À la une

Allemagne : Un journaliste de gauche veut bombarder les manifestants anti-islamisation

21/12/2014 – DRESDE (NOVOpress)
Condamné en chœur par les partis, les Églises et les media pour ses manifestations pacifiques et de plus en plus nombreuses, le mouvement allemand Pegida (Patriotes européens contre l’islamisation de l’Occident) s’est attiré la haine furieuse de tous les militants immigrationnistes.

La palme dans le déchaînement revient pour l’instant à Fabian Köhler, journaliste au quotidien Neues Deutschland (ancien organe officiel du Parti Communiste de la RDA, désormais proche de Die Linke, équivalent et allié allemand du Parti de gauche de Mélenchon), où il est, selon ses dires, spécialiste « de l’immigration et de l’Islam(ophobie) ».

Lundi dernier, en référence au bombardement anglo-américain qui avait anéanti Dresde en février 1945, il a carrément tweeté  : « Encore 10.000 manifestants de Pegida à Dresde [en réalité 15.000 d’après Libération qui n’est pas suspect]. Chers alliés, ce serait de nouveau le moment ! »

 

Repéré par des internautes et relevé par plusieurs sites, notamment le site de réinformation Politically Incorrect, cet appel au meurtre n’a toujours pas été effacé par son auteur. Celui-ci s’est plaint en revanche d’être inondé de messages de protestation « des idiots de Pegida ». Le pauvre homme !

Lire la suite

Dimanche 21 décembre, lancement du site Internet de l'institut Iliade

Dimanche 21 décembre, lancement du site Internet de l’institut Iliade

20/12/2014 – PARIS (NOVOpress)
L’Institut ILIADE pour la longue mémoire européenne accompagne tous ceux qui refusent le Grand Effacement, matrice du Grand Remplacement. L’Institut Iliade a été fondé le 21 juin, jour du Solstice d’été. Son site internet sera lancé le 21 décembre, au Solstice d’hiver.

Immigration clandestine : l’ONU tance le gouvernement hollandais pour sa fermeté

Immigration clandestine : l’ONU tance le gouvernement hollandais pour sa fermeté

20/12/2014 – AMSTERDAM (NOVOpress via Bulletin de réinformation)
Comme tous les pays d’Europe, les Pays‑Bas comptent des dizaines de milliers de clandestins.
Environ 8 000 demandeurs d’asile déboutés refusent chaque année de rentrer dans leur pays. Nombre d’entre eux vivent dans la rue, des squats ou des logements mis à disposition par des organismes de charité ou certaines municipalités sans le soutien du gouvernement central. Le gouvernement néerlandais a en effet refusé de débloquer la somme de 15 millions d’euros aux 60 municipalités les plus infestées qui réclamaient une aide financière.

Une situation intolérable pour un comité d’experts de l’ONU !

Un groupe de rapporteurs spéciaux des Nations Unies, spécialistes des droits de l’homme, a sommé mardi les Pays‑Bas de bien vouloir fournir des abris d’urgence cet hiver aux migrants vivant sur le sol hollandais. Le rapporteur spécial de l’ONU Philip Aston a déclaré « En ces sombres jours précédant Noël, il est effrayant de constater que le gouvernement néerlandais ne souhaite pas consacrer moins de 0,01 % de son budget annuel pour aider des gens vivant dans la misère et la pauvreté absolue ».  On notera qu’il est autorisé d’utiliser Noël lorsqu’il s’agit de culpabiliser les nations européennes. Leilani Farha, le rapporteur spécial des Nations Unies sur le droit à un logement convenable (sic) a pour sa part rajouté « Les services d’urgence tels que les refuges pour itinérants, et des alternatives de logement adéquat, doivent être mis à la disposition des migrants, indépendamment de leur statut juridique dans le pays ».

Quelle est la position du gouvernement hollandais ?

Le gouvernement néerlandais a rejeté ces vertueux appels. Le secrétaire d’Etat à la Justice Fred Teeven ne souhaite pas mettre ce budget à disposition, craignant de miner le système de demande d’asile en récompensant ceux qui n’acceptent pas l’expulsion. Le rapporteur spécial de l’ONU sur les droits humains des migrants, François Crépeau lui a répondu, estimant que : « Les politiciens des Pays‑Bas essaient de gagner des voix dans le débat national sur l’immigration au détriment des migrants irréguliers sans‑abri », et ajoutant : « Les flux de migration ne changeront pas en laissant des migrants dormir dans la rue ».

On peut lui rétorquer que la très ferme politique anti‑immigrationniste du gouvernement australien a quant à elle porté ses fruits : il n’y a plus aucun immigré clandestin au pays des kangourous…

Photo : le parlement des Pays-Bas et les bureaux du Premier ministre. Crédit photo : Markus Bernet, via Wikipédia, (cc).

Trafics d’êtres humains : quand les passeurs corrompent des fonctionnaires occidentaux

Trafic d’êtres humains : quand les passeurs corrompent des fonctionnaires occidentaux

18/12/2014 – La Turquie, plaque tournante du trafic d’êtres humains, et cheval de Troie de l’immigration-invasion au sein de l’Europe ? C’est ce que pourrait laisser penser un article de Ruth Sherlock, journaliste au Daily Telegraph et habituée des pays arabes. Source : telegraph.co.uk (13/12/2014) – traduit de l’anglais par Novopress.


Des trafiquants d’Istanbul corrompent politiciens, responsables policiers et gardes-frontières de plusieurs pays européens pour laisser faire un trafic qui amène sur le continent des milliers de réfugiés désespérés.

Assis dans un café de plein air très animé d’Istanbul, une grosse montre en or au poignet, le passeur ne prend guère la peine de parler bas pour parler de son activité : amener illégalement des milliers de réfugiés désespérés en Europe.

Les agences de renseignement turques étaient parfaitement au courant de ses activités, dit-il, tout comme les chefs de la police et les gardes-frontières des pays occidentaux où il envoie ses « clients » – sans qui le trafic ne serait pas possible.

« J’organise les voyages, mais il y a des gens au-dessus de moi qui gèrent l’ensemble du réseau. Ils ont des contacts de très haut niveau [dans la police et l’administration] dans les pays où nous travaillons », explique Abu Ali, trafiquant de personnes.

Lire la suite

Denmarkflagburning

Quand le Danemark veut aider les djihadistes à “réintégrer la société”

17/12/2014 – DANEMARK
Le Danemark a mis en place un programme de réhabilitation destiné à ses ressortissants djihadistes qui reviennent de Syrie. Un journaliste de France 24 est allé à la rencontre des partisans et des opposants de cette méthode de “déradicalisation”.
L’on voit des Danois excédés qui semblent plutôt réclamer la désislamisation de leur pays : “Ils ne devraient pas être tolérés au Danemark. La charia n’a pas sa place ici !”.


Les Néerlandais priés de payer pour les enfants marocains

Les Néerlandais priés de payer pour les enfants marocains

15/12/2014 – UTRECHT (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Le gouvernement néerlandais devra rétablir les allocations familiales aux enfants des Marocains de l’étranger… établis au Maroc. C’est ce que vient de décider la justice néerlandaise. Dans une décision rendue hier, la Cour d’appel d’Utrecht a confirmé le jugement rendu en première instance. Celui-ci ordonne au gouvernement néerlandais de revenir sur sa décision de baisser de 40 % le montant des allocations accordées aux enfants de vivant au Maroc. Le gouvernement devra également rembourser les montants de ces allocations qui n’ont pas été versées depuis le 1er janvier 2013, date de l’entrée en vigueur de cette loi. Cette loi prévoyait le principe de résidence pour le versement d’allocations familiales. Dans le cas du Maroc, une baisse de 40 % avait été décidée par le gouvernement compte tenu, disait-il, de la différence du niveau de vie entre le Maroc et les Pays-Bas.

Pegida : début d'un réveil populaire en Allemagne contre l'immigration ?

Pegida : début d’un réveil populaire en Allemagne contre l’immigration ?

14/12/2014 – BERLIN (via Libération)
Alors que ‘on ne cesse de vanter les réussites économiques du modèle allemand et la popularité d’Angela Merkel, outre-Rhin un réveil populaire semble émerger contre l’islamisation et l’immigration en Allemagne. En effet, le modèle multikulti et autres fadaises du vivre-ensemble explose face aux manifestaions salfaistes et aux affrontements violents entre salafistes et Kurdes à cause de l’Etat islamique. Sans oublier que l’Allemagne, elle-aussi, connait une sorte de Camp des saints avec la poussée exponentielle d’une immigration extra-européenne.

C’est ce réveil populaire dont s’alarment nos confrères bien pensants de Libération. Notamment à travers les manifestations qu’organise désormais le mouvement Pegida, manifestations qui connaissent une large succès et qui dépassent la simple “extrême droite” :

Personne n’avait vu venir la manifestation. Lundi soir (8 décembre, note de Novopress), 10 000 personnes ont protesté pacifiquement dans les rues de Dresde malgré le froid mordant «contre l’islamisation de l’Occident» à l’appel de Pegida, un mouvement inconnu voici deux mois. En face, 9 000 habitants protestaient contre le développement de l’intolérance. Pegida est l’abréviation d’un slogan aux relents douteux qu’on pourrait traduire par « Européens patriotes contre l’islamisation de l’Occident ». Ce mouvement parti de rien et échappant à tout contrôle des partis inquiète la classe politique allemande alors que le pays est confronté à un mouvement d’immigration sans précédent (souligné par nous, Novopress).

(…)

Chaque lundi à la nuit tombée, le mouvement enfle. De 500 participants, on est passé à 10 000 en quelques semaines. Jeunes, vieux, hommes, femmes et même des familles ; la société civile semble se mobiliser. Et si quelques centaines de néonazis et une poignée de fonctionnaires du parti d’extrême droite NPD se mêlent aux drapeaux noir, rouge et or ou aux croix hissées au-dessus de la foule, ils semblent noyés dans le mouvement. « C’est très surprenant, explique Werner Patzelt, politologue à l’université de Dresde. C’est comme si quelque chose qui n’attendait que ça venait de se cristalliser… Pegida est né du fait qu’une partie importante de la population se rebelle contre un développement sur lequel on ne l’a pas consultée et qui n’a jamais été débattu : le fait que l’Allemagne devienne une terre d’immigration. »

(…)

Pegida menace de déborder les frontières de la Saxe. Wurtzbourg, Bochum, Munich, Cassel ou Bonn voient fleurir des mouvements similaires. A Leipzig, Pegida s’appelle Legida, et Dügida à Düsseldorf. Ces boutures ne mobilisent pour l’instant que quelques centaines à quelques milliers de personnes. Mais le mouvement pourrait s’étendre. « Pegida répond à une peur économique et sociale, souligne Johannes Kiess, sociologue à l’université de Siegen. L’Allemagne est un pays riche, mais tout le monde ne profite pas de cette richesse. Sa situation d’île de bien-être au milieu de l’Europe peut prendre fin très rapidement. La crainte d’un déclassement social est forte jusque dans les classes moyennes. Et se retourne facilement contre les plus faibles, les étrangers, les minorités. »

>> Pour lire l’article dans son intégralité

Crédit photo : DR

Vers une relance du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE ?

Vers une relance du processus d’adhésion de la Turquie à l’UE ?

12/12/2014 – ANKARA (NOVOpress via le Bulletin de réinformation)
Dans sa lutte contre le groupe terroriste « Etat islamique », L’Union européenne (UE) a décidé de raffermir ses liens avec la Turquie. Partageant 1.200 km de frontière avec la Syrie et l’Irak, la Turquie est devenue un point de transit pour les candidats au djihad. Néanmoins, les intentions de Bruxelles semblent dépasser un renforcement des relations bilatérales d’importance stratégique. En effet, le chef de la diplomatie de l’UE, Federica Mogherini (photo), s’est rendu à Ankara cette semaine. La veille de sa visite, elle a déclaré : « Le processus de l’adhésion de la Turquie à l’UE sera notre priorité ». Ce processus entamé en 2005 est aujourd’hui à l’arrêt ; reste à savoir si cela va vraiment durer.

Crédit photo : US Department of State via Wikipédia (cc).

[Interview] Une crèche au Parlement européen (Présent 8250)

[Interview] Une crèche au Parlement européen (Présent 8250)

11/12/2014 – BRUXELLES (NOVOpress)
Le coup de Civitas !

En pleine controverse française sur la présence de crèches dans les institutions publiques, le 9 décembre, Mgr Fellay, supérieur général de la Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, inaugurait une crèche au sein du Parlement européen de Bruxelles (photo). Une action menée à l’initiative de Civitas et avec l’appui du député européen Mario Borghezio. Présent a interrogé Alain Escada, président de Civitas.

— Est-ce la première fois que vous installez cette crèche au sein du Parlement européen ?

[Interview] Une crèche au Parlement européen (Présent 8250)— Non, cela fait plusieurs années que nous le faisons, avec l’aide du député Mario Borghezio. Mais auparavant cela se faisait, j’allais dire, dans l’indifférence. C’est le contexte particulier en France, mais pas uniquement, qui a fait que l’installation d’une crèche dans une institution publique soit vue comme quelque chose d’extraordinaire. Auparavant cela n’avait jamais provoqué le moindre soubresaut.

La seule différence par rapport aux années précédentes est que, 2014 marquant le centenaire de la mort de saint Pie X, Mario Borghezio a proposé à l’un des évêques de la FSSPX de venir bénir cette crèche. Une invitation à laquelle a répondu Mgr Fellay.

C’est lors de la préparation de l’installation et de l’inauguration qu’ont éclaté toutes ces controverses en France. Et nous nous sommes dit que c’était providentiel. D’autant que la date qui nous a été donnée pour l’inauguration est le 9 décembre, fête de la laïcité !

— Quelles ont été les réactions autour de vous ?

— Majoritairement elles ont été très positives et favorables. Nous avons vu de nombreux fonctionnaires, ou assistants, venir admirer la crèche, prendre des photos, mais dans une démarche de sympathie.

Lire la suite

Coup de filet anti-djihadistes dans plusieurs régions françaises

Djihadisme : un Anglais et ses trois fils déchus de la nationalité britannique

11/12/2014 – LONDRES (via Daily Mail UK)
Un père et trois de ses fils, tous accusés d’être des extrémistes musulmans avec des liens avec al Qaeda, ont été déchus de leur nationalité pour menace contre la sécurité nationale. Ils sont  la première famille britannique à être ainsi collectivement déchus de leur citoyenneté depuis l’arrivée au gouvernement en  2010 de Mme May, la nouvelle ministre de l’Intérieur.

Le père a admis que sa fille était partie se battre en Syrie avec son mari, un djihadiste connu, mais a nié les allégations le concernant. Cet homme de 51 ans de Newcastle a eu sa citoyenneté révoquée, avec celle de ses trois fils âgés d’une vingtaine d’années conformément à l’Acte1981 sur la nationalité britannique tandis qu’ils se trouvaient au Pakistan. Sa femme et leur quatrième fils, un adolescent handicapé, ne sont pas concernés par cette mesure, mais ne sont pas retournés en Grande-Bretagne pour rester avec le reste de leur famille.

Lire la suite

Italie : Son immeuble transformé en centre pour clandestins, un homme tente de s’immoler par le feu

Italie : Son immeuble transformé en centre pour clandestins, un homme tente de s’immoler par le feu

11/12/2014 – NAPLE (NOVOpress)
C’est la dernière protestation en date, et la plus extrême, des Italiens qui se voient dépossédés de leur pays. Dimanche soir, à Cardito (photo : Piazza Centrale de la petite ville), dans la province de Naples, Giuseppe, un père de famille de 50 ans, s’est aspergé d’essence et a tenté de s’immoler par le feu.

La cause de ce geste désespéré ? L’arrivée de vingt immigrés clandestins, tout juste débarqués – vraisemblablement dans le cadre de l’opération Triton, qui a remplacé Mare nostrum –, et dont la prise en charge a été confiée par la préfecture à l’association L.E.S.S. spécialisée dans « l’orientation, l’assistance et l’accompagnement aux services pour immigrés non-européens ». La L.E.S.S., à laquelle les moyens ne manquent pas, a loué deux appartements dans l’immeuble de Giuseppe pour y installer les clandestins. D’après le responsable, Giulio Riccio, interrogé par le Mattino de Naples, le grand quotidien régional, « ils sont arrivés avec les derniers débarquements en Sicile, ils ont besoin de repos et de tranquillité ».

Pour Giuseppe, en revanche, c’était la fin de son repos et de sa tranquillité à lui. « Je me trouverais, a-t-il expliqué, à devoir partager beaucoup de nos espaces privés (l’immeuble n’a qu’une seule entrée, et il y a un passage par un balcon commun). Ce n’est pas un problème de racisme mais nous ne parvenons pas à comprendre comment vingt personnes peuvent entrer dans un logement privé ».

Dimanche à 18 heures, les clandestins sont arrivés en autocar. Un détachement de carabiniers patrouillait la zone depuis le début de l’après-midi pour empêcher les protestations des riverains. Quand les immigrés ont commencé à descendre du car, Giuseppe, devant sa femme et ses enfants terrifiés, a vidé sur lui une bouteille d’essence et a tenté de se mettre le feu. Seule la rapide réaction des agents, qui lui ont arraché son briquet, a pu éviter le drame.

« L’autocar est finalement reparti, avec tous les immigrés à bord, pour chercher une nouvelle maison où s’installer ».

Photo : domaine public, via Wikipédia.

Vu sur Facebook

Mélenchon sur l’eurodéputée allemande Ingeborg Gräßle : c’est une « caricature de “boche” de bande dessinée »

Publié le
Samedi 13 décembre à Oullins (Rhône), colloque sur le Traité transatlantique

Samedi 13 décembre à Oullins (Rhône), colloque sur le Traité transatlantique

10/12/2014 – OULLINS (NOVOpress)
Samedi 13 décembre, à Oullins (Rhône), aura lieu un colloque débat consacré au Traité transatlantique. Intitulé “Le Traité transatlantique, une menace face au libre-échange”, Ce colloque se tiendra de 11 heures à 20 heures, salle du pôle social du Golf, 4 rue Salvador-Allende. Participation aux frais : 5 euros. Les débats seront animés par Karim Ouchikh, président du SIEL, Jean-Marc Chevillard, délégué régional Rhône-Alpes du SIEL, Muriel Coativy, secrétaire départementale adjointe du Rhône du Front national, et Yannick Jaffré, du collectif Racines.

Seront présents à ce colloque : Bernard Monnot, député français FN/RBM au Parlement européen, et Gilles Lebreton, député français SIEL/RBM au Parlement européen.

A noter que plusieurs auteurs seront présents lors de ce colloque pour y dédicacer leurs ouvrages. Vous pourrez notamment y rencontrer Yannick Jaffré, pour “Vladimir Bonaparte Poutine, Essai sur la naissance des Républiques”, aux Editions Perspectives Libres, Nikola Mirkovic, pour “Le martyr du Kosovo” chez Jean Picollec, et Kader Hamiche, éditeur, pour la réédition du livre du Bachaga Boualam, “Mon pays, la France”.

Informations et réservations : 06 26 82 00 27 et oullinsbleumarine@orange.fr

L'abstraction, force ou faiblesse des Européens ? - par Clément Martin

L’abstraction, force ou faiblesse des Européens ? – par Clément Martin

10/12/014 – NICE (NOVOpress)
Il est communément admis que l’intelligence s’appuie sur deux piliers: la capacité à mener un raisonnement abstrait et le raisonnement logique. Plus radical, le psychologue Lewis Terman, connu pour avoir participé à l’approfondissement du test de QI Stanford-Binet au début du XXème siècle, affirmait que l’intelligence d’un individu était sa seule capacité à mener un raisonnement abstrait. Robert Sternberg, président de l’Association des psychologues américains n’hésitait pas lui à affirmer que c’en était même le premier signe d’ingéniosité. Ainsi, le fondement même de l’intelligence, et donc des capacités créatrices, reposerait sur cette capacité d’abstraction.

Les Européens l’ont brillamment exploitée durant des siècles, autant à travers leur production artistique (la fresque de la chapelle Sixtine, les œuvres de Boticelli), qu’intellectuelle ou philosophique (Aristote, saint Thomas d’Aquin), ou bien encore architecturale (Versailles, l’escalier à double révolution). On retrouve aussi cette faculté à pousser loin le raisonnement abstrait dans le génie militaire d’un Napoléon ainsi que dans la conquête spatiale durant la deuxième moitié du XXème siècle.

Mais cette force qui a fait la suprématie de la civilisation européenne se retourne aujourd’hui contre elle-même, c’est-à-dire contre nous. Au fil des siècles, cette capacité d’abstraction, qui nous a fait exceller dans tant de domaines et permis à notre culture de rayonner sur le monde, nous emmène vers des théories absurdes et suicidaires.

La pensée aristotélicienne classique ou “philosophie réaliste” part de l’expérience pour en tirer des principes fondamentaux. Cela présuppose que le monde est structuré, ordonné rationnellement, et que notre raison peut abstraire et connaître cet ordre. Avec Descartes, le réel tel que nous le percevons est mis en doute, c’est sur le sujet pensant que se fondent désormais la connaissance, la morale et le droit. Les philosophes des Lumières au XVIIIème siècle siècle consacrent quant à eux la primauté de la Raison sur le réel. L’idée pure est détachée de toute réalité, c’est la victoire de l’abstraction sur l’expérience sensible. Faisant fi de l’empirisme, de la réalité et les structures traditionnelles deviennent ainsi des entraves à la réalisation de leurs nouvelles idéologies. Elles doivent être donc détruites pour laisser place à une société basée uniquement sur des idées. C’est le début de la dérive, l’abstraction devenant idéologie, puis système pour enfin finir comme grille de lecture unique.

Lire la suite

Mario Borghezio inaugure une crèche au Parlement européen

Mario Borghezio inaugure une crèche au Parlement européen

09/12/2014 – BRUXELLES (NOVOpress) - Le parlementaire Mario Borghezio, député européen de la Ligue du Nord, a inauguré ce mardi après-midi une crèche dans l’enceinte du Parlement européen, en présence de Alain Escada (Institut Civitas) et de Monseigneur Bernard Fellay, supérieur général de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X.

Dans leurs discours, Mario Borghezio et Mgr Fellay ont tenu à rappeler le centenaire de la mort du Pape et Saint Pie X, et l’importance des racines chrétiennes de l’Europe, qui sont si souvent niées par les responsables politiques européens.

Plusieurs parlementaires italiens, anglais, français et grecs ont assisté à cet événement.

 

Crédit photo : Novopress (cc)