Le gouvernement britannique favorise les relocalisations

Le gouvernement britannique favorise les relocalisations

23/04/204 – LONDRES (NOVOpress)
Depuis 2012 la France est dotée d’un ministère du redressement productif, animé par le « dynamique » Arnaud Montebourg, qui s’était fait le porte parole du Made In France lors de la campagne des primaires socialistes.

Alors que les résultats se font attendre, de l’autre côté de la Manche, les Anglais ont mis en place certaines pratiques pouvant faire référence à la ligne que les Identitaires martèlent depuis plusieurs années maintenant : ANTI MONDIAL / PRO LOCAL. Notamment les relocalisations.

En effet, le secrétaire d’Etat au Commerce Vince Cable (photo) a lancé une cinquième campagne d’investissement de 100 millions de livres pour favoriser le rapatriement de la production au pays. Ces fonds sont administrés par l’AMSCI (Advanced Manufacturing Suppy Chain Initiavie). Lors de la quatrième campagne menée conjointement entre le gouvernement anglais et cette entité, les fonds avaient permis de soutenir pas moins de 44 projets impliquant 180 entreprises, dont l’objectif était de permettre à l’industrie et aux entreprises de la logistique de relocaliser une partie de leurs productions, afin de soutenir la reprise économique anglaise.

Lire la suite

Crise identitaire au Royaume-Uni

Crise identitaire au Royaume-Uni

22/04/2014 – LONDRES (NOVOPress via le Bulletin de réinformation)
Le Royaume-Uni semble être au pic d’une véritable crise identitaire. A la veille d’élections européennes qui s’annoncent triomphales pour le Parti eurosceptique britannique UKIP, le climat interne du Royaume-Uni semble plus tendu et divisé que jamais.

David Cameron a été vivement critiqué ce lundi…

Effectivement, dans une lettre ouverte publiée par le Daily Telegraph, des scientifiques, des écrivains, des académiciens et autres notables se sont émus d’une déclaration faite par le Premier ministre David Cameron (photo) la semaine dernière. Ce dernier, dans un entretien accordé au journal de la communauté anglicane le Church Times, était en effet revenu sur sa propre foi et avait estimé que la Grande-Bretagne devait faire preuve de « davantage d’assurance quant à son statut de pays chrétien ». Les signataires de la lettre ouverte parue ce lundi l’ont épinglé en déclarant que la Grande-Bretagne n’est pas ou plus un pays chrétien, que c’est une « société plurielle » qui est « d’abord non religieuse ». Ils entendent ainsi souligner le fait que, pour eux, la société britannique n’est plus une société chrétienne, malgré son Histoire et son identité. Une façon de penser qui semble être illustrée par les changements dans les statistiques du recensement : en effet, en 2011, seul 59 % de la population anglaise et galloise s’identifiait comme chrétienne, contre 72 % en 2001. David Cameron, multirécidiviste, avait quant à lui déjà déclaré, en 2011, que la Grande-Bretagne était un pays chrétien et « qu’elle ne devait pas avoir peur de le dire ».

Lire la suite

Vu sur Facebook

Aymeric Chauprade : jeu de chaises musicales au Parti socialiste, mais où est l’Europe ?

Publié le
Meurtre « raciste » et « fasciste » en Italie : le meurtrier de Zakir s’appelle Hamrouni

Meurtre « raciste » et « fasciste » en Italie : le meurtrier de Zakir s’appelle Hamrouni

21/04/2014 – PISE (NOVOpress) – La tentation était trop forte. Surtout en plein déferlement migratoire et juste après la révélation, que le système n’avait pu entièrement occulter, que Mada ‘Adam’ Kabobo, le « réfugié » de Lampedusa passé massacreur de rue à Milan, avait déchiqueté ses victimes à coups de pioche parce qu’elles étaient blanches.

Zakir Hossain, un Bangladais de 34 ans, serveur dans un restaurant indien, est mort à Pise, dans la nuit du 13 avril, tombé sur le pavé après avoir reçu un coup de poing. Sur le cadavre encore chaud, tout le lobby de l’immigrationnisme italien a immédiatement commencé sa danse rituelle.

Les images des caméras de surveillance montraient que le Bangladais avait eu une altercation avec quatre hommes. Les media les plus retenus  ont affirmé : « il y a une bonne probabilité qu’ils soient de nationalité italienne ». D’autres ont tranché : « ils sont tous Italiens », voire : « Zakir Hossain a été victime d’un commando de quatre jeunes, tous Italiens ».

L’auteur du coup de poing avait, comme de juste, « les cheveux rasés, couleur châtain clair » – il n’a, faut-il croire, pas été possible d’aller tout à fait jusqu’au blond. La vidéo n’avait pas de son : les media ont ajouté de leur cru, tant qu’à faire, que l’agresseur avait « peut-être prononcé quelques phrases racistes ». D’embellissement en embellissement, on en arrive à la version du site immigrationniste Stranieri in Italia : « Les enquêteurs font l’hypothèse que l’agresseur était ivre et qu’il a cherché un prétexte pour se battre, en lançant aussi des provocations racistes, avant de frapper sa victime à l’improviste ».

La « communauté bangladaise » de la ville, qui compte de 1000 à 1500 personnes, a été reçue par le maire de Pise, auquel elle a expliqué qu’elle « avait peur des extrêmes ». Elle a appelé dans la foulée à une manifestation.

L’extrême gauche des Cobas (communautés de base) a publié un communiqué à faire froid dans le dos (copie d’écran en Une). « Xénophobie », « racisme », « squadrisme » : « encore une fois, les migrants victimes de violences et d’homicides ». La ville de Pise « est désormais un terrain de raids et d’agressions racistes ». « La communauté démocratique et solidaire de la ville doit réagir et veiller afin que ces agressions cessent et ne débouchent pas sur des formes de fascisme explicite ». L’association Africa Insieme (« Afrique ensemble ») a dénoncé de son côté « un climat de tension, de mépris pour les immigrés ».

L’archevêque de Pise, Mgr Giovanni Paolo Benotto, a dévié le chemin de croix du Vendredi saint pour le faire passer sur les lieux du drame. « On ne grandit pas dans la paix, a-t-il déclaré, si l’on n’instaure pas un climat de respect plein et total envers toute personne, quelles que soient son origine, sa culture, sa foi ou ses idées politiques ».

Las, vendredi matin, alors que la mobilisation civile et religieuse battait son plein, l’assassin de Zakir a été identifié.

Lire la suite