on parle d’antisémitisme, «il faut dire les choses: toutes les violences aujourd’hui sont commises par des jeunes musulmans.» comme le disait Roger Cukierman, le matin même à Europe 1.
Non, c’est sur l’utilisation même de cette expression que l’émoi hurlant médiatique prend le micro.
Il y aurait donc une population innommable, indéfinissable, à cacher ? Et pourquoi ? Qui pourrait expliquer en terme clairs, rationnels ce qu’il y a d’honteux à être Français de souche au lieu de s’indigner de manière confuse ?
Il y a pire que dénigrer une ethnie, une race, un peuple, c’est de les nier, de leur dénier le droit d’exister, d’enlever leur être.
Qui peut se reconnaître néant, rien, inexistant, vivre dans un vide existentiel ? C’est anxiogène, insupportable, littéralement invivable.
C’est cette démarche d’effacement passant par la sémantique qui est répugnante, pour ne pas dire prémices à un possible génocide par vague migratoire, métissage fortement recommandé, possible guerre ethnique sur ce territoire. Après tout qu’est ce que “rien” en moins ? On peut continuer de se regarder dans la glace en lésant ce qui n’existe pas.
Surtout que Français ne veut pas dire métissé jusque l’inexistence, il suffit d’avoir consulté les registres des archives nationales, les cadastres, d’avoir pratiqué la généalogie, d’avoir compulsé quelques livres d’histoire, de s’intéresser quelque peu à la génétique pour connaître l’homogénéité de la France et de ses âmes. Les grandes invasions et les histoires d’amour transnationales n’ayant interféré que de façon anecdotique jusque ces 30 dernières années.
Français de souche est d’ailleurs une concession faite au multiculturalisme, au droit du sol au détriment de Français. Nous avons été contraints par la réalité sociétale de nous définir ainsi. Et, nous n’allons pas, en plus, nous en excuser. A t-on déjà entendu parler de Japonais de souche ? Nous disons un Japonais et nous savons exactement de qui nous parlons.

Louis Chaumont

Vu sur Facebook

On pourrait y voir le stand de dégustation de promesses électorales

Publié le
[Entretien exclusif] Charles Robin : "Le libéralisme prospère sur les ruines de la common decency" (1/2)

Le déclin de SOS Racisme

03/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Par la conjuration d’un “vivre-ensemble” malade de nature, d’une jeunesse qui ne se laisse plus abuser, de l’essor des idées patriotes dans le débat français, SOS Racisme semble se rapprocher de la chute.
L’officine du Parti Socialiste bien que se faisant de plus en plus agressive et bruyante dans sa communication ne rassemble plus la foule dans ses manifestations d’indignation sélective. Elle ne cherche plus qu’à faire taire puisqu’elle ne se fait plus entendre. En effet, sa rhétorique, rengaine lancinante se périme. Aussi s’acharne t-elle, unie à d’autres, à tout faire pour que la parole contradictoire qu’elle nomme haine ne puisse s’exprimer dans une liberté retrouvée sur internet.
Maigre de ses membres, tel le héron, l’association phare antiraciste en est à rassembler ses anciens Présidents pour son prochain dîner annuel. Trop de chaises vides ?

Cazeneuve chouchoute les musulmans (Présent 8306)

Cazeneuve chouchoute les musulmans (Présent 8306)

03/03/2015 – FRANCE (NOVOpress)
Cazeneuve, c’est cet inquiétant ministre de l’Intérieur – et des Cultes – qui refuse d’interdire de vente dans les librairies (1) les brûlots islamistes. Au motif que « prôner le djihad n’est pas un délit ». Pas un délit chez les dingos d’Allah sans doute, mais en Europe où l’on tue au nom du djihad ?

Cazeneuve chouchoute les musulmans (Présent 8306)Vous aurez noté que, par une sorte de contorsion kamasoutresque, le gouvernement et la majorité des médias dhimmitisés ont retourné le problème. Ce sont des musulmans (pervertis, ignorants, fanatiques, déjantés, tout ce que vous voudrez, mais des musulmans revendiqués) qui ont tué en janvier dernier.

Dans les journaux, ça devient : « Depuis les attentats de janvier, les milieux musulmans sont la cible (sic) d’une flambée (resic) d’actes de vandalisme et de violence. »

C’est bien dommage, car surtoutpasdamalgame. Mais la faute à qui ? Est-il permis de demander à la communauté musulmane fréquentable (et pas au seul cacochyme Boubakeur) ce qu’elle fait concrètement pour endiguer et annihiler des gens qui, nolens volens, se réclament de l’islam ? Et qui, en tout état de cause, ne sont pas des extra-terrestres sortis de nulle part ?

La semaine dernière, Cazeneuve est allé à Bordeaux, la ville du dhimmi Juppé qui l’accompagnait, « pour apaiser » nous dit-on. Pour apaiser qui ? Les chrétiens et les juifs qui sont les cibles – et plus souvent qu’à leur tour – des djihadistes ? Non. Pour apaiser les milieux musulmans !

L’espace d’un après-midi, il a ainsi visité trois lieux de culte musulmans. A la mosquée Al-Houda, il a été reçu par le grand imam de Bordeaux (eh, oui, ça existe…) Tareq Oubrou.

Lire la suite

L'Afrique en guerre – L’Afrique Réelle N°63, mars 2015

L’Afrique en guerre – L’Afrique Réelle N°63, mars 2015

Editorial de Bernard Lugan :

En ce mois de mars 2015, en dépit des discours économiques désincarnés prononcés par les « experts » et pieusement récités par les médias, l’Afrique est plus que jamais en perdition.
En laissant de côté les crises politiques qui peuvent à tout moment déboucher sur des guerres, le simple énoncé des conflits en cours permet de le comprendre.

A l’exception du Maroc, toute l’Afrique du Nord est en guerre :

- L’Egypte est prise entre deux fronts jihadistes, celui du Sinaï à l’est et celui de Libye à l’ouest ; sans parler de la subversion intérieure qui se manifeste par des attentats quotidiens.

- En Libye les dernières structures étatiques ont achevé de se dissoudre dans des affrontements aux formes multiples à travers une fragmentation régionale et tribale que Daesch tente de coaguler.

- La Tunisie ne parvient pas à réduire ses maquis islamistes.

- En Algérie, des maquis islamistes sont actifs dans plus de la moitié du pays. L’Algérie est dans une impasse économique due aux aléas pétroliers, ce qui risque d’avoir de graves conséquences sociales et politiques.

Au sud du Sahara, la totalité de la bande sahélienne, de l’atlantique à la mer Rouge est en état de guerre ouverte ou larvée.

Lire la suite

Valls et son Islam de France

Valls et son Islam de France

03/03/2015 – PARIS (NOVOpress)
Manuel Valls s’attaque à « tout ce qui retarde un islam de France ».

Tel est le nouveau leitmotiv du premier Ministre exprimé lors de sa visite à la grande mosquée de Strasbourg ce 3 mars 2015. Plus un islam financé de l’étranger, mais qui le sera avec les deniers publics, l’argent des contribuables, il est bon de le rappeler. Le triste choix s’imposant est d’une dichotomie affligeante : l’ingérence de puissances étrangères par le prosélytisme et l’argent ou le racket du Français pour un islam de France qui sera tout autant prosélyte.
La loi 1905, ce paillasson où l’on s’essuie les pieds en faisant mine de le brosser, a depuis longtemps des difficultés de survie. Il est devenu usuel de dire tout et n’importe quoi en son nom, surtout son contraire.
Ce culte musulman qui serait enseigné à l’université à l’avenir, qui serait financé par le citoyen de France, qu’a t-il de séparé avec l’État ?
Trop de gens dans les divers cercles de pouvoir ont pris cette détestable habitude de ne pas respecter la France, de la traiter en imbécile docile, de déchirer sa culture, son mode de vie, son histoire, son peuple. Quand elle n’est pas insultée, usurpée, elle est vendue par petits morceaux de patrimoine. La voici aujourd’hui officiellement islamisée au nom de la laïcité, bien sûr.

D’ou vient le dictat intellectuel de la gauche ? Une tribune de Philipe Rodier sur Boulevard Voltaire

D’ou vient le dictat intellectuel de la gauche ? Une tribune de Philipe Rodier sur Boulevard Voltaire

Via Boulevard Voltaire - La gauche est propriétaire du système politique et la droite n’en est que locataire.

Il est un fait que l’élite de la droite subit ce dictat de la gauche. Voyez Juppé, NKM, Estrosi et consorts… Pourquoi ? Parce que la gauche est propriétaire du système politique et la droite n’en est que locataire. On entend par système politique ce que Gramsci appelait le métapolitique ou tout ce qui participe au combat politique : éducation nationale, médias, culture, monde artistique.

Dans sa vision noble et traditionnelle de la politique, la droite d’après 1945 a cru pouvoir gouverner en délaissant des pans entiers de la société à la gauche qui, elle, capitalisant sur ses expériences du passé (1789, 1848, 1871) et ses théoriciens (Proudhon, Marx, Gramsci), comprit qu’il fallait massivement investir ces domaines qui constituent de puissantes caisses de résonance sociétales pour ses idées : un prof auprès de ses élèves ou un artiste auprès de ses fans influence plus efficacement les masses populaires qu’un politicien. Or, considérant que l’éducation et les milieux artistiques étaient les hochets d’amusement de la gauche, la droite les a délaissés et abandonnés à l’entrisme de la gauche qui a lentement mais sûrement utilisé ces puissants relais d’opinion. Avec ses cohortes de professeurs inféodés aux syndicats, la gauche manipule les futurs citoyens pour en faire les Homo republicanus dont elle a besoin. Par les médias et les artistes largement acquis à ses idées, elle distille sa propagande pour faire accepter ses propositions les plus folles.

Propriétaire du système métapolitique, la gauche avance par petits pas en se cachant derrière des promesses mensongères ou trop faciles pour être vraies et accepte même de reculer parfois d’un pas pour mieux avancer sous une autre forme. Et à chaque avancée, il y a la certitude qu’on ne reviendra pas en arrière car la droite n’est que locataire du système et n’osera donc pas s’attaquer au propriétaire et à toute sa puissance de frappe sociétale. C’est l’effet cliquet. Syndicats, médias, artistes et intellectuels constituent le cliquet de la gauche qui pousse la roue toujours dans le même sens et l’empêche de revenir en arrière.

C’est en vertu de ce système que la gauche instaura le PACS en 1999 comme une union pour les homosexuels en jurant qu’il était hors de question de leur donner le mariage. On connaît la suite. La même démarche est en cours avec la GPA et l’euthanasie. Il ne reste plus qu’à Juppé – le plus brillant de sa génération, le « meilleur d’entre nous », néanmoins intellectuellement soumis à la gauche – qu’à déclarer qu’il ne reviendra pas sur le « mariage pour tous » car la roue ne tourne jamais en sens inverse. Ou que la droite n’est pas revenue sur les 35 h. Toujours aller de l’avant en subissant l’influence de la gauche…

Caisses de résonance sociétale et effet cliquet vers « toujours plus » sont les deux mamelles de la gauche dans sa religion républicaine qui lui permettent de progresser, même quand elle n’est pas au pouvoir.

Philipe Rodier

Emoi après la mort de l’opposant russe Boris Nemtsov

Emoi après la mort de l’opposant russe Boris Nemtsov

02/03/2015 – PARIS (NOVOpress/Bulletin de réinformation)
Boris Nemtsov (photo) a été tué de quatre balles dans le dos en pleine rue de Moscou dans la nuit de vendredi à samedi. Cet opposant à l’actuel président russe, Vladimir Poutine, était connu pour ses organisations de marches pacifiques aux fins d’accord entre la Russie et l’Ukraine. C’était l’ancien vice‑Premier ministre de Boris Eltsine et le chef du mouvement d’opposition Solidarnost. Régulièrement, il s’attaquait à la politique du gouvernement russe notamment quand il a été question des coûts des jeux Olympiques organisés à Sotchi, en 2014. Hier dimanche était prévue une marche organisée par Nemtsov pour établir un dialogue entre l’Ukraine et la Russie. Cette manifestation a été transformée en marche à la mémoire de Boris Nemtsov.

En sait‑on plus sur les revendications de cet assassinat ?

L’arme utilisée est un pistolet Makarov. Elle équipe la police et les militaires russes. Elle est donc très répandue. Néanmoins, Vladimir Poutine a fait savoir que cet assassinat “a tout d’une provocation” et les apparences d’un “contrat”. En effet, c’est d’une voiture, s’arrêtant au niveau de Boris Nemtsov, qu’ont été tirés les coups de feu. Etant donné l’action politique de Nemtsov en faveur d’un rapprochement de l’Ukraine et de la Russie, il est possible qu’il y ait un lien avec son assassinat. Il est à craindre que la junte de Kiev ne se saisisse de l’événement pour brandir l’impossibilité désormais de traiter avec le président russe, d’autant que l’accord de Minsk sur le cessez‑le‑feu en Ukraine n’est effectif que depuis quinze jours. La piste d’islamistes radicaux n’est pas non plus exclue, car Boris Nemstov avait affiché son soutien à Charlie Hebdo.

Quelles ont été les réactions des politiques et de la rue ?

On a rapidement assisté à un tumulte médiatique autour de l’événement. Barack Obama a requis une “enquête impartiale et transparente”. Tout comme Angela Merkel. Vladimir Poutine s’est engagé à châtier les assassins de Nemtsov : “Tout sera fait pour que les organisateurs et les exécutants de ce crime lâche et cynique reçoivent le châtiment qu’ils méritent”. La police offre une prime de trois millions de roubles (45.000 euros) pour toute information concernant les meurtriers.

Des milliers de manifestants se sont réunis hier à Moscou (12 millions d’habitants) en mémoire de Nemtsov : 16 000 selon la police, 70 000 selon les organisateurs. Sur les pancartes, on pouvait lire, “Je n’ai pas peur” et encore “il s’est battu pour une Russie libre”. A l’origine, la marche de Moscou était prévue afin de manifester contre la politique de Poutine.

Crédit photo : Sergey Rodovnichenko, via Flickr, (cc).