Mohammad Daleel

Daesh diffuse photo et vidéo de Mohammad Daleel, le terroriste d’Ansbach

26/07/2016 – ALLEMAGNE (NOVOpress) : Daesh a diffusé la photo et la vidéo de revendication de Mohammad Daleel, le terroriste syrien qui s’est fait exploser à Ansbach, en Bavière, faisant quinze blessés, dont trois dans un état grave. Mohammad Daleel dit renouveler son allégeance à Abou Bakr Al-Baghdadi, le chef de l’organisation terroriste Etat islamique, ce qui signifie qu’il l’avait déjà fait – sans jamais avoir été repéré par les services antiterroristes.

Les investigations menées à son domicile révèlent qu’il était en possession d’essence et de produits chimiques, qui auraient pu servir à d’autres attentats, et qu’il détenait plusieurs vidéos de l’Etat islamique. Il avait également ouvert six comptes Facebook, dont certains sous de fausses identités.

L’Etat islamique, qui a revendiqué l’attentat, affirme qu’il a a agi « en représailles aux actions menées par les pays de la coalition contre l’Etat islamique », le prétexte avancé pour faire passer les attaques terroristes commises pour l’instauration d’un califat islamique pour des actes de légitime défense.

Le gouvernement allemand a reconnu que la démande d’asile politique déposée par Mohammad Daleel avait été refusée et qu’il aurait pu être expulsé dès décembre 2014 vers la Bulgarie, le pays par lequel il avait transité, mais que l’Allemagne y avait renoncé « en raison de son état psychiatrique » !

Dans cette vidéo, Mohammad Daleel promet des lendemains encore plus sanglants, annonçant l’imminence d’attentats « à la voiture piégée », ce qui confirme la crainte d’attentat de ce type manifestée en mai dernier par Patrick Calvar, le patron de la DGSI, devant la commission parlementaire d’enquête sur les attentats commis en France depuis janvier 2015.

Pierre-Martinet-Corpguard-ex-DGSE_image-gauche

Pour un ancien de la DGSE, « la France se fait infiltrer par l’islamisme radical »

22/07/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Pierre Martinet, un ancien de la DGSE Service Action, aujourd’hui reconverti dans la prévention et la gestion des risques en France et à l’international, a accordé un entretien sans langue de bois à Lyon Capitale.

Interrogé sur l’attentat de Nice et plus globalement sur la menace terroriste qui pèse sur la France, cet expert dénonce le manque de courage des politiques face à ceux qui nous ont déclaré la guerre.

Voici quelques extraits :

Ils (ndlr : les policiers) ont du 9 mm : sur un pare-brise, on l’a vu contre le camion à Nice, ça ne sert à rien. Si les primo-intervenants étaient équipés d’HK G36, des fusils d’assaut comme la BAC, ça aurait pu changer les choses. On fustige toujours les Etats-Unis sur cette question, sauf que eux sont en menace permanente et que les policiers sont équipés d’armes lourdes.

(…)

L’ennemi, c’est l’islamisme radical, oui. C’est le seul qui l’a dit dans un gouvernement en activité. Les autres parlent de terroristes. Mais si vous ne les nommez pas clairement les choses, c’est la porte ouverte à toutes les stigmatisations et à tous les amalgames. Quand Cazeneuve parle de mosquées radicales, ce n’est pas dire « islamisme radical ». Aujourd’hui, les islamistes radicaux imposent leur vision de l’islam en tuant au nom d’Allah. Ils nous considèrent comme des mécréants et des kouffars, des infidèles : soit on se convertit, soit on est tué.

Pierre Martinet évoque aussi ces militaires de la force Sentinelle qui étaient présents aux abords du Bataclan et ont eu pour ordre de ne pas ouvrir le feu :

Les militaires ont eu pour ordre de ne pas ouvrir le feu, vous rendez-vous compte ? Nos militaires n’ont pas de mission claire. Ils sont là pour rassurer la population. Ça ne sert à rien s’ils ont pour ordre de ne pas intervenir, à rien. On doit leur dire clairement d’ouvrir le feu face à l’ennemi. Il faut un changement dans les ordre à donner.


Maroc Plage

Maroc : trois estivantes blessées sur une plage à coups de sabre !

21/07/2016 – MAROC (NOVOpress) : Trois estivantes ont été blessées à coups de sabre sur une plage de Mohammédia, près de Casablanca. Les faits se sont produits le 14 juillet et sont rapportés par le journal marocain Tel Quel :

C’est une effroyable scène qui a eu lieu, dans l’après-midi du 14 juillet, à la plage des Sablettes près de Mohammedia. « Une vingtaine de jeunes ont débarqué, armés de sabres, sur la plage des Sablettes, faisant trois blessées, toutes des femmes, parmi les estivants », nous rapporte Mohamed Matlouf, chef de la section de Benslimane de l’Association marocaine des Droits de l’Homme (AMDH), qui précise que « l’ensemble des assaillants provenaient du quartier populaire d’Ennahda à Mohammedia ».

Parmi la vingtaine d’assaillants, seuls « quatre d’entre eux ont jusque-là été arrêtés par la gendarmerie », affirme Mohamed Matlouf. En plein mois de juillet, les plages de Mohammedia demeurent très courtisées par les vacanciers. Celle des Sablettes est l’une des plus prisées de la « cité des fleurs ».

11 Septembre

L’Arabie saoudite a-t-elle contribué aux attentats du 11 septembre 2001 ?

Douze ans après la publication du rapport d’enquête du Congrès américain de 2004 sur les attaques terroristes du 11 septembre 2001, 29 pages provenant d’un rapport préliminaire datant de 2002 et concernant de possibles liens entre les terroristes et l’Etat saoudien ont été enfin rendues publiques le 15 juillet dernier. 

La publication de ces pages confirme que le royaume wahhabite a été fortement soupçonné d’être impliqué, et pas seulement parce que quinze des dix-neuf terroristes étaient des citoyens de ce pays. En réalité, la plupart des informations de ce document étaient déjà connues, grâce aux informations distillées par le président de la commission parlementaire américaine et par les gens qui avaient eu accès au document. Ce rapport de la commission conjointe du Congrès américain précise que « ce n’était pas le rôle de cette enquête conjointe de conduire les investigations poussées nécessaires pour déterminer la signification exacte des liens allégués avec le gouvernement saoudien ».

En d’autres termes, les parlementaires ont publié une liste de pistes possibles qu’ils ont transmise aux personnes et services intéressés. Par exemple, ce rapport évoque une assistance substantielle apportée aux futurs terroristes par des individus soupçonnés d’être des agents saoudiens, qui pourraient avoir été en lien avec l’ambassade et des membres du gouvernement. Toutefois, dans le rapport rendu en 2004 par la Commission du 11 septembre, il était dit qu’il n’y avait pas de preuve d’une aide volontaire et consciente du gouvernement saoudien aux terroristes d’Al-Qaïda.

Donc, soit les pistes soulevées dans le rapport préliminaire de 2002 se sont avérées sans objet, soit elles n’ont tout simplement pas été exploitées, par exemple, pour des raisons d’ordre géopolitique ou du fait des liens d’affaires entre la famille Bush et la famille royale saoudienne, et la publication de ces 29 pages jusqu’ici gardées secrètes n’apporte en réalité aucune nouvelle réponse.

Toutefois, le sénateur Bob Graham, qui présidait la commission de 2002 et qui demandait depuis longtemps que ces 29 pages (et non 28, comme on l’a dit dans les médias) soient déclassifiées, est convaincu de la culpabilité de personnes haut placées au sein du royaume saoudien et considère que c’est l’impunité dont les Saoudiens ont bénéficié après les attentats du 11 septembre qui les a encouragés à continuer de distiller leur islam wahhabite violent dans le monde et à jouer un rôle déterminant dans la création de l’Etat islamique. Graham était contre l’invasion de l’Irak décidée par le président Bush.

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 21 juillet 2016

Militaires morts

Trois militaires français ont été tués en Libye face aux djihadistes

20/07/2016 – LIBYE (NOVOpress) : Le ministère de la Défense l’a annoncé : trois militaires français en « service commandé » en Libye ont été tués. Il s’agit de trois sous-officiers. Les circonstances de leur mort ne sont pas encore connues. Hier, l’Associated Press avait affirmé que deux soldats français des Forces spéciales avaient été tués à Benghazi après que leur hélicoptère avait été abattu par un missile sol-air tiré par des djihadistes, information que le ministère français de la Défense avait refusé de commenter.

Ce matin sur France Info, Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, avait confirmé la présence de forces spéciales françaises en Libye pour lutter contre les djihadistes : « Oui, les forces spéciales sont là. Bien sûr pour aider et puis faire en sorte que la France soit présente partout pour lutter contre les terroristes. »

Mort Champ Honneur

Erdogan

Le sultan Erdogan renforce son pouvoir en Turquie

Après le coup d’Etat raté du 15 juillet, le président Recep Erdogan a mis en route la machine répressive et se débarrasse de la faction kémaliste, laïciste, au sein de l’armée : 103 généraux et amiraux arrêtés selon l’agence de presse Anadolu, soit environ le tiers du haut commandement militaire. 

Chard TurquieParmi eux, les commandants de la deuxième et de la troisième armée, ainsi que l’ex-chef de l’armée de l’air, le général Akin Öztürk, accusé d’avoir été le cerveau du putsch. En tout, plus de 6 000 militaires ont été mis sous les verrous selon les chiffres avancés par le Premier ministre Binali Yildirim. En outre, plus de 8 500 policiers et gendarmes ont été suspendus de leurs fonctions pour leurs liens supposés avec la tentative de coup d’Etat, de même qu’un gouverneur de province, 29 ex-gouverneurs qui occupaient des postes au sein de l’administration régionale, 47 responsables de districts et des centaines de fonctionnaires. La rapidité avec laquelle des mandats d’arrêt ont été délivrés pour près de 3 000 juges et procureurs laisse penser qu’Erdogan et ses partisans avaient déjà des listes toutes prêtes.

Ce coup d’Etat raté est donc une victoire du camp de la Turquie islamique, continuatrice de la tradition ottomane, sur la Turquie laïciste fondée par Mustafa Kemal Atatürk. Il pourrait aussi marquer à terme un changement géostratégique majeur au Proche-Orient car les choix autoritaires qui étaient déjà un fait en Turquie (répressions à grande échelle contre la population kurde de l’est du pays, arrestations d’opposants et muselage des médias d’opposition) vont probablement être confirmés, ce qui, aux dires mêmes du secrétaire d’Etat américain John Kerry, lundi, pourrait menacer la présence de la Turquie dans l’Otan.

Inversement, on assiste depuis le mois de juin à un nouveau rapprochement avec la Russie, après la période de froid qui avait soufflé entre les deux pays, quand l’aviation turque avait abattu un avion militaire russe à la frontière avec la Syrie. Tant qu’Erdogan cherchait à renverser al-Assad en Syrie, les intérêts des deux pays étaient divergents, mais si la priorité du président turc est désormais de lutter contre les Kurdes, alliés des Américains en Syrie et en Irak, il y a convergence d’intérêts avec le président syrien, soutenu par Moscou, qui n’acceptera jamais, pas plus qu’Erdogan, l’existence de la région autonome kurde Rojava sur son territoire. Une région que les Kurdes de Syrie ont proclamé « entité fédérale » en mars dernier.

Autre conséquence de cette tentative de coup d’Etat, les négociations d’adhésion avec l’Union européenne pourraient être suspendues, notamment si la peine de mort est rétablie par Ankara, comme semblent le suggérer le président Erdogan et son parti AKP. Côté positif, on peut espérer que la levée des visas pour les citoyens turcs ne se fera pas malgré l’accord UE-Turquie sur l’arrêt de l’invasion migratoire depuis les plages turques.

Le risque, par contre, c’est que le sultan Erdogan relance cette invasion en comptant sur la stupidité et la passivité des élites politiques européennes pour laisser à nouveau faire, car, ainsi qu’il l’a clamé en 1998 alors qu’il était maire d’Istanbul, « les minarets seront [leurs] baïonnettes, les coupoles [leurs] casques, les mosquées seront [leurs] casernes et les croyants [leurs] soldats ».

Olivier Bault

Article paru dans Présent daté du 20 juillet 2016

WassimNasr

Attentat à Nice. « Toute personne qui renie sa vie passée est la bienvenue dans les rangs de l’État islamique »

19/07/2016 – FRANCE (NOVOpress)
L’enquête sur l’auteur de l’attaque de Nice du 14 juillet montre que Mohamed Lahouaiej Bouhlel présentait un « intérêt certain » mais « récent » pour la « mouvance islamiste radicale », a rapporté lundi le procureur de Paris François Molins.

Les médias rappellent également que l’assassin islamiste de Nice avait une vie quelque peu dissolue : délinquance, alcool, drogue, etc.

Mais Wassim Nasr, spécialiste des réseaux djihadistes, rappelle que l’État islamique accueille sans problème ce type de profils :

Toute personne qui renie sa vie passée d’ancien délinquant ou sa vie de débauche – comme ils le conçoivent – est le bienvenue dans leurs rangs. En prenant ce chemin du djihad, il va se faire pardonner tous ses péchés.



Turquie : près de 6 000 arrestations après le… par lemondefr

general_pinatel

Général Pinatel : Après Nice, « nos dirigeants doivent s’attaquer à la prédication wahhabite »

18/07/2016 – FRANCE (NOVOpress)
Face au terrorisme, l’effort des dirigeants politiques doit porter sur la reconnaissance de la nature religieuse du conflit qui frappe la France, estime le Général Pinatel.

Pour cet expert en géostratégie et en intelligence économique, nous ne sommes pas dans une guerre asymétrique, mais dans une guerre de nature et d’inspiration religieuse.

Le wahhabisme mène une guerre civile mondiale pour l’unicité (tawhid), contre les apostats du monde entier (les occidentaux) et les musulmans polythéistes, comme les chiites et les sunnites shirk (opposés à l’unicité, c’est à dire qui se réfèrent au prophète Mohamed au même titre qu’à Allah ). Cette guerre pour faire reconnaître que la révélation d’Allah s’impose à tous et à toutes les autres lois se fonde sur la doctrine wahhabite. Nos responsables politiques sont des laïques et de ce fait sous-estiment totalement la dimension religieuse de cette da’wa (prosélytisme) wahhabite.

Ce n’est pas uniquement avec des forces armées que l’on vaincra le Califat d’Al-Baghadi. C’est en s’attaquant à la prédication wahhabite qu’on laisse s’exprimer dans une centaine de mosquées en France et qui réussit à convertir à ce courant réformiste et radical de l’Islam des musulmans sunnites, courant qui place le djihad comme un devoir premier.



Katharine-Cooper

Être minoritaires en terre d’islam : entretien avec la photographe Katharine Cooper

16/07/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
La photographe franco-sud africaine Katharine Cooper est allée dernièrement en Syrie et au Kurdistan irakien. Elle nous raconte ce qu’elle a vu et les impressions qu’elle a ressenties.

Retrouvez son entretien écrit dans le hors-série n°12 de La Nouvelle Revue d’Histoire (Dossier : Être minoritaires en terre d’islam, d’al-Andalus aux chrétiens d’Orient), actuellement en kiosque et en vente sur le site de la NRH.


Etat islamique Nice

L’Etat islamique revendique l’attentat de Nice

16/07/2016 – NICE (NOVOpress) : Par l’intermédiaire de l’agence de presse Amaq, le principal canal de diffusion des revendications de l’EI, l’Etat islamique a revendiqué ce matin l’attentat de Nice, qui a fait 84 morts et plus de 200 blessés.

Mohamed Lahouaiej Bouhlel y est présenté comme « un soldat de l’Etat islamique » ayant répondu à l’appel de l’EI de « mener des attaques contre les ressortissants des pays de la coalition qui combat Daesh ».

Enfant djihadiste

Un tiers de femmes et d’enfants parmi les djihadistes de nationalité belge

13/07/2016 – BELGIQUE (NOVOpress) : Selon un rapport de l’Ocam, le service belge chargé d’analyser la menace terroriste, sur les 457 personnes de nationalité belge parties combattre les rangs djihadistes en Syrie ou en Irak, un tiers sont des femmes ou des enfants. L’Ocam recense précisément 86 femmes et 43 enfants enrôlés à un moment ou à un autre au Levant dans les organisations terroristes.

Selon un autre décompte effectué début 2016, toujours par l’Ocam qui dispose des rapports des différents services de renseignement belges, 266 individus de nationalité belge se trouvaient encore début 2016 en Syrie ou en Irak, dont 51 femmes et 38 mineurs, soit toujours un tiers de femmes et d’enfants.

Joseph Stiglitz

Du Brexit à l’avenir, par Joseph Stiglitz

12/07/2016 – MONDE (NOVOpress) : Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, conseiller de Bill Clinton, expert à la Banque mondiale, professeur à la prestigieuse Université de Colombia, a publié le 6 juillet ce texte intitulé « From Brexit to the Future » qui dépasse, et de loin, la simple analyse du Brexit. Il nous est paru suffisamment intéressant pour que nous le traduisions en français et que nous vous le livrions ici.

« Il faudra un certain temps et à l’Europe et au reste du monde pour digérer toutes les implications du dernier référendum britannique. Les conséquences les plus profondes dépendront de la réponse de l’Union européenne au retrait du Royaume-Uni. La plupart des gens suppose que ce départ de l’UE ne devrait pas défigurer le continent : après tout, un divorce à l’amiable semble être dans l’intérêt de tous. Mais ce divorce – comme beaucoup d’autres– pourrait devenir détestable.

Les avantages du commerce et de l’intégration économique entre le Royaume-Uni et l’UE sont réciproques, et si l’Union européenne respecte sa conviction que l’intégration économique est la meilleure voie possible, ses dirigeants chercheront à garder des liens proches dans ces circonstances. Mais Jean-Claude Juncker, l’architecte des stratagèmes d’évasions fiscales massives pour les sociétés au Luxembourg et maintenant président de la Commission européenne, a décidé de suivre une ligne dure : « Out signifie dehors » martèle-t-il.

Cette réaction instinctive est peut-être compréhensible, étant donné que Juncker est la personne qui aura présidé la phase initiale de dissolution de l’UE. Il fait valoir que pour dissuader d’autres pays de quitter l’UE, Bruxelles doit être intransigeant, laissant au Royaume-Uni juste ce qui est garanti en vertu d’accords de l’Organisation mondiale du commerce.

En d’autres termes, l’Europe ne doit pas être conservée pour ses prestations, qui dépassent de loin ses coûts. La prospérité économique, le sentiment de solidarité et la fierté d’être européen ne sont pas suffisants, selon Juncker. Non, l’Europe doit être conservée par des menaces, l’intimidation et la peur.

Cette position ignore à la fois le Brexit et les primaires républicains aux Etats-Unis : une grande partie de la population ne s’en sort pas. L’agenda néolibéral des quatre dernières décennies est très bon pour les 1 % de favorisés, mais pas pour le reste. J’avais prévu depuis longtemps que cette stagnation aurait éventuellement des conséquences politiques. Ce jour-là est maintenant à nos portes.

Des deux côtés de l’Atlantique, les citoyens considèrent les grands accords commerciaux mondiaux comme source de leurs malheurs. Il s’agit d’une simplification excessive, mais compréhensible. Ces accords commerciaux, aujourd’hui négociés en secret, avec les intérêts des entreprises bien représentés, sont totalement opaques pour les citoyens ordinaires ou les salariés. Et sans surprise, les avantages sont à sens unique : la législation du travail s’en trouve affaiblie, la précarité devient la règle.

Alors que les accords commerciaux jouent un rôle dans la création de ces inégalités, beaucoup d’autres facteurs ont contribué à déséquilibrer la politique vers la finance. Les règles de propriété intellectuelle, par exemple, permettent aux laboratoires pharmaceutiques d’augmenter leurs prix sans limite. Mais toute augmentation de la puissance des sociétés entraine de facto une baisse des salaires réels – et un accroissement des inégalités, qui est devenu une caractéristique des pays avancés.

Dans de nombreux secteurs, la concentration industrielle s’accroit, ainsi que la financiarisation de l’économie. Les effets de la stagnation et des baisses de salaires sont combinés à ceux de l’austérité, annonçant les restrictions de services publics dont tant de salariés à revenus moyens dépendent.

L’incertitude économique qui en résulte pour les salariés, lorsqu’elle est combinée avec une immigration massive, créé un mélange toxique. De nombreux réfugiés sont victimes de la guerre et de l’oppression auxquelles l’Occident a contribué. Leur venir en aide est une responsabilité morale de tous, mais surtout des anciennes puissances coloniales.

Et pourtant, alors que beaucoup le nient, une augmentation de l’offre de main-d’œuvre peu qualifiée conduit à un abaissement des salaires. Et lorsque les salaires ne peuvent plus être diminués, le chômage augmente. Il s’agit du problème le plus préoccupant dans les pays où la mauvaise gouvernance économique a déjà donné lieu à un niveau élevé de chômage global. L’Europe, en particulier la zone euro, a été mal gérée ces dernières décennies, au point que son taux de chômage moyen est à deux chiffres.

Bien sûr, on parle beaucoup des bénéfices nets de l’immigration. Pour un pays offrant un faible niveau de prestations garanties – protection sociale, éducation, soins de santé, etc. – à tous ses citoyens, cela peut être le cas. Mais pour les pays qui fournissent une protection sociale décente, la situation est intenable.

Le résultat de toute cette pression à la baisse des salaires et à la réduction des services publics a été le massacre de la classe moyenne, avec des conséquences similaires des deux côtés de l’Atlantique. Les classes moyennes n’ont pas reçu les bénéfices de la croissance économique. Ces ménages comprennent que les banques ont causé la crise de 2008 ; mais ensuite, ils virent les milliards valser pour sauver ces financiers alors que rien n’était fait pour sauver leurs maisons et leurs emplois. Avec un salaire médian ajusté d’un travailleur de sexe masculin à temps plein aux États-Unis plus bas qu’il était il y a quatre décennies, personne ne devrait s’étonner d’avoir à affronter un électorat en colère.

Par ailleurs, les politiciens qui avaient promis le changement n’ont pas délivré ce qui était espéré. Les citoyens ordinaires savaient que le système était injuste, mais ils se sont aperçus que le système était encore plus truqué qu’ils ne l’avaient imaginé, et ils ont perdu le peu de confiance qu’ils avaient quitté dans les politiciens en place. Cela, aussi, est compréhensible : les politiciens avaient promis que la mondialisation serait profitable à tous. Mais un vote de colère ne résoudra pas les problèmes, et il pourrait engendrer une situation politique et économique encore pire.

Laisser le passé au passé est un principe fondamental en économie. Des deux côtés de la Manche, la politique doit maintenant chercher à comprendre comment, dans une démocratie, l’establishment politique a pu faire si peu pour répondre aux préoccupations de nombreux citoyens. Chaque gouvernement de l’UE doit maintenant chercher à améliorer le bien-être des citoyens ordinaires en priorité. Aucune idéologie néolibérale ne pourra les aider. Et nous devrions arrêter de confondre les fins avec des moyens : par exemple, le libre-échange, si bien réglementé, pourrait apporter une plus grande prospérité partagée ; mais s’il n’est pas bien administré, il abaissera le niveau de vie d’un grand nombre – peut-être d’une majorité – des citoyens.

Il y a des solutions de rechange au régime néolibéral actuel qui peut créer une prospérité partagée, tout comme il existe aussi des alternatives – comme le traité transatlantique de partenariat pour l’investissement proposé par le président Barack Obama à l’UE – qui causeraient beaucoup plus de mal. Le défi consiste aujourd’hui à apprendre du passé, afin d’éviter de nous enfoncer encore plus dans l’échec. »

Joseph Stiglitz

Texte traduit de « From Brexit to the Future », paru sur Project Syndicate

Chard Tués Blancs

Tués parce que Blancs, par Guy Rouvrais

A Dallas, cinq policiers ont été assassinés par un Noir, Micah Johnson, parce qu’ils étaient blancs. Cette tuerie raciste a eu lieu au cours d’une manifestation sur le thème Black Lives Matter (la vie des Noirs compte). Selon le chef de la police de Dallas, pour expliquer son geste, l’assassin « a dit qu’il était en colère contre les récentes fusillades impliquant des policiers, en colère contre les Blancs, il voulait tuer des policiers blancs ».

Bien entendu, tout le monde condamne cette attaque « haineuse, calculée et méprisable », a affirmé le président Obama sans toutefois la qualifier de raciste, ce qu’elle est, de l’aveu même de son auteur. Barak Obama venait quelques jours auparavant de fustiger la mort de deux Afro-Américains, selon la terminologie officielle, et ce sont ces deux victimes-là qui auraient décidé Micah Johnson à passer à l’acte.

Mais la condamnation de principe n’empêche évidemment pas que l’on murmure dans les milieux officiels ce qui se dit tout haut dans la communauté noire et dans certains médias : ça devait arriver, « ils » l’ont bien cherché. « Ils », ce sont ces policiers blancs qui abattraient les Noirs, si ce n’est à la chaîne, du moins sans trop de scrupules. En somme, l’assassin aurait appliqué la loi du talion.

C’est un parallélisme mensonger. Les Noirs sont tombés sous les balles de policiers qui agissaient dans l’exercice de leurs fonctions, ils ont utilisé leurs armes soit pour arrêter un individu n’ayant pas répondu à leurs sommations, soit pour se défendre ou encore pour protéger leurs concitoyens. Et non pas parce qu’ils voulaient tuer des Noirs parce qu’ils étaient noirs. La justice, quand elle est saisie, dit si l’usage de la force a été légitime ou non, rien à voir avec on ne sait quelle sauvage chasse aux Noirs à laquelle se livrerait la police. Laquelle, d’ailleurs, comprend de plus en plus en d’Afro-Américains – dont le chef de la police de Dallas – conformément à la politique du gouvernement.

Même s’il y en a davantage, ce sont toujours les policiers blancs essentiellement qui paient de leur vie la protection de leurs concitoyens, selon les statistiques officielles : depuis le début de l’année, vingt et un policiers ont été tués par arme à feu : dix-neuf Blancs, un Noir et un Hispanique. Selon ces mêmes statistiques, 509 personnes ont été abattues par la police, 238 Blancs, 123 Afro-Américains, 79 Hispaniques et 69 « autres. »

Sur environ 320 millions d’Américains, on ne saurait dire qu’il s’agit d’une hécatombe, comme on pourrait le croire en lisant les propos effrayés et alarmistes selon lesquels les policiers d’outre Atlantique auraient la gâchette plus facile que d’autres. Certes, par rapport à leur taux de population respective, il y a, proportionnellement, un peu plus de Noirs que de Blancs, mais c’est une analyse simpliste et partisane que d’imputer cette surreprésentation au facteur ethnique, il y a également un taux de délinquance plus grand à prendre en compte.

Il est certain en tout cas que la mort sous les balles de la police d’un Blanc n’a pas le retentissement de celle d’un Noir, et que des manifestations ne sont pas organisées pour protester et pourtant White Lives Matter (la vie des Blancs compte), quoique médiatiquement un peu moins sans doute.

Guy Rouvrais

Article paru dans Présent daté du 12 juillet 2016

tueur_dallas

Le tireur anti-blancs de Dallas avait « d’autres projets dévastateurs »

11/07/2016 – ÉTATS-UNIS (NOVOpress)
Le tireur de Dallas – qui a abattu cinq policiers blancs jeudi dernier – fomentait « d’autres projets dévastateurs », d’après le chef de la police de la ville au vu des explosifs et des armes de guerre retrouvées au domicile de Micah Johnson.

Ce réserviste de l’armée de terre a abattu cinq policiers jeudi et en a blessé sept autres.

Pendant les négociations avec la police, le tireur avait soutenu avoir agi seul en soutien du mouvement Black Lives Matter (« les vies noires comptent ») expliquant qu’il voulait tuer des policiers blancs.

Les tensions entre la communauté noire et les policiers restent encore très vives. Plus de 200 manifestants ont été interpellés le week-end dernier lors de rassemblements « contre les violences policières visant les Noirs » (sic) dans plusieurs villes du pays.


Ben Laden fils

Dans la famille Ben Laden, on a oublié de buter le fils

 

10/07/2016 – FRANCE (NOVOpress) : Dans la famille Ben Laden, voici que l’un des fils, Hamza, se fait entendre dans un enregistrement audio d’une vingtaine de minutes, dans lequel il appelle à poursuivre le combat contre les Etats-Unis et leurs alliés : « Hamza Ben Laden menace les Américains de les attaquer chez eux et à l’étranger. […] il déclare vouloir venger les musulmans des actions menées en Palestine, en Afghanistan, en Syrie, en Irak en Somalie et dans le reste des pays arabes. »

Ce n’est pas la première fois que cet Hamza rappelle le nom de Ben Laden à notre mauvais souvenir. Dans une vidéo diffusée en mai dernier, il en appelait à l’unité de tous les moudjahidines et à leur levée en Syrie, en Palestine et ailleurs, « y compris en perpétrant des attentats en “loup solitaire“ pour “tuer les Juifs et attaquer leurs intérêts partout“.

En août 2015 déjà, il avait appelé à « déplacer les guerres de Kaboul et de Gaza à Bagdad, Washington, Londres, Paris et Tel Aviv ».

Hamza Ben Laden, qui se pose ainsi en héritier de son père, est l’un des vingt enfants – au moins – d’Oussama Ben Laden, tué le 2 mai 2011 par un commando américain au Pakistan. Il aurait autour de 25 ans.

voile-islam-musulmanes

Journée mondiale contre le voile : pourquoi personne n’en parle !

Source : Boulevard Voltaire

Le 10 juillet, c’est la Journée mondiale des femmes sans voile, laquelle est promue en France par le collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers en ces termes, sur sa page Facebook :

– Dire non au prosélytisme du voile et à sa banalisation, car il n’est ni un simple tissu ni une finalité spirituelle en soi mais il symbolise le statut inégal de la femme. Le voile, sacralisé par les dérives de l’idéologie islamiste, est leur étendard de par le monde : uniforme mortifère, il humilie toutes les femmes et porte atteinte à nos valeurs républicaines.

– Dénoncer le business qui s’est engouffré dans cette mode planétaire insidieusement « baptisée » pudique.

– Exiger la protection des filles mineures contre l’endoctrinement d’une vision hiérarchisée des sexes. Les fillettes n’ont pas à se cacher dans l’espace public dans des tenues aliénantes qui leur font porter la culpabilité d’être nées de sexe féminin.

Excepté un bref communiqué dans L’Humanité, quel média en parle ?

Lire la suite

saif-al-islam-kadhafi-que-sarkozy-rende-l-argent

Saïf al-Islam Kadhafi « veut contribuer à l’unification de la Libye »

09/07/2016 – INTERNATIONAL (NOVOpress)
Dans une interview accordée à France 24, L’avocat historique de la famille Kadhafi fait une déclaration au nom de Saif Al Islam, le fils du défunt leader libyen.

Il affirme sa volonté de jouer un rôle politique pour la restauration de la paix et de la sécurité dans un pays en plein chaos.