Epuration bergoglienne de la Curie romaine

Epuration bergoglienne de la Curie romaine

19/09/2014 – ROME (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Le cardinal américain Raymond Leo Burke (photo) est donné partant de la Curie. C’est l’information fournie par le très sérieux vaticaniste Sandro Magister. En dépit de sa très grande expertise en droit canonique et de son âge relativement jeune pour un prince de l’Eglise, 66 ans, le pape François pourrait le contraindre à quitter le Tribunal suprême de la Signature apostolique. Le cardinal Burke est l’un des rares représentants, demeurant à Rome, de la tendance traditionnelle et ratzingérienne de l’Eglise catholique.

Le cardinal Piacenza avait déjà subi une humiliante rétrogradation, passant de l’influente congrégation pour le Clergé au placard de la Pénitencerie apostolique.

Récemment, le cardinal Burke s’est exprimé avec franchise sur l’exhortation apostolique Evangelii Gaudium. De façon plus sensible encore, son tribunal a donné droit aux franciscaines de l’Immaculée, communauté traditionnelle jadis florissante et que les forces progressistes de la Curie ont décidé de démanteler. Si le pape François poursuit son épuration de la Curie, le cardinal Burke devrait devenir le cardinal patron de l’Ordre de Malte.

Crédit photo : CanonLawJunkie, via Wikipédia, (cc).

[Editorial Novopress] Daesh ou Etat islamique ? Qu'importe, ils tuent bien au nom de l'islam ! par Fabrice Robert

[Editorial Novopress] Daesh ou Etat islamique ? Qu’importe, ils tuent bien au nom de l’islam ! par Fabrice Robert

19/09/2014 – PARIS (NOVOPress)
Les images d’horreur inondent les réseaux sociaux depuis plusieurs mois déjà. Des mises en scène morbides qui permettent aux fanatiques de l’Etat islamique de rivaliser – entre eux – dans la cruauté et l’exhibitionnisme macabre. L’archaïsme prend d’assaut les nouvelles technologies comme pour mieux combattre un monde ouvert et interconnecté qu’ils détestent par-dessus tout. C’est la stratégie du couteau et de la caméra. La victime expiatoire attend son supplice, encerclée par des barbus qui hurlent “Allah Akbar” en agitant leur téléphone portable pour immortaliser la scène du crime. Il aura fallu attendre l’assassinat de deux journalistes américains et d’un travailleur humanitaire britannique pour entendre des voix officielles dénoncer la barbarie des djihadistes. Pourtant, les décapitations sont bien devenues, en l’espace de quelques mois, le sport national de l’Etat islamique. Si Laurent Fabius a fait part de son “indignation” après la mort de James Foley, on aurait aussi aimé l’entendre réagir quand, quelques jours auparavant, un père franciscain a été sauvagement égorgé en Syrie. Dans l’horreur, toutes les têtes n’auraient donc pas la même valeur ?

Dans le même temps, une autre véritable guerre – sémantique celle-là – est en train de se jouer du côté des diplomaties occidentales. Il ne faudrait plus utiliser l’expression Etat islamique car cela pourrait provoquer une confusion avec l’islam, l’islamisme et, plus largement, le monde musulman. Le mouvement islamique devrait donc être rebaptisé “Daesh” qui est l’acronyme arabe d’EIIL. Pour Romain Caillet, islamologue à l’Institut français du Proche-Orient, “Daech” est un terme “impropre et péjoratif”. Il précise que “si en langue arabe, il peut y avoir une légitimité à l’employer, son utilisation en français est clairement idéologique”.

Une autre véritable guerre – sémantique celle-là – est en train de se jouer du côté des diplomaties occidentales.

Il faut se rappeler qu’après la décapitation de James Foley, Barack Obama avait, tout de même, tenu à préciser que l’Etat islamique ne parlait “au nom d’aucune religion” (sic). Laurent Fabius lui a emboîté le pas en déclarant que les djihadistes n’agissaient pas “au nom des musulmans”. Certes, l’Etat islamique ne combat pas au nom de tous les musulmans mais ce groupe tue bien au nom de l’islam !

Lire la suite

Le traitement du conflit russo-ukrainien par Arte Journal

Le traitement du conflit russo-ukrainien par Arte Journal

Le traitement du conflit russo-ukrainien par Arte Journal ou l’analyse d’une vérité obérée. Source : www.ojim.fr
Éléments de contexte
L’OJIM a choisi cette semaine de s’intéresser à Arte Journal, et plus particulièrement au regard porté par la chaîne franco-allemande sur le conflit russo-ukrainien. Alors qu’un nouveau cessez-le-feu a été signé entre les belligérants le vendredi 5 Septembre dernier, et alors que les chaînes d’informations continues ont désormais le regard rivé sur le Moyen-Orient et/ou sur l’Afrique de l’Ouest en pleine crise du virus Ebola, nous avons souhaité voir de plus près si Arte Journal respectait à la lettre son intention de « poser un regard original sur le monde et proposer une approche européenne et culturelle de l’actualité ».

Au préalable, il convient de rappeler le format de ce journal. Présenté à 19h45, « majoritairement orienté vers l’actualité internationale », Arte Journal dure environ vingt minutes et s’appuie sur trois sujets principaux (d’une durée de 2 à 3 minutes chacun) ainsi que des brèves énoncés en début de programme, le tout précédé par une vérité assénée soir après soir : « Tout ce qui fait l’actualité internationale est dans Arte Journal ». Après avoir regardé Arte Journal pendant une semaine, nous voilà rassurés d’apprendre qu’il est futile de considérer comme important le fait que, durant la même période considérée, le Parlement Libyen s’est réfugié sur un ferry grec (The Guardian, 9 Septembre 2014) ou que la Russie déploie des forces navales pour rouvrir une base en Arctique (Channel News Asia, 6 Septembre 2014), ce dont le journal n’a pas dit un mot.

Lire la suite

Djihadistes en Syrie : l’horreur à son paroxysme

18/09/2014 – DAMAS (NOVOpress) - Exécutions au couteau, embrigadement d’enfants, massacres, torture, éviscérations, cannibalisme, telles sont les activités quotidiennes des djihadistes partis en Syrie, djihadistes dont une part non négligeable provient d’Europe et de ses banlieues islamisées. Il est à rappeler que l’OTAN, et donc la France, ont activement soutenu et armé les opposants au régime de Bachar El-Assad.

Publié le
Surpopulation mais dénatalité en Occident

Surpopulation dans le monde, mais dénatalité en Occident

17/09/2014 – PARIS (NOVOPress) – L’écologie altermondialiste, qui manipule l’opinion publique par le biais de médias acquis à leurs causes, se sert des questions environnementales (nucléaire, énergies renouvelables, changements climatiques,…) pour insidieusement diffuser et promouvoir une politique faisant de la multiculturalité la pierre angulaire de leur programme. En France, les Verts-Europe-écologie ne sont que les archétypes des militants modernes ayant fait des droits de l’homme une nouvelle religion. En dehors des dogmes nouveaux, point de salut ! Dans un « uniformalisme » de la pensée, amenant l’individu à répéter docilement des concepts clamés en cœur par un système de désinformations, nos écologistes ne font qu’exprimer une haine, normalement ancrée dans les esprits torturés de l’extrême gauche de notre paysage politique, de l’histoire, de la mémoire, des traditions des peuples européens, attachés à des terroirs, symboles de cultures millénaires.

Faisant exagérément la promotion de l’autre, de l’étranger, des minorités, rabaissant constamment l’idée de nation, de patrie, enfermant implacablement les Européens dans une culpabilisation éternelle, une détestation et un déni de soi, promulguant un internationalisme nouveau, l’utopie du bien vivre ensemble, une pseudo citoyenneté du monde, sans tenir compte des véritables richesses culturelles des peuples occidentaux, nos militants au grand cœur oublient volontairement d’ouvrir les yeux.

En tant que bons petits soldats de la pensée unique, la remise en cause personnelle n’est pas envisageable même si tout indique que leur idéologie est porteuse de haine entre les peuples et construit actuellement des sociétés modernes prêtes à sombrer dans un communautarisme violent. Ces inquisiteurs des temps modernes ont bien compris l’intérêt qui était le leur de se servir d’un sujet aussi sensible. Entre leurs mains, l’écologie n’est qu’un prétexte pour changer en profondeur les sociétés européennes, quel qu’en soit le prix !

Et pourtant, l’écologie mériterait plus d’attention. A une époque où la population mondiale s’approche des 7,5 milliards d’individus, il serait urgent de remettre l’homme au centre de son environnement, de comprendre la révolution démographique née de notre époque moderne, engendrant pour une grande partie les déplacements de population qui aujourd’hui servent aux adeptes de la multiculturalité pour fragiliser sur le long terme les puissances occidentales, confrontées, elles, à une dénatalité.

Lire la suite

Islamo-barbarisme (Présent 8189)

Islamo-barbarisme (Présent 8189)

16/09/2014 – PARIS (NOVOPress)
Tant qu’on ne désignera pas l’ennemi, on est condamné à perdre

Lundi, au moment même où les Rafales français menaient leurs premiers vols de reconnaissance au-dessus du territoire irakien, s’ouvrait donc à Paris la fameuse conférence internationale sur l’Irak réunissant une trentaine de pays. Une réunion au cours de laquelle tous se sont vaguement engagés à apporter « une réponse globale » à la menace des djihadistes de l’Etat islamique, symboliquement rebaptisé « Daech ». Symboliquement parce que, dans cette guerre qui a été déclarée à l’Occident depuis longtemps déjà et qui vise à convertir la planète entière, il ne faut surtout pas parler d’islam ni d’islamistes.

Front intérieur

Islamo-barbarisme (Présent 8189)Avec ses chiens de garde du politiquement correct et ses milices antiracistes, la France – personne ne s’en étonnera – est bien sûr en pointe dans ce domaine. Et la place manque, ici, pour rappeler les incessants appels à « ne pas faire d’amalgame », ainsi que les innombrables périphrases utilisées par notre classe politico-médiatique chaque fois qu’un Mérah ou qu’un Nemmouche massacre des innocents au nom d’Allah. Pour autant, elle n’en a pas l’exclusivité.

Chacun a encore en mémoire la grotesque déclaration d’Obama, au lendemain de la décapitation de James Foley par les islamo-terroristes de l’EI, nous expliquant que ce groupe musulman ne parle « au nom d’aucune religion » ! Et hier encore, Yves Brunaud pointait très justement du doigt, en une de Présent, la lâcheté d’un David Cameron dédouanant l’islam après l’égorgement de David Haines.

Lire la suite

djihadistes1

Nicolas Bay (FN) réclame aussi la déchéance de la nationalité pour les djihadistes

16/09/2014 – PARIS (NOVOPress)
Nicolas Bay, Secrétaire général adjoint du Front National, a réagi au projet de loi destiné à renforcer la lutte contre le djihadisme.

Selon lui, le gouvernement français devrait avoir le courage d’aller plus loin en mettant en œuvre des lois permettant la déchéance de la nationalité pour les personnes engagées dans des groupes djihadistes.

“En matière de renforcement de la sécurité face aux risques djihadistes, l’action de l’État devrait se concentrer dans deux directions : lutter contre le communautarisme et la propagande des groupes islamistes sur notre territoire, et empêcher le retour des djihadistes en France notamment par la déchéance de la nationalité française pour ceux d’entre eux qui sont binationaux.”

Par ailleurs, pour Nicolas Bay, il ne sera pas possible de freiner l’avancée de l’islamisme sur notre territoire sans stopper l’immigration massive qui alimente le communautarisme.

Cette prise de position de Nicolas Bay n’est pas sans rappeler celle du Bloc identitaire qui, depuis le mois d’avril dernier, a lancé différentes initiatives pour réclamer la déchéance automatique de la nationalité française pour les djihadistes.

Face à la barbarie islamiste, l’aveuglement des Occidentaux trahit leur impuissance (Présent 8188)

Face à la barbarie islamique, l’aveuglement des Occidentaux trahit leur impuissance (Présent 8188)

15/09/2014 – PARIS (NOVOPress) – « Ils massacrent des milliers de musulmans, de chrétiens et d’autres représentants de minorités à travers l’Irak et la Syrie. Ils se vantent de leur brutalité et prétendent le faire au nom de l’islam. Cela n’a aucun sens. L’islam est une religion de paix. Ce ne sont pas des musulmans, ce sont des monstres », s’est indigné le Premier ministre britannique David Cameron à l’annonce – nouvelle surenchère dans l’horreur – de l’assassinat par les « fous d’Allah » de l’Etat islamique d’un nouvel otage, David Haines, un humanitaire britannique de 44 ans qui avait été capturé alors qu’il travaillait en Syrie dans un camp de réfugiés, près de la frontière turque.

Face à la barbarie islamiste, l’aveuglement des Occidentaux trahit leur impuissance (Présent 8188)« Notre compatriote a été tué de la manière la plus brutale et la plus horrible que l’on puisse imaginer », a ajouté le Premier ministre de Sa Majesté en dénonçant un « meurtre ignoble et révoltant » avant d’assurer : « Nous traquerons les responsables et les ferons passer en justice. Peu importe le temps que cela prendra. »

Que pouvait-il dire d’autre pour tenter de faire « bonne figure », si l’on peut dire, après la revendication et la diffusion (dans une vidéo insupportable de plus de 2 minutes) sur YouTube de cet assassinat barbare, dont il est bien sûr accusé par les terroristes de porter l’entière responsabilité ? Et alors que les terroristes menacent « d’exécuter » – comme ils disent – un second humanitaire britannique pris en otage, pour faire payer aux Occidentaux leur engagement militaire en Irak et en Syrie ou les dissuader encore d’intervenir.

Le piège s’est donc refermé sur nos « pauvres démocraties » qui, après avoir trop longtemps fermé les yeux sur la montée en puissance de cette internationale du terrorisme voulant instaurer de gré ou de force un califat sur tout le Proche et le Moyen-Orient, ne peuvent bien évidemment rester sans réagir face à ces scènes de terreur qui révoltent à juste titre nos opinions publiques.

Mais dédouaner l’islam et renoncer à désigner clairement l’ennemi islamique, comme l’a fait dimanche Cameron, constitue une première victoire psychologique et politique des terroristes de l’Etat islamique. Car si des gens fanatisés et endoctrinés, capables de commettre pareille sauvagerie, sont bel et bien des « monstres », ils n’en restent pas moins des « musulmans » puisqu’ils se réclament ouvertement de cette religion dont ils veulent appliquer la charia (la loi islamique) dans toute sa rigueur dans tous les territoires qu’ils auront ainsi « libérés ».

Lire la suite

Vu sur Twitter

La Turquie ne prendra pas part aux opérations armées pour combattre les islamistes en Irak

Publié le
Maaloula, village-symbole du martyre des chrétiens en Syrie, renaît de ses cendres

Maaloula, village-symbole du martyre des chrétiens en Syrie, renaît de ses cendres

14/09/2014 – MAALOULA (NOVOPress)
Le village de Maaloula, symbole du martyre des chrétiens en Syrie, renaît de ses cendres. Un an après sa prise par les terroristes djihadistes et six mois après sa reconquête par l’armée syrienne et le Hezbollah, Maaloula dont l’une des singularités est d’avoir une partie de ses habitants parlant encore la langue du Christ (l’araméen) a célébré dans la nuit du 13 au 14 septembre, la fête de l’Exaltation de la Sainte-Croix en illuminant une croix sur l’une des collines surplombant le village. Le tout sous l’œil attentif des groupes d’auto-défense chrétiens.

Djihadistes : Exécution de chrétiens, enlèvements et destructions religieuses

Le 4 septembre 2013, après avoir attendu plusieurs mois sur les collines dominant le village, les djihadistes du front Al-Nosra prenaient d’assaut Maaloula. C’est un attentat-suicide (vidéo ci-dessous) perpétré par un combattant jordanien sur le poste de contrôle de l’armée syrienne à l’entrée du village qui va lancer les hostilités. De septembre 2013 à avril 2014, le village de Maaloula va être être le champ de bataille entre djihadistes et l’armée syrienne, avant la reconquête définitive par les troupes de Bachar el-Assad et du Hezbollah. Les monastères et églises vont connaître, durant les quelques mois de son occupation par les islamistes, une destruction des bâtiments et le vol des icônes, statues et peintures.

Du côté de la population, malgré la fuite d’une bonne partie d’entre elle, trois chrétiens vont être immédiatement tués par les djihadistes et six autres vont être kidnappés. A ce jour, leurs familles n’ont toujours aucune nouvelle de leur sort éventuel.

Par ailleurs, douze religieuses orthodoxes du monastère Sainte-Thècle seront enlevées par les djihadistes et détenues plusieurs mois avant d’être libérées grâce au paiement d’une rançon de 7 millions de dollar par le Qatar.

Mais ce que beaucoup de chrétiens vont vivre comme une trahison, c’est le fait que des habitants musulmans sunnites vivant en paix au milieu d’eux, vont accueillir les islamistes comme des libérateurs !

Lire la suite

davidhaines_Bxc2PFRIIAED3-7.jpg large

L’Etat islamique affirme avoir décapité l’otage britannique David Haines

15/09/2014 – PARIS (NOVOpress)
David Haines (en tenue orange sur la photo), Ecossais de 44 ans retenu en Syrie depuis mars 2013, a donc été exécuté par l’État islamique. Père de 2 enfants, David Haines était un travailleur humanitaire qui venait notamment en aide aux réfugiés syriens. Dans une vidéo de 2 minutes 27 secondes intitulée « Un message aux alliés de l’Amérique », les djihadistes reprochent au Royaume-Uni d’avoir rejoint la coalition des Etats-Unis, qui mènent des frappes contre l’Etat islamique en Irak.

L’Elysée condamne “l’odieux assassinat” de David Haines. C’est évident sauf que cela fait déjà plusieurs mois que des vidéos de décapitation circulent sur le Net sans réaction vraiment officielle de l’exécutif français. Récemment, un père franciscain a été égorgé en Syrie par les assassins islamistes. Les têtes n’auraient donc pas toutes la même valeur ?

L’Histoire inacceptable : Le premier propriétaire esclavagiste Américain était noir

L’Histoire inacceptable : Le premier propriétaire esclavagiste américain était noir

13/09/2014 – PARIS (NOVOpress) - Avant 1655 il n’y avait aucun esclave légal dans les colonies américaines britanniques qui deviendront les Etats-Unis, seulement un contrat bilatéral appelé « indenture » pour des serviteurs qui proposaient leur service en échange d’une aide matérielle. Concrètement des noirs acceptaient de partir dans ces colonies britanniques et de travailler pendant un certain nombre d’années pour rembourser leur voyage et leur entretien. Avec cette pratique tous les maîtres étaient tenus de libérer leurs serviteurs après un certain temps. La durée limite de ces contrats était de sept ans. À leur départ on leur accordait 50 acres de terre (environ 20 hectares). Cela était valable pour n’importe quel Africain acheté à des marchands d’esclaves. Eux aussi avaient droit à leurs 50 acres à l’expiration de leur contrat.

Anthony Johnson était un africain venu de l’actuelle Angola. Il avait été amené aux Etats Unis pour travailler dans une ferme de tabac en 1619. En 1622 il  failli mourir quand des Indiens Powhatan attaquèrent sa ferme. 52 des 57 personnes présentes périrent dans l’attaque.  Et c’est aussi pendant son  passage dans cette ferme qu’il épousa une servante noire.

L’Histoire inacceptable : Le premier propriétaire esclavagiste américain était noirQuand Anthony fut libéré il fut aussi légalement reconnu comme “Noir libre” et fit fructifier son lopin de terre avec beaucoup de succès grâce à son dur labeur et son intelligence. En 1651 il possédait 250 acres et cinq serviteurs africains en « indenture ».

Puis en 1654 Johnson aurait dû libérer John Casor, un de ses serviteurs. Au lieu de cela Anthony  dit à Casor qu’il prolongeait son temps. Casor s’enfuit et devint l’employé d’un fermier blanc, Robert Parker.

Anthony Johnson poursuivi aussitôt en justice Robert Parker devant  le tribunal de Northampton et en 1655 la cour jugea qu’Anthony Johnson pourrait retenir John Casor indéfiniment. La cour autorisa ainsi les noirs libres à posséder des êtres de leur propre race comme  biens meubles, c’est-à-dire comme esclaves. Voilà comment John Casor est devenu le premier esclave à vie et Anthony Johnson le premier propriétaire américain d’esclave.

Lire la suite